Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/03/2011

Ch. 29.9m - Nos moyens sensoriels : l'odorat.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  :  http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.9m  -  Nos moyens sensoriels : l'odorat.

 

Nous avons, précédemment (voir 29.9c - le toucher et 29.9d - la vue) évoqué les  moyens que la vie, par sélection en  faveur des mieux adaptés, s'est ingéniée, dès ses premiers balbutiements, à doter le premier être vivant autonome de moyens performants de perception de son milieu extérieur ...

C'est ainsi que se développa sa première faculté de contact avec son environnement, c'est-à-dire  le toucher, ... indispensable à son existence mise en danger par la prolifération locale qui le força à muter , ... Cette faculté du toucher, associée et complémentaire à la mobilité,  le différenciait de l'ensemble des premiers êtres vivants stationnaires ...  Le toucher, comme tous les sens qui équiperont les êtres mobiles, lui imposera une organisation interne complexe des cellules pour assumer une ou des fonctions indispensables à sa survie ...

C'est ainsi que l'être animal le plus primaire, comme le lombric ou ver de terre, dispose d'une organisation interne plus sophistiquée que le plus performant des végétaux ce qui lui permet d'une part la mobilité et d'autre part la perception du monde extérieur par le toucher ... Pour assurer ces fonctions, il est doté, comme les végétaux, d'un système circulatoire pour alimenter ses tissus et d'un tube digestif pour transformer les matières nutritives en énergie et les éliminer ensuite ... : en ce qui concerne le lombric, en excrétant un complexe argilo-humique favorable à la fertilité des sols...

La seconde faculté de perception du monde extérieur et la plus importante, qui s'imposa aux êtres vivants mobiles fut la vue ...

Le toucher ne permet qu'une zone d'action limitée à l'environnement immédiat ... C'est par tâtonnement que les êtres aveugles se déplacent et cherchent leur nourriture ou perçoivent les dangers  ...

Ce fut ainsi que, très tôt, dans l'environnement marin, se développa une faculté de perception des rayons lumineux que les corps opaques révélaient par leur présence : La vue ... Ce fut la plus importante « trouvaille » de l'évolution ... parce qu'elle offrait aux êtres mobiles la possibilité d'explorer non seulement leur environnement immédiat, mais aussi les plus lointains ... Avec le développement de son intelligence, l'animal humain, hors de l'eau, créera les instruments adéquats à explorer jusqu'aux zones les plus éloignées de l'espace ...

C'est la raison pour laquelle, il m'a semblé assez logique de prolonger mon étude sur la vue, en abordant les éléments de l'environnement que cette faculté lui a permis d'apprécier ... d'étudier ... et même de transformer ou dominer : Voir les chapitres suivants : l'eau (29.9e), l'air et le vent (29.9f), la soleil (29.9g), la Terre (29.9h), la vie (29.9i), le feu (29.9j), la lune (29.9k), les étoiles (29.9l) ...

Aussi, ce chapitre sur l'odorat va-t-il continuer mon étude sur ces « outils » que la vie et l'évolution nous ont offerts pour apprécier le monde extérieur et nous en servir ... en complétant ainsi cette analyse des outils dont l'évolution nous a gratifié en nous dotant de l'odorat et de l'ouïe ... essentiels à notre perception de l'environnement et en terminant par le gout, faculté « de luxe » qui nous autorise les plaisirs de la table ...

L'odorat ou l'olfaction :

L'odorat nous permet d'analyser les substances odorantes volatiles qui circulent dans l'air ... Chez les êtres marins, il est associé ou remplacé par le gout ou palpation buccale  ...

Cette fonction, qui occupe 10 cm² de la surface de la muqueuse nasale, fait partie de l'ensemble de nos moyens de perception sensorielle, les autres étant : la visuelle, l'auditive, la tactile, la gustative, la temporelle (perception de la durée, du rythme et de la simultanéité), d'espace (localisation par le lobe pariétal) ...

La muqueuse olfactive est composée de neurones olfactifs ... cette muqueuse secrète un mucus destiné à son lavage permanent et à sa lubrification ... Les neurones présentent des cils qui transmettent au bulbe olfactif ou lobe olfactif, situé dans la zone corticale du lobe frontal du cerveau des vertébrés ... Ce sont des protéines ou molécules de transport qui véhiculent les informations jusqu'au bulbe olfactif ... Les neurones olfactifs, de même que les neurones  gustatifs se renouvellent tous les mois ou deux mois ...

Les humains et les primates ont un odorat assez peu performant contrairement aux mammifères, notamment le chien domestique qui a une quantité de neurones olfactifs 15 fois supérieures ... Quant aux insectes, leur perception olfactive se fait par les pattes ou les antennes ...

Le cerveau enregistre chez l'humain, surtout le civilisé, des souvenirs affectifs qui seront associées à une odeur, un parfum : Enfant, si je sortais des bras de mon père, mon frère disait : « Tu sens papa » ...  Les vieilles personnes ont des odeurs caractéristiques de leur temps qui évoquent des souvenirs d'antan ... Les lieux ont leur odeur et suscitent des réminiscences et des états d'âme que nous avons construits dans le souvenir : les églises, les écoles, les sacristies, les cures ... les boulangeries, épiceries, boucheries, drogueries ... les intérieurs, les lieux intimes ou personnels ... les vêtements portés, l'intérieur des voitures, ... et le neuf, lui aussi peut être évocateur ...

Les parfums sont associés à la spiritualité et au sacré : odeur d'encens, de cierges, de vêtements sacrés ... on parle aussi d'« odeur de sainteté » alors que personne ne l'a jamais perçue ...

Il semblerait que le nouveau-né ne dispose de la vue complète qu'après un certain temps, ... pour trouver le sein maternel, il se guide sur l'odeur du lait de sa mère et la reconnaît par la suite son odeur corporelle ...

Les inflammations nasales (rhume et allergie) peuvent entraîner la perte de l'odorat, ainsi que l'âge, le tabagisme et l'usage intensif et régulier de solvants et pesticides ...

Il existe des « nez », êtres humains qui ont un odorat tellement subtil qu'ils parviennent à déterminer des milliers de senteurs différentes ... Ils sont capables d'analyser la « fragrance » (sensation olfactive) d'un produit et juger de sa valeur intrinsèque, suivant la variation de sa qualité et de son intensité au fil du temps ... Les critères utilisés font souvent référence à une épice ou une fleur ...

En œnologie, la « dégustation » se fait en trois étapes,... par la vue on juge de la « robe »,... ensuite par la bouche on « goute",... mais surtout on le hume par le « nez », pour apprécier le « bouquet » ...

Le vin est un breuvage qui fait plus appel aux facultés olfactives de l'homme que les autres boissons ... on ne boit pas le vin à grandes gorgées comme la bière ... on le garde en bouche entre la langue et le palais, avant de l'avaler, pour laisser les « parfums » dégagés par l'alcool, monter dans la cavité olfactive du nez qui les traduit au cerveau en plaisirs gustatifs ... Il en va de même avec les « alcools secs » et les liqueurs

1. Le professionnel ou l'amateur averti s'assure d'abord que le matériel est propre et adéquat (bord légèrement incurvés vers le centre d'environ un tiers, pour concentrer les parfums) ...

2. On procède au « premier nez » (l'olfaction superficielle) pour faire ressortir les parfums avant d'avoir fait tourner le vin dans le verre ... cela permet de surprendre l'odeur qui s'est accumulée sous le bouchon ... elle indique souvent les conditions climatiques des vignes juste avant les vendanges : odeurs chaudes, enivrantes = vins du sud ... froides, métalliques indiquent une provenance nordique ...

3. On procède alors au « deuxième nez » qui ressort après avoir fait tourner le vin dans le verre pour l'oxygéner ... ces odeurs alors peuvent se définir (voir plus loin)  ...

4. En cas de doute en dégustation professionnelle, on « fait parler le vin » qui est « muet du nez » en le remuant violemment ... ce qui peut faire découvrir certains défauts ...

On a soin aussi de « mirer » le liquide, entre chaque opération, en le faisant tourner pour juger de sa « prise » sur le verre et de sa couleur ; ensuite le « humer » avec le nez et enfin le « lamper » (le maintenir entre la langue et le palais, pour faire monter les parfums au nez, avant de l'avaler)

Les Parfums du vin :

Le vocabulaire est incroyablement vaste et fait appel à toutes les senteurs de la gastronomie et même de parfums incongrus comme de cuir, de sanglier (cahors), de goudron, de pierre à fusil, de craie mouillée, de pétrole... et aussi de pain grillé(Sauternes), de fleurs séchées, de fumé, de cacao (Maury), de poivrons grillés ... et de produits chimiques comme iode et de défauts comme : de dioxyde de soufre  ou sulfure d'hydrogène ...

Mais on appréciera surtout l'immense vocable vinicole imagé destiné à surprendre autant que donner « l'eau à la bouche » que les artistes de la table se sont ingéniés à découvrir pour rendre leurs propos alléchants ...

Ils s'inspireront tous de ce que la nature et la table nous offrent pour agrémenter notre existence :

De la végétation et des bois, les « parfums » seront : herbacé, de foin, de tabac, de champignon, de levure fraîche, de truffe, de cèpe, de sous-bois, d'humus ... de bois vert, de chêne, de santal ... de résine...

Des fruits, les parfums seront : de citron, de pamplemousse, de pomme, de poire, de coing, d'ananas, de banane, de prune, d'abricot, de pêche, de cassis, de framboise, de mûre, de fruits confits ou cuits ... de pruneau, de figue, de noix ...

De fleurs, ils seront : de violette, de rose, de muguet ...

Et de pâtisserie : de miel, de vanille, de beurre ...

-----

Voici, pour terminer, quelques citations d'auteurs célèbres qui ont évoqué cette essentielle et appréciée faculté dont la nature nous a gratifié et que nous avons « intellectualisée » pour susciter d'heureuses réminiscences ...

Sans la participation de l'odorat, il n'y a point de dégustation complète.  (Anthelme Brillat-Savarin)

Nos yeux, nos oreilles, notre odorat, notre goût diffèrent, créent autant de vérités qu'il y a d'hommes sur la terre.  (Guy de Maupassant)

L'odorat est le sens de l'imagination.  (Jean-Jacques Rousseau)

Parmi les cinq sens, la vue, l'ouïe et l'odorat connaissent moins d'interdit que le toucher et le goût.  (Léonard de Vinci)

L'argent n'a pas d'odeur d'où qu'il vienne.  (Juvénal)

L'argent n'a pas d'odeur, mais la pauvreté en a une.  (Paul Léautaud)

Les psychanalyste sont les égoutiers de l'âme ; l'odeur pénétrante de leur profession les suit jusque dans leur vie privée.  (Arthur Koestler)

L'odeur est l'intelligence des fleurs.  (Henry de Montherlant)

La  haine, pour celui qui ne hait point, c'est un peu comme l'odeur de l'ail pour qui n'en a pas mangé.  (Jean Rostand)

Le mal s'apparente à un gaz : il n'est pas facile à voir, mais il est repérable à l'odeur.  Il est plus souvent stagnant, réparti en nappe étouffante.  (Amélie Nothomb)

Le souvenir est le parfum de l'âme. (George Sand)

Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses.  (Proverbes du Panda)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-----

 

 

 

28/01/2011

Ch. 29.9e - Les trésors de l'existence : l'eau.

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite) créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9e  -  Les trésors de l'existence : l'eau.


Après avoir évoqué les deux moyens de perception du monde extérieur que sont le toucher et la vue ... grâce auxquels  les êtres vivants prennent connaissance de la forme et de la reproduction de ce qui nous entoure par  l'image visuelle et le toucher, nous estimons qu'il est nécessaire d'en souligner l'importance ... et se laisser aller à l'enthousiasme émerveillé d'en disposer ... pour enrichir notre existence.

Ces deux facultés nous permettent de profiter de l'essentiel des satisfactions de notre courte vie ... La vue et le toucher nous situent par rapport à l'objet ... et la vue reconstitue dans le cerveau le monde extérieur en relief et en couleur ...

C'est ce qui nous permet de nous extasier sur la « beauté du monde » ... qui suscite en nous le sentiment du  sublime que nos sens livrent à notre perception cérébrale pour nous émerveiller ... et nous procurer la sensation du bonheur ...

Définition du sublime : Ce qu'il y a de plus élevé, dans l'ordre moral, esthétique, intellectuel (Grand Robert) - Très beau, très grand, très haut placé dans l'échelle des valeurs esthétiques ou morales (Hachette) - Qui est le plus élevé, en parlant de choses morales ou intellectuelles (Larousse) - Qui s'élève à une grande hauteur intellectuelle ou morale, en parlant des personnes (Littrè)

Cette précieuse faculté, le poète qui domine toujours en moi et en nous, même si nous nous en défendons, va profiter de ce chapitre pour donner libre cours à des débordements  dithyrambiques qu'il espère de bon aloi pour la magnifier, en affinant sa pensée jusqu'aux plus hauts sommets du lyrisme ...

A nos premiers géniteurs d'abord, l'eau, l'air et notre planète terre, eux qui ont engendré la vie ... avec la particularité qu'ils sont rares ou absents dans l'univers ...

A notre première mère physique d'abord, l'eau sous forme liquide : elle est sans doute très rare dans l'univers, ses conditions de liquéfaction exigeant une distance d'ensoleillement précise ... mais, c'est le milieu qui convient idéalement à la vie ...

La vie est née dans l'eau (peut-être dans des lagons tièdes) par apport des premières particules sans doute d'origine cosmique ...

La vie s'est développée dans l'eau et a créé hors de cet élément un milieu favorable à son extension sur tout le globe terrestre, c'est-à-dire, l'air, qui est maintenu dans la stratosphère par une couche d'ozone protectrice et régulatrice des retombée cosmiques ...  La terre est devenue ainsi une véritable cornue produisant la vie marine et terrestre...

-----

L'EAU est donc notre milieu originel, Formule chimique H2O (donc chaque molécule d'eau se compose d'un atome d'oxygène en entre deux atomes d'hydrogène) ...  C'est aussi  le principal composant de tous les organismes vivants  ... la vie s'en abreuve ... Nos ancêtres marins en proviennent ... l'eau c'est la mer, les ruisseaux, la fontaine ...

Le mot eau vient du latin aqua par passage en langue d'oc éwe, comme en Wallon, ... quant au préfixe hydro, il dérive du grec ancien  hudor ...

Le corps humain est composé à 65 % d'eau pour un adulte, à 75 % chez les nourrissons et à 94 % chez les embryons de 3 jours. Les animaux sont composés en moyenne de 60% d'eau et les végétaux à 75%. On retrouve néanmoins des extrêmes : la méduse (98%) et la graine (10%).

Le volume approximatif de toutes les réserves d'eau de la Terre est de 1 milliard 360 millions de Km³ ... dont 1 milliard 320 millions (97,2 %) dans les océans ... 25 millions dans les glaciers et calottes glaciaires ... 13 millions sont des eaux souterraines ... 250  mille se retrouvent sous forme d'eau douce dans les lacs, les mers intérieures et les fleuves ... et 13 mille sous forme de vapeur d'eau atmosphérique à un moment donné ...

Il est intéressant de signaler que le gramme a été introduit lors de la révolution française par la loi du 7 avril 1795 comme masse d'un centimètre cube d'eau à la température de 4 degré centigrade.

Un étalon en platine d'un kilogramme ainsi qu'un étalon du mètre furent déposés, le 22 juin 1799 ...  Ils devinrent ainsi les références de base du système métrique ...  On l'a appelé la triade unificatrice « décimètre-kilogramme-litre) à la base de toutes les mesures métriques  (un décimètre cube d'eau, soit le litre, étant le contenu d'un cube de dix centimètre de côté, le centimètre étant lui-même, la dixième partie du mètre qui est la quarante millième partie de la circonférence terrestre.)

La tension superficielle de l'eau ou énergie de surface est la tension qui existe à la surface de séparation de deux milieux ... c'est ce qui permet aux insectes de marcher sur l'eau  ... à la rosée de ne pas s'étaler sur les pétales des fleurs ... et explique la formation des bulles de savon ...

L'eau doit exister en abondance sous la forme de glace dans l'univers et dans d'autres galaxies parce que ses composants, l'hydrogène et l'oxygène, sont parmi les plus abondants dans l'univers ...

La distance nécessaire à maintenir une température de liquéfaction de l'eau, dépendant de son orbite autour de sa source de chaleur est tellement précise qu'il est sans doute rare de trouver les mêmes conditions dans l'Univers que celles, idéales, de notre planète terre ...

Quant à l'origine de l'eau dans l'Univers, on peut dire que l'hydrogène s'est produit très tôt dans l'Univers puisque c'est le premier atome formé  après le Big Bang ... L'oxygène, quant lui, s'est produit un peu plus tard à la suite d'une réaction de fusion thermonucléaire au sein de certaines étoiles ... Ces deux atomes se combinent au cours d'une réaction exothermique  ( qui dégage de la chaleur) pour former l'eau ...

Le point d'ébullition de l'eau, 100 degré C (appelé Celsius depuis 1948)  est élevé par rapport à un liquide de poids moléculaire égal ... Au sommet de l'Everest, l'eau bout à 68 degré C et à 100  degrés C au niveau de la mer et les eaux profondes (volcans sous-marins) peuvent atteindre des centaines de degré et rester liquide ...

C'est le frétillement des sources et la colère des torrents ... la rosée sur la fleur et la perle sur la feuille ...   la pluie au visage et le chant sur les vitres ... les nuages qui se traînent et ceux qui bourgeonnent  ... les brumes ouatées et les embruns fantômes... les papillons de neige et les flocons de soie ...  les glaciers en couteaux et les sommets azurés ... la mer bordée d'horizon et l'océan écumeux  ...

C'est elle aussi qui purifie, qui rafraîchit, qui coule, qui cascade, qui sauve, qui grossit, qui bénit, qui dort, qui stagne, qui goutte, qui inonde, qui tourbillonne, qui arrose, qui abreuve, qui lave, qui asperge, qui baptise, qui dilue, qui trempe, qui immerge, qui baigne, qui guérit, qui soigne, qui barbotte, qui jaillit, qui suinte, qui affleure, qui ondule ...

-----

Le chant de l'eau.

 

Pureté de l'eau

Glissant au bout des doigts

En larmes cristallines,

Perles d'argent des sources,

 

Eau de douceur,

Eau de fraîcheur

Caressant nos corps lourds,

Fatigués du jour,

 

Eau qui paresse,

Eau qui languit

Et marmonne

Dans les ruisseaux,

 

Eau de grandeur,

Eau de majesté,

Mangeuse de rivages,

Qui s'effondre en torrents

Et s'enroule en lourdes vagues

De mers et d'océans,

 

Tu es notre âme,

La source de nos vies,

La fraîcheur de nos sens,

Le satin de la nuit

Et le jour qui se mire.

 

-----

 

 

Et voici quelques citations « choisies » pour s'associer aux grands auteurs qui ont « joué » avec l'eau :

Il y a trois sortes d'homme politique : ceux qui troublent l'eau ; ceux qui pêchent en eau trouble ; et ceux, plus doués, qui troublent l'eau pour pêcher en eau trouble (Arthur Schnitzler, écrivain allemand ami de Sigmund Freud)

L'eau en poudre : il suffit de rajouter de l'eau pour obtenir de l'eau. (Jean Baudrillard - sociologue français)

Que vous jetiez l’océan ou un verre d'eau sur le trou d'une aiguille, il n'y passera toujours qu'une goutte d'eau. (Jules Renard)

Pour arriver, il faut mettre de l'eau dans son vin jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de vin. (Jules Renard)

Verre d'eau : quantité de liquide dans lequel les autres se noient.  (Pierre Daninos)

Consommée avec modération, l'eau ne peut pas faire de mal. (Mark Twain)

A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or.  (Hubert Reeves)

Il vaut mieux mendier du pain sur terre que de l'eau en enfer.  (Saint Luc)

La vie,  comme l'eau de mer, ne s'adoucit qu'en s'élevant vers le ciel. (Alfred de Musset)

Le vin,  c'est la lumière du soleil captive dans l'eau. (Galilée)

L'ami est plus nécessaire que le feu et l'eau.  (Cicéron)

Être jardinier, c'est être comme le Bon Dieu, c'est donner vie et beauté avec de la terre, de l'eau et des graines.  (Jean Chalon)

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

 

-----