Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/04/2017

&.-1- Atavisme - Les croyances et les religions ont suscités les potentats.

INTRODUCTION : Cette étude a pour ambition de défendre la théorie de l'évolution de l'espèce humaine due à l'action des potentats (du latin potentatus " pouvoir souverain"). --- Parmi les humains, ceux qui étaient physiquement les les plus forts se sont imposés par la force ou ont été suivi pour leur opportunisme ou leurs qualités intellectuelles. ---  L'objectif de cette étude est de défendre la théorie que l'aboutissement de notre monde provient de la loi du plus fort, personnalisé par le  potentat.  Ce comportement est la conséquence du grégarisme qui soumet ou élimine les plus faibles. ---                                                                                                  

&.-1- Source et origine de l'atavisme - L'espèce humaine, physiquement fragile ,fut forcée de s'unir pour affronter les dangers d'une existence précaire. --- Les croyances et les religions ont favorisé les potentats qui les assujettiront pour les "protéger" . ---

1.1- Cette étude a pour but de rechercher une réponse aux  interrogations qu'on se pose devant des évidences résultant de l'analyse de notre environnement, de la recherche de son origine ainsi que du fonctionnement de son mécanisme fondamental. --- Notre condition d'être solidaire suscita l’apparition de meneurs potentats utilisant les croyances pour asseoir leur autorité. ---

1.2- En préambule, il est essentiel d'analyser le mécanisme de l'évolution qui obéit à la loi fondamentale de tout ce qui est. ---  En tant qu'être humain, dépendant de ses conditions d'existence,  nous sommes soumis à la logique de prévoir un début et une fin à tout. --- C'est par raisonnement que nous sommes forcés d'admettre que les concepts de début et de fin de tout n'existent pas :  Dans l'absolu, donc en dehors de notre condition humaine, le début et la fin des choses sont inconcevables. ---  L'espace dans lequel nous évoluons et le temps qui le fait fonctionner n'ont pas de commencement, ni de fin : on n'est ou on n'est pas, sinon c'est  le néant ou l'immobilisme. ---

1.3- Cette subordination à ce mécanisme essentiel nous pousse aux déductions suivantes : notre ère d’existence, la planète terre, est le produit d'un mécanisme total dont les composants sont en perpétuelle évolution avec un début et une fin, sinon c'est l'absence de mouvements ou l'état statique, c'est à dire le néant. ---

1.4- Ce préambule était nécessaire pour mieux exposer le mécanisme fondamental logique, essentiel et permanent qui est à la base de l'évolution. --- On peut affirmer que ce mécanisme fondamental est le seul possible et est démontré par la raison. ---

1.5- Dans ce contexte d'évidence du mécanisme de tout ce qui est, nous devons établir les constats suivants, eux aussi primordiaux et uniques : exister suppose le mouvement de quelque chose que l'on a appelé la matière qui est en mouvement permanent et qui obéit à une seule loi possible, c'est avoir un début et une fin, sinon ce serait impossible puisque sans suite ni résultats. ---

1.6- La matière en évolution ne peut qu'obéir à un mécanisme de construction de ses éléments suivi de leur destruction (sinon il n'y aurait pas de mouvement), ce qui suppose que la matière constitue un univers unique qui fonctionne suivant sa loi de permanence, d'occupation et d'évolution. --- 

1.7- Un certains nombres de constats nous permet de déduire que toutes les "particules" de L'univers se construisent de manière permanente et forment un tissus infini en mouvement perpétuel créant une "histoire permanente" . ---

1.8- Ces constats apportent des éléments d'explication aux mécanismes qui produisent les phénomènes paranormaux acceptés par la science. ---Ces phénomènes nombreux et inexplicables existent, acceptés par des scientifiques sérieux et crédibles et ne peuvent s'expliquer que par une construction fondamentale que notre entendement ne peut admettre. --- tous les éléments de la matière vivante ou inerte ont une histoire qui peut revenir dans certains cas accidentels provocant des éléments inexplicables. ---

1.9- Nous commettons l'erreur de prétendre comprendre le "tout fondamental" avec un mécanisme humains, appelé l'intelligence, apparu fortuitement après des péripéties à la limite de la disparition totale. --- Nous sommes vraisemblablement les seuls dans l'univers à être capable de comprendre avec notre mécanisme de pensée. --- Notre évolution cahotante et chahutée ne peut que nous amener à conclure que notre intelligence et notre faculté de comprendre sont unique dans l'univers, tel que nous le concevons .

1.10- C'est sa rivalité atavique, développée par l'intelligence, qui permet à un être fragile de dominer les autres êtres vivants de sa planète. --  D'autre part, son biotope est le résultat d'un accident de la mécanique de l'univers qui permet l'eau liquide. --- Quant à la vie, c'est à la suite de circonstances fortuites dues au hasard qu'elle est apparue provoquant notre existence . --

 

A suivre dans une étude approfondie de notre histoire et de "l'histoire" qui s'est construite à partir d'un mécanisme de vie humaine produite par l'évolution des êtres vivants aboutissant à un être intelligent devenu solidaire à cause de ses conditions de précarité.

 

-o-o-o-o-

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

25/02/2017

EXISTER (25 février 2017)

EXISTER  !  ?   (25 février 2017)

 

EXPOSÉ PERSONNEL DE NOTIONS ÉLÉMENTAIRES DE PHYSIQUE ET DE BIOLOGIE APPLIQUÉES Á L’EXISTENCE ET Á L’UNIVERS.

Ce document sera régulièrement mis à jour et corrigé, afin d’être toujours complet et d’actualité. ---

Seront notés en couleur les commentaires complétant, confirmant ou contredisant des passages de ce travail, en remerciant ceux qui voudront bien prendre cette peine. Cliquer sur commentaires en bas juste avant les tags

Ils peuvent les adresser aussi par mail à philippemailleux@gmail.com

Merci à tous ceux qui voudront bien prendre cette peine. ---

Le texte qui suit a été revu, corrigé et complété le 25 février 2017

(Le chapitre 11 est nouveau et figure en bleu)

-------

 

LA NOTION D’EXISTER EST FONDAMENTALE ET DÉCOULE DE L’OBSERVATION ET DU RAISONNEMENT DE L’ÉTRE INTELLIGENT QU’EST DEVENU L‘HOMME. ---

  1.  1.- Le fondamental imposé par la raison

1.1 - L’état statique étant inconcevable dans le réel absolu, le mouvement reste la seule alternative à l’Univers. --- Il est constitué de matières en mouvement permanent. --- Tout est toujours en mouvement, rien n’est statique. --- Les autres alternatives résultent du raisonnement des êtres humains mortels qui conçoivent mal qu’il y a un début et une fin à l’Univers, comme dans son existence et dans celle de la vie. ---

1.2 -  D’autre part, le mouvement ne peut se concevoir sans l’espace et sans le temps pour le réaliser --- Notre environnement terrestre nous le prouve d’ailleurs, puisque nous sommes tributaires de l’espace pour nous déplacer et du temps pour durer jusqu’à la mort. --- Il est inconcevable que l'Univers ait un début et une fin, son existence est infinie et a toujours existé. ---

1.3 - Le mouvement engendre la matière qui est une entité physique perçue par nos sens et analysée par notre intelligence. --- Tous les êtres vivants perçoivent leur environnement avec acuité grâce aux sens dont ils disposent soit la vue, le toucher, l’odorat, l’ouïe et le goût. ---   Ils n’ont développés ceux-ci qu’en fonction des besoins d’adaptation à leur milieu. --- Le plus performant des êtres vivants sera l’être humain qui dispose de tous ces sens et les a affinés par une longue évolution lui faisant atteindre l’intelligence, faculté performante peut-être unique dans l’Univers. --- Elle a permis à l’être humain de créer et développer la pensée, le raisonnement et la créativité. ---

1.4 - Rien ne se crée, rien ne perd, tout se transforme a dit Antoine Lavoisier, guillotiné à la révolution, fin du 18 ème siècle. …  La vie obéit à cette loi de permanence de l’Univers --- Si on raisonne, cet état de chose tombe sous le sens. --- Résumons : 1. L’existence ne peut qu’être un phénomène en mouvement, les autres éventualités étant impossibles --- 2. Le mouvement suppose le temps et l’espace --- 3. La condition d’infini, de l’espace et du temps, ne peut que s’aligner sur la loi de Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». (La matière ayant un volume et une existence infinie, une autre alternative est logiquement inconcevable).

1.5 - Certains physiciens comme John Eecles ont avancé une théorie selon laquelle l’Univers total permanent et constant n’en serait que le bourgeon d’un univers total. --- C’est la théorie que je privilégie parce qu’elle explique mieux un mécanisme logique, dans lequel notre Univers ne serait qu’un prolongement, comme le bourgeon d’un arbre et expliquerait mieux de nombreuses incohérences dans la théorie d’un univers unique et primordial (ce qui augmente encore notre insignifiance). ---

1.6 - Une autre théorie souvent privilégiée serait que cet univers dans lequel nous évoluons en 13 milliards d’années (scientifiquement prouvé) avec un début et une fin, tournerait en cycles ou en boucles fermées, comme disent les informaticiens, avec une évolution interne et permanente de ses composants. ---

  1. 2.-Les prémices de la vie.

2.1 - Le phénomène de la vie a débuté « accidentellement » sur la planète Terre, déchet partiellement éteint de notre astre le soleil. --- Par sa position privilégiée dans le système solaire, notre planète, constitua fortuitement les éléments actifs, que sont les êtres vivants qui ont une existence limitée dans le temps pour devenir inertes en fin d’existence. Nous les retrouvons dans le charbon, le pétrole et les terres arables en mélange avec certaines matières fondamentales répertoriées dans la table de Mendeleïev, classifiant tous les éléments de notre environnement terrestre. ---

 2.2 – Il est important de signaler ici les effets sur la vie du rayonnement cosmique. --- Il s’agit d’un flux de noyaux atomiques et de particules de haute énergie qui circulent dans le vide interstellaire. --- Il est funeste à la vie. … Cependant, il existe la ceinture de Van Allen qui stoppe les particules énergétiques néfastes à la vie, provenant de la stratosphère ---

2.3 - Le « terreau de terres arables » constitua les premières couches provenant de la transformation de la vie active par la mort en élément passifs dans lequel, « grouille » également une vie parasitaire qui s’y est installée. --- Ce « terreau » s’est constitué progressivement au fil des temps pour devenir, en fin de parcours, notre monde vivant et l’inerte au stade succédant à la vie. --- En s’accumulant, ils formèrent un milieu propice à l’expansion de la vie. --- Il est intéressant de préciser le parcours de ce processus. --- La planète terre est un accident fortuit réunissant toutes les conditions propices à la vie. --- Ces « hasards » sont accidentels : notre planète est un déchet de soleil qui permet l’eau liquide, milieu dans lequel le « hasard » a abouti à la vie. --- La vie a la durée nécessaire, sauf accident, à son renouvellement. --- Inerte, elle s’associe à certains éléments refroidis, des déchets de soleil, pour former une nouvelle individualité « vivante » dont l’existence est de plus ou moins cent ans chez les humains. ---                                                                            

2.4 – C’est par accident fortuit qu’il s’est produit sur la planète Terre un événement favorisant les conditions nécessaires à la vie. --- La Terre doit orbiter autour du soleil à une distance provocant l’eau, liquide constitué de deux atomes d’hydrogènes et un atome d’oxygène, ils furent nécessaires à la vie. --- Il est difficilement imaginable qu’un « accident fortuit » tel la vie se soit produit dans l’Univers tellement il a fallu de circonstances favorables pour la produire. --- D’autres « chances » se sont trouvées pour aboutir à l’intelligence, faculté développée en bout de chaîne par l’être humain, sommet de l’évolution. --- Il est difficilement concevable qu’un processus similaire se soit produit ailleurs dans l’Univers, tellement il est aléatoire. --- Quant à l’être humain, on sait que son existence a subi de nombreux événements le conduisant à la limite de l’extinction. ---

2.5 - En ce qui concerne les débuts de la vie, plusieurs hypothèses existent. --- Les conditions de son apparition peuvent avoir résulté de facteurs favorables de lieu et de température, comme un lagon dans des mers chaudes ou un élément extraterrestre. --- Cette association fortuite d’éléments favorables à la vie évoluée est, sans doute, une exception dans l’univers. ---

2.6 - Les premières molécules résultant de cet accident ont évolué lentement jusqu’aux premières chaînes de cellules qui se sont multipliées. --- Dans un premier temps, par séparation en éléments identiques reproductibles, c’est la mitose (séparation d’une cellule mère en deux cellules filles ne permettant que des descendants d’une même souche). ---

2.7 - Ils s’adaptèrent aux milieux et se reproduisirent ainsi sans se différencier jusqu’à l’apparition fortuite de la méiose, (phénomène séparant la cellule en deux parties destinées à se joindre à celles provenant d’autres individualités. --- L’opération se réalise en deux temps : 1.  Un croisement appelé « chiasme » donne deux cellules mâles et deux femelles qui sont réunis dans le même individu. --- 2. Ils se croisent à nouveau pour obtenir des chromosomes mixtes qui peuvent s’allier avec d’autres chromosomes mixtes). --- Ce processus d’adaptation, peut-être dû au « hasard », a provoqué la diversité des êtres vivants et leur dispersion jusqu’à l’homme et les êtres actifs qui embellissent ou détruisent notre planète. 

2.8- L’eau, élément liquide, mère de la vie, produisit les premières cellules qui évoluèrent lentement jusqu’à saturation du milieu. --- Une mutation se produisit provocant l’apparition des prédateurs pour les éliminer et rétablir l’équilibre. --- Certains animaux « marins », les terres ayant surgi des océans, sortirent de leur élément et s’adaptèrent progressivement aux milieux solides, en utilisant d’abord les deux éléments (eau et air), --- Par mutations successives et adaptations, ils devinrent les êtres vivants, dont nous seront les descendants dominateurs, qui occuperont les continents et les mers. ---

2.9 - Ils faut préciser que les surfaces solides de la planète se sont agrandies par phénomènes physiques incitant certains êtres vivants des milieux liquides (les mers) à évoluer dans les milieux solides émergents en adaptant progressivement leur système respiratoire. --- (Rappel : Les surfaces solides, qui sont sorties des mers sont dues à des phénomènes physiques, la terre n’ayant été, suivant certaines théories, qu’un vaste océan)

  1. 3.- Les débuts de la vie.

3.1 -  Ce fut l’ère des algues bleu-vert (Cyanophyceae) qui peuplèrent la surface des mers et créèrent le phénomène de la photosynthèse qui transforme l’énergie solaire en énergie chimique utilisable par la cellule --- (La photosynthèse est le processus bioénergétique qui permet aux plantes et à certaines bactéries de synthétiser de la matière organique (dioxyde de carbone), de l’eau et des sels minéraux en exploitant la lumière du soleil). --- La photosynthèse est apparue avant l’apparition de la vie et lui est nécessaire ---       

3.2 - Le phénomène des algues bleues s’est produit il y a environ 3,8 milliards d’années et a contribué à l’expansion de la vie dans et en dehors des milieux marins. --- (L’algue bleue fut la première. --- Elle fut la seule pendant plus de 2 milliards d’années à produire de l’oxygène (deux molécules). --- A l’origine la Terre était dépourvue d’oxygène. --- Il s’est formé grâce à la photosynthèse réalisée par les végétaux et les algues dont l’algue bleue. ---

3.3 - Une partie de l’oxygène (deux molécules d’oxygène) a donné de l’ozone ou Trioxygène (trois molécules d’oxygène) qui s’accumula progressivement dans la stratosphère en une couche réduisant peu à peu l’action biocide (tue la vie) des rayons ultraviolets et favorisant l’émergence, en premier lieu, des végétaux, évolués à partir de cellules primaires). --- C’est un gaz perçu par l’odorat humain (odeur de chlore). --- En grande quantité, il peut être toxique. --- Il est présent dans l’atmosphère terrestre et il forme dans la stratosphère une couche située entre 13 et 40 km d’altitude. --- Il intercepte plus de 97 % des rayons ultraviolet du soleil. ---

3.4 - Ce ne fut que péniblement et progressivement que la vie débuta par les plantes, dont l’existence remonterait à plus de 470 millions d’années. --- Ce ne fut, d’abord, que des plantes basses à spores (peuvent donner de nouveaux individus sans fécondation), ensuite des forêts de fougères arborescentes (nombreuses branches comme un arbre) et enfin des plantes proches des conifères. --- En ce qui concerne les insectes, leur première apparition daterait du Dévonien inférieur (-416 à -398 millions d’années). ---

3.4 - La vie s’est formée et a progressé lentement à partir de certains éléments de l’Univers, classés dans la table de Mendeleïev qui répertorie tous les éléments existants et ceux que l’homme a produit artificiellement par dissociation de certains. --- Ces éléments se retrouvent dans ceux qui ont abouti à la vie, complétant l’apport biochimique initial. --- C’est ainsi que la végétation terrestre s’est développée dans des milieux nutritifs composés, favorisant son évolution. ---

  4.- Les dinosaures et le gigantisme de l'évolution.1

4.1 - Avec le temps, la masse inerte de l’évolution a constitué un matériau riche et abondant provoquant le développement gigantesque d’abord de plantes primaires et par mutations accidentelles ou nécessaires survinrent les herbivores qui s’en nourrissaient et, dans certains milieux confinés, mutèrent en prédateurs carnivores pour les réguler et maintenir l’équilibre. --- 

4.2 – C’est ainsi que la richesse du substrat terrestre accumulé pendant des millions d’années à partir de cellules vivantes provoquèrent en abondance des plantes et des animaux gigantesques (les dinosaures) qui peuplèrent la Terre. --- Ils y régnèrent en maître pendant 160 millions d’années. ---

4.3 - Il y a 65 millions d’années, une météorite gigantesque de mille milliards de tonnes percuta la Terre, traversa l’océan et s’enfonça dans les fonds océaniques. --- La température de ce météorite aurait été de 18000 degrés centigrades. --- L’atmosphère terrestre se serait élevée à 2000 degrés centigrades. ---

4.4 - Une autre théorie défendue, entre autres, par le professeur de Duve situerait l’impact d’une météorite de dix km de diamètres à Chicxulub dans le Yucatan au Mexique qui aurait créé un cratère de 180 km de diamètre. --- Il semblerait que la datation du cratère serait mise en cause, cependant expliquée par certains spécialistes. --- Quels qu’ils soient, ces événements obscurcirent la Terre d’un voile de matières solides (poussières) empêchant la lumière d’accomplir son rôle de maintien de la vie. --- Les plantes et les animaux gigantesques disparurent, seuls les petits mammifères camouflés dans des terriers survécurent en se nourrissant de racines et de quelques restes de végétaux bas échappés au désastre. --- (note : Les petits mammifères s’étaient développés en fin du cycle des sauriens et subsistaient difficilement à une nature gigantesque, leur petite taille inadaptée à ce règne, constituait un handicap à leur prolifération et à leur survie)

4.5 - Après un long obscurcissement, la vie repartira de zéro en ayant perdu son potentiel exponentiel de croissance de 160 millions d’année (période précédente). --- La vie redevenait balbutiante. --- Les quelques animaux et plantes survivants, sauvés par leur petite taille, prolifèrent lentement. --- et parmi ceux-ci, les petits mammifères qui, peut-être par accident biologique de dégénérescence, n’avaient pas bénéficié du potentiel de gigantisme acquis pendant 160 millions d’années par les grands sauriens. --- Cette circonstance négative de dégénérescence devint bénéfique pour la planète. --- Elle s’adapta lentement aux nouvelles contraintes et développa davantage une prolifération en quantité et en spécificité aboutissant à l’émergence du milieu enchanteur dont nous bénéficions maintenant avec bonheur. ---

4.6 - D’autre part, provenant de la lignée des dinosaures aériens, certaines espèces volantes survécurent au désastre et par mutations et adaptations formèrent le merveilleux bloc originel des oiseaux (plus de 10.000 espèces) qui enchantent notre environnement. --- Ces ancêtres volants, survivant du cataclysme, (les Théropodes carnivores ou insectivores) donnèrent vie à certaines espèces qui ont amélioré leur aptitude au vol.--- Ils seraient les seuls survivants des dinosaures. --- Cependant, leur origine reste incertaine. --- D’autres animaux rampant ou marins, échappés du désastre, vinrent s’ajouter aux survivants. –

4.7 – Il est intéressant de signaler qu’au crétacé supérieur, des dinosaures marins, reptiles redoutables, les mosasaures furent découverts à Ciply (Belgique) en 1884 – 1885. --- Ils sont exposés au musée d’histoire naturelle de Bruxelles). --- Ils mesuraient 12,5 mètres minimum (on ne connait pas leur taille maximum, ce reptile continuant à grandir). --- Ils auraient vécu dans la période de -95 à -65 millions d’années et ont disparu lors du cataclysme qui mit fin au règne des grands dinosaures. ---  

  1. 5.- L'après cataclysmes

5.1 - Revenons à cette période menaçant la vie, qui ne subsista que par l’action des survivants qui, en surmontant un milieu hostile, s’adaptèrent doucement et péniblement à leur nouveau biotope. --- La suite de l’histoire aboutissant à l’homme est bien connue et succinctement vulgarisée dans les médias.

5.2 - Il est intéressant de donner un aperçu de l’évolution de la chaîne des préhominiens, en partant des bactéries, établie par les scientifiques, pour aboutir aux ancêtres de l’homme. ---

Enumération succincte de l’évolution de la vie depuis ses origines, il y a 3,5 milliards d’années :

 A.- Les eumétazoaires, êtres vivants proches des bactéries. --- B.  - Les vers ou bilatériens, --- C. -  Les vertébrés qui ont l’avantage de posséder un crâne abritant le cerveau avec ensuite une colonne vertébrale et un squelette qui s’ossifie. D.- Les tétrapodes (quatre pieds) d’abord amphibies, ils s’adaptèrent par passage du milieu aqueux en milieu aérien (les dinosaures entre autres, éteint par phénomènes physiques détruisant la vie par l’absence de rayons solaires.) --- E. - Les mammifères, d’abord petits reptiles principalement nocturne, insectivores, le corps couvert de poil, dentition adaptée à une nourriture dure avec développement de l’ouïe et de l’odorat, vision nocturne déficiente. --- L’homme est aussi un primate, à l’origine arboricole et frugivore qui évoluera au stade de la vision binoculaire et en couleur pour trouver les fruits, membres préhensiles pour se tenir aux branches et cueillir. --- F. -  Le dernier stade est celui de l’homme intelligent, évoluant depuis le bonobo quadrupède jusqu’à l’homo bipède, au bassin étroit forçant les parturientes à la mise au monde de prématurés.

5.3 – Le mouvement dont les lois générales régissent tout ce qui est dans l’Univers total à partir de son origine dans le système, poursuivit son expansion à partir de ce qui restait après le cataclysme. --- Les survivants du cataclysme, plantes et animaux de petite taille, créèrent l’environnement merveilleux dont nous bénéficions. ---

5.4 – Ces rescapés (plantes et animaux) étaient mieux adaptés à la taille de l’environnement terrestre que les premiers êtres vivants, qui dans ce nouveau contexte étaient handicapé par leur gigantisme. --- Dégénérés du règne précédent, ils proliférèrent jusqu’à saturation de leur habitat. --- En bout de chaîne, l’espèce humaine domina son milieu au détriment des autres. ---

5.5 – Ces nouveaux habitants envahirent la planète, se multipliant dans les milieux qu’ils occupaient. --- Seules les petites tailles, épargnées du cataclysme, proliférèrent en maître dans un environnement qui leur était favorable. --- De plus, les conditions climatiques, elles aussi, s’adoucirent suite à une vraisemblable légère modification de la position de la planète par rapport au soleil. ---

5.6 -  La loi générale de la vie s’appliqua aux nouveaux règnes avec saturation et mutation pour s’adapter aux contraintes locales. --- C’est à ce processus que nous devons l’environnement merveilleux dont nous disposons. ---

  1. 6.- Les premiers ancêtres de l'homme.

6.1 - En ce qui concerne, l’apparition des premiers ancêtres de l’homme, elle se situerait, il y a 3,2 millions d’années, avec la célèbre Lucy, découverte en 1974, en Éthiopie. --- Elle serait le premier hominidé se tenant droit et capable de marcher sur ses deux pieds. --- Par la suite l’évolution vers le bipède que nous sommes, pris des millions d’année avec beaucoup d’avatars à la limite de l’extinction. --- L’évolution étant toujours soumise aux effets du hasard qui est le seul moteur qui régit l’univers et en fait sa spécificité. --- Il faut signaler aussi que le squelette du premier hominidé bipède a été découvert en Éthiopie et daterait de 3,8 à 4 milliards d’année. --- Le lieu de la découverte est situé à 60 km de l’endroit où avait été découverte Lucy. ---

6.2 – Il faut aussi signaler la controverse en ce qui concerne l’appartenance humaine de Toumaï, qui se situerait à environ 7 millions d’années dont  Ahounta Djimdoumamalbaye, anthropologue, a découvert un crâne de cette époque dans les sables du Tchad qui a certaines caractéristiques du crâne humain. --- Il semblerait que les orbites et la fosse nasale soient proches de l’ancêtre humain, sauf cependant le bourrelet facial et les orteils écartés spécifiques aux grands singes. ---

6.3 – Produit par les effets du hasard, les descendants pré humains, après de nombreuses péripéties à la limite de l’extinction, parvinrent à l’homme civilisé qui s’était adapté à un sort malheureux qui en faisait l’être le plus défavorisé de l’évolution. --- Cet environnement le poussa à développer l’intelligence, seul atout de survie, les autres mammifères et êtres vivants n’en étant que pauvrement doté. --- L’homme développera l’intelligence et le raisonnement, créera le langage, inventera l’écriture, le livre, et l’informatique, s’efforcera d’accroître la connaissance jusqu’à manipuler dangereusement la matière. ---

6.4 - La bipédie entraînera des modifications morphologiques qui eurent une conséquence directe sur l’hominisation : mains libérées, crâne droit au sommet de la colonne vertébrale, augmentation de la masse cérébrale résultant de l’effort intellectuel et le larynx dégagé favorisant le langage évolué. --- Le pied consacré à la marche debout perdit son pouce opposable. ---

6.5 – Ceux qui avaient perdu l’habitat arboricole devinrent la proie des fauves et furent forcés de se réfugier à l’entrée des grottes et dans quelques arbres ou buissons épineux. --- Ils se disputèrent les restes de chairs avariées que leur laissait les charognards --- --- La position debout pour surveiller au-dessus des hautes herbes un environnement hostile serait peut-être et aussi une des causes de la position debout, ainsi que celui de libérer les membres avant pour transporter les restes « chipés » aux fauves. ---

6.6 - Cette thèse, défendue par le professeur Coppens, fut contredite par la découverte d’autres ancêtres de l’homme ayant vécus en dehors de la protection des hautes herbes. (Le professeur le reconnaitra). --- Cependant, la théorie gardera ses adeptes qui prétendent que ce milieu aurait pu, par croisement des descendants, parvenir à l’espèce actuelle, tout en apportant des spécificités propres. ---

6.7 – De toutes manières, l’origine et les causes dans le temps de la bipédie humaine restent incertaines et controversées --- D’autres théories existent : 1. ramassage de nourriture fuyante (insectes et vers) plus efficace en position accroupie, 2. transport de nourriture et outils, 3. sélection sexuelle favorisée par la position debout mettant en valeur l’organe mâle. ---

7.- L'association, facteur d'évolution.

7.1 – Les premiers hominiens n’avaient survécu à l’action des prédateurs qu’en s’associant, les autres furent rapidement éliminés. --- Cette circonstance les amena à développer les cris ou grognements diversifiés. --- Ils furent d’abord saccadés en longues ou courtes pauses pour exprimer des informations. ---

7.2 - Ils se perfectionnèrent en modulant les sons, ce furent les prémices du chant et de la musique, la parole étant constituées de sons exprimés en tons égaux « recto tono ». --- la modulation des sons amena certains, plus performants, à se distinguer et à créer des « récitals » que les autres appréciaient, ainsi se créa la poésie et la chanson populaire que fredonnent tous nos contemporains. --- Les français ont créé le vers rythmé et l’alexandrin, vers de dix syllabes ou pieds, composé de deux hémistiches de six syllabes, en souvenir d’Alexandre, empereur romain, sous lequel cette pratique littéraire eut son origine et ses premiers auteurs. ---

7.3 - Les survivants découvrirent le feu lors des incendies de forêts, et l'ont capturé dans des « fins de feux ». --- Ils firent des torches pour s’éclairer la nuit et trouer l’obscurité des grottes. ---  De plus, elles éloignaient les fauves. --- Des circonstances fortuites leur fit découvrir le rôtissage des viandes, avec l’avantage d’améliorer le goût et d’augmenter les facultés digestives. --- Les cuisiniers actuels confectionnent nos plats préférés en les agrémentant de sauces les plus goûteuses et maintenant les plus sophistiquées. --- Les prouesses des chef coq dans la cuisson des mets sont de plus en plus élaborées : marinades, braisage, mijotage, rôtissage, fermentation, repos avec nouveau traitement. ---

8.- La sédentarité.

8.1 - Les hominiens n’avaient évolué qu’en s’associant en petites bandes, conduites par un plus fort ou plus expérimenté par l’âge. --- La découverte du feu fut un facteur essentiel de progrès tant pour l’alimentation que pour leur défense et leur confort. --- Les aliments cuits, d’abord des viandes et ensuite des végétaux leur permirent d’en améliorer le goût, de les conserver et de mieux les digérer. ---

8.2 – Ils découvrirent l’élevage en capturant de jeunes animaux et en domestiquant quelques-uns, ce qui leur fit rapidement comprendre les avantages de la sédentarité. --- Les troupeaux étaient plus facilement gardés, parqués dans des enclos de branchage. --- Ils élèveront aussi de jeunes loups qui apprendrons à rassembler les troupeaux dans les pâturages et qui devinrent de bons gardiens qui les défendaient des agresseurs. ---

8.3 – la sédentarité leur apportait beaucoup d’avantages : 1.- la domestication de nombreux animaux s’étaient améliorée par l’élevage (chèvres, moutons, vaches ou autres ruminants, animaux de bassecour et porc sauvage devenu le plus important dans l’alimentation) 2. - la culture de plantes sauvages sélectionnées.  3. - La sélection et le temps les firent mutés en viandes raffinées et en   légumes et fruits de table. ---

8.4 -  Ces anciens chasseurs, sédentarisés dans les meilleurs endroits de production et à proximité d’un cours d’eau, se regroupèrent en hameaux, en réalisant les avantages de l’associativité qui permettait de diversifier les tâches et d’augmenter le confort. --- Un « vieux » réglait les conflits et donnaient des conseils aux plus jeunes. ---

8.5 -  En grossissant, ces hameaux devinrent des villages avec tous les problèmes inhérents à l’égoïsme humain. --- Une organisation plus contraignante fut mise en place avec une hiérarchie dans le pouvoir. ---

8.6 -  D’autre part, les récalcitrants furent exclus de la communauté et forcés de vivre de rapines prélevées dans les champs et sur les troupeaux. --- ils s’associèrent en bandes belliqueuses qui s’affrontaient durement, développant leurs qualités musculaires avec un chef respecté pour sa force physique et son autorité. ---

9.- Les potentats et la monnaie.

9.1 – Ces bandes guerrières s’emparèrent du pouvoir dans les cités et imposèrent leurs lois dont celle de prélever des biens ou imposer des services. --- Ce furent les premiers impôts et les prémices de l’esclavage. ---

9.2 – Avec le temps, ces villages devinrent des villes et des états nécessitant une organisation contraignante basée, en général, sur la dictature exercée par des potentats qui ont imposé leurs lois par la force. --- L’histoire nous a rapporté que, à la tête de la plupart des états, des chefs de bande se sont imposés par les armes et se sont enrichis au détriment des populations, dites laborieuses. ---

9.3 -  Certains de ces potentats, pour mieux asseoir leur autorité, se sont arrogés une autorité de source divine. --- La plupart ont assis leur pouvoir sur la croyance en un ou des êtres supérieurs tout puissant dont ils sont l’émanation ou la représentation. ---

9.4 – Les vaincus des guerres furent souvent réduits à l’esclavage. --- Suivant Montesquieu « l’esclavage proprement dit est l’établissement d’un droit tellement propre à un autre homme, qu’il est le maître absolu de sa vie et de ses biens ». --- Il est réduit à l’état de chose dont on dispose à sa fantaisie. --- La plupart des peuples vaincus ont subi ce sort. ---

9.5 – L’exemple d’esclavagisme le plus récent de l’histoire moderne ne date pas de longtemps. --- La traite des noirs d’Afrique qui étaient vendus et considéré comme un animal domestique ne fut abolie qu’en 1865 après la victoire du général Grant sur le général Lee. --- La guerre entre les états abolitionnistes et les « esclavagistes » qui avait fait sécession, dura quatre ans. ---

9.6 -  Il est intéressant de signaler : 1.- Les abolitionnistes comptaient à l’entrée de la guerre une population de 22 millions d’habitants et leurs adversaires 9,1 millions (des fermiers ou exploitants agricoles) qui utilisaient 3,5 millions d’esclaves noirs.  2.- La victoire des abolitionnistes est due à sa puissance industrielle et à son réseau ferroviaire qui permettaient un déplacement efficace des troupes 3. Cette guerre permit aux États-Unis, origine du nom, de constituer l’état puissant qui est actuellement maître du monde 4. - Le nombre de victimes dans ce conflit (624000 tués et 500.000 blessés) est le plus important de l’histoire des États-Unis et dépasse même celui des victimes des guerres auxquelles ils avaient participé, y compris celle de 40-45.

10.– Les croyances et les religions.

10.1 – Comme dit précédemment, les hommes, dès qu’ils ont pensé valablement en cherchant le pourquoi des événements dont ils n’étaient pas maître, ont levé les yeux vers ce ciel qui conditionnait leur existence : soleil, pluie, orage, tonnerre, vent, éclairs, nuages, étoiles. ---  

10.2 -   La constatation de ces phénomènes les ont amenés à en rechercher la cause qu’ils attribuèrent à l’action de puissances extérieures. --- Ce fut d’abord le soleil qui se levait et se couchait en rythmant leur existence en jour et nuit et dont la présence apportait joie et bien-être. --- Ce fut, ensuite, la crainte et l’angoisse que leur causait l’apparition de phénomènes liés à l’action de l’eau qui tombait en pluie depuis les nuages, du vent, des éclairs accompagnés de tonnerre et aussi du grand mystère du firmament s’étendant sur leurs têtes, piqué d’innombrables étoiles. ---

10.3 - Le milieu arboricole dont il provenait en avait fait des êtres craintifs échappant,  par leur agilité et leurs membres allongés, aux fauves qui les traquaient. --- Leur migration vers des espaces peu arborés les rendit vulnérables. --- Ils devinrent, en grand nombre, une proie facile et se nourrissaient, à la sauvette, des maigres restes que leur laissaient les charognards. --- Frugivores et insectivores, ils avaient développé leurs membres avant et leurs doigts pour permettre la préhension de leur nourriture. --- Ce fut le début de l’utilisation manuelle des membres avant qui leur permettaient  de mieux tenir les restes (carcasses ou os) ou pour s’échapper d’un danger en maintenant les restes avec un bras. ---

10.4 -  Les quelques survivants de ces périodes de transition mutèrent vers des espèces plus performantes physiquement et intellectuellement pour s’imposer à leurs agresseurs. --- Ils développèrent la station debout qui libérait les mains. --- Ce furent les premières avancées permettant la création matérielle d’objet de confort, d’utilité ménagère ou de progrès. --- Cette mutation fut les prémices de celle qui aboutira aux avancées actuelles de la science et des techniques les plus sophistiquées. --- L’utilisation exclusive des mains favorisa la mutation de la fonction préhensile des membres arrières vers celle de la marche. --- La plante des pieds se rapprocha de celle des plantigrades (ours)

10.5 – L’intelligence, d’abord primaire s’affina dans la pensée et provoqua le questionnement sur l’existence et sur les forces dont ils étaient tributaires. --- La pensée s’exprima d’abord par des signes et par l’amélioration des grognements de satisfaction des primates. --- Cette réaction gutturale s’affinera en langage provoquant la mutation du larynx et du pharynx en organe de sons, chantés d’abord et ensuite exprimés par la voix en sons plus bas et  plus uniforme. ---La nécessité de communiquer perfectionna la parole diversifiée en vocabulaires de plus en plus sophistiqué pour créer un langage usuel exprimant le concret d’abord et abstrait ensuite en affinant la pensée dans l’abstraction. ---

10.6 -  L’évolution d’une société  ainsi créée et évoluée,  provoqua le regroupement en petites unités, dirigées par des anciens ou des sages, pour progresser ensuite vers des unités plus grandes : villages, villes, pays. ---

10.7 – Les opportunistes ou les exclus de la vie organisée, comme détaillé plus avant (exclusion des bourgades), s’imposèrent par la force et leurs meneurs s’arrogèrent des pouvoirs régaliens leur imposant une charge en biens ou monnaies d’échange de plus en plus lourde, ce qui conduisit les populations à l’esclavage et à la misère.

10.8 – L’histoire nous rapporte que les croyances et les religions sont nées de la nécessité intellectuelle des humains à rechercher, dans les phénomènes naturels ou spatiaux, les raisons de leur existence, qu’ils attribuaient à des forces supérieures qu’ils ne pouvaient contrôler. ---

10.9 -  Cette quête d’une réponse à cette interrogation primordiale, amena ces premiers animaux évolués, dès que la pensée devint intelligente, à rechercher ces puissances occultes dans ce qu’ils ne comprenaient pas et dans les mystères de la nature. Ce fut ainsi qu’ils implorèrent ces « puissances » de leur accorder des faveurs ou d’éloigner les dangers naturels. --- La vie en société leur avait appris que rien ne se faisant gratuitement, il fallait « offrir » en biens ou en monnaies d’échange la réalisation de ces demandes avec l’espoir de les voir « exaucées ». ---

10.10 – Les petites unités développèrent leurs échanges ce qui favorisa le progrès et incita ceux qui avaient amélioré le confort ou fait des découvertes utiles à la société, de bénéficier d’avantages particuliers qui en incitèrent d’autres à les imiter. --- C’est ainsi qu’apparurent les chercheurs et les savants qui firent école de disciples, développant ce qui fut appelé le « progrès ». ---

11.- L’esclavagisme et l’abolition.

11.1 - Le terme esclavage vient du grec médiéval « sklavini . --- Les romains désignaient cette condition par le terme « servus » qui ont donné les mots : servile, servilité, serf, service et serviteur.

11.2 – Les bandes guerrières qui s’étaient emparés du pouvoir dans les cités, imposèrent leurs lois dont celle de prélever des biens ou d’imposer des services. --- Ce furent les prémices de l’esclavage et les premiers impôts. ---

11.3 – L’esclave est un individu privé de sa liberté, ce sera un instrument économique, une chose dont le maître dispose à sa guise. --- La privation de liberté existe depuis que les « vainqueurs » ont utilisé des vaincus à leur convenance. --- Elle date de l’époque des premières sociétés humaines, quand les bandes armées se sont emparés des hameaux par la force, y ont imposé leurs lois et soumis les habitants soit à les servir et à les enrichir, soit en les obligeant à fournir une partie des fruits de leur labeur ou aussi en les privant de liberté et en disposant d’eux comme un animal domestique ou un « outil animé » comme disait Aristote. ---

11.4 -Il faut remonter loin dans l’histoire de l’homme pour retrouver des traces de cette pratique « inhumaine ». --- Ce furent vraisemblablement des « prisonnier de guerre » qui deviendront des instruments de développement économique ou de confort ménager--- De grandes réalisations nécessitèrent de gros moyens, tels l’utilisation de prisonniers-esclave. ---

11.5 – l’esclavage, d’abord des vaincus de guerres, devint ensuite une pratique pour prélever, par la force, de la main d’œuvre dans des pays voisins.  Cette utilisation forcée de l’homme fera toujours partie des mœurs humaines, qu’elle soit ouverte par l’exploitation économique des travailleurs ou qu’elle soit clandestine par un labeur forcé imposé par un maître qui les a « exportés » depuis leur pays d’origine. ---

11.6 - Il y a trois siècles, certains pays du continent américain ont prélevé de la main d’œuvre noire dans les pays côtiers de l’Afrique. --- Ge fut fait dans des conditions inhumaines, appelées « traite des nègres ». --- « la marchandise » était amassée dans les cales des bateaux de « négriers » dans lequel les plus fragiles périssaient. --- Cette « sélection » valorisait la marchandise et permettait une concurrence et un marchandage rémunérateur --- Il contribua au développement économique des régions agricoles dont les surfaces exploitables nécessitaient une main-d’œuvre importante pour être rentable. ---

11.7 - Cette pratique fut remise en question lors du développement industriel des états du nord, les « terriens » du sud restant attaché à l’utilisation de la main d’œuvre humaine. Il fallut la guerre de Sécession, l’avènement d’Abraham Lincoln, en 1865, et l’abolition de l’esclavage, date historique de « fédéralisme » qui  permit de faire naître la plus puissante nation économique de la planète. ---

11.8 –  Il existe des formes de travail forcé dite esclavage moderne : le proxénétisme (prostitution forcée) – le travail clandestin – le travail des enfants –  les enfants soldats. ---

11.9 – Cependant, il existe encore des cas d’esclavage de « prisonniers » par la force (Soudan et au Pakistan, les chrétiens vendus aux musulmans et en Mauritanie les musulmans esclaves d’autres musulmans). ---

11.10 – L’esclavage humain est aboli par toutes les grandes institutions (Convention européenne des droits de l’homme, Déclaration universelle des droits de l’homme, convention de l’ONU à Genève en 1926). ---

11.11 – En France, le premier qui affranchi les serfs en 1315, fut Louis X. /--- Après la révolution, en 1790, l’Assemblée Nationale décrètera la légalité de l’esclavage et ne la supprimera qu’en 1794, après l’insurrection d’esclaves dans les colonies. --- Napoléon Bonaparte rétablira l’esclavage en 1802, sous l’influence de divers traités. --- Il l’abolira, lors de son règne de 100 jours, en 1815, pour se concilier la Grande Bretagne. ---

11.11 – Dès que les hommes se sont rassemblés en société et ont été dominé par les plus forts, il s’est établi une hiérarchie des plus musclés ou des plus intelligents qui ont imposé leurs lois aux autres. --- Cette « masse » contrôlable et soumise aux plus forts a existé jusqu’à l’instauration de droit de vote qui lui permet de donner du pouvoir à des représentants qui sont éligibles périodiquement. --- Certains dictateur parviennent à contrôler les résultats en leur faveur. ---

11.12 – Dans le monde, l’esclavage ne fut réellement aboli qu’à partir de 1823 par le Chili. Dans les autres états, cette abolition s’échelonna jusqu’il y a peu en 1992 au Pakistan. --- Les colonies continuèrent à le pratiquer sous la forme de « travail forcé ». --- L’esclavage ne fut réellement aboli dans les grands pays qu’en 1833 en Angleterre, en 1865 aux États-Unis (guerre de sécession), en 1910 en chine (effective en 1949), en 1962 en Arabie Saoudite, en Tunisie en 1846, au Tibet en 1950, au Népal en 1926, en 1888 au Brésil,. --- Cependant ces traités ne furent que partiellement respectés et l’esclavage fut pratiqué notamment dans les pays coloniaux français sous forme clandestine  ---

11.13 - Reconnaissances officielles : 2001 en France, reconnaissance de la traite des esclaves comme crime contre l’humanité – 2004 année internationale de commémoration de la lutte contre l’esclavage et de  son abolition (ONU) – 2005 journée internationale pour l’abolition de l’esclavage. ---

11.14 – Si l’esclavage sous sa forme sociale a pratiquement été supprimé à notre époque. --- Il faut cependant tenir compte des formes sociales de dépendance pratiquée par certaines classes de « bien nantis » ou d’employeurs qui exercent sur leurs subordonnés une pression telle que ceux-ci perdent leur liberté sociale. --- Ces esclaves modernes connaissent la même terreur des « patrons » qui menacent constamment leurs subordonnés non qualifiés ou clandestins qu’ils « exploitent » : la perte d’un salaire minable les terrorise et les rendent dépendant à n’importe quelles conditions. --- Ces « négriers » exigent une rentabilité maximale et des prestations non rémunérées à la limite du supportable. --- 

11.15– Il faut cependant mettre en cause notre système économique de libre échange qui force certains employeurs de nos pays et des pays sous-développés à pratiquer des prix bas pour conserver une rentabilité suffisante. ---

11.16 – D’autre part, hypocritement, nous fermons les yeux sur cette injustice permanente de nos sociétés qui contribuent à leur confort en pratiquant des prix minables au préjudice des peuples pauvres. --- Certains médias et les œuvres sociales ne cessent de nous faire prendre conscience de cet état de chose. --- Au lieu de nous plaindre de la « vie chère », nous devrions prendre conscience de cette « injustice » qui contribue au confort dans nos assiettes, nos loisirs, notre santé et l’éducation de nos enfants. --- Comme disait mon patron : « On se plaint, la gueule pleine ».

 

A SUIVRE

 

 

 

24/12/2016

EXISTER

 

EXISTER  !  ?

 

EXPOSÉ PERSONNEL DE NOTIONS ÉLÉMENTAIRES DE PHYSIQUE ET DE BIOLOGIE APPLIQUÉES Á L’EXISTENCE ET Á L’UNIVERS.

Ce document sera régulièrement mis à jour et corrigé, afin d’être toujours complet et d’actualité. ---

Seront notés en couleur les commentaires complétant, confirmant ou contredisant des passages de ce travail, en remerciant ceux qui voudront bien prendre cette peine. Cliquer sur commentaires en bas juste avant les tags

Ils peuvent les adresser aussi par mail à philippemailleux@gmail.com

Merci à tous ceux qui voudront bien prendre cette peine. ---

Le texte qui suit a été revu, corrigé et complété le 24 décembre 2016

-------

 

LA NOTION D’EXISTER EST FONDAMENTALE ET DÉCOULE DE L’OBSERVATION ET DU RAISONNEMENT DE L’ÉTRE INTELLIGENT QU’EST DEVENU L‘HOMME. ---

  1. Le fondamental imposé par la raison

1.1 - L’état statique étant inconcevable dans le réel absolu, le mouvement reste la seule alternative à l’Univers. --- Il est constitué de matières en mouvement permanent. --- Tout est toujours en mouvement, rien n’est statique. --- Les autres alternatives résultent du raisonnement des êtres humains mortels qui conçoivent mal qu’il y a un début et une fin à l’Univers, comme dans son existence et dans celle de la vie. ---

1.2 -  D’autre part, le mouvement ne peut se concevoir sans l’espace et sans le temps pour le réaliser --- Notre environnement terrestre nous le prouve d’ailleurs, puisque nous sommes tributaires de l’espace pour nous déplacer et du temps pour durer jusqu’à la mort. --- Il est inconcevable que l'Univers ait un début et une fin, son existence est infinie et a toujours existé. ---

1.3 - Le mouvement engendre la matière qui est une entité physique perçue par nos sens et analysée par notre intelligence. --- Tous les êtres vivants perçoivent leur environnement avec acuité grâce aux sens dont ils disposent soit la vue, le toucher, l’odorat, l’ouïe et le goût. ---   Ils n’ont développés ceux-ci qu’en fonction des besoins d’adaptation à leur milieu. --- Le plus performant des êtres vivants sera l’être humain qui dispose de tous ces sens et les a affinés par une longue évolution lui faisant atteindre l’intelligence, faculté performante peut-être unique dans l’Univers. --- Elle a permis à l’être humain de créer et développer la pensée, le raisonnement et la créativité. ---

1.4 - Rien ne se crée, rien ne perd, tout se transforme a dit Antoine Lavoisier, guillotiné à la révolution, fin du 18 ème siècle. …  La vie obéit à cette loi de permanence de l’Univers --- Si on raisonne, cet état de chose tombe sous le sens. --- Résumons : 1. L’existence ne peut qu’être un phénomène en mouvement, les autres éventualités étant impossibles --- 2. Le mouvement suppose le temps et l’espace --- 3. La condition d’infini, de l’espace et du temps, ne peut que s’aligner sur la loi de Lavoisier « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». (La matière ayant un volume et une existence infinie, une autre alternative est logiquement inconcevable).

1.5 - Certains physiciens comme John Eecles ont avancé une théorie selon laquelle l’Univers total permanent et constant n’en serait que le bourgeon d’un univers total. --- C’est la théorie que je privilégie parce qu’elle explique mieux un mécanisme logique, dans lequel notre Univers ne serait qu’un prolongement, comme le bourgeon d’un arbre et expliquerait mieux de nombreuses incohérences dans la théorie d’un univers unique et primordial (ce qui augmente encore notre insignifiance). ---

1.6 - Une autre théorie souvent privilégiée serait que cet univers dans lequel nous évoluons en 13 milliards d’années (scientifiquement prouvé) avec un début et une fin, tournerait en cycles ou en boucles fermées, comme disent les informaticiens, avec une évolution interne et permanente de ses composants. ---

  1. Les prémices de la vie.

2.1 - Le phénomène de la vie a débuté « accidentellement » sur la planète Terre, déchet partiellement éteint de notre astre le soleil. --- Par sa position privilégiée dans le système solaire, notre planète, constitua fortuitement les éléments actifs, que sont les êtres vivants qui ont une existence limitée dans le temps pour devenir inertes en fin d’existence. Nous les retrouvons dans le charbon, le pétrole et les terres arables en mélange avec certaines matières fondamentales répertoriées dans la table de Mendeleïev, classifiant tous les éléments de notre environnement terrestre. ---

 2.2 – Il est important de signaler ici les effets sur la vie du rayonnement cosmique. --- Il s’agit d’un flux de noyaux atomiques et de particules de haute énergie qui circulent dans le vide interstellaire. --- Il est funeste à la vie. … Cependant, il existe la ceinture de Van Allen qui stoppe les particules énergétiques néfastes à la vie, provenant de la stratosphère ---

2.3 - Le « terreau de terres arables » constitua les premières couches provenant de la transformation de la vie active par la mort en élément passifs dans lequel, « grouille » également une vie parasitaire qui s’y est installée. --- Ce « terreau » s’est constitué progressivement au fil des temps pour devenir, en fin de parcours, notre monde vivant et l’inerte au stade succédant à la vie. --- En s’accumulant, ils formèrent un milieu propice à l’expansion de la vie. --- Il est intéressant de préciser le parcours de ce processus. --- La planète terre est un accident fortuit réunissant toutes les conditions propices à la vie. --- Ces « hasards » sont accidentels : notre planète est un déchet de soleil qui permet l’eau liquide, milieu dans lequel le « hasard » a abouti à la vie. --- La vie a la durée nécessaire, sauf accident, à son renouvellement. --- Inerte, elle s’associe à certains éléments refroidis, des déchets de soleil, pour former une nouvelle individualité « vivante » dont l’existence est de plus ou moins cent ans chez les humains. ---                                                                            

2.4 – C’est par accident fortuit qu’il s’est produit sur la planète Terre un événement favorisant les conditions nécessaires à la vie. --- La Terre doit orbiter autour du soleil à une distance provocant l’eau, liquide constitué de deux atomes d’hydrogènes et un atome d’oxygène, ils furent nécessaires à la vie. --- Il est difficilement imaginable qu’un « accident fortuit » tel la vie se soit produit dans l’Univers tellement il a fallu de circonstances favorables pour la produire. --- D’autres « chances » se sont trouvées pour aboutir à l’intelligence, faculté développée en bout de chaîne par l’être humain, sommet de l’évolution. --- Il est difficilement concevable qu’un processus similaire se soit produit ailleurs dans l’Univers, tellement il est aléatoire. --- Quant à l’être humain, on sait que son existence a subi de nombreux événements le conduisant à la limite de l’extinction. ---

2.5 - En ce qui concerne les débuts de la vie, plusieurs hypothèses existent. --- Les conditions de son apparition peuvent avoir résulté de facteurs favorables de lieu et de température, comme un lagon dans des mers chaudes ou un élément extraterrestre. --- Cette association fortuite d’éléments favorables à la vie évoluée est, sans doute, une exception dans l’univers. ---

2.6 - Les premières molécules résultant de cet accident ont évolué lentement jusqu’aux premières chaînes de cellules qui se sont multipliées. --- Dans un premier temps, par séparation en éléments identiques reproductibles, c’est la mitose (séparation d’une cellule mère en deux cellules filles ne permettant que des descendants d’une même souche). ---

2.7 - Ils s’adaptèrent aux milieux et se reproduisirent ainsi sans se différencier jusqu’à l’apparition fortuite de la méiose, (phénomène séparant la cellule en deux parties destinées à se joindre à celles provenant d’autres individualités. --- L’opération se réalise en deux temps : 1.  Un croisement appelé « chiasme » donne deux cellules mâles et deux femelles qui sont réunis dans le même individu. --- 2. Ils se croisent à nouveau pour obtenir des chromosomes mixtes qui peuvent s’allier avec d’autres chromosomes mixtes). --- Ce processus d’adaptation, peut-être dû au « hasard », a provoqué la diversité des êtres vivants et leur dispersion jusqu’à l’homme et les êtres actifs qui embellissent ou détruisent notre planète. 

2.8- L’eau, élément liquide, mère de la vie, produisit les premières cellules qui évoluèrent lentement jusqu’à saturation du milieu. --- Une mutation se produisit provocant l’apparition des prédateurs pour les éliminer et rétablir l’équilibre. --- Certains animaux « marins », les terres ayant surgi des océans, sortirent de leur élément et s’adaptèrent progressivement aux milieux solides, en utilisant d’abord les deux éléments (eau et air), --- Par mutations successives et adaptations, ils devinrent les êtres vivants, dont nous seront les descendants dominateurs, qui occuperont les continents et les mers. ---

2.9 - Ils faut préciser que les surfaces solides de la planète se sont agrandies par phénomènes physiques incitant certains êtres vivants des milieux liquides (les mers) à évoluer dans les milieux solides émergents en adaptant progressivement leur système respiratoire. --- (Rappel : Les surfaces solides, qui sont sorties des mers sont dues à des phénomènes physiques, la terre n’ayant été, suivant certaines théories, qu’un vaste océan)

  1. Les débuts de la vie.

3.1 -  Ce fut l’ère des algues bleu-vert (Cyanophyceae) qui peuplèrent la surface des mers et créèrent le phénomène de la photosynthèse qui transforme l’énergie solaire en énergie chimique utilisable par la cellule --- (La photosynthèse est le processus bioénergétique qui permet aux plantes et à certaines bactéries de synthétiser de la matière organique (dioxyde de carbone), de l’eau et des sels minéraux en exploitant la lumière du soleil). --- La photosynthèse est apparue avant l’apparition de la vie et lui est nécessaire ---       

3.2 - Le phénomène des algues bleues s’est produit il y a environ 3,8 milliards d’années et a contribué à l’expansion de la vie dans et en dehors des milieux marins. --- (L’algue bleue fut la première. --- Elle fut la seule pendant plus de 2 milliards d’années à produire de l’oxygène (deux molécules). --- A l’origine la Terre était dépourvue d’oxygène. --- Il s’est formé grâce à la photosynthèse réalisée par les végétaux et les algues dont l’algue bleue. ---

3.3 - Une partie de l’oxygène (deux molécules d’oxygène) a donné de l’ozone ou Trioxygène (trois molécules d’oxygène) qui s’accumula progressivement dans la stratosphère en une couche réduisant peu à peu l’action biocide (tue la vie) des rayons ultraviolets et favorisant l’émergence, en premier lieu, des végétaux, évolués à partir de cellules primaires). --- C’est un gaz perçu par l’odorat humain (odeur de chlore). --- En grande quantité, il peut être toxique. --- Il est présent dans l’atmosphère terrestre et il forme dans la stratosphère une couche située entre 13 et 40 km d’altitude. --- Il intercepte plus de 97 % des rayons ultraviolet du soleil. ---

3.4 - Ce ne fut que péniblement et progressivement que la vie débuta par les plantes, dont l’existence remonterait à plus de 470 millions d’années. --- Ce ne fut, d’abord, que des plantes basses à spores (peuvent donner de nouveaux individus sans fécondation), ensuite des forêts de fougères arborescentes (nombreuses branches comme un arbre) et enfin des plantes proches des conifères. --- En ce qui concerne les insectes, leur première apparition daterait du Dévonien inférieur (-416 à -398 millions d’années). ---

3.4 - La vie s’est formée et a progressé lentement à partir de certains éléments de l’Univers, classés dans la table de Mendeleïev qui répertorie tous les éléments existants et ceux que l’homme a produit artificiellement par dissociation de certains. --- Ces éléments se retrouvent dans ceux qui ont abouti à la vie, complétant l’apport biochimique initial. --- C’est ainsi que la végétation terrestre s’est développée dans des milieux nutritifs composés, favorisant son évolution. ---

 

  1. Les dinosaures et le gigantisme de l'évolution.

4.1 - Avec le temps, la masse inerte de l’évolution a constitué un matériau riche et abondant provoquant le développement gigantesque d’abord de plantes primaires et par mutations accidentelles ou nécessaires survinrent les herbivores qui s’en nourrissaient et, dans certains milieux confinés, mutèrent en prédateurs carnivores pour les réguler et maintenir l’équilibre. --- 

4.2 – C’est ainsi que la richesse du substrat terrestre accumulé pendant des millions d’années à partir de cellules vivantes provoquèrent en abondance des plantes et des animaux gigantesques (les dinosaures) qui peuplèrent la Terre. --- Ils y régnèrent en maître pendant 160 millions d’années. ---

4.3 - Il y a 65 millions d’années, une météorite gigantesque de mille milliards de tonnes percuta la Terre, traversa l’océan et s’enfonça dans les fonds océaniques. --- La température de ce météorite aurait été de 18000 degrés centigrades. --- L’atmosphère terrestre se serait élevée à 2000 degrés centigrades. ---

4.4 - Une autre théorie défendue, entre autres, par le professeur de Duve situerait l’impact d’une météorite de dix km de diamètres à Chicxulub dans le Yucatan au Mexique qui aurait créé un cratère de 180 km de diamètre. --- Il semblerait que la datation du cratère serait mise en cause, cependant expliquée par certains spécialistes. --- Quels qu’ils soient, ces événements obscurcirent la Terre d’un voile de matières solides (poussières) empêchant la lumière d’accomplir son rôle de maintien de la vie. --- Les plantes et les animaux gigantesques disparurent, seuls les petits mammifères camouflés dans des terriers survécurent en se nourrissant de racines et de quelques restes de végétaux bas échappés au désastre. --- (note : Les petits mammifères s’étaient développés en fin du cycle des sauriens et subsistaient difficilement à une nature gigantesque, leur petite taille inadaptée à ce règne, constituait un handicap à leur prolifération et à leur survie)

4.5 - Après un long obscurcissement, la vie repartira de zéro en ayant perdu son potentiel exponentiel de croissance de 160 millions d’année (période précédente). --- La vie redevenait balbutiante. --- Les quelques animaux et plantes survivants, sauvés par leur petite taille, prolifèrent lentement. --- et parmi ceux-ci, les petits mammifères qui, peut-être par accident biologique de dégénérescence, n’avaient pas bénéficié du potentiel de gigantisme acquis pendant 160 millions d’années par les grands sauriens. --- Cette circonstance négative de dégénérescence devint bénéfique pour la planète. --- Elle s’adapta lentement aux nouvelles contraintes et développa davantage une prolifération en quantité et en spécificité aboutissant à l’émergence du milieu enchanteur dont nous bénéficions maintenant avec bonheur. ---

4.6 - D’autre part, provenant de la lignée des dinosaures aériens, certaines espèces volantes survécurent au désastre et par mutations et adaptations formèrent le merveilleux bloc originel des oiseaux (plus de 10.000 espèces) qui enchantent notre environnement. --- Ces ancêtres volants, survivant du cataclysme, (les Théropodes carnivores ou insectivores) donnèrent vie à certaines espèces qui ont amélioré leur aptitude au vol.--- Ils seraient les seuls survivants des dinosaures. --- Cependant, leur origine reste incertaine. --- D’autres animaux rampant ou marins, échappés du désastre, vinrent s’ajouter aux survivants. –

4.7 – Il est intéressant de signaler qu’au crétacé supérieur, des dinosaures marins, reptiles redoutables, les mosasaures furent découverts à Ciply (Belgique) en 1884 – 1885. --- Ils sont exposés au musée d’histoire naturelle de Bruxelles). --- Ils mesuraient 12,5 mètres minimum (on ne connait pas leur taille maximum, ce reptile continuant à grandir). --- Ils auraient vécu dans la période de -95 à -65 millions d’années et ont disparu lors du cataclysme qui mit fin au règne des grands dinosaures. ---  

  1. L'après cataclysmes

5.1 - Revenons à cette période menaçant la vie, qui ne subsista que par l’action des survivants qui, en surmontant un milieu hostile, s’adaptèrent doucement et péniblement à leur nouveau biotope. --- La suite de l’histoire aboutissant à l’homme est bien connue et succinctement vulgarisée dans les médias.

5.2 - Il est intéressant de donner un aperçu de l’évolution de la chaîne des préhominiens, en partant des bactéries, établie par les scientifiques, pour aboutir aux ancêtres de l’homme. ---

Enumération succincte de l’évolution de la vie depuis ses origines, il y a 3,5 milliards d’années :

 A.- Les eumétazoaires, êtres vivants proches des bactéries. --- B.  - Les vers ou bilatériens, --- C. -  Les vertébrés qui ont l’avantage de posséder un crâne abritant le cerveau avec ensuite une colonne vertébrale et un squelette qui s’ossifie. D.- Les tétrapodes (quatre pieds) d’abord amphibies, ils s’adaptèrent par passage du milieu aqueux en milieu aérien (les dinosaures entre autres, éteint par phénomènes physiques détruisant la vie par l’absence de rayons solaires.) --- E. - Les mammifères, d’abord petits reptiles principalement nocturne, insectivores, le corps couvert de poil, dentition adaptée à une nourriture dure avec développement de l’ouïe et de l’odorat, vision nocturne déficiente. --- L’homme est aussi un primate, à l’origine arboricole et frugivore qui évoluera au stade de la vision binoculaire et en couleur pour trouver les fruits, membres préhensiles pour se tenir aux branches et cueillir. --- F. -  Le dernier stade est celui de l’homme intelligent, évoluant depuis le bonobo quadrupède jusqu’à l’homo bipède, au bassin étroit forçant les parturientes à la mise au monde de prématurés.

5.3 – Le mouvement dont les lois générales régissent tout ce qui est dans l’Univers total à partir de son origine dans le système, poursuivit son expansion à partir de ce qui restait après le cataclysme. --- Les survivants du cataclysme, plantes et animaux de petite taille, créèrent l’environnement merveilleux dont nous bénéficions. ---

5.4 – Ces rescapés (plantes et animaux) étaient mieux adaptés à la taille de l’environnement terrestre que les premiers êtres vivants, qui dans ce nouveau contexte étaient handicapé par leur gigantisme. --- Dégénérés du règne précédent, ils proliférèrent jusqu’à saturation de leur habitat. --- En bout de chaîne, l’espèce humaine domina son milieu au détriment des autres. ---

5.5 – Ces nouveaux habitants envahirent la planète, se multipliant dans les milieux qu’ils occupaient. --- Seules les petites tailles, épargnées du cataclysme, proliférèrent en maître dans un environnement qui leur était favorable. --- De plus, les conditions climatiques, elles aussi, s’adoucirent suite à une vraisemblable légère modification de la position de la planète par rapport au soleil. ---

5.6 -  La loi générale de la vie s’appliqua aux nouveaux règnes avec saturation et mutation pour s’adapter aux contraintes locales. --- C’est à ce processus que nous devons l’environnement merveilleux dont nous disposons. ---

  1. Les premiers ancêtres de l'homme.

6.1 - En ce qui concerne, l’apparition des premiers ancêtres de l’homme, elle se situerait, il y a 3,2 millions d’années, avec la célèbre Lucy, découverte en 1974, en Éthiopie. --- Elle serait le premier hominidé se tenant droit et capable de marcher sur ses deux pieds. --- Par la suite l’évolution vers le bipède que nous sommes, pris des millions d’année avec beaucoup d’avatars à la limite de l’extinction. --- L’évolution étant toujours soumise aux effets du hasard qui est le seul moteur qui régit l’univers et en fait sa spécificité. --- Il faut signaler aussi que le squelette du premier hominidé bipède a été découvert en Éthiopie et daterait de 3,8 à 4 milliards d’année. --- Le lieu de la découverte est situé à 60 km de l’endroit où avait été découverte Lucy. ---

6.2 – Il faut aussi signaler la controverse en ce qui concerne l’appartenance humaine de Toumaï, qui se situerait à environ 7 millions d’années dont  Ahounta Djimdoumamalbaye, anthropologue, a découvert un crâne de cette époque dans les sables du Tchad qui a certaines caractéristiques du crâne humain. --- Il semblerait que les orbites et la fosse nasale soient proches de l’ancêtre humain, sauf cependant le bourrelet facial et les orteils écartés spécifiques aux grands singes. ---

6.3 – Produit par les effets du hasard, les descendants pré humains, après de nombreuses péripéties à la limite de l’extinction, parvinrent à l’homme civilisé qui s’était adapté à un sort malheureux qui en faisait l’être le plus défavorisé de l’évolution. --- Cet environnement le poussa à développer l’intelligence, seul atout de survie, les autres mammifères et êtres vivants n’en étant que pauvrement doté. --- L’homme développera l’intelligence et le raisonnement, créera le langage, inventera l’écriture, le livre, et l’informatique, s’efforcera d’accroître la connaissance jusqu’à manipuler dangereusement la matière. ---

6.4 - La bipédie entraînera des modifications morphologiques qui eurent une conséquence directe sur l’hominisation : mains libérées, crâne droit au sommet de la colonne vertébrale, augmentation de la masse cérébrale résultant de l’effort intellectuel et le larynx dégagé favorisant le langage évolué. --- Le pied consacré à la marche debout perdit son pouce opposable. ---

6.5 – Ceux qui avaient perdu l’habitat arboricole devinrent la proie des fauves et furent forcés de se réfugier à l’entrée des grottes et dans quelques arbres ou buissons épineux. --- Ils se disputèrent les restes de chairs avariées que leur laissait les charognards --- --- La position debout pour surveiller au-dessus des hautes herbes un environnement hostile serait peut-être et aussi une des causes de la position debout, ainsi que celui de libérer les membres avant pour transporter les restes « chipés » aux fauves. ---

6.6 - Cette thèse, défendue par le professeur Coppens, fut contredite par la découverte d’autres ancêtres de l’homme ayant vécus en dehors de la protection des hautes herbes. (Le professeur le reconnaitra). --- Cependant, la théorie gardera ses adeptes qui prétendent que ce milieu aurait pu, par croisement des descendants, parvenir à l’espèce actuelle, tout en apportant des spécificités propres. ---

6.7 – De toutes manières, l’origine et les causes dans le temps de la bipédie humaine restent incertaines et controversées --- D’autres théories existent : 1. ramassage de nourriture fuyante (insectes et vers) plus efficace en position accroupie, 2. transport de nourriture et outils, 3. sélection sexuelle favorisée par la position debout mettant en valeur l’organe mâle. ---

  1. - L'association, facteur d'évolution.

7.1 – Les premiers hominiens n’avaient survécu à l’action des prédateurs qu’en s’associant, les autres furent rapidement éliminés. --- Cette circonstance les amena à développer les cris ou grognements diversifiés. --- Ils furent d’abord saccadés en longues ou courtes pauses pour exprimer des informations. ---

7.2 - Ils se perfectionnèrent en modulant les sons, ce furent les prémices du chant et de la musique, la parole étant constituées de sons exprimés en tons égaux « recto tono ». --- la modulation des sons amena certains, plus performants, à se distinguer et à créer des « récitals » que les autres appréciaient, ainsi se créa la poésie et la chanson populaire que fredonnent tous nos contemporains. --- Les français ont créé le vers rythmé et l’alexandrin, vers de dix syllabes ou pieds, composé de deux hémistiches de six syllabes, en souvenir d’Alexandre, empereur romain, sous lequel cette pratique littéraire eut son origine et ses premiers auteurs. ---

7.3 - Les survivants découvrirent le feu lors des incendies de forêts, et l'ont capturé dans des « fins de feux ». --- Ils firent des torches pour s’éclairer la nuit et trouer l’obscurité des grottes. ---  De plus, elles éloignaient les fauves. --- Des circonstances fortuites leur fit découvrir le rôtissage des viandes, avec l’avantage d’améliorer le goût et d’augmenter les facultés digestives. --- Les cuisiniers actuels confectionnent nos plats préférés en les agrémentant de sauces les plus goûteuses et maintenant les plus sophistiquées. --- Les prouesses des chef coq dans la cuisson des mets sont de plus en plus élaborées : marinades, braisage, mijotage, rôtissage, fermentation, repos avec nouveau traitement. ---

  1. - La sédentarité.

8.1 - Les hominiens n’avaient évolué qu’en s’associant en petites bandes, conduites par un plus fort ou plus expérimenté par l’âge. --- La découverte du feu fut un facteur essentiel de progrès tant pour l’alimentation que pour leur défense et leur confort. --- Les aliments cuits, d’abord des viandes et ensuite des végétaux leur permirent d’en améliorer le goût, de les conserver et de mieux les digérer. ---

8.2 – Ils découvrirent l’élevage en capturant de jeunes animaux et en domestiquant quelques-uns, ce qui leur fit rapidement comprendre les avantages de la sédentarité. --- Les troupeaux étaient plus facilement gardés, parqués dans des enclos de branchage. --- Ils élèveront aussi de jeunes loups qui apprendrons à rassembler les troupeaux dans les pâturages et qui devinrent de bons gardiens qui les défendaient des agresseurs. ---

8.3 – la sédentarité leur apportait beaucoup d’avantages : 1.- la domestication de nombreux animaux s’étaient améliorée par l’élevage (chèvres, moutons, vaches ou autres ruminants, animaux de bassecour et porc sauvage devenu le plus important dans l’alimentation) 2. - la culture de plantes sauvages sélectionnées.  3. - La sélection et le temps les firent mutés en viandes raffinées et en   légumes et fruits de table. ---

8.4 -  Ces anciens chasseurs, sédentarisés dans les meilleurs endroits de production et à proximité d’un cours d’eau, se regroupèrent en hameaux, en réalisant les avantages de l’associativité qui permettait de diversifier les tâches et d’augmenter le confort. --- Un « vieux » réglait les conflits et donnaient des conseils aux plus jeunes. ---

8.5 -  En grossissant, ces hameaux devinrent des villages avec tous les problèmes inhérents à l’égoïsme humain. --- Une organisation plus contraignante fut mise en place avec une hiérarchie dans le pouvoir. ---

8.6 -  D’autre part, les récalcitrants furent exclus de la communauté et forcés de vivre de rapines prélevées dans les champs et sur les troupeaux. --- ils s’associèrent en bandes belliqueuses qui s’affrontaient durement, développant leurs qualités musculaires avec un chef respecté pour sa force physique  et son autorité. ---

  1. - Les potentats et la monnaie.

9.1 – Ces bandes guerrières s’emparèrent du pouvoir dans les cités et imposèrent leurs lois dont celle de prélever des biens ou imposer des services. --- Ce furent les premiers impôts et les prémices de l’esclavage. ---

9.2 – Avec le temps, ces villages devinrent des villes et des états nécessitant une organisation contraignante basée, en général, sur la dictature exercée par des potentats qui ont imposé leurs lois par la force. --- L’histoire nous a rapporté que, à la tête de la plupart des états, des chefs de bande se sont imposés par les armes et se sont enrichis au détriment des populations, dites laborieuses. ---

9.3 -  Certains de ces potentats, pour mieux asseoir leur autorité, se sont arrogés une autorité de source divine. --- La plupart ont assis leur pouvoir sur la croyance en un ou des êtres supérieurs tout puissant dont ils sont l’émanation ou la représentation. ---

9.4 – Les vaincus des guerres furent souvent réduits à l’esclavage. --- Suivant Montesquieu « l’esclavage proprement dit est l’établissement d’un droit tellement propre à un autre homme, qu’il est le maître absolu de sa vie et de ses biens ». --- Il est réduit à l’état de chose dont on dispose à sa fantaisie. --- La plupart des peuples vaincus ont subi ce sort. ---

9.5 – L’exemple d’esclavagisme le plus récent de l’histoire moderne ne date pas de longtemps. --- La traite des noirs d’Afrique qui étaient vendus et considéré comme un animal domestique ne fut abolie qu’en 1865 après la victoire du général Grant sur le général Lee. --- La guerre entre les états abolitionnistes et les « esclavagistes » qui avait fait sécession, dura quatre ans. ---

9.6 -  Il est intéressant de signaler : 1.- Les abolitionnistes comptaient à l’entrée de la guerre une population de 22 millions d’habitants et leurs adversaires 9,1 millions (des fermiers ou exploitants agricoles) qui utilisaient 3,5 millions d’esclaves noirs.  2.- La victoire des abolitionnistes est due à sa puissance industrielle et à son réseau ferroviaire qui permettaient un déplacement efficace des troupes 3. Cette guerre permit aux États-Unis, origine du nom, de constituer l’état puissant qui est actuellement maître du monde 4. - Le nombre de victimes dans ce conflit (624000 tués et 500.000 blessés) est le plus important de l’histoire des États-Unis et dépasse même celui des victimes des guerres auxquelles ils avaient participé, y compris celle de 40-45.

  1. – Les croyances et les religions.

10.1 – Comme dit précédemment, les hommes, dès qu’ils ont pensé valablement en cherchant le pourquoi des événements dont ils n’étaient pas maître, ont levé les yeux vers ce ciel qui qui conditionnait leur existence : soleil, pluie, orage, tonnerre, vent, éclairs, nuages, étoiles. ---  

10.2 -   La constatation de ces phénomènes les ont amenés à en rechercher la cause qu’ils attribuèrent à l’action de puissances extérieures. --- Ce fut d’abord le soleil qui se levait et se couchait en rythmant leur existence en jour et nui et dont la présence apportait joie et bien-être. --- Ce fut, ensuite, la crainte et l’angoisse que leur causait l’apparition de phénomènes liés à l’action de l’eau qui tombait en pluie depuis les nuages, du vent, des éclairs accompagnés de tonnerre et aussi du grand mystère du firmament s’étendant sur leurs têtes, piqué d’innombrables étoiles. ---

10.3 - Le milieu arboricole dont il provenait en avait fait des êtres craintifs échappant aux fauves qui les traquaient, par leur agilité et leurs membres allongés. --- Leur migration vers des espaces peu arborés les rendit vulnérables aux fauves qui les traquaient. --- Ils devinrent, en grand nombre, une proie facile. --- Ils se nourrissaient, à la sauvette, des maigres restes que leur laissaient les charognards. --- Frugivores et insectivores, ils avaient développé leurs membres avant et leurs doigts pour permettre la préhension de leur nourriture. --- Ce fut le début de l’utilisation manuelle des membres avant pour mieux tenir les restes (carcasses ou os) ou pour s’échapper d’un danger tout en maintenant les restes avec un bras. ---

10.4 -  Les quelques survivants de ces périodes de transition mutèrent vers des espèces plus performantes physiquement et intellectuellement pour s’imposer à leurs agresseurs. --- Ils développèrent la station debout qui libérait les mains. --- Ce furent les premières avancées permettant la création matérielle d’objet de confort, d’utilité ménagère ou de progrès. --- Cette mutation fut les prémices de celle qui aboutira aux avancées actuelles de la science et des techniques les plus sophistiquées. --- L’utilisation exclusive des mains favorisa la mutation de la fonction préhensile des membres arrières vers celle de la marche. --- La plante des pieds se rapprocha de celle des plantigrades (ours)

10.5 – L’intelligence, d’abord primaire, s’affina dans la pensée et provoqua le questionnement sur l’existence et sur les forces dont ils étaient tributaires. --- La pensée s’exprima d’abord par des signes et l’amélioration des grognements de satisfaction des primates qui s’affinèrent en langage qui provoqua la mutation du larynx et du pharynx en organe de sons modulés d’abord et ensuite exprimés par la voix. --- Ainsi naquit la parole, d’abord chantée et ensuite parlée. --- La nécessité de communiquer perfectionna la parole diversifiée en vocabulaires de plus en plus sophistiqué pour créer un langage usuel exprimant le concret d’abord et abstrait ensuite affinant la pensée dans l’abstraction. ---

10.6 -  L’évolution d’une société  ainsi créée et évoluée, avait provoqué des regroupements en petites unités, dirigées par des anciens ou des sages, pour progresser vers des unités plus grandes, villages, villes, pays. ---

10.7 – Les opportunistes ou les exclus de la vie organisée, comme détaillé plus avant (exclusion des bourgades), s’imposèrent par la force et leurs meneurs s’arrogèrent des pouvoirs régaliens leur imposant une charge en biens ou monnaies d’échange de plus en plus lourde. --- Ce qui conduisit les populations à l’esclavage et à la misère.

10.8 – L’histoire nous rapporte que les croyances et les religions sont nées de la nécessité intellectuelle des humains à rechercher, dans les phénomènes naturels ou spatiaux, les raisons de leur existence, qu’ils attribuaient à des forces supérieures qu’ils ne pouvaient contrôler. ---

10.9 -  Cette quête d’une réponse à cette interrogation primordiale, amena ces premiers animaux évolués, dès que la pensée devint intelligente, à rechercher ces puissances occultes dans ce qu’ils ne comprenaient pas et dans les mystères de la nature. Ce fut ainsi qu’ils implorèrent ces « puissances » de leur accorder des faveurs ou d’éloigner les dangers naturels. --- La vie en société leur avait appris que rien ne se faisant gratuitement, il fallait « offrir » en biens ou en monnaies d’échange ces demandes avec l’espoir de les voir « exaucées ». ---

10.10 – Les petites unités développèrent leurs échanges ce qui favorisa le progrès et incita ceux qui avaient amélioré le confort ou fait des découvertes utiles à la société, de bénéficier d’avantages particuliers qui en incitèrent d’autres à les imiter. --- C’est ainsi qu’apparurent les chercheurs et les savants qui firent école de disciples, augmentant ce qui fut appelé le « progrès ». ---

A SUIVRE

 

27/12/2012

Ch. 00.12 - Relais de l'appel du prix Nobel Christian de Duve que j'ai adressé aux parlementaires francophones belges ... 2. Synthèse des données récentes concernant l’origine de la matière ...

Relai de l’appel du Prix Nobel de médecine pour sauver la planète

------

NOS PETITS-ENFANTS SONT EN PÉRIL, SAUVONS-LES !  

EN PRENANT DÉS MAINTENANT LES MESURES QUI S’IMPOSENT.

Je me suis permis d’adresser individuellement,

ce 23 décembre au plus grand nombre 

de parlementaires et de sénateurs belges 

 le message, ci-dessous, de Christian de Duve,

prix Nobel, concernant  le problème de surpopulation

qui menace notre planète,pour qu’ils entament

une action de sensibilisation et de mobilisation,

à l’échelle locale de la Belgique francophone 

 pour la propager ensuite à l’échelle mondiale.

-------

Il n’est pas trop tard, mais il est temps d’agir, si nous voulons sauver notre descendance.  

JE M’ADRESSE À TOUS POUR PROPAGER CE MESSAGE DU CÉLÈBRE SAVANT.

-----

APPEL EN FAVEUR D’UNE ACTION POUR SAUVER LA PLANÈTE 

MENACÉE DE SURPOPULATION AUTODESTRUCTRICE .

SOS, notre descendance est en péril … 

 

Étant très préoccupé de l’avenir de ma descendance, je me sens le devoir d’agir efficacement  pour soutenir l’action du professeur de Duve en faveur d’une gestion plus équilibrée de la prolifération de notre espèce en grand danger de surpopulation autodestructrice… 

Comme dans tous les moments difficiles de son histoire, les civilisations dominantes de l’humanité se réfugient dans l’attitude de l’autruche… Adoptant une politique à courte vue, elles mettent la tête dans le sable, sans souci de l’avenir : «  après moi le déluge ! » … disait Louis XV, … dans le déluge de la révolution, son successeur, guillotiné, en perdit la tête et la royauté devint une république …

Il est indéniable que, nous, les géniteurs des générations futures, portons la lourde responsabilité vis-à-vis de notre descendance de mener un débat de fond sur le problème de surpopulation qui la menace et de prendre les mesures qui conviennent …

Les autorités de nos sociétés  doivent mobiliser le maximum de responsables politiques et religieux pour chercher des solutions à court et à long terme de limitation des naissances, en vue d’éviter l’autodestruction inévitable d’une humanité surpeuplée saturant son espace vital … 

Christian de Duve dans son dernier livre soutient que c’est par atavisme que nos ancêtres, humanoïdes arboricoles fragiles, ont privilégié l’associativité, l’union faisant la force, avec la conséquence néfaste de  provoquer la rivalité entre clans voisins … Cet instinct primaire est d’ailleurs le réel moteur de la sélection, favorisant les plus forts au détriment des autres … 

Aussi, le célèbre professeur émérite, prix Nobel de médecine, lance-t-il un appel angoissé à l’humanité intelligente et responsable pour qu’elle surmonte cet instinct atavique de domination conquérante des plus forts pour le remplacer par une solidarité planétaire  de gestion des biens et des personnes  …

Dans mon bloc et mon site depuis une douzaine d’années, J’ai l’avantage d’être suivi par un nombre sans cesse grandissant de lecteurs (journellement 100 à 150 qui lisent ou consultent 500 à 1000 pages) … Cette responsabilité médiatique de moyens divulgateurs m’entraîne à provoquer une démarche la plus large possible en m’adressant directement aux pouvoirs politiques du monde, rendus conscients du danger, pour qu’ils mettent en place des groupes d’études qui s’efforceront de trouver des solutions à ce tellement délicat problème … 

Il est d’autant plus délicat, qu’il touche  des positions religieuses partagées par l’ensemble d’une humanité qui espère toujours un au-delà de bonheur et de récompense de ses mérites, en compensation d’une existence difficile voire insupportable … 

Cet écueil est de taille et semble insurmontable, tellement les croyants de la majorité des religions prônent le « croissez et multipliez-vous » des écritures … C’est dire la difficulté qu’il y aura de trouver le compromis qui contentera tout le monde, sans porter atteinte au fond de convictions érigées souvent en valeurs dogmatiques … 

C’est la raison pour laquelle je pense que les responsables politiques représentant toutes les tendances, élus démocratiquement par leurs concitoyens, sont les seuls à être vraiment capables de se charger d’une approche constructive de ce délicat problème …

Dans cette optique, je propose de provoquer un mouvement, local d’abord, universel ensuite, mobilisant les « élus du peuple », tous partis confondus, sensibilisés à cette problématique, pour qu’ils en prennent conscience et l’étudient à l’échelle la plus large possible.

Cette action « désespérée » de la « dernière chance », prendra beaucoup de temps sans doute, tellement l’inconscience est notoire … les hommes politiques sont eux-mêmes plus préoccupés de leurs succès médiatiques actuels, en privilégiant le confort et le bien-être immédiat sans se préoccuper d’un avenir de restriction qu’ils estiment, à tord, plus hypothétique que certain… 

Le seul argument qui peut porter et qu’il faut avancer impérativement est l’avenir de notre descendance (surtout nos petits-enfants) … Si nous laissons « «aller les choses », ceux-ci connaîtront un futur « catastrophique » … : Les peuples s’entredéchireront dans des combats de possession  des biens disponibles et les progrès de la science militaire n’augurent que de lendemains apocalyptiques …

J’ai repéré sur la « toile » les coordonnées des parlementaires francophones (députés et sénateurs) auxquels j’ai adressé individuellement ce message, en espérant qu’ils feront le nécessaire pour le promouvoir et créer des groupes de réflexion qui chercheront un début de solution à cet épineux et délicat problème …

Je réalise bien l’incongruité de ma démarche dans le climat actuel et, peut-être,  la naïveté de son contenu à une époque du « chacun pour soi » … Cependant,  je n’aurai pas la conscience tranquille tant que je n’aurai pas épuisé tous les moyens à ma disposition pour propager cet angoissant message d’alerte du prix Nobel de physiologie, Christian de Duve … La physiologie est la science qui a pour objet d’étudier la vie, justement menacée par la prolifération d’une de ses plus belles réussites, …  l’être humain …

J’espère que mon action ne produira pas le même effet qu’une aiguille pénétrant un tas de saindoux dans l’indifférence de l’inertie de sa masse …  

Malgré tout, dans cet espoir, je souhaite à tout le monde une prochaine année heureuse, dans un immense esprit de solidarité, faite avant tout de clairvoyance constructive pour une humanité devenue fraternelle et solidaire devant le danger de saturation planétaire et d’autodestruction  que prépare son espèce …

-----

 Pour terminer, je recommande à ceux qui me lisent de se procurer l’intéressant dernier livre de Christian de Duve qui expose le problème et nous met face à nos responsabilités de lutter contre un grégarisme atavique ... : un petit ouvrage de 92 pages, écrit dans un style clair à portée de tous intitulé : « De Jésus à Jésus en passant par Darwin » qui a paru en 2011, chez Odile Jacob au prix de 9,45 euros …  (téléchargement 6,99 euros chez Amazonkindle)  et pour ceux qui voudraient pousser davantage leur investigation, je conseille ses autres ouvrages, chez le même éditeur : Génétique du péché originel : le poids du passé sur l’avenir de la vie (2009, nouvelle édition 2010) - Singularités.  Jalons sur les chemins de la vie (2005) – A l’écoute du vivant (2002).

IMPORTANT : Christian de Duve vient de publier ce 2 janvier 2013 un nouvel ouvrage  : "Sept vies en une, mémoires d'un prix Nobel" chez Odile Jacob (335 pages environs au prix de 25,90 euros) - ouvrage dans lequel il s'interroge sur l'origine et le sens de la vie, évoquant son agnostiscisme.

-----

 

A toutes fins utiles, voici mes coordonnées :

Emails : phmailleux@skynet.be

         philippemailleux@gmail.com

BLOG: http://philippemailleux.blogs.lalibre.be

 -----

« Il n’est pas trop tard, mais il est temps … »

Paul-Henri Spaak, à la tribune des Nations Unies … déjà, directement après la guerre en 1950, lorsque les « blocs » est et ouest risquaient de s’affronter dans un conflit que les armes atomiques, pourtant primaires à l’époque, pouvaient rendre apocalyptiques.

-----

« Si on ne fait rien, on va droit dans le mur … »

Professeur Christian de Duve, prix Nobel de physiologie, il prône, entre autres, une limitation générale des naissances … Si on ne fait rien, continue-t-il, l’humanité pourrait disparaître et pas à très longue échéance.  Je suis ébloui par le passé que j’ai connu et effrayé par l’avenir (Entretien avec Guy Duplat, le 1er octobre 2012, paru dans La Libre Belgique)

-----

 Le 30 octobre 2011, nous avons atteint les 7 milliards de «Terriens »

Depuis, ce chiffre s’est alourdi de plus de 80 millions d’êtres humains … A ce rythme, nous dépasserons les 10 milliards dans 50 ans, atteignant les seuils de saturation les plus optimistes … Si nous ne freinons pas cet emballement, nos petits-enfants connaîtront les pires malheurs …

-----

 

1. Appel du Prix Nobel, Christian de Duve

 Christian de Duve a fêté ses nonante cinq ans ce mardi 2 octobre … Toujours physiquement et intellectuellement en forme, il lance un cri angoissé au monde pour qu’il réalise qu’il n’est pas trop tard, mais qu’il est temps  … 

Résumé de son entretien avec le journaliste Guy Duplat de la Libre Belgique, paru ce lundi 1er octobre 2012 :

« Malgré l’évolution des sciences, beaucoup continuent souvent à voir le monde comme on le voyait au Moyen-âge … J’appartiens à une génération privilégiée, car nous avons connu un boom des technologies …  Je me rappelle encore très bien le vol transatlantique de Lindberg en 1927 … Il est impossible (dans l’histoire) de trouver une génération qui a connu de tels changements,  mais qu’en est-il des mentalités ? … »

« C’est en matière de démographie que la cécité est la plus forte … De mon vivant,  la population mondiale aura quadruplé avec pollution de l’environnement et exploitation irresponsable des ressources naturelles … L’explosion démographique représente une menace terrifiante pour l’humanité … Si on ne fait rien, celle-ci pourrait disparaître et pas à très longue échéance … Je suis ébloui par le passé que j’ai vécu, mais effrayé par l’avenir … »

« Les gens n’ont pas appris à raisonner avec la rigueur et l’honnêteté intellectuelle qu’essaient d’observer les scientifiques, en pratiquant le doute méthodique dont parlait Descartes … Ils manquent d’objectivité et sont obnubilés par des croyances et des certitudes qui ne se fondent  sur une aucune réalité démontrable. »

« C’est vrai du Pape qui parle de « vérités révélées » et donc, non contestables et qui est pourtant suivi par 1,5 milliards de gens … C’est vrai des disciples de Mahomet, de José Bové qui lui aussi lance des « vérités » sans les démontrer, ainsi que des fondamentalistes chrétiens aux États-Unis … Imaginez que 50 % des américains ne croient pas dans la théorie de l’évolution de Darwin, dans le pays le plus développé du monde. »

« Mais, il ya plus grave.  Nous risquons d’aller vers de nouvelles guerres de religion qui pourraient embraser tout le Moyen-Orient, mais avec des armes autrement destructrices que celles des Croisés … »

« J’ai été choqué de voir comment on a immédiatement titré « Les OGM sont dangereux »  sur base d’une seule étude qui n’a même pas la caution du monde scientifique … Les auteurs de l’étude sont des adversaires déclarés des OGM … Il faut des études objectives, sans à priori … On peut rejeter un OGM et en accepter un autre … Des centaines de millions d’Américains mangent des OGM depuis des années sans qu’on ait signaler le moindre accident … En réalité, il règne une peur irrationnelle basée sur l’ignorance et parfois la malhonnêteté intellectuelle …»

 « Avec les OGM, on choisit une modification génétique rationnellement, dans un but déterminé … Est-ce un tord de remplacer le hasard par la raison ? …  La nature n’est ni bonne, ni mauvaise … elle est indifférente … On trouve une autre forme de respect de la nature dans la doctrine catholique qui voit dans la nature une œuvre voulue par Dieu, à laquelle on ne peut pas toucher, dans le contrôle des naissances, par exemple, où seule la méthode dite « naturelle » est admise … » 

 « Qui seront les éducateurs de demain, qui pousseront à cette sagesse nécessaire ? … Ce fut longtemps le rôle des religions, mais elles s’enferment dans un prosélytisme pour défendre des positions doctrinales soi-disant révélées et incontestables … J’aimerais que le pouvoir soit occupé par des sages, mais dans l’histoire, les sages, qu’ils se nomment Socrate, Jésus ou Gandhi, ont été éliminés … On ne veut pas de sages, car les solutions qu’ils apportent n’ont pas de profits immédiats alors que c’est ce que nos sociétés cherchent , entraînées par un processus de sélection naturelle dont elles sont les esclaves  … »

 « Il faudrait que les sages puissent agir sur l’éducation dès le berceau …  C’est pourquoi je mets beaucoup d’espoir dans une participation plus grande des femmes dans la société … La première éducation des enfants est en grande partie dans leurs mains et elles sont peut-être comme les autres femelles mammifères, génétiquement moins agressives que les mâles ...  

 " Avec son cerveau quatre fois plus gros que celui d’un chimpanzé, l’homme est le seul être vivant qui pourrait s’opposer à la sélection naturelle … Je suis pessimiste, au-jourd’hui, mais je veux rester, aussi, optimiste car je ne veux pas que mes petits-enfants héritent d’une catastrophe …"

-----

 2. Synthèse des avancées récentes concernant l'origine de la matière. 

Les scientifiques, depuis qu'ils ont découverts les lois de la nature, de la vie et de l'évolution, se sont trouvés confrontés à des mystères que certains, pour simplifier ou pour résumer l'inconnu, ont appelés Dieu ... Quand Einstein dit Dieu ne joue pas aux dés, il emploie une métaphore pour bien faire comprendre que le hasard est absent du mécanisme de fonctionnement de l'Univers ... qu'il s'agit d'un processus fondamental axé sur une occupation évolutive du temps et de l'espace ... capable de produire des phénomènes tels la vie, qui, elle, sera soumise à la contrainte évolutive, elle aussi, de l'élimination du moins adapté à son milieu au profit de celui qui l'est davantage ... assurant ainsi le progrès des espèces ...

Einstein a découvert que ce merveilleux "assemblage" de structures diverses qui constituent la matière, se sont harmonieusement formées au départ d'une loi unique dont on commence à deviner la formulation simple, à partir du Boson de Higgs (la particule de Dieu) qui occuperait le moindre espace de notre Univers, chacune de nos cellules y comprises ...

En trouvant la formule qu'il a simplifiée en "E = mc²", le grand savant énonçait déjà un des principes de la loi fondamentale de la matière ... (Voir aussi 00.10.b à droite, les énoncés A à F, qui posent question) ...

Quand Einstein disait " Ce que je veux connaître c'est la Pensée de Dieu"  le génial découvreur,  faisait allusion, peut-être, à l'hypothèse de Leibniz (1646-1716) qui avait supposé le départ de l'Univers à partir d'un processus mystérieux dont la matière serait absente ... en opposition à la théorie d'un univers global totalement matériel dont "Notre Univers" ne serait qu'un bourgeon ...

J'ai étudié l'excellent ouvrage des frères Bogdanov  (dont le titre est justement : La pensée de Dieu") ... Depuis toujours, ces deux chercheurs travaillent le pré-big-bang ...  j'y ai relevé le passage suivant concernant la théorie de Leibniz et de ceux de l'école de Göttingen : " Il peut exister un nombre plus vaste que l'Univers.  Dans ce temps imaginaire où l'harmonie préétablie prend sa source, un nombre-Univers d'une grande pureté, hors de l'espace-temps, pourrait bien contenir la complexité la plus haute que l'esprit humain puisse imaginer ... Et que la pensée de Dieu puisse concevoir "  (Il s'agit là, bien sûr, du Dieu-Science) ...

Les frères Bogdanov, eux aussi, se sentent interpellés par cette possibilité d'un pré-Univers sans matière ... Voir leur récente publication appelée justement "La pensée de Dieu" parue chez Grasset ...

En postface de cet ouvrage, Luis Gonzalez-Mestres, physicien des particules, chercheur au CNRS/IN2P3, signale que les lois de la physique des particules sont d'une précision absolument infinie  ... alors que dans le reste de l'Univers, il n'y jamais deux choses absolument identiques et que ce qui est usiné par l'homme en série, avec la plus grande précision, présente toujours une différence sans doute minime ... et il en va de même en ce qui concerne les matières finies de l'Univers et de la nature (planètes, étoiles, nuages, goutte d'eau, flocon de neige, épi de blé, épine de rosier ...)  

Ainsi, Jamais deux choses ne sont jamais parfaitement égales, sauf dans le monde des particules  ... affirmation provenant des statistiques dites de Bose-Einstein et de Fermi-Dirac avec effets physiques directs et observables concernant les fermions (électrons, les protons, les quarks ... ainsi que les bosons dont celui de Higgs-Brout-Englert)

Cette "particule de Dieu" est présente partout ... Il est important de souligner comme le font les frères Bogdanov que le champ invisible de cette particule existerait partout dans l'Univers, ... pas seulement à l'endroit où vous vous trouvez, pas seulement sous les pattes de votre chien, ou les poils de votre chat, mais aussi à l'intérieur de votre corps ... partout, même dans les atomes de votre fauteuil, comme dans ceux qui fusionnent  au cœur des étoiles les plus lointaines à des milliards d'années-lumière ...

De quoi sont constitués les atomes ... personne n'ignore qu'ils sont faits d'éléments plus petits, les particules (le proton, le neutron et l'électron) et que les particules elles-mêmes sont constituées d'éléments encore plus petits, le proton est fait de 2 quarks up et 1 quark down ... le neutron, de charge nulle, (neutre) à l'état libre se désintègre en proton, électron et antineutron, il joue un rôle fondamental dans les réactions de fission nucléaire ... quant à l'électron, il est porteur d'une charge électrique qui rendent les protons et neutrons énergisés ...  

Les célèbres chercheurs Englert, Brout et Higgs, les deux premiers indépendamment du dernier, ont par calcul découvert qu'il devait exister une particule très singulière qui devait interagir avec les autres et leur donner une masse qui les empêcherait de s'effondrer ... Cette théorie trouvée, il y a cinquante ans vient d'être confirmée par l'expérience réalisée avec le LHC (Large Hadron Collider) du Cern à Genève ...  (Comme l'espère le professeur de Duve, le comité Nobel devrait avoir la clairvoyance d'attribuer un de ses prix aux  découvreurs en vie, en ne succombant pas à un quelconque lobby anglo-saxon ! … Il semble que ce soit remis à l’année prochaine … )

Le LHC, cet engin, le plus grand du monde,  est situé à Genève et se trouve, sur les territoires de la Suisse et de la France, dans un anneau souterrain  de 26,629 kilomètres de long ... creusé à 100 mètres sous terre...  Avec ses 9.593 électroaimants supraconducteurs, il consomme autant d'électricité que la ville de Genève ... La nef de Notre Dame de Paris tiendrait dans son hall ...

Ce monstre de technologie était nécessaire pour provoquer une collision dans l’infiniment petit, entre deux particules, les protons de la famille des hadrons … ce qui permettrait de découvrir les « secrets » de la matière, dont nous ne connaissons que les manifestations « visibles », révélées par la lumière (il y aurait suivant certaines approximations 96  % de matières non révélées par la lumière, dont 21 % de matière noire et 75 % d’énergie sombre ) … 

Si je me suis permis ce long préambule, c’est dans l’intention de démontrer que cette découverte renforce mon argumentation d'un Univers-multiple, qu'il soit totalement matériel ou non   … et que les réflexions fondamentales que je me suis permis d’énoncer, ci-dessous, sont la confirmation de cet « Univers-multiple »,… le nôtre n’étant qu’un « accident » dans un « TOUT » …

La confirmation scientifique de la découverte du  Boson Brout-Englert-Higgs  ne peut qu’apporter « de l’eau au moulin » de ceux qui soutiennent la théorie d’un Univers –multiple dont nous ne serions qu’un « accident » …  Comme disait Einstein : « Tout est simple, mais pas plus simple ».

Voir ci-après ces réflexions personnelles sur ce qui est fondamental dans l’absolu de la pensée et dont les énoncés posent question :

 A.  En dehors de « l’existence », il y a la « non-existence » … Dans l’absolu de la raison, il faut admettre que la « non-existence » ou le néant est un concept qui n’existe que dans le vocabulaire de l’être intelligent  … Dans l’absolu de la raison , « être ou ne pas être » est fondamental :  on est ou on n’est pas ! … Le néant est la négation de « l’être » et n’est pas concevable …

B.  L’état statique n’existe pas …  Seul le « mouvement » est possible …   L’état statique ne peut pas se concevoir parce qu’improductif … L’Univers-total est donc en mouvement perpétuel  … Dans l’absolu, seul le mouvement est concevable …

C.  Toujours dans l’absolu de la raison, le concept de limite n’a pas de sens et ne se conçoit que dans un espace limité, seul acceptable par notre raison … Pour un observateur, l’espace ne peut être qu’infini dans tous les sens …

D.  Le vide-absolu n’existe pas non plus …  La matière occupe entièrement l’espace infini  … L’Univers-total est fait de matière en évolution éternelle … (Qu'elle soit noire ou visible) ... La matière en évolution est la substance de l’Univers-total et l’occupe totalement … Le vide-absolu  provient aussi d’une formulation  de notre entendement  … (Notre "Univers" est un accident de "l'Univers-Total")

E.  Une « force » sous-tend  le  "système"… en lui fournissant  l’énergie « cinétique », -  définition  du Grand robert : qui a le mouvement comme principe  –  indispensable à son fonctionnement … (e=mc²)

F.  La matière  occupe « dynamiquement » l’espace-total  dans un processus d’expansion suivi de rétraction de ses composants, ce qui est sa seule possibilité… provoquant un échange constant de situation à l’intérieure même de sa masse totale qui reste infinie … On peut l’appeler « le mouvement fondamental » 

G.  Nous sommes un épiphénomène qui se situe dans la dimension du temps et dans celles de l’espace   …  L’éternité et l’espace infini sont des concepts fondamentaux qui ne sont pas concevables pour l’entendement humain … qui est subordonné à une condition d’existence dans le temps et un espace de « Terriens » qui lui est propre  …

H.   Concevoir une vie éternelle après la mort suppose que cette « existence éternelle » se situe dans un espace infini de temps et de lieu différent, ce qui est inconcevable rationnellement … parce qu’en dehors du « Système » qui est fondamental et unique … Cette hypothèse relève du domaine de la croyance en « porte-à-faux » d’une réalité fondamentale …

I.   L’intelligence que l’homme a acquise avec l’évolution, lui permet de prendre conscience de son environnement, d’analyser son milieu physique, de rechercher son origine, de constater son évolution afin d’en tirer des motivations …  qu’il recherche dans son environnement et qu’il connaît mieux avec l’expérience de son passé historique et l’acquisition de ses découvertes scientifiques et spatiales, lui permettant de mieux comprendre un mécanisme dont il n’est qu’un infime et minuscule  rouage.

 J.  En supposant que cette dimension « infinie », hors de notre réel,  existe, quelles raisons pousseraient un Être Supérieur « non perfectible » puisque « parfait », à créer une existence hors de notre univers réel pour y placer une « créature » qui devrait le rejoindre en le complétant en fin de parcours  …  Si ce « Dieu » est parfait dans son essence, Il ne devrait pas être perfectible …

K.  Il faut donc admettre que le néant est un concept résultant de notre mécanisme de pensée …  Que le mouvement est fondamental, unique et essentiel … Nous participons à ce mécanisme d’occupation du temps et de l’espace … comme tout ce qui « existe » d’ailleurs … Il s’agit là d’une certitude indiscutable… vérifiée par notre propre expérience raisonnée … Il est donc important de faire abstraction des concepts d’espace et de temps infinis qui ne peuvent être explicables dans l’absolu de la raison et que notre cerveau ne peut concevoir bien qu’il fasse partie du système lui-même qui est unique et absolu …

En conclusion : Le  temps et l’espace sont des mécanismes supérieurs résultant d’une force fondamentale qui les sous-tend et les active … afin d’occuper une situation essentielle unique et primordiale dans ce qu’on pourrait nommer le TOUT … 

-----

 INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES :

 Le 5 juillet 2012, Réunion du CERN à Melbourne en Australie, annonçant la découverte physique du Boson Brout-Englert-Higgs.

Le monde scientifique attendait avec impatience et curiosité l’annonce des avancées significatives réalisées avec la découverte physique du Boson BEH de Brout-Englert-Higgs, les découvreurs depuis cinquante ans … La preuve physique de cette découverte importante que les trois chercheurs avaient déjà trouvée par calcul, il y a un demi siècle, permet de révolutionner les théories avancées jusqu’alors et de définir un modèle standard, unifiant  notre monde apparemment complexe et désordonné …

Ce modèle standard suggère que les quatre forces de l’Univers(une interaction nucléaire forte, une faible, une interaction électromagnétique et la gravitation) peuvent être unifiées dans une même équation, la « superforce » … Cette unification simplifie la compréhension de « notre univers » en rendant les choses plus simples, comme dit Einstein, mais pas plus simples …

Cette découverte fondamentale est aussi importante pour les physiciens que la découverte de l’ADN pour les biologiste, a dit Peter Knight, président de l’Institut britannique de physique …

il faut réaliser que cette découverte est le résultat d’une prouesse humaine des scientifiques qui sont parvenus à reconstituer un phénomène physique qui a demandé des moyens gigantesques (un tunnel de 27 km et près de 10.000 électroaimants) pour reconstituer un phénomène qui s’est produit aux premières « microsecondes » de notre univers, ce Boson ayant une durée de vie de 10 secondes exposant -22  …

 Guy Duplat de la Libre Belgique a publié, le 4 juillet, une interview du découvreur belge Englert dans laquelle le scientifique donne un aperçu, que voici, de l'essentiel de la découverte :

" Ce que nous avons introduit est l'idée d'un champ, comme une mer qui  enveloppe l'Univers entier. Dans ce champ, les particules qui forment la matière (quarks, leptons, etc,) et qui étaient sans masse, à la vitesse de la lumière, sont freinées, ont plus de difficultés à avancer, et acquièrent ainsi une masse.  C'est ce qui explique que les particules ont la masse qu'elles ont et que nous existions. On ne peut pas mesurer directement ce champ mais on peut voir les vagues qui passent sur cette mer, ce sont les les bosons, que j'appelle "scalaires" car ils n'ont pas d'orientation, pas de polarisation." (fin de citation)...  

Cette hypothèse permet aussi de réunir les forces ... Il semble, d'autre part, que cette découverte officialisée par cinq sigmas, ce qui veut dire qu'il n'y a aucun risque que ce soit du bruit de fond ou un artefact. Cinq sigmas veut dire qu'il y a 999.999 chances sur un million que ce soit la particule et seulement un risque sur un million que ce soit un bruit de fond ...

Cette découverte permettrait des avancées significatives dans la solution de problèmes non résolus comme celui de l'origine de la matière noire et de l'énergie noire qui nous entoure (nous n'expliquons que 4 % de la masse de l'Univers).  Si on montrait que ce boson est une particule élémentaire, non composite, on ouvrirait la porte peut-être à des particules nouvelles dites supersymétriques

-----

Afin de documenter au maximum, mes fidèles lecteurs et leur faciliter la compulsion d'un dossier très actuel et de plus en plus volumineux, avec ses tenants et aboutissants, concernant les problèmes actuels de société, j'ai constitué, ci-après, un aperçu succinct de ses divers composants ... Pour en prendre connaissance, voir dans la colonne de droite "DOSSIERS" le développement de ces différents sujets que j'ai intentionnellement isolés pour en faciliter la recherche et la lecture :  (Consultez ces dossiers complets en cliquant sur  leur numéro 00.10.b à 00.10.h en début de la colonne de droite)

00.10.b - Ce qui est fondamental dans l'absolu de la pensée ... Les énoncés qui posent question ... suivis d'un "quiz" permettant de se situer le raisonnement subconscient, environnemental et éducatif de chacun en matière de vie future, d'au delà et de croyance ... 

00.10.c - Le genre homo menace la planète ... Les forces morales du monde sont dans les mains des religieux ... Proposition de répondre à l'appel du prix Nobel, Christian de Duve, de mobiliser les forces intellectuelles vives de toutes obédiences, afin qu'elles abandonnent "l'esprit de clan" pour celui de la "solidarité" ... en s'inspirant du message, de "Celui" qui a motivé les religions dites du Livre, quand il est décanté des ajouts de ceux qui l'ont trahi 

00.10.d - Rappel de mes travaux sur ces sujets et mes réflexions et études sur la métaphysique  et la vie, dont voici un aperçu : Histoire et origine des croyances, Appolonius de Thiane, Juifs et chrétiens, la Bible, Diaspora et Israël, les apparitions de la Vierge ... ainsi que mes notes sur la métaphysique, la vie et l'existence : genèse de la formule : E=mc², la vie, infini et éternité, les initiés, cordes, branes, l'intelligence est référentielle, Darwin, inventaire des moyens de l'intelligence, pensée, cohérence et déduction, langage, intelligence créatrice, habileté manuelle, les cinq sens, l'eau, l'air et le vent, le soleil, la Terre, la vie, le feu, la lune, les étoiles, ... de même  Les plaisirs de l'existence : (l'hydromel, la bière, les vins, l'alcoolisme et ses limites, le thé, le café, les rafraîchissants et énergisants ... 

Et les études encore à venir sur : les aliments de notre ancêtre le singe et ensuite la charogne, le miel, la viande, le lait, les végétaux, les autres aliments, les agents chimiques, l'art de la cuisine, les excès et leur histoire ...  

00.10.e - Morale sexuelle des religions du Livre - La place de ce Jésus dans les religions du Livre ... Référence aux premiers chrétiens, saint Paul et les évangélistes qui ont donné à Jésus la qualité de celui qu'attendent les juifs : Le Messie ... Importance essentielle de l'empereur Constantin et du concile de Nicée dans l'orientation du monde gréco-romain vers le christianisme ... La morale sexuelle des trois religions du Livre, basée sur le récit de la Genèse fit du sexe un organe tabou qu'il fallait dissimuler ... et exacerba le sentiment de pudeur ... alors que la fonction sexuelle est uniquement organique ... Les autres religions et civilisations ne manquent pas dans leurs représentations humaines et même animales de figurer le sexe et son utilisation jusque dans les plus excessifs débordements ...

00.10.f - La position de l'Église catholique romaine reste inflexible quant à l'utilisation du sexe en dehors de l'acte de procréation  ... Elle rejette l'utilisation des moyens contraceptifs et abortifs ... La plaisir sexuel n'est toléré qu'accompagnant l'acte de fécondation ... Benoit XVI s'élève contre les nouvelles règles des USA, en matière de couvertures santé, qui permettraient aux femmes américaines d'avoir accès à toutes les formes de contraceptions autorisées par l'Agence Fédérale des produits alimentaires et médicamenteux ... 

Symposium au Vatican sur la pédophilie ecclésiales au sein de l'Église ... Rencontre pour redorer le blason de l'Église fortement terni par les scandales pédophiles provoqués par des abuseurs ecclésiastiques ... Prise de position marquante du procureur du Vatican qui déclare avec force que se rendre coupable de négligence face à un cas de pédophilie était un crime du droit canon ... 

Création en Belgique d'un tribunal arbitral pour la réparation des abus sexuels au sein de l'Église ...  Toute la publicité en sera faite pour l'introduction des dossiers ... Monseigneur Harpigny, l'évêque référendaire représentant l'Église à la commission établie pour défendre les victimes d'abus sexuel de la part d'un membre du clergé, n'a pas caché un certain désappointement face aux amalgames, ce qui lui a fait déclarer : "La pédophilie n'est évidemment pas l'homosexualité et il est aussi audacieux d'affirmer comme on l'a entendu que les homosexuels sont d'anciens enfants abusés" le prélat s'est réjoui que l'Église ait demandé pardon et qu'elle ait manifesté l'intention de promouvoir la formation affective des candidats au sacerdoce ...

La délicate question du célibat des prêtres est devenue tout naturellement d'actualité à la suite de ces événements ... en rappelant qu'il s'agit plus d'une tradition qui s'est imposée quand la célébration de la messe est devenue quotidienne, avec le respect d'une tradition de pureté remontant à l'Ancien Testament qui imposait à un célébrant le jeune des fonctions sexuelles la veille ...

00.10.g - Entretien du journaliste de la Libre Belgique, Guy Duplat avec le professeur de Duve, prix Nobel  ... et solennel avertissement : " Si nous ne faisons rien, si on laisse faire la loi implacable de la sélection naturelle on ira vers l'extinction de l'homme, ce qui n'aurait rien d'extraordinaire puisque beaucoup d'hominidés comme Neandertal ont déjà disparu ..."

00.10.h - Enquête sur la prolifération de l'Homo : équilibre ou saturation - Rapport récent (juillet-août 2011) de l'Ined-Onu France et rappel des conclusions du professeur de Duve ... analyse des données ...  Options que l'humanité pourrait prendre, selon le professeur : 1. Ne rien faire - 2. améliorer nos gênes - 3. recabler le cerveau - 4. Faire appel aux religions - 5. Protéger l'environnement  6. Donner leur chance aux femmes - 7. Contrôler l'expansion de la population - 8. D'une manière ou d'une autre, on doit réduire la natalité - 9. Deux messages contradictoires se dégagent de l'étude : l'un nous dit que la fin de l'humanité est inscrit dans nos gènes et l'autre que nous possédons le pouvoir unique d'utiliser la raison pour échapper à cette fatalité ...

-----

Pour terminer et pour promouvoir l’action du Professeur de Duve, je me permets de recommander à ceux qui me font l’honneur de me lire, de soutenir l’action que je mène, depuis de nombreux mois, en faveur de son appel à un changement fondamental de nos comportements sociaux afin de préserver l’avenir de notre descendance … (Voir aussi mes chapitres précédents, 00.05 – 00.06 - 00.07  et 00.08 et 00.09 – cliquez à droite « dossiers ») 

Je suggère à ceux qui me lisent, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous : 

-----

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » (édition Odile Jacob) ... 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. » 

 « L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit » 

 « Le succès évolutif démesuré de l’espèce humaine a été acquis au prix d’une sévère détérioration des conditions de vie sur Terre. 

 « Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. » 

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. » 

 « La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. » 

 « La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. » 

 « Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains par la sélection naturelle. » 

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. » 

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ... 

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient leur enseignement dans un sens plus conforme aux réalités futures afin  d'éviter « une sélection naturelle de groupes », ce que le professeur nomme le « péché originel génétique» par le massacre des plus vulnérables ... 

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!! 

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après http://www.lalibre.be/actu/international/article/64...

-----

 

06/07/2012

Ch. 00.10 - Enquête-débat sur "l'existence", propos sur l'avenir de la planète et des nouvelles de la "particule de Dieu" (en fin de pages)


Mise à jour :

Arrivé à ce stade de ma démarche, suscitée par l’action du Professeur Christian de Duve, prix Nobel de Médecine, qu’il a si bien défendue dans ses écrits et synthétisée dans son dernier ouvrage : « De Jésus à Jésus en passant par Darwin », je crois nécessaire d’établir une synthèse de sa pensée, comme je la comprends et la propage et que j’ai exposée dans mes travaux précédents, en espérant ne pas la trahir et au contraire la renforcer … Je me suis permis également de complèter mes études par divers travaux personnels, en relation avec les sujets traités par l'éminent professeur.

 -----

Avant de livrer cette synthèse-résumé de l’essentiel d’un propos sur l’avenir de l’humanité compromis  par son espèce qui sature l'espace planétaire,  je tiens à soumettre,  à mon lecteur intéressé,  une étude-débat disséquant le concept de « l’Existence », phénomène essentiel  inexplicable dans l’absolu de la raison,  dépassant notre entendement … et qui sous-tend fondamentalement le travail du célèbre professeur…

-----


 ENQUÊTE-DÉBAT SUR « L’EXISTENCE »

 

Avant de développer mes idées sur le sujet, j’aimerais signaler à ceux qui me font l’honneur de consulter mes écrits, que ces derniers jours (les 3 et 4 juillet 2012) se sont tenus à Melbourne des réunions et colloques du CERN entre les plus hautes sommités de la planète, au cours desquels fut annoncé une des plus importantes découvertes du siècle en ce qui concerne l’origine de notre Univers … Personne n’ignore que le plus important instrument de recherche dans la physique de notre univers, le LHC (Large Hadron Collider), est situé à Genève et couvre un anneau souterrain de 26,659 km de long à 100 mètres sous terre, consommant autant d’électricité que la ville de Genève (9593 électroaimants supraconducteurs) …La nef de Notre Dame de Paris tiendrait dans son hall … Ce gigantesque engin, le plus grand du monde, était nécessaire pour permettre de provoquer une collision dans l’infiniment petit, entre deux particules, les protons de la famille des hadrons … Il permettrait de découvrir les « secrets » de la matière, dont nous ne connaissons que les manifestations « visibles », révélées par la lumière (il y aurait suivant certaines approximations 96  % de matières non révélées par la lumière, dont 21 % de matière noire et 75 % d’énergie sombre ) … 

 Si je me suis permis ce préambule, c’est dans l’intention de démontrer que cette découverte renforce mon argumentation d’un Univers-multiple  … et que les réflexions fondamentales que je me suis permis d’énoncer, ci-dessous, (voir A à F) sont la confirmation de cet « Univers-multiple »,… le nôtre n’étant qu’un « accident » dans un « TOUT » … La confirmation scientifique de la découverte du « Boson BEH » ne peut qu’apporter « de l’eau au moulin » de ceux qui soutiennent la théorie d’un Univers –multiple dont nous serions un « accident » …  Comme disait Einstein : « Tout est simple, mais pas plus simple » … (Ajout du 5 juillet 2012)

                                                           

  Réflexions sur ce qui est fondamental dans l’absolu de la pensée

 Les énoncés suivants posent question  :


A.  En dehors de « l’existence », il y a la « non-existence » … Dans l’absolu de la raison, il faut admettre que la « non-existence » ou le néant est un concept qui n’existe que dans le vocabulaire de l’être intelligent  … Dans l’absolu de la raison , « être ou ne pas être » est fondamental :  on est ou on n’est pas ! … Le néant est la négation de « l’être » et n’est pas concevable …

B.  L’état statique n’existe pas …  Seul le « mouvement » est possible …   L’état statique ne peut pas se concevoir parce qu’improductif … L’Univers-total est donc en mouvement perpétuel  … Dans l’absolu, seul le mouvement est concevable …

C.  Toujours dans l’absolu de la raison, le concept de limite n’a pas de sens et ne se conçoit que dans un espace limité, seul acceptable par notre raison … Pour un observateur, l’espace ne peut être qu’infini dans tous les sens …

D.  Le vide-absolu n’existe pas plus …  La matière occupe entièrement l’espace infini  … L’Univers-total est fait de matière en évolution éternelle … (Qu'elle soit noire ou visible) ... La matière en évolution est la substance de l’Univers-total et l’occupe totalement … Le vide-absolu  provient aussi d’une formulation  de notre entendement  … (Notre "Univers" est un accident de "l'Univers-Total")

E.  Une « force » sous-tend  le  « système» … en lui fournissant  l’énergie « cinétique », -  définition  du Grand robert : qui a le mouvement comme principe  –  indispensable à son fonctionnement … (e=mc²)

F.  La matière  occupe « dynamiquement » l’espace-total  dans un processus d’expansion suivi de rétraction de ses composants, ce qui est sa seule possibilité… provoquant un échange constant de situation à l’intérieure même de sa masse totale qui reste infinie … On peut l’appeler « le mouvement fondamental » 

G.  Nous sommes un épiphénomène qui se situe dans la dimension du temps et dans celles de l’espace   …  L’éternité et l’espace infini sont des concepts fondamentaux qui ne sont pas concevables pour l’entendement humain … qui est subordonné à une condition d’existence dans le temps et un espace de « Terriens » qui lui est propre  …

H.   Concevoir une vie éternelle après la mort suppose que cette « existence éternelle » se situe dans un espace infini de temps et de lieu différent, ce qui est inconcevable rationnellement … parce qu’en dehors du « Système » qui est fondamental et unique … Cette hypothèse relève du domaine de la croyance en « porte-à-faux » de la réalité fondamentale …

I.   L’intelligence que l’homme a acquise avec l’évolution, lui permet de prendre conscience de son environnement, d’analyser son milieu physique, de rechercher son origine, de constater son évolution afin d’en tirer des motivations …  qu’il recherche dans son environnement et qu’il connaît mieux avec l’expérience de son passé historique et l’acquisition de ses découvertes scientifiques et spatiales, lui permettant de mieux comprendre un mécanisme dont il n’est qu’un infime et minuscule  rouage.

J.  En supposant que cette dimension « infinie », hors de notre réel,  existe, quelles raisons pousseraient un Être Supérieur « non perfectible » puisque « parfait », à créer une existence hors de notre univers réel   pour y placer une « créature » qui devrait le rejoindre en le complétant en fin de parcours  …  Si ce « Dieu » est parfait dans son essence, Il ne devrait pas être perfectible …

K.  Il faut donc admettre que le néant est un concept résultant de notre mécanisme de pensée …  Que le mouvement est fondamental, unique et essentiel … Nous participons à ce mécanisme d’occupation du temps et de l’espace … comme tout ce qui « existe » d’ailleurs … Il s’agit là d’une certitude indiscutable… vérifiée par notre propre expérience raisonnée … Il est donc important de faire abstraction des concepts d’espace et de temps infinis qui ne peuvent être explicables dans l’absolu de la raison et que notre cerveau ne peut concevoir bien qu’il fasse partie du système lui-même qui est unique et absolu …

En conclusion : Le  temps et l’espace sont des mécanismes supérieurs résultant d’une force fondamentale qui les sous-tend et les active … afin d’occuper une situation essentielle unique et primordiale dans ce qu’on pourrait nommer le TOUT … 

-----

Pour terminer, afin de mieux centrer la réflexion de chacun sur les éléments que lui fournissent son environnement sociétal et éducatif, je me suis permis d’établir des concepts de réflexion destinés à situer chacun dans ses convictions ou espérances afin de provoquer un éventuel débat personnel sur l’Existence … Répondre par oui (o) non (n), sans objet (-) je ne sais pas ( ?)

-----

1.   Notre mort « physique » est la fin de notre existence consciente et physique  … 

2.   Nous sommes un mammifère évolué qui a développé une faculté cérébrale : l’intelligence … 

3.   Il existe une trace de notre entité physique dans l’espace, après notre mort … 

4.   Nous bénéficions d’une existence consciente évolutive après notre existence physique … 

5.   Il existe une « vie » après la mort, en prolongation de celle que nous subissons  … 

6.   Cette existence future est comparable à celle que nous connaissons sur terre … 

7.   Nous sommes éternel dans cette existence future  … 

8.   Nous connaîtrons des stades croissants dans cette existence future … 

9.  Cette existence future bénéficiera  d’une qualité de vie heureuse, constante et permanente  … 

10.  Ce futur heureux sera progressif par palier … 

11.  Nous retrouverons nos proches et ceux que nous aimons ou que nous connaissons … 

12.  Nous aurons dans cet état une forme, une substance constituée de matière  … ?

13.  Nous serons des esprits sans forme ni consistance  … 

14.  Nous retrouverons dans cet état des sensations comparables à celles que nous font bénéficier nos cinq sens : la vue, le toucher, l’ouïe, le goût, l’odorat  … 

15.  Nous éprouverons des sentiments comparables à ceux que nous ressentons dans notre existence de « terriens : bonheur, félicité, amour, … 

16.  Nous serons une entité individuelle, résultant du  « meilleur » de nous-mêmes,  en récompense de notre existence terrestre  … 

17.  Nous deviendrons le concept abstrait de notre individualité, bénéficiant des caractéristiques positives résultant de notre vie terrestre … 

18.  Cette individualité abstraite bénéficiera cependant d’éléments de comparaison résultant de sa vie antérieure  … 

19.  « L’Au-delà » se conçoit dans un monde « surnaturel » situé dans un espace occupé par un être « surnaturel » que les croyants appellent Dieu (Yahvé, Allah …) à l’origine et la raison de tout …  

20. « La vie après la mort » se passe dans un « univers physique » comparable au nôtre … 

21.  « L’être surnaturel (Dieu ou Allah)» , est  en dehors du temps et le l’espace, donc sans origine et sans fin … 

 22. Le « néant »  n’existe que dans notre vocabulaire pour exprimer un état qui est impossible dans l’absolu … 

 23.  L’espace et le temps étant infinis par déduction,  « l’Univers matériel » l’occupe infiniment … 

24.  L’univers a commencé avec le « Big Bang … , le néant était alors en dehors et avant ce « Big Bang » … 

25.  L’Univers Total occupe  l’espace qu’impose son existence et la matière en évolution dans le temps est un phénomène de mouvement, essentiel à sa réalisation…

26.  L’infini de l’espace et du temps est une notion créée par le cerveau humain qui l’a construite par expérience accumulée et sélective … , le progrès et la communication entre les individus leur ont permis de construire le raisonnement collectif de la connaissance, «la science et le savoir », les rapprochant de la vérité fondamentale …  compte tenu cependant du handicap de leur imperfection qui les prive de données ou connaissances non encore acquises au stade actuel de leur évolution …

27.  Un «Être Supérieur » qui a besoin des hommes, coiffe le tout, omniscient et omnipotent, …

28.  L’homme a une « âme » destinée à rejoindre « l’Être Supérieur » après son existence terrestre, pour le compléter ou le parfaire … 

29.   Les êtres vivants ont des pouvoirs ou facultés dites « paranormales »…  Il est constaté que, pendant son existence, l’entité physique des êtres vivants, dont nous-mêmes, perçoit ou envoie des messages dans l’espace (phénomène des pigeons voyageurs, chiens pisteurs, lemmings, bancs de poissons, …transmission de pensées chez l’homme, voyance   … etc. … ) 

-----

Afin de me situer personnellement dans ce débat, je rappelle l’essentiel de ma position philosophique d’ancien chrétien fervent qui s’interroge sur les motivations d’exister et la valeur des croyances … Cette démarche m’a amené à une position d’agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion, dont voici la synthèse :

« Être … exister …»,  est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » …   exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers-total …  qui a produit un bourgeon (théorie qui n’est pas partagée par tous les scientifiques), notre univers qui éclatera pour disparaître en fin d’existence … qui a provoqué la vie, phénomène aléatoire, sur une planète partiellement éteinte,  la Terre, détachée de son étoile en évolution, le Soleil,  … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à  produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de manipuler cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais totalement … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

-----

Ainsi que je l’ai signalé en préambule de ma publication actuelle, je crois utile de présenter, dans les pages suivantes, une synthèse de mes propos précédents, afin d’accrocher davantage mes contemporains à une démarche que je crois essentielle, en soutien de celle du Professeur de Duve, dans le but de conscientiser  chacun aux dangers que courent leurs descendances …

Synthèse-résumé de mes propos précédents.

A.  Le genre « homo menace l’avenir de la planète.

1.  Dans quelques décennies nous atteindrons le point de saturation de l’espèce humaine sur notre planète …

2.  Soyons réalistes,  les forces morales du monde sont entre les mains des « religieux » …  La masse populaire reste attachée à ses croyances en « l’au-delà » …

3.  Beaucoup d’intellectuels s’efforcent de justifier, intellectuellement, leurs options religieuses basées sur le « croissez et multipliez-vous »… 

4.  Par conviction ou opportunisme, la plupart des dirigeants du monde se rallient à la masse religieuse qui les soutient …

5.  On rencontre une grande difficulté de faire accepter une nouvelle philosophie axée sur  la gestion mondiale des produits de la planète et sur une maîtrise de sa population … Ce qui suppose des compromis de fond avec les religions …

6.  Comme le rappelle le professeur de Duve, il faudra modifier totalement un reflexe atavique d’esprit de clan qui date des premiers humanoïdes et qui a favorisé l’expansion exponentielle de notre espèce …  la tache originelle de la rivalité entre clans est imprimée dans nos gènes par la sélection naturelle et nous devons nous en libérer … Il se réfère aux sages du passé dont Jésus quand on décante son message de ce que les évangélistes ont ajoutés pour le rendre plus crédible aux yeux de leurs contemporains …

7.   Aussi, le célèbre prix Nobel lance-t-il un appel vibrant aux « clercs et laïcs, croyant et libres-penseurs de toutes obédiences pour qu’ils cherchent ensemble, au-delà de ce qui les divise et avec le concours du plus grand nombre possible de philosophes, de moralistes, de scientifiques et d’autres penseurs unis par l’honnêteté intellectuelle, un énoncé du message de Jésus adapté aux conditions actuelles » …

8.  Ce message rendu actuel est celui de l’amour, du pardon, de la conversion de ceux qui font le mal,  de la réprobation des rejets ainsi que du dogmatisme, des exclusions et de la place secondaire réservée aux femmes …   Ce Jésus se proclame notre frère, rejetant  l’orgueil, la suffisance, l’hypocrisie et l’autoritarisme de certains dirigeants religieux qui en abusent  au nom de leurs certitudes et souvent pour leur propre bénéfice … C’est enfin et surtout  le Jésus de la paix, s’élevant contre l’hostilité entre groupe et les conflits armés …

B. Jésus dans les religions du Livre.

1.  Ce sont les premiers chrétiens et plus particulièrement Saint Paul  et les Évangélistes, qui ont donné à Jésus la qualité de celui qu’attendent les Juifs : le « Messie », l’envoyé de Dieu, mais en lui prêtant la valeur divine d’en être la deuxième personne, son fils … le Saint-Esprit ou Esprit Saint en étant la  troisième d’une «Sainte Trinité » … constituant le  « mystère » d’un Dieu en trois personnes   … 

2.  Cette notion de Trinité n’a été formulée  que progressivement à partir du premier concile de Nicée  convoqué en 325 par l’empereur Constantin pour rétablir la paix religieuse et construire l’unité d’une Église divisée par des courants contradictoires, … 

3.   Quant à Israël, (c’est-à-dire les douze tribus dont descend l’ensemble du peuple juif) il attend toujours ce Messie …   Pour les Juifs, le messie n’est qu’un « envoyé de Dieu » et ne participe pas à sa divinité … 

4.   Si l’Islam accorde à Jésus la qualité de « Messie » c’est en tant que prophète et messager parmi les cinq plus grands avec Noé,  Abraham, Moïse et Mahomet  … 

C.  Le mythe de Jésus et les croyances .

Rappel de mes études sur le sujet : 

25.a – A la recherche de l’origine des croyances …  25.b – Histoire des croyances … 25.c – Appolonius de Thiane, une hypothèse sur l’origine du christianisme … 25.d – Apparitions de la Vierge … 25.e – Les apparitions … 25.f – Christian de Duve, Paul Damblon et Jean d’Ormesson, mes maîtres à penser … 25.g – Celle qui m'a porté ... et aussi  … 22.r1 – Juifs et Chrétiens … 22.r2 – La Bible … 22.r3 – Diaspora et Israël … et encore : 04.4 – apparitions à Beauraing … et  04.3  -  Olivier Saint Hubert, curé d’un village voisin de Beauraing (le frère aîné de ma mère, dont je détiens les mémoires et écrits, qui a bien connu deux des voyantes ses paroissiennes) … Voir aussi tout le chapitre 29 reprenant mes réflexions et études sur la métaphysique et la vie …

(Cliquez dans la colonne de droite pour obtenir un ou plusieurs dossiers) … 

D.  La morale sexuelle des trois religions du Livre, basée sur le récit de la Genèse, fit du sexe un organe tabou qu’il fallait dissimuler. (Pour les références aux récits de la Bible, voir le chapitre 00.09 à droite.) 

1.   Les adeptes du « Livre » et les civilisations qui les sous-tendent,  accordent au sexe une importance démesurée en ayant créé le sentiment propre et exacerbé de la pudeur. 

2.   La place du couple dans les religions du Livre … Le premier chapitre de la Genèse raconte que Dieu créa l’homme « à son image » mâle et femelle … Il faut relever cependant qu’il y a contradiction avec le second chapitre qui dit que, Dieu voulant rompre la « solitude » de l’homme « fabriqua la femme » à partir d’une de ses côtes … 

3.   La pudeur n’existait pas au paradis terrestre, ils étaient nus sans se faire mutuellement honte … Après avoir mangé le fruit défendu, ils surent qu’ils étaient nus et ils se couvrirent d’un pagne de feuille … Dieu se chargea même de leur confectionner des tuniques de peau dont il les revêtit … 

4.   Le sentiment de pudeur qui consiste suivant le Grand Robert à éprouver  de la honte ou de la gène en faisant,  en envisageant ou étant témoin des choses de nature sexuelle,  est propre aux adeptes des religions du Livre qui l'ont exacerbé, dans ses commandements et enseignements, jusqu’à condamner ses excès et son usage en dehors de la procréation … 

5.   La fonction sexuelle est uniquement organique …  Quant à « l’union intime » ce fut l’évolution qui amena les êtres supérieurs, dans un but évident d’efficacité,  à féconder le partenaire par ce procédé de pénétration interne d’un organe dans l’autre … 

E.  Pour rester complet et actuel, voir aussi mes études, in fine de la publication précédente (Chapitre 00.09 à droite) développant les matières suivantes : 

1.   Position de l’Église catholique romaine en matière de contraception et pilule abortive … Réaction de Benoît XVI aux nouvelles règles américaines en matière de couverture santé qui permet aux femmes d’avoir accès à toutes les formes de contraception …  

2.   Symposium  au Vatican sur la pédophilie ecclésiale au sein de l’Église organisé par  les hautes autorités compétentes de l’Église … «  Se rendre coupable de négligence face à un cas de pédophilie est un crime au terme du droit canon » … 

3.    Malheureusement, ces prises de positions ne sont pas encore celles de tous les évêques du monde …  le pouvoir ecclésial effectif, en tant que successeur des apôtres, appartient aux seuls évêques  pour le territoire qu’ils administrent,  … Certains de ces évêques,  sont réticents en ce qui concerne l’obligation de dénoncer leurs « prêtres coupables »,  préférant se charger eux-mêmes discrètement de prendre les mesures sévères et radicales qui s’imposent … 

4.    Signalons les points importants suivants : Création, en Belgique, d’un tribunal arbitral pour la réparation des abus sexuels au sein de l’Église,  la  démarche étant gratuite et sans limite de délai … Il y a lieu de faire attention aux amalgames entre pédophilie et homosexualité … Nécessité de promouvoir la formation affective des candidats au sacerdoce  …Le  délicat problème de l’accès des femmes au sacerdoce …  Quant au célibat des prêtres qui s’est imposé historiquement dans la pratique journalière de la messe impliquant la consommation des « Saintes Espèces » par un célébrant « pur » qui était « a jeun » et n’avait pas eu de fonction sexuelle la veille ou les jours précédents, l’actuel pape a, dans le passé, recommandé à l’Église d’examiner la question sous un jour critique, mais positif … 

F. Essentiel de l’entretien du professeur de Duve, accordé au journal « La Libre Belgique » le 7 novembre 2011. (voir ma publication du 28/10/2011, chapitre 00.07 à droite) 

Le professeur considère Jésus comme le « sage » dont l’enseignement principal permet de lutter contre  « les tares de la sélection naturelle ». 

Il voit le monde en biologiste et non en philosophe et son guide est Darwin … Il rappelle qu'à la suite de bouleversements climatiques en Afrique, certains de nos ancêtres primates se sont trouvés isolés de leur milieu naturel, la forêt équatoriale ... 

Forcé de s'adapter à un nouveau biotope, particulièrement hostile, ils se sont constitués en petites bandes d'individus solidaires, afin d'affronter les difficultés d'une existence précaire ...  De là l'émergence d'une rivalité entre bandes pour les meilleures conditions de chasse ou de récolte …

D’autres anthropoïdes se sont, pour des raisons autres que climatiques, adaptés, eux aussi, aux exigences environnementales des nouveaux biotopes dans lesquels ils avaient migré … 

Les bandes sont devenues des clans, des états, des nations rivales ... d'autant plus puissantes que leur composante sera nombreuse ... Cette « courte vue » a conduit notre monde à la saturation de son habitat par emballement démographique  (7 milliards depuis peu) ... 

L’avenir de notre descendance dépendra donc des mesures que nous prendrons pour planifier cet accroissement … et les seules qui soient « civilisées », en dehors des guerres exterminatrices, seront celles de réguler les naissances … ce qui va à l’encontre des enseignements religieux … (le « Croissez et multipliez-vous » de la Bible, notamment  …) 

Aussi, le professeur émérite, devant le refus obstiné des hiérarchies religieuses de changer leur discours, fait appel à la base de ces organisations pour qu’elles mènent une action révolutionnaire de réforme de la morale en matière de procréation … quitte à bouleverser un enseignement dogmatique millénaire établi … 

Quant aux croyances et les espoirs d’une vie future, le sage prix Nobel, déclare ne pas partager ces croyances … « L’univers est incréé, il est … Le Dieu auquel nous nous référons est une invention de notre esprit … » 

F. Données scientifiques concernant la prolifération future de l’homo : équilibre ou saturation de l’habitat (Chapitre 00.06 - à droite) . 

Une étude de Gilles Pison (rapport 480 de « Population et société » bulletin mensuel d’information de l’Institut National d’études démographiques – INED-ONU France) présente un tableau à jour de la population mondiale qui a franchi le seuil des 7 milliards depuis peu, pour atteindre le point de saturation de 9 á 10 milliards à la fin du siècle … Aussi est-il indispensable de faire état de cette étude, de la commenter et d’envisager les solutions pour s’adapter a cette situation … 

1.  Analyse des données : (Voir les statistiques chiffrées au chapitre 00.06 ) … la courbe de croissance de la population mondiale est douce de 1800 à 1900 pour s’infléchir ensuite fortement vers le haut (2 Mia en 1930, 3 Mia en 1960,4 Mia en 1974, 5 Mia  en 1987, 6 Mia en 1999, 7 Mia en 2011, et par projection 8 Mia en 2025 et 10 Mia en 2050) … Giles Pison, cependant, croit que se produira un phénomène de décélération de la croissance par diminution de la fécondité … L‘un des grands changements à venir est le formidable accroissement  de la population de l’Afrique … Quant à la Chine qui est actuellement le plus peuplé du monde avec 1,3 milliards d’habitants, elle serait rattrapée par l’Inde (1,2 milliards) qui passerait en tête vers 2020 … (politique de natalité non restrictive) … 

2.  Le statisticien signale, cependant, qu’un mécanisme naturel, moteur essentiel de l’évolution, est en place pour réguler cette évolution par l’élimination des plus faibles 

3.  L’hypothèse du professeur Christian de Duve est plus proche de cette vision … : elle est largement développée dans son bouquin, « Génétique du péché originel, le poids du passé sur l’avenir de la vie », dont je reprends l’essentiel de la théorie en début de mes publications et de celle-ci en particulier, depuis de nombreux mois … 

4.  L’éminent professeur, dans la quatrième partie de son livre,  « Les défis du futur », tire les leçons du passé pour préparer l’avenir …  en présentant un choix de diverses options que l’humanité pourrait prendre ou décider … 

5.  Première option : ne rien faire : Si on ne fait rien, l’humanité va au désastre … L’extinction de l’humanité, si elle a lieu,  ne sera pas due à son échec, mais à son succès Une espèce surhumaine super- intelligente pourrait-elle succéder à l’espèce humaine ? …  Avec cependant, des problèmes d’adaptation du crâne, contenant un cerveau surdimensionné, limité par le canal génital féminin avec naissance prématurée et problèmes d’éducation postnatale … nos « forêts de neurones » surdimensionnées, approcheront-elles plus intimement  cette « ultime réalité » comme l’appelle le professeur … peut-être conclue-t’ il, seront-elles  plus près de comprendre le mystère de la conscience en tant que pont vers cette « Réalité » … 

6.  Deuxième option : améliorer nos gènes : (appelé au XIXe siècle « eugénisme ») L’eugénisme  (sélection des porteurs de bons gènes et exterminations des  autres) est devenu un mot honni … Le  clonage ouvre la voie vers l’évolution dirigée … avec  toutes ses dérives … Le clonage humain provoque des débats éthiques passionnés … Il est prohibé par la plupart  des législatures du monde … Quoiqu’il arrive, l’humanité ne sera pas sauvée par le clonage, conclue le célèbre généticien … parce qu’il ne voit pas qui pourrait bénéficier de l’amélioration et comment on pourrait changer plus de 7 milliards d’individus …

7.  Troisième option : recâbler le cerveau :  ce qui est possible par épigénisme (nouvelle forme de génétique portant sur des traits héréditaires qui ne sont pas encodés dans des séquences d’ADN, mais accompagnent celui-ci) … Cette transformation du cerveau comporte le risque de ne pas inculquer à celui-ci une morale plus altruiste, sauf si les initiatives futures étaient aiguillonnées par une vision plus lucide du désastre qui nous attend si nous ne devenons pas solidaires … 

8.  Quatrième option : faire appel aux religions : Les Églises sont exceptionnellement qualifiées pour aider à sauver l’humanité … (grâce au pouvoir qu’elles exercent dans l’éducation des  masses  jeunes et adultes) … Les religions sont fondées sur des croyances, non sur la pensée rationnelle … Elles jouent un rôle majeur dans l’éducation, les soins de santé, les œuvres sociales, les secours aux handicapés, l’assistance aux personnes désavantagées et aux entreprises charitables, surtout dans le Tiers-Monde, d’autre part, elles offrent un décor approprié pour la réflexion, la méditation et la contemplation, ainsi que pour des activité collectives telles que des enseignements, des exhortations morales, des célébrations joyeuses, des douloureuses cérémonies d’adieux aux défunts et d’autres occasions de se réunir en groupe, d’une profonde signification humaine … et l’éminent professeur de continuer : ce cadre mérite d’être conservé, même si le contenu  des manifestations qui s’y déroulent  évoluent en fonction des avancées des sociétés.  Il n’hésite pas à s’impliquer personnellement en terminant : « Comme je puis en témoigner d’expérience personnelle, un service funèbre dans une jolie église, au son admirablement chanté, du « In paradisium » de Fauré, conserve toute sa beauté poignante même s’il n’y a aucun paradis pour accueillir  la défunte aimée ») … 

Que devons-nous faire ?  A cette interrogation, le professeur répond qu’il appartient aux religions de faire le plus grand sacrifice, en se soumettant aux découvertes incontestées de la science dans tous les domaines de la connaissance qu’elle illumine … Cela implique une profonde et pénible remise en question … et ne plus accepter sans critique des affirmations dénuées de fondements ou fondées sur des textes écrits, il y a plusieurs millénaires … Cette remise en question pourrait déboucher sur une réponse nouvelle et plus satisfaisante sur ce que le célèbre savant souligne, à la suite de Darwin et Einstein, avec empathie et vénération comme « l’ultime réalité » 

Le Prix Nobel de médecine conclue cet important chapitre par le constat que « Le dialogue entre religion et science est souhaitable mais difficile »  … Dans ce domaine, le compromis est impossible : la religion doit céder … Vient alors dans cet esprit, une référence aux travaux de l’Académie pontificale des Sciences qui réunit au cœur du Vatican quelque quatre-vingts membre, choisis dans toutes les disciplines et parties du monde, sans distinction de nationalité, de sexe ou même dans une certaine mesure, d’opinion philosophique (on y trouve des protestants, des juifs, des musulmans et parfois des adeptes d’autres religions, mais surtout un nombre appréciable d’agnostiques et d’incroyants … Avant son pontificat, le pape actuel en faisait partie …  Il semble que l’influence de  cette Académie Pontificale sur le magistère de l’Église n’est pas aussi significative qu’on aurait pu le supposer, cependant commente le professeur « il se passe plus de choses en coulisse qu’on ne le soupçonne » … et beaucoup de croyants sincères admettent que les soi-disant « articles de la foi » doivent être pris avec un « grain de sel » et que de nombreuses règles éthiques édictées par l’Église doivent être interprétées comme de pieuses recommandations 

Conclusions : Les religions, par leur influence, et les sciences, par  leurs connaissances, doivent collaborer d’urgence à la sauvegarde de l’humanité … 

9.  Cinquième option : protéger l’environnement -  Après avoir connu les périodes difficiles du siècle dernier avec ses misères, ses guerres et puis progressivement  l’opulence et le gaspillage, ce ne fut que, lentement, des voix s’élevèrent pour dénoncer les excès de l’exploitation humaine et défendre l’environnement …  L’écologie commença à entrer dans le quotidien de l’humain … L’énergie nucléaire fut remise en question … Des découvertes dans la manipulation  biotechnologique pour s’attaquer aux maladies ou inoculer des facultés nouvelles aux plantes cultivées ont vu le jour … Le professeur s’élève contre les craintes de contaminations des espèces voisines, qui obsèdent certains … Quant aux OGM, sigle qui déchaîne les passions, le professeur s’élève avec vigueur contre cette appréhension de contamination des espèces voisines de caractères en modifiant  leurs gènes, en signalant que de tous temps, depuis au moins 10.000 ans, empiriquement , on a transformé par croisement  et manipulations physiques des êtres vivants pour en produire des auxiliaires domestique tels les blancs-bleus belges difformes, les canaris bossus ou frisés, et la rose dont la fleur n’a plus rien à voir avec son ancêtre, l’églantier  etc  … 

10.  Sixième option : donner leur chance aux femmes -  La combativité est principalement un caractère mâle  …  (guerres, domination, esclavage …) … Les femelles, surtout chez les mammifères sont programmées de manière à prendre soin des petits … (Leur instinct les pousse à se sacrifier pour eux) … Dans la plupart des civilisations, les femmes sont traitées comme inférieures aux hommes …  cette option sociétale fut largement renforcée par la tradition biblique du judaïsme orthodoxe, de l’Église catholique et de l’Islam, même si cette discrimination est déguisée en « respect » … il  y a beaucoup plus d’homme que de femmes dans les professions dirigeantes, que ce soient les affaires, la politique, les sciences ou les arts … L’ascension sociale des femmes dans le monde actuel est un phénomène encourageant … d’autant plus qu’il se fait en grande partie avec la collaboration des hommes … 

11. Septième option : Contrôler l'expansion de la population : Nous sommes trop nombreux et tout concoure à aggraver ce constat : allongement de la durée de vie par le confort matériel et les  performances médicales qui combattent la mortalité … Ce qui est regrettable déplore Christian de Duve, c’est que Rome par la voix du pape Benoît XVI a réitéré solennellement, en octobre 2008, sa condamnation inflexible de la limitation volontaire des naissances par des moyens autres que l’absence de rapports sexuels durant la période fertile du cycle féminin … Si nous n’agissons pas radicalement, on frémit à l’idée de ce que l’avenir nous réserve :  guerres, génocides … ou en dehors de ces extrêmes,  la famine et les épidémies … Au risque de choquer, le célèbre prix Nobel, recommande aux autorités d’encourager la limitation des naissances (deux par couple) et son contraire sanctionné par des mesures financières et fiscales … ces actions étant accompagnées de campagnes de sensibilisation des populations pour leur faire comprendre cette problématique … 

12.  Conclusions :  Le professeur de Duve conclue sous la forme d’envoi de deux messages, l’un que notre perte est inscrite dans nos gènes ( par la sélection naturelle qui a privilégié la rivalité entre groupes nécessitée par une solidarité de défense)  et l’autre nous dit que nous possédons le pouvoir unique d’utiliser la raison pour échapper à cette fatalité … Notre impuissance individuelle est grande … aussi, le professeur de Duve insiste sur la force de l’engagement collectif, sous l’égide, notamment, des dirigeants politiques et, surtout, religieux … (voir aussi ce qu’il dit à ce sujet dans les chapitres précédents sur l’importance des religions qui devraient adapter leur message … et le rôle altruiste de la femme …) Il termine en trouvant des sources d’espoir dans le mouvement qui se dessine autour du réchauffement climatique … Le monde commence à s’émouvoir … Certaines mesures commencent à être adoptées, au niveau national et international … Plus impressionnant, les humains commencent à agir ponctuellement, chacun dans sa petite sphère, pour économiser l’énergie, réduire les émissions de CO2, diminuer les gaspillages, soit s’imposer un petit peu d’inconfort personnel pour un bien commun éloigné … Ce n’est qu’un exemple … les masses peuvent se mobiliser … Si les dirigeants du monde pouvaient s’impliquer plus activement dans le lutte pour la sauvegarde de l’humanité et du monde vivant, les menaces qui pèsent sur l’avenir de la planète pourrait encore être détournée avant qu’il ne soit trop tard … 

Ce vœu fervent est son mot de la fin . 

-----

LA PARTICULE DE DIEU 

 Importante nouvelle pour ceux qui s’intéressent aux études sur le Cosmos (Mise au point du 23 septembre 2011 qui sera annulée le 24 février 2012 )

Une annonce remet en question la découverte de ce que l'on a appelé " la particule de Dieu" parce qu'à l'origine du mécanisme de l'Univers ... Des découvertes récentes présentées le 23/9/2011 lors d’un séminaire du Cern et retransmis sur Internet (http :/webcast.cern.ch) fait état des résultats d’expériences faites avec un faisceau neutrino de 730 km entre les gigantesques accélérateurs du Cern à Genève et les récepteurs souterrains de Gran Sasso en Italie, surprenant les chercheurs qui ont constaté que le trajet est parcouru par les neutrinos avec une avance de 60 nanosecondes sur les 2,4 millisecondes que la lumière met à effectuer la même distance, remettant en question le fond de la formule d’Einstein … (affaire à suivre cependant, la plupart des chercheurs restant prudents) ...

Constatation de l'erreur du 23 septembre 2011.

Site internet du 24 février 2012 de la revue « Sciences » : La revue américaine, qui cite sans les nommer des sources proches de l’expérience, annonce que ce serait une mauvaise connexion entre un GPS et un ordinateur qui serait sans doute à l’origine de l’erreur … cela évitera, entre autres, au professeur de physique Jim Al-Khalili Saltzberg, de manger son caleçon en direct, comme il l’avait promis, si la nouvelle était prouvée … Cela m'arrange, également, parce que cela m'évitera de remettre en question une bonne partie des théories que je soutiens ...

Mise à jour du 28 juin 2012

Depuis la fin de l'année dernière, les milieux scientifiques sont en émoi à l'annonce de découvertes importantes concernant la recherche du Boson de Higgs tentée par les detécteurs Atlas et GMS ...  L'accumulation des données récoltées par ces chercheurs permettent de prévoir des avancées essentielles dans le domaine ... Nous nous trouvons à l'aube d'une révolution importante dans la compréhesion de l'Univers ... Les scientifiques du Cern réunis à Melbourne présenteront les dernières avancées ce mercredi 4 juillet ... avec une liaison vidéo en duplex ... à l'occasion de la 36 ème International Conference on Higg energy Physics (ICHEP)

Le 4 juillet 2012, Intervieuw du belge Englert, co-découvreur

Les scientifiques du monde entier retiennent leur souffle : Le CERN va annoncer  une découverte importante pour la compréhension de l'Univers ... Guy Duplat de la Libre Belgique publie une interview du découvreur belge Englert dans laquelle le scientifique donne un aperçu de l'essentiel de la découverte : " Ce que nous avons introduit est l'idée d'un champ, comme une mer qui  envelotte l'Univers entier. Dans ce champ, les particules qui forment la matière (quarks, leptons, etc,) et qui étaient sans masse, à la vitesse de la lumière, sont freinées, ont plus de difficultés à avancer, et acquièrent ainsi une masse.  C'est ce qui explique que les particules ont la masse qu'elles ont et que nous existions.  On ne peut pas mesurer directement ce champ mais on peut voir "les vagues" qui passent sur cette mer, ce sont les les bosons, que j'appelle "scalaires" car ils n'ont pas d'orientation, pas de polarisation." ...  Cette hypothèse permet aussi de réunir les forces ... Il semble, d'autre part, que cette découverte officialisée par cinq sigmas, ce qui veut dire qu'il n'y a aucun risque que ce soit du bruit de fond ou un artefact.  Cinq sigmas veut dire qu'il y a 999.999 chances sur un million que ce soit la particule et seulement un risque sur un million que ce soit un bruit de fond ... Cette découverte permettrait des avancées significatives dans la solution de problèmes non résolus comme celui de l'origine de la matière noire et de l'énergie noire qui nous entoure (nous n'expliquons que 4 % de la masse de l'Univers).  Si on montrait que ce boson est une particule élémentaire, non composite, on ouvrirait la porte peut-être à des particules nouvelles dites supersymétriques. 

Le 5 juillet 2012, Réunion du CERN à Melbourne en Australie.

Le monde scientifique attendait avec impatience et curiosité l’annonce des avancées significatives réalisées avec la découverte physique du Boson BEH (Brout-Higgs-Englert, les découvreurs depuis cinquante ans) … La preuve physique de cette découverte importante que les trois chercheurs avaient déjà trouvée par calcul, il y a un demi siècle, permet de révolutionner les théories avancées jusqu’alors et de définir un modèle standard, unifiant  notre monde apparemment complexe et désordonné … Ce modèle standard suggère que les quatre forces de l’Univers(une interaction nucléaire forte, une faible, une interaction électromagnétique et la gravitation) peuvent être unifiées dans une même équation, la superforce … Cette unification simplifie la compréhension de « notre univers » en rendant les choses plus simples, comme dit Einstein, mais pas plus simples … Cette découverte fondamentale est aussi importante pour les physiciens que la découverte de l’ADN pour les biologiste, a dit Peter Knight, président de l’Institut britannique de physique … il faut réaliser que cette découverte est le résultat d’une prouesse humaine des scientifiques qui sont parvenus à reconstituer un phénomène physique qui a demandé des moyens gigantesques (un tunnel de 27 km et près de 10.000 électroaimants) pour reconstituer un phénomène qui s’est produit aux premières « microsecondes » de notre univers, ce Boson ayant une durée de vie de10 secondes exposant -22  …

 -----

Les cinq défis qui maintenant attendent les chercheurs du LHC (suivant le journaliste scientifique Guy Duplat)

1.  Détecter le neutralino, une particule hypothétique née de la théorie « supersymétrique » …son existence expliquerait la « matière noire » (notre univers « visible » 4%, énergie noire 73 %, matière noire inconnue 23 %)

2.  Pourquoi il n’y a pas « d’antimatière » … après le « Big-Bang » on suppose qu’il y a eu autant d’antimatière que de matière qui se serait annihilée avec un infime surplus de matière, notre univers.

3.  Reconstituer au CERN la « soupe chaude et dense, appelée plasma quarks-gluons, qui prévalait dans l’univers dans les millionièmes de secondes qui ont suivis le Big-Bang.

4.  Rechercher les dimensions cachées de l’Univers … Les particules sont-elles des supercordes ? … Notre univers a-t-il dix dimensions d’espace ? … Qu’est-ce qui est à l’origine de la mystérieuse accélération de l’expansion de l’Univers que l’on enregistre actuellement ? …

5.  Pourrait-on créer des micro-trous noirs au LHC ? … probabilité faible, les micro-trous noirs, s’ils apparaissent, s’évaporeraient immédiatement … 

 

-----


Pour terminer et pour promouvoir l’action du Professeur de Duve, je me permets de recommander à ceux qui me font l’honneur de me lire, de soutenir l’action que je mène, depuis de nombreux mois, en faveur de son appel à un changement fondamental de nos comportements sociaux afin de préserver l’avenir de notre descendance … (Voir aussi mes chapitres précédents, 00.05 – 00.06 - 00.07  et 00.08 et 00.09 – cliquez à droite « dossiers ») 

Je suggère à ceux qui me lisent, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous : 

----- 

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » (édition Odile Jacob) ... 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. » 

 « L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit » 

 « Le succès évolutif démesuré de l’espèce humaine a été acquis au prix d’une sévère détérioration des conditions de vie sur Terre. 

 « Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. » 

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. » 

 « La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. » 

 « La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. » 

 « Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains par la sélection naturelle. » 

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. » 

----- 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ... 

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient leur enseignement dans un sens plus conforme aux réalités futures afin  d'éviter « une sélection naturelle de groupes », ce que le professeur nomme le « péché originel génétique» par le massacre des plus vulnérables ... 

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!! 

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

----- 

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après http://www.lalibre.be/actu/international/article/64... 

----- 

Pour terminer, je recommande à ceux qui me lisent de se procurer l’intéressant dernier livre de Christian de Duve qui expose le problème et nous met face à nos responsabilités de lutter contre un grégarisme atavique ... : un petit ouvrage de 92 pages, écrit dans un style clair à portée de tous intitulé : « De Jésus à Jésus en passant par Darwin » qui vient de paraître chez Odile Jacob au prix de 9,45 euros …  et pour ceux qui voudraient pousser davantage leur investigation, je conseille ses autres ouvrages, chez le même éditeur : Génétique du péché originel : le poids du passé sur l’avenir de la vie (2009, nouvelle édition 2010) - Singularités.  Jalons sur les chemins de la vie (2005) – A l’écoute du vivant (2002).

----- 

Pour m’atteindre : ( Tel : 02 736 43 97 )  phmailleux@skynet.be

BLOG: http://philippemailleux.blogs.lalibre.be

Avec un moteur de recherche : PROPOS D’UN OCTOGÉNAIRE 

SITE: http://phmailleux.e-monsite.com         

-----

 

30/08/2011

Ch. 00.06 - Prolifération future de l'homo : équilibre ou saturation de l'habitat ?

Rapport récent de l’Ined-Onu France et rappel des conclusions du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine …

-----

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-------

A LA SUITE DE LA PARUTION, EN JUILLET-AOÛT 2011, DU RAPPORT DE GILLES PISON DANS LE N° 480 DE « POPULATION ET SOCIÉTÉ », (bulletin mensuel d’information de l’Institut National d’études démographiques – INED-ONU France) PRÉSENTANT UN TABLEAU A JOUR DE LA POPULATION MONDIALE QUI VA FRÖLER LE SEUIL DES 7 MILLIARDS A LA FIN 2011, POUR ATTEINDRE LE POINT DE SATURATION DE 9 Á10 MILLIARDS A LA FIN DU SIÈCLE,IL EST INDISPENSABLE DE FAIRE ETAT DE CETTE ÉTUDE, DE LA COMMENTER ET D’ENVISAGER LES SOLUTIONS POUR S’ADAPTER A CETTE SITUATION …

-------

Avant cela, comme je le fais, chaque semaine, je tiens plus que jamais, à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Aussi, je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

 

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

 

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient leur enseignement dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  http://www.lalibre.be/actu/international/article/64...

-----

POUR ÉVITER TOUTE ÉQUIVOQUE QUANT AUX CONVICTIONS PHILISOPHIQUES

 DE L’AUTEUR DE CE BLOG, ON EN TROUVERA L’ESPRIT DANS LES

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les douze années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

 À avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion,

dont voici la synthèse :

« Être … exister …»,  est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » … exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers-total …  qui a produit un bourgeon, notre univers qui éclatera pour disparaître en fin d’existence … il a produit la vie, phénomène aléatoire, sur une planète partiellement éteinte,  la Terre, détachée de son étoile en évolution, le Soleil,  … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à  produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de manipuler cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais totalement … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

Développement de cette hypothèse cliquez à droite sur : 29.01 à 29.09

-----

 

Publication régulière deux fois par mois, 

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

Ch.00.06  -  Prolifération future de l’Homo : équilibre ou saturation de l’habitat ?

L’étude de Gilles Pison signale que la population mondiale va atteindre les 7 milliards d’habitants d’ici peu … qu’elle a été multipliée par sept au cours des deux derniers siècles et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre 9 à 10 milliards à la fin du XXIe siècle …

La Libre Belgique du 19 août, qui signale cette étude, publie un graphique de la croissance de la population mondiale de 1800 à 2050 … Cette courbe douce entre 1800 et 1900, s’infléchit ensuite fortement vers le haut (2 Mia en 1930, 3 Mia en 1960,4 Mia en 1974, 5 Mia  en 1987, 6 Mia en 1999, 7 Mia en 2011, et par projection 8 Mia en 2025 et 10 Mia en 2050)

Le statisticien, cependant, croit que se produira un phénomène de décélération de la croissance par diminution de la fécondité (2.5 par femme aujourd’hui dans le monde contre le double en 1950) … Il reconnaît la disparité des chiffres selon les régions du monde  … L’Afrique subsaharienne, une partie des pays de la péninsule arabique, et les régions allant de l’Afghanistan jusqu’au nord de l’Inde en passant par le Pakistan garderaient une natalité dangereuse pour l’équilibre démographique de la planète …

 L‘un des grands changements à venir est le formidable accroissement  de la population de l’Afrique (Afrique du Nord comprise) qui quadruplerait  d’ici un siècle (800 millions en 2000, 3,6 milliards en 2100) malgré le sida …  L’Afrique du Sud du Sahara passerait de 600 millions en 2000 à environ 3,4 milliards en 2100 …

Quant à la Chine qui est actuellement le plus peuplé du monde avec 1,3 milliards d’habitants, elle serait rattrapée par l’Inde (1,2 milliards) qui passerait en tête vers 2020 … (politique de natalité moins restrictive)

ANALYSE DES DONNÉES.

Superficies (en milliers de km² - surface sans les lacs et cours d’eau)  Ci-après les principaux, tirés d’un classement global …

1. Russie 17.098 … 2. Canada 9.971 … 3. USA 9.629 … 4. Chine 9.561 … 5. Brésil 8.515 … 6. Australie 7.741 … (Les 27 de l’Union européenne 4.333) … 7. Inde 3.287 … 8. Argentine 2.780 … 9. Kazakhstan 2.725 … 10. Soudan 2.506 …  11. Algérie 2.382 … 12. Congo (rép) 2.345 …  13. Arabie Saoudite 2.150 … 14. Mexique 1.958 … 15. Indonésie 1.905 … 16. Libye 1.760 … 17. Iran 1.648 … 18. Mongolie 1.564 … 19. Pérou 1.285 … 20. Tchad 1.284 … 21. Niger 1.267 … 22. Angola 1247 … 23. Mali 1.240 … 24. Afrique du Sud 1.221 …  29. Égypte 1.001 … 47. France (métropolitaine) 552 …(Belgique 31 … Pays-Bas 42 … Suisse 41 … Allemagne 357 … Italie 301 … Espagne 506 … Grèce 132 … Portugal 92 … Pologne 313 … Israël 22 …) MONDE 136.137

Populations en 2011 (en millions)   Les trente pays les plus peuplés …

1. Chine 1.331,4 … 2. Inde 1.241,3 … (Les 27 de l’Union européenne 502,2) … 3. USA 306.8 … 4. Indonésie 243,3 …  5. Brésil 191,5 … 6. Pakistan 180,8 … 7. Nigéria 162,3 … 8. Bengladesh 150,7 … 9. Russie 142,8 … 10. Japon 128,1 … 11. Mexique 114,8 … 12. Philippines 95,7 … 13. Viet Nam 87,9 … 14. Éthiopie 87,1 …  15. Égypte 82,6 … 16. Allemagne 81,8 … 17. Iran 77,9 … 18. Turquie 74 … 19. Thaîlande 69.5  … 20. Congo (Rep.) 67.8 … 21. France 65.3 … 22. Royaume Uni 62.7 … 23. Italie 60.8 … 24. Birmanie 54 … 25. Afrique du Sud 50,5 … 26. Corée du Sud 49 … 27.Colombie 46,9 … 28. Tanzanie 46,2 … 29. Espagne 46.2 … 30. Ukraine 45.7 (Belgique 11 … Pays-Bas 16,7 … Suisse 7,9 … Israël 7,9 …) MONDE 6.987

Populations  en 2.050 (en millions) Projection Les trente pays les plus peuplés en 2050 …

1. Inde 1.692 …2. Chine 1.313 … (Les 27 de l’union Européenne 513) 3. Nigéria 433  … 4. USA 423 … 5. Pakistan 314 … 6. Indonésie 309… 7. Bengladesh 226 … 8. Brésil 223 … 9. Éthiopie 174 … 10. Philippines 150… 11. Congo (Rep.) 149 … 12. Mexique 144 … 13. Tanzanie 138 … 14. Russie 126 … 15. Égypte 123 … 16. Viet Nam 109 … 17. Ouganda 106 … 18. Iran 100 … 19. Kenya 97 … 20. Japon 95 … 21. Turquie 95 … 22. Soudan 91 … 23. Irak 83 … 24. Afghanistan 76 … 25. Royaume Uni 76 … 26. France 72 … 27. Thaïlande 71 … 28. Birmanie 71 … 29. Allemagne 69 … 30. Italie 62 … (Belgique 13 … Pays-Bas 18 … Suisse 9 … Israël 11 …) MONDE 9.587

Accroissement naturel en % (Taux de natalité moins taux de mortalité)  Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Niger 3,6 … 2. Ouganda 3.4 … 3. Burundi 3.2 … 6. Burkina Faso 3,1 … 12. Irak 3,0 … 16. Madagascar 2,8 … 31. Éthiopie 2,7 … 37. Congo 2.5 … 45. Côte d’Ivoire 2,3 … 59. Pakistan 2,1 … 69. Bolivie 1,9 … 87. Équateur 1,6 … 95. Inde 1,5 … 98. Algérie 1,5 … 101. Mexique 1,4 … 114. Indonésie 1,3 … 115. Maroc 1,3 …  119. Colombie 1,2 …  MONDE 1,2 … 146. Brésil 0,9 … 173. Chine 0.5 … 175. USA 0.5 … 186. France 0,4 … 192. Royaume-Uni 0.4 … 203. Suisse 0,2 … (Les 27 de l’Union européenne 0,1) …  217. Autriche 0.0 … 227. Italie -0,1 … 232. Russie -0,2 … 235. Allemagne -0.2 … 239. Ukraine -0,4 … 241. Bulgarie -0,5 …  (Belgique 0,4 …Pays-Bas 0,3 … Suisse -0,2 … Japon -0.1 … Espagne 0,3 … Australie  0,8 …)

Indice de jeunesse (Proportion de moins de 15 ans en %) :  Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Niger 49 … 4. Angola 47 … 8. Congo (Rep) 46 … 11. Burkina Faso 45 … 18. Éthiopie 44 … 22. Sénégal 44 … 25. Irak 43 … 29. Madagascar 43 … 42. Côte d’Ivoire 41 … 51. Ghana 38 … 56. Jordanie 37 … 65. Bolivie 36 … 79. Inde 33 … 110. Indonésie 28 … (MONDE 27) … 123. Turquie 26 … 133. Brésil 25 … 144. Tunisie 24 … 161. Thaïlande 21 … 169. USA 20 … 180. France (Métrop.) 18 … 191. Royaume uni 17 ... 200. Chine 17 … 202. Canada 16 …  (Les 27 de l’Union Européenne 16) … 214. Espagne 15 … 216. Russie 15 … 218. Pologne 15 … 228. Italie 14 … 231. Qatar 14 … 232. Allemagne 13 … 233. Japon 13 … (Belgique 17 … Pays-Bas 18 … Suisse 15 … )

Indice de vieillissement (Proportion de 65 ans ou plus en %) : Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Japon 23 … 2. Allemagne 21 … 4. Grèce 19 … 5. Suède 18 … (Les 27 de l’Union Européenne 17) … 14. Belgique 17 … 15. Espagne 17 … 18. France (Métrop.)17 … 28. Pays-Bas 15 … 44. Pologne 14 … 52. USA 13 … 56. Russie 13 … 57. Cuba  12 … 66. Irlande 11 … 74. Israël 10 … 77. Albanie 9 … 81. Chine 9 … (MONDE 8) … 96. Brésil 7 … 101. Tunisie 7 … 119. Mexique 6 … 122. Indonésie 6 … 135. Égypte 5 … 136. Inde 5 … 137. Iran 5 … 160. Pakistan 4 … 187. Nigéria 3 … 211. Palestine (territoires) …217. Kenya 3 … 225. Afghanistan 2 … 229. Niger 2 … 236. Émirats arabes unis 1 … (Suisse 17 … Grèce 19 … Italie 20 … Portugal 18 … Australie 14 …)

-----

POPULATION MONDIALE

 

 

LIBELLÉS (entre parenthèses, les populations  de plus de 25 millions d'individus - Sont exclus de la superficie les lacs et cours d'eau)

Superf. en millions de km²

Population en millions d'individus

% Natalité pour 1000 hab.

% Mortalité pour 1000 hab.

Population 2050 en millions

Revenu Nal brut $ par hab. en 2009

             

AFRIQUE (Algérie 36 - Égypte 82,6 - Soudan 44,6 - Nigéria 162,3 - Éthiopie 87,1 - Kenya 41,6 - Tanzanie 46,2 - Maroc 32,3 - Afrique du Sud 50,5)

30.312

1.051

36

12

2.300

2.720

             

AMÉRIQUE (Canada 34,5 - USA 311,7 - Mexique 114,8 -  Argentine 40,5 - Brésil 196,7 - Colombie 46,9 - Pérou 29,4 - Venezuela 29,3)

42.321

942

16

7

1.216

22.870

             

ASIE (Arabie Saoudite 27,9 - Irak 32,7 - Turquie 74 - Afghanistan 32,4 -Bengladesh 150,7 - Inde 1.241,3 - Iran 77,9 - Népal 30,5 - Ouzbékistan 28,5 - Pakistan 176,9 - Indonésie 238,7 - Malaisie 28,9 - Birmanie 54 - Philippines 95,7 - Thaïlande 69,5 - Viet Nam 87,9 -Chine 1.345,9 - Corée du Sud 49 - Corée du Nord 24,5 - Japon 128,1 - Taiwan 23,2)

31.877

4.216

18

7

5.284

6.350

             

EUROPE (Allemagne 81,8 - France metrop. 63,3 - Royaume-Uni 62,7 - Pologne 38,2 - Russie 142,8 - Ukraine 45,7 - Espagne 46,2 - Italie 60,8 )

23.061

 

740


11

11

725

26.390

             

OCÉANIE (Australie 22,7)

8.564

37

18

7

62

27.470

             

SUPERFICIES, POPULATIONS  ET STATISTIQUES MONDIALES (TOTAUX)

136.137

6.987

20

8

9.587

10.270

 

-----

L’analyse attentive de ces données officielles établies par le statisticien Gilles Pison  nous amène aux considérations suivantes :

1. La population mondiales va atteindre immanquablement le seuil de saturation planétaire pour la fin du siècle que le professeur Christian de Duve et les démographes les plus sérieux situent aux environs de la dizaine de milliards d’individus …

2. Le démographe Gilles Pison, dans les commentaires préliminaires de son étude, présente une vision future de l’avenir démographique de la planète, sous un jour optimiste  en prévoyant un ajustement naturel de la fertilité par le phénomène résultant de la saturation du milieu … : de nombreux observateurs l’ont constaté dans la nature et par expérimentation en laboratoire …

3. Ce mécanisme est d’ailleurs un des moteurs essentiels de l’évolution … Cette adaptation se réalise, soit par migration avec adaptation à un autre biotope, soit par mutation comme l’herbivore devenant carnivore … Cependant ces phénomènes demandent des centaines de milliers d’années pour se réaliser … et l’équilibre par infertilité dans l’expérimentation en laboratoire ne se réalise que douloureusement et progressivement par l’élimination des plus faibles

4. L’hypothèse du professeur Christian de Duve est plus proche de cette vision … : elle est largement développée dans son bouquin, « Génétique du péché originel, le poids du passé sur l’avenir de la vie », dont je reprends l’essentiel de la théorie en début de mes publications et de celle-ci en particulier, depuis de nombreux mois …  

5. L’éminent professeur, dans la quatrième partie de son livre,  « Les défis du futur », tire les leçons du passé pour préparer l’avenir …  en présentant un choix de diverses options que l’humanité pourrait prendre ou décider … (Je n’en ai repris que les grandes lignes, tout en conseillant à mes lecteurs de se procurer le livre, afin de bien se pénétrer de considérations, aussi sages qu’autorisées d’un des plus grands savants-philosophes de notre époque) …

6. Première option : ne rien faire : Si on ne fait rien, l’humanité va au désastre … L’extinction de l’humanité, si elle a lieu,  ne sera pas due à son échec, mais à son succès … (puisque le développement de l’intelligence humaine a permis de trouver des solutions aux problèmes de son environnement et de s’y adapter en se développant) … Une espèce surhumaine pourrait-elle succéder à l’espèce humaine ? … (L’histoire de l’humanité pourrait-elle se répéter … par paliers avec des cerveaux plus performants … Il y aurait cependant de nombreux problèmes : volume de la tête contenant le cerveau, limité par le canal génital féminin, à moins celui-ci ne s’adapte ou que la naissance prématurée en augmentant la période d’éducation postnatale ne soit une solution …

Il  resterait à la vie jusqu’à 5 milliards d’années (même 1,5 milliards pour les plus pessimistes, prévoyant des cataclysmes), plus que la totalité de son passé, avant que la terre ne devienne incapable de l’héberger, le soleil étant arrivé à son terme d’existence …  Que pourrait-il se passer dans un cerveau encore plus développé que le cerveau humain ? … (Le cerveau de Lucy avait un volume de 400 cm³, le nôtre 1350 cm³) Nos forêts de neurones, surdimensionnées, approcheront-elles plus intimement  cette « ultime réalité » comme l’appelle le professeur … peut-être conclue-t’ il, seront-elles  plus près de comprendre le mystère de la conscience en tant que pont vers cette « Réalité » …

Avec le développement de l’intelligence, l’humanité a atteint un point où elle n’est plus l’esclave de la sélection naturelle … puisqu’elle peut la contrôler et la diriger … Nous sommes les maîtres de  notre propre sort … Nous ne sommes plus les jouets d’une sélection naturelle aveugle, comme les autres êtres vivants, car nous disposons de moyens intellectuels permettant de comprendre la nature, y compris la nôtre, de disposer de la capacité pratique de changer le cours des événements par nos actes, et, enfin, de prendre conscience de la responsabilité morale des effets que ces actes auront sur le sort de l’humanité …

7. Deuxième option : améliorer nos gènes : (appelé au XIXe siècle « eugénisme ») L’eugénisme  (sélection des porteurs de bons gènes et exterminations des  autres) est devenu un mot honni …

Le  clonage ouvre la voie vers l’évolution dirigée … A quoi peut servir le clonage ? … (Il peut être reproducteur, thérapeutique et ingénierique) … Le premier clonage, ou copie conforme, fut la brebis « Dolly » … depuis on a cloné des souris, des rats, des vaches, des porcs, des chevaux, des chats, et des chiens …  En réalité, il s’agit d’un groupe d’organisme dérivés d’une manière asexuée d’un ancêtre unique … Les bactéries donnent typiquement des clones … La méthode est simple, mais délicate … on prend un ovocyte ou oocyte non fécondé (cellule sexuelle féminine qui murit dans l’ovaire pour produire l’ovule qui fusionnera avec le spermatozoïde) et on en retire le noyau pour le remplacer par le noyau d’un cellule différente (peau, foie …) après implantation dans une femelle, il se développera un individu normal identique au donneur du noyau, comme un jumeau identique …

Le clonage « reproducteur » sert à perpétuer une lignée animale de valeur … Le clonage thérapeutique consiste à « stocker » des cellules réparatrices de tissus du donneur, avec l’avantage  de ne pas être rejetées immunologiquement par l’hôte …Le clonage ingéniérique : les noyaux transplantés sont soumis à une modification génétique préalable (les fameux OGM) permettant de nombreuses applications industrielles pour augmenter la productivité, la défense contre les agressions ou l’amélioration de la qualité …

Le clonage humain provoque des débats éthiques passionnés est prohibé par la plupart  des législatures du monde  … quant au clonage « thérapeutique » humain, il est autorisé dans de nombreux pays (mais pas aux USA) … La question reste pertinente et débattue : est-il moralement raisonnable de choisir les « qualités » de sa future progéniture afin d’éviter la terrible loterie que constitue la fécondation où des millions de futurs individus résultant d’une seule éjaculation, aux qualités aussi disparates qu’incongrues, concourent dans une seule émission de spermes à la sélection des qualités et défauts des futures individualités ? … Il faut souligner les dangers d’une sélection arbitraire qui risque d’être mal orientée (allusion au nazisme entre autre …)

Quoiqu’il arrive, l’humanité ne sera pas sauvée par le clonage … conclue le célèbre généticien … parce qu’il ne voit pas qui pourrait bénéficier de l’amélioration et comment on pourrait changer plus de 6 milliards d’individus …

 8. Troisième option : recâbler le cerveau : Le câblage du cerveau est un phénomène épigénique … (l’épigénisme désigne une nouvelle forme de génétique portant sur des traits héréditaires qui ne sont pas encodés dans des séquences d’ADN, mais accompagnent celui-ci) …

Le hasard offre un large éventail de connexions possibles parmi lesquels un petit nombre est sélectionné par l’usage(d’où le nom de « darwinisme neuronal » donné pat Edelman, l’auteur de la théorie dont s’inspire le professeur) … Ce processus épigénétique  a des implications  d’une importance capitale ; le cerveau humain est façonné en grande partie par les stimulations auxquelles il est exposé durant les premières années qui suivent la naissance, peut-être même déjà avant celle-ci, dans le sein maternel … Le processus se poursuit durant toute la vie, par l’éducation, l’apprentissage et l’entraînement.  Même un vieux cerveau peut acquérir de nouvelles connexions … Mais les premières années sont cruciales … Les enfants privés de contact avec d’autres humains pendant les premières années de la vie sont définitivement retardés psychologiquement …

L’éducation commence au berceau …  d’où l’importance des éducateurs, parents et enseignants … Mais grand écueil : comment inculquer à ceux-ci une morale nouvelle plus altruiste qu’ils n’ont pas acquise dans leur propre enfance ? … L’éminent professeur se réfère aux grands moralistes du passé (le Christ, Bouddha ou Gandhi) et les actuels idéalistes en déplorant qu’aucun n’ait fait « boule de neige » dans le fond de leur message d’amour … cependant il conclue par ce message d’espoir : aiguillonnées par une vision de plus en plus lucide du désastre qui nous attend si nous ne changeons pas de cours, les initiatives futures pourraient rencontrer davantage de succès ….

Aussi affirme-t’ il que les dirigeants politiques et surtout religieux sont particulièrement bien placés pour propager les recommandations dont le monde a besoin …  Ce sont eux, plus que n’importe qui d’autre, qui ont le pouvoir de propager les changements épigénétiques nécessaires pour sauver le monde

9.Quatrième option : faire appel aux religions : Les Églises sont exceptionnellement qualifiées pour aider à sauver l’humanité … (grâce au pouvoir qu’elles exercent dans l’éducation des « masses » jeunes et adultes) … Les religions sont fondées sur des croyances, non sur la pensée rationnelle … … De nombreuses religions prétendent détenir la seule vérité … (Les aspects pervers des croyances résultent du sentiment de certitude qu’elles inspirent et celui de convertir ceux qui pensent autrement) … Les  doctrines religieuses ont un impact majeur sur les directives éthiques …  (avortement , homosexualité, euthanasie, recherches sur les cellules-souches …) … L’espoir d’une vie future risque d’entraver les efforts en faveur de la vie actuelle … (Mériter une hypothétique vie future de bonheur par privations, souffrances, épreuves, martyre même) …

Devons-nous abandonner toute religion ? … (Pour le professeur, il serait improductif et même dangereux de combattre les religions qui, dans un sursaut de défense, tomberaient davantage dans des excès d’intolérance ce qui serait encore plus dangereux) … Les Églises sont engagées dans de nombreuses activités bénéfiques …  (Elles jouent un rôle majeur dans l’éducation, les soins de santé, les œuvres sociales, les secours aux handicapé, l’assistance aux personnes désavantagées et d’autres entreprises charitables, surtout dans le Tiers-Monde, d’autre part, elles offrent un décor approprié pour la réflexion, la méditation et la contemplation, ainsi que pour des activité collectives telles que des enseignements, des exhortations morales, des célébrations joyeuses, de douloureuses cérémonies d’adieux et d’autres occasions de se réunir en groupe d’une profonde signification humaine … et l’éminent professeur de continuer : ce cadre mérite d’être conservé, même si e contenu  des manifestations qui s’y déroulent  évoluent en fonction des avancées des sociétés.  Il n’hésite pas à s’impliquer personnellement en terminant : « Comme je puis en témoigner d’expérience personnelle, un service funèbre dans une jolie église, au son, admirable chanté, du « In paradisium » de Fauré, conserve toute sa beauté poignante même s’il n’y a aucun paradis pour accueillir la défunte aimée » ) … 

Que devons-nous faire ? ( A cette interrogation, le professeur répond qu’il appartient au religions de faire le plus grand sacrifice, en se soumettant aux découvertes incontestées de la science dans tous les domaines de la connaissance qu’elle illumine … Cela implique une profonde et pénible remise en question … et ne plus accepter sans critique des affirmations dénuées de fondements ou fondées sur des textes écrits, il y a plusieurs millénaires … Cette remise en question pourrait déboucher sur une réponse nouvelle et plus satisfaisante sur ce que le célèbre savant souligne, à la suite de Darwin et Einstein, avec empathie et vénération comme « l’ultime réalité » )

(Il affirme qu’) une éthique sans doctrine est possible (On peut suivre les recommandations de Jésus, sans croire qu’il est le fils de Dieu, ainsi que de tous ce qui entoure sa croyance : sa mort, sa résurrection, son ascension, où les bons parmi nous le retrouveront pour l’éternité dans un ciel « au-dessus de nous ») … De même il est possible d’obéir aux préceptes de Bouddha sans croire à sa réincarnation à chaque génération dans le corps d’un enfant … et de se déclarer disciple de Moïse et Mahomet sans leur accorder le privilège d’un autorité de droit divin …

Le Prix Nobel de médecine conclue cet important chapitre par le constat que « Le dialogue entre religion et science est souhaitable mais difficile »  … Dans ce domaine, le compromis est impossible : la religion doit céder … Vient alors dans cet esprit, une référence aux travaux de l’Académie pontificale des Sciences qui réunit au cœur du Vatican quelque quatre-vingts membre, choisis dans toutes les disciplines et parties du monde, sans distinction de de nationalité, de sexe ou même dans une certaine mesure, d’opinion philosophique (on y trouve des protestants, des juifs, des musulmans et parfois des adeptes d’autres religions, mais surtout un nombre appréciable d’agnostiques et d’incroyants … Avant son pontificat, le pape actuel en faisait partie …  Il semble que l’influence de ce cette Académie Pontificale sur le magistère de l’Église n’est pas aussi significative qu’on aurait pu le supposer, cependant commente le professeur « il se passe plus de choses en coulisse qu’on ne le soupçonne » … et beaucoup de croyants sincères admettent que les soi-disant « articles de la foi » doivent être pris avec un « grain de sel » et que de nombreuses règles éthiques édictées par l’Église doivent être interprétées comme de pieuses recommandations

Conclusions  : Les religions, par leur influence, et les sciences, par  leurs connaissances, doivent collaborer d’urgence à la sauvegarde de l’humanité

10. Cinquième option : protéger l’environnement : La protection de l’environnement est un souci tout récent pour l’humanité … (Le professeur, né en 1917, a vécu la plus grande partie de son existence dans le siècle précédent et a bien connu les périodes difficiles ou fastes de ce siècle marqué d’abord par la pire misère des classes « laborieuses », la plus atroce des guerres et ensuite l’opulence et le gaspillage  Lentement  des voix s’élevèrent pour dénoncer les excès de l’exploitation humaine et défendre l’environnement

L’écologie commence à entrer dans le quotidien de l’humain … on s’inquiète de l’effet de serre et on cherche à combattre les émissions de co² … L’écologie est devenue source de graves controverses … (les mesures à prendre touchent des populations industrialisées qui devront modifier leurs habitudes et diminuer leur confort) …

Pour ou contre l’énergie nucléaire ? … le débat est ouvert (vulnérabilité, contrôle difficile d’une  énergie gigantesque, fondamentale … (référence à Tchernobyl et autres explosions nucléaires subies par l’humanité depuis 1945)…

Une découverte en recherche fondamentale a ouvert la voie à des applications pratiques révolutionnaires … (outil biotechnologique microbien capable de s’attaquer au cancer et à de nombreux insectes nuisibles, de se défendre contre des moisissures ou des virus pathogènes et même à des plantes pour leur inoculer certaines facultés nouvelles … )

OGM : un sigle qui déchaîne les passions par la crainte  de contaminer d’autre espèces et provoquer un effet de chaine … L’objection majeure utilisée par la propagande anti-OGM a été que le le caractère génétique implanté pourrait être transmis à des variétés sauvages voisines et les « contaminer » … Le professeur s’élève avec vigueur contre cette appréhension, prétendant que de tous temps (10.000 ans), empiriquement, on a modifié par croisement et manipulations physiques des êtres vivants pour en produire des auxiliaires domestiques, végétaux et animaux, qui sont tellement éloignés de leur aspect ancestral (exemple parmi tant d’autres, les roses que nous offrons avec leur ancêtre la fleur de l’églantier et les animaux domestiques de concours, canaris bossus ou les difformes « blancs-bleus belges) … Il termine son plaidoyer en soutenant les écologistes tout en leur demandant de se débarrasser de leur frange extrémiste, irrationnelle et démagogique pour s’allier aux scientifiques honnêtes et compétents

11. Sixième option : donner leur chance aux femmes : Apparemment, plusieurs traits humains défavorables retenus par la sélection naturelle sont associés en grande partie au caractère mâle … La combativité est principalement un caractère mâle …  (guerres, domination, esclavage … ) Chez les animaux, combat pour la femelle avec la soumission de celle-ci au plus fort, favorisant la sélection naturelle, moteur essentiel de l’évolution … Chez les humains, se battre a presque toujours été une affaire d’homme …

Les femelles, surtout chez les mammifères sont programmées de manière à prendre soin des petits … (Leur instinct les pousse à se sacrifier pour eux)  Les femmes, chez les humains, prolongent cet attachement avec une nourrice, une grand-mère, une sœur, une garde ou autre remplaçante …

Dans la plupart des civilisations, les femmes sont traitées comme inférieures aux hommes …  cette option sociétale fut largement renforcée par la tradition biblique du judaïsme orthodoxe, de l’Église catholique et de l’Islam, même si cette discrimination est déguisée en « respect » … Amalgame par plusieurs religions entre sexe, péché et féminité … Ce n’est pas Adam, mais bien Ève qui a mangé d’abord le fruit défendu … C’est à une femme que nous devons notre malédiction génétique … En accord avec cette tradition, il  y a beaucoup plus d’homme que de femmes dans les professions dirigeantes, que ce soient les affaires, la politique, les sciences ou les arts … le monde humain est encore en grande partie un monde d’hommes … mais remarque le savant, il n’est pas certain que les femmes dirigeraient mieux le monde … elles méritent cependant qu’on leur donne une chance d’essayer … le problème est de savoir comment elles peuvent conquérir le pouvoir sans se conduire comme des hommes …

L’ascension sociale des femmes dans le monde actuel est un phénomène encourageant … d’autant plus qu’il se fait en grande partie avec la collaboration des hommes

12. septième option : contrôler l’expansion de la population : Nous sommes top nombreux sur terre …  C’est l’évidence … et tout concoure à aggraver ce constat : allongement de la durée de vie par le confort matériel et les  performances médicales qui combattent la mortalité …

La crise prévue par Malthus, il y a deux siècles, vient d’éclater … S’il est une action que l’humanité doit entreprendre à l’encontre de ses propres propensions génétiques, c’est bien de limiter sa population … Ce cri d’alarme avait déjà été lancé par de nombreux précurseurs, et de nombreux moyens contraceptifs efficaces et accessibles furent mis au point par les chercheurs dont la « célèbre » pilule, en 1951 … Ce qui est regrettable déplore Christian de Duve, c’est que Rome par la voix du pape Benoît XVI a réitéré solennellement, en octobre 2008, sa condamnation inflexible de la limitation volontaire des naissances par des moyens autres que l’absence de rapports sexuels durant la période fertile du cycle féminin …

Cela est infiniment regrettable poursuit le généticien, on aurait aimé voir le chef spirituel de plus d’un milliard d’êtres humains prendre l’initiative dans une circonstance aussi critique pour déclarer moralement justifié, sinon recommandable et même obligatoire de s’opposer à l’augmentation de la population par tous les moyens raisonnables compatibles avec la santé et la dignité humaines … Il nous reste, remarque-t-il, à suivre ce précepte en dépit de l’interdiction papale, que d’ailleurs peu de fidèles respectent, avec, souvent, l’approbation des autorités religieuses locales ….

La réduction du nombre des vivants (par élimination du surnombre, comme dans la chasse pour les animaux, pratiqué par les Nazis) n’est pas tolérable sur le plan humain …mais est cependant remplacée par les guerres, les génocides qui continuent à sévir dans divers endroits de la planète … On frémit à l’idée de ce que l’avenir nous réserve … et plutôt que ces extrêmes c’est  plutôt, avec la famine et les épidémies, un partie du cauchemar que nous réserve la sélection naturelle si nous n’agissons pas à son encontre

D’une manière ou d’une autre, on doit réduire la natalité :  En technicien des fonctions animales et humaines, le professeur passe en revue les différents moyens de continuer à jouir des fonctions sexuelles, nécessaire à l’épanouissement du couple, tout en maîtrisant la fécondité … : la stérilisation volontaire (ligature des trompes et vasectomie) … L’abstinence de rapports sexuels n’est concevable que pour ceux qui font du célibat une condition du sacerdoce ou de la vie religieuse … Cependant, avec les scandales récents de pédophilie, on sait que ce choix du célibat n’est pas toujours innocent et peut avoir des aspects pervers … L’homosexualité est une autre forme de sexualité sans reproduction, mais ne se commande pas … le monde d’aujourd’hui est plus tolérant à son égard … Il reste que les procédés les plus efficaces et les plus performants restent la contraception  et aussi précocement que possible, l’interruption volontaire de grossesse et sa formule préventive la « pilule du lendemain » …

Le remarquable prix Nobel, va plus loin, au risque de choquer dans une société qui a toujours placé l’enfant au centre de ses préoccupations : la limitation des naissances doit être encouragée, et son contraire sanctionné, par des mesures financières et fiscales   Il suggère la limitation du nombre d’enfant par couple qui ne devrait pas dépasser deux, pour maintenir la population mondiale dans des limites acceptables, en distribuant gratuitement, préservatifs, stérilets, diaphragmes, pilules et autres moyens contraceptifs … et aussi en favorisant la stérilisation volontaire …

En ce qui concerne la Chine et sa politique d’un enfant par foyer, pratiquée depuis de nombreuses années où on a remarqué une diminution inquiétante du nombre de filles, par avortement préférentiel … le professeur note que les cyniques souligneront  que cette situation devrait favoriser une réduction de la natalité …

Il conclue le chapitre en laissant à des autorités plus compétentes le soin d’examiner les difficultés qui se présentent et de leur trouver une solution éventuelle, n’hésitant pas à modifier certaines de ses propositions, qui ne sont pas plus que des esquisses de buts à poursuivre … Il revient à ceux et à celles qui sont investis de cette autorités de peser faits et arguments et de prendre leurs responsabilités, en adoptant comme guide Malthus, plus d’actualité aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été.

Conclusion finale sous forme d’envoi : Deux messages presque contradictoires se dégagent de l’examen de l’état du monde que le professeur a tenté de faire dans son livre … L’un nous enseigne que notre perte et celle d’une bonne partie du monde vivant sont inscrites dans nos gènes … L’autre nous dit que nous possédons le pouvoir unique d’utiliser la raison pour échapper à cette fatalité …

Un problème majeur auquel nous sommes confrontés est que nous avons affaire à deux échelles de temps fort différentes … En tant qu’être humain, nous vivons dans des limites imposées par notre propre longévité et celle de nos proches (qui atteint difficilement la dizaine de décades) … En revanche, les perspectives sur lesquelles devraient s’appuyer nos actions se comptent le plus souvent en siècles, sinon en millénaires ou plus …

Notre impuissance individuelle est grande … aussi, le professeur de Duve insiste sur la force de l’engagement collectif, sous l’égide, notamment, des dirigeants politiques et, surtout, religieux … (voir aussi ce qu’il dit à ce sujet dans les chapitres précédents sur l’importance des religions qui devraient adapter leur message … et le rôle altruiste de la femme …)

Il termine en trouvant des sources d’espoir dans le mouvement qui se dessine autour du réchauffement climatique … Le monde commence à s’émouvoir … Certaines mesures commencent à être adoptées, au niveau national et international … Plus impressionnant, les humains commencent à agir ponctuellement, chacun dans sa petite sphère, pour économiser l’énergie, réduire les émissions de CO2, diminuer les gaspillages, soit s’imposer un petit peu d’inconfort personnel pour un bien commun éloigné … Ce n’est qu’un exemple … les masses peuvent se mobiliser … Si les dirigeants du monde pouvaient s’impliquer plus activement dans le lutte pour la sauvegarde de l’humanité et du monde vivant, les menaces qui pèsent sur l’avenir de la planète pourrait encore être détournée avant qu’il ne soit trop tard

Ce vœu fervent est son mot de la fin .

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque fois, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous(Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voir ci-après un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00...

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

01/10/2010

Ch. 28 g - L'Au-delà et conclusions.

 

Récit détaillé d'un long cheminement de recherche

d'une vérité sur la motivation d'exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s'étonne pas d'un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu'il ne demande à personne de partager : il s'avoue agnostique par loyauté de pensée avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

 

Ch. 28 g  -  L'Au-delà et conclusions

 

{16}Je voudrais conclure ce long travail de réflexions personnelles sur les motivations d'exister et la valeur de nos croyances en confiant, à ceux qui ont eu la curiosité de me suivre sans nécessairement partager ma conviction personnelle de nous trouver dans un monde mécanique sans finalité, que seule notre angoisse de la solitude face au néant de la mort justifie notre croyance en un au-delà.


Si je me suis étendu aussi longuement et aussi profondément, dans les deux chapitres précédents, sur des événements (la mort de Jean-Paul II et le drame de son successeur confronté à une des plus grandes crises de l'Église) qui ne devraient plus me concerner puisque ma position intellectuelle se situe dans l'agnosticisme, c'est que je tenais à préciser celle-ci.

 

Je rejoins le Professeur de Duve quand, dans son dernier livre, il pose les questions fondamentales pour l'être humain en s'interrogeant sur sa finalité (Qui sommes-nous ?  D'où venons-nous ?  Où allons-nous ? ) et qu'après avoir exposé ses connaissances étendues résultant d'une vie passée dans l'intimité des cellules, il conclut par l'interrogation « Et Dieu dans tous cela ? ».

 

Avec la plus grande prudence, le célèbre savant  avouera sa perplexité face à l'ampleur de la question ... il dénoncera le travers religieux de l'anthropomorphisme ... il dira : c'est l'homme qui a créé Dieu à son image ... Quant à sa position, il ne voudra pas démissionner d'une manière confortable en se réfugiant dans l'agnosticisme et refusera absolument de se définir comme athée ... A son avis, il faut « dépersonnaliser » Dieu, tout comme la nouvelle physique nous dit qu'il faut « dépersonnaliser » la matière.   Pour le professeur, il n'y a pas dans notre langage, pour désigner l'entité qui émergera ainsi, d'autre terme que celui d' «ultime réalité ». (Tiré de « A l'écoute du vivant » chapitre 18)

 

Quant à l'avenir des religions, il conclura :

 

Les religions ne doivent pas être abandonnées.  Elles doivent se débarrasser de leurs croyances mythiques, de leurs déclarations irrationnelles, de leurs enseignements obscurantistes, de leurs rituels magiques, de leurs prétentions abusives à une légitimité supérieure, de leur recours au chantage moral, sans compter parfois leurs appels à la violence.  Dépouillées de tous ces accessoires, mais en conservant intact le sens du sacré, elles doivent être soutenues et protégées afin de continuer à nous aider à contempler le mystère, respecter des préceptes éthiques, célébrer nos fêtes, partager nos joies et nos tristesses, supporter nos épreuves. (A l'écoute du vivant, page 361)

 

Dans son dernier ouvrage « Singularités, les chemins de la vie » le professeur de Duve, pose des questions essentielles : Qu'est-ce que la vie ?  Quelles en sont les caractéristiques et comment est-elle apparue ?  - (Tous les organismes vivants, animaux ou humains, descendent d'une cellule ancestrale unique. Tous utilisent le même langage et le même code génétique) Christian de Duve décrit dans ce livre les étapes de l'évolution qui fut une succession de hasards et de nécessités, de « singularités », dont il définit les différents types comme autant de balises, de jalons, qui ont tracé les chemins de la vie. (Texte de la dernière page de garde du livre)

 

La croyance en des forces supérieures à la base de notre existence aboutissant à la religiosité vient du sentiment que notre mécanique intelligente n'est pas le fait du hasard parce que sa finalité supérieure se situe au delà de notre vie terrestre.  Pour la plupart des êtres humains,  l'éducation dans le bain familial et le milieu les y conduit immanquablement.

 

Je n'ai cessé de décrire ce long cheminement personnel dans une recherche sincère de la vérité, avec des moyens intellectuels limités par une formation disparate que certains jugeront, peut-être,  peu sérieuse. Cependant celle-ci a pu être complétée et enrichie par un labeur intellectuel encyclopédique constant qui m'a contraint à toucher toutes les disciplines.

 

De plus, le « bon sens paysan » ou celui du comptable avec sa « logique qui tue » comme disait un de mes anciens patrons, peut, en se contentant d'un raisonnement simple, s'exprimer timidement et discrètement dans le concert des grands penseurs enivrés de théories savantes.

 

Aussi pour terminer ce livre, que certains qualifieront « d'erreur de vieillesse », rédigé pour ceux de mes proches qui auront la patience et l'indulgence de me lire, je tiens à avancer les conclusions suivantes autant sentimentales qu'empreintes de ce fameux « bon sens » :

 

Pendant les quatre-vingt années d'existence ... (quatre cinquième de siècle  ça compte, bon sang ...) que je viens de subir, mon cerveau s'est organisé pour penser, aussi me suis-je interrogé sur tout, emmagasinant des quantités d'expériences dans les domaines les plus divers et les plus controversés.

 

J'ai débuté ces « mémoires », il y a dix ans, avec la relation émue et chaleureuse de mon enfance chrétienne dans une famille aimante, et ensuite, sous l'œil bienveillant de mes oncles prêtres, celle de ma jeunesse dans le bain ecclésiastique d'un entourage éducatif très fervent et idéaliste.

 

{18} Des amis merveilleux m'ont initié aux valeurs supérieures de l'être humain et m'ont fait découvrir dans toutes ses expressions les plus subtiles le monde éthéré du « beau » authentique.


Ils ont poussé pour moi les barrières de leur jardin intime et m'y ont fait pénétrer.  J'y ai découvert les délicates fleurs de la pensée élevée, le bleu des ciels de l'enthousiasme, le parfum enivrant de l'idéal, le souffle puissant de la grandeur...

 

Leur foi était et est toujours belle, réconfortante de certitude, chaleureuse d'amour partagé, bâtie sur les hauteurs lointaines de l'inaccessible dans le matériau  immatériel et évanescent du rêve et de la poésie.

 

Grâce à eux, je connus les plus grands moments de ma vie dans la ferveur et la candeur de ma jeunesse, dans l'emballement d'un idéal de service et de partage avec les plus faibles....

 

{19} Ensuite, ce fut pour moi la rencontre avec  l'amour dans la dualité profonde de deux âmes complémentaires qui s'enrichissent de la découverte de l'immensité de l'autre comme une mer infinie qui recule les horizons....

 

.... avec le bonheur de marcher ensemble sur le chemin de la vie, main dans la main pour la joie, épaule contre épaule pour l'adversité, les yeux levés pour l'espoir et les mâchoires serrées pour  la souffrance....

 

.... avec la joie de partager à deux l'ouverture au savoir, au « beau », au rêve, à la poésie, à l'irréel imaginaire, à la méditation de l'âme qui élève la pensée au sublime....

 

.... pour se prolonger dans le nid du foyer et y accueillir l'avenir-enfant qui s'y installe exigeant de pérennité, guider ses pas incertains, partager son inquiétude, soutenir la marche hésitante de ses découvertes jusqu'à l'envol vers des territoires nouveaux.... faits du futur des générations en puissance....

 

Tout au long de ce long chemin, je découvris l'immense plénitude de celui qui se relève lentement, victorieux de l'adversité, quand il fut le genou à terre.

 

Merci au hasard qui m'a fait naître du « bon côté de la barrière » et m'a procuré le plaisir de m'aventurer  dans les dédales, arcanes et méandres de notre civilisation du bien-être et de la consommation pour m'y ménager, avec les miens, une place confortable et rassurante avec la complicité de ce qui fut la plus grande société belge.

 

C'est ce qui m'a autorisé le bonheur dans une existence diversifiée, colorée et sentimentale, aboutissant à l'ouverture multiculturelle, riche d'enseignement et de joies profondes.

-----------