Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/01/2015

Voeux et message de fin d'année - Relai de Duve pour sauver la planète

Message de fin d’année destiné recevoir la plus grande publicité possible … Il est publié sur internet (Voir mon site : dont les références sont reprises en dernières pages) …  il est adressé personnellement à tous ceux qui ne disposent pas de cet avantage …  C’est le cri d’angoisse d’un grand-père qui veut sauver ses petits-enfants dont l’avenir est gravement menacé, si nous ne maîtrisons pas notre prolifération. … L’appel qui suit met en avant le pape  François  et ses partisans parce qu’ils sont les seuls idéalistes influents qui peuvent mobiliser des forces pour sauver l’humanité en grand danger d’extinction dans les pires malheurs … Cet appel est d’autant plus urgent que l’intolérance et la haine grandissent, avec le massacre des journalistes de Charlie hebdo, menaçant les libertés de notre civilisation occidentale.

 

*****

 

Je demande à tous de propager ce message autour d’eux, afin de sensibiliser le plus de monde possible en provoquant un effet « boule de neige » … Que tous les grands-parents prennent conscience de cet avenir dangereux pour leur descendance … Le célèbre et regretté grand savant qu’est le professeur de Duve, prix Nobel, n’a cessé de le dénoncer dans ses nombreux livres et entretiens pendant les dix dernières années de son existence …

 

*****

 

Propos d’un octogénaire – Chapitre. 00.0l – appel à la solidarité et vœux de fin d’année.

J’ai préféré attendre que la période des fêtes soit passée pour me manifester, afin que mon message ne soit pas perdu dans la masse de ceux que chacun adresse à ses proches et amis …

Si je tiens à ce que mes souhaits d’heureuse année soient lus et pris en compte par  le plus grand nombre … c’est que  j’aimerais joindre mes faibles moyens aux actions de ceux qui sont conscients du danger imminent de surpopulation qui menace nos petits-enfants et descendants …  Le regretté professeur de Duve, si célèbre prix Nobel, de même que tous les prévisionnistes et intellectuels sérieux ne cessent de le prévoir à courte échéance …

La seule solution envisageable - et on réalise avec angoisse qu’il n’y en a pas d’autres - consiste à organiser le monde de manière telle que chacun trouve sa place dans une société d’entraide et de solidarité, à l’encontre de l’instinct égoïste du chacun pour soi …

Ce n’est pas parce que cette tâche de réorganisation politique imposée au monde semble utopique et insurmontable, qu’il ne faut pas mettre tout en œuvre pour la réaliser … Il n’est pas trop tard, mais il est temps disait déjà Paul-Henri Spaak, au sortir de la dernière guerre mondiale, en incitant les nations à s’unir …

Le professeur de Duve, un des hommes les plus érudits et les plus clairvoyants de  notre époque n’a cessé de démontrer que notre espace vital se confine de plus en plus et que seule peut l’endiguer la gestion planétaire de notre prolifération

Cette action de la dernière chance ne peut réussir sans un bouleversement total et révolutionnaire de l’organisation de notre société … Il est indéniable que cette action  ne pourra se faire qu’au détriment des libertés individuelles de chacun, si chères à nos civilisations occidentales …

Il est donc indispensable que les Nations Unies - puisque nous avons la chance de son existence - aussi compliquées et difficiles que ne soit actuellement son fonctionnement, son action et sa cohérence, disposent de tous les pouvoirs discrétionnaires nécessaires pour imposer une gestion efficace du maintien de la population de notre si belle planète dans des limites acceptables, … sans massacres ou cataclysmes provenant d’une gestion désordonnée …

 Le professeur de Duve, par ses écrits et interventions, a remué ciel et terre pendant ces dernières années pour alerter le monde et les responsables politiques et religieux de cet avenir catastrophique …  ceux-ci ne l’ont écouté que d’une oreille inattentive, trop préoccupés qu’ils sont par  les problèmes immédiats  … mais surtout effrayés de l’effet négatif  et impopulaire d’une action politique restrictive du confort outrancier dont notre société moderne ne peut se passer …

De guerre lasse, j’ai entrevu une légère lueur d’espoir à l’avènement du pape François … Enfin un homme désintéressé, qui a vécu en Amérique latine, pauvre parmi les pauvres, qui continue a vivre modestement dans quelques pièces d’habitation, … qui réprouve les fastes exorbitants du Vatican, tout en les subissant à contrecœur …  qui a pu porter la limite d’âge de l’éligibilité d’un pape à 80 ans , éliminant ainsi de vieux cardinaux farouchement traditionalistes …  âgé de 78 ans,  il n’a que deux ans pour mener à bien les nombreuses réformes dont l’Église a besoin …

Il vient de nommer 20 nouveaux cardinaux, choisis dans ce qu’il appelle « les périphéries de l’Église » … dont seulement cinq européens mais trois d’Asie, trois d’Amérique latine, deux originaires d’Afrique, deux d’Océanie et trois simples évêques venant du Panama, du Cap Vert  et des îles Tonga …

J’ai écrit au pape François, en respectant d’abord l’hiérarchie catholique de mon pays,  personnifiée par Monseigneur Léonard, le primat de Belgique, qui m’a répondu deux fois gentiment en me conseillant de m’adresser directement au pape lui-même, ce que j’ai fait par l’intermédiaire de Monseigneur Pietro Paolin qui a l’avantage de parler couramment le français … Le souverain pontife en a fait son bras droit … ce « premier ministre du pape » n’a que 58 ans … il est à souhaiter que le prochain consistoire en fasse le futur pape pour parachever l’action de François 1er

Orphelin à dix ans, Pietro Paolin  a enduré pauvrement la vie laborieuse des gens de la petite classe moyenne d’une bourgade de Vénétie … il est polyglotte, connaît la France et la langue française … C’est la raison pour laquelle je me suis adressé à lui pour transmettre ma supplique au pape … sa carrière passée dans les pays les plus pauvres et les plus éprouvés par les guerres, les conflits et les problèmes politiques en a fait le meilleur conseiller du pape dans une action de « mobilisation des croyants » pour sauver le monde … »

François 1er  m’a fait le grand honneur de me répondre lui-même par l’intermédiaire du nonce de Belgique, comprenant l’inquiétude d’un grand-père pour ses petits-enfants … Sa réponse, en homme de foi, sera de s’en  remettre  à la Providence qui jugera de ce qui est bon pour l’homme et agira en conséquence

Cependant, aide-toi, le ciel t’aidera, dit l’adage … Aussi, il est à prévoir que ce pape clairvoyant ne manquera pas d’utiliser son prestige et sa popularité pour donner un coup de main à la « Providence » afin de conjurer cette atroce destin.

Jorge Mario Bergoglio, le nouveau pape, chef de l’Église, dite romaine, depuis le 13 mars 2013,  aura 78 ans le 17 décembre 2014 … Il ne lui reste donc que deux ans pour réaliser cet audacieux programme …

Cependant, la colère gronde chez de nombreux cardinaux et chrétiens traditionnalistes … Pourra-t-il, en si peu de temps poser les assises de cette vaste action rénovatrice ? …

Le pape François est le 266ème  pape de la chrétienté … Il est né à Buenos-Aires de parents expatriés italiens venus chercher du travail en Argentine … c’est dire la modestie de ses origines … son père était un modeste cheminot … son épouse élevait au foyer le futur pape et ses quatre frères et sœurs …

Il est de santé fragile et fut opéré de l’ablation d’un poumon  pour soigner un mal qui l’avait atteint à l’âge de 20 ans … Moi qui ait combattu la tuberculose pendant dix ans, à l’âge de 16 ans (7 ans avant lui) peut supposer qu’une intervention aussi grave de l’ablation du poumon - qui ne se faisait alors que dans les cas extrêmes  -  n’avait été décidée que dans une situation très critique …

Comme à cette époque, rares étaient les jeunes malades qui vivaient difficilement plus d’une dizaine d’années,  on doit en déduire que cet homme est robuste et doué d’une volonté et d’un courage exceptionnel, pour avoir pu  réaliser, dans ces conditions précaires et difficiles, un parcours aussi laborieux que  n’est le sien…

José Mario Bergoglio a d’abord  entrepris des études de technicien chimiste … pour ensuite en 1958, décider de devenir jésuite … L’ordre dit de Jésus est dévoué  à la papauté et impose à ses membres de longues études … Le pape François ne terminera sa formation qu’en 1969, alors qu’il avait  37 ans … après onze ans d’études …

Insatiable, le futur pape étudiera pendant une quinzaine d’années de nombreuses matières dont la théologie, la philosophie et la psychologie … Il parle couramment l’italien, la langue de ses parents, l’espagnol, la langue de son pays d’adoption et l’allemand, mais se débrouille très bien aussi dans de nombreuses langues, dont le français …

Très austère, il se lève à 4h30 pour se coucher à 21 heures … Modeste, le jour de son élection, il refusera les fastes d’une voiture prestigieuse avec chauffeur, pour monter dans le minibus des cardinaux …

En 2001, à l’hôpital de Buenos Aires, lors d’une visite, bravant la contagion,  il lava les pieds de douze malades atteint du sida, répétant symboliquement l’action de Jésus à la fin de sa vie… en déclarant que « la société oublie les malades et les pauvres » …

Il a défini la pauvreté comme une « violation des droits de l’homme » … Il sera surnommé le pape des pauvres … Nommé archevêque en Argentine, il refusa le somptueux palais auquel il avait droit pour se contenter d’un appartement modeste … Mieux, il s’est installé un certain temps dans les bidonvilles pour soutenir un prêtre, menacé par les trafiquants …

Il a choisi le nom de François en référence à saint François d’Assise, religieux d’origine italienne, de famille aisée qui se voua à soulager la misère, en assistant les pauvres et les exclus et en se mêlant dangereusement aux lépreux …

Ses détracteurs le disent conservateur … Pourtant, en 2012, il a qualifié d’hypocrites les curés argentins qui refusaient de baptiser les enfants nés hors mariage … Mais, il est contre le mariage homosexuel et le droit pour les transsexuels de changer d’état civil …

Ses détracteurs argentins, sans preuves, l’accuse d’avoir soutenu la dictature des années 1976-1983 … Cependant …  sa vie exemplaire de don de soi et de pauvreté milite en faveur  de son intégrité et de son désintéressement … contredisent ces calomnies

Cet homme dévoué à la pauvreté peut poser les premiers jalons d’une action de sauvetage de la planète et de notre civilisation … Si j’ai pris la peine de consacrer autant de lignes à détailler son parcours, c’est que je tenais à bien détailler les faits qui prouvent son désintéressement, sa bonté et son audace dangereuse en contradiction de toutes les calomnies que ses adversaires argentins et même anglais (il a pris parti pour l'Argentine dans le conflit des îles Maldives)

Il est à souhaiter que le successeur de François 1er  soit celui qu’il semble avoir désigné comme son dauphin, et dont il a fait son bras droit, Monseigneur Pietro Paolin (voir références plus haut) …

Un autre « révolutionnaire » de l’immobilisme traditionnel de l’Église romaine, qu’il serait souhaitable de voir comme prochain pape, est l’évêque belge d’Anvers, Monseigneur Johan Bonny qui a publié une étude de 23 pages en format quarto destinée au  Synode des évêques qui s’est tenu de 5 octobre au 19 octobre et qui s’intitule : « Défis pastoraux de la famille dans le contexte de l’évangélisation » …

L’évêque s’est efforcé de comprendre les réponses qu’il avait sollicitée à ce sujet, venant de tous les horizons de son diocèse … Voir ci-après en quelques lignes l’essentiel de ce message au synode des évêques … (Ceux qui ont internet trouveront une étude complète de ce document  en consultant mon blog – voir le chapitre  00.0i de mes interventions pour sauver la planète)

Voici maintenant les autres points essentiels de ce message du 1 septembre aux évêques réunis en synode du 5 octobre au 19 octobre :

- La paternité responsable et le contrôle des naissances sont à retrouver dans une large tradition de l´Église qui a reçu une nouvelle forme et un nouveau contenu tout au long de son histoire 

- Jésus n’a-t-il pas lui-même écouté et compris ceux qui se trouvaient en dehors des lois religieuses de son temps et surtout les a aimé !

- Les croyants ne peuvent plus se retrouver dans les textes doctrinaux et les déclarations de Rome

- Il est urgent de prendre conscience du danger imminent de la saturation de l’habitat

- Il faut distinguer ce qui est bien ou mal, vrai ou faux, juste ou injuste, situations régulières et irrégulières et les droits aux sacrements qui en découlent.

- Il y a contradiction entre la tradition occidentale et orientale en ce qui concerne le mariage des prêtres.

- Il est important que la participation des divorcés remariés à l’eucharistie soit autorisée -  rappel à ce sujet de la variété significative de ceux qui partagent le repas de Jésus, qui déclare qu’il n’est pas venu pour parler aux  justes de conversion, mais pour s’approcher des pécheurs et les aimer

- Il est indispensable et même charitable de permettre le sacrement de confirmation aux enfants issus de famille recomposée et l’eucharistie à  ceux qui sont en situation irrégulière (deuxième mariage, divorcés remariés)

- Il définit trois lignes de défis :

a) La part essentielle de notre bonheur doit être liée à la famille, à son partenaire, à ses enfants et petits-enfants et non  à la productivité, la performance et l’excellence

b) La valeur du mariage doit être fondée sur un lien pour la vie … les communautés paroissiales devraient aimer et accompagner convenablement les (jeunes) familles

c) La société et l’autorité civile ne doivent pas s’occuper seulement des citoyens individuels, mais auront à cœur de promouvoir  le rôle de ce qu’il appelle des  « sujets sociaux » … les jeunes et les personnes  âgées ne doivent pas être abandonnées

- Conclusions : beaucoup de questions et de défis constituent un programme tellement large qu’il faudra plusieurs synodes pour les aborder valablement …  Il faudra que des évêques, des théologiens, des canonistes, des pasteurs, des scientifiques et des hommes et femmes politiques, et surtout des gens mariés et leur famille se sentent partie prenante dans cette action

-----

Si je me suis permis d’allonger mon appel à la solidarité de tous pour entreprendre des actions qui pourraient contribuer à sauver nos petits-enfants,  ainsi que leurs descendants, c’est que nous sommes tous menacés des pires catastrophes… J’ai essayé de sensibiliser les hommes politiques (je leur ai écrit personnellement à tous) aucun ne m’a répondu,  préoccupés de leur intérêt électoral immédiat qui exclue toutes  les restrictions  … Aussi je me suis tourné vers un homme désintéressé, élu depuis deux ans comme chef de l’Église catholique romaine…

On pourra s’étonner que l'agnostique convaincu que je suis donne une telle audience à une institution qu’il a abandonnée, mais rappelle que son action de soutien des théories du professeur de Duve n’étant pas prises en compte par les politiques, , il s’est accroché au seul espoir d’être entendu par un homme courageux et clairvoyant, tel le pape François, pour le sensibiliser au destin de l’humanité compromis par sa surpopulation, inévitable dans des délais courts, et que, si nous ne nous organisons pas, il sera  vraisemblablement nécessaire d’éliminer les moins protégés de notre planète par tous les moyens guerriers ou autres disponibles.

Comme l’a préconisé le célèbre prix Nobel, il faut que l’humanité prenne les dispositions nécessaires pour gérer sa prolifération … Seule une modification de notre instinct animal d’éliminer les plus faibles, remplacée par une action de solidarité active permettra de dominer notre surpopulation … Comme l’avoue le professeur émérite, il s’agit là d’une modification difficile d’un instinct atavique que seule peut permettre un remède de gestion difficile et long à réaliser, appliqué en profondeur à la base de la société et de la famille … Il sera nécessaire que l’ONU soit nantie de tous les pouvoirs discrétionnaires pour mener à bien cette action au détriment de la liberté individuelle chère à notre société occidentale …

Ce sera aux éducateurs et aux parents de s’attacher à entreprendre en profondeur cette action d’éducation à la fraternité pour sauver leur descendance d’un destin catastrophique …

----

NB : Pour ceux qui ont Internet : voir mes coordonnées à la fin du texte

 

Référence de mes travaux en  relai du professeur de Duve :

00.0a -  Travaux sur l’origine de la matière – ce qui est fondamental dans la pensée

00.0b – Rappel de l’avertissement du prof.de Duve

00.0c – A la recherche du bonheur : amour de l’autre et solidarité

00.0f – Lettre au pape François

00.0g – Lettre ouverte à Mgr Schoojans, référence de l’Église en matière de foi

00.0h – En relai des avertissements de feu le professeur de Duve, prix Nobel

00.0i  - Intervention d’un évêque progressiste, Mgr Bonny, au synode des évêques

00.0j -  Fin du synode – déception des chrétiens

00.0k -  Message du pape à la communauté européenne

00.0l  -  Vœux de fin d’année et appel à la solidarité

 

Pour m’atteindre :

phmailleux@skynet.be

philippemailleux@gmail.com

phmailleux@schelma.com

BLOG : http://phmailleux.blog.lalibre.be

SITE : http://phmailleux,e-monsite.com

Avec un moteur de recherche :

PROPOS D’UN OCTOGÉNAIRE

-----

Pour accéder à mes travaux :

Ouvrir le blog et cliquer dans la colonne de droite sur le dossier recherché, ce qui permet d’accéder au site et d’atteindre les autres dossiers en cliquant sur le dossier dans la colonne de gauche du site

-----

Relai prof de Duve pour sauver la planète

00.0a et suivants

Le fondamental de l’existence

00.05 et suivants

Table des matières et diverses études

01.1 et suivants

Toujours se relever (le récit d’une vie)

02.0 à 24c

Travaux sur les croyances

25.a / 25.g – 22.r1 / 22.r3

04.3 et 04.4

Les pétroliers Petrofina et Fina Research absorbés par le français Total

01.4 – 15.01 – 16.02 – 16.03 -17.01

17.02 -17.03

Et tout le chapitre 29 (études et réflexions

Sur la métaphysique et la vie.

 

 

 


 

01/10/2010

Ch. 28 g - L'Au-delà et conclusions.

 

Récit détaillé d'un long cheminement de recherche

d'une vérité sur la motivation d'exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s'étonne pas d'un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu'il ne demande à personne de partager : il s'avoue agnostique par loyauté de pensée avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

 

Ch. 28 g  -  L'Au-delà et conclusions

 

{16}Je voudrais conclure ce long travail de réflexions personnelles sur les motivations d'exister et la valeur de nos croyances en confiant, à ceux qui ont eu la curiosité de me suivre sans nécessairement partager ma conviction personnelle de nous trouver dans un monde mécanique sans finalité, que seule notre angoisse de la solitude face au néant de la mort justifie notre croyance en un au-delà.


Si je me suis étendu aussi longuement et aussi profondément, dans les deux chapitres précédents, sur des événements (la mort de Jean-Paul II et le drame de son successeur confronté à une des plus grandes crises de l'Église) qui ne devraient plus me concerner puisque ma position intellectuelle se situe dans l'agnosticisme, c'est que je tenais à préciser celle-ci.

 

Je rejoins le Professeur de Duve quand, dans son dernier livre, il pose les questions fondamentales pour l'être humain en s'interrogeant sur sa finalité (Qui sommes-nous ?  D'où venons-nous ?  Où allons-nous ? ) et qu'après avoir exposé ses connaissances étendues résultant d'une vie passée dans l'intimité des cellules, il conclut par l'interrogation « Et Dieu dans tous cela ? ».

 

Avec la plus grande prudence, le célèbre savant  avouera sa perplexité face à l'ampleur de la question ... il dénoncera le travers religieux de l'anthropomorphisme ... il dira : c'est l'homme qui a créé Dieu à son image ... Quant à sa position, il ne voudra pas démissionner d'une manière confortable en se réfugiant dans l'agnosticisme et refusera absolument de se définir comme athée ... A son avis, il faut « dépersonnaliser » Dieu, tout comme la nouvelle physique nous dit qu'il faut « dépersonnaliser » la matière.   Pour le professeur, il n'y a pas dans notre langage, pour désigner l'entité qui émergera ainsi, d'autre terme que celui d' «ultime réalité ». (Tiré de « A l'écoute du vivant » chapitre 18)

 

Quant à l'avenir des religions, il conclura :

 

Les religions ne doivent pas être abandonnées.  Elles doivent se débarrasser de leurs croyances mythiques, de leurs déclarations irrationnelles, de leurs enseignements obscurantistes, de leurs rituels magiques, de leurs prétentions abusives à une légitimité supérieure, de leur recours au chantage moral, sans compter parfois leurs appels à la violence.  Dépouillées de tous ces accessoires, mais en conservant intact le sens du sacré, elles doivent être soutenues et protégées afin de continuer à nous aider à contempler le mystère, respecter des préceptes éthiques, célébrer nos fêtes, partager nos joies et nos tristesses, supporter nos épreuves. (A l'écoute du vivant, page 361)

 

Dans son dernier ouvrage « Singularités, les chemins de la vie » le professeur de Duve, pose des questions essentielles : Qu'est-ce que la vie ?  Quelles en sont les caractéristiques et comment est-elle apparue ?  - (Tous les organismes vivants, animaux ou humains, descendent d'une cellule ancestrale unique. Tous utilisent le même langage et le même code génétique) Christian de Duve décrit dans ce livre les étapes de l'évolution qui fut une succession de hasards et de nécessités, de « singularités », dont il définit les différents types comme autant de balises, de jalons, qui ont tracé les chemins de la vie. (Texte de la dernière page de garde du livre)

 

La croyance en des forces supérieures à la base de notre existence aboutissant à la religiosité vient du sentiment que notre mécanique intelligente n'est pas le fait du hasard parce que sa finalité supérieure se situe au delà de notre vie terrestre.  Pour la plupart des êtres humains,  l'éducation dans le bain familial et le milieu les y conduit immanquablement.

 

Je n'ai cessé de décrire ce long cheminement personnel dans une recherche sincère de la vérité, avec des moyens intellectuels limités par une formation disparate que certains jugeront, peut-être,  peu sérieuse. Cependant celle-ci a pu être complétée et enrichie par un labeur intellectuel encyclopédique constant qui m'a contraint à toucher toutes les disciplines.

 

De plus, le « bon sens paysan » ou celui du comptable avec sa « logique qui tue » comme disait un de mes anciens patrons, peut, en se contentant d'un raisonnement simple, s'exprimer timidement et discrètement dans le concert des grands penseurs enivrés de théories savantes.

 

Aussi pour terminer ce livre, que certains qualifieront « d'erreur de vieillesse », rédigé pour ceux de mes proches qui auront la patience et l'indulgence de me lire, je tiens à avancer les conclusions suivantes autant sentimentales qu'empreintes de ce fameux « bon sens » :

 

Pendant les quatre-vingt années d'existence ... (quatre cinquième de siècle  ça compte, bon sang ...) que je viens de subir, mon cerveau s'est organisé pour penser, aussi me suis-je interrogé sur tout, emmagasinant des quantités d'expériences dans les domaines les plus divers et les plus controversés.

 

J'ai débuté ces « mémoires », il y a dix ans, avec la relation émue et chaleureuse de mon enfance chrétienne dans une famille aimante, et ensuite, sous l'œil bienveillant de mes oncles prêtres, celle de ma jeunesse dans le bain ecclésiastique d'un entourage éducatif très fervent et idéaliste.

 

{18} Des amis merveilleux m'ont initié aux valeurs supérieures de l'être humain et m'ont fait découvrir dans toutes ses expressions les plus subtiles le monde éthéré du « beau » authentique.


Ils ont poussé pour moi les barrières de leur jardin intime et m'y ont fait pénétrer.  J'y ai découvert les délicates fleurs de la pensée élevée, le bleu des ciels de l'enthousiasme, le parfum enivrant de l'idéal, le souffle puissant de la grandeur...

 

Leur foi était et est toujours belle, réconfortante de certitude, chaleureuse d'amour partagé, bâtie sur les hauteurs lointaines de l'inaccessible dans le matériau  immatériel et évanescent du rêve et de la poésie.

 

Grâce à eux, je connus les plus grands moments de ma vie dans la ferveur et la candeur de ma jeunesse, dans l'emballement d'un idéal de service et de partage avec les plus faibles....

 

{19} Ensuite, ce fut pour moi la rencontre avec  l'amour dans la dualité profonde de deux âmes complémentaires qui s'enrichissent de la découverte de l'immensité de l'autre comme une mer infinie qui recule les horizons....

 

.... avec le bonheur de marcher ensemble sur le chemin de la vie, main dans la main pour la joie, épaule contre épaule pour l'adversité, les yeux levés pour l'espoir et les mâchoires serrées pour  la souffrance....

 

.... avec la joie de partager à deux l'ouverture au savoir, au « beau », au rêve, à la poésie, à l'irréel imaginaire, à la méditation de l'âme qui élève la pensée au sublime....

 

.... pour se prolonger dans le nid du foyer et y accueillir l'avenir-enfant qui s'y installe exigeant de pérennité, guider ses pas incertains, partager son inquiétude, soutenir la marche hésitante de ses découvertes jusqu'à l'envol vers des territoires nouveaux.... faits du futur des générations en puissance....

 

Tout au long de ce long chemin, je découvris l'immense plénitude de celui qui se relève lentement, victorieux de l'adversité, quand il fut le genou à terre.

 

Merci au hasard qui m'a fait naître du « bon côté de la barrière » et m'a procuré le plaisir de m'aventurer  dans les dédales, arcanes et méandres de notre civilisation du bien-être et de la consommation pour m'y ménager, avec les miens, une place confortable et rassurante avec la complicité de ce qui fut la plus grande société belge.

 

C'est ce qui m'a autorisé le bonheur dans une existence diversifiée, colorée et sentimentale, aboutissant à l'ouverture multiculturelle, riche d'enseignement et de joies profondes.

-----------