Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/08/2011

Ch. 00.06 - Prolifération future de l'homo : équilibre ou saturation de l'habitat ?

Rapport récent de l’Ined-Onu France et rappel des conclusions du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine …

-----

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-------

A LA SUITE DE LA PARUTION, EN JUILLET-AOÛT 2011, DU RAPPORT DE GILLES PISON DANS LE N° 480 DE « POPULATION ET SOCIÉTÉ », (bulletin mensuel d’information de l’Institut National d’études démographiques – INED-ONU France) PRÉSENTANT UN TABLEAU A JOUR DE LA POPULATION MONDIALE QUI VA FRÖLER LE SEUIL DES 7 MILLIARDS A LA FIN 2011, POUR ATTEINDRE LE POINT DE SATURATION DE 9 Á10 MILLIARDS A LA FIN DU SIÈCLE,IL EST INDISPENSABLE DE FAIRE ETAT DE CETTE ÉTUDE, DE LA COMMENTER ET D’ENVISAGER LES SOLUTIONS POUR S’ADAPTER A CETTE SITUATION …

-------

Avant cela, comme je le fais, chaque semaine, je tiens plus que jamais, à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Aussi, je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

 

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

 

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient leur enseignement dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  http://www.lalibre.be/actu/international/article/64...

-----

POUR ÉVITER TOUTE ÉQUIVOQUE QUANT AUX CONVICTIONS PHILISOPHIQUES

 DE L’AUTEUR DE CE BLOG, ON EN TROUVERA L’ESPRIT DANS LES

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les douze années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

 À avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion,

dont voici la synthèse :

« Être … exister …»,  est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » … exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers-total …  qui a produit un bourgeon, notre univers qui éclatera pour disparaître en fin d’existence … il a produit la vie, phénomène aléatoire, sur une planète partiellement éteinte,  la Terre, détachée de son étoile en évolution, le Soleil,  … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à  produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de manipuler cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais totalement … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

Développement de cette hypothèse cliquez à droite sur : 29.01 à 29.09

-----

 

Publication régulière deux fois par mois, 

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

Ch.00.06  -  Prolifération future de l’Homo : équilibre ou saturation de l’habitat ?

L’étude de Gilles Pison signale que la population mondiale va atteindre les 7 milliards d’habitants d’ici peu … qu’elle a été multipliée par sept au cours des deux derniers siècles et devrait continuer à croître jusqu’à atteindre 9 à 10 milliards à la fin du XXIe siècle …

La Libre Belgique du 19 août, qui signale cette étude, publie un graphique de la croissance de la population mondiale de 1800 à 2050 … Cette courbe douce entre 1800 et 1900, s’infléchit ensuite fortement vers le haut (2 Mia en 1930, 3 Mia en 1960,4 Mia en 1974, 5 Mia  en 1987, 6 Mia en 1999, 7 Mia en 2011, et par projection 8 Mia en 2025 et 10 Mia en 2050)

Le statisticien, cependant, croit que se produira un phénomène de décélération de la croissance par diminution de la fécondité (2.5 par femme aujourd’hui dans le monde contre le double en 1950) … Il reconnaît la disparité des chiffres selon les régions du monde  … L’Afrique subsaharienne, une partie des pays de la péninsule arabique, et les régions allant de l’Afghanistan jusqu’au nord de l’Inde en passant par le Pakistan garderaient une natalité dangereuse pour l’équilibre démographique de la planète …

 L‘un des grands changements à venir est le formidable accroissement  de la population de l’Afrique (Afrique du Nord comprise) qui quadruplerait  d’ici un siècle (800 millions en 2000, 3,6 milliards en 2100) malgré le sida …  L’Afrique du Sud du Sahara passerait de 600 millions en 2000 à environ 3,4 milliards en 2100 …

Quant à la Chine qui est actuellement le plus peuplé du monde avec 1,3 milliards d’habitants, elle serait rattrapée par l’Inde (1,2 milliards) qui passerait en tête vers 2020 … (politique de natalité moins restrictive)

ANALYSE DES DONNÉES.

Superficies (en milliers de km² - surface sans les lacs et cours d’eau)  Ci-après les principaux, tirés d’un classement global …

1. Russie 17.098 … 2. Canada 9.971 … 3. USA 9.629 … 4. Chine 9.561 … 5. Brésil 8.515 … 6. Australie 7.741 … (Les 27 de l’Union européenne 4.333) … 7. Inde 3.287 … 8. Argentine 2.780 … 9. Kazakhstan 2.725 … 10. Soudan 2.506 …  11. Algérie 2.382 … 12. Congo (rép) 2.345 …  13. Arabie Saoudite 2.150 … 14. Mexique 1.958 … 15. Indonésie 1.905 … 16. Libye 1.760 … 17. Iran 1.648 … 18. Mongolie 1.564 … 19. Pérou 1.285 … 20. Tchad 1.284 … 21. Niger 1.267 … 22. Angola 1247 … 23. Mali 1.240 … 24. Afrique du Sud 1.221 …  29. Égypte 1.001 … 47. France (métropolitaine) 552 …(Belgique 31 … Pays-Bas 42 … Suisse 41 … Allemagne 357 … Italie 301 … Espagne 506 … Grèce 132 … Portugal 92 … Pologne 313 … Israël 22 …) MONDE 136.137

Populations en 2011 (en millions)   Les trente pays les plus peuplés …

1. Chine 1.331,4 … 2. Inde 1.241,3 … (Les 27 de l’Union européenne 502,2) … 3. USA 306.8 … 4. Indonésie 243,3 …  5. Brésil 191,5 … 6. Pakistan 180,8 … 7. Nigéria 162,3 … 8. Bengladesh 150,7 … 9. Russie 142,8 … 10. Japon 128,1 … 11. Mexique 114,8 … 12. Philippines 95,7 … 13. Viet Nam 87,9 … 14. Éthiopie 87,1 …  15. Égypte 82,6 … 16. Allemagne 81,8 … 17. Iran 77,9 … 18. Turquie 74 … 19. Thaîlande 69.5  … 20. Congo (Rep.) 67.8 … 21. France 65.3 … 22. Royaume Uni 62.7 … 23. Italie 60.8 … 24. Birmanie 54 … 25. Afrique du Sud 50,5 … 26. Corée du Sud 49 … 27.Colombie 46,9 … 28. Tanzanie 46,2 … 29. Espagne 46.2 … 30. Ukraine 45.7 (Belgique 11 … Pays-Bas 16,7 … Suisse 7,9 … Israël 7,9 …) MONDE 6.987

Populations  en 2.050 (en millions) Projection Les trente pays les plus peuplés en 2050 …

1. Inde 1.692 …2. Chine 1.313 … (Les 27 de l’union Européenne 513) 3. Nigéria 433  … 4. USA 423 … 5. Pakistan 314 … 6. Indonésie 309… 7. Bengladesh 226 … 8. Brésil 223 … 9. Éthiopie 174 … 10. Philippines 150… 11. Congo (Rep.) 149 … 12. Mexique 144 … 13. Tanzanie 138 … 14. Russie 126 … 15. Égypte 123 … 16. Viet Nam 109 … 17. Ouganda 106 … 18. Iran 100 … 19. Kenya 97 … 20. Japon 95 … 21. Turquie 95 … 22. Soudan 91 … 23. Irak 83 … 24. Afghanistan 76 … 25. Royaume Uni 76 … 26. France 72 … 27. Thaïlande 71 … 28. Birmanie 71 … 29. Allemagne 69 … 30. Italie 62 … (Belgique 13 … Pays-Bas 18 … Suisse 9 … Israël 11 …) MONDE 9.587

Accroissement naturel en % (Taux de natalité moins taux de mortalité)  Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Niger 3,6 … 2. Ouganda 3.4 … 3. Burundi 3.2 … 6. Burkina Faso 3,1 … 12. Irak 3,0 … 16. Madagascar 2,8 … 31. Éthiopie 2,7 … 37. Congo 2.5 … 45. Côte d’Ivoire 2,3 … 59. Pakistan 2,1 … 69. Bolivie 1,9 … 87. Équateur 1,6 … 95. Inde 1,5 … 98. Algérie 1,5 … 101. Mexique 1,4 … 114. Indonésie 1,3 … 115. Maroc 1,3 …  119. Colombie 1,2 …  MONDE 1,2 … 146. Brésil 0,9 … 173. Chine 0.5 … 175. USA 0.5 … 186. France 0,4 … 192. Royaume-Uni 0.4 … 203. Suisse 0,2 … (Les 27 de l’Union européenne 0,1) …  217. Autriche 0.0 … 227. Italie -0,1 … 232. Russie -0,2 … 235. Allemagne -0.2 … 239. Ukraine -0,4 … 241. Bulgarie -0,5 …  (Belgique 0,4 …Pays-Bas 0,3 … Suisse -0,2 … Japon -0.1 … Espagne 0,3 … Australie  0,8 …)

Indice de jeunesse (Proportion de moins de 15 ans en %) :  Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Niger 49 … 4. Angola 47 … 8. Congo (Rep) 46 … 11. Burkina Faso 45 … 18. Éthiopie 44 … 22. Sénégal 44 … 25. Irak 43 … 29. Madagascar 43 … 42. Côte d’Ivoire 41 … 51. Ghana 38 … 56. Jordanie 37 … 65. Bolivie 36 … 79. Inde 33 … 110. Indonésie 28 … (MONDE 27) … 123. Turquie 26 … 133. Brésil 25 … 144. Tunisie 24 … 161. Thaïlande 21 … 169. USA 20 … 180. France (Métrop.) 18 … 191. Royaume uni 17 ... 200. Chine 17 … 202. Canada 16 …  (Les 27 de l’Union Européenne 16) … 214. Espagne 15 … 216. Russie 15 … 218. Pologne 15 … 228. Italie 14 … 231. Qatar 14 … 232. Allemagne 13 … 233. Japon 13 … (Belgique 17 … Pays-Bas 18 … Suisse 15 … )

Indice de vieillissement (Proportion de 65 ans ou plus en %) : Les trente pays les plus significatifs dans un classement global de tous les pays,  le premier chiffre donnant leur place  dans ce classement …

1. Japon 23 … 2. Allemagne 21 … 4. Grèce 19 … 5. Suède 18 … (Les 27 de l’Union Européenne 17) … 14. Belgique 17 … 15. Espagne 17 … 18. France (Métrop.)17 … 28. Pays-Bas 15 … 44. Pologne 14 … 52. USA 13 … 56. Russie 13 … 57. Cuba  12 … 66. Irlande 11 … 74. Israël 10 … 77. Albanie 9 … 81. Chine 9 … (MONDE 8) … 96. Brésil 7 … 101. Tunisie 7 … 119. Mexique 6 … 122. Indonésie 6 … 135. Égypte 5 … 136. Inde 5 … 137. Iran 5 … 160. Pakistan 4 … 187. Nigéria 3 … 211. Palestine (territoires) …217. Kenya 3 … 225. Afghanistan 2 … 229. Niger 2 … 236. Émirats arabes unis 1 … (Suisse 17 … Grèce 19 … Italie 20 … Portugal 18 … Australie 14 …)

-----

POPULATION MONDIALE

 

 

LIBELLÉS (entre parenthèses, les populations  de plus de 25 millions d'individus - Sont exclus de la superficie les lacs et cours d'eau)

Superf. en millions de km²

Population en millions d'individus

% Natalité pour 1000 hab.

% Mortalité pour 1000 hab.

Population 2050 en millions

Revenu Nal brut $ par hab. en 2009

             

AFRIQUE (Algérie 36 - Égypte 82,6 - Soudan 44,6 - Nigéria 162,3 - Éthiopie 87,1 - Kenya 41,6 - Tanzanie 46,2 - Maroc 32,3 - Afrique du Sud 50,5)

30.312

1.051

36

12

2.300

2.720

             

AMÉRIQUE (Canada 34,5 - USA 311,7 - Mexique 114,8 -  Argentine 40,5 - Brésil 196,7 - Colombie 46,9 - Pérou 29,4 - Venezuela 29,3)

42.321

942

16

7

1.216

22.870

             

ASIE (Arabie Saoudite 27,9 - Irak 32,7 - Turquie 74 - Afghanistan 32,4 -Bengladesh 150,7 - Inde 1.241,3 - Iran 77,9 - Népal 30,5 - Ouzbékistan 28,5 - Pakistan 176,9 - Indonésie 238,7 - Malaisie 28,9 - Birmanie 54 - Philippines 95,7 - Thaïlande 69,5 - Viet Nam 87,9 -Chine 1.345,9 - Corée du Sud 49 - Corée du Nord 24,5 - Japon 128,1 - Taiwan 23,2)

31.877

4.216

18

7

5.284

6.350

             

EUROPE (Allemagne 81,8 - France metrop. 63,3 - Royaume-Uni 62,7 - Pologne 38,2 - Russie 142,8 - Ukraine 45,7 - Espagne 46,2 - Italie 60,8 )

23.061

 

740


11

11

725

26.390

             

OCÉANIE (Australie 22,7)

8.564

37

18

7

62

27.470

             

SUPERFICIES, POPULATIONS  ET STATISTIQUES MONDIALES (TOTAUX)

136.137

6.987

20

8

9.587

10.270

 

-----

L’analyse attentive de ces données officielles établies par le statisticien Gilles Pison  nous amène aux considérations suivantes :

1. La population mondiales va atteindre immanquablement le seuil de saturation planétaire pour la fin du siècle que le professeur Christian de Duve et les démographes les plus sérieux situent aux environs de la dizaine de milliards d’individus …

2. Le démographe Gilles Pison, dans les commentaires préliminaires de son étude, présente une vision future de l’avenir démographique de la planète, sous un jour optimiste  en prévoyant un ajustement naturel de la fertilité par le phénomène résultant de la saturation du milieu … : de nombreux observateurs l’ont constaté dans la nature et par expérimentation en laboratoire …

3. Ce mécanisme est d’ailleurs un des moteurs essentiels de l’évolution … Cette adaptation se réalise, soit par migration avec adaptation à un autre biotope, soit par mutation comme l’herbivore devenant carnivore … Cependant ces phénomènes demandent des centaines de milliers d’années pour se réaliser … et l’équilibre par infertilité dans l’expérimentation en laboratoire ne se réalise que douloureusement et progressivement par l’élimination des plus faibles

4. L’hypothèse du professeur Christian de Duve est plus proche de cette vision … : elle est largement développée dans son bouquin, « Génétique du péché originel, le poids du passé sur l’avenir de la vie », dont je reprends l’essentiel de la théorie en début de mes publications et de celle-ci en particulier, depuis de nombreux mois …  

5. L’éminent professeur, dans la quatrième partie de son livre,  « Les défis du futur », tire les leçons du passé pour préparer l’avenir …  en présentant un choix de diverses options que l’humanité pourrait prendre ou décider … (Je n’en ai repris que les grandes lignes, tout en conseillant à mes lecteurs de se procurer le livre, afin de bien se pénétrer de considérations, aussi sages qu’autorisées d’un des plus grands savants-philosophes de notre époque) …

6. Première option : ne rien faire : Si on ne fait rien, l’humanité va au désastre … L’extinction de l’humanité, si elle a lieu,  ne sera pas due à son échec, mais à son succès … (puisque le développement de l’intelligence humaine a permis de trouver des solutions aux problèmes de son environnement et de s’y adapter en se développant) … Une espèce surhumaine pourrait-elle succéder à l’espèce humaine ? … (L’histoire de l’humanité pourrait-elle se répéter … par paliers avec des cerveaux plus performants … Il y aurait cependant de nombreux problèmes : volume de la tête contenant le cerveau, limité par le canal génital féminin, à moins celui-ci ne s’adapte ou que la naissance prématurée en augmentant la période d’éducation postnatale ne soit une solution …

Il  resterait à la vie jusqu’à 5 milliards d’années (même 1,5 milliards pour les plus pessimistes, prévoyant des cataclysmes), plus que la totalité de son passé, avant que la terre ne devienne incapable de l’héberger, le soleil étant arrivé à son terme d’existence …  Que pourrait-il se passer dans un cerveau encore plus développé que le cerveau humain ? … (Le cerveau de Lucy avait un volume de 400 cm³, le nôtre 1350 cm³) Nos forêts de neurones, surdimensionnées, approcheront-elles plus intimement  cette « ultime réalité » comme l’appelle le professeur … peut-être conclue-t’ il, seront-elles  plus près de comprendre le mystère de la conscience en tant que pont vers cette « Réalité » …

Avec le développement de l’intelligence, l’humanité a atteint un point où elle n’est plus l’esclave de la sélection naturelle … puisqu’elle peut la contrôler et la diriger … Nous sommes les maîtres de  notre propre sort … Nous ne sommes plus les jouets d’une sélection naturelle aveugle, comme les autres êtres vivants, car nous disposons de moyens intellectuels permettant de comprendre la nature, y compris la nôtre, de disposer de la capacité pratique de changer le cours des événements par nos actes, et, enfin, de prendre conscience de la responsabilité morale des effets que ces actes auront sur le sort de l’humanité …

7. Deuxième option : améliorer nos gènes : (appelé au XIXe siècle « eugénisme ») L’eugénisme  (sélection des porteurs de bons gènes et exterminations des  autres) est devenu un mot honni …

Le  clonage ouvre la voie vers l’évolution dirigée … A quoi peut servir le clonage ? … (Il peut être reproducteur, thérapeutique et ingénierique) … Le premier clonage, ou copie conforme, fut la brebis « Dolly » … depuis on a cloné des souris, des rats, des vaches, des porcs, des chevaux, des chats, et des chiens …  En réalité, il s’agit d’un groupe d’organisme dérivés d’une manière asexuée d’un ancêtre unique … Les bactéries donnent typiquement des clones … La méthode est simple, mais délicate … on prend un ovocyte ou oocyte non fécondé (cellule sexuelle féminine qui murit dans l’ovaire pour produire l’ovule qui fusionnera avec le spermatozoïde) et on en retire le noyau pour le remplacer par le noyau d’un cellule différente (peau, foie …) après implantation dans une femelle, il se développera un individu normal identique au donneur du noyau, comme un jumeau identique …

Le clonage « reproducteur » sert à perpétuer une lignée animale de valeur … Le clonage thérapeutique consiste à « stocker » des cellules réparatrices de tissus du donneur, avec l’avantage  de ne pas être rejetées immunologiquement par l’hôte …Le clonage ingéniérique : les noyaux transplantés sont soumis à une modification génétique préalable (les fameux OGM) permettant de nombreuses applications industrielles pour augmenter la productivité, la défense contre les agressions ou l’amélioration de la qualité …

Le clonage humain provoque des débats éthiques passionnés est prohibé par la plupart  des législatures du monde  … quant au clonage « thérapeutique » humain, il est autorisé dans de nombreux pays (mais pas aux USA) … La question reste pertinente et débattue : est-il moralement raisonnable de choisir les « qualités » de sa future progéniture afin d’éviter la terrible loterie que constitue la fécondation où des millions de futurs individus résultant d’une seule éjaculation, aux qualités aussi disparates qu’incongrues, concourent dans une seule émission de spermes à la sélection des qualités et défauts des futures individualités ? … Il faut souligner les dangers d’une sélection arbitraire qui risque d’être mal orientée (allusion au nazisme entre autre …)

Quoiqu’il arrive, l’humanité ne sera pas sauvée par le clonage … conclue le célèbre généticien … parce qu’il ne voit pas qui pourrait bénéficier de l’amélioration et comment on pourrait changer plus de 6 milliards d’individus …

 8. Troisième option : recâbler le cerveau : Le câblage du cerveau est un phénomène épigénique … (l’épigénisme désigne une nouvelle forme de génétique portant sur des traits héréditaires qui ne sont pas encodés dans des séquences d’ADN, mais accompagnent celui-ci) …

Le hasard offre un large éventail de connexions possibles parmi lesquels un petit nombre est sélectionné par l’usage(d’où le nom de « darwinisme neuronal » donné pat Edelman, l’auteur de la théorie dont s’inspire le professeur) … Ce processus épigénétique  a des implications  d’une importance capitale ; le cerveau humain est façonné en grande partie par les stimulations auxquelles il est exposé durant les premières années qui suivent la naissance, peut-être même déjà avant celle-ci, dans le sein maternel … Le processus se poursuit durant toute la vie, par l’éducation, l’apprentissage et l’entraînement.  Même un vieux cerveau peut acquérir de nouvelles connexions … Mais les premières années sont cruciales … Les enfants privés de contact avec d’autres humains pendant les premières années de la vie sont définitivement retardés psychologiquement …

L’éducation commence au berceau …  d’où l’importance des éducateurs, parents et enseignants … Mais grand écueil : comment inculquer à ceux-ci une morale nouvelle plus altruiste qu’ils n’ont pas acquise dans leur propre enfance ? … L’éminent professeur se réfère aux grands moralistes du passé (le Christ, Bouddha ou Gandhi) et les actuels idéalistes en déplorant qu’aucun n’ait fait « boule de neige » dans le fond de leur message d’amour … cependant il conclue par ce message d’espoir : aiguillonnées par une vision de plus en plus lucide du désastre qui nous attend si nous ne changeons pas de cours, les initiatives futures pourraient rencontrer davantage de succès ….

Aussi affirme-t’ il que les dirigeants politiques et surtout religieux sont particulièrement bien placés pour propager les recommandations dont le monde a besoin …  Ce sont eux, plus que n’importe qui d’autre, qui ont le pouvoir de propager les changements épigénétiques nécessaires pour sauver le monde

9.Quatrième option : faire appel aux religions : Les Églises sont exceptionnellement qualifiées pour aider à sauver l’humanité … (grâce au pouvoir qu’elles exercent dans l’éducation des « masses » jeunes et adultes) … Les religions sont fondées sur des croyances, non sur la pensée rationnelle … … De nombreuses religions prétendent détenir la seule vérité … (Les aspects pervers des croyances résultent du sentiment de certitude qu’elles inspirent et celui de convertir ceux qui pensent autrement) … Les  doctrines religieuses ont un impact majeur sur les directives éthiques …  (avortement , homosexualité, euthanasie, recherches sur les cellules-souches …) … L’espoir d’une vie future risque d’entraver les efforts en faveur de la vie actuelle … (Mériter une hypothétique vie future de bonheur par privations, souffrances, épreuves, martyre même) …

Devons-nous abandonner toute religion ? … (Pour le professeur, il serait improductif et même dangereux de combattre les religions qui, dans un sursaut de défense, tomberaient davantage dans des excès d’intolérance ce qui serait encore plus dangereux) … Les Églises sont engagées dans de nombreuses activités bénéfiques …  (Elles jouent un rôle majeur dans l’éducation, les soins de santé, les œuvres sociales, les secours aux handicapé, l’assistance aux personnes désavantagées et d’autres entreprises charitables, surtout dans le Tiers-Monde, d’autre part, elles offrent un décor approprié pour la réflexion, la méditation et la contemplation, ainsi que pour des activité collectives telles que des enseignements, des exhortations morales, des célébrations joyeuses, de douloureuses cérémonies d’adieux et d’autres occasions de se réunir en groupe d’une profonde signification humaine … et l’éminent professeur de continuer : ce cadre mérite d’être conservé, même si e contenu  des manifestations qui s’y déroulent  évoluent en fonction des avancées des sociétés.  Il n’hésite pas à s’impliquer personnellement en terminant : « Comme je puis en témoigner d’expérience personnelle, un service funèbre dans une jolie église, au son, admirable chanté, du « In paradisium » de Fauré, conserve toute sa beauté poignante même s’il n’y a aucun paradis pour accueillir la défunte aimée » ) … 

Que devons-nous faire ? ( A cette interrogation, le professeur répond qu’il appartient au religions de faire le plus grand sacrifice, en se soumettant aux découvertes incontestées de la science dans tous les domaines de la connaissance qu’elle illumine … Cela implique une profonde et pénible remise en question … et ne plus accepter sans critique des affirmations dénuées de fondements ou fondées sur des textes écrits, il y a plusieurs millénaires … Cette remise en question pourrait déboucher sur une réponse nouvelle et plus satisfaisante sur ce que le célèbre savant souligne, à la suite de Darwin et Einstein, avec empathie et vénération comme « l’ultime réalité » )

(Il affirme qu’) une éthique sans doctrine est possible (On peut suivre les recommandations de Jésus, sans croire qu’il est le fils de Dieu, ainsi que de tous ce qui entoure sa croyance : sa mort, sa résurrection, son ascension, où les bons parmi nous le retrouveront pour l’éternité dans un ciel « au-dessus de nous ») … De même il est possible d’obéir aux préceptes de Bouddha sans croire à sa réincarnation à chaque génération dans le corps d’un enfant … et de se déclarer disciple de Moïse et Mahomet sans leur accorder le privilège d’un autorité de droit divin …

Le Prix Nobel de médecine conclue cet important chapitre par le constat que « Le dialogue entre religion et science est souhaitable mais difficile »  … Dans ce domaine, le compromis est impossible : la religion doit céder … Vient alors dans cet esprit, une référence aux travaux de l’Académie pontificale des Sciences qui réunit au cœur du Vatican quelque quatre-vingts membre, choisis dans toutes les disciplines et parties du monde, sans distinction de de nationalité, de sexe ou même dans une certaine mesure, d’opinion philosophique (on y trouve des protestants, des juifs, des musulmans et parfois des adeptes d’autres religions, mais surtout un nombre appréciable d’agnostiques et d’incroyants … Avant son pontificat, le pape actuel en faisait partie …  Il semble que l’influence de ce cette Académie Pontificale sur le magistère de l’Église n’est pas aussi significative qu’on aurait pu le supposer, cependant commente le professeur « il se passe plus de choses en coulisse qu’on ne le soupçonne » … et beaucoup de croyants sincères admettent que les soi-disant « articles de la foi » doivent être pris avec un « grain de sel » et que de nombreuses règles éthiques édictées par l’Église doivent être interprétées comme de pieuses recommandations

Conclusions  : Les religions, par leur influence, et les sciences, par  leurs connaissances, doivent collaborer d’urgence à la sauvegarde de l’humanité

10. Cinquième option : protéger l’environnement : La protection de l’environnement est un souci tout récent pour l’humanité … (Le professeur, né en 1917, a vécu la plus grande partie de son existence dans le siècle précédent et a bien connu les périodes difficiles ou fastes de ce siècle marqué d’abord par la pire misère des classes « laborieuses », la plus atroce des guerres et ensuite l’opulence et le gaspillage  Lentement  des voix s’élevèrent pour dénoncer les excès de l’exploitation humaine et défendre l’environnement

L’écologie commence à entrer dans le quotidien de l’humain … on s’inquiète de l’effet de serre et on cherche à combattre les émissions de co² … L’écologie est devenue source de graves controverses … (les mesures à prendre touchent des populations industrialisées qui devront modifier leurs habitudes et diminuer leur confort) …

Pour ou contre l’énergie nucléaire ? … le débat est ouvert (vulnérabilité, contrôle difficile d’une  énergie gigantesque, fondamentale … (référence à Tchernobyl et autres explosions nucléaires subies par l’humanité depuis 1945)…

Une découverte en recherche fondamentale a ouvert la voie à des applications pratiques révolutionnaires … (outil biotechnologique microbien capable de s’attaquer au cancer et à de nombreux insectes nuisibles, de se défendre contre des moisissures ou des virus pathogènes et même à des plantes pour leur inoculer certaines facultés nouvelles … )

OGM : un sigle qui déchaîne les passions par la crainte  de contaminer d’autre espèces et provoquer un effet de chaine … L’objection majeure utilisée par la propagande anti-OGM a été que le le caractère génétique implanté pourrait être transmis à des variétés sauvages voisines et les « contaminer » … Le professeur s’élève avec vigueur contre cette appréhension, prétendant que de tous temps (10.000 ans), empiriquement, on a modifié par croisement et manipulations physiques des êtres vivants pour en produire des auxiliaires domestiques, végétaux et animaux, qui sont tellement éloignés de leur aspect ancestral (exemple parmi tant d’autres, les roses que nous offrons avec leur ancêtre la fleur de l’églantier et les animaux domestiques de concours, canaris bossus ou les difformes « blancs-bleus belges) … Il termine son plaidoyer en soutenant les écologistes tout en leur demandant de se débarrasser de leur frange extrémiste, irrationnelle et démagogique pour s’allier aux scientifiques honnêtes et compétents

11. Sixième option : donner leur chance aux femmes : Apparemment, plusieurs traits humains défavorables retenus par la sélection naturelle sont associés en grande partie au caractère mâle … La combativité est principalement un caractère mâle …  (guerres, domination, esclavage … ) Chez les animaux, combat pour la femelle avec la soumission de celle-ci au plus fort, favorisant la sélection naturelle, moteur essentiel de l’évolution … Chez les humains, se battre a presque toujours été une affaire d’homme …

Les femelles, surtout chez les mammifères sont programmées de manière à prendre soin des petits … (Leur instinct les pousse à se sacrifier pour eux)  Les femmes, chez les humains, prolongent cet attachement avec une nourrice, une grand-mère, une sœur, une garde ou autre remplaçante …

Dans la plupart des civilisations, les femmes sont traitées comme inférieures aux hommes …  cette option sociétale fut largement renforcée par la tradition biblique du judaïsme orthodoxe, de l’Église catholique et de l’Islam, même si cette discrimination est déguisée en « respect » … Amalgame par plusieurs religions entre sexe, péché et féminité … Ce n’est pas Adam, mais bien Ève qui a mangé d’abord le fruit défendu … C’est à une femme que nous devons notre malédiction génétique … En accord avec cette tradition, il  y a beaucoup plus d’homme que de femmes dans les professions dirigeantes, que ce soient les affaires, la politique, les sciences ou les arts … le monde humain est encore en grande partie un monde d’hommes … mais remarque le savant, il n’est pas certain que les femmes dirigeraient mieux le monde … elles méritent cependant qu’on leur donne une chance d’essayer … le problème est de savoir comment elles peuvent conquérir le pouvoir sans se conduire comme des hommes …

L’ascension sociale des femmes dans le monde actuel est un phénomène encourageant … d’autant plus qu’il se fait en grande partie avec la collaboration des hommes

12. septième option : contrôler l’expansion de la population : Nous sommes top nombreux sur terre …  C’est l’évidence … et tout concoure à aggraver ce constat : allongement de la durée de vie par le confort matériel et les  performances médicales qui combattent la mortalité …

La crise prévue par Malthus, il y a deux siècles, vient d’éclater … S’il est une action que l’humanité doit entreprendre à l’encontre de ses propres propensions génétiques, c’est bien de limiter sa population … Ce cri d’alarme avait déjà été lancé par de nombreux précurseurs, et de nombreux moyens contraceptifs efficaces et accessibles furent mis au point par les chercheurs dont la « célèbre » pilule, en 1951 … Ce qui est regrettable déplore Christian de Duve, c’est que Rome par la voix du pape Benoît XVI a réitéré solennellement, en octobre 2008, sa condamnation inflexible de la limitation volontaire des naissances par des moyens autres que l’absence de rapports sexuels durant la période fertile du cycle féminin …

Cela est infiniment regrettable poursuit le généticien, on aurait aimé voir le chef spirituel de plus d’un milliard d’êtres humains prendre l’initiative dans une circonstance aussi critique pour déclarer moralement justifié, sinon recommandable et même obligatoire de s’opposer à l’augmentation de la population par tous les moyens raisonnables compatibles avec la santé et la dignité humaines … Il nous reste, remarque-t-il, à suivre ce précepte en dépit de l’interdiction papale, que d’ailleurs peu de fidèles respectent, avec, souvent, l’approbation des autorités religieuses locales ….

La réduction du nombre des vivants (par élimination du surnombre, comme dans la chasse pour les animaux, pratiqué par les Nazis) n’est pas tolérable sur le plan humain …mais est cependant remplacée par les guerres, les génocides qui continuent à sévir dans divers endroits de la planète … On frémit à l’idée de ce que l’avenir nous réserve … et plutôt que ces extrêmes c’est  plutôt, avec la famine et les épidémies, un partie du cauchemar que nous réserve la sélection naturelle si nous n’agissons pas à son encontre

D’une manière ou d’une autre, on doit réduire la natalité :  En technicien des fonctions animales et humaines, le professeur passe en revue les différents moyens de continuer à jouir des fonctions sexuelles, nécessaire à l’épanouissement du couple, tout en maîtrisant la fécondité … : la stérilisation volontaire (ligature des trompes et vasectomie) … L’abstinence de rapports sexuels n’est concevable que pour ceux qui font du célibat une condition du sacerdoce ou de la vie religieuse … Cependant, avec les scandales récents de pédophilie, on sait que ce choix du célibat n’est pas toujours innocent et peut avoir des aspects pervers … L’homosexualité est une autre forme de sexualité sans reproduction, mais ne se commande pas … le monde d’aujourd’hui est plus tolérant à son égard … Il reste que les procédés les plus efficaces et les plus performants restent la contraception  et aussi précocement que possible, l’interruption volontaire de grossesse et sa formule préventive la « pilule du lendemain » …

Le remarquable prix Nobel, va plus loin, au risque de choquer dans une société qui a toujours placé l’enfant au centre de ses préoccupations : la limitation des naissances doit être encouragée, et son contraire sanctionné, par des mesures financières et fiscales   Il suggère la limitation du nombre d’enfant par couple qui ne devrait pas dépasser deux, pour maintenir la population mondiale dans des limites acceptables, en distribuant gratuitement, préservatifs, stérilets, diaphragmes, pilules et autres moyens contraceptifs … et aussi en favorisant la stérilisation volontaire …

En ce qui concerne la Chine et sa politique d’un enfant par foyer, pratiquée depuis de nombreuses années où on a remarqué une diminution inquiétante du nombre de filles, par avortement préférentiel … le professeur note que les cyniques souligneront  que cette situation devrait favoriser une réduction de la natalité …

Il conclue le chapitre en laissant à des autorités plus compétentes le soin d’examiner les difficultés qui se présentent et de leur trouver une solution éventuelle, n’hésitant pas à modifier certaines de ses propositions, qui ne sont pas plus que des esquisses de buts à poursuivre … Il revient à ceux et à celles qui sont investis de cette autorités de peser faits et arguments et de prendre leurs responsabilités, en adoptant comme guide Malthus, plus d’actualité aujourd’hui qu’il ne l’a jamais été.

Conclusion finale sous forme d’envoi : Deux messages presque contradictoires se dégagent de l’examen de l’état du monde que le professeur a tenté de faire dans son livre … L’un nous enseigne que notre perte et celle d’une bonne partie du monde vivant sont inscrites dans nos gènes … L’autre nous dit que nous possédons le pouvoir unique d’utiliser la raison pour échapper à cette fatalité …

Un problème majeur auquel nous sommes confrontés est que nous avons affaire à deux échelles de temps fort différentes … En tant qu’être humain, nous vivons dans des limites imposées par notre propre longévité et celle de nos proches (qui atteint difficilement la dizaine de décades) … En revanche, les perspectives sur lesquelles devraient s’appuyer nos actions se comptent le plus souvent en siècles, sinon en millénaires ou plus …

Notre impuissance individuelle est grande … aussi, le professeur de Duve insiste sur la force de l’engagement collectif, sous l’égide, notamment, des dirigeants politiques et, surtout, religieux … (voir aussi ce qu’il dit à ce sujet dans les chapitres précédents sur l’importance des religions qui devraient adapter leur message … et le rôle altruiste de la femme …)

Il termine en trouvant des sources d’espoir dans le mouvement qui se dessine autour du réchauffement climatique … Le monde commence à s’émouvoir … Certaines mesures commencent à être adoptées, au niveau national et international … Plus impressionnant, les humains commencent à agir ponctuellement, chacun dans sa petite sphère, pour économiser l’énergie, réduire les émissions de CO2, diminuer les gaspillages, soit s’imposer un petit peu d’inconfort personnel pour un bien commun éloigné … Ce n’est qu’un exemple … les masses peuvent se mobiliser … Si les dirigeants du monde pouvaient s’impliquer plus activement dans le lutte pour la sauvegarde de l’humanité et du monde vivant, les menaces qui pèsent sur l’avenir de la planète pourrait encore être détournée avant qu’il ne soit trop tard

Ce vœu fervent est son mot de la fin .

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque fois, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous(Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voir ci-après un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00...

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/07/2010

Ch. 27 f - Comme un biscuit de Saxe.

&qu

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l’appel que j’ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l’obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch.27 f – Comme un biscuit de Saxe.


C’est intentionnellement que j’ai remonté le temps depuis celle qui vint la dernière, mon petit cristal de roche, pour aboutir à celui qui combla un si long et impatient désir qu’on ne croyait plus à sa réalisation.

 

Il était si beau, si attendu, si désiré, si sublime qu’il nous semblait tomber du ciel.

 

C’était le plus fin des biscuits de Saxe que nous avions rangé dans la vitrine de nos rêves…. un teint délicat… des cheveux d’or sombre… ondulant légèrement dans un appétit de soleil

 

Bouffée de bonheur, quand je rentrais le soir, accueilli par deux têtes bondes, l’une souriante et radieuse, l’autre qui me tendait les bras…. Ces instants étaient si précieux que j’enfermerai ces pierres rares dans l’écrin de mes souvenirs…

 

Y avoisineront ces plages de sable blanc de la mer du Nord,… fluide sur des petons de porcelaine…. avec en fond…. des vaguelettes et des cris de mouettes….

 

Il y aura aussi l’appel de la campagne avec la vie des champs et des fermes ….. la découverte de la nature qu’il se mit à aimer et les oiseaux et les insectes que je lui appris à observer….

 

Et puis, comme son grand-père, il se passionnera d’oiseaux exotiques de volières…, nous en construirons une grande dans notre courette avec abri à l’intérieur de la maison.

 

Adolescent, il aimera l’aventure et l’exotisme dans un environnement qui y était propice : ses sœurs, nos amis coréens et tous les autres que nos activités inter-culture nous amèneront à fréquenter.

 

Pour se préparer à l’existence difficile de l’aventurier, il voulut s’endurcir de la vie rude des unités militaires de para-commando avec sauts en parachute et escalades de rochers abrupts.

 

A 23 ans, il concrétisera cet appétit d’autres cieux en suivant notre amie Agnès qui retournait en Corée et lui trouva un emploi de professeur de  français.


Il y restera trois ans à peine… : Sa rage de changement, d’aventures et de sensations le poussèrent à chercher d’autres horizons.

 

Le triangle d’or, la Chine, le transsibérien et le retour en Belgique par les pays de l’Europe de l’Est à l’époque du communisme satisferont son appétit d’aventures et l’envoûteront de leur caractère insolite et dangereux … ce seront six mois d’un voyage extraordinaire dans des régions peu traversées par les occidentaux de l’époque (1989).

 

Avec des compagnons de voyage improvisés au hasard des rencontres, il traversera toute la Chine rouge en utilisant des moyens de transport aussi insolites que ces petits tortillards surchargés qui besognent péniblement dans les provinces ancestrales et qu’on aborde surtout par les fenêtres à la conquête d’une minable place en piétinant d’incroyables détritus…..

 

Avec ses compagnons, il s’est parfois trouvé entouré de braves gens qui voyaient des blancs pour la première fois et qui les regardaient de loin avec crainte comme s’ils étaient des yetis descendus des montagnes (ses compagnons étaient de robustes et grands Australiens).

 

Il ramena d’étonnantes photos de ces endroits insolites, tels ces étals de bouchers avec, pendus aux crochets, les animaux les plus incroyables figurant au menu des autochtones qui en font leur quotidien, si pas leur mets de choix (rats, souris, serpents, animaux crevés, rongeurs de toute taille, chiens, chats, rapaces,…. enfin tout ce qui court, vole, nage… à tel point que les étrangers qui sont là-bas prétendent que les Chinois mangent tout ce qui bouge….)

 

Revenu en Belgique, il lui prit la fantaisie de s’envoler pour l’Espagne pour y lancer un commerce d’antiquités en provenance de Corée et du Japon que notre amie, la coréenne Agnès devenue exportatrice de ces articles, lui procurerait.

 

Chose amusante, mais étonnante pour quelqu’un qui venait à peine de quitter le nord-est asiatique, c’est dans la pension où il se trouvait à Barcelone qu’il fit la connaissance et s’éprit d’une jeune Japonaise qu’il épousera plus tard et qui était venue y perfectionner sa connaissance de l’espagnol, langue qu’il apprenait lui-même.

 

Un jeune garçon très blond

Sorti du cœur des fées

Riait dans les étoiles

En brillant de grands yeux.

 

Ce bel enfant des villes

S’était épris des champs,

De grandes clairières

Et de vie dans les mousses.

 

Ce passionné des îles

Rêvera d’orient

De pagodes et de temples

Mais aussi d’oiseaux fauves.

 

Ce chercheur de grands ciels

Repoussant l’horizon

Trouva dans les voyages

La paix de sa raison.

 

Comme je le signalai plus avant, Benoit se lançait de plus en plus dans le parapentisme et décida d’abandonner le commerce d’antiquités asiatiques qu’il menait avec sa mère.

 

C’est ainsi que Patrick revint au pays pour continuer l’affaire. Il ramenait avec lui la jolie Japonaise à qui il avait fait une cour empressée et qu’il avait conquise sur les terres madrilènes.

 


-----

19/03/2010

Ch. 22 f/g - Chine et Indonésie (LES AMIS D'AILLEURS) -

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Voir à ce sujet dans « notes récentes » les appels que j’ai lancés antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

 

__

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 25 pages, deux fois par semaine.

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte

pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur

qui fera défiler les repères entre petites accolades  { }

situés au début de certains paragraphes

et ainsi trouver rapidement un passage

suivant les repères { } situés en début de chapitre.

__

 

(Ceux qui désirent consulter la table complète des "repères" cliqueront sur "Table matières, dans notes récentes, sous le calendrier)

 

AVERTISSEMENT : Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Ils ont été dictés par le souci d’apporter de l’espoir à ceux qui sont « un genou à terre » parce qu’écrasé par le malheur et même « les épaules au tapis » de la défaite et du désespoir, en leur communiquant l’enthousiasme de vivre et la valeur réconfortante de l’espoir. Il a permis à l’auteur de ces lignes de retrouver le bonheur chaque fois qu’il l’a perdu, malgré les avatars d’une vie particulièrement douloureuse et difficile. Les faits sont scrupuleusement exacts et les nombreux témoins ou acteurs cités qui en ont pris connaissance, peuvent en témoigner s’ils sont encore en vie. D’autre part, cette « impudeur » des sentiments lui ont cependant été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

 

------

 

Compte-rendu détaillé des réunions inter-cultures avec l’essentiel de l’histoire de ces pays mis à jour  :

 

 

22f. - La Chine {7}

 

Ô multitude racée

Comme un flot de sang immense

S'écoulant toujours intense

Sur nos terres épouvantées.


Ô grand peuple jaune en marche

Comme les vagues de l'arche

Qui s'enroulent en très longs flots

De la mer toute en sanglot.


Ô multitude gigantesque,

De plénitude « myrmiesque »,

Si vieux peuple du fond des âges,

Vous amassez  les noirs nuages

De votre grande immensité

Sur notre monde épouvanté

.-----

 

{7} Le 27 janvier 1984, nous avons eu la grande chance de bénéficier d'un conférencier de choix en la personne du Chinois Edmond Tang, collaborateur et chercheur à Lumen Vitae (Centre international d'étude et de formation religieuse).

 

Il était de toute évidence l'ambassadeur idéal pour présenter la Chine, cet immense pays : orateur routinier et cultivé, maîtrisant parfaitement notre langue, il percevait avec une grande ouverture d'esprit toutes les contradictions de deux cultures d'autant plus éloignées l'une de l'autre qu'elles se compliquent aujourd'hui de l'opposition entre libéralisme et totalitarisme.


Avec grande finesse et diplomatie, il parvint à mettre l'accent sur tous les éléments de symbiose à exploiter  pour  rapprocher deux philosophies aussi contradictoires.

 

Nous fûmes conquis ... La salle était accrochée à des lèvres qui chantaient le parfum de tièdes rizières, les petites rues sous le soleil,  le friselis des sandales sur la terre battue des ouvriers, artisans et paysans, en bleu du labeur ... et le murmure feutré des vestes de femmes ondulant sur un pantalon de toile « Mao »,  plus à la gloire de la révolution que de leurs charmes ... Et surtout, survolant tout cela dans les ruelles, l'insouciance éternelle des cris d'enfants heureux ...


Notre conférencier, avec talent, nous révéla deux faces peu connues de la Chine actuelle dont on ne présente généralement que la fourmilière industrielle, citadine ou ... militaire. Le pays profond est tout autre : moins gagné par le communisme, il reste attaché à ses traditions ancestrales.

 

Originaire de ces régions éloignées des centres urbains, Edmond Tang nous fit pénétrer dans un monde attachant de gens simples que le communisme effleurait sans trop le déformer.

 

Personne n'ignore, surtout maintenant, depuis son ouverture à notre monde occidental, que cet immense pays d'une superficie valant à peu près celle du continent européen (9.596.960 km2), habitée par environ un milliard trois cent vingt-cinq millions d'habitants (un homme sur quatre à cinq est chinois), recherche désespérément le compromis qui lui permettrait d'intégrer dans son système totalitaire la libre entreprise qui nous réussit si bien.

 

Sa préhistoire remonte très loin dans celle de l'humanité.  Il semble que les premiers humains qui pratiquèrent l'agriculture plutôt que la chasse, la pèche ou l'élevage, proviendraient des plaines fertiles des bassins du fleuve jaune. Certains auteurs pensent que les premiers chasseurs-cueilleurs et éleveurs de l'humanité se seraient sédentarisés dans cette région fertile en y pratiquant  la culture du sol associée à l'élevage.

 

Ce pas en avant énorme de l'homo sapiens-sapiens fut à l'origine d'un grégarisme de masse favorisant une agglomération de population avec l'éclosion de « Grands Chefs » à la tête d' « États » puissants, succédant aux bandes ou petits groupes d'individus nomades existant jusqu'alors.

 

Ce phénomène de regroupement sous une autorité suprême fut une des caractéristiques des populations chinoises qui dès le Néolithique se rassemblèrent en entité à caractère national (empires, États militaires pour défendre les frontières) avec un leader devenu rapidement potentat avec pouvoir de vie et de mort sur ses sujets.

 

Les frontières actuelles de la Chine ont parfois reculé jusqu'à la Corée et le Vietnam et son influence s'est ressentie, à certaines époques, jusqu'au Japon, à la Mongolie, au Tibet, à l'Iran, à l'Inde, ainsi qu'à l'Asie centrale et du Sud-Est (Indonésie, Philippines, Indochine) en s'approchant suffisamment du monde hellénique et plus tard islamique pour expliquer certaines concordances avec les croyances judéo-islamiques ou chrétiennes.

 

Il semblerait qu'on peut remonter à la fin du troisième millénaire (avant la civilisation du bronze) pour retrouver déjà des traces sérieuses d'une dynastie néolithique du nom de Xia.


Des vestiges de civilisations autocratiques existent datant de la seconde moitié du deuxième millénaire avant  J.C.  Les fouilles des sites Shang ont révélé des techniques avancées comme l'attelage de deux chevaux, les bases de l'écriture chinoise, une économie agricole complétée par l'élevage tandis que les seigneurs se réservaient la chasse. Cette civilisation était du type seigneurial avec un roi et sa parenté qui s'attribuaient les fonctions nobles (activités militaires, économiques ou religieuses limitées au culte des ancêtres du roi).

 

Comme partout ailleurs, le pouvoir religieux se développa en suscitant l'éclosion des premières activités culturelles dont l'écriture et les arts entraînant ipso facto le développement d'une élite intellectuelle influente manipulant l'autorité en place.


La défense des frontières de ces populations établies devint une priorité à cause de la menace permanente des tribus nomades de Mongolie ou autres voisins qui cherchaient à s'emparer de biens dont la sédentarité favorisait  l'accumulation et le développement.  Ces hordes de pillards étaient d'autant plus dangereuses qu'elles se dotèrent très tôt de cavalerie qui se déplaçait rapidement et combattait efficacement.

 

C'est une des raisons qui poussa les autochtones à se protéger de ces incursions équestres dévastatrices en élevant dès 500 avant J.C. une muraille d'abord primitive faite de talus de terre et de fossés, puis plus tard de briques et de pierre de taille enserrant un mélange de terre et de pierrailles élevé en murs épais, avec chemin de ronde au sommet.

 

Sa longueur dépasse 5.000 kilomètres, si on tient compte qu'elle suit les accidents du terrain et que son tracé a parfois été modifié et doublé au cours des siècles.  Il est large d'environ cinq mètres, pour permettre d'y ménager à son sommet une voie de circulation permettant sa surveillance, son entretien et même son usage en tant que voie de passage.  Il est doté de tours de guet, de créneaux, de bastions pour abriter la garde, et ... de tour à fumée d'alarme d'avertissement en cas d'attaque ...

 

L'édification d'un ouvrage aussi important nécessita un effort considérable  de la population chinoise asservie par les régimes féodaux de certaines grandes dynasties (Qin, Han, Sui, Ming)

 

Les menaces extérieures de voisins agressifs, dangereux, mobiles, organisés en hordes efficaces furent les plus importants facteurs d'unité de la Chine qui  connut cependant une interruption de près de deux siècles dans la pérennité de son histoire lors de l'invasion mongole de Temudjin (devenu, en 1206, Gengis Kan ou le Khan universel) et de ses successeurs qui se répandirent sur une bonne partie de l'Asie centrale et de l'Asie mineure jusqu'aux confins de l'Europe qu'ils menacèrent dangereusement.

 

Une dynastie mongole s'implanta, marquée des événements suivants : mort de Gengis khan en 1222 - élection de son fils Ögödeï en 1229, de ses petits-fils Batu en 1242 et Kubilai en  1274.

 

Quant à leurs conquêtes, signalons : Pékin et la Manchourie en 1215 - les bords de l'Indus en 1221, l'Iran en 1231, Moscou en 1238,  Kiev en 1240, Anatolie (Turquie d'Asie) en 1243, l'Irak en 1258, mais échec contre les Mamelouks d'Egypte en 1260 et le Japon en 1274.


Les Mongols s'implantèrent, dès 1279, en Chine en conquérants et ce ne fut qu'en 1368 qu'un rebelle parvint à les renverser provoquant l'éclosion de la dynastie des Ming,


Pour bien situer l'époque, rappelons que l'Europe était déchirée par les  problèmes religieux qui la divisaient et affaiblie par la peste noire (apparue, dès 1331, dans une Chine diminuée par les pillages mongols, puis dans toute l'Europe et une partie de l'Asie ainsi que dans le bassin méditerranéen)

 

Evoquons également l'incursion asiatique du père et de l'oncle de Marco Polo qui fréquentèrent la cour de Kubilai en 1265 et en ramenèrent une lettre pour le pape. Ils y retournèrent, en 1275, avec Marco Polo qui les accompagna pour dix-sept ans de service à la cour du khan.

 

De son séjour en Chine, Marco Polo écrira un livre resté célèbre « Le livre des merveilles », tellement dithyrambique de la vie à Pékin, que ses contemporains le considérèrent plus comme une belle œuvre de fiction que comme un récit authentique.

 

Marco Polo s'étendit davantage sur le confort, surprenant pour l'époque, qu'il retirait d'une ville bien organisée (poste, pompiers, voirie, hôtels, papier-monnaie, marchés) tout en profitant des plaisirs d'une cour fastueuseCependant, par souci de vérité historique, il faut rappeler que ce luxe citadin et de cour était subordonné au résultat de la pression exercée sur des régions surpeuplées et pauvres que les hordes mongoles saccageaient et opprimaient régulièrement.

 

On ne peut évoquer la pensée chinoise sans parler de Confucius qui vécut peut-être aux environs des années cinq cents avant J.C (s'il a vraiment existé). En fin de compte, il ne reste actuellement qu'un salmigondis de propos et de textes, qu'il n'est pas facile de lui attribuer ni d'en trouver l'origine.

 

Cependant, son nom et les effets de son rayonnement marquèrent profondément la Chine et certains de ses voisins (Japon, Corée, Vietnam...) par la propagation d'une certaine philosophie humaniste privilégiant un modèle de morale personnelle dite « junzi » qui se détache de celle dictée par la naissance et l'éducation pour se tourner vers ce qu'inspirent le cœur et  l'esprit.

 

Cette évocation,  trop succincte, ne cerne que de très loin ce que représente le personnage, ainsi que la philosophie, les écoles, disciples, et littérature qui se sont bâties sur et autour de lui.   Monsieur Tang s'efforcera de mieux cibler ce courant de pensée religieuse dans l'exposé sur le bouddhisme qu'il nous donnera plus tard, le 25 octobre 1985.

 

Enfin, pour être complet, ajoutons qu'il semblerait, d'après certains auteurs, que Confucius aurait réuni dans le « Shu » (le livre) une centaine de documents qu'il aurait retenus de la compulsation des trois plus anciens livres qui faisaient autorité dans l'antiquité  (Shu jing, Shi jing, Yi Jing). La vérité historique restera difficile à établir, en raison des nombreuses persécutions, destructions, incendies qui firent disparaître la plus grande partie des écrits.

 

Comme pour tout maître à l'origine des grands principes de la pensée humaine, des disciples, des écoles et des branches foisonnèrent et prétendirent étoffer ou continuer son enseignement tels Mencius, idéaliste (-372-289), Xunzi, matérialiste et rigoriste (-300-220), Yang Zhu, égoïste sans morale (vers -350)...pour ne citer que les plus proches de cette époque.

 

On ne peut se pencher sur l'histoire de la Chine sans évoquer le célèbre empereur Qin Shi Huangdi (259-210 av. J-C.) fondateur de la première dynastie impériale et son armée en terre cuiteUnificateur de l'empire, mais impitoyable tyran (il fit exécuter les lettrés, détruire les livres et exiler 125.000 familles aristocratiques, provoquant la fin définitive de la féodalité chinoise)


Il instaura un pouvoir autocratique centralisateur (administration impériale tyrannique, suppression des murailles intérieures au profit de la « grande muraille » en maçonnerie, unification de l'écriture et des poids et mesures, division de l'État en 26 « jun » administrés par un préfet et un gouverneur militaire surveillés par un surintendant dépendant de l'empereur, système pénal impitoyable etc.


C'est en mars 1974 que des paysans découvrirent enfouie dans le sol une armée de 6.000 guerriers en terre cuite peinte.  Ils avaient été placés là en ordre de bataille comme pour défendre le mausolée.  Dés 1925, des statues et des débris de celles-ci avaient été retrouvés çà et là autour du tumulus.  Il semblerait qu'aucune tête ne soit identique afin d'assurer une plus grande vérité à leur représentation.  Suivant certains auteurs anciens plus de 700.000 hommes furent « mobilisés » et certains « éliminés » pour réaliser l'ensemble du site.

 

Edmond Tang et son épouse           étaient accompagnés de leur ravissante petite fille :  famille souriante, simple, chaleureuse d'idéal élevé de partage ; ils  nous firent percevoir la valeur élevée de l'âme chinoise et la profondeur cachée d'une population réduite au silence (à cette époque) par un régime qui s'efforçait au moyen d'un communisme rigoureux à la dure et d'une politique sévère de limitation des naissances de maîtriser sa surpopulation et son manque de ressources.

 

L'incompétence des politiques de l'époque à gérer la production agricole conduisit à l'échec les premières tentatives d'augmenter le rendement en négligeant les règles élémentaires d'assolement des sols, ce qui ne fit qu'aggraver la situation et plongea le pays dans la plus profonde misère malgré l'aide de son voisin soviétique.

 

Notre conférencier, avec dignité, s'efforça de les passer sous silence, s'attachant surtout à bien nous pénétrer de la vie simple, subtile et intelligente d'un peuple que l'histoire n'a jamais épargné.

 

Il nous parla de deux villages ou bourgades d'où il provenait : l'un agricole et l'autre élevant le ver à soie.

 

Nous avons suivi les hommes et les femmes dans les champs qu'ils cultivaient avec les moyens archaïques que leur industrie naissante n'avait pas encore été capable de remplacer.

 

Les diapos nous révélèrent des enfants peu nombreux et propres, des bœufs arc-boutés sur des charrues primitives, des dos arrondis dans des champs étroits et maigres cultivés par une population laborieuse,  fataliste et soumise...

 

L'autre vision toute aussi surprenante nous fit découvrir une petite cité  artisanale produisant de la soie, avec ses petites entreprises familiales d'élevage du « bombyx mori » et de la culture du mûrier, dont les feuilles sont la seule nourriture de cet insecte.

 

Notre amie coréenne Agnès nous a raconté qu'au début de son mariage, elle avait logé chez ses beaux-parents, propriétaires terriens, gros sériciculteurs et les nuits blanches qu'elle avait endurées tellement le bruit des mandibules de milliers de chenilles, rangées sur des claies, rongeant des feuilles de mûrier était lancinant, immense et angoissant.  Elle a gardé de ces souvenirs une telle terreur que la simple vue de vers quels qu'ils soient la fait fuir avec de grands cris de terreur, ce qui nous amusait beaucoup quand elle nous aidait dans notre jardin de Meux.

 

Autre détail pittoresque à relever, révélateur de la valeur intellectuelle d'une certaine Chine profonde, sera celui de grands tournois d'échec opposant les champions du coin que des assistants reproduisent sur un grand échiquier peint sur le pignon de la plus haute maison et qui est tenu à jour au moyen de figurines accrochées représentant les pièces en jeu déplacées au fur et à mesure des coups. Ces joutes sont suivies avec passion par tout le village et chacun ira de son commentaire sur la tactique à développer.

 

La famille Tang obtint un très grand succès et fut la meilleure ambassadrice qui soit auprès de notre public conquis et convaincu de l'avenir fantastique de cette immense nation, grâce à sa politique actuelle de rationalisation et de discipline culturelle.

 

Nous avons terminé la soirée ave c le devenu traditionnel thé, au jasmin pour l'occasion, ce qui permit la formation de petits groupes animés partageant l'unanimité de leur enthousiasme pour ce monde tellement méconnu et décrié.

 

°°°°°

 

22g. - L'Indonésie {8}

 

Tu es le berceau des hommes

Aux silences du passé :

Pithécanthrope trouvé

Bien loin d'Adam et la pomme.

 

De tes îles éruptives

Sans cesse bourgeonnantes

Les mers sorties captives

Des entrailles grondantes,

Déchireront  le ciel,

De malheur et de fiel.


 

Grand peuple de misère,

Attaché à ses mers,

Implore toujours tes dieux

Pour qu'ils t'épargnent bien mieux.

 

{8} Notre ami Michel qui, on s'en souvient, préparait un doctorat en anglais à l'université néerlandophone de Bruxelles, nous avait présenté son « maître de thèse », Josèphe Hus, directeur du centre météorologique de Dourbes dans les Ardennes, qui se lia d'amitié avec notre famille. Intéressé par notre démarche, il devint un des plus enthousiastes participants à nos réunions,  dénichant parmi ses étudiants étrangers des présentateurs de qualité.

 

C'est ainsi qu'il nous mit en relation avec Condradus  Danisworo, qui présenta le 24 février 1984, son pays : l'Indonésie.

 

L'Indonésie est le plus grand archipel du monde.  De 1.919.440 km² de surface (avec la Nouvelle Guinée occidentale qui fait partie du continent australien), elle est constituée de 17.508 îles dont environ 6.000 ne sont pas habitées et comptait 222.600.000 habitants en 2004 (quatrième pays le plus peuplé du monde après le Chine, l'Inde et les USA).  Capitale et plus grande ville : Jakarta.

 

C'est la zone volcanique la plus active du globe (130 volcans en activité) : tremblements de terre et  tsunamis fréquents (celui du 26 décembre 2004 a fait près de 200.000 morts).

 

C'est un gros producteurs de riz, après la Chine et l'Inde, mais, en période de sécheresse, comme c'est la principale nourriture de ses habitants, il est forcé d'en importer.

 

Cette graminée produite essentiellement en Asie exige un énorme labeur humain, beaucoup de chaleur et d'eau, et n'est rentable que dans des contrées à forte densité de main-d'œuvre bon marché.


Elle présente aussi le gros avantage de ne pas exiger d'assolement (alternance de culture) comme le blé : on peut cultiver le riz en rizières inondées sans discontinuer jusqu'à obtenir deux récoltes annuelles pendant des décennies (même des siècles) sans appauvrissement des sols.

 

Le riz blanc que nous consommons est d'un rendement faible de 50 à 60 kilos pour 100 kilos de grains bruts ou « paddy ».  Son faible prix dans nos régions est dû au coût misérable de la main-d'œuvre locale, sinon cette denrée serait un luxe sur nos tables.

 

Les îles principales de cet archipel sont : Java et ses satellites Madura et Bali, ensuite Sumatra et enfin le groupe des  îles de Bornéo, Célèbes, Moluques et l'ouest de la Nouvelle Guinée qui fait partie du continent australien.

 

Java est devenu célèbre, en 1891, suite à la découverte à Trinil par le paléontologue néerlandais Eugène Dubois d'un fragment de crâne qui devait appartenir à un de nos ancêtres, qu'il nomma Pithecantropus erectus et   que l'on considéra comme le « chaînon » manquant entre les Primates et l'Homo sapiens.

 

L'archipel indonésien regroupe un grand nombre d'autochtones de races, de cultures et de langues différentes. Comme souvent, c'est la colonisation qui fait l'unité d'un pays et en l'occurrence celle des Hollandais, surtout au dix-septième siècle, dans un but principalement commercial (c'était l'époque de l'enrichissement par les épices : un gramme de clou de girofle valait plus qu'un gramme d'or).


Ce n'est qu'à la suite de la faillite de la Compagnies des Indes Orientales, au dix-neuvième siècle, lors du « puputan » (suicide collectif) de 1910 et du livre révélateur de Vicky Baum « Sang et volupté à Bali », que le gouvernement hollandais d'abord et puis la Couronne batave s'efforcèrent d'imposer une politique sociale et éducative plus humaine, interrompue malheureusement par la seconde guerre mondiale.


Autre fait marquant à signaler, l'influence de l'Islam qui s'y introduisit en douceur en s'adaptant harmonieusement aux coutumes, imité par la suite  par les bouddhistes chinois. A la fin du treizième siècle, Marco Polo signalera déjà l'émergence de régions islamisées dans le nord de Sumatra. Et dès le quinzième siècle, on relèvera la création des premiers États musulmans à Java, avant leur expansion générale au seizième siècle

 

Les Portugais avec Vasco de Gama en 1498 apparaîtront en Inde avec la prise de Goa en 1510 ainsi qu'en Indonésie, la même année, avec la conquête de Malaka.  Il est intéressant aussi de signaler l'arrivée de Magellan aux Philippines en 1521.

 

Cependant l'incursion des Portugais fut de courte durée et profita aux musulmans déjà bien implantés : cette « conquête chrétienne » dérangeante  favorisa l'expansion de l'Islam mieux intégré et bien adapté aux coutumes locales tout en symbolisant l'opposition à l'envahisseur portugais.

 

De nos jours, cette population considérée habituellement comme musulmane (officiellement 87%) ne l'est que superficiellement . Confrontée à une quantité de croyances de toutes sortes, en raison de la multiplicité des races et des cultures qui s'y rencontrent, elle a trouvé plus habile et plus sage de se donner une constitution de « compromis déiste » appelée « Pancasila » où il n'y a pas de place pour l'athéisme, chacun vénérant le ou les dieux qu'il veut dans une pratique et une tradition musulmanes.

 

Les Hollandais, grands commerçants et grands voyageurs s'étaient introduits dès 1600 pour y installer des « comptoirs » dont la célèbre « Compagnie des Indes orientales ». Anglais, Français et Japonais firent de même.

 

Cependant les agents de la compagnie hollandaise bien organisés et habiles finirent par s'implanter en tirant adroitement profit des conflits qui ne cessaient d'opposer princes, seigneurs, sultans et manants du coin.

 

S'appuyant sur les autorités locales, ils créèrent un réseau bien organisé de cellules villageoises avec chef de village élu par les paysans ou d'entités citadines surtout portuaires de marchands et commis prospères.


L'unification  religieuse, linguistique et administrative d'une population aussi  hétéroclite  ne put se réaliser qu'à la faveur de facteurs liés à la montée d'un Islam bien intégré, tolérant et adapté aux coutumes locales, comme déjà signalé,  mais aussi d'une extension  linguistique du malais (à la base de l'actuel indonésien) qui sera imposé dans les écoles, le tout étant couronné par une gestion administrative dure des Néerlandais.

 

De la Révolution à l'Empire, l'Europe connaîtra des bouleversements de régime suivis de nombreux changements de monarque et modifications de frontières. Louis Bonaparte deviendra roi des Pays-Bas (1808) et les Anglais, maîtres des mers, opèreront un blocus de l'île.  En 1811, ils rattacheront le comptoir néerlandais au  gouvernement général des Indes anglaises pour le restituer en 1814, après la chute de Napoléon, sous certaines conditions dont le maintien de Singapour sous la bannière britannique.

 

Dès 1830, les Pays-Bas revenus dans leur ancienne colonie imposent un régime sévère de colonisateur avec le « kultuurstelsel » ou régime des cultures : contrôle par les autorités de l'exploitation des produits d'exportation et abandon au gouvernement d'un cinquième des terres et d'un cinquième du temps de travail de chacun.

 

La création du canal de Suez réduira les distances et les colons néerlandais afflueront (ils seront près de 75.000 en 1900) avec des fortunes diverses en raisons des aléas inhérents à ce genre d'exploitation (maladies, chute des cours de matières premières, modernisation des installations).

 

Pressée par l'opinion publique mondiale, la Hollande accordera l'indépendance au pays le 17 août 1945, mais ne sera effective qu'en 1949 avec Soekarno comme premier président du pays. Il s'efforcera de maintenir l'unité du pays menacée par le conflit entre religieux et communistes.

 

Elle éclatera cependant en 1965, lors de la révolution du commandant la garde de Sukarno, Untung, qui prétendit déjouer un coup d'État. Le général Soeharto, commandant les réserves générales de l'armée, écrasera cette tentative de prise de pouvoir des communistes en leur faisant une chasse génocidaire (500.000 à 1.000.000 de morts) alimentée par la haine des musulmans pour les athées rouges.  Soeharto force Soekarno à lui transférer le pouvoir.

 

Avril 1997, crise financière asiatique et crise économique.  Les émeutes à Jakarta, en 1998, provoquent la démission de Soeharto.

 

Comme si ça ne suffisait pas, ce douloureux pays fut encore victime d'attentats perpétrés par des musulmans fanatiques inspirés d'Al-Qaïda qui frappèrent Bali, surtout le 12 octobre 2002 dans la ville de Kuta, en y faisant 202 morts et 209 blessés dont  une majorité d'Australiens.

 

Cependant espoir quand même avec les premières élections démocratiques en 1999 et la première élection présidentielle au suffrage universel en 2004.

 

Notre conférencier, Contradus Danisworo, était un maître-danseur, art subtil et raffiné très en vogue dans les milieux cultivés des « Îles ». Il nous fit une démonstration étonnante et pleine de charme de son talent, accompagné de quelques musiciens recrutés par l'ambassade d'Indonésie.

 

Monsieur Tobing, ministre plénipotentiaire d'Indonésie, répondit aux questions qui fusaient de partout, montrant l'intérêt et l'attachement que notre public apportait à ce grand et valeureux pays.

 

Les employés de l'ambassade nous gâtèrent en nous présentant un film magnifique « L'aurore du monde », superbe document sur l'histoire de « l'homo » que révèle l'île de Bali et en nous servant ensuite un thé indonésien accompagné de « tchata »  (sorte de biscuit).

 

 

°°°°°°°