Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2010

Ch. 27 l - Kyoto, le Japon mystique

&q

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l’appel que j’ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l’obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 27 l - Kyoto, le Japon mystique.

 

{9} Après le « pèlerinage » à un des deux chancres ouverts de de l’inconscience humaine dont il est impératif de tirer des leçons, nous nous efforcerons de pénétrer en profondeur la culture nippone pour mieux nous assimiler à notre belle-fille japonaise, ses proches et nos futurs petits-enfants.

 

Kyôto, anciennement Heian-Kyô (traduction : capitale de paix et tranquillité), ville historique-musée, haut-lieu du bouddhisme nous marquera tous de son empreinte de particulière grandeur qu’un passé de plus de mille ans (794 à 1868) de piété et ferveur bouddhique a gravée dans la matière de ses temples et statues, sous l’autorité éclairée mais absolue de l’empereur, divinité consacrée par le shintoïsme.

 

C ette dualité de croyance n’est pas facile à saisir par nos civilisations chrétiennes, cependant, il faut essayer de se pénétrer de la théologie asiatique et surtout japonaise.

 

Le Dieu unique de la Bible et du Coran à l’origine de tout, à la base de nos civilisations occidentales, provient d’une conception religieuse qui a débuté dans les populations nomades des déserts du nord-est africains, lieux tellement propice à la méditation et à un ascétisme libérateur de la pensée intérieure et profonde.

 

La pensée religieuse japonaise est davantage orientée vers l’élévation personnelle parallèlement à la vénération de forces dont il n’est pas important d’en trouver la raison si ce n’est qu’elles viennent d’un « cosmos déifié » coiffé par un empereur divinisé.

 

On comprend mieux alors la complémentarité de deux philosophies au Japon, l’une, le shintoïsme, basée sur les forces naturelles qui sont l’émanation ou le fruit de puissances inconnues et l’autre, le bouddhisme où la vénération et le culte de Bouddha, l’ex-richissime prince Siddhârta Gautama devenu mendiant à 29 ans qui a découvert le nirvana ou la vérité et le bonheur suprême … : ses adeptes le considérèrent alors comme le guide inspiré des hommes.

 

Dans ce berceau de la culture religieuse nippone que fut Kyoto, nous nous laisserons envahir par un intense désir de la pénétrer en profondeur, si faire se peut, afin d’en saisir au maximum les tenants et aboutissants.

 

{10} D’abord le château Nijō, construit un peu après 1600, par le shogun Tokugawa, avec son entrée galbée à la chinoise nous surprit par la munificence de ses décorations vieil or.

 

Je me laissai envahir par un sentiment étrange et contradictoire, à la fois de refus d’une civilisation post-féodale du culte des potentats, comme je le fus, autrefois, à Versailles pour les Bourbons, mais aussi d’admiration respectueuse pour le travail génial des artisans et ouvriers qui l’ont réalisé dans une ferveur religieuse, qu’on ne peut s’empêcher de ressentir au moindre des détails architecturaux.

 

Cette première entrée en matière dans ce monde nippon étrange, mystérieux, d’un modernisme exacerbé cependant toujours dominé par des croyances et des rites desquels nous, occidentaux chrétiens, ne parvenons pas à saisir la cohérence, la subtilité et plus encore la grandeur, fut pour moi l’objet d’une grande interpellation dans la construction de ma pensée métaphysique.

 

Envahi comme je l’ai été par le mysticisme étrange du mariage animiste de mon fils dans sa simplicité fondamentale d’appel aux forces naturelles, je ne pouvais qu’être interpellé par son complément en ferveur religieuse des bouddhistes qui sourdait de chaque pierre taillée en autel, de chaque boiserie sculptée ornée d’or ou de verni rougeâtre, de chaque Bouddha grandiose ou discret, et surtout de chaque arbre, arbrisseau ou buisson taillé pieusement comme un rite de prière.

 

{11} C’est dans cet esprit de ferveur que je pénétrai avec mes compagnons de voyage dans ce que la religiosité peut offrir de plus raffiné, de plus fondamental dans sa pure simplicité et qui est véhiculé par la pensée zen, le temple Ryoanji et son jardin de gravier blanc.

 

C’est en pèlerin que j’entrai dans cet endroit au bras de mon épouse. Une communion de pensée nous unissait. D’instinct, nous avons fait le vide intellectuel de nos cerveaux, pour ne laisser affleurer que la félicité animale des premiers âges, celle de corps détendus que le soleil couchant caresse de rayons tièdes.

 

Cette discipline de ressourcement est fondamentale dans la culture zen ; nous ne sommes probablement pas arrivés à faire ce vide de toute pensée, tellement chez nous le mécanisme cérébral de la distraction est devenu automatique et spontané, utilisant les espaces inoccupés.

 

Les membres de l’ordre soto, à genoux sur des « tatamis » de paille tressée, pratiquent cette méditation dite « zazen » pendant près d’une heure, trois ou quatre fois par jour.

 

C’est certes à mettre en parallèle avec la démarche de nos moines contemplatifs chantant les psaumes dans leurs cloîtres. Arrivent-ils cependant à cet état d’abstraction totale de la pensée ?

 

Le temple Ryoan-ji, dans sa simplicité monacale et la pureté de ses lignes dans un environnement de verdure dont la moindre branchette et la moindre pousse sont des œuvres humaines que des milliers de doigts ont façonnées en prières, restera avec le mariage animiste de notre fils un des points forts de notre « pèlerinage ».

 

Nous nous sommes promenés longuement, silencieusement dans des sentiers que respectaient les visiteurs du moment, aussi attentifs que nous à ne pas rompre l’envoûtement.

 

Notre lente promenade méditative nous amena tout naturellement devant le jardin de gravier de pierre blanche du monastère dont l’origine remonte au quinzième siècle, à l’initiative du seigneur Hosokawa Katsumoto.

 

Il s’agit d’une grande surface rectangulaire de gravier blanc, ratissée religieusement par des moines, sur lequel sont dispersés trois groupes de quinze rochers moussus. Ils sont placés là en repos du regard qui s’est saoulé de l’immensité blanche du gravier….

 

Nous nous sommes assis sur le promenoir en planches noircies pour nous laisser envahir d’une montée ineffable de calme et de détente. J’y ai retrouvé quelques moments de méditation qui avaient marqué ma jeunesse de croyant pieux, je ne pense cependant pas que j’aie atteint le mysticisme cérébral véhiculé par la pensée zen….loin de là…. pour sûr…

 

Du fond des âges

Repus dans leur caverne,

Les premiers rêveurs ont goûté

La grandeur du silence,

La paix de l’ombre,

Et la joie du repos.

 

Les dieux de la pensée

Ont offert

Aux moines des temples

Et ceux des cloîtres,

L’offertoire intérieur

De l’oblation du silence.

 

 

-----


27/07/2010

Ch. 27 g - Changer de planète !

 

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l’appel que j’ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l’obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 27 g - Changer de planète !

 

5} Notre fils aîné, Patrick épousa Michiko en mai 1993 à Fukuoka, la ville des parents de la future épouse, située dans l’île de Kyushu. Ce sera pour nous, les occidentaux, la famille et les amis qui nous avaient accompagnés l’occasion d’un étonnant séjour et d’un dépaysement total dans une civilisation surprenante faite d’ancestrales traditions nippones et de modernisme à l’américaine.

 

Nous crûmes changer de planète tellement tout nous paraissait étrange et nous en perdions tous nos repères à tel point que nous n’osions nous éloigner de l’hôtel sans accompagnateur.

 

Comme il se devait, dés notre arrivée, nous fûmes conviés à faire la connaissance d’une famille que nous ne connaissions forcément pas.

 

En premier lieu les parents de Michiko : un militaire droit comme un i, aussi souriant que discret et son épouse, avenante et bien agréable personne, très ouverte à la culture occidentale, d’un accueil chaleureux, très frustrée de ne pouvoir communiquer avec nous : nos langues sont tellement différentes, sans racines communes, tellement éloignées de notre structure verbale qu’il est difficile d’y trouver des repères mnémoniques.

 

Ma vieille mémoire s’est échinée en vain à mémoriser et prononcer d’une manière compréhensible pour les Japonais quelques mots tirés d’un petit manuel de poche pour touristes ; ce qui me rassura, c’est que mes interlocuteurs n’en sortaient pas mieux que moi, bien que plus jeunes…

 

Il y avait aussi une grand-mère souriante déformée par l’âge et pliée en deux comme toutes les vieilles Japonaises qu’on voyait trottiner allègrement, courbées presque à angle droit, le dos cassé par les tâches ménagères traditionnellement réalisées à même le sol.

 

Et puis le couple de cousins qui avaient accepté d’être parrains-témoins de mariage, coutume shintoïste (au Japon, on suit le rite shintoïste pour le mariage et le bouddhiste pour les obsèques) ; ce parrainage est lourd de responsabilités car il impose le devoir d’assister les parrainés aussi bien moralement que physiquement et financièrement.

 

Ces cousins exploitaient à Tosu (dans l’île de Kyushu) une importante clinique dentaire très moderne dont mon épouse testa l’efficacité à la suite de la perte fortuite d’un plombage, ce qui lui permit d’apprécier le confort des soins dentaires en position couchée, pratique révolutionnaire pour l’époque.

 

A ces cousins bien affables succéderont les autres membres collatéraux, aussi aimables qu’accueillants avec cette particularité bien amusante du salut de convivialité au cours duquel nous rivalisions de courbettes de plus en plus basses, chacun s’efforçant, par civilité, d’avoir le dernier mot, créant ainsi les situations acrobatiques des plus cocasses qui s’achevaient par un grand éclat rire bien sympathique.

 

Dans les jours qui suivirent, précédant le mariage, nous avons eu l’occasion de bien nous pénétrer de l’ambiance coutumière du milieu provincial de notre future belle-fille, très traditionnel et fort éloigné de celui des grandes villes comme Tokyo.

 

Nous avons eu le privilège avec Michiko, gentille cicérone, de goûter à d’insolites et merveilleux endroits comme ce petit temple, tout près de chez elle, perdu dans sa végétation exubérante, aux senteurs délicates de jasmin, dans un bourdonnement intense de vie subtile comme si les Bouddhas du petit édifice religieux murmuraient de lancinantes prières.

 

Le soir, dans notre chambre d’hôtel, le téléviseur nous faisait assister aux matchs du championnat mondial de sumo, qui se déroulait ces jours-là.

 

D’abord surpris et plutôt réprobateurs, nous finîmes par réaliser que plus qu’un sport de compétition, il s’agissait-là d’une expression de la philosophie nippone dans ses traditions et ses lois ancestrales, manifestant en quelque sorte l’exaltation de la force simple exercée suivant un rituel, dans le respect de l’autre et dans le geste fondamental comme dans la pensée zen. Il faut comprendre ça pour comprendre le Japon.

 

Nous eûmes aussi le plaisir d’être accueillis par les parents de Michiko dans leur jolie maison, entourée d’un jardin aux arbrisseaux soigneusement taillés par le papa, amateur de ces plantes artistement modelées suivant la tradition japonaise.

 

Là encore, la longue démarche sereine du jardinier qui taille les branches, avec une patience recueillie dans l’esprit de la pensée zen et dans l’amour de formes naturelles non imposées suivant des règles géométriques comme dans nos grands jardins ou nos parcs occidentaux, fait partie de traditions ancestrales propices à l’élévation intérieure.

 

Le mariage devait avoir lieu dans une immense « maison de mariage » équipée de plusieurs étages de salles conçues à cet effet. C’est impressionnant ce souci du grandiose et de la perfection du détail bien nippon.

 

Ces établissements, très importants, permettent la célébration de plusieurs cérémonies et banquets (pratiquement un par étage) dans un luxe de détail et de raffinement exceptionnels. Cette manifestation coûte très cher (10 à 15.000 euros) et les familles économisent dès la naissance, elle comprend la cérémonie religieuse shintoïste et le banquet avec animations et spectacle. (Le prochain sous-chapitre détaillera cet événement réalisé dans la plus pure des traditions japonaises).

 

 

-----

 

 

06/04/2010

Ch. 22 o/p - Corée du Sud et Bouddhisme (LES AMIS D'AILLEURS)

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Voir à ce sujet dans « notes récentes » les appels que j’ai lancés antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

 

__

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 25 pages, deux fois par semaine.

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte

pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur

qui fera défiler les repères entre petites accolades  { }

situés au début de certains paragraphes

et ainsi trouver rapidement un passage

suivant les repères { } situés en début de chapitre.

__

(Ceux qui désirent consulter la table complète des matières et des repères cliqueront sur DOSSIERS (à droite – La table des matières est à la fin de la liste).


 

AVERTISSEMENT : Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

 

------

 

Compte-rendu détaillé des réunions inter-cultures avec l’essentiel de l’histoire de ces pays mis à jour  :

 

22m. La Corée du Sud {14}

 

Petite goutte de rosée

Venue à nous des matins calmes,

Tu nous es apparue

Dans la joie de Noël

Comme la première fleur

Qui appelle le printemps.

 

Tu étais le bonheur

Éclairant le ciel

Et les yeux de tes enfants,

Mais aussi la fierté

Au cœur de ton grand savant.

 

Tu étais pour nous,

Dans ta robe d’or et de soie

Couverte de blancs ibis,

L’annonce d’un conte

Des mille et une nuits

Que nous évoquerons

Encore et toujours

Jusqu’à la fin des jours.

 

 

{14} Ce texte-poème m’est sorti du fond du cœur, tellement ce moment fut d’une douceur infinie et porteur d’un grand bonheur quand, accompagnés des chants de voix d’anges dans la magie féerique d’une nuit de Noël, nous quittâmes une église lumineuse et somptueusement garnie de sapin artificiellement enneigés, et qu’une famille aux longs yeux de nos fille, s’avança : deux petits enfants et un couple d’Asie avec une coréenne lumineuse en robe brodée d’or, garnie d’oiseaux blancs.

 

Le 22 mars 1985, encouragés par le succès de la rencontre chaleureuse entre les Belges de nos quartiers et les « amis d’ailleurs », avec lesquels s’étaient établis tant d’échanges, nous trouvâmes opportun de profiter du retour au pays de notre petite sœur coréenne et de sa famille, après un séjour de quatre ans, pour organiser une séance d’adieux à leur intention.

 

L’adorable Agnès, entourée de ses enfants, assistée de son mari qui venait d’obtenir son doctorat en géologie à la VUB (Université libre néerlandophone de Bruxelles) accueillit un public chaleureux venu manifester toute la sympathie que cette petite famille avait pu susciter dans nos quartiers.

 

Maîtrisant beaucoup mieux notre langue, ils nous commentèrent deux très beaux films spécialement sélectionnés par l’ambassade.

 

Le premier présentait une belle synthèse des réalisations industrielles d’un pays de haute technologie et de grande productivité notamment dans le domaine de l’industrie navale, de la télécommunication et de l’informatique en les associant habilement aux traditions ancestrales de régions dont l’histoire remonte loin dans le passé de l’Asie, et qui contribueront largement à l’enrichissement et l’épanouissement des cultures chinoises et japonaises.

 

Le second film sur l’île de Jeju, fut largement commenté par Michel Lee qui est devenu un spécialiste de la géologie de cette île. Il y a consacré ses thèses de doctorat de Séoul et de Bruxelles, devenant un des grands spécialistes en pétrographie de cet endroit unique au monde.

 

Voir ou revoir aux études précédentes, les textes qui concernent ce pays et ses habitants, notre seconde patrie puisque nos filles en proviennent et y ont vu le jour.

 

Dans l’ambiance de la séance précédente, notre public se montra de plus en plus chaleureux et enthousiaste, renforcé par les nombreux amis qui tenaient à manifester leur sympathie à une famille tellement dynamique et chaleureuse.

 

Avec ses amies coréennes, Agnès s’était ingéniée à préparer une quantité « d’amuse-bouche » comme seuls les Coréens savent en faire, que nous avons accompagnés d’un agréable et parfumé soju (boisson désaltérante à base d’orge torréfié) pour terminer une soirée conviviale particulièrement réussie.

 

°°°°°

 

22n. – Le Bouddhisme. {15}

Ô, toi Bouddha, l’éveillé

Dans l’extase de ton Nirvana

Tu médites l’éternité

Dans un profond recueillement.

 

Tes fidèles suspendent

Leurs bandelettes

En pressantes supplications.

 

Et les moines extatiques,

Aux longues mains tendues,

Élèvent en douces prières

De lancinantes évocations.

 

Les moulins tournent,

Les chapelets s’égrainent,

Les chants se murmurent

En vagues monocordes

Telles des volutes d’encens

Au Bouddha souriant.

 

{15} On se souviendra d’Edmond Tang qui avait présenté la Chine et plus particulièrement deux familles et deux villages en mettant surtout l’accent sur la vie de tous les jours de deux entités de la Chine profonde aux activités aussi différentes que la culture agricole et l’élevage du ver à soie.

 

Edmond Tang est un chercheur attaché à «Pro Mundi Vita », spécialisé en christologie dans le contexte des religions chinoises, japonaises et coréennes.

 

Il nous fit un exposé très clair et pragmatique du Bouddhisme, cette démarche à connotation philosophico-religieuse n’est de toute évidence pas aisée de cerner. Nous avons eu la grande chance de trouver en lui un chercheur très éclectique dont une des principales tâches est de trouver des carrefours de croyance propres à unir les hommes dans leur recherche d’une vérité fondamentale quant à leur destinée.

 

Le bouddhisme est un des grands systèmes de pensée orientale, né en Inde au sixième siècle avant Jésus-Christ. On le considère plus comme une philosophie qu’une religion. Elle est assise sur trois bases, appelées les trois joyaux : le Bouddha (le fondateur), le Dharma (sa doctrine), le Sangha (communauté des fidèles ou ordre monastique suivant certains).

 

Le Bouddha, l’éveillé en sanscrit, est celui qui a réalisé l’éveil et atteint le « Nirvana ». La vie du Bouddha est riche en légendes relatant des miracles et des apparitions divines. Il semblerait cependant qu’un certain Siddhartha Gautama aurait existé qui serait né vers 624 avant Jésus-Christ et serait le Bouddha. Il connaîtra d’abord une vie de palais avant d’en partir à la recherche d’une solution à la souffrance. Il pratiqua d’abord l’ascétisme à tel point qu’il faillit mourir et chercha une autre voie. C’est ainsi qu’il atteignit ce qu’il nomma « l’éveil » et fut suivi par de nombreux disciples.

 

Le Bouddhisme serait né en 543, c’est-à-dire 81 ans plus tard. Ce ne sera qu’un millier d’années après que l’enseignement et les paroles du Bouddha commenceront à se donner et à se pratiquer.

 

Le Bouddha tel qu’il est révélé par les maîtres de son enseignement n’est ni un dieu, ni le messager d’un dieu. Son système de pensée n’a pas d’origine divine et est plutôt axé sur la compréhension de la nature de l’esprit humain, lequel pourrait être redécouvert par toute personne, par ses propres moyens et par l’expérience ; le bouddhisme des origines niait même la création du monde par les dieux, ainsi que la rédemption ou la révélation.

 

Il existe un bouddhisme chinois, un indien, un japonais, un tibétain pour parler des plus importants, mais aussi népalais, mongolien, cambodgien, coréen, laotien, birman, thaïlandais, vietnamien, bhoutanais…et même occidental.

 

Il est important de se pénétrer en profondeur de cette pratique qui tient autant de la religion que de la philosophie. A l’origine le bouddhisme était plus une philosophie qu’une religion, cependant très rapidement les pratiques religieuses propres aux régions compléteront son enseignement.

 

Le Dharma ou les préceptes fondamentaux de l’enseignement du Bouddha sont constitués de « quatre nobles vérités » :

 

  1. Toute vie implique la souffrance et l’insatisfaction.
  2. L’origine de la souffrance se trouve dans le désir et les attachements.
  3. La fin de la souffrance est possible.
  4. La voie moyenne mène à la fin de la souffrance.

 

La voie moyenne est un critère de sagesse, ainsi la méditation mène à la concentration et permet d’atteindre la sérénité, mais ce n’est pas le seul moyen, il y en a d’autres.

 

La voie moyenne est la quatrième des nobles vérités d’où part le « noble sentier octuple ». Le Bouddha a découvert le noble sentier qui donne la vision et la connaissance, conduit au calme, à la vision profonde, au nirvana.

 

Ce sentier comporte huit membres regroupés en trois parties :

 

La sagesse (prajna)

1/ compréhension juste ou vision de la réalité (samma ditthi)

2/ pensée ou émotion juste – dénuée de haine, avidité, violence

(samma samkappa)

La moralité, discipline, éthique (shila)

3/ parole juste – ne pas mentir ni semer la discorde par ses paroles, ne

pas bavarder oisivement ou parler abusivement. (samma vaca)

4/ action juste, respectant les 5 préceptes (samma kammanta)

5/ moyens d’existence juste (samma ajiva)

La méditation ou la concentration (samadhi)

6/ effort juste – surmonter ce qui est défavorable et entreprendre ce qui

est favorable. (samma vayama)

7/ attention ou prise de conscience juste – des choses, de soi, de son

corps, de ses émotions, ses pensées, des autres, de la réalité

(samma sati)

8/ Concentration juste : établissement de l’être dans l’éveil (samma samadhi

 

D’une manière générale les écoles distinguent trois caractéristiques de l’existence : (Wikipédia)

 

« Tout phénomène conditionné est insatisfaisant, tout phénomène conditionné est éphémère et toute chose est sans soi »

Le non-soi : de l’atome à l’univers en passant par les êtres humains et leur état d’esprit, il n’y a rien qui ait une existence indépendante et réelle par lui-même.

L’impermanence : tout est constamment changeant, tout est flux, rien n’est figé une fois pour toute.

La souffrance : ou insatisfaction : ce n’est pas que la souffrance physique ; du fait de l’impermanence des choses, rien ne peut nous satisfaire de manière ultime et définitive.


Les trois racines du mal ou les trois poisons sont : l’avidité, la colère, l’ignorance ou l’indifférence.

 

Le bien et le mal n’existent pas dans le Bouddhisme ; l’action est favorable ou défavorable.

 

Il y a une dizaine de préceptes progressant selon leur degré de raffinement que l’on retrouve dans plusieurs écoles :

 

S’efforcer :

· De ne pas nuire aux êtres vivants, ni retirer la vie,

· De ne pas prendre ce qui n’est pas donné,

· De ne pas avoir une conduite sexuelle incorrecte – garder la maîtrise de ses sens,

· De ne pas user de paroles fausses ou mensongères,

· De s’abstenir de paroles dures,

· De s’abstenir de paroles inutiles,

· De s’abstenir de paroles calomnieuses,

· De s’abstenir d’animosité,

· De s’abstenir de vues fausses.

 

Sous leur forme positive ce sont :

· Avec des actions bienveillantes, je purifie mon âme,

· Avec une générosité sans réserve, je purifie mon corps,

· Avec calme, simplicité et contentement, je purifie mon corps,

· Avec une communication véritable, je purifie ma parole,

· Avec des paroles salutaires et harmonieuses, je purifie ma parole,

· Avec des mots bienveillants et gracieux, je purifie ma parole,

· Abandonnant la convoitise pour la tranquillité, je purifie mon esprit,

· Changeant la haine en compassion, je purifie mon esprit,

· Transformant l’ignorance en sagesse, je purifie mon esprit.

 

(Dans ces formules positives, les 6ème et 7ème préceptes  négatifs sont regroupés en un seul).

 

Ces préceptes ne sont pas des règles absolues mais des guides de comportement éthique et ils varient suivant les traditions.

 

D’autre part, il y a aussi ce qui est appelé « les quatre incommensurables » ou demeures de Brahma, qui pourrait amener tous les êtres à la libération ultime et les conduire à une renaissance dans le monde céleste de Brahma et aux émotions positives puissantes développées par des pratiques appropriées :

 

- La bienveillance universelle développée par la méditation (metta bhavana)

- La compassion, née de la rencontre de la bienveillance et de la souffrance d’autrui, développée par la méditation (Karuna bhavana)

- La joie sympathique qui consiste à se réjouir du bonheur d’autrui (mudita bhavana).

- L’équanimité ou tranquillité qui va au-delà de la compassion et de la joie sympathique est un état de paix face à toute circonstance, heureuse, triste ou indifférente (uppeka bahavana)

 

Quant à l’éveil, (Bodhi) pour les theravadins, c’est la compréhension parfaite et la réalisation des quatre vérités (se réveiller des renaissances successives) et de faire jaillir la vérité. Pour les adeptes du Mahayana, l’éveil a plus à voir avec la sagesse et la prise de conscience de sa propre nature de Bouddha.

 

L’éveil permet à l’homme d’entrer dans le nirvana, puis d’atteindre à sa mort le parinirvana (extinction complète). Le cycle karmique est donc brisé à jamais. Là où le bouddhisme theravada insiste sur l’extinction complète et irréversible du sansara, le mahayana laisse aux bodhisattvas la possibilité de s’y maintenir (sans toutefois produire de karma), par compassion pour les êtres vivants, qu’ils vont alors guider vers l’éveil.

 

Dans le theravada, la vacuité (état de ce qui est vide) est proche du concept d’anatta (le monde est vide en soi). Il existe une attention portée à la vacuité ainsi qu’une contemplation de cette vacuité.

 

Quant aux trois corps (ou kayas) de Bouddha, le canon pâli (ancienne langue, principalement religieuse, de l’Inde méridionale et de Ceylan) désigne trois corps de Gautama Bouddha :

 

° Son corps fait de quatre éléments, soit le corps historique de Gautama.

° Le corps mental par lequel Gautama se rendait dans les royaumes divins.

° Le corps de la doctrine, l’ensemble des enseignements, qui demeurent un

certain temps après la mort de Gautama.

 

Dans le Mahayana, les trois corps d’un Bouddha sont trois plans d’expression de l’éveil :

 

° Le corps absolu : la dimension de vacuité de l’éveil. C’est un corps sans

forme ;

° Le corps de jouissance : c’est le premier des corps formels, visible par les

grands Bodhisattvas. Il est caractérisé par cinq perfections ;

° Le corps d’apparition, émanation illusoire se manifestant dans les mon-

des du sansara par compassion pour les êtres animés.

 

Certains ont voulu y voir un parallèle avec la Sainte Trinité chrétienne.

 

Afin de donner un « condensé » aussi actualisé que possible de cette importante matière, je me suis autorisé pour développer ce qui précède à reprendre dans les toutes dernières versions de Wikipédia les éléments essentiels qu’il m’a semblé utile de fournir à un lecteur qui comme moi cherche à se faire une idée générale de cette philosophie-religion.

 

Notre conférencier, à l’époque, s’était surtout efforcé de nous donner un exposé très spécialisé que nous avons écouté avec beaucoup d’attention, mais qu’il est difficile pour moi de résumer en quelques pages. J’ai donc préféré continuer la présentation actualisée et schématique adoptée depuis le début de ce chapitre.

 

Ce fut autour d’un thé parfumé que nous avons terminé une soirée tellement intéressante et instructive, tout en écoutant notre conférencier qui répondait aux nombreuses questions que certains n’ont pas manqué de lui poser.

 

 

°°°°°

09:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bouddhisme, corée du sud | |

26/03/2010

Ch. 22 j/k - Cambodge et Pologne (LES AMIS D'AILLEURS)

 

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Voir à ce sujet dans « notes récentes » les appels que j’ai lancés antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

 

__

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 25 pages, deux fois par semaine.

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte

pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur

qui fera défiler les repères entre petites accolades  { }

situés au début de certains paragraphes

et ainsi trouver rapidement un passage

suivant les repères { } situés en début de chapitre.

__

 

(Ceux qui désirent consulter la table complète des "repères" cliqueront sur "Table matières, dans notes récentes, sous le calendrier)

 

 

AVERTISSEMENT : Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Ils ont été dictés par le souci d’apporter de l’espoir à ceux qui sont « un genou à terre » parce qu’écrasé par le malheur et même « les épaules au tapis » de la défaite et du désespoir, en leur communiquant l’enthousiasme de vivre et la valeur réconfortante de l’espoir. Il a permis à l’auteur de ces lignes de retrouver le bonheur chaque fois qu’il l’a perdu, malgré les avatars d’une vie particulièrement douloureuse et difficile. Les faits sont scrupuleusement exacts et les nombreux témoins ou acteurs cités qui en ont pris connaissance, peuvent en témoigner s’ils sont encore en vie. D’autre part, cette « impudeur » des sentiments lui ont cependant été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

 

------

 

Compte-rendu détaillé des réunions inter-cultures avec l’essentiel de l’histoire de ces pays mis à jour  :

 

 

22j. – Le Cambodge {11}

 

Ankor Vat,

« Ville qui est temple »,

Refuge au pied des cieux,

Multiples bras des dieux

En forêt d’exubérance.

 

Le corps de tes déesses.

Le phallus de tes éphèbes

S’érigent en hommage

A ta trinité bouddhique.

 

Ankor Vat

Dans un ciel de laideur

Quand sévit Pol Pot

Et gémissent

Ceux qui meurent

 

Ankor Vat

Sihanouk usé.

Pol Pot, au sort

Du million de morts

Pol Pot, la haine

D’un peuple en peine.

 

Ankor Vat

Dernières voix du passé,

De tes soupirs angoissés

Tu couvriras la terre

Et rempliras les mers :

Tu hanteras tes temples,

De voix qui assemblent

Tes peuples torturés.

 

{11} La séance suivante, le 30 novembre 1984, nous marquera davantage encore : notre conférencière vietnamienne Ohan Trin nous avait mis en relation avec une voisine de rue, Yin Sovanna, Cambodgienne active comme elle dans l’action d’aide à ses compatriotes.

 

Yin Sovanna était accompagnée d’un représentant des réfugiés du Cambodge auprès du Benelux ; rappelons qu’à cette époque, le pays était tiraillé entre les idéologies capitalistes et communistes qui s’affrontaient sur son territoire.

 

Ce délégué du camp occidental nous procura deux très beaux films, l’un sur les richesses artistiques (dont le fameux site d’Ankor) et sur le patrimoine culturel du pays, l’autre fut présenté par Yin Sovanna et traitait du Cambodge d’aujourd’hui ainsi que du Bouddhisme.

 

Il est important de signaler qu’à l’époque de cette rencontre, en 1984, les belligérants de la région se trouvaient en pleine usure d’un conflit qui avait atrocement éprouvé une population pas du tout guerrière quoi qu’on en pense. Déjà, au début de l’année, le prince Sihanouk, monarque normalement en place, avait avancé l’idée d’une solution politique basée sur la constitution d’un gouvernement quadripartite (deux de chaque côté), afin de ramener tout le monde autour d’une table de réconciliation.

 

Pour bien comprendre l’ambiguïté politique de la situation, il est intéressant d’en faire le rétroacte suivant :

 

Pendant l’époque de la guerre 40-45, le prince Norodom Sihanouk, âgé de dix-huit ans, avait succédé en 1941 au roi Monivonk, alors que la France de Vichy autorisait le Japon à stationner des troupes au Cambodge leur facilitant ainsi leur conquête de la Birmanie et de la Malaisie.


L’armée japonaise s’empressa d’éliminer l’administration française favorisant ainsi l’indépendance du pays avec à sa tête un homme à eux, Son Ngoc Thanh. qui fut arrêté à la capitulation du Japon en septembre 1945 par le général français Leclerc lui-même.

 

Le roi Sihanouk s’efforça alors de renégocier l’indépendance du royaume avec les Français qui ne lui accorderont qu’un pouvoir interne dans une fédération indochinoise.

 

La France ne reconnut le Cambodge comme État indépendant que le 8 novembre 1949 dans le cadre toutefois de l’Union française, gardant ainsi un pouvoir considérable.

 

Les années qui suivirent furent particulièrement difficiles (1950-1954) et le roi Sihanouk éprouva les plus grandes difficultés à pacifier démocratiquement la région de plus en plus aux prises avec de nombreuses factions, le pays ne retrouvant une relative tranquillité qu’à la suite de la conférence de Genève de juillet 1954.

 

Les Français et le Vietminh évacueront le pays qui acquiert une indépendance totale le 31 décembre 1954.


Vint alors une période dangereuse pour Sihanouk tiraillé entre les deux blocs politiques (occident et communisme) qui tentaient de s’implanter, les USA s’efforçant de lui faire rallier le bloc anti-chinois.

 

Prudemment, Sihanouk qui avait habilement mis son père, Suramarit, à la tête de l’État en abdiquant en sa faveur, choisira la neutralité en septembre 1957, tout en jouant sur les deux tableaux en acceptant l’aide des Chinois et des Russes.

 

A la mort de son père, en avril 1960, poussé par la pression populaire, il prit la tête de l’État, alors qu’il n’avait cessé d’être aux prises avec toutes les factions rivales soutenues par l’extérieur (Thaïlandais, Sud-vietnamiens, Américains) ce qui le plaçait en position délicate pour régner.


De 1956 à 1969, le pays connut une relative prospérité avec le développement de son infrastructure économique aidé par de nombreux pays comme la France, la Chine, L’Union soviétique et la Tchécoslovaquie.


Pendant cette période cependant, divers événements marquèrent l’histoire de la région, dont l’intervention des USA, en mars 1965, contre le Nord Vietnam suite au développement de l’insurrection communiste au Sud Vietnam, mais surtout à la suite du célèbre discours du Général de Gaulle de Phnom Penn, le 1er septembre 1966, qui appuyait le prince.

 

S’ensuivit alors une période extrêmement troublée aux tractations et fortunes diverses où l’on vit les adversaires se retrouver dans des camps différents. Sihanouk ayant de plus en plus de difficulté à maintenir la neutralité n’aura d’autre choix que de se poser finalement en ennemi du communisme.

 

Le 18 mars 1970, Sihanouk sera renversé et condamné à mort par contumace par Lon Nol qui, surtout depuis 1966, jouera un rôle important dans la politique du pays, d’abord allié ensuite adversaire du prince.


Vint ensuite la période génocidaire de 1975 à 1978 qui fit plus d’un million de morts par malnutrition, épuisement et exécution sous la conduite du communiste Pol Pot que l’histoire rangera parmi les criminels de guerre, bien que en ce qui le concerne cette appellation soit contestée parce qu’elle ne représente pas l’extermination d’un groupe ethnique ou philosophique.

 

Il sera mis en déroute, début 1979, par un front communiste de salut national constitué par ses opposants appuyés par l’armée vietnamienne qui le condamnèrent à mort par contumace.

 

En 1989, la république populaire du Kampuchea instaurée lors de la chute de Pol Pot, deviendra l’État du Cambodge avec le retrait des troupes vietnamiennes et en 1991, sous les auspices de l’ONU, sera signé un traité international de paix avec le retour de Sihanouk (14 novembre 1991).


Après pas mal de difficultés en 1992 et 1993 avec intervention de l’ONU des élections libres auront lieu en mars 1993 et la monarchie sous le règne de Norodom Sihanouk, sera rétablie le 21 septembre 1993.


Les dix dernières années seront toujours aussi chaotiques avec de nombreux réveils de factions communistes polpotistes et luttes intestines, interventions de l’ONU assistée de la France et de nombreux pays.

 

En 2004, Norodom Sihanouk, âgé de 81 ans, abdiquera à la surprise de tous en faveur de son fils Sihamoni, chorégraphe qui a fréquenté des écoles de danse à Paris après avoir fait des études à l’académie des arts à Prague, représentant de son pays à l’UNESCO, peu connu des Cambodgiens, mais qui au dire des connaisseurs, pourrait faire le poids face au Premier ministre Hun Sen, ancien Khmer rouge en place depuis vingt ans.

 

L’économie du Cambodge est fragile : elle dépend de l’ aide internationale (un tiers du budget en 2001). Les Khmers rouges avaient tout détruit et désorganisé et malheureusement des trafiquants sévissent en grand nombre souvent soutenus par une armée en partie corrompue.

 

Depuis quelque temps, deux secteurs fonctionnent bien, apportant un viatique de devises : le tourisme et les chaînes de confection « prêt à porter » utilisant une main d’œuvre habile et bon marché.

 

On ne peut pas parler du Cambodge sans parler des temples d’Angkor. Cette région fut occupée dès le premier millénaire avant notre ère, toutefois les constructions ne dateraient que de la période s’étendant du septième au dixième siècle après J.C.


Les lieux du culte à Civa et ceux voués à Vishnou avoisineront, les adeptes de l’un considérant l’autre comme secondaire. Ces religions venues de l’Inde ont, comme dans la plupart des pays d’Extrême-Orient, intégré dans leurs rites les croyances indigènes, surtout en pratiquant le culte des ancêtres et en donnant une place prépondérante au roi dont la royauté serait accordée par le dieu Siva.


Le summum de l’architecture Khmère est l’ « Angkor vat » (La ville qui est un temple) avec, datant du douzième siècle, le sanctuaire cruciforme très vaste, 1500 sur 1200 mètres, impressionnant qui domine le site. Ce temple pyramidal en trois gradins, ceinturés de galeries avec quatre tours d’angle est abondamment sculpté de décorations d’une grande finesse, représentant des divinités féminines souriantes. On y accède par la célèbre chaussée bordée de naga-balustrades (naga = cobra polycéphales).

 

Vient ensuite l’ « Anghor Thom » (la grande ville), quadrilatère de trois kilomètres de côté avec murailles de huit mètres de haut et entourée d’une douve de cent mètres de large avec en son centre le « Bàyon », temple de 47 tours, garni de 177 visages souriants monumentaux.

 

Du seizième siècle date l’achèvement des bas-reliefs et le grand Buddha de Tep Pranam, alors que dans la moitié du treizième siècle, une réaction des adeptes de Civa favorise la retaille de la plupart des images créées au règne précédent pour les remplacer par des « linga » (membre viril symbolisé par une pierre dressée, signe du dieu Shiva)) ou des ascètes en prière.

 

Quant au bouddhisme que Yin Sovanna, notre conférencière, aborda avec beaucoup de talent, il nous fut révélé dans sa vision khmère, œcuménique avant l’âge, en ce sens qu’elle associait à la religion bouddhique les diverses croyances ancestrales dans les divinités à tel point qu’au douzième siècle, Jayavarman VII, roi bouddhiste créa la trinité bouddhique.

 

A Bouddha, il associa son père devenu « Lokecvara », le Bouddha compatissant, dieu de bonté pour tous, représenté souvent avec plusieurs bras. Quant à sa mère, elle devint « Prajnaparamita » la troisième personne de la trinité, mère spirituelle de tous les Bouddhas.



Actuellement le secteur touristique et le textile (présence de grandes chaînes de prêt à porter internationales) sont les principaux pourvoyeurs de devises du pays.


Cette intéressante soirée, se termina par un débat où les questions fusèrent de partout, acculant parfois le représentant cambodgien et Yin Sovanna à se cantonner dans la prudente réserve qu’imposait leur statut de réfugié politique. Nous terminerons la soirée en sirotant un thé et en grignotant des spécialités préparées et servies par nos hôtes.


°°°°°°°°°


22k – La Pologne {12}


Pologne de Dieu,

De Walesa et son pape

A genoux, bras en croix,

En prières désespérées

Pour sa foi piétinée.

 

Pologne de Dieu,

Terre de l’holocauste,

Livrée aux tyrans,

Aux voisins sans âme,

Tu implores ta Vierge noire

De chasser leur haine

De calmer ta peur

D’accueillir tes morts.


Pologne de Dieu,

Terre de souffrance

Aux champs de démence,

En des cieux de misère,

Pour des peuples amers.

 

Pologne de Dieu,

Éperdue de foi,

A la traîne du monde,

Quand trouveras-tu

L’apaisement et le bonheur ?

 

{12} Madame du Bois d’Aische, polonaise d’origine, assistait régulièrement à nos séances. Elle nous proposa de présenter son pays. Nous fûmes intéressés car nous allions présenter pour la première fois un pays européen et, qui plus est, nous donnait l’occasion de lever légèrement le « rideau de fer » à l’époque toujours existant.

 

Ainsi donc, le 25 janvier 1985, nous présentâmes ce pays, martyr de l’histoire comme tous ceux d’ailleurs que nous proposâmes précédemment, bousculés et torturés, eux aussi, par les régimes et les grandes puissances.

 

Notre projecteur se chargea d’ouvrir les fenêtres du grand écran sur des paysages et des lieux historiques uniques que nous présentèrent deux très beaux films : « Cartes postales » nous ravira les yeux à la vue des plus beaux coins de Pologne, reconstruits depuis la dernière guerre mondiale, scrupuleusement reconstitués à l’identique et « Les trésors de Jasna Gora », monastère élevé sur les hauteurs de la ville de Czestochowa, nous révélera, dans son écrin, les œuvres-témoins de 600 ans de ferveur religieuse chrétienne.

 

D’époque médiévale, l’image byzantine miraculeuse de la Vierge à l’Enfant fut apportée en 1382 par le duc Ladislas qui fit construire sur les hauteurs de Czestochowa une église et un monastère. L’église fut reconstruite en basilique de style baroque après l’incendie qui la détruisit en 1690.

 

L’icône fut souvent en danger, même volée, suite aux nombreux troubles, invasions et pillages qui ne cessèrent de la menacer. Le visage de la Madone porte encore les traces de deux coups de sabre donnés en 1430 pendant les guerres hussites (guerres contre Jan Hus, réformateur religieux tchèque, fondateur du protestantisme allemand, qui sera brûlé vif par ses opposants).

 

Cette icône pieuse est mondialement vénérée et considérée par les autorités religieuses comme miraculeuse, ainsi d’ailleurs que quelques célèbres reproductions parmi les quelque 350 qui sont un objet de culte dans le monde.

 

Cette vénération a donné lieu à un courant mondial de pèlerinage annuel fréquenté par 4 à 5 millions de personnes venant de 80 pays, dont plus de deux cent mille à pied. (les plus longs voyages faisan jusqu’à 600 kilomètres pour une durée de 20 jours)

 

La tradition locale voudrait que ce soit Saint Luc, l’évangéliste, qui aurait peint l’icône sur un morceau de table en bois de cyprès en provenance de la « Sainte Famille », Marie ayant posé pour le portrait.

 

Aux antipodes de ce mouvement de ferveur religieuse pour une divine madone et son enfant, entachant gravement la mémoire des hommes, on déplorera de trouver Auschwitz, le plus célèbre lieu d’extermination de « races humaines inférieures », situé en haute Silésie, près de la petite ville polonaise d’Osjewice.

 

Madame du Bois d’Aiche évitera, par délicatesse pour notre salle de s’étendre sur cette période criminelle de l’histoire. Cependant, par devoir de justice, je me permettrai de révéler dans leur sinistre réalité les faits et les chiffres qui noirciront à jamais la conscience de l’humanité.

 

Rappelons que le 1er septembre 1939, les Allemands envahiront la Pologne, atteignant Varsovie en 7 jours (première guerre éclair ou blietzkrieg). Ce fut la cause et le début de la deuxième guerre mondiale. Les Russes feront de même le 17 septembre et le pays sera partagé entre les deux puissances, un pacte de non-agression ayant été conclu avec Staline. Mais en En juin 1941, les allemands du troisième Reich déclarent la guerre à la Russie, mettant fin à deux années d’entente tacite entre les deux nations.

 

Ce fut le début d’un génocide gigantesque perpétré par les nazis (6 millions de Polonais, dont 3 millions de juifs).

 

Le premier camp d’extermination d’Auschwitz de 45 km², ouvert le 14 juin 1940, fut à l’origine destiné aux prisonniers politiques polonais qui servaient de main-d’œuvre gratuite à une usine de caoutchouc synthétique implantée sur place.

 

Par la suite, les « SS » à la tête du camp extermineront trois millions de Polonais, de juifs et même de prisonniers de guerre russes, par fusillade, chambre à gaz ou épuisement. C’est là aussi que se fournissait le professeur Hirt en sujets pour ses expériences sur les êtres humains vivants, dans son institut d’anatomie de Strasbourg.

 

Ce génocide juif (6 millions), vilenie de notre époque contemporaine, viendra alourdir la tache ignoble de l’antisémitisme qui enlaidit l’histoire de l’occident depuis le début de notre ère. Nous ne pourrons sans doute jamais effacer ce « crime énorme » de notre passé chrétien. Il a fallu attendre Jean-Paul II pour le reconnaître et implorer le pardon. Aussi restera-t-il pour nous, en piètre réparation, un vigilant devoir de mémoire à transmettre aux générations futures.


Les monstruosités d’Auschwitz font douter de l’humanité et de la civilisation occidentale : victimes nues en file devant des fosses énormes pour être abattues comme du bétail ou alignées au fond du trou et exécutées d’une balle dans la tête pour s’écrouler sur le cadavre des autres.

 

Pour épargner les bourreaux, eux-mêmes dépassés par l’horreur, leurs dirigeants imaginèrent les « chambres à gaz », sorte de salles de douche d’une centaine de personnes, où les malheureuses victimes étaient asphyxiées par des émanations mortelles d’acide cyanhydrique qui leur était envoyées dans des locaux hermétiquement clos ; ou encore, trouvaille sinistrement ingénieuse autant qu’économique : retourner les tuyaux d’échappement des camions dans l’espace où étaient confinés les condamnés, ainsi mortellement asphyxiés pendant le trajet vers les fours de crémation.

 

L’ancienne Pologne eut le triste privilège de réunir sur son territoire les six camps d’extermination du Reich : (entre parenthèses le nombre de milliers de morts)  Auschwitz (1.100/1.500), Chelmno (340),.Belzec (600), Sobibor (250), Treblinka (800), Stutthof (85)).

 

A ces camps de « nettoyage ethnique »,il faut ajouter tous les autres dit de concentration (entre parenthèses le nombre de milliers de morts)  : En Allemagne, Berchen-Belsen (70), Buchenwald (56), Dachau (30), Dora-Mittlau (20), Flossenburg (30), Neuengame (55), Ravensbrück (90), Sachsenhausen (100) ; en Belgique : Breendonck (0,391) ; en France :Natzweiler-Struthof (25), en Pologne : Gross-Rosen (40), Majdanek (230) ; en Autriche : Mauthausen (95) ; en République Tchèque : Tserensienstadt (35)

 

La Pologne est une république intégrée à l’Union européenne depuis le 1er mai 2004, dont le chef d’État est un président, élu au suffrage universel direct pour cinq ans. Il nomme le chef du gouvernement et dispose du droit de veto qui ne peut être levé que par la chambre basse (la Diète ou Sejm – 460 membres)) à la majorité des deux tiers, le sénat lui comporte 100 sièges. °tiré de Wikipédia°


Fondée au Xe siècle sur le territoire des Polanes, la Pologne devient au Moyen Âge une puissance incontournable en Europe centrale. Son premier souverain est Mieszko Ier, fondateur de la dynastie des Piast, qui règne sur la Pologne de 966 à 1370. La capitale est alors Gniezno, à l'Est de Poznań. °ibidem°


Poste avancé de l'Occident catholique romain face aux mondes orthodoxe (russe, biélorusse, ukrainien), païen (balte), et musulman (turco-mongol), elle est aussi confrontée au Drang nach Osten (poussée germanique vers l'est), qu'il vienne du Saint Empire ou des Chevaliers teutoniques. Située au carrefour de plusieurs mondes, et dépourvue de frontières naturelles, la Pologne est extrêmement exposée aux invasions. Celles-ci, particulièrement au XIIIe siècle, ruineront le pays (invasions de la Horde d'Or mongole de 1248 à 1275). °ibidem°

Casimir III le Grand, dernier roi de la dynastie des Piast unifie la Pologne. Elle atteindra son apogée aux XVe et XVIe siècles, sous la dynastie lituanienne des Jagellon, avec Ladislas II. °ibidem°


La Rzeczpospolita Obojga Narodów (res publica de deux nations) résultant de l'union du Royaume de Pologne et du Grand-Duché de Lituanie (l'Union de Lublin - 1569), couvre alors un territoire qui « allait de la Baltique à la mer noire » et jusqu'aux portes de Moscou. La capitale était alors Cracovie, en Petite Pologne. Casimir IV réunit même pour une petite période les couronnes de Bohème (1471) et de Hongrie (1490) à celle de Pologne. °ibidem°


La Rzeczpospolita se dota par ailleurs d'un système politique inédit depuis la Rome Antique, l'Aristocratie. Le Roi y était en effet élu, et non héréditaire. Certes, cette "république" ne donnait le droit de vote qu'aux seuls nobles. Cela représentait toutefois presque 10 % de la population et plus encore autour de Varsovie, devenue capitale au XVIIe siècle. Les nobles obligèrent le roi à céder de ses prérogatives, notamment en ce qui concernait les impôts, l'armée et la justice. °ibidem°


Ainsi, le monarque polonais, à l'époque où les monarchies européennes (France, Espagne, Autriche, Prusse) "s'absolutisaient", était au contraire affaibli. °ibidem°


La tolérance religieuse était une autre caractéristique majeure de la Rzeczpospolita. Si la majeure partie des paysans était restée catholique, de nombreux nobles s'étaient convertis au protestantisme, luthérien mais surtout calviniste. °ibidem°

Par ailleurs, la Pologne avait donné abri (en particulier dans la ville de Leszno) aux "Frères tchèques" (Hussites) qui voulaient échapper à la re-catholicisation de la Bohême entreprise par les Habsbourg. Enfin, la Rzeczpospolita comptait une très importante population juive (5 à 10 % de la population totale), en particulier dans les villes et surtout dans la partie orientale du pays. °ibidem°


En 1570, l'Accord de Sandomierz prônait la coexistence pacifique des religions. Il fut renforcé en 1572 par la Confédération de Varsovie. La tolérance était si grande que la noblesse polonaise contraignit Henri de Valois (1572-1574, futur Henri III en France), pour être élu roi de Pologne, à accorder plus de libertés aux protestants français. Mais cette tolérance se réduisit progressivement au XVIIe siècle, en particulier après 1655, quand la Suède protestante envahit la Pologne et fut arrêtée à Częstochowa, devant le sanctuaire marial de Jasna Góra. °ibidem°


En 1683, Jean III Sobieski, arrête une offensive turque de grande ampleur sous les murs de Vienne. Malgré cet exploit, la Rzeczpospolita est peu à peu victime d'un long déclin, du fait de son système politique anarchique, et des nombreuses invasions (suédoises, russes, turques, prussiennes). À la fin du XVIIIe siècle, la Pologne perd son indépendance, partagée trois fois successivement entre ses voisins (1772, 1793 et 1795). La première division de la Pologne, en 1772, conduisit à un sursaut civique. Ce sursaut amena en 1791 à la proclamation d'une Constitution, nettement moins « révolutionnaire » que celle de la France, mais néanmoins perçue comme trop dangereuse pour ses voisins. °ibidem°


Tout au long du XIXe siècle, la Pologne se vit écartelée, partagée entre la Russie, la Prusse (puis l'Allemagne), et l'Autriche (puis l'Autriche-Hongrie). Elle ne recouvre son indépendance qu'en novembre 1918. °ibidem°


Comme la plupart des pays d'Europe du Centre-Est, à l'exception de la Tchécoslovaquie, les idéaux démocratiques des premiers temps ne durèrent pas. Le régime devint rapidement autoritaire, notamment sous l'influence de Józef Piłsudski. °ibidem°


L'invasion allemande du 1er septembre 1939 déclenche la Seconde Guerre mondiale. La Wehrmacht atteint Varsovie en 7 jours grâce à sa stratégie du « blitzkrieg » et à sa supériorité technologique (la capitulation de Varsovie : le 28 septembre 1939). À l'est, l'invasion soviétique du 17 septembre anéantit tout espoir de résistance. Le pays est à nouveau partagé, cette fois-ci entre l'Allemagne nazie et l'Union Soviétique. °ibidem°


À la fin du 2e conflit mondial, les Soviétiques conservent la partie orientale du pays, annexée en 1939, et la Pologne « glisse » vers l'ouest, en absorbant le sud de la Prusse Orientale, la Poméranie et la Silésie, allemandes depuis plusieurs siècles mais dont la population est chassée. Elle devient une république populaire inféodée à Moscou, et membre du Pacte de Varsovie. °ibidem°


Premier pays du Pacte à se libérer de l'emprise soviétique en 1989, et à former un gouvernement non communiste et non lié au bloc soviétique. La Pologne fait partie, depuis 1999, de l'OTAN. En 2003, les USA lui attribuent le commandement d'une zone d'occupation en Irak. °ibidem°


Madame du Bois d’Aische réalisa une présentation chaleureuse et raffinée de son pays en soulignant sa richesse culturelle et sa grandeur, martyre du passé, souffrant de l’injustice et de la cruauté de voisins qui ne cessèrent de l’opprimer et de la spolier.


Elle nous servit elle-même, un Bortsch ou Barszcz, sorte de bouillon de betteraves qui ont fermenté trois jours, relevé d’épices, oignons, cumin : breuvage absolument délicieux, servi bien chaud, ce qui était fort agréable en cette fin de janvier rigoureux.

°°°°°