Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/05/2011

Ch. 29.10e - Les plaisirs de l'existence : Le vin de Bourgogne

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après http://www.lalibre.be/actu/international/article/64......

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion,

dont voici la synthèse :

« Être … exister …», est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » … exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers-total … qui a produit un bourgeon, notre univers qui éclatera en fin d’existence … il a produit la vie, phénomène aléatoire, sur une planète partiellement éteinte, la Terre, détachée de son étoile en évolution, le Soleil, … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de manipuler cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais totalement … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

Pour obtenir le développement de cette hypothèse, cliquez à droite sur : 29.01 à 29.09

-------

Publication régulière deux fois par mois,

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.10e - Les plaisirs de l’existence : Les vins de Bourgogne.

 

La Bourgogne est une région historique et administrative située au centre-est de la France … Elle est constituée de quatre départements : (entre parenthèse chefs-lieux) : Côte d’Or (Dijon) ; Nièvre (Nevers) ; Saône-et-Loire (Mâcon) ; Yonne (Auxerre) … 2045 communes … Population : 1.638.588 hab. (2008) … C’est le septième département de la France par sa superficie (31.582 km²) …

Origine historique de la Bourgogne : A l’époque de l’effondrement de l’empire romain d’Occident, à la fin du Ve siècle de notre ère, les Burgondes (originaires de Norvège ou d’une île danoise Bornholm, qui veut dire îlot des Burgondes, ou selon Pline l’Ancien sur l’Oder en Pologne …) fondent un vaste royaume qu’ils développent avec les Gallo-Romains sur le quart sud-est de la Gaule et la Suisse romande actuelle … ce royaume reçut le nom de « regnum Burgundiae » dont est issu le nom actuel de Bourgogne …

Depuis cette époque l’appellation de Bourgogne fut donnée à de nombreuses entités géographiques et territoriales :

Le royaume des Burgondes:(444-434) Regnum Burgondionum, premier royaume de Bourgogne doit son nom au peuple burgonde venu s’installer en 443 sur les bords du Lac Léman … Ils furent soumis par Clovis 1er (500) et ses fils, Clodomir, Childebert et Clotaire mettant, ainsi, un terme au royaume des Burgondes …

La Bourgogne mérovingienne : (435-751) Les Mérovingiens intègrent le royaume tout en conservant son entité géopolitique comme la Neustrie et l’Austrasie et y installent un roi dont Gontran (528-592 - canonisé, patron des divorcés) et Dagobert (602-638 - distrait, une chanson rappelle ce travers lui faisant mettre sa culotte à l’envers) … Fin des rois de Bourgogne en 613 après la capture et la mise à mort de la reine Brunehilde … En 687, le royaume de Bourgogne-Neustrie disparait et son vainqueur l’austrasien Pépin de Herstal fait l’unité des royaumes francs ..

La Bourgogne carolingienne : Charles Martel est vainqueur, en 732, à Poitiers des Bourguignons, accusés de complicité avec les hordes germaniques et sarrasines … En 751, Pépin le Bref, fils cadet de Charles Martel, est couronné roi des francs … les Carolingiens établiront des divisions administratives (le pagus, pluriel pagi) dans laquelle le pouvoir central se fera représenter par un comte ou un évêque fonctionnaire dépendant du palais …

Le démembrement de la Burgondie : Charlemagne en organisant sa succession morcela le territoire bourguignon en le répartissant entre ses fils, sans se soucier de maintenir son unité territoriale … Ses successeurs agiront de même par la suite …

Évolution du territoire Bourguignon depuis Charlemagne :

Le roi Boson, renaissance du royaume : après la mort en 877 de Charles le Chauve, les grands prélats de l’ancienne burgondie offrent à son beau-frère Boson comte de Vienne et d’Autun la couronne royale … Son royaume s’étendra des rives du Doubs au nord, jusqu’aux rives de la Méditerranée au sud et débordera sur l’Helvétie et l’Italie … Il prendra Vienne pour capitale … De nombreux avatars avec sa famille lui feront perdre une partie de son territoire qui sera coupé en trois : une Bourgogne franque, une Bourgogne jurane, et le royaume de Provence ….

Premiers Ducs de Bourgogne : Richard II, frère de Boson, crée le premier duché de Bourgogne en 956 ... suivie d’une période compliquée de possession de la Bourgogne qui passe à divers membres de la famille Capet, qui en avait hérité en 956, par le biais des frères de Hugues Capet … En 1032, Henri 1er fils de Robert le Pieux et petit-neveu des deux frères, qui a annexé la Bourgogne pour un temps au royaume de France, l’inféode à son frère Robert 1er le Vieux … Cette branche s’éteindra en 1361 avec la mort de Philippe de Rouvres, et le duché sera récupéré par Jean le Bon, son tuteur …

Apogée du Duché de Bourgogne : (1364-1477) signalons entre autres : Le fils de Jean le Bon, Charles V, le donna en apanage à son frère Philippe II le Hardi, premier des Valois de Bourgogne … Importantes abbayes (Cluny, Citeaux, Clairvaux,) … Appel à la 3ème croisade à Vezelay par saint Bernard, … y prendront part Philippe-Auguste et Richard Cœur de Lion … Des artistes flamands viennent en Bourgogne édifier de somptueux monuments et laisser de grandes œuvres … Le conflit entre Armagnacs et Bourguignons constitue une véritable guerre civile au cœur de la guerre de cent ans (1337 à 1453) … assassinat de Jean sans Peur en 1419… Son fils, Philippe le Bon, s’allie aux anglais et leur livre Jeanne d’Arc (1430) et signe le traité d’Arras … Son fils Charles le Téméraire entreprend des guerres pour annexer les parties nord et sud de ses possessions et le duché de Lorraine … Il sera tué au siège de Nancy en 1477 et son corps retrouvé dans un étang mangé par les loups. …

Morcellement du territoire : (1477-1600) Louis XI annexe la Bourgogne et les villes bourguignonnes de Picardie au domaine royal et installe un parlement à Dijon en 1480 … Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, épouse Maximilien de Habsbourg conserve le reste des possessions bourguignonnes … Charles Quint, petit-fils de Marie de Bourgogne, reprend la lutte contre les rois de France jusqu’à la paix de Cambrai (1529) et le traité de Crépy (1544) … En 1601, la Bourgogne s’agrandira de la Bresse, du Bugey et du Valmorey et en 1651 du comté de Charolais … Entre 1631 et 1789, les princes de Condé se succèdent comme gouverneur du duché …

De la révolution à l’Empire : Période noire pour la Bourgogne (1789-1814) : … « la grande peur » … C’est l’époque des gouverneurs « représentants en mission » comme le célèbre Joseph Fouché … et des préfets de Bonaparte … ainsi que de l’invasion des troupes alliées en 1813-1814 avec la résistance des villes de la Saône, tandis que Mâcon et Dijon se rendent … viendront ensuite les accords de Châtillon que l’empereur refuse … et ses victoires et défaites pour finir par son abdication le 6 avril 1814 et l’exil dans l’île d’Elbe qu’il recevra en souveraineté avec une confortable rente annuelle, tandis que son épouse Marie-Louise sera duchesse de Parme … et les 100 jours (du 1 mars au 22 juin 1815) avec le retour de Napoléon et sa défaite à Waterloo …

IIIe république et Guerre 14-18 : La Bourgogne est surtout orientée à gauche pendant la première partie de la république … Grèves du Creusot et de Monceau-les mines (1899 et 1901) … A la première guerre, l’invasion allemande épargnera la Bourgogne qui comptera cependant beaucoup de pertes humaines (3,9% pour 3,35% pour l’ensemble de la France) … Les Américains, venus en renfort en 1917, créent à Is-sur-Tille (Côte d’Or) une base avancée du corps expéditionnaire commandé par le général Pershing …

Entre deux-guerres et seconde guerre mondiale : La Bourgogne reste fondamentalement à gauche, malgré, en 1920, le changement d’orientation de la Côte d’Or … Le Front populaire, réunissant la gauche, reçoit une forte adhésion juste avant la seconde guerre mondial … les Allemands occupent la ville de Dijon le 17 juin 1940 et les français signent l’armistice avec le maréchal Pétain le 22 juin 1940 …

IVe république à nos jours : Déclin progressif de la gauche avec l’amélioration des conditions de vie … Triomphe du gaullisme … François Mitterrand est élu local de la Nièvre en 1962 … et Pierre Bérégovoy est maire de Nevers et premier ministre de Mitterrand d’avril 1992 à mars 1993 (Il se suicide le 1 mai 1993) …

-----

Les vignobles bourguignons occupent : 27.626 ha en production et 25.000 ha en AOC (appellation d’origine contrôlée)… Production : 1.448.309 millions d’hectolitre, 193 millions de bouteilles … Il est important de signaler que la Bourgogne des vins ne recouvre pas exactement la Bourgogne administrative … ainsi, les vins de la Nièvre, administrativement bourguignonne, ne font pas partie de la Bourgogne viticole … par contre, le vignoble du Beaujolais, situé dans le nord du département du Rhône et sur quelques communes de la Saône-et-Loire est rattaché au vignoble administratif de Bourgogne …

-----

Chiffres-clé de la Bourgogne viticole 2008, (pointez le lien et ctrl + clic ) :

http://www.vins-bourgogne.fr/connaitre/ses-reperes/chiffres-cles-de-la-bourgogne/gallery_files/site/321/11211.pdf

-----

Les grands crus de Bourgogne : Dix communes viticoles bourguignonnes privilégiés par leurs microclimats, expositions et terroirs bénéficient de prestigieuses appellations, vérifiées chaque année pour contrôler si la nouvelle production mérite toujours son classement : la mention « grands crus » figure sur l’étiquette …

Voir la liste de ces « grands crus » tiré du site de l’Institut national des appellations d’origines, (pointez le lien) : http://fr.wikipedia.org/wiki/Grand_cru_(Bourgogne)

Les trente-quatre vignobles à bénéficier de la prestigieuse appellation « grand cru » sont répartis sur les communes suivantes (du nord au sud) : Vignoble de Chablis (les grands crus) ; vignoble de la côte de Nuits (Gevrey-Chambertin, Morey-Saint-Denis, Chambolle-Busigny, Vougeot, Flagey-Echezeaux, Vosne-Romanée) et les vignobles de la côte de Beaune (Aloxe-Corton, Puligny-Montrachet, Chassagne-Montrachet …

« Climat » en viticulture est un terme utilisé pour désigner des petits vignobles ( les clos) produisant un vin privilégié par sa situation d’ensoleillement, de terrain et de soins qui en font un vin exceptionnel qui atteint des prix exorbitants (par exemple, le Montrachet sur les communes de Chassagne et Puligny et le clos Vougeot qui se répartit sur 50 hectares et qui appartient à une centaine de propriétaires) … une demande est introduite pour les faire reconnaître comme patrimoine mondial de l’humanité …

La Bourgogne viticole comprend cinq régions :

Voir (pointez le lien ci-après) les cartes de Wikimédia, donnant les principales régions viticoles bourguignonnes - cinq régions : 1. Côte de Nuits et Hautes Côtes de Nuits 2. Côte de Beaune et Hautes Côtes de Beaune 3. Côte Chalonnaise 4. Mâconnais 5. Beaujolais

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Vignobles_bourgogne-fr.svg

-----

Les vins de Bourgogne sont élevés depuis tellement longtemps que leur classification officielle ou autre s’est établie suivant des critères tellement nombreux qu’il n’est pas toujours facile de s’y retrouver …

Aussi, Le classement qui suit, présente-t-il l’avantage de la clarté et de la simplicité (Pour plus de détail, voir le lien précédent) :

Vignoble de l’Yonne :

1. Chablis : 4.870 ha … vins blancs… près d’Auxerre … grands crus : les Chablis grand cru

2. Auxerrois : 1.300 ha … vins blancs et rouges …

3. Tonnerrois : 756 ha … vins blancs et rouges ...

4. Vézelien : 64 ha … vins blancs et quelques rouges …

5. Joigny : 12,44 ha … vins rouges, gris et très peu de blanc …

Vignoble de la Côte-d’Or :

1. Châtillonais : 180 ha … crémant de Bourgogne et aussi du rouge, rosé et blanc …

2. Côte de Nuits : 3.806 ha … traverse 14 communes viticoles de prestige le long de la route des grands crus … grands crus : les Gevrey-Chambertin, les Morey-Saint-Denis, les Chambolle-Musigny, les Vougeot, les Flagey-Echezeaux, les Vosne-Romanée,

3. Côte de Beaune : 5.980 ha … traverse aussi la route des « prestiges » … 100,40 ha de Corton, seuls grands crus de la Côte de Beaune : Aloxe-Corton, Ladoix-Serrigny, Pernand-Vergeless, Puligny-Montrachet, et Chassagne-Montrachet … dont le Corton-Charlemagne, internationalement connu… à signaler aussi le Beaune et le côte de Beaune (440 ha) dont le profit va aux célèbres Hospices de Beaune …

Vignoble de la Saône-et-Loire :

1. Côte Chalonnaise : 4.350 ha … dont le Mercurey, premier cru … vins blancs et rouges …

2. Mâconnais : 6.797 ha … dont le Saint-Amour, le pouilly-fuissé,

3. Beaujolais : dont le célèbre Beaujolais Nouveau (450.000 hl soit un tiers de la production du beaujolais) en vente dans le monde entier le troisième jeudi de novembre, juste à la fin de la vinification (cuvaison courte) … Le Japon en est le premier consommateur … (à signaler qu’un vin est dit nouveau quand il est consommé entre sa récolte et la suivante) … Les connaisseurs disent qu’ils faut attendre que les vrais « Crus du Beaujolais » aient fait leurs Pâques ... Ils sont situés à Brouilly, Chénas, Chiroubles, Côte-de-Brouilly, Fleurie, Julienas, Morgon, Moulin-à-Vent, Régnié, Saint-Amour … Le Beaujolais doit son nom à la maison des Beaujeu (répertoriés aux alentours de 950) … Par la suite les seigneurs de Beaujeu gouvernèrent un territoire important entre le Mâconnais et le Lyonnais …

-----

Les traitements de la vigne : Travail manuel de novembre à mars : taille en guyot, gobelet ou cordon … ensuite tirage des sarments qui sont enlevés et brûlés (novembre à avril) … réparations du palissage (février à avril) … pliage des baguettes dans les vignes taillée en guyot (février à avril) … plantation de nouvelles greffes et remplacement des manquants (avril-mai) … l’ébourgeonnage est pratiqué en Bourgogne (supprimer les nouvelles pousses et enlever les deux ou trois pousses sur un même œil (mi-avril, à début juin) … le relevage commence quand la vigne a bien poussé et consiste à relever les deux fils releveurs et les attacher (fin mai à fin juin) … La vendange au vert se généralise en Bourgogne, consistant à supprimer des raisins verts, non murs ou pas assez dans le but de réguler le rendement et d’augmenter la qualité des raisins restants (juillet à août) … et enfin la vendange en septembre lorsque le raisin est à maturité …

Méthodes de vinification :

Le rouge de qualité se récolte à la main, est trié pour enlever les grappes pourries ou insuffisamment mures … vient ensuite l’éraflage pour séparer les grains de la rafle (les pédoncules et tiges) … certains viticulteurs laissent macérer le tout pour obtenir des vins plus structurés et plus tanniques … vient la mise en cuve et la fermentation alcoolique, souvent après levurage … ensuite pigeage (enfoncer le chapeau de marc à la main ou mécaniquement) … le remontage consiste à pomper le jus pour en arroser le dessus … Le vin de goutte est celui qui s’écoule avant celui qui est pressé (vin de presse) … la fermentation est réalisée en fûts pour les vins de Bourgogne contrairement aux vins de Bordeaux (température de cave plus froide en fin de saison) … les barriques bourguignonnes sont plus épaisses que les barriques bordelaise et laissent passer moins d’oxygène, d’où structure plus légères … l’ouillage consiste à maintenir les futs toujours pleins par ajout, une fois par semaine en hiver et deux fois en été … les vins sont ensuite soutirés pour le séparer de son dépôt en transvasant le vin d’un fut à un autre, collés (traditionnellement au blanc d’œuf, colle de poissons pour les vins blancs) pour le clarifier , filtrés s’il le faut et mis en bouteille et bouchonnés…

La vinification en blanc : récolte manuelle ou mécanique et parfois triée comme pour le rouge … puis pressurée et débourbée après L’enzymage pour contrôler la fermentation (plus lente ou plus rapide) se pratique pour les blancs avant débourbage (décantation statique du jus dont les bourbes restent au fond)… Traditionnellement, les grands blanc de Bourgogne sont élevés « sur lies », en futs avec batonnage régulier pour remuer le liquide … Toutes ces opérations sont délicates et demandent de la part du vigneron expérience, tradition et métier … Il faut peu de choses pour rater un vin …

La vinification en rosé : provient de raisins rouges soit par pressurage (rosé de pressurage) soit mis en cuve pour un début de macération (rosé de saignée) …

La vinification du crémant : Récolte du raisin en caisse percée et triage … ensuite pressurage et débourbage … fermentation comme en blanc … vient alors la fermentation malolactique après que les sucres ont été consommés avec dégagement de gaz carbonique (bulles) … La champagnisation se déroule avec l’ajout de liqueur de tirage (mélange de vin tranquille, de sucre et de levures) ce qui provoque une seconde fermentation, appelée prise de mousse , avec production d’alcool et de gaz carbonique se détendant à l’air libre …

La durée de garde : vins rouges : appellation régionale (2 à 3 ans) ; AOC village (3 à 6 ans) premier cru (4 à 10 ans) pour les grands crus (8 à 20 ans, voire plus) … vins blancs : régionale (2 à 3 ans) AOC village (2 à 5 ans) premier cru (3 à 10 ans) pour les grands crus (8 à 15 ans voire plus pour les grands millésimes) … Les rosés : (1 à 4 ans maximum)

La température de service : vins rouge vins légers et fruité (entre 14 et 12°) vins distingués et soyeux (16°) vins charpentés et tanniques et vins vieux (18° température de la pièce) … vins blancs : les vins légers, frais vif (entre 6 et 8°) vins très aromatiques (entre 8 et 10°) les vins pleins et influencé par le bois (entre 14 et 16°) … vins rosés : (entre 6 et 8°) …

-----

Enfin pour terminer, voici quelques citations à la gloire de ce breuvage merveilleux que les hommes depuis presque toujours ont considéré comme un cadeau des dieux leur apportant la joie de vivre … (En provenance de mon citabook – Evene)

Pour être bienvenu de son hôtesse, il faut donner à son vin les années qu’on ôte à son âge (Jules Petit-Senn)

Méfie-toi de la clarté de la lampe : pour juger de la beauté, l’obscurité et le vin sont mauvais conseillers (Ovide)

Le vin est une substance sacramentelle. Il est exalté dans mainte page de la Bible et Notre Seigneur n’a pas trouvé de plus auguste matière pour la transformer en son sang. Il est donc digne et juste, équitable et salutaire de l’aimer ! (Joris-Karl Huysmans)

Le vin est de l’eau emplie de soleil. (Galilée)

Le vin est comme le sexe, il fait tomber les défenses (Gérard Bessette)

Le vin, c’est la lumière du soleil captive dans l’eau. (Galilée)

L’art et le vin servent au rapprochement des peuples. (Johann Wolfgang von Goethe)

C’est la pénicilline qui guérit les hommes, mais c’est le bon vin qui les rend heureux. (Alexander Fleming qui a découvert la pénicilline)

L’humour c’est de l’eau de l’au-delà mêlée au vin d’ici-bas. (Jean Arp)

La mort est un petit oiseau qui vient chaque jour se désaltérer dans ta coupe de vin. (Achille Chavée)

Chez nous, les hommes devraient naître plus heureux et joyeux qu’ailleurs, mais je crois que le bonheur vient aux hommes qui naissent là ou l’on trouve de bons vins … (Léonard de Vinci)

Je me vante d’avoir grandi, mûri, vieilli dans la familiarité du vin ; à le tutoyer dès l’enfance, on perd l’esprit d’intempérance et de gloutonnerie ; on acquiert, on forme son goût personnel. (Colette)

Je suis entrée dans le monde du vin sans autre formation professionnelle qu’une gourmandise certaine des bonnes bouteilles. (Colette)

Le vin est la partie intellectuelle d’un repas. Les viandes et les légumes n’en sont que la partie matérielle. (Alexandre Dumas)

On peut ne pas aimer les carottes, les salsifis, la peau du lait cuit. Mais le vin ! Autant voudrait-on détester l’air qu’on respire, puisque l’un et l’autre sont également indispensables. (Marcel Aymé)

Le vin est ce qu’il y a de plus civilisé au monde. (François Rabelais)

Le vin console les tristes, rajeunit les vieux, inspire les jeunes, soulage les déprimés du poids de leurs soucis. (George Gordon, lord Byron)

Le vin est semblable à l’homme : on ne saura jamais jusqu’à quel point on peut l’estimer et le mépriser, l’aimer et le haïr, ni de combien d’actions sublimes ou de forfaits monstrueux il est capable. (Charles Baudelaire)

Chacun tient à son vin, et où qu’on aille, c’est toujours la même histoire. (Pline l’Ancien)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque fois, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous(Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00......

-----

 

06/05/2011

Ch. 29.10d - Les plaisirs de l'existence : Le Bordeaux.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l'appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/64......

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion,

dont voici une synthèse :


Publication deux fois par mois.

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

« Être … exister …», est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » … exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers-total … qui a produit un bourgeon, notre univers qui éclatera en fin d’existence … il a produit la vie, phénomène aléatoire, sur une planète partiellement éteinte, la Terre, détachée de son étoile en évolution, le Soleil, … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de manipuler cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais totalement … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

-------

Ch. 29. 10d – Les plaisirs de l’existence : le vin de Bordeaux.

Le vignoble de Bordeaux est circonscrit aux limites culturales de la vigne dans le département de la Gironde qui est le plus grand de France (10.000 km2), créé à la Révolution française le 22 décembre 1789 (anciennes provinces de Guyenne et Gascogne) … Le Bordelais est une région viticole dont la renommée est mondiale et réputée pour sa production parmi les meilleurs vins au monde …

Burdigala, nom latin de Bordeaux, fut fondé au IIIe siècle av. J.-C … Port intérieur, bien situé sur la Gironde devint rapidement une ville d’embouchure située sur une avancée du plateau landais … En 56 av. J.C. c’était déjà un comptoir commercial avec aqueduc, temples, amphithéâtres et curie qui contrôlait les routes de l’étain et du plomb … En 48 av. J-C, la ville acquiert le statut prestigieux de municipe de droit latin … Entre 40 et 60 sont implantés sur les coteaux nord de la rive gauche les premiers plans de vignes du Bordelais … En 70 Bordeaux fut capitale administrative de la province romaine d’Aquitaine … au IIIe et IVe siècle, la ville fut malheureusement victime de la révolte des empereurs des Gaules (généraux qui prendront le pouvoir pendant une quinzaine d’années) ainsi que les Bagaudes, bandes armées de brigands, de soldats déserteurs, d’esclaves et de paysans sans terre qui rançonnaient le nord-ouest de la Gaule…

On ignore le sort du vignoble après l’écroulement du monde romain … Au XIIe siècle, l’Aquitaine devient un duché anglais suite au remariage d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri Plantagenet, comte d’Anjou et roi d’Angleterre sous le nom d’Henri II et le commerce viticole se développa à partir de la région des Graves … Au XIIIe siècle, la prise de La Rochelle (exportateur des vins bordelais) par le roi de France permet à Bordeaux de devenir l’exportateur privilégié des vins vers l’Angleterre, ce qui favorise l’extension du vignoble bordelais … Les vignerons des alentours de Bordeaux eurent longtemps le privilège de vendre leurs vins dits clair « claret » en priorité avant l’arrivée des vins du Haut-pays (Gaillac, Cahors…) bloqué jusque Toussaint et fin d’année … ce qui était un avantage, les vins se conservant mal … Au XIVe siècle, Clément V s’installe à Avignon et neuf papes après lui … Ils consommèrent largement et avec plaisir les grands crus de Graves qu’ils faisaient venir par voie fluviale …

Époque moderne et contemporaine : En 1599, Henri IV fait venir des techniciens hollandais pour drainer les zones marécageuses de France et augmenter la surface cultivable, dont bénéficièrent les zones humides entourant Bordeaux … Les hommes d’affaire néerlandais en profitent pour acheter à bas-prix des terrains et les valoriser, … Ils introduisirent de nouvelles méthodes commerciales et propagèrent l’usage de boissons nouvelles (chocolat, café, thé, … bières fortes, gin …) … Ces habiles commerçants communiquèrent aussi leur goût pour le vin blanc doux et les vins rouges foncés (vins noirs) comme nous les connaissons aujourd’hui … Ce sont eux aussi qui traverseront la frontière espagnole proche, pour y répandre leurs nouveautés … dont les premiers vins de Porto dont ils seraient à l’origine … Dans cette « mutation vinicole régionale », les négociants de grands crus bordelais s’inspirèrent de l’engouement anglais que la famille Pontac avait créé pour sa production exportée, pour les imiter et mettre en valeur leur production … Ce fut à cette époque que naissent les premiers grands crus bordelais (les graves du Médoc, du sauternais et ceux de la région de Blaye et de Bourg) … Il faudra cependant attendre le Second Empire (1852 à 1870) pour que les grands vins rouges de Saint-Émilion, Fronsac et Pomerol s’installent à leur tour au premier rang de la production viticole bordelaise ….

La région viticole du bordelais se situe de part et d’autres de la Gironde :

Pour les cartes cliquez : http://fr.wikipedia.org/wiki/Vignoble_de_Bordeaux

Les terroirs du vignoble de Bordeaux sont situés de part et d’autres de l’estuaire de la Gironde et de ses deux fleuves, la Garonne et la Dordogne … Il est classé AOC (Appellation Origine Contrôlée) … Production moyenne : 1.699.000 hl sur 38.490 ha ...

Bordeaux clairets : proche des vins qui étaient envoyés en Angleterre au Moyen-âge, d’une couleur rouge légère (entre le Bordeaux rouge et le rosé) apprécié en été pour piquenique et cuisine exotique …

Bordeaux supérieur : classé AOC-AOP (Appellation Origine Contrôlée-Appellation Origine Protégée) Production 519.000 hl sur 9.000 ha pour les rouges avec certificat de qualité, au moins 21 ans d’âge, élevés en fut de chêne minimum 12 mois … et 2.400 hl sur 214 ha pour les blancs, ils doivent provenir de cépage sauvignon, sémillon, muscadet …

Crémant de Bordeaux : vin blanc ou rosé mousseux, surtout destiné à l’apéritif à la base de cocktails … il est issu pour 70 % de cépages principaux avec une seconde fermentation en bouteilles, remuage et dégorgement … Suivant le sucre ajouté, il est brut, demi-sec ou doux … Production 100 ha sur toute la Gironde en utilisant les galeries naturelles des rives de la Garonne et de la Dordogne, propice à la prise de mousse et l’élevage de ces vins …

Le Médoc : s’étend sur la rive gauche de la Gironde, de Saint-Vivien-de-Médoc au nord jusqu’à Bordeaux au sud … Cultivé depuis les Romains, mais mise en valeur du terrain, des graves (gravier et sable) depuis les 16e et 17e siècle … sa renommée a franchi les frontière …)  on y élève le médoc, le haut-médoc, le saint-estèphe, le pauillac, le saint-julien, le moulis-en-médoc, l’istrac-médoc, et le margaux …

Ces vins furent surtout reconnus au 16e et 17e siècle … la vinification, longue et minutieuse, (éraflage, foulage, macération, fermentation, assemblage, avec un soutirage tous les trois mois) exige une grande expérience des professionnel, ainsi le marc de raisin sera pressé et dégusté pour juger de la quantité qui doit être incorporée dans le vin final …

Les Graves : s’étendent au sud de Bordeaux, le long de la rive gauche de la Garonne, jusqu’au canton de Langon … (Ils se nomment pessac-léognan, graves, graves-supérieures, cérons) … Ils doivent leur nom (grave ou gravier) à leur sol pauvre recouvert de gros graviers qui restituent à la vigne, le soir, la chaleur du soleil, … la Garonne y joue aussi le rôle de régulateur thermique et une forêt de pins les protège des grosses intempéries … Les premières vignes y furent plantées il y a 2.000 ans …

Le pape Clément V qui avait un vignoble familial au château de Roquetaillade, faisait la promotion du vin, d’Oxford à Rome … Au Moyen-âge, Aliénor, duchesse d’Aquitaine, (1124-1204) étant devenue reine d’Angleterre, les échanges entre Bordeaux et Londres s’intensifièrent … Montesquieu (1689-1755), baron de la Brède (au sud de Bordeaux), philosophe, écrivain, mais avant tout vigneron se fit l’ambassadeur des vins de la région tant à Paris qu’en Grande-Bretagne …

Le Sauternais : enclave au sud de celui de Graves … vins blancs liquoreux … (Terroirs : Barsac, Sauternes, Bommes, Fargues, Preignac) … on y produit le fameux Château d’Yquem, premier grand cru … Une légende raconte qu’un propriétaire rentra trop tard pour rentrer ses vendanges qui avaient trop mûri et semblait pourri, le vendangea quand même et fut surpris de constater que la présence de « pourriture noble » apportait une qualité particulière à l’arôme du vin … L’eau froide de la rivière Ciron sous le couvert végétal de la forêt des Landes provoque, en automne, des brouillards matinaux favorisant le Botyris cinerea, cette pourriture noble …

La récolte, en tri successifs, demande un soin particulier pour ne cueillir que les grappes ou les grains en bonne maturité … Les Néerlandais qui ont développé les vignobles à vin blanc dans la région ont amené la technique du soufrage (mèche de soufre mise à bruler dans les barriques) pour stopper la fermentation … Vin de dessert, mais aussi associé au foie gras … et aux crustacés et viandes blanches, cuisine exotique au safran et gingembre ou aussi la cuisine des légumes et les fromages bleus …

L’Entre-deux-Mers :Région du département de la Gronde qui s’étend entre la Dordogne et la Garonne … Avec un paysage très vallonné, il doit son nom « entre-deux-mers » au phénomène de mascaret : brusque surélévation de l’eau d’un fleuve ou d’un estuaire provoqué par l’onde de la marée montante lors des grandes marées, qui se produit surtout lors des équinoxes, les plus spectaculaires se rencontrant aux embouchures du Quiantang en Chine, de la Severn en Angleterre et de l’Amazone au Brésil …

On y produit un vin blanc sec, quelques liquoreux et un peu de rouge : l’entre deux mers (blanc) ; Les premières-côtes-de-bordeaux (blancs) ; les-cotes-de-Bordeaux-saint-macaire (blanc) ; le cadillac (liquoreux) ;le loupiac (liquoreux) ; le sainte-croix–du-mont (liquoreux) ; le cadillac-côtes–de-bordeaux (rouges) ; le bordeaux-haut-benauge (rouges) ;le graves-de-vayres (rouges, blancs, et moelleux) ; le sainte-foy-bordeaux (rouges, blancs et moelleux) … On y trouve aussi le Bordeaux-clairet, un rosé …

Le libournais : Pays des célèbre vins « Pomerol » ; « Saint-Émilion » du « Château Petrus de Pommerol » et les grands crus classés de Saint-Émilion … Il est délimité au sud par la Dordogne, à l’est et au nord par les limites du département de la Gironde et à l’ouest par la rivière, l’isle … Le port de Libourne a été un lieu de chargement des vins depuis 1270 sur des « gabarres », bateau fluvial ou maritime à fond plat … qui naviguaient avec un faible tirant d’eau … L’Australie fut découverte avec un navire de ce type …

Zone du Fronsadais : Fronsac et canon-fronsac

Zone autour de Pomerol : pommerol et lalande-de–pomerol

Zone autour de Saint-Emilion : saint-émilion, saint-émilion grand cru, montagne-saint-émilion, saint-georges-saint-émilion, lussac-saint-émilion, puisseguin-saint-émilion ;

Plus à l’Est : castillon-côtes-de-bordeaux et francs-côtes-de-bordeaux ;

Le Blayais et le Bourgeais : de la rive droite de la Gironde la frontière du département de Charente-Maritime … la région s’étend sur 5.000 hectares autour des villes de Blaye et de Bourg … (blaye, côte-de-blaye, côtes-de-bourg, blaye-côtes-de-bordeaux) …

Les vins rouges du Blayais accompagnent bien les viandes rouges et les fromages (civet, petit gibier, navarin et gigot d’agneau, rôti, entrecôte et côte de bœuf, canard, fromage de chèvre sec et de brebis) les vins blancs secs et aromatiques vont avec les fruits de mer, une poêlée de Saint-Jacques, les poissons en sauce et les tourtes au saumon …

Classification officielle des vins de Bordeaux établie à la demande de l’empereur Napoléon III pour l’exposition universelle de Paris de 1855 furent classés en importance du premier au cinquième cru … Ils venaient tous de la région du Médoc sauf le Château Haut-Brion des Graves … Les blancs furent limités à la variété liquoreuse des Sauternes et Barsac … Depuis le Château Cantemerle a été ajouté comme cinquième cru et le château Mouton Rothschild passa du second à premier cru … Voir ce classement à http://fr.wikipedia.org/wiki/Classification_officielle_de...


-----

 

Pour terminer, voici quelques phrases célèbres à la gloire du vin :

L’homme doit au vin d’être le seul animal à boire sans soif (Pline l’Ancien)

Le vin est le miroir de l’homme (Alcée – poète lyrique – 700 – 600 avt J-C)

Je ne sais que deux choses qui gagnent à vieillir : le vin et un amant (Félix Lope De Vega)

Celui qui désire une vie de bonheur avec une belle femme ressemble à celui qui veut jouir du goût du vin en ayant la bouche toujours pleine. (George Bernard Shaw)

Il suffit à la foule de la vue de sang pour lui en donner la soif, comme la première coupe de vin est le prélude d’une longue débauche. (George Gordon, lord Byron)

Qu’est-ce que vous regardez ? C’est la carte routière ? – Non ! C’est la carte des vins. C’est pour éviter les bouchons ! (Raymond Devos)

L’homme doit au vin d’être le seul animal à boire sans soif. (Pline l’Ancien)

Au teint, on juge l’étoffe ; au bouquet, le vin ; à l’odeur, la fleur ; au langage, l’homme. (Charles Cahier)

Certainement, Dieu est un très bon-enfant d’avoir donné le vin à l’homme. Si j’avais été Dieu, j’en aurais gardé la recette pour moi seul. (Théophile Gautier)

Pour connaître l’origine et la qualité d’un vin, il n’est pas nécessaire de boire le tonneau entier (Oscar Wilde)

Les hommes sont comme les vins : lorsqu’ils deviennent meilleurs en vieillissant, c’est qu’ils sont d’une très grande qualité. (Philippe bouvard)

Il est bon de traiter l’amitié comme les vins et de se méfier des mélanges. (Colette)

Les vieux amis sont comme les vieux vins qui, en perdant de leur verdeur et de leur montant, gagnent en chaleur suave. (Charles-Augustin Sainte-Beuve)

Les hommes sont comme les vins : avec le temps, les bons s’améliorent et les mauvais s’aigrissent. (Cicéron)


-----

 

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00......

-----

 

29/04/2011

Ch. 29.10c - Les plaisirs de l'existence : Le vin

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/64......

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

29.10c – Les plaisirs de l’existence : le vin

Les origines du vin : Il est vraisemblable que nos ancêtres humanoïdes, écartés de leur milieu d’arboricole par accident géologique ou climatologique, se sont efforcés d’adapter leur nourriture aux exigences de leurs nouveaux biotopes … ce qui les amena à devenir omnivores et, dans les premiers temps, carnassiers … Les circonstances, dues au hasard, ont projeté leurs « survivants », très souvent proches de l’extinction, dans une incroyable aventure, les entraînant loin de leur milieu originel … Ces épreuves les menèrent au bord de l’extinction et ce fut le hasard de circonstances fortuites, renforcées par des mutations, qui a produit nos ancêtres intelligents … Si on devait refaire cette généalogie, on aurait un arbre squeletique aux innombrables branches mortes …

C‘est pourquoi, à ce stade de mes « investigations » sur l’aventure humaine, j’ai trouvé nécessaire de resituer nos primitives origines en insistant sur le premier événement qui a créé chez l’anthropoïde en mutation vers l’homo, l’éveil de l’imagination, que la consommation de breuvages alcoolisés par des circonstances fortuites favorisait … L’imagination est la faculté essentielle de l’intelligence créatrice … imaginer c’est créer quelque chose de nouveau, à partir de ce que l’on sait … et l’animal mutant, qu’était notre ancêtre descendant des australopithèques, ne disposait que d’un cerveau adapté aux nécessités du milieu … aussi, est-il essentiel de rappeler l’importance de l’évolution dans le mécanisme universel :

« être … exister …», est l’expression lapidaire incontournable d’un mécanisme fondamental, qui est permanent et perpétuel dans l’Univers, Einstein l’ayant succinctement résumé dans sa formule « E=mc² » … exister dans un mouvement éternel est la fonction de la matière dans l’univers … elle a produit la vie sur la Terre, planète détachée de son composant le Soleil et partiellement éteinte, … la vie a produit, entre autres, l’homme et l’intelligence … qui ont produit la pensée … la pensée à produit le raisonnement et la connaissance … Finalement, ces entités intelligentes, en bout de chaîne de la sélection, sont devenues capables de dominer cette matière dont ils proviennent, les exposant au danger de s’en prendre à des forces fondamentales qu’ils ne maîtriseront peut-être jamais … : Hiroshima, Nagasaki, Tchernobyl, Fukushima …

-----

A ce stade de mon étude, je veux réserver au vin la place symbolique qu’il mérite dans l’histoire des hommes : : Le vin, dans les religions des premiers peuples civilisés, avait une valeur de symbole sacré … Dans le christianisme, il est le symbole du sang versé par le fils de Dieu pour racheter la première faute des hommes … On aurait pu choisir l’eau qui est l’origine de la vie …

Il est vraisemblable que le vin fut une des premières boissons alcoolisées consommées par l’homme : Une jarre néolithique, vieille de 7.000 ans, trouvée en Iran à Hajji Firuz, contenait des résidus jaunâtres qui pourraient être des restes d’une sorte de vin qu’on empêchait d’aigrir avec une résine … La légende biblique a fait planter la vigne par Noé à la fin du déluge … La Bible mentionne aussi l’ivresse de Noé …

En 2007, une équipe d’archéologue a découvert, en région transcaspienne (région de l’empire russe entre la mer caspienne et la mer d’Aral), proche de la rivière Arpa, prés de la communauté d’Areni, dans une caverne des vases remplis de pépins de raisin, vieux de 6.000 ans … A une époque datant du Chalcolithique (période transitoire entre l’âge du Bronze, 3.000 à 800 av. J-C et le Néolithique 5.000 à 2.500 av. J-C) une équipe a découvert les traces d’un site de vinification avec fouloir, des reliquats de grappe et de sarments de vigne desséchés ainsi qu’une cuve de fermentation en argile d’une cinquantaine de litres … Le fouloir, un bassin d’argile d’un mètre carré et de 15 centimètres de profondeur, possédait un conduit permettant au jus de raisin de se déverser dans la cuve de fermentation qui était profonde de 60 centimètres et pouvait contenir 52 à 54 litres de vin … Il semblerait qu’une nouvelle expédition archéologique serait envoyée début 2011 … Ce complexe aurait été découvert par les scientifiques dans les montagnes du sud-est de l’Arménie, dans une grotte du village qu’ils ont répertorié : Areni-1 … : Ils seraient les premiers vignerons de l’antiquité  …

Cependant, des fouilles archéologiques, en Grèce, ont prouvé que 6.500 avant notre ère, l’ancêtre de la vigne, la lambrusque ( du latin populaire lambrusca, vigne sauvage, une liane sauvage poussant sur les arbres, mais aussi sur les roches, considérée par les spécialistes comme l’ancêtre de la vigne) était cultivée dans la plaine de Drama, en Macédoine-Orientale-et-Thrace … On y a découvert des pépins carbonisés et des peaux de raisin foulées, ainsi que des figues carbonisées qui peut faire supposer qu’elles ont servi d’adjuvant sucré pour camoufler l’amertume du jus des vignes sauvages …

En Égypte, les fouilles archéologiques ont prouvé que 3.500 avant notre ère, la vigne y était cultivée, ainsi qu’en atteste des coupes pour offrir du vin aux dieux ainsi qu’un bas-relief représentant deux esclaves cueillant des grappes de raisin …

En France, c’est sur la commune de Courthézon, qu’en 1971, on a découvert au « Mourre de Pradel », datant de 4.650 av. J-C, le plus ancien site néolithique de France … Cependant, il est vraisemblable que la culture de la vigne a été introduite en France par les Grecs de Phocée,… or,le premier comptoir phocéen a été édifie à Massalia (ancien nom de Marseille) six siècles avant notre ère … (Des amphores marseillaises ont été découvertes datant du VIe siècle av. J-C)

La vinification a évolué énormément durant les époques situées avant l’ère chrétienne … Ainsi les Romains avaient des vins très épicés qu’ils allongeaient à l’eau de mer et qui ne ressemblent en rien à nos crus actuels … Sous la colonisation romaine, le vignoble gaulois se développa autour des villes de Béziers et de Narbonne … Actuellement, un vigneron présente dans son caveau des vins réalisés selon ces anciennes traditions …

Historique de l’implantation de la vigne, (années avant notre ère) : Caucase et Mésopotamie (6.000) ; Grèce (4.500) ; Gaule du Sud (4.650) ; Égypte (3.500) ; Phénicie (3.000) ; Italie, Sicile, Afrique (1.000) ; Espagne, Portugal, Nord de l’Europe sous l’influence des Romains jusqu’en Grande-Bretagne (500) ;

Le tonneau de bois, cerclé de fer, a été inventé par les Gaulois pour conserver la cervoise et transporter des liquides comme de l’eau potable … Dès le troisième siècle, les Romains remplacèrent les amphores grecques (grand vase d’argile avec deux anses) qui servaient à transporter et conserver le vin, par ces récipients de bois qui permettaient un plus grand stockage et un meilleur traitement du breuvage …

Le vin rouge n’est apparu que tardivement, en France au XIVe siècle … Il était blanc ou rosé auparavant, parce que le vin était foulé au pied et le jus qui en sortait était clair … alors que le fruit lui-même est rouge à l'origine … Le rôle joué par la cour des papes d’Avignon dans cette mutation de goût vers les vins rouges fut essentiel, ils s'en régalaient, avec une consommation de plus de deux litres par jour… Le vin de messe est resté blanc par tradition, alors que représentant le sang du Christ, il aurait été plus normal qu’il fut rouge … Après la chute de l’empire romain, l’Église devint un vecteur important de la culture de la vigne que cultivaient les ordres monastiques pour les besoins du culte … Quant au raisin blanc, il provient d’une mutation provoquée par la culture… La peau du raisin est normalement rouge …

Pour obtenir un vin rouge, on laisse macérer (cuver) les raisins durant la fermentation alcooliques par des opérations physiques Les remontages : consistent à soutirer du moût en bas d’une cuve pour le déverser sur le « chapeau de marc » (le marc étant la partie solide de la vendange dans la cuve) pour en tirer le maximum de tanin des peaux de raisins, ce qui permet d’homogénéiser l’ensemble et de protéger le « chapeau » de l’oxydation et des attaques microbiennes … la macération : consiste à mettre le raisin en cuve (cuvaison) pour la fermentation alcoolique … il s’agit d’une opération délicate propre aux vins rouges qui présente divers procédés selon le souhait du viticulteur d’en obtenir des vins aux notes fruitées plus intenses … Le pigeage : consiste à enfoncer le chapeau de marc dans le jus de fermentation tout en l’émiettant pour favoriser la diffusion des composés phénoliques et des arômes … Le délestage : consiste à récupérer l’ensemble du moût en cours de fermentation accumulé dans le bas de la cuve et à le transvaser dans une seconde cuve. Il est ensuite renvoyé sur le chapeau de marc qui s’est compacté et drainé au fond de la cuve de macération … (Ces opérations peuvent se faire successivement ou partiellement).

Les vins blancs : Ils s’obtiennent en pressant tout simplement les grains séparés de la grappe pour en extraire le jus, comme ça se faisait avant avec le raisin rouge … Depuis la mutation des vignes produisant des fruits blancs, les vins blancs proviennent de cépage blancs ... après une première pression des raisins, le jus est mis douze heures à plus d’une journée au « débourbage », les bourbes étant composées de la pulpe du raisin, des pépins et de la peau obtenus par décantation ou action mécanique … Ce moût part en fermentation par apport de levures transformant les sucres en alcool … on soutire les vins par pompage de la partie claire et liquide situés en haut de la cuve … Les blancs provenant de cépage rouge sont légèrement ambrés et s’appellent « blancs de noirs » …

Les vins rosés : Il ne s’agit pas d’un mélange de vin rouge et de vin blanc … Le procédé est le même que pour le vin rouge, mais en réduisant la durée de macération des pellicules dans le moût … pour limiter la diffusion de la couleur, certains rosés comme ceux de Provence sont élaborés par pressurage direct de la vendange … Ils s’opposent aux rosés dit de saignée plus corsés mais aussi plus colorés par la macération de plusieurs heures …

Les vins effervescents (méthode champenoise) : met en œuvre deux fermentations successives … La première, en tonneau, est identique à celles que subissent les autres vins blancs … cette fermentation terminée, on ajoute des levures et du sucre pour déclencher une seconde fermentation en bouteille … c’est cette seconde fermentation qui donne naissance aux bulles de dioxyde de carbone … (champagne, cava, crémant de Bourgogne, crémant d’Alsace, clairette de die, blanquette de Limoux.)

Les vins liquoreux : ou moelleux … vins blancs d’un jaune soutenu, très sucrés obtenus avec des raisins très murs et très sucrés (vendanges tardives) … en condition climatiques favorables les raisins sont attaqués par un champignon parasite (le botrytis) qui lui fait perdre son eau, concentre ses sucres et ses arômes …

Le vin jaune : élevage d’un vin blanc de Savagnin (cépage venant d’Allemagne, du Jura où il est le cépage-roi et un peu du Haut-Valais)… élevage pendant six ans en fut sous voile de levures spécifiques …

Le madère : La madérisation peut se produire spontanément … Pour le Madère, elle est provoquée en chauffant un vin riche en tanins en présence d’air. Il se produit une oxydation qui donne le goût et la couleur …

Le Xéres : méthode proche du vin jaune … pour l’Oloroso, il est madérisé …

Vins doux naturels : pris pour des vins cuits, il s’agit de vins obtenus par l’adjonction d’alcool pendant la fermentation. Cet ajout d’alcool a pour effet d’arrêter la fermentation alcoolique des sucres. Il reste donc des sucres résiduels qui ne fermentent pas et le vin possède alors la teneur en alcool nécessaire grâce à l’alcool qui a été ajouté …

Origine de la vigne : Il s’agit d’une liane, dont l’origine se situe il y a plus d’un million d’années, qui pousse sur des lisières ou des ripisilves (formations boisées, buissonnantes et herbacées présentent sur les rives d’un cours d’eau) atteignant jusqu’à plusieurs dizaines de mètres de hauteur, qui existait avant l’humanité … La vigne a été cultivée par les plus civilisés des descendants de l’homo sapiens sapiens, rependus dans tout le bassin méditerranéen …

Utilisation du raisin : raisin de table, raisin sec, vinaigre de vin, pekmez (sirop consommé en Turquie), huile de pépin de raisin, le verjus (jus acide provenant de raisin blanc non muri pour vinaigrettes) vin blanc, vin rouge ou rosé, pétillant, champagne, et vins sans alcool … torréfié en succédané de café … le rétinol est un extrait de pépin de raisin employé en cosmétique anti-rides … on peut aussi faire des gelées et des confitures de raisin …

Surface du vignoble mondial : (chiffre 2000) surface totale : 7.886.000 hectares … pourcentage : Europe : 62,7 (France 11,6 ; Italie 11,5 ; Espagne 14,9 ; Asie : 19,2 (Chine 3,3) ; Amérique : 11,9 (États-Unis 5,2 ; Argentine 2,7 ; Chili 2,2 ) Afrique : (Afrique du Sud 1,5) Océanie : 1,9 (Australie 1,8)

Production de vin : mondiale : 276 millions d’hectolitres en 2.000 (Europe 73,1% dont France 20,9% ; Amérique 17,8% …

Exportation : 63 millions d’hectolitres en 2.000 (Italie 27,1% ; France 24% ; Espagne 13,8% ; États-Unis 4,6% ; Australie 4,5% ; Chili 4,2% )

-----

Voici quelques citations d’auteurs qui ont évoqué ce breuvage qui réjouit tant nos palais et nos sens, précieux compagnon de nos repas festifs :

Pour arriver, il faut mettre de l’eau dans son vin jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de vin. (Jules Renard)

L’excès du vin dégrade l’homme, aliène au moins sa raison pour un temps, et l’abrutit à la longue. Mais enfin le goût du vin n’est pas un crime ; il en fait rarement commettre ; il rend l’homme stupide et non pas méchant. (Jean-Jacques Rousseau)

La vérité que l’on trouve dans le vin redevient mensonge dans l’eau claire. (Jean Dypréau)

Dieu n’avait fait que l’eau, mais l’homme a fait le vin. (Victor Hugo)

On ne met pas du vin nouveau dans de vieilles outres. (Saint Luc)

Le vin est fort, le roi est plus fort, les femmes le sont plus encore. (Martin Luther)

Un peu d’amour, c’est comme un peu de bon vin … Trop de l’un ou trop de l’autre rendent un homme malade. (John Steinbeck)

Le vin est un professeur de goût, il est le libérateur de l’esprit et l’illuminateur de l’intelligence. (Paul Claudel)

Le vin est le lait des vieillards. (Platon)

L’emblème de la France, c’était le coq ... C’est aujourd’hui le coq au vin. (Gilbert Cesbron)

Les Français sont si fiers de leurs vins qu’ils ont donné à certaines de leurs villes le nom d’un grand cru. (Oscar Wilde)

Quand le vin est tiré, il faut le boire, surtout s’il est bon. (Marcel Pagnol)

Femmes, vin, jeu et tromperie font la fortune petite et les besoin grands. (Benjamin Franklin)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00......

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

22/04/2011

Ch. 29.10b - Les plaisirs de l'existence : La bière.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afind'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/64......

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.10b – Les plaisirs de l’existence : La bière.

En pillant les gâteaux dans le nid des abeilles, nos ancêtres ont découvert le premier sucrant condensé en miel … Cette substance apportait à leur entité physique un élément énergisant dont ils avaient besoin et que leur organisme exigeait pour les soutenir dans la débauche d'énergie de leur vie sauvage …

Ils ont vite compris que les sucres se transformaient en alcool au contact de l’air et de l’eau et que le breuvage obtenu apportait la joie et le rêve … C’est ainsi qu’ils ont fabriqué l’hydromel, la première boisson enivrante et la découverte de  l’ivresse qui les envahissait quand ils en abusaient ... Depuis les avancées de la science dans le domaine de l'hygiène alimentaire, les nutritionnistes n'ont pas manqué de signaler les effets néfastes de l'abus d'alcool dans nos organismes, tout en reconnaissant les avantages d'un usage limité ...

Comme l’hydromel et peut-être, en même temps que lui, la bière fut vraisemblablement trouvée par accident … une récolte d’orge, trempée de pluie, et abandonnée aurait germé, … les levures présentes dans l’air auraient fermenté et produit les prémices de cette boisson alcoolisée …

La bière a probablement été fabriquée dès les premières cultures de l’orge et de l’épeautre (blé), récolté en Mésopotamie en 8.000 avant J-C. … Quant aux preuves historiques de son existence en tant que céréale cultivée, elles ont été trouvées dans la province de Sumer (Mésopotamie au sud de l’Irak) et remontraient au IV ème millénaire avant J-C … la base de l’alimentation de l’époque, dans ces régions, étant la galette d’épeautre ou d’orge …

Le « sikaru » (traduction : pain liquide) était une boisson fabriquée à partir d’épeautre et d’orge, trempés dans de l’eau qui fermentait après quelques temps … on la corsait aussi de cannelle, de miel ou d’épices … Les Sumériens vénéraient Ninkasi, (La dame qui remplit la bouche), déesse de la bière … on a trouvé deux chansons, la célébrant, gravées sur des tablettes d’argile, en caractère cunéiforme, qui décrit le processus de brassage et les récipients dans lesquels la boisson était servie … Les Chinois fabriquaient la « t’ien tsiou » une bière verte, faible en alcool et une plus forte appelée « tsiou » depuis des temps immémoriaux …

Dans les tombes de hauts fonctionnaires égyptiens, on a retrouvé des fresques révélant que ces peuples fabriquaient aussi des boissons alcoolisées à partir de céréales … Le pharaon Ramses II fut nommé le pharaon brasseur parce qu’il avait édicté des lois réglementant la fabrication de cette boisson légèrement alcoolisée, qui était plus potable que certaines eaux … Les Gallo-Romains la fabriquait pour remplacer le vin dans les régions peu propices à la culture de la vigne … Tout en la consommant, les Grecs et les Romains lui préféraient le vin, à leurs yeux plus noble, parce que rappelant le sang et la vie … Il semblerait cependant qu'ils auraient introduit la bière dans la péninsule ibérique … et de là qu’elle se serait répandue dans toute la Gaule …

La cervoise dont le nom vient de Ceresis vitis ou vigne de Cérès (Cérès étant la déesse des moissons)  était le nom donné à cette boisson avant celui de bière ... que le roi Charles VIII reprit dans son édit de 1489, à l’occasion de l'établissement d'un nouvel impôt … (l’appellation venait du néerlandais « bier »)… Cette boisson, fabriquée avec de l’orge et du méteil (mélange de blé et de seigle), était consommée depuis l’antiquité … parfumée aussi avec des herbes aromatiques comme la menthe … Ce fut la boisson du menu peuple du nord et du nord-est de la France … Ce serait les Gaulois qui ont inventé le tonneau pour la stocker ... et la faisaient fermenter dans un foudre (grand tonneau fixe)  …

L’introduction du houblon dans la bière daterait du XIIe siècle lorsqu’une religieuse bénédictine allemande Hildegarde de Bingen (1099-1179) découvrit les vertus aseptiques et conservatrices du houblon (ainsi que son amertume) permettant à la bière de mieux se conserver … et de remplacer ses autres ajouts gouteux … Avant cette découverte, les Romains croyaient que le houblon suçait la sève des arbres sur lesquels il grimpait, aussi l’appelait-il : lupulus ou petit loup … Quant à son nom scientifique, Humulus lupulus : humulus viendrait du slave « schmeli » désignant l’utilisation du houblon pour la préparation des bières dans le Caucase … En France, le houblon s’appelle aussi Vigne du Nord …et certains auteurs prétendent qu’il s’appellerait « salsepareille » dans certaines régions, (Peyo en aurait fait la boisson préférée des Schtroumpfs) …

Histoire de la bière : En dehors de ses origines perdues dans la nuit des temps, on signalera que, venant de Babylone, les égyptiens de l’antiquité faisaient de la bière une boisson nationale consacrée à Osiris, dieu du Soleil et Isis, déesse de l’orge … D’Égypte, elle se propagera à l’Espagne puis à Rome et à la Grèce … Elle sera la Korma des Gaulois et la cervoise des Celtes (Cérès déesse des moissons) … Charlemagne s’y intéressait beaucoup et encourageait sa production … Les monastères du Moyen-âge en amélioreront les techniques de conservation et d’affinement du goût avec du houblon … En 1435, Jean sans Peur, Duc de Bourgogne imposera l’usage de la bière pour combattre les épidémies, la qualité de l'eau étant douteuse… Les Anglais, les Allemands, les Scandinaves et les pays du nord de l’Europe en feront leur boisson favorite … Depuis la pasteurisation et une hygiène rigoureuse, les levures seront exemptes de bactéries nocives ce qui améliore le goût de la bière et sa pureté … La pils, à fermentation basse (5 à 12 degré), fut élaborée par les Tchèques de le ville de Pilsen vers le xve siècle … Pour garder cette température, on faisait venir de la glace des montagnes qu’on stockaient dans des caves profondes …

Les bières trappistes sont des bières qui sont obligatoirement brassées dans une abbaye par et sous le contrôle de moines trappistes … Elles sont de fermentation haute et doivent respecter les critères définis par L’association Trappiste Internationale et arborer le logo « Autentic trappist product » qui atteste du respect des critères suivants : 1. Fabriqué au sein d’une abbaye trappiste ; 2. Par des moines ou sous leur contrôle  ; 3. L’essentiel des bénéfices doit être consacré à des œuvres à caractère social … (Donc en buvant une trappiste, on se fait plaisir et on fait « une bonne action ») … Seules sept bières au monde, peuvent bénéficier de ce statut : Belgique : en région flamande, la « Westmalle » brassée à Malle (double 7% ; triple 9,5%) ; la « Westvleteren » à Vleteren, limitée à 4800 hectolitres, ce qui fait qu'on se la dispute (blonde 5,8% ; ambrée 8 % ; brune 10,2 %) ;  « l’Achel » à Achel (en pression : blonde 5% ; brune 5% et en bouteille : une triple 8% : une brune 8% et occasionnellement une brune à 9%) ; la « Chimay » à l’abbaye de Notre-Dame de Scourmont (l’ambrée, capsule rouge, 7% ; la triple capsule blanche, 8% ; la brune, capsule bleue, 9% ; la dorée, capsule dorée, 4,8%, réservée comme bière de table à la communauté monastique) ; l’Orval à Orval (teneur en alcool 6,2% ; bière à double fermentation et d’une levure dont les secrets de fabrication sont gardés et préparés par les moines eux-mêmes qui en font une version plus légères réservée à leur usage) la Rochefort brassé à Rochefort (le chiffre mentionné sur la bouteille exprime une ancienne mesure d’alcool de la gravité du moût avant fermentation : « 6 » 7,5 % capsule rouge brassée occasionnellement ; « 8 » 9,2% capsule verte ; « 10 » 11,3% capsule bleue) ; enfin , il existe une bière trappiste aux Pays-Bas qui porte le nom de « la Trappe » brassée à l’abbaye Onze-Lieve-Vrouw van Koningshoeven près de Tilburg (Cinq versions : la « Blond » 6,5 % ; la « Dubbel » 7% ; la »Tripel » 8% ;la « Quadrupel » 10% brune et la « Witte Trappist » 5,5% blanche) …

Fabrication de la bière : La bière n’était dans le passé, avant les techniques industrielles actuelles, qu’une boisson alcoolisée peu claire et plus proche d’une soupe que du breuvage lumineux coiffé de mousse blanche que nous dégustons maintenant… Nous la buvons dans des verres spécialement étudiés pour tirer de ses couleurs blondes ou ambrées les plus agréables effets … En la présentant dans des verres aux formes harmonieuses, artistiquement décorés d’appellations évocatrices du terroir, les brasseurs nous mettent « l’eau à la bouche » … Ils s’ingénient à affiner leurs techniques de fabrication et s’imposent des règles d’hygiène rigoureuses, surtout quant à la qualité de l’eau qui intervient pour 80 à 90 % de sa composition …

En ce qui concerne les bières de terroir, il faut mentionner, quant à son originalité, celles de la vallée bruxelloise de la Senne, le Lambic, bière de fermentation spontanée … qui est « plate », acide, ne mousse pas et ne pétille pas et titre 5% d’alcool … elle sert de base au « Faro » par ajout de sucre roux qui provoque une seconde fermentation ; à la « Kriek » bière fermentée avec des cerises acides (cerises de Schaerbeek) variété de griottes cultivées dans les environs de Bruxelles … pour atténuer l’acidité du breuvage que seuls apprécient les connaisseurs, les brasseurs bruxellois ajoutent du sucre ou diminuent le temps de fermentation en utilisant du jus de cerise à la place des fruits ... Il faut surtout mentionner la Gueuze ou Gueuze-Lambic, dont la célèbre "Mort Subite", qui est un assemblage de lambics jeunes et vieux, mélangés, subissant une seconde fermentation (Il y a souvent confusion entre gueuze et lambic qui sont pris l'un pour l'autre) ; Les brasseurs ont aussi créé la Framboise, à base de lambic dans lequel on fait fermenter le fruit entier de la framboise, la peau contribuant à la fermentation pendant 6 à 12 mois, une seconde fermentation a lieu après mélange avec différents lambics …

Bières spéciales : le « Stout » est une bière brassée à partir d’un moût caractérisé par sa teneur en grains hautement torréfiés, de là sa couleur foncée … qui est devenue une spécialité irlandaise … La « Guiness » est le stout le plus répandu dans le monde … Depuis quelques années, sont apparues sur le marché des Bières Blanches dont l’origine est Hoegaarden, en Flandre, qui en produisaient déjà au XIVe siècle … Ce sont des bières de fermentation haute contenant du froment non malté, non filtrées ce qui leur donne cet aspect laiteux qui est à l’origine de leur nom …

Consommation de bière en litre par an, pays et habitant : Allemagne : 161,5 ; Tchéquie : 157 ; Irlande 141,2 ; Autriche 110,6 ; Luxembourg 101,6 ; Royaume-Uni 101,5 ; Danemark 96,2 ; Belgique 96,2 ; Australie 91,5 ; Slovaquie 88,4 ; Venezuela 82,1 ; États-Unis 81,6 ; Finlande 80,2 ; Pologne 79 ; Pays-Bas 78,7 ; Estonie 75 ; Nouvelle-Zélande 72,8 ; Hongrie 72,2 ; Canada 67,5 ; Suisse 58,2 ; Norvège 50,5 ; Brésil 49,7 ; France : 35,4 ;

-----

Pour terminer, voici l’avis quelques auteurs qui n’on pas manqué de célébrer cette boisson alcoolisée agréable qui est probablement la plus consommée au monde, qui réjouit l’esprit et le cœur jusqu’à l’ivresse, dangereuse pour la santé morale et intellectuelle des individus si elle est consommée sans modération

Le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression. (Alphonse Allais)

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. (Benjamin Franklin)

Bien sûr que je suis de gauche ! Je mange de la choucroute et je bois de la bière. (Jacques Chirac)

Ce qui me turlupine, c’est d’être mis en bière sans alcool … surtout en cas de mort subite ! (Bruno Masure)

Donne un poisson à un homme et il mangera une journée. Apprend à un homme à pêcher et il passera ses journées dans une barque à boire de la bière. (Marie-Lyse Aston)

Je suis un buveur occasionnel, le genre de type qui sort boire une bière et qui se réveille à Singapour avec une barbe. (Raymond Chandler)

La bière anglaise est ce qui a été fabriqué de mieux pour imiter la pisse. (Michel Heyns)

La cuisine anglaise : si c’est froid, c’est de la soupe. Si c’est chaud, c’est de la bière ! (proverbe français)

On peut juger un peuple d’après son café, ses cigarettes, sa bière … (Michel Beaulieu)

La philosophie et la bière c’est la même chose, consommées, elles modifient toutes les perceptions que nous avons du monde. (Dominique-Joël Beaupré)

L’avoine fait le cheval, la bière le héros, et l’or le gentilhomme. (Proverbe tchèque)

C’est pas les frites qui font grossir, c’est la bière qu’on boit avec ; c’est pas l’amour qui fait souffrir c’est la femme qu’on prend avec. (Raymond Chandler)

------

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00......

-----

 

 

15/04/2011

Ch. 29.10a - Les plaisirs de l'existence : le 1er enivrant, l'hydromel.

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.10a - Les plaisirs de l’existence : le premier enivrant, l’hydromel.

Nous avons, précédemment, évoqué les différentes facultés dont les êtres vivants se sont dotés progressivement pour réaliser les performances que nous, les humains, situés en bout de chaîne, réalisons jusqu’à en arriver à dominer et transformer la matière, au risque de n’être plus capable de maîtriser un emballement qui pourrait la détruire ...

Nous nous sommes aussi intéressés à notre environnement immédiat, que nous avons soumis à nos exigences de confort et à la réalisation de nos projets d’exploration de l’espace ainsi qu’à l’augmentation de nos connaissances …

Comme chez tous les êtres vivants, la sélection développa les organes assurant les fonctions vitales pour se maintenir un certain temps ainsi que celles de la reproduction pour se perpétuer ... La sélection favorisa les performances d'adaptation aux exigences du milieu, avec la particularité qu'en bout de chaîne cette nécessité physique fut supplantée par le cérébral chez l'humain ... avec le développement de la pensée et ses caractérisques agéables que nous définirons sous le vocable générique du plaisir, qu'il soit affectif, physique ou cérébral ...

Nous réserverons la sexualité pour la fin de notre étude dans l’intention d’en faire l’essentiel de nos conclusions … parce qu’elle est le rouage fondamental de la vie, la raison de ce que nous sommes devenus et pour laquelle nous, les humains intellectuels civilisés, avons créé le beau concept de l’amour dans toute ses grandioses dimensions … : sensuelles, imaginaires, poétiques, et … spirituelles …

Les premiers humanoïdes, dans les brumes de leur intelligence naissante, ont découvert le plaisir par l’exercice de leurs fonctions vitales : manger, boire, dormir, se reproduire … Vraisemblablement par accident, en absorbant une boisson oubliée qui s’était mise à fermenter, ils ont découvert l’ivresse qu’ ils ont cherché à retrouver en reproduisant ce breuvage fermenté qui les plongeait dans une agréable euphorie … La potion, plus drogue que saine boisson les mettaient souvent en danger de mort … Aussi, leurs sorciers ne manquaient-ils pas de s’en servir pour augmenter leur pouvoir, tout en se protégeant avec des plantes vomitives prises après leur démonstration …

La plus vieille boisson alcoolisée, avant que l’homme n’ait découvert la bière et le vin, fut, sans conteste, l’hydromel produit à partir de miel, ce nectar sucré des fleurs, récolté par les abeilles. … Allongé d’eau et abandonné à l’air, les sucres du miel se transforment en alcool … Nos premiers ancêtres en ont fait une boisson incantatoire venue des dieux qui les mettaient en état de transes …

On retrouve mention de cette boisson « divine » dans les mythologies anciennes … La Babylone antique du troisième millénaire avant notre ère la fabriquait déjà … C’était la boisson des habitants de l’Olympe en Grèce … que les Grecs appelaient la « boisson des dieux », favorable à leurs ébats amoureux … Breuvage sacré aussi dans la mythologie germanique … Les Celtes et les Francs buvaient de l’hydromel … les druides en faisaient leur boisson de cérémonie incantatoire … Les Vikings en parlent dans leur « sagas » et en boivent dans des crânes de leurs ennemis …

Un papyrus de l’Égypte antique, remontant au 17ème siècle avant Jésus-Christ, déchiffré par l’Anglais Edwin Smith, préconisait l’emploi de miel et de pain moisi contre les infections (était-ce déjà une utilisation de la moisissure provenant d’un champignon Penicillium notatum dont on sort la pénicilline ?) … La traduction de ce papyrus nous révèle les connaissances en médecine et pharmacopée de l’Égypte antique qui suppose un savoir étonnant pour l’époque : … en anatomie, traitement des traumatismes et de nombreuses affections médicales … mention également d'actes chirurgicaux comme la suture des plaies thoraciques, … connaissances importantes dans des domaines divers comme l'étude des méninges, des os du crâne, de la surface externe du cortex cérébral, du liquide céphalo-rachidien et de la pulsation intracrânienne … sont traités aussi : le cœur (liaison avec les vaisseaux sanguins), le système digestif (rate, foie, …) et le système diurétique (reins, uretères, vessie) …

En Bretagne, on boit encore le « Chouchen » ou « mez » fabriqué à partir de miel de sarrasin, à la couleur très foncée et au goût prononcé … la fermentation est déclenchée avec du jus de pomme ou de la levure de bière … Cette boisson titre environ 14° … et est comparable à l’hydromel … On boit le Chouchen bien frais mais sans glaçons en apéritif avec le melon et avec le foie gras, … et en hiver comme un vin cuit … On le trouve en Bretagne dans toutes les grandes surfaces …

En dehors de l’hydromel, d’appellation contrôlée, qui ne peut être fabriqué qu’à partir de miel et d’eau, il existe une variété importante de boissons à base de miel : Braggot (bière de miel brassée avec du miel et du houblon ou du malt ; Black mead (bière noire, miel et cassis) ; Morat (miel et mures) ; Mulsum (miel et vin fort alcoolisé) ; Omphacomel (miel et verjus, jus de raisin n’ayant pas muri) ; Oxymel (miel et vinaigre de vin) ; Neu Met (hydromel pétillant et acidulé

Quant à l’origine : le Mjöd est scandinave (parfumé à la reine des près) ; les polonais l’appellent Czworniak, Trójniak, Dwójniak ou Póltorak, suivant le dosage de miel et d’eau ; le Chufere est breton et brassé à partir de miel et de cidre ; le Sima est finlandais, agrémenté de citron ; le T’edj est éthiopien ; le Gverc est croate et corsé d’épices ; Le Medica est slovène ; Le Medovina est tchèque, serbe, croate, bulgare et slovaque ; le Medovukka est une variante slave.

L’expression « Lune de miel », traduite de l’anglais « honneymoon » aurait pour origine une ancienne tradition germanique, dont l’origine serait babylonienne, qui imposerait aux jeunes mariés l’obligation de ne boire que de l’hydromel dans les 30 jours suivant la cérémonie de mariage …

Le miel est une substance produite par l’abeille qui la stocke dans sa ruche en provision pour l’hiver ou en période de sècheresse … mais surtout pour alimenter ses larves … Cette matière ou nectar est récoltée par les abeilles butineuses qui la prélève sur les plantes à fleurs (angiospermes) et la conserve provisoirement dans leur jabot, pendant leur retour à la ruche, ces ouvrières fabriquent une enzyme qui produit une réaction chimique transformant le nectar en glucose et fructose … … Dans la ruche, une ouvrière qui a une fonction de « receveuse » régurgitera et ré-ingurgitera cette matière riche en eau, en la mêlant à de la salive et à des sucs digestifs, ce qui a pour effet de transformer les sucres qui sont alors stockés dans les alvéoles hexagonales de la ruche que des ouvrières ventileuses déshydrateront pour en obtenir une matière onctueuse et épaisse dont la teneur en eau tombe à moins de 18 % …

Quant au miellat, c’est un liquide épais et visqueux, constitué par les excréments liquides, riches en sucre et acides aminés des pucerons ou des cochenilles, … les abeilles et les fourmis le récoltent en flattant les pucerons avec leurs antennes ce qui a pour effet de leur faire produire des excréments riches en sucre, que les abeilles recueillent et transfèrent dans leur jabot … Ne soyons nullement dégoutés à la pensée que ce miel est produit avec des excréments de pucerons, transformés par les abeilles après plusieurs déglutitions, les imprégnant de salive et de sucs digestifs …. Les anglo-saxons en sont très friands et l’appellent « honeydew » ou rosée de miel … (plus poétique qu’excrément de pucerons)

Un scientifique, Bern Heinrich, a calculé que pour produire 500 grammes de miel, les abeilles effectuent plus de 17.000 voyages, visitent 8.700.000 fleurs, représentant 7.000 heures de travail …

L’apiculture est l’art d’élever les abeilles pour en récolter le miel … Très tôt, les hommes ont capturé des essaims pour les loger dans des ruches de paille … Le miel était consommé avec la cire ou était récolté par pressage des alvéoles pour en retirer une matière grossière… Ce n’est qu’aux environs de 1800 que François Huber mit au point une ruche avec cadres mobiles et, en 1858, que Mehring créa les cellules hexagonales de feuilles gaufrées qui sont mises à la disposition des abeilles dans les ruches artificielles … En 1865, Hruschka inventa l’extracteur centrifuge, permettant l’extraction parfaite d’un miel pur et la récupération des cadres …

Jaques Brel a célébré l’hydromel dans sa chanson « Jacky » :

Même si je me soûle à l’hydromel

Pour mieux parler de virilité

A des mémères décorées

Comme des arbres de Noël.

-----

 

Pour terminer cette étude sur les premières boissons d'ivresse qui ont mis de la joie dans le cœur des hommes, je vais appeler à la « barre » ses plus fervents défenseurs qui ne manqueront pas de célébrer ses vertus euphoriques ... et louanger ce nectar des fleurs que récoltent les abeilles ...

L’effet de l’ivresse est d’abord d’abolir les scrupules du sentiment. (Alain)

Allons ! Vive l’amour que l’ivresse accompagne ! (Alfred de Musset)

L’ivresse est la seule forme sous laquelle les hommes sans culture peuvent concevoir l’idéal. (Ernest Renan)

Il y a l’amertume du bonheur comme il y a l’ivresse de la souffrance. (Alfred Capus)

L’ivresse, c’est le dérèglement de tous les sens. (Arthur Rimbaud)

La question est de savoir si nous devons garder plus de rancune aux femmes des peines qu’elles nous auront faites ou plus de reconnaissance des ivresses qu’elles nous aurons prodiguées. (Georges Courteline)

L’horreur de l’homme pour la réalité lui a fait trouver ces trois échappatoires : l’ivresse, l’amour, le travail. (Edmond et Jules de Goncourt)

La jeunesse est une ivresse sans vin et la vieillesse un vin sans ivresse. (Proverbe persan)

Il faut être toujours ivre. Pour ne pas sentir l’horrible fardeau du temps qui brise vos épaules, il faut s’enivrer sans trêve. Du vin, de poésie ou de vertu, à votre guise. Mais enivrez-vous ! (Charles Baudelaire)

Si la vérité ne vous enivre pas, n’en parlez point. (Julien Green)

Nous sommes les abeilles de l’Univers. Nous butinons éperdument le miel du visible pour l’accumuler dans la grande ruche de l’invisible. (Rainer Maria Rilke)

La lune de miel est finie quand le mari cesse d’aider sa femme à faire la vaisselle et qu’il la fait tout seul. (Robert Rocca)

La vertu accouplée à la beauté, c’est le miel servant de sauce au sucre. (William Shakespeare)

La vie est une fleur. L’amour en est le miel. (Victor Hugo)

Quand tu lances la flèche de la vérité trempe la pointe dans du miel (Proverbe arabe)

Les mots sont comme les abeilles : ils ont le miel et l’aiguillon. (Proverbe suisse)

Bouche de miel, cœur de fiel. (Proverbe touareg)

Pourquoi le poison quand on peut tuer avec du miel. (Proverbe serbo-croate)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

 

-----

 


08/04/2011

Ch. 29.9o - Nos moyens sensoriels : Le Goût.

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.9o - Nos moyens sensoriels : le goût.

Pour terminer l’étude de nos cinq sens, nous nous interrogerons sur le dernier, le goût, qui est complémentaire à l’odorat et qui n’existe pas chez les animaux marins non mammifères

Les insectes reconnaissent les goûts grâce à des récepteurs (chémorécepteurs) situés à l’intérieur des soies de leurs pattes et de leurs pièces buccales … Quant aux substances chimique, elles seront détectées par les soies olfactives dont leurs antennes son pourvues …

Chez l’homme, la réception des sensations de goût et d’odeur se localisent dans le bas du lobe frontal du cerveau, appelée la zone corticale … Quant aux cellules sensorielles spécialisées de la gustation, elles sont regroupées dans les bourgeons gustatifs (environ 4.000) localisés sur la langue (75%) et le reste sur le palais, le pharynx et même sur la partie supérieure de l’œsophage …

Longtemps, on a considéré que nous disposions de quatre types de récepteur sensoriels du goût, … celui du sucré (comme le saccharose), … du salé (comme le chlorure de sodium), … de l’amer (comme la quinine), … de l’acide (comme le citron) … A ces quatre-là est venu s’ajouter (reconnu officiellement en 1980) l’umami (traduction du japonais : savoureux ou délicieux), découvert en 1908, par le japonais Kikunae Ikeda dans un bouillon d’algues Kombu, cultivées principalement à Hokkaido dont sont aussi friands les Coréens et les Chinois … Il s’agit d’une saveur particulière que l’on trouve dans les bouillons de viandes, les fromages, les champignons, le thé vert et dans la cuisine asiatique … Les algues Kombu permettent la confection des Kimbab coréens (rouleaux d’algues séchées fourrés de riz cuit garnis de différents ingrédients) ; quant aux japonais ces algues entrent dans la préparation du dashi (bouillon d’algues et de bonites (petits poissons séchés) …

On ne peut pas parler du goût sans faire mention des substances qui l’enrichissent en soulignant certaines saveurs ou les accompagnant agréablement … certaines cependant peuvent avoir des effets néfastes sur la santé (ulcères, hypercholestérolémie, dérèglements gastro-intestinaux) …

Ainsi, certaines matières grasses sont responsables de problèmes cardiaques dus à la présence dans les artères de dépôts lipidiques, obstruant la circulation sanguine pouvant entraîner de graves accidents et même la mort … En cause les acides gras saturés … Voir ci-après un tableau des principales matières grasses avec leur composition en % … des acides gras saturés (AGS), … des mono-insaturés (AGMI) … et polyinsaturés (AGPI)… publié par le répertoire général des aliments, Lavoisier-Tec et Doc (Ed, Paris) :

Huile d’arachide (AGS 21-AGMI 47-AGPI 32) ; Huile d’olive (AGS 15-AGMI 76-AGPI 9) ; Huile de tournesol (AGS 11-AGMI 24-AGPI 65) ; Huile de maïs (AGS 13-AGMI 27-AGPI 60) ; Huile de pépin de raisin (AGS13-AGMI 16-AGPI 71) ; Huile de noix (AGS 10-AGMI 18-AGPI 72) ; Huile de colza (AGS 8- AGMI 62-AGPI 31) ; La végétaline, matière grasse de cuisson hydrogénée pour la durcir (AGS 99-AGMI 0-AGPI 0) ; Le Beurre (AGS 67-AGMI 30-AGPI 3) ; Le saindoux (AGS 50-AGMI 42-AGPI 8) ; Margarine de tournesol (AGS 18-AGMI 32-AGPI 50) ; Margarine allégée (AGS 32-AGMI 21-AGPI 43) …

Les acides gras sont des chaînes d’atomes de carbone en général de 18 liaisons … si l’acide gras n’a pas de double liaison, à l’intérieur de la chaîne, il est appelé « saturé » … par contre s’il a une double liaison, il sera appelé « mono-insaturé » et s’il comporte plusieurs doubles liaisons, il sera « polyinsaturé »

C’est l’origine animale des graisses qui les rangent dans le groupe des acides gras saturés, comme le beurre, le lait, la viande surtout de porc, les jaunes d’œufs … Ils sont responsables des problèmes cardio-vasculaires rencontrés chez les individus sédentaires ou prédisposés par hérédité …

Voici d’ailleurs une liste exemplative d’aliments avec leur teneur en cholestérol (milligrammes par 100 grammes) : Cervelle de veau (2200) ; jaune d’œuf (1560) ; rognon de mouton ou de veau (380) ; rognon de porc (365) ; foie de porc (340) ; foie de veau (314) ; foie de bœuf (265) ; beurre (260) ; ris de veau (225) ; crème (124) ; poulet (90 à 100) ; fromage (50 à 100) ; veau (84) ; merlan (77) ; bœuf (67) ; poisson (60 à 70) ;

Mais attention, comme rien n’est simple, L’hypercholestérolémie n’est pas une maladie, tout au plus une tendance à former dans les artères des athéromes (du grec athêrôma … loupe de matières graisseuse) qui compliquent l’artériosclérose ou épaississement des artères dû au vieillissement, contribuant à une obstruction des artères ou thrombose … Ces athéromes résultent d’une alimentation trop riches en acide gras insaturés (voir plus haut) … La seule façon de les équilibrer, voir les diminuer, est de se contraindre à une hygiène de vie alimentaire qui exclue les acides gras saturé et impose un minimum d’activité physiques soutenues (30 minutes par jour) pour contribuer à les dépenser … La prise de médicaments comme le clopidogrel (Plavix) associés à l’aspirine n’ont comme effet que de fluidifier le sang pour diminuer le risque de caillots obstruant, cause d’infarctus …

Je parle en connaissance de cause ayant subi deux infarctus cardiaques et un cérébral avec hémianopsie (perte totale de la moitié du champ visuel) ce qui rend la lecture particulièrement difficile, … Je dois déchiffrer les textes, mot à mot en suivant avec le doigt, comme un enfant … grâce au traitement de texte de mon portable et l’usage de la souris, l’opération est grandement facilitée … et me permet un contrôle de certains mots dont j’ai perdu l’automatisme orthographique … la vision tronquée rend aussi très difficiles les accords grammaticaux dans des textes longs …

Malgré tout, avec un peu d’ingéniosité et beaucoup de patience, je suis devenu un octogénaire performant qui exploite beaucoup ces outils merveilleux que sont devenus le traitement de textes et l’outil incroyable de collecte de données documentaires dont nous disposons avec internet … C’est dans ces conditions que je réalise le présent travail depuis une douzaine d’années …

Cet octogénaire performant l’est aussi parce qu’il s’impose une hygiène alimentaire appropriée à un problème de dépôts lipidiques dans ses artères, qu’il associe à une heure d’exercices physiques soutenus, (gymnastique, automassage et marche rapide) débutant le matin par une douche-friction glacée d’abord, la plus chaude supportable ensuite … Ce régime spartiate le gratifie d’une forme performante pour la journée …

A titre documentaire, voila ce régime alimentaire : matin (yaourt maigre, une pomme et une orange) ; midi (beaucoup de légumes cuits dans leur jus et minimum de matières grasses, volaille grillée ou poisson, une pomme de terre au micro-onde ou riz ou un peu de pâtes) ; le soir trois tranches de pain complet accompagnant un mélange passé au micro-onde pendant une minute, d’une tomate, d’une petite dizaine d’olives, d’une poignée de carotte râpée et d’un oignon frais en tige, coupé finement … Cependant, quand l’occasion se présente, je ne manque pas de profiter d’un « bon gueuleton » sans aucune retenue … C’est indispensable pour garder le corps en état de défense envers les agressions alimentaires … quelles qu’elles soient …

Les nutritionnistes et le corps médical place l’huile d’olive au sommet des matières grasses favorables au développement du bon cholestérol, aussi J’arrose le tout d’une bonne rasade (trois à quatre cuillères à soupe) d’une sauce à base d’huile d’olive que j’ai agrémentée de diverses vinaigrettes ou sauces vendues dans le commerce … C’est délicieux …

Pour ne rien vous cacher, la dernière de mes « misères », vaincue également : Depuis toujours j’ai hérité d’une hernie hiatale qui me fait ruminer la nourriture comme un bovin … Quand on est jeune ce n’est pas très gênant … mais depuis une quinzaine d’années, ça me réveillait d’aigreurs douloureuses toutes les nuits vers trois heures du matin … La « faculté » me prescrivit un médicament à prendre une demie heure avant le repas du soir … Depuis que j’ai découvert les vertus du thé vert complet (quatre sachets de thé Lipton clear green citrus qui macèrent toute la journée dans un thermo de deux litres) dont je fais ma boisson favorite, les aigreurs disparaissent presqu’instantanément s’ils leur arrivent encore de se manifester …

-----

Voici quelques dictons ou propos d’auteurs célèbres qui n’ont pas manqué de souligner cette faculté si précieuse qui rend la vie plus agréable et que les hommes se sont ingéniés à exploiter afin d'en sortir le maximum de raffinement pour le palais et l’esprit …

Ceux à qui le monde n’apparaît pas à leur goût, je leur conseille de ne pas tâcher de changer le monde mais de changer leur goût. (Jean Dubuffet)

La nature donne le génie ; la société, l’esprit ; les études, le goût. (Charles-Augustin Sainte-Beuve)

On le répète à l’école : « La vanité est le plat des sots. » Mais les sages aussi condescendent à y goûter de temps en temps. (Jonathan Swift)

Le style se juge comme le vin : il suffit d’avoir du goût. (Claude Aveline)

Le snobisme ne donne pas le goût mais il supplée au manque d’opinion. (Alfred Capus)

J’ai les goûts les plus simples du monde, je me contente du meilleur. (Oscar Wilde)

La meilleure odeur est celle du pain, le meilleur goût, celui du sel, le meilleur amour, celui des enfants. (Graham Greene)

Le bonheur est toujours à la portée de celui qui sait le goûter. (François de La Rochefoucauld)

Le goût est le bon sens du génie. (François René de Chateaubriand)

Ce qu’il y a d’enivrant dans le mauvais goût, c’est le plaisir aristocratique de déplaire. (Charles Baudelaire)

Entre le bon sens et le bon goût, il y a la différence de la cause à son effet. (Jean de La Bruyère)

Le goût est l’ennemi de la créativité. (Pablo Picasso)

Le goût, c’est la mort de l’art. (Edgar Degas)

Je suis partagé entre un goût pour les faits et un goût pour l'effet.  (Louis Scutenaire)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-----

 

 

 

 

01/04/2011

Ch. 29.9n - Nos moyens sensoriels : l'ouïe

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  :  http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.9n  -  Nos moyens sensoriels : l'ouïe

 

Après l'odorat qui est une fonction permettant de décoder les messages olfactifs qui sont émis par presque tous les corps, avec des longueurs d'onde particulières pour chacun, nous allons nous interroger sur une autre faculté dont nous disposons qui est celle de percevoir par l’ouïe les sons émis par la friction interne ou externe de presque tous les corps en mouvement, produisant des ondes sonores dans leur milieu aérien ou marin … Arrivés à un certain degré de leur évolution, la plupart des êtres vivants sont dotés de moyens propres à l’émission de sons … qui seront perçus par le système auditif de l’entourage qui peut les « entendre » ou les «écouter » …

L’ouïe est la faculté la plus importante de l’être humain qui a atteint le degré de civilisation le plus avancé … En effet, c’est l’ouïe qui a permis, dans les premiers temps de son histoire, à l’homme de s’appeler ou s’interpeler… et d’accompagner ses gestes de sons pour accentuer et préciser ses messages … Un vocabulaire se mit en place pour suppléer à la pauvreté des gestes … L’organe vocal se perfectionna pour affiner la production des sons, jusqu’à en arriver à la virtuosité des grands chanteurs et cantatrices qui réalisent, dans le domaine, des prouesses vocales étonnantes …

Cette nécessité de communiquer provoqua chez l’humain une mutation importante de son pharynx et de son larynx qui s’adaptèrent aux exigences d’une locution rapide et performante pour produire ce que nous nommons la parole … De rudimentaire, celle-ci devint d’autant plus évoluée que l’intelligence se développa et que des concepts immatériels se créèrent pour préciser ce que l’imagination et la fantaisie de certains trouvaient.

Le stade suivant s’imposait de lui-même : l’écriture et ses supports … L’homo évolué s’ingénia à créer des signes qu’il gravait sur des pierres plates et sur les supports (parchemins ou papyrus) faits de peaux de bêtes, écorces d’arbres, planchettes de bois, … les signes étant gravés ou brûlés, … jusqu’à l’invention de la pâte à papier par les Chinois en l’an 8 avant J-C, fabriquée à partir de fibres végétales désintégrées dans de l’eau et mise à sécher sur des claires-voies … La première forme d’écriture connue fut la cunéiforme (coins dans de l’argile produits avec un roseau ou bâtonnet taillé pour former des signes) de l’Empire Sumérien (3300 avant J-C) … Avant cela des traces significatives de foyers de civilisation agricole ou de développement urbain furent découvertes, datant d’environ 5300 ans avant J-C, qui utilisaient des sortes de sceaux personnels pressés sur de la glaise comme attestation de la valeur d’un échange … Les tracés relevés dans les grottes attestent aussi d’une première forme, sans doute incantatoire, de manifestations « écrites » des premiers humanoïdes …

L’écriture idéographique et alphabétique et le livre manuscrit, ensuite imprimé, s’imposa jusqu’à nos jours qui verra l’explosion des moyens informatiques de transmission des donnée, ouvrant de larges horizons à la divulgation des connaissances humaines … Certains auteurs prétendent que le langage est une fonction naturelle développée par l’homme, alors que l’écriture n’est qu’aléatoire et forcée par l’éducation scolaire, contrariant son épanouissement naturel … Il est possible qu’avec leur développement foudroyant, les tablettes informatiques tactiles supplanteront, dans le futur, l’écriture alourdie par ses contraintes grammaticales et orthographiques ; … des signes courts empruntés à la géométrie permettant des constructions sophistiquées remplaçeraient l’imprécision des mots, construits conventionnellement à partir d’un alphabet ou d’idéogrammes …

La parole et le chant résultent de modulations de sons qui expriment des pensées ou des accords mélodieux que le cerveau émet et traduit soit en concepts cohérents d’idées … soit en constructions mélodiques propres à procurer une sensation de plaisir cérébral … En musique, l’homme a inventé des instruments performants qui produisent une gamme étendue de sons que les membres d’un orchestre combineront pour créer des œuvres phoniques remarquablement mélodieuses … La finesse d’audition pour l’oreille attentive et éduquée est telle qu’elle en percevra toutes les nuances … quelles que soient l’importance et le nombres d’instruments mis en œuvre …

Le son peut être dérangeant ou harmonieux … S’il est harmonieux (musique ou produit, dans certains cas, par la nature ou l’homme) il fera partie des plaisirs de la vie … et procurera au subconscient des sentiments de bien-être et de jouissances … Par contre, si le bruit provient surtout de vibrations sonores dérangeantes : il sera court et intense (déflagration, détonation, explosion) ; fort et prolongé (fracas, hurlement, vocifération) de groupe (boucan, brouhaha, chahut, tapage) … ou aussi particulier à l’émetteur (clapotage, crépitation, babil, pépiement, ronronnement, souffle, cri, gémissement, grognement, ronflement …)

L’échelle des bruits se mesure en décibels (dB) (mesure du son, le bel –de son inventeur Alexandre Graham Bell – exprime la puissance du son), ainsi le son inaudible par l’homme et audible par certains animaux mesure -10 dB ; dans le laboratoire d’acoustique, il est de 0 dB ; dans une conversation à voix basse à 1,50 m., il mesure 25 dB ; en chambre à coucher silencieuse 30 dB ; en appartement normal 45 dB ; en conversation normale 60 dB ; dans une rue à gros trafic 70 dB ; avec un aspirateur 75 dB ;les aboiements d’un chien seront de 80 dB ; avec la tondeuse à gazon à essence de 90 dB ; quant au niveau sonore maximal autorisé dans les discothèques, il est de 105 dB ; enfin au haut de l’échelle, il atteindra les 120 dB à quelques mètres d’un réacteur d’avion et … dans un concert de rock en plein air, on atteindra aussi les 120 dB … (sic)

Notre époque connaît l’obsession du bruit, … nouveau mal, qui n’affectait, de mon temps, que les déséquilibrés … Maintenant, on parle de « nuisances sonores » … tout le monde en souffre, … Pourtant, la plupart, surtout les jeunes, oreillettes vissées au tympan, se bourrent la tête de sons démentiels … les décibels les plus élevés sont l’apanage privilégié des concerts de rock … atteignant le même niveau de bruit que les réacteurs d’avion ! … (Voir plus haut l’échelle des bruits)

J’ai passé la plus grosse partie de mon existence dans un bureau voisin du « hall moteur » d’un centre de recherches qui y testait la qualité des huiles lubrifiant les pistons des moteurs … Ces « moteurs au banc », couplés à un frein-moteur électrique étaient programmés pour subir les contraintes les plus extrêmes et les plus variées … Je ne vous décris pas le « hurlement » brutal sorti de temps à autres par ces engins … avec, en permanence, un bruit de fond lancinant mais bruyant du « bof-bof-bof » des moteurs diesels, eux aussi de temps en temps en transe … On ne s'en plaignait pourtant pas alors (1956 à 1975), ... ça faisait partie des aléas du métier… Je n’ai pas connaissance de problèmes médicaux dont aurait souffert le personnel … Chef du personnel, j’étais pourtant bien placé pour recevoir les plaintes … Par la suite, plus tard en 1975, avec la pression des comités de sécurité et hygiène, les installations furent pourvues de hall insonorisés pour les techniciens de surveillance … mais ne changeait pas grand-chose aux nuisances sonores des autres …

Comme en tout, il faut mesure garder … Loin de moi de critiquer ceux qui en souffrent, et ils sont de plus en plus nombreux … La meilleure solution et la plus efficace est d’arriver à une maîtrise du subconscient qui est, ici surtout, en cause … en y introduisant un réflexe de défense éliminant les sources d’inconfort psychique … (c’est une faculté que j’exploite personnellement au quotidien) … L’exercice est difficile, quand l’obsession s’est installée, mais il vaut la peine d’être tenté avec patience et obstination … Nous vivons une époque de « bien-être » dans laquelle nous n’acceptons plus les inconforts et les nuisances d’où qu’elles viennent en perdant de vue l’adage connu : « La liberté de chacun s’arrête où commence la liberté des autres » … concept indispensable dans une vie en communs ...

L’acoustique est une branche de la physique qui étudie les sons et les ondes mécaniques … Les ondes sonores se propagent à partir de « l’émetteur » qui les produit, … et se propagent suivant la disposition des corps qu’ils rencontrent … Depuis l’antiquité, les hommes cherchant à atteindre le plus grand nombre « d’auditeurs » ont créé des lieux favorables à la propagation des sons … Ainsi l’acoustique du théâtre d’Épidaure en Grèce est renommé pour la qualité de son acoustique … Le moindre son (chuchotement, chute d’une pièce de monnaie, allumette craquée) produit au centre de la scène , situé à 58 mètres des derniers gradins, à une hauteur de 22,50 mètres, se propage jusqu’aux rangées supérieures … Empirique dans le passé, elle est devenue une science approfondie de l’étude des sons et des ondes mécaniques par des spécialistes qui font appel, entre autres, aux phénomènes ondulatoires (étude des ondes) et à la mécanique vibratoire …

La phonation est la production de sons ou « phones » propre à la langue parlée … L’homme produit un son en chassant l’air dans son conduit vocal … le canal vocal s’étend de la glotte jusqu’aux lèvres et aux narines … Le souffle pulmonaire traverse ce canal et peut emprunter trois conduits provenant soit de la cavité gutturale, soit de la cavité buccale ou de la cavité nasale … Si le voile du palais se relève et ferme l’accès aux fosses nasales, il est alors gutturo-buccal (gosier et bouche) et s’il s’abaisse, empêchant l’expiration par la bouche, le canal vocal est gutturo-nasal … Le souffle sonore qui est produit résonne dans le canal vocal qu’il a emprunté et se charge d’harmonique (son musical) qui permet aux chanteurs d’affiner la qualité harmonieuse des sons produits en utilisant toutes les possibilités de les moduler que le système respiratoire lui fournit en se servant de la bouche, de la langue, des joues, du nez , de la gorge et des poumons …

Quant à la linguistique, elle se consacre à l’étude du langage humain … Elle se distingue de la grammaire qui se charge des normes de fonctionnement d’une langue, tandis que la linguistique se charge de différents domaines tels : la phonétique (étude des sons) ; la phonologie (étude de l’organisation des mots) ; la morphologie linguistique (étudie la structure interne des mots) ; la syntaxe (étudie comment les mots se combinent pour former des phrases) la sémantique (étudie le sens des mots et des énoncés) ; la stylistique (étudie le style d’un énoncé par rapport à des normes ; la pragmatique (étudie les énoncés pour la clarté des actes officiels) ; enfin la cohérence du langage naturel (étudie les facteurs de cohérence dans le langage naturel) …

En dehors de ses différentes techniques, il faut mentionner aussi : La linguistique synchronique (décrit une langue au présent) ; la linguistique diachronique (évolution d’une langue au cours du temps) particulière à un parler local (étude des langues) ; l’appliquée (relation avec d’autres domaines (didactique, pathologie, dictionnairique, reconnaissance vocale …) ; de communautés linguistiques (argot, parler local …) …

En ce qui concerne les relations de la parole avec l’écriture, il faut constater que si la parole est universelle, l’écriture ne l’est pas … l’apprentissage d’une langue parlée est bien plus aisée et rapide que celui de la langue écrite … et nombre de scientifiques des sciences cognitives pensent qu’il existe dans le cerveau un module de langage qu’il n’est possible de connaître qu’à travers la langue parlée …

-----

Pour terminer, voici quelques phrases d’auteurs célèbres qui n’ont pas manqué de tenir des propos sur cette faculté de l’ouïe que nous percevons par les oreilles, pour recevoir le langage, ce support de la pensée humaine :

J'ai ouï dire qu’il y a des choses qui entrent par une oreille et qui en sortent par l’autre. Je n’ai jamais vu rien entrer par une oreille et encore moins en sortir. (Raymond Devos)

Je parle au cœur plus qu’à l’oreille. C’est ce qui explique mon succès. Car tout le monde à un cœur, et tout le monde n’a pas d’oreille. (Marcel Achard)

Il m’est arrivé de prêter l’oreille à un sourd. Il n’entendait pas mieux. (Raymond Devos)

Ventre affamé n’a point d’oreilles. (Jean de La Fontaine)

Le danseur n’a-t-il pas ses oreilles dans ses orteils ! (Friedrich Nietzsche)

Les mots ne sont que des mots, et je n’ai jamais ouï dire que dans un cœur meurtri on pénétrât par l’oreille … (William Shakespeare)

Je lui fermai la bouche d’un baiser derrière l’oreille. (Alphonse Allais)

Si cela entre par une oreille et que cela sort aussitôt par l’autre, c’est que, entre les deux, il n’y a rien pour le retenir. (Georges Feydeau)

Orthographe. La science qui épelle avec l’œil à la place de l’oreille. Défendue avec plus de chaleur que de lumière par quelques échappés d’asiles. (Ambrose Bierce)

Un baiser, qu’est-ce ? Un serment fait d’un peu plus près, un aveu qui veut se confirmer, un point rose qu’on met sur l’i du verbe aimer ; c’est un secret qui prend la bouche pour oreille. (Edmond Rostand)

L’aveugle vous regarde de toutes ses oreilles. (Gilbert Cesbron)

Le véritable mélomane est celui qui colle son oreille à la serrure d’une salle de bains afin d’entendre une femme chanter. (Pierre Doris)

Quatre-vingt ans ! Plus d’yeux, plus d’oreilles, plus de dents ; plus de jambes, plus de souffle ! Et c’est étonnant somme toute comme on arrive à s’en passer. (Paul Claudel)

Il faudrait savoir écouter la louange avec l’oreille d’un ennemi. (Jean Rostand)

Le jour a des yeux, la nuit a des oreilles. (Proverbe persan)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

25/03/2011

Ch. 29.9m - Nos moyens sensoriels : l'odorat.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  :  http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.9m  -  Nos moyens sensoriels : l'odorat.

 

Nous avons, précédemment (voir 29.9c - le toucher et 29.9d - la vue) évoqué les  moyens que la vie, par sélection en  faveur des mieux adaptés, s'est ingéniée, dès ses premiers balbutiements, à doter le premier être vivant autonome de moyens performants de perception de son milieu extérieur ...

C'est ainsi que se développa sa première faculté de contact avec son environnement, c'est-à-dire  le toucher, ... indispensable à son existence mise en danger par la prolifération locale qui le força à muter , ... Cette faculté du toucher, associée et complémentaire à la mobilité,  le différenciait de l'ensemble des premiers êtres vivants stationnaires ...  Le toucher, comme tous les sens qui équiperont les êtres mobiles, lui imposera une organisation interne complexe des cellules pour assumer une ou des fonctions indispensables à sa survie ...

C'est ainsi que l'être animal le plus primaire, comme le lombric ou ver de terre, dispose d'une organisation interne plus sophistiquée que le plus performant des végétaux ce qui lui permet d'une part la mobilité et d'autre part la perception du monde extérieur par le toucher ... Pour assurer ces fonctions, il est doté, comme les végétaux, d'un système circulatoire pour alimenter ses tissus et d'un tube digestif pour transformer les matières nutritives en énergie et les éliminer ensuite ... : en ce qui concerne le lombric, en excrétant un complexe argilo-humique favorable à la fertilité des sols...

La seconde faculté de perception du monde extérieur et la plus importante, qui s'imposa aux êtres vivants mobiles fut la vue ...

Le toucher ne permet qu'une zone d'action limitée à l'environnement immédiat ... C'est par tâtonnement que les êtres aveugles se déplacent et cherchent leur nourriture ou perçoivent les dangers  ...

Ce fut ainsi que, très tôt, dans l'environnement marin, se développa une faculté de perception des rayons lumineux que les corps opaques révélaient par leur présence : La vue ... Ce fut la plus importante « trouvaille » de l'évolution ... parce qu'elle offrait aux êtres mobiles la possibilité d'explorer non seulement leur environnement immédiat, mais aussi les plus lointains ... Avec le développement de son intelligence, l'animal humain, hors de l'eau, créera les instruments adéquats à explorer jusqu'aux zones les plus éloignées de l'espace ...

C'est la raison pour laquelle, il m'a semblé assez logique de prolonger mon étude sur la vue, en abordant les éléments de l'environnement que cette faculté lui a permis d'apprécier ... d'étudier ... et même de transformer ou dominer : Voir les chapitres suivants : l'eau (29.9e), l'air et le vent (29.9f), la soleil (29.9g), la Terre (29.9h), la vie (29.9i), le feu (29.9j), la lune (29.9k), les étoiles (29.9l) ...

Aussi, ce chapitre sur l'odorat va-t-il continuer mon étude sur ces « outils » que la vie et l'évolution nous ont offerts pour apprécier le monde extérieur et nous en servir ... en complétant ainsi cette analyse des outils dont l'évolution nous a gratifié en nous dotant de l'odorat et de l'ouïe ... essentiels à notre perception de l'environnement et en terminant par le gout, faculté « de luxe » qui nous autorise les plaisirs de la table ...

L'odorat ou l'olfaction :

L'odorat nous permet d'analyser les substances odorantes volatiles qui circulent dans l'air ... Chez les êtres marins, il est associé ou remplacé par le gout ou palpation buccale  ...

Cette fonction, qui occupe 10 cm² de la surface de la muqueuse nasale, fait partie de l'ensemble de nos moyens de perception sensorielle, les autres étant : la visuelle, l'auditive, la tactile, la gustative, la temporelle (perception de la durée, du rythme et de la simultanéité), d'espace (localisation par le lobe pariétal) ...

La muqueuse olfactive est composée de neurones olfactifs ... cette muqueuse secrète un mucus destiné à son lavage permanent et à sa lubrification ... Les neurones présentent des cils qui transmettent au bulbe olfactif ou lobe olfactif, situé dans la zone corticale du lobe frontal du cerveau des vertébrés ... Ce sont des protéines ou molécules de transport qui véhiculent les informations jusqu'au bulbe olfactif ... Les neurones olfactifs, de même que les neurones  gustatifs se renouvellent tous les mois ou deux mois ...

Les humains et les primates ont un odorat assez peu performant contrairement aux mammifères, notamment le chien domestique qui a une quantité de neurones olfactifs 15 fois supérieures ... Quant aux insectes, leur perception olfactive se fait par les pattes ou les antennes ...

Le cerveau enregistre chez l'humain, surtout le civilisé, des souvenirs affectifs qui seront associées à une odeur, un parfum : Enfant, si je sortais des bras de mon père, mon frère disait : « Tu sens papa » ...  Les vieilles personnes ont des odeurs caractéristiques de leur temps qui évoquent des souvenirs d'antan ... Les lieux ont leur odeur et suscitent des réminiscences et des états d'âme que nous avons construits dans le souvenir : les églises, les écoles, les sacristies, les cures ... les boulangeries, épiceries, boucheries, drogueries ... les intérieurs, les lieux intimes ou personnels ... les vêtements portés, l'intérieur des voitures, ... et le neuf, lui aussi peut être évocateur ...

Les parfums sont associés à la spiritualité et au sacré : odeur d'encens, de cierges, de vêtements sacrés ... on parle aussi d'« odeur de sainteté » alors que personne ne l'a jamais perçue ...

Il semblerait que le nouveau-né ne dispose de la vue complète qu'après un certain temps, ... pour trouver le sein maternel, il se guide sur l'odeur du lait de sa mère et la reconnaît par la suite son odeur corporelle ...

Les inflammations nasales (rhume et allergie) peuvent entraîner la perte de l'odorat, ainsi que l'âge, le tabagisme et l'usage intensif et régulier de solvants et pesticides ...

Il existe des « nez », êtres humains qui ont un odorat tellement subtil qu'ils parviennent à déterminer des milliers de senteurs différentes ... Ils sont capables d'analyser la « fragrance » (sensation olfactive) d'un produit et juger de sa valeur intrinsèque, suivant la variation de sa qualité et de son intensité au fil du temps ... Les critères utilisés font souvent référence à une épice ou une fleur ...

En œnologie, la « dégustation » se fait en trois étapes,... par la vue on juge de la « robe »,... ensuite par la bouche on « goute",... mais surtout on le hume par le « nez », pour apprécier le « bouquet » ...

Le vin est un breuvage qui fait plus appel aux facultés olfactives de l'homme que les autres boissons ... on ne boit pas le vin à grandes gorgées comme la bière ... on le garde en bouche entre la langue et le palais, avant de l'avaler, pour laisser les « parfums » dégagés par l'alcool, monter dans la cavité olfactive du nez qui les traduit au cerveau en plaisirs gustatifs ... Il en va de même avec les « alcools secs » et les liqueurs

1. Le professionnel ou l'amateur averti s'assure d'abord que le matériel est propre et adéquat (bord légèrement incurvés vers le centre d'environ un tiers, pour concentrer les parfums) ...

2. On procède au « premier nez » (l'olfaction superficielle) pour faire ressortir les parfums avant d'avoir fait tourner le vin dans le verre ... cela permet de surprendre l'odeur qui s'est accumulée sous le bouchon ... elle indique souvent les conditions climatiques des vignes juste avant les vendanges : odeurs chaudes, enivrantes = vins du sud ... froides, métalliques indiquent une provenance nordique ...

3. On procède alors au « deuxième nez » qui ressort après avoir fait tourner le vin dans le verre pour l'oxygéner ... ces odeurs alors peuvent se définir (voir plus loin)  ...

4. En cas de doute en dégustation professionnelle, on « fait parler le vin » qui est « muet du nez » en le remuant violemment ... ce qui peut faire découvrir certains défauts ...

On a soin aussi de « mirer » le liquide, entre chaque opération, en le faisant tourner pour juger de sa « prise » sur le verre et de sa couleur ; ensuite le « humer » avec le nez et enfin le « lamper » (le maintenir entre la langue et le palais, pour faire monter les parfums au nez, avant de l'avaler)

Les Parfums du vin :

Le vocabulaire est incroyablement vaste et fait appel à toutes les senteurs de la gastronomie et même de parfums incongrus comme de cuir, de sanglier (cahors), de goudron, de pierre à fusil, de craie mouillée, de pétrole... et aussi de pain grillé(Sauternes), de fleurs séchées, de fumé, de cacao (Maury), de poivrons grillés ... et de produits chimiques comme iode et de défauts comme : de dioxyde de soufre  ou sulfure d'hydrogène ...

Mais on appréciera surtout l'immense vocable vinicole imagé destiné à surprendre autant que donner « l'eau à la bouche » que les artistes de la table se sont ingéniés à découvrir pour rendre leurs propos alléchants ...

Ils s'inspireront tous de ce que la nature et la table nous offrent pour agrémenter notre existence :

De la végétation et des bois, les « parfums » seront : herbacé, de foin, de tabac, de champignon, de levure fraîche, de truffe, de cèpe, de sous-bois, d'humus ... de bois vert, de chêne, de santal ... de résine...

Des fruits, les parfums seront : de citron, de pamplemousse, de pomme, de poire, de coing, d'ananas, de banane, de prune, d'abricot, de pêche, de cassis, de framboise, de mûre, de fruits confits ou cuits ... de pruneau, de figue, de noix ...

De fleurs, ils seront : de violette, de rose, de muguet ...

Et de pâtisserie : de miel, de vanille, de beurre ...

-----

Voici, pour terminer, quelques citations d'auteurs célèbres qui ont évoqué cette essentielle et appréciée faculté dont la nature nous a gratifié et que nous avons « intellectualisée » pour susciter d'heureuses réminiscences ...

Sans la participation de l'odorat, il n'y a point de dégustation complète.  (Anthelme Brillat-Savarin)

Nos yeux, nos oreilles, notre odorat, notre goût diffèrent, créent autant de vérités qu'il y a d'hommes sur la terre.  (Guy de Maupassant)

L'odorat est le sens de l'imagination.  (Jean-Jacques Rousseau)

Parmi les cinq sens, la vue, l'ouïe et l'odorat connaissent moins d'interdit que le toucher et le goût.  (Léonard de Vinci)

L'argent n'a pas d'odeur d'où qu'il vienne.  (Juvénal)

L'argent n'a pas d'odeur, mais la pauvreté en a une.  (Paul Léautaud)

Les psychanalyste sont les égoutiers de l'âme ; l'odeur pénétrante de leur profession les suit jusque dans leur vie privée.  (Arthur Koestler)

L'odeur est l'intelligence des fleurs.  (Henry de Montherlant)

La  haine, pour celui qui ne hait point, c'est un peu comme l'odeur de l'ail pour qui n'en a pas mangé.  (Jean Rostand)

Le mal s'apparente à un gaz : il n'est pas facile à voir, mais il est repérable à l'odeur.  Il est plus souvent stagnant, réparti en nappe étouffante.  (Amélie Nothomb)

Le souvenir est le parfum de l'âme. (George Sand)

Il reste toujours un peu de parfum à la main qui donne des roses.  (Proverbes du Panda)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-----

 

 

 

18/03/2011

Ch. 29.9l - Les trésors de l'existence : les étoiles

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  :  http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9l  -  Les trésors de l'existence : les étoiles.

 

Étoile : Astre visible comme un point lumineux, la nuit. (Grand Robert) remarque : ce sens inclut les planètes et parois les météores appelées aussi étoiles filantes.

Pour les scientifiques, une étoile est une sphère de plasma dont le diamètre (plusieurs centaines de kilomètres) et la densité sont telles  que la région centrale (le cœur) atteint la température nécessaire (de l'ordre du million de kelvins au minimum) à l'amorçage de réactions de fusion nucléaire. (d'après Wikipédia)

Une étoile est donc un immense réacteur nucléaire qui « rayonne » une énergie dont peuvent bénéficier des « planètes » orbitant dans son champ d'action ...

Elle est essentiellement composée d'hydrogène et d'hélium ... L'hélium est un gaz dit rare produit lors de la nucléosynthèse stellaire (ensemble des réactions de fusion nucléaire qui ont lieu à l'intérieur des étoiles et dont le résultat est la production de la plupart des noyaux atomiques)

Les étoiles sont regroupées au sein de galaxies : Notre galaxie s'appelle la Voie lactée qui contient plusieurs centaines de milliards d'étoiles (sic)

Une constellation est un ensemble d'étoiles dont les projections sur la voute céleste sont suffisamment proches pour que notre regard les relie par des lignes imaginaires en traçant des figures sur la voute céleste ... Dans l'espace tridimensionnel réel, les étoiles d'une constellation sont très dispersées en réalité et nous paraissent regroupées dans le ciel ... Les anciens, en les reliant par des lignes, ont fait des figures de celles dont la proximité le permettait ... dont le Zodiaque qui est de nos jours divisé en douze constellations (Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau et Poissons) ...  Ptolémée (90 à 168 de notre ère) a fait l'inventaire de 36 autres figures et 48 constellations qui seront utilisées en occident sans changement pendant 1000 ans ...

Les astronomes ont différencié différents types d'étoiles :

les naines brunes sont des étoiles « manquées » qui n'ont pas été suffisamment massive pour démarrer des réactions ...

Les naines rouges sont les plus petites étoiles qui brûlent lentement leur carburant ce qui leur assure une longue existence, dont font partie 80 % des étoiles de notre galaxie et notre plus proche voisine Proxima du Centaure ...

Les naines jaunes, de taille moyenne, dont notre soleil, à la fin de leur existence, elles évoluent en géante rouge qui, en expulsant ses couches externes dévoile une naine blanche (à remarquer que les astronomes ne classent les étoiles qu'en naines ou en géantes) ...

Les géantes rouges annoncent la fin d'une étoile qui a épuisé son principal carburant l'hydrogène ...

Les géantes bleues : étoiles très chaudes et brillantes, très massives (dix fois plus que le Soleil), elles consomment rapidement leur hydrogène pour devenir une supergéante rouge et fabriquent des éléments lourds, fer, nickel, chrome, cobalt, titane ...

Les naines blanches sont les résidus de l'évolution des étoiles de faible masse dont le Soleil, leur densité moyenne est telle qu'une cuillère à thé de naine blanche aurait sur Terre le poids d'un éléphant ...

Les naines noires ... Les naines blanches, au bout d'une dizaine de milliards d'années, deviennent invisibles (L'Univers, vieux de 13,7 milliards d'années est encore trop jeune pour avoir produit des naines noires) après sa mort, le Soleil deviendra une naine blanche puis une naine noire dans environ 15 milliards d'années ...

Les étoiles à neutrons sont très petites, mais très denses ... ce sont des vestiges d'étoiles très massives dont le cœur s'est contracté pour atteindre des valeurs de densité extraordinairement élevées, comparables à celles du noyau atomique (le noyau atomique est la région située au centre d'un atome ... le noyau est constitué de protons et de neutrons (les nucléons) ... la taille d'un noyau d'atome est de 10-15 mètres et celle d'un atome 10-10 mètres) Si le noyau de l'étoile morte est trop massif pour devenir une étoile à neutron, il se contracte pour former un trou noir ...

Les étoiles variables leur luminosité varie de façon perceptible sur des périodes de temps très courtes, parfois de façon spectaculaire comme ... ce phénomène fut constaté dès le XVIe siècle par simple comparaison visuelle avec les voisines ... Les moyens actuels permettent évidemment de suivre et mesurer ces variations ... Strictement parlant toutes les étoiles sont variables, mais très lentement suivant leur évolution ... causée par les taches solaires qui ralentissent le processus d'évolution ce qui est le cas pour le Soleil ...

-----

L'étoile la plus proche du soleil est Alpha du Centaure, comprenant trois étoiles ... une étoile binaire ou système binaire (deux étoiles orbitant autour d'un centre de gravité, appelée Alpha centauri A et Alpha centauri B) et une naine rouge Proxima Centauri, moins lumineuse mais la plus proche du Soleil ... Ce serait une bonne candidate à avoir des planètes comme la nôtre capable d'abriter la vie ... mais susciter la l'intelligence et la pensée est une autre affaire quand l'archéologie par l'étude des vestiges nous a fait constater l'immense complexité du processus historique qui a présidé à l'émergence de l'homme et au développement de ses capacités de maîtriser et de transformer la matière .

Sommes-nous les seuls à posséder cette capacité ?

Est-il possible qu'il existe d'autres planètes favorables a l'émergence de la vie et de l'intelligence créatrice et novatrice  ... ?  Sommes-nous les seuls « êtres » à avoir développé dans l'univers cette dangereuse mais confortable faculté ? ...

Les conditions à réunir pour y arriver sont tellement aléatoire dans notre modèle qu'il est presqu'impossible de les rassembler tellement les "avatars" qu'ont rencontrés les descendants des "singes" pour parvenir à notre degré de civilisation, furent considérables ...  les plaçant souvent à la limite de l'extinction ...

Aussi, à ce propos je me permets de renvoyer le lecteur  à l'étude que j'ai publiée, le 25 février, au chapitre 29.9i intitulé la vie,  détaillant le long et hasardeux parcours, couverts d'embuches qui fut celui de la vie jusqu'à l'émergence de nos ancêtres humanoïdes ...

En voici le « survol » : 1. Création de molécules organiques simples ... 2. Construction de structures de base constituées de phospholipides ... 3. Création d'une première forme de génome et production de molécules d'ARN-enzymes ... 4. Remplacement de ceux-ci par des protéines-enzymes et apparition des ribozymes ... 5. Émergence de L'ADN qui remplace l'ARN dans le rôle de support du génome ... avec apparition de l'organisation actuelle des organismes vivants ...

D'autre part, le développement de la vie sur Terre a connu de nombreuses phases d'extinction ... Citons-en les principales :

Il y a 500 Ma (millions d'années) : disparition des premiers mollusques et premiers insectes arthropodes ...  De 435 à 440 Ma grande glaciation qui produit deux extinctions massives ... 365 Ma Nouvelle extinction de 70 % des espèces ...  245 à 352 Ma extinction massive de 95 % des espèces vivantes ... 225 Ma élimination des premiers reptiles mammaliens qui évoluèrent ensuite en différentes lignées de carnivores et herbivores ... 195 Ma disparition de 20 % des espèces marines et la plupart des reptiles sauf les tortues et les oiseaux ainsi que les dernier grands amphibiens ... 65 Mia 50 % des espèces meurent, les dinosaures non aériens compris ...

Suivant le professeur de Duve, cette extinction est due à la chute d'un gros astéroïde, il y a 65 millions d'annnées, à Chicxulub dans la péninsule de Yucatan au Mexique ... Comme dit le professeur « N'était un énorme boulet tombé du ciel, les dinosaures en seraient peut-être toujours à parcourir la terre, les mammifères mèneraient une existence précaire à l'ombre des grands reptiles et nous ne serions pas là pour le constater »

Et si nous sommes là en maître de la Terre, jusqu'à la mettre en danger, ce fut également à la suite de nombreux « accidents » dûs au hasard qui ont poussé un mammifère arboricole des forets équatoriales à s'adaptater aux divers milieux que les circonstances climatiques ou environnementales lui ont imposées ...

L'histoire des « grands singes » fut loin d'être un « fleuve tranquille » ... Les anthropoïdes et les hominidés dans leur évolution subirent de nombreuses périodes à la limite de l'extinction, ou encoururent des mutations stériles comme celles qui éliminèrent les Néandertaliens ...

Le développement du cerveau de notre ancêtre primate subira les lois inexorables de la sélection qui favorisent les facultés que nécessite l'adaptation d'un être vivant à ses conditions de milieu et de survie ... Chez l'homme ce fut l'utilisation des mains et des doigts (bout des pattes avant) qui favorisa le développement du cerveau ... (Voir dans la colonne de droite 29.7 intelligence et pensée ainsi que 29.8a cohérence et déduction et 29.8b l'associativité) ... Dans ces chapitres,  je développe la difficile évolution de l'homo sapiens jusqu'à l'explosion actuelle de sa population et de son savoir l'amenant à maîtriser dangereusement la matière jusqu'à menaçer certaine d'épuisement.

En conclusion, il ressort de tout ce développement que la probabilité de l'existence d'une autre intelligence capable de produire la pensée abstraite est quasi nulle, étant donné le parcours "miraculeux" que fut celui des civilisations qui l'ont produite...  Peut-on supposer aussi que le hasard nous aurait fait découvrir "par accident" une pensée "supérieure" existant dans l'Univers ? ... Je ne le ne crois pas, à l'analyse approfondie et sérieuse des produits de cette pensée abstraite, on peut en conclure qu'elle est essentiellement du domaine de l'introspection personnelle ou générale, née de l'utilisation poussée du language qui favorise la dialectique ...

LA PENSÉE EST SANS DOUTE UNE "TROUVAILLE" DE L'HOMO SAPIENS.

-----

En ce qui concerne les aléas qu'ont rencontrés notre espèce pour arriver jusqu'à nous, il est intéressant de signaler qu'une théorie sérieuse, dite de la catastrophe de Toba, existe qui affirme que l'évolution humaine fut affectée par l'éruption du super volcan de Toba, il y a environ entre 71.000 et 73.000 ans ... Le volcan où se trouve actuellement la « caldeira » du lac Toba dans l'île de Sumatra (île indonésienne située sur l'équateur), entra en éruption avec une force supérieure à 3.000 fois celle de l'éruption du mont Saint Helens aux USA en 1980 qui entraîna une extinction de la vie locale ... Dans les 6 années qui suivirent la catastrophe de Toba, il y eu le plus fort dépôt de sulfure volcanique sur la Terre connu lors des 110.000 dernières années, causant une probable déforestation complète en Asie du Sud-est et un refroidissement des océans de 3 à 3.5 degré ... Cette éruption provoqua un âge glaciaire entraînant un effondrement de la population humaine et animale ... Signalons aussi que, suivant certains auteurs, c'est à cette époque que se situe aussi la glaciation de Würm ...

-----

 

Le chant des étoiles.

 

Ô voutes d'étoiles, précieux diamants

Rayonnant dans le ciel, en coiffe de la Terre

Que la  Belle de Nuit, honorant ses amants,

Porte amoureusement, ravie du mystère.

 

Les déesses de nuit veillent, contemplatives

De la beauté du ciel en constellations

Que le Grand Concepteur, en des nuits fort actives,

Créa, pour assouvir ses folles passions.

 

Près de la grande ourse, leurs yeux d'étoiles cherchent

La fière polaire, trônant dans les cieux

Si haut dans l'espace, qu'on dirait qu'elle perche,

Ardente tout la haut pour qu'on la voit mieux.

 

En leurs nuits de veille, elles se donnent aux amants

Les yeux aux étoiles, lutinent les planètes

Taquinent l'espace du bout de la lorgnette,

Pour découvrir ce que recèlent les chamans.

 

Amantes fidèles, elles se font la promesse

De s'aimer plus encor, en activant le feu

De leurs ébats du soir, qui mettent dans leurs yeux

Les étoiles du ciel, gage de leur tendresse.

 

-----

 

Voici quelques citations d'auteurs célèbres qui ont évoqué les étoiles et se sont interrogés sur le mystère de leurs tracés nocturnes, interpretés en messages de l'au-delà

Ce sont les étoiles, les étoiles tout là-haut qui gouvernent notre existence  (William Shakespeare dans le Roi Lear)

Ce qui est admirable, ce n'est pas que le champ des étoiles soit si vaste, c'est que l'homme l'ait mesuré (Anatole France)

Il y a des gens qui observent les règles de l'honneur, comme on observe les étoiles, de très loin  (Vicor Hugo)

Deux choses remplissent mon esprit d'une admiration et d'un respect incessant : le ciel étoilé au-dessus de moi et la loi morale en moi  (Emmanuel Kant)

Il est grand temps de rallumer les étoiles (Guillaume Apollinaire)

L'espoir est comme le ciel des nuits : il n'est pas coin si sombre où l'œil qui s'obstine ne finisse par découvrir une étoile (Octave Feuillet)

Tout travail est noblesse que l'on accroche à une étoile  (Raoul Follereau)

Dieu est l'ami du silence.  Les arbres, les fleurs et l'herbe pousse en silence.  Regarde les étoiles, la lune et le soleil, comment ils se meuvent silencieusement  (Mère Teresa)

Bach est un astronome qui découvre les plus merveilleuses étoiles.  Beethoven se mesure à l'univers.  Moi, je ne cherche qu'à exprimer l'âme et le cœur de l'Homme.  (Frédéric Chopin)

Du chaos naît une étoile.  (Charlie Chaplin)

Celui qui s'oriente sur l'étoile ne se retourne pas.  (Léonard de Vinci)

L'idéal est pour nous ce qu'est une étoile pour le marin.  Il ne peut être atteint mais il demeure un guide.  (Albert Schweitzer)

Les étoiles sont nos ancêtres ; nous sommes des poussières d'étoiles : c'est une des grandes découvertes de l'astronomie contemporaine.  (Trinh Xuan Thuan)

-----

Depuis six mille ans, la guerre

Plait aux peuples querelleurs,

Et Dieu perd son temps à faire

Les étoiles et les fleurs.

(Victor Hugo – La chanson des rues et des bois)

-----

Aimer jusqu’à la déchirure

Aimer trop, aimer mal,

Tenter, sans force et sans armure,

D’atteindre l’inaccessible étoile

(Jacques Brel)

-----

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un autre effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

 

 

 

 

11/03/2011

Ch. 29.k - Les trésors de l'existence : La Lune

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi un article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... Voir le lien ci-après  :  http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29k  -  Les trésors de l'existence : La lune.

 

La lune est une planète satellite de la terre, qui décrit autour de celle-ci une orbite elliptique en 27 jours 7 heures 43  minutes et 11 secondes(révolution sidérales) (Grand Robert).

Diamètre : 3.474 km ... Distance moyenne terre-lune : 384.400 km ... soit un peu plus d'une seconde-lumière ... elle s'éloigne de la Terre d'environ 3,8 centimètres par an ...

La Lune présente, vue de la Terre, une face cachée et une face visible ... qui provient de sa rotation orbitale particulière due à un phénomène qui s'est produit antérieurement,  provoquant un freinage de sa rotation due aux marées et aux forces conjuguées résultant de sa gravitation autour de la Terre et du Soleil ...

La Lune, n'étant plus active, est beaucoup plus « refroidie » que la Terre, toujours en fusion sous sa croûte ... C'est ce qui donne à la Terre une température favorable à la vie et à la liquéfaction de l'eau ...  Il y a plus de 4,5 milliards d'années, la surface de la Lune était un océan de magma liquide ...  Éteinte, la croûte lunaire est composée d'une grande diversité d'éléments : thorium, uranium, silicium, oxygène, magnésium, titane, fer, calcium, hydrogène, potassium et aluminium ...  La croûte lunaire est recouverte d'une couche poussiéreuse appelée régolite, inégalement répartie sur sa  surface, variant de 3 à 5 mètres dans les mers lunaires à 10 à 20 mètres sur les hauts plateaux  ...  Il semblerait qu'un petit noyau existerait, plus ou moins fluide ...

Il est à signaler que le terme mers lunaires ou maria lunaires, provient d'une fausse appréciation des premiers astronomes qui avaient estimé que les larges et sombres plaines basaltiques révélées par leurs lunettes,  étaient de vrais mers et océans comme sur la Terre ... De là, le nom latin de maria au pluriel et mare au singulier qui veut dire mer ...

Les voyageurs de l'espace : dénommés astronautes (du grec astron, étoile) pour les pays anglo-saxons,  cosmonautes (du grec Kosmos,univers)  pour les Russes, spationautes (du latin spatium, espace) pour les européens et taïkonautes (du chinois taïkong, espace) pour les Chinois) ...

Youri Gagarine  fut en 1961, le premier cosmonaute ou astronaute à voyager dans l'espace avec le vol le plus court en une seule orbite ...  La première femme dans l'espace fut Valentina Terechkova en 1963 ... Depuis lors,  le 10 décembre 2006, le cap symbolique du millième astronaute a été atteint par l'américain Mark Polanski ... Ces missions ont été accomplies par 449 personnes différentes, soit 280 Américains, 99 Russes et 64 de différentes nationalités, dont 31 européens (9 Français et deux Belges) ...  Le plus jeune avait 25 ans  (Herman Titov) et le plus âgé (John Glenn) avait 78 ans ...  Sur les 449 personnes, il y avait 44 femmes dont une française (Claudie Haigneré) ... 12 astronautes ont marché sur la Lune sur les 24 faisant partie des missions (tous américains), le premier étant Neil Armstrong le 21 juillet 1969 (mission Apollo 11) ... On ne prévoit plus l'alunissage de l'homme avant une bonne dizaine d'années ...  Malheureusement, on déplore le décès en mission spatiale de 18 personnes ...  L'Homme a  passé 29.927 jours dans l'espace soit près de 82 ans ...

L'établissement de missions lunaires de longues durées est liées à la possibilité d'exploiter les glaces d'eau, cependant les radiotélescopes braqués sur les cratères polaires révèlent que ces glaces d'eau sont plus rares qu'escomptées  et de plus, une étude des échantillons de sol ramenés, en août 2010, par la mission Apollo relance l'hypothèse que la Lune serait très sèche...

L'origine de la Lune est au cœur d'un débat scientifique qui évoque de nombreuses hypothèses dont la plus acceptée est celle d'un impact géant du à la collision entre la jeune Terre et Théia, un objet de la taille de Mars que la Terre aurait éliminé par impact, en l'éjectant dans l'espace et en le détruisant ...  environ 2 % de l'impacteur resté en orbite, aurait produit un anneau et par accrétion de cet anneau aurait formé la Lune ... Les conséquences de cette collision auraient été majeures pour notre planète et serait à la base du développement de la vie complexe ...

On peut dire que la Lune est la sœur de la Terre et que Théia est son père, sacrifié pour l'engrosser de la vie ...  en effet :

1. Cette collision aurait permis à la Terre de devenir plus massive par l'absorption de sa jumelle ...

2. La gravité de la Terre s'est accrue par l'impact ... On peut estimer que la « proto-Terre » avant cet impact géant était très semblable à Vénus (troisième planète du système solaire par sa masse et sa taille et presqu'aussi grande que la Terre ... (périmètre équatorial 38.025 km, celui de la Terre 40.000 km.) L'accroissement de la gravité a permis de mieux retenir les gaz de l'atmosphère primitive avec la conséquence que les comètes qui nous ont heurtés se sont désintégrées pour faire place à une quantité d'eau équivalente à toute celle présente sur Terre ...

3. Cet impact aurait été vital pour notre planète en grossissant son noyau ... Combiné à la rotation de la Terre, l'impact est à l'origine  de la magnétosphère (région entourant un objet céleste dans laquelle les phénomènes physiques sont dominés ou organisés par son champ magnétique comme la Terre, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune) ... La magnétosphère nous protège des radiations mortelles du vent solaire ...

4.  Suite à l'accroissement du noyau devenu plus massif et diffusant une plus forte énergie, la roche en fusion du manteau serait montée vers la surface en créant des volcans ... libérant des gaz et provoquant l'effet de serre qui permit à la Terre de se réchauffer et de provoquer de la vapeur d'eau et des nuages ...  l'autre moitié de toute l'eau volcanique serait retombée sur la Terre sous forme de pluie ...

5. Théia aurait également contribué à la stabilité des climats et des températures ... Après avoir été pulvérisée en nous heurtant, Théia aurait laissé des débris en orbite autour de la Terre, provenant  d'elle-même et du manteau de la « proto-Terre » ... Ces débris ont d'abord produit un anneau qui s'est ensuite amalgamé pour former la Lune ... L'attraction de la Lune sur la Terre provoque le phénomène de « précession des équinoxes » qui est le lent changement de l'axe de rotation de la Terre ... qui dure environ 25.800 années en décrivant une sorte de cône ... Il est provoqué par le couple qu'exercent les forces de marées de la Lune et du Soleil sur le renflement équatorial de la Terre ... Ce phénomène aurait déjà été découvert pas Hipparque aux environs de 130 avant J-C. ...

SANS CETTE LUNE SI MASSIVE, l'inclinaison de l'axe de rotation de la Terre serait chaotique, oscillant de façon irrégulière à l'échelle des temps géologiques, quasiment de 0 à 90°, LES CLIMATS CHANGERAIENT DU TOUT AU TOUT, CE QUI AURAIT ÉTÉ TRÈS DÉFAVORABLE AU DÉVELOPPEMENT DES FORMES VIVANTES ÉVOLUÉES, surtout sur les continents, biotope de l'homme ...

 

-----

 

La Lune dans le passé : en 450 avant J.C, Démocrite y voyait « des montagnes élevées et des vallées creuses » ...  Pour  Aristote (-384 à -322) la Lune est une sphère lisse et inaltérable et son disciple Cléarque de Soles, explique les taches lunaires par le fait que la Lune est un miroir qui réfléchit le paysage terrestre, malgré Plutarque cette théorie prévalut jusqu'à Galilée au 15 ème siècle avec la théorie d'un monde imparfait sous la Lune et parfait au-dessus ... Plutarque (46-125) pensait que c'était une terre céleste, les zones sombres et régulières étant remplie d'eau  (en latin Maria : mers au pluriel) et les hauts plateaux de couleur claire furent baptisés Terrae  ...  Galilée (1564-1642) en développant sa lunette, a découvert en observant la Lune, qu'il s'y trouve des montagnes qu'il estime hautes de 7.000 mètres ...

-----

 

Le chant de la Lune.

 

Voyeuse inassouvie, présente en son ciel noir

Compagne de la nuit qui se pique d'étoiles,

Tu lorgnes les amants, qui se cachent le soir

Cherchant la passion qu'ils trouvent sous le voile.

 

Les oiseaux de la nuit ont les yeux grands ouverts

Pour guetter lapereaux et tendres tourterelles

Tièdes endormies sous de grandes tonnelles,

En rêvant encore de beaux espaces verts.

 

La lune attend le jour,  en début d'accordailles

Avec les matins clairs,  qui animent les coqs,

Et  les semeurs debout, déjà prêts aux semailles,

Les laboureurs penchés sur le fer de  leur soc.

 

Douce amante du ciel, toute belle de nuit

En coiffe d'étoiles, et habit de déesse

Qui se drape de soie, en très belle princesse

Qu'on fêtera le soir, à l'heure de minuit.

 

Amie de nos nuits, veillant notre sommeil

Comme une compagne, belle amante attentive,

Gardienne du repos, en quête d'un réveil

Par songes malveillants,  troublant nos nuits festives.

 

-------

 

Citations d'auteurs célèbres qui ont évoqué la  Lune et lui ont donné ses lettres de noblesse en la nommant « Reine de la Nuit » :

La gloire, astre tardif, Lune sereine et sombre qui se lève sur les tombeaux.  (Victor Hugo)

La lune est pleine et on ne sait pas qui l'a mise dans cet état.  (Alphonse Allais)

De deux choses lune ... l'autre, c'est le soleil.  (Jacques Prévert)

Ce que je préférerais, c'est d'aimer la terre comme j'aime la lune et de n'effleurer sa beauté que des yeux.  (Friedrich Nietzsche)

La preuve que la lune est habitée, c'est qu'il y a de la lumière.  (Francis Blanche)

La lune de miel est finie quand le mari cesse d'aider sa femme à faire la vaisselle et qu'il la fait tout seul.  (Robert Rocca)

La lune est le soleil des statues.  (Jean Cocteau)

L'homme qui aime normalement sous le soleil, adore frénétiquement sous la lune  (Guy de Maupassant)

La lune est le rêve du soleil.  (Paul Klee)

Le génie de Newton a consisté à dire que la lune tombe, alors que tout le monde voit bien qu'elle ne tombe pas.  (Paul Valéry)

La rêverie est le clair de lune de la pensée. (Jules Renard)

Quand le sage désigne la lune, l'idiot regarde le doigt.  (Proverbe chinois)

Il ne sert à rien à l'homme de gagner la lune s'il vient à perdre la Terre.  (François Mauriac)

Visez toujours la lune.  Même si vous la manquez, vous atterrirez parmi les étoiles.  (Les Brown)

J'aime penser que la lune est là, même si je ne la regarde pas.  (Albert Einstein)

Les mathématiciens étudient le soleil et la lune et oublient ce qu'ils ont sous les pieds. (Diogène)

 

-----

 

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un autre effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

04/03/2011

Ch. 29.9j - Les trésors de l'existence : Le feu

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

Article du journal La Libre Belgique, de Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l’explosion » donnant l’essentiel d’un rapport de l’ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité … Voir le lien ci-après : http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9j  -  Les trésors de l'existence : Le Feu.



LE FEU est un dégagement d'énergie calorifique et de lumière accompagnant la combustion vive. (Grand Robert).

Les anciens, admirant le feu, ont cru que c'était un trésor céleste que l'homme avait dérobé aux dieux  ...  (Fénelon - Traité de l'existence de Dieu)

L'homme a dominé le monde quand il a maîtrisé le feu qui éloignait les fauves, éclairait les grottes, trouait la nuit, rendait les aliments digeste, protégeait du froid ... c'était une puissance céleste qui exprimait sa colère par des orages enflammant arbres et forêts ...

Les anciens considéraient le feu comme une manifestation de la divinité - Une colonne de feu conduisait Moïse et lui apparut dans un buisson (le buisson ardent) ... L'Esprit Saint apparut aux apôtres sous la forme de langue de feu ...  L'ange exterminateur brandissait une épée de feu ...

Il était classifié comme la quatrième force (la chaleur), les trois autres étant celles de :

1. Distance ( gravitation, magnétiques, électromagnétiques, électrostatique)

2. Contact (frottement)

3. Cohésion ou liaison (atomes, molécules, ions).

Depuis Lavoisier, on considère le feu comme un pur phénomène physique.

Le feu provoque la combustion qui est une réaction d'oxydoréduction produisant de la chaleur  - Il exige un comburant qui fait brûler et un combustible qui brûle - certains corps donnent une flamme d'explosion lors d'un choc, d'un changement de pression ou d'une surchauffe locale (déflagration, explosion, détonation) (Hachette).

La réaction de combustion ne se produit que si on réunit trois éléments :

1. Un combustible : un solide (bois, papier, carton, tissu ...) ou  un liquide (essence, huile, gazole ...) ou un gaz (butane, propane ...) ou un métal (sodium, magnésium, aluminium, fer ...)

2. Un comburant : en général l'air ambiant et plus particulièrement un de ses composants le dioxygène ou plus simplement l'oxygène

3. Une énergie d'activation : généralement de la chaleur (par frottement du souffre d'une allumette sur une partie rugueuse ... ou par l'action de la pierre à briquet ... ou en enflammant de l'amadou avec des étincelles, résultant du choc d'un caillou ferrugineux sur un silex ... ou au contact d'une autre flamme ...

-----

Le feu occupe une place importante dans l'histoire des hommes qui le divinise dans la plupart  des cultures.

Domestication du feu par les humains : On a trouvé des restes de foyer à sur le site archéologique de « Gesher Benot Ya'agov » en Israël, au bord du Jourdain, datant d'environ 790.000 ans, l'endroit semble avoir été occupé par des êtres intelligents capables de faire du feu ...

L'homme, malgré l'évolution de son intelligence a toujours craint le feu comme tous les êtres vivants ... Il lui attribuait un pouvoir surnaturel ... qui dépassait son entendement et semblait provenir du ciel comme envoyé du soleil ... comme lui, il réchauffait, il brûlait, il éclairait ... L'homme s'en fit un ami qui rendait sa nourriture plus digeste, éloignait les fauves et le protégeait du froid ...

Aussi dès que son intelligence lui fit lever les yeux au ciel, pour y comprendre les raisons de tous les phénomènes qui encombraient son entendement, fut-il envahit de crainte en constatant son insignifiance face à ce qu'il percevait comme son univers : le ciel, le soleil, la nuit, la pluie, l'orage, le vent et tous les êtres vivants, plantes et animaux ... Quant au feu il le considéra comme un envoyé du soleil qui régnait dans le ciel en disparaissant la nuit pour faire place à la lune et aux étoiles ... L'homme n'aura de cesse à le capturer pour le garder, l'entretenir et finalement le produire ...

L'histoire rapporte que les hommes et les Égyptiens en particulier, ont toujours mis le soleil au sommet de leur panthéon ... et considérait le feu comme son expression ou une manifestation de son pouvoir ...

Les anciens Perses (l'Iran actuel) dont le mazdéisme fut la première religion monothéiste avec le judaïsme,  avait pour dieu Ahura Mazda, qui régla le désordre initial en créant le ciel et la Terre ... Plus tard le prophète Zarathoustra (Zoroastre pour les grecs) établira une réforme qui attribuait au feu le symbole de la divinité ... La Perse antique vénérait autant Ahura Mazda que Mithra, divinité solaire, que les grecs orthographiaient Mitra, ... Ahura Mazda étant devenu le dieu du feu ...

Dans la mythologie grecque, le feu a été volé aux dieux et c'est Prométhée qui l'a donné aux Hommes ... Athènes et Delphes avaient un feu qui brûlait sans cesse ... Chez les Romains, des prêtresses de Vesta avaient mission d'entretenir un feu ...

La Bible condamne à la peine de mort sur le bûcher les hommes coupables de sodomie (Lévitique 20,13)

L'ordalie ou jugement de Dieu par le feu se  pratiquait surtout au Moyen-âge ... L'accusé qui devait prouver son innocence était soumis à « l'épreuve du feu » ... soit par le fer rouge qu'il fallait porter dans les mains (expression : mettre sa main au feu) ... ou marcher sur un soc de charrue chauffé à blanc ...  ... ou encore traverser un bucher  ... : la guérison des brûlures prouvait  l'innocence ...

Dans le même ordre d'idée, l'ordalie du fromage et du pain consistait a gaver le coupable ... s'il étouffait, il était coupable (d'où l'expression : rester en travers de la gorge) ... et l'ordalie de la croix, au temps de Charlemagne, qui  consistait à ligoter les coupables sur une croix, les bras à l'horizontale : était exécuté le premier qui baissait les bras ... ce serait l'origine de l'expression "baisser les bras" ....

Le feu a toujours été considéré comme le supplice suprême utilisé par les forces du mal dans les pratiques judéo-chrétiennes ... Les damnés étaient éternellement brulés dans les feux de l'enfer avec des démons pour les tourmenter ... (On n'ose imaginer le supplice ...)   pourtant de nos jours, certains y croient encore ...  Les sorciers ou sorcières dont Jeanne d'Arc et des hérétiques comme Savonarole  (moine réformateur controversé par les chrétiens et défendu par les protestants) furent brûlés en place publique, l'une en  1431 à Rouen et l'autre en 1498 à Florence ...

Parmi les condamnés célèbres à la peine par le feu citons :

En 1314, Jacques de Molay ( Grand  Maître des Templiers) ; En 1415, Jean Hus (réformateur tchèque) ; en 1440, Gilles de Rais (compagnon de Jeanne d'Arc) ;  en 1589, l'assassin de Henri III, Jacques Clément (tué par les gardes et dont le corps fut écartelé et brûlé pour qu'il ne connaisse pas le « repos éternel » ) ; en 1600, Giordano Bruno à Rome (moine dominicain) ; ; en 1610,   Ravaillac (assassin de Henti IV, supplicié pendant un jour avant le bûcher) ;   en 1680, La Voisin ( messes noires et affaires des poisons)

-----

Dix-neuvième et vingtième siècle :  La vapeur et l'électricité supplantent  progressivement le feu qui prend une valeur symbolique de confort, de quiétude, d'union ... mais aussi de fête et de pratique religieuse ...

De tous temps, le feu produit par la flamme d'une bougie ou d'un cierge a procuré aux hommes un sentiment de réconfort et de réjouissance ... Depuis la mèche enduite de suif des chandelles du passé,  jusqu'aux bougies sophistiquées de nos jours, les fabricants s'ingénient à nous offrir leurs plus belles trouvailles pour illuminer nos réjouissances ...

Cependant,  les cierges qu'on allume devant les symboles ou représentations religieuses font partie d'une pratique d'invocation à laquelle se conforment toujours de nombreux croyants de nos jours ...

Lors de la fête de Hanoucca, commémorant le miracle de  la fiole d'huile qui se remplit miraculeusement, les Juifs allument le chandelier à neuf branches (l'Hanoukkia) ... Ils allument également des luminaires ou des bougies pour honorer l'entrée du Shabbat, Sabbat en français ( jour de l'abstention, c'est-à-dire du repos) pour respecter le prescrit de l'Exode 20:8-11 ... par extension on appelle maintenant année sabbatique une période d'arrêt de travail d'un an ...

Le feu des braises dans l'encensoir balancé par des acolytes pour les maintenir rougeoyantes, la fumée de l'encens que le prêtre y ajoute pour que celle-ci s'élève comme une prière vers le ciel et l'utilisation des cendres qui en résultent pour marquer le front, lors des cérémonies de la semaine sainte, rappelant ainsi aux fidèles qu'ils sont poussière et retourneront à la poussière ... sont autant de manifestations symboliques largement pratiquées lors des rites religieux actuels ...

 

-----

 

Le chant du feu.

 

Tel l'envoyé ardent,

Il s'en vint sur la terre

Ravager les arpents,

Des forêts, faire guerre.

 

L'homme s'en fit un dieu

S'inclina devant lui,

L'adora en ses lieux,

Surtout quand vint la nuit.

 

L'homme s'en fit un frère

Qui éloignait les fauves,

Consolait ses misères

Par sa chaleur qui sauve.

 

L'homme s'en fit l'ami,

A son ventre soumis,

Transformant ses repas

Digérés sans trépas.

 

L'homme s'est allié

A ce fils de l'enfer

Pour fabriquer l'acier

Plus dur que n'est le fer.

 

Grand sorcier d'un autre âge,

Cher ami de nos soirs

Près de l'âtre volage

Nos rêves sont espoir.

-----

 

Pour terminer l'évocation de ce phénomène qui nous ravit et nous terrorise tout à la fois, je vais citer quelques grands auteurs qui n'ont pas manqué de le célébrer  ou  d'en faire un symbole...

Si le feu brûlait ma maison, qu'emporterai-je ?  J'aimerais emporter le feu ... (Jean Cocteau)

La fibre la plus coriace doit s'amollir dans le feu de l'amour.  Si elle ne fond pas, c'est que le feu n'est pas assez fort   (Gandhi)

L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.   (François de La Rochefoucauld)

Le feu qui semble éteint souvent dort  sous la cendre  (Pierre Corneille)

Le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire  (Étienne de La Boétie)

Se noyer est une mort affreuse, car on meurt à petit feu  (La foire aux cancres, paroles d'élèves par Jean-Charles)

Nous rencontrons l'amour qui met nos cœurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendre (Tristan L'Hermite)

Le peuple, le feu et l'eau sont des forces indomptables  (Phoclyde de Milet, poète grec)

Dès qu'on dit feu Untel, c'est qu'Untel s'est éteint  (Léo Campion)

La gloire c'est la fumée sans feu dont on parle tant  (Jules Renard)

Fumée, rêverie du feu  (Jules Renard)

Gardez-vous un amour pour vos jours de vieillesse.  Allumez de bonne heure un feu pour votre hiver  (Victor Hugo)

Quelle chose merveilleuse serait la société des hommes, si chacun mettait de son bois au feu, au lieu de pleurnicher sur des cendres  (Alain)

Hiver froid :  ventre à table et dos au feu  (dicton)

-----

 

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un autre effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

 

25/02/2011

Ch. 29.9i - Les trésors de l'existence : La vie

 

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l’espèce humaine … en péril d’autodestruction …

Je suggère à ceux qui me font l’honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d’audience que constituent les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l’appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L’AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE… ELLE EST EN GRAND DANGER … !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d’une guerre mondiale entre l’Est et l’Ouest qui aurait entraîné une extermination d’une partie de l’humanité.

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9i  -  Les trésors de l'existence : La vie.


LA VIE est le fait de vivre, propriété essentielle des êtres organisés qui évoluent de la naissance à la mort en remplissant des fonctions qui leur sont communes (Grand Robert).

La physique, la chimie (...) se touchent, parce que les mêmes lois président à leurs phénomènes.  Mais un immense intervalle les sépare de la science des corps organisés, parce qu'une énorme différence existe entre leurs lois et celles de la vie. (Bichat, Recherche physiologique vie et mort, VII, in G. Canguilhem, la connaissance de la vie, page 117)

Les êtres vivants sont extrêmement abondants ; à plus de 350.000 espèces végétales s'ajoutent plus d'un million d'espèces animales (Andrée Tétry - Encycl. Universalis).

Jusqu'aux expériences de Pasteur (1860-1866), la génération spontanée était acceptée comme origine de la vie (tiré de ibidem).

L'argile, catalyseur efficace, en abondance sur terre  pourrait avoir favorisé de nombreuses réactions organiques et permis la  polymérisation  des acides aminés et /ou des acides nucléiques (Hypothèse Cairns-Smith)

-----

Le modèle standard le plus couramment accepté par les scientifiques est fondé sur l'enchaînement supposé des événements  suivants :

1. Des conditions prébiotique entraînent la création de molécules organiques simples, briques de base du vivant ...

2.  Des phospholipides (assemblage de deux acides gras : glycérol et phosphate) forment spontanément des doubles couches qui sont la structure de base des membranes cellulaires ...

3. Une  première forme de génome se crée (protocellule) par un mécanisme qui produit aléatoirement des molécules d'ARN-enzymes (ARN = Acide ribonucléique : molécule biologique trouvée dans tous les organismes vivants, y compris certains virus) ...

4. Ces ARN-enzymes sont remplacées par des protéines-enzymes grâce à l'apparition des ribozymes (fragments d'ADN qui activent et organisent la réplication de l'ARN) ... par la contraction de l'acide ribonucléique et des enzymes, les ARN possèdent la propriété de catalyser une réaction chimique spécifique. ...  Ils peuvent avoir joué le rôle de catalyseur et de support de l'information génétique. ... Combiné à l'ADN, on peut imaginer un monde prébiotique où l'ARN devient le précurseur de toutes les fonctions biologiques ...

5. L'ADN (acide désoxyribonucléique) apparaît et remplace l'ARN dans le rôle de support du génome, ... dans le même temps les ribozymes sont complétés par des protéines formant les ribosomes. ... C'est l'apparition de l'organisation actuelle des organismes vivants ...

 

-----

 

L'expérience Urey-Miller de production d'une soupe prébiotique dans un ballon en laboratoire est largement contestée en raison des chances minimes de trouver, à ces époques de création de la vie, de l'hydrogène en concentration suffisante  pour provoquer ce phénomène.

Beaucoup de théories militent en faveur d'une origine « extra-terrestre » de la vie ... (cfr : météorites de Murchinson)

 

-----

 

Le développement de la vie sur Terre a connu de nombreuses phases d'extinction et de renouvellement des faunes et des flores ... Parmi les principales, citons, ...

500 Ma (millions d'année) entre Cambrien et Ordovicien : existence de brachiopodes (mollusques), conodontes (sorte d'anguille primitive disparue) et trilobites (insectes arthropodes disparus) ...

435-440 Ma entre Ordovicien et Silurien : il se serait produit deux extinctions massives, peut être suite à une grande glaciation avec désordre climatique et écologique ... et des difficultés d'adaptation des espèces suite au  recul de la mer sur des centaines de kilomètres et son retour ...

365 Ma Nouvelle extinction progressive de 70 % des espèces sur une période de 3 millions d'année ...

245-352 Ma Extinction massive du Permien ... avec près de 95 % des espèces vivantes qui disparaissent ainsi que 70 % des espèces terrestres (plantes, invertébrés, vertébrés).

225 Ma milieu du trias ...  élimination d'une forte  proportion de reptile mammalien ou thérapsides  (premiers reptiles qui concurrencèrent les dinosaures) ...  ils  évoluèrent ensuite en différentes lignées de carnivores et d'herbivores alors dominant, laissant le champ  libre aux dinosaures ...

195 Ma L'extinction du Trias-Jurassique tue 20% des espèces marines, la plupart des diapsides (reptiles sauf  les tortues et les oiseaux) et les derniers grands amphibiens).

65 Ma Les extinctions du Crétacé tuent 50 % des espèces, dinosaures non aériens compris ...

Afin de mieux documenter cette dernière période-clé de l'histoire de la Terre, je trouve important de reproduire, ci-après,  les propos du professeur de Duve ...

« On sait depuis longtemps par les restes fossiles qu'une catastrophe planétaire a dû se produire il y a environ 65 millions d'années, provoquant l'extinction des dinosaures et de nombreuses autres espèces vivantes.  En 1978, deux physiciens  américains, Luis Alvarez et son fils Walter, trouvèrent des indices dont ils déduisirent que la chute d'un gros astéroïde était le phénomène responsable de ce cataclysme. Cette hypothèse a depuis été amplement confirmée et le point d'impact a même été localisé, en un endroit dénommé aujourd'hui Chicxulub dans la péninsule de Yucatan, au Mexique. Ce cas est fréquemment cité comme exemplaire de la portée considérable des effets que des circonstances environnementales fortuites peuvent exercer sur l'évolution biologique.  N'était un énorme boulet tombé du ciel, les dinosaures en seraient peut-être toujours à parcourir la terre, les mammifères mèneraient une existence précaire à l'ombre des grands reptiles et nous ne serions pas là pour le constater. »

D'autre part, nul n'ignore que  la fin de notre monde  est inéluctable dans un million ou deux d'années, quand notre soleil s'effondrera sur lui-même pour devenir ce qu'on nomme, faute de mieux, un trou noir, entraînant avec lui toutes ses planètes et nous par conséquent (Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans « A l'écoute du vivant - le poids du passé sur l'avenir de la vie. » page 215).

-----

La terre est la surface et le milieu de la vie qui est née dans un liquide, l'eau et s'est développée dans l'eau pour se répandre ensuite hors de l'eau.

La vie s'est créée «elle-même » un terreau dont se nourrissent les végétaux en cycles (appelés aussi cycles du carbone) qui nourrissent eux-mêmes les animaux pour retourner à l'inerte organique et le développer en transformant matière et énergie, selon la loi fondamentale de l'équilibre des forces qui régit l'Univers. (E=mc²)

Ce concept fut illustré par Lavoisier, en 1789, qui reformula une phrase d'Anaxagore de Glazomènes (500-428 avt J.-C) : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau »

-----

Tant que nous sommes en vie ou que nous restons en vie, même si nous ne sommes plus qu'un souffle de vie, nous ne sommes pas mort ... la vie nous fait exister, être, respirer, palpiter, subsister, croître, grandir ... nous profitons de la vie en coulant d'heureux jours et menant joyeuse vie ... nous donnons vie et l'enlevons ou l'ôtons  ... nous pouvons avoir la vie dure et survivre à nos malheurs ...

------

 

Le chant de la vie.

 

J'ai vu courir l'insecte

Que la rosée humecte,

 

J'ai vu le papillon

Au chaud dans le sillon,


J'ai vu l'oiseau agile

Sous l'arbrisseau fragile,

 

J'ai vu le lapereau

Blottir son doux museau,

 

J'ai vu la fière abeille

Sur la fleur qui s'éveille,


J'ai vu le tendre agneau

Taquinant les moineaux,

 

J'ai vu le petit faon

Dormir près d'un enfant,

 

J'ai vu le roi des cimes

Survoler les abîmes,

 

J'ai vu l'eau du ruisseau

Courir sous l'arbrisseau

 

J'ai vu le ciel s'ouvrir

Pour la rose fleurir

 

J'ai vu le cerf altier

S'enfuir dans les sentiers

 

J'ai vu l'aigle élégant,

L'épervier arrogant.

 

J'ai vu enfin la fleur

Nous offrant ses couleurs.

 

J'ai vu la vie partout :

Dans les prés et les champs,

Dans le ciel et dans l'eau,

Au doux soleil couchant

Et quand il est fardeau,

 

J'ai vu la vie partout :

Sous la pluie qui caresse,

Sous le vent qui ne cesse,

Sous l'orage rageur,

Et l'ouragan vengeur.

 

-----

 

Le poète se penche un peu sur la nappe d'argent qui brille en son cœur.  Il y voit tant de choses indéfinissables que son âme n'en peut plus de les  porter tellement elles sont subtiles, tellement elles sont évanescentes ...

Il voudrait tant atteindre ce sublime qu'il ressent dans son esprit mais qui reste en lui, qui lui démange l'âme ... qu'il n'exprimera jamais faute de mots ou de phrases  ... ou de cœur ...

C'est l'insatisfaction dans le sentiment de l'inachevé ... du lointain impossible à atteindre... d'un rêve inaccessible parce qu'inexprimable ... d'un éden qui sera toujours perdu ...

L'insatisfaction dans l'inachevé serait-ce la condition des « humains » ... ?

 

-----

 

Pour terminer, nous donnerons la parole aux écrivains et poètes qui n'ont cessé de chanter la vie et aux philosophes de disserter sur l'existence ...

La première partie de la vie se passe à désirer la seconde ; la seconde à regretter la première (Alphonse Karr)

Ne prenez pas la vie au sérieux ; de toute façon, vous n'en sortirez pas vivant (Bernard Fontenelle)

La vie, on est toujours à pester contre elle, et quand onla quitte, on râle  (Roland Bacri)

La vie devient une chose délicieuse, aussitôt qu'on décide de ne plus la prendre au sérieux (Henry de Montherlant)

Certes Dieu n'a pas besoin de l'existence ; c'est bien plutôt l'existence qui a besoin de Dieu (Alain)

La question de l'existence de Dieu demeure intimement liée à celle de la finalité de l'existence même de l'homme. (Jean-Paul II)

L'existence des chrétiens prouve la non-existence de Dieu (Louis Scutenaire)

Notre existence se trouve entre deux éternités (Timée, philosophe grec, sixième siècle avant J-C)

Toute société qui prétend assurer aux hommes la liberté, doit commencer par lui garantir l'existence (Léon Blum)

Toute existence tire sa valeur de la qualité de l'amour : « Dis-moi quel est ton amour et je te dirai qui tu es »  (Jean-Paul II)

Où la langue n'est point parlée, le peuple n'a point d'existence (Guido Gezelle)

Par la statistique, je pourrais prouver l'existence de Dieu (George Gallup)

La vie est l'ensemble des fonctions qui résistent à la mort (Bichat -célèbre médecin français, mort à 31 ans)

Il y a des gens à qui la mort donne une existence (Louis Scutenaire)

La vie d'un homme n'est qu'une lutte pour l'existence avec la certitude d'être vaincu (Arthur Schopenhauer)

L'athéisme est une négation de Dieu, et par cette négation, il pose l'existence de l'homme (Karl Marx)

N'existent que les êtres dans l'espace et le temps.  Dieu n'existe pas puisqu'il est éternel (Jean d'Ormesson)

Vivre est ce qu'il y a de plus beau au monde, la plupart des gens existent, c'est tout.  (Oscar Wilde)

 

-----

 

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un autre effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

 

 

 

 


18/02/2011

Ch. 29.9h - Les trésors de l'existence : Notre planète

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite) créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

 

 

 

Ch. 29.9h  -  Les trésors de l'existence : notre planète

 

LA TERRE est la surface sur laquelle l'homme, les animaux se tiennent et marchent, qu'il s'agisse de la surface terrestre, à l'état naturel ou aménagé, du sol d'une construction, d'une habitation, d'un véhicule et c'est aussi la matière qui forme la couche superficielle de la croûte terrestre, considérée dans sa surface (Grand Robert).

Données utiles : Circonférence orbitale : 924.375.700 km.  ... Vitesse orbitale moyenne : 29,783 km ... Satellite : la lune ... Rayon équatorial : 6.378,137 km ... Superficie : 510.067.420 km² ... Azote N2 : 78,084 % volume sec ...Oxygène O2 : 20,946 %  volume sec ...  Argon Ar : 0,9430  % volume sec ...  Vapeur d'eau H2O : 0,4 % volume global ...

La planète terre est constituée d'une croûte de 35 km, sous les continents, de 5 à 7 km, sous les océans et à 60 km dans la Cordillères des Andes en Argentine, alors que son sommet culmine à 6962 mètres par rapport au niveau de la mer ...  En dessous de cette croûte se trouve une partie solide en plaque, la lithosphère de 100 Km qui glisse et peut plonger jusqu'à 700 Km. dans un manteau de consistance plastique, l'asthénosphère (du grec asthenos, sans résistance) ...

Le concept d'asthénosphère apparaît à la fin des années 1960 avec la révolution de la tectonique des plaques en même temps que le concept de mésosphère ... L'asthénosphère est comprise entre la lithosphère et la mésosphère La profondeur de l'asthénosphère dépend donc directement de l'épaisseur de la lithosphère. Elle varie entre environ 100 km sous les océans (quelques km au niveau des rifts océaniques) et environ 170 km sous les continents ...

Viennent ensuite le noyau externe (2270  km. d'épaisseur) et le noyau interne ou graine (1216 km. d'épaisseur) pour trouver le centre de la terre.

Le mont Everest est le plus haut sommet à 8848 mètres d'altitude par rapport au niveau de la mer ... Le plus haut point du globe par rapport au centre de la Terre est le Chimborazo en Équateur qui culmine à 6268 mètres d'altitude par rapport au niveau de la mer ... La Terre ayant une forme ellipsoïdale avec un rayon 21 km plus important à l'équateur qu'aux pôles, la proximité avec l'équateur de Chimborazo le rend plus proche du centre de la Terre que l'Himalaya ...

La terre est la surface et le milieu de la vie qui est née dans l'eau et s'est développée dans l'eau pour se répandre ensuite hors de l'eau ...

La vie s'est créée «elle-même » un terreau dont se nourrissent les végétaux et les animaux en cycles (appelés aussi cycles du carbone) pour retourner à l'inerte organique et le développer en transformant matière et énergie, selon la loi fondamentale de l'équilibre des forces qui régit l'Univers. (E=mc²)

Ce concept fut illustré par Lavoisier, en 1789, qui reformula une phrase d'Anaxagore de Glazomènes (500-428 avt J.-C) : « Rien ne naît ni ne périt, mais des choses déjà existantes se combinent, puis se séparent de nouveau »

La Terre est la plus massive des quatre planètes telluriques (Terre, Vénus, Mercure et Mars - tellurique vient du latin tellus : sol, solide, non gazeux comme Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune) ...  Elles possèdent en général trois enveloppes concentriques (noyau, manteau et croute)  ...  Leur surface est solide et elles sont composées principalement d'éléments non volatils (roches silicatées, 97 % de la croûte terrestre) ... Les planètes telluriques sont beaucoup plus petites que les planètes gazeuses, mais ont une densité beaucoup plus élevée car elles sont composées de fers et de silicates  ...

Age et formation de la Terre : La terre ainsi que les autres  planètes du système solaire se sont formées il y a 4,467 milliards d'années à partir d'une nébuleuse solaire (masse de poussières et de gaz en forme de disque détachée du soleil en formation)  ... Initialement en fusion, la couche externe de la Terre s'est refroidie pour former une couche solide ... Plus tard, les impacts d'astéroïdes ont causé de nombreux changements sur l'environnement à la surface ...

L'activité volcanique intense de cette époque a produit une atmosphère primitive et de la vapeur d'eau condensée, mêlée à de la glace apportée par des comètes (petit corps du système solaire constitué d'un noyau de glace et de  poussière) ... Les océans et une activité chimique intense dans un milieu hautement énergétique ont produit des molécules capables de se reproduire, il y a environ 4 milliards et demi d'années ... La vie serait apparue 500.000 ans plus tard ...

L'apparition de la  photosynthèse met ensuite l'énergie solaire au service de la vie ... C'est un processus bioénergétique qui permet aux plantes et à certaines bactéries de synthétiser de la matière organique en exploitant la lumière du Soleil ... La feuille est l'organe spécialisé dans la photosynthèse chez les plantes vertes ... A l'échelle planétaire, ce sont les algues et le phytoplancton (plancton végétal) qui produisent le plus d'oxygène, suivi des forêts ...

La couche d'ozone ou ozonosphère désigne la partie de la stratosphère contenant une quantité relativement importante d'ozone (un pour cent mille) ... A haute altitude,  elle a pour effet de d'absorber la plus grande partie du rayonnement solaire ultraviolet, dangereux pour les organismes vivants ...

L'accumulation de dioxygène (O2) dans l'atmosphère favorise la vie animale et végétale ainsi que le développement d'une couche d'ozone (O3) dans la haute atmosphère (O2 devient O3), protégeant la surface de la planète de l'agression des rayons ultraviolets (5 % de l'énergie solaire) qui « tuent » la vie ...

Sans cette couche d'ozone, la vie n'aurait été possible que dans les océans à une profondeur suffisante de la surface des eaux, les ultraviolets ne pénétrant qu'en surface.

Le rayon de la Terre est variable : en effet le globe terrestre n'est pas parfaitement sphérique et le rayon réel équatorial est supérieur d'une vingtaine de kilomètres au rayon polaire ... Effet étonnant : le Mississippi dont la source se situe près des Grands Lacs, se déverse dans le golfe du Mexique à un niveau (distance du centre du globe) plus élevé que celui de sa source ... Si on évaluait l'altitude par rapport  au centre de la Terre, l'eau s'écoulerait donc du point le plus bas vers le point le plus haut ... En réalité le niveau des mers étant toujours pris comme référence des altitudes, le raisonnement en terme d'énergie mécanique est bien valide ...

-----

La terre ... nous la possédons ...  nous la travaillons ... nous la regardons transpirer dans le soleil ... nous y enfonçons nos doigts pour la fouiller amoureusement ... nous pénétrons sa glaise pour la façonner  ...  Elle est meuble, légère, grasse, lourde, maigre, vierge, arable, humide,

Elle se laboure pour les semailles ...  elle se cultive, elle se moissonne, elle se défriche, elle se fume, elle se pâture, elle s'enclave, elle se boise ...

Son argile est un cadeau des dieux : elle est en nos maisons, elle est en nos chaumières ... elle est au feu comme au four ...  elle est sur notre table en habit de porcelaine, elle est dans nos temples en vases antiques ... elle est de céramique sur nos murs ...

 

-----

 

Le chant de la Terre.

 

Ô toi, bout d'étoile, que Phébus nous donna

Pour susciter la vie dans la mer en veillée,

Dormant dans un lagon, creuset qui façonna

Le départ du vivant en mer ensoleillée.

 

Ô doux et chaud limon, précieux nid de la vie

Accorde en tes sillons la faveur des moissons

Qui montent vers le ciel, prières en unisson

Du pain de mes enfants et la joie de ma mie.

 

O toi, douce amante, qui nous endort le soir,

Chaude des feux du ciel et toute tiède encore,

Sois notre lit d'amour, notre couche d'espoir

Dans la nuit d'étoiles d'un ciel qui se décore.

 

Ô toi, sœur de la mer, qui guette les bateaux

Avec tous les enfants et l'épouse en manteau,

Celle qui tend les bras et celle qui s'empresse

De retrouver l'absent qui attend ses caresses.

 

Ô toi, planète bleue, orgueil de l'univers,

Qui étale au soleil sa vie exubérante,

Ses beaux jardins de fleurs, ses moissons abondantes

Donne-nous le printemps, éloigne les hivers.


-----

 

Pour parfaire cette évocation de celle qui nous porte et nous nourrit, je cède la place à nos grands hommes qui n'ont pas manqué de l'évoquer.

La terre nous en apprend plus long sur nous que tous les livres, parce qu'elle nous résiste.  L'homme se découvre quand il se mesure avec l'obstacle.  (Antoine de Saint- Exupéry)

L'homme suit les voies de la Terre, la Terre suit les voies du Ciel, le ciel suit les voies de la Voie, et la Voie suit ses propres voies.  (Lao-Tseu)

La Terre seule demeure immortelle, la mère d'où nous sortons et où nous retournons. (Émile Zola)

Il ne sert de rien à l'homme de gagner la Lune s'il vient à perdre la Terre.  (François Mauriac)

Paix sur la Terre aux hommes de bonne volonté (Saint Luc)

Il est dans la nature de l'homme de piétiner ce qui est à terre.  (Eschyle)

Il y a tant de choses entre le Ciel et la Terre que les poètes sont seuls à les avoir rêvées  (Friedrich Nietzsche)

La loi d'amour est dure, mais tout injuste qu'elle soit, il faut néanmoins la subir, car elle uni le Ciel et la Terre depuis l'origine des temps  (Pétrarque)

Le nez de Cléopâtre, s'il eût été plus court, toute la face de la Terre aurait changé (Baise Pascal)

Il n'y a aucun pays de la Terre où l'amour n'ait rendu les amants poètes. (Voltaire)

L'autre jour j'ai rêvé que je me trouvais devant les portes du paradis.  Et saint Pierre me disait : « retourne sur Terre, il n'y pas de bidonville ici » (Mère Teresa)

Comment savez-vous si la Terre n'est pas l'enfer d'une autre planète ? (Adlous Huxley)

On a trouvé, en bonne politique, le secret de faire mourir de faim ceux qui, en cultivant la terre, font vivre les autres (Voltaire)

Vous oubliez que les fruits sont à tous et que la Terre n'est à personne (Jean-Jacques Rousseau)

Un souvenir heureux est peut-être sur Terre plus vrai que le bonheur (Alfred de Musset)

L'Église dit que la Terre est plate, mais j'ai vu l'ombre sur la lune et j'ai plus foi en l'ombre qu'en l'Église (Fernand de Magellan)

 

------

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

 

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

-----

 

 

 

 

 

11/02/2011

Ch. 29.9g - Les trésors de l'existence : le soleil

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite) créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.9g -  Les trésors de l'existence : le Soleil

 

LE SOLEIL est l'astre qui donne la lumière et la chaleur à la terre, et rythme la vie à sa surface (Grand Robert) (du latin Sol - en grec Hélios) : Demi-grand axe de l'orbite de la Terre : 149.597. 870 km ...  Distance du centre de la voie lactée : 2,50x1017 km ou  8700 parsec  ...  Vitesse :  217 km/sec ...  Diamètre :  1.392.000 km  ...   Surface :  6,09x1012 ...  Volume :  1,41x1018 km 3 ... Masse : 1,9891x1030 kg  ...  Température au centre : 15,1 MK - à la surface 57 81 k - à la couronne : 5 MK  ... Son rayon vaut environ 100 fois celui de la terre ...  et sa masse environ 340.000 fois celle de la terre ... densité moyenne : 1,4 ... Comprend la chromosphère, la couronne et la photosphère (épaisseur 300 km.)

Le soleil est un gros producteur d'énergie, l'étoile centrale du système solaire ... C'est une étoile moyenne du type naine jaune qui transforme dans son centre  de l'hydrogène en hélium par un processus de fusion nucléaire ...

La chaleur dégagée par le soleil augmentera au fil du temps ... A long terme, dans plusieurs centaines de millions d'années,  elle atteindra un niveau tel que la vie ne sera plus possible sur terre ... il épuisera  ses réserves d'hydrogène dans un peu plus de cinq milliards d'années ... Il s'effondrera alors sur lui-même en se transformant en naine blanche, très dense et peu lumineuse ... il se refroidira ensuite pour devenir une naine noire ...

Il fait le tour de sa galaxie en 250 millions d'années ... des changements importants de la faune et de la flore sont dus à son passage dans des nuages d'électrons  du plan galactique provoquant des périodes de glaciations ...  Il tourne sur lui-même avec une période de 27 jours terrestres   ... comme ce n'est pas un objet solide, il subit une rotation différentielle qui le fait tourner  plus rapidement à son équateur (25 jours) qu'à ses pôles (35 jours) ...

Le système solaire est situé dans la voie lactée qui est une galaxie du type spirale barrée (les bras spiraux n'émergent pas du centre de la galaxie, mais d'une bande d'étoiles traversant ce centre).  Cette galaxie est d'un diamètre d'environ 100.000 années- lumière et contient 200 milliards d'étoiles ...  La situation  de notre système planétaire est favorable à l'évolution de la vie sur terre en le situant dans une zone privilégiée de stabilité interstellaire lui évitant des collisions catastrophiques ...

Dans notre galaxie, on compte relativement peu d'étoiles distantes de moins de 10 années-lumière du Soleil, le système plus proche étant celui d'Alpha du centaure à 4,4 années-lumière ...

C'est l'énergie solaire qui rend possible la vie sur Terre par apport de chaleur et de lumière permettant la présence d'eau à l'état liquide et la photosynthèse des végétaux (phénomène qui permet aux plantes et certaines bactéries de synthétiser de la matière organique en exploitant la lumière du soleil, grâce à la chlorophylle qui est un pigment assimilateur des végétaux photosynthétiques responsable de la couleur verte des végétaux   -  la longueur d'onde la moins absorbée du rayon lumineux étant le vert, c'est sous cette couleur que la feuille nous apparait)

Il est incontestable que notre planète n'est qu'un minuscule « déchet de soleil » puisque à lui seul, le soleil représente  99,86 % de la masse totale du système solaire ... Les 0,14 % restants représente la masse des planètes dont la terre, une des plus petites ... Elles sont au nombre de huit (si on exclue Pluton que les scientifiques hésitent de qualifier de planète) : En donnant  à la terre un diamètre équatorial et une masse de 1 ... Mercure a un diamètre de 0.382 (0.06 de masse) Vénus  0,949 (0.82)... Mars 0.532  (0,11)  ...Jupiter 11,209  (317,8)  ... Saturne  9,449 (95,2) ...  Uranus 4,007  (14,6)  ...  Neptune 3,883  (17,2)  ...

Dans sa symbolique et ses mythes, le soleil représente le pouvoir et s'il disparaît, la vie aussi ( il est le donneur de vie). En général il est masculin et actif, sauf  pour les japonais pour lesquels il sera la grande déesse kami  Amaterasu, sœur de Tsukuyomi, le kami de la lune (la famille impériale japonaise se targue de descendre d'Amaterasu) ... Dans l'Égypte antique, Amon Râ ou Rê est le dieu Soleil et un des dieux le plus important  ... Le pharaon Akhénaton en fera son dieu unique sous le nom d'Aton ...  Dans le panthéon grec, Apollon (ou Phébus : celui qui brille) est le fils de Zeus et Hélios sera la personnification du dieu lui-même ...

L'histoire a conservé des traces d'événements solaires comme l'éclipse solaire de 1223 av.J.-C.  qui ont été gravés sur une table d'argile dans la cité d'Ugarit (en Syrie d'aujourd'hui) ...  Anaxagore d'Athènes (500-428 av.J.-C.) fut exilé parce qu'il prétendait que le Soleil était un corps très grands éloigné de la Terre, on prétendait alors que la Terre était plate et que le Soleil était un dieu ...  La première tentative de calcul mathématique de la distance Terre-Soleil eut lieu en 200 avt. J.-C. par Aristarque de Samos ... Claude Ptolémée déclare en 150 après J-C que la Terre est un corps stationnaires au centre de l'Univers et que le Soleil, la Lune et les autres planètes tournent autour de la Terre ... C'est en 1543 que Copernic présentera son modèle d'Univers avec le Soleil au centre et les planètes tournant autour de lui ... mais ce n'est qu'en 1644 que Descartes énoncera une théorie selon laquelle  le Soleil est une étoile parmi bien d'autres ...

 

-----

Il est pâle, ardent, brûlant, radieux, de plomb, lourd, luisant, clair ...Il darde ses rayons, il dore et empourpre les choses, il brille dans le ciel, il étincelle et s'irise le matin ... il éblouit quand on veut le regarder ... Il grille, rôtit, dessèche ... Il mûrit les fruits ... Il calcine, consume, dévore, dessèche ... il frappe ... il noircit ... il bronze ... il se couche et s'endort ... Il éclaire

 

Hymne au  soleil.

 

Ô, bel astre du jour

Hautain en ton séjour

Écoute les prières

Des vivants de la terre.

 

Écoute-les le soir

Quand meurt l'horizon

Pleurer de ne plus voir

L'éclat de tes rayons.

 

Écoute le matin

La coq qui te salue,

La commère aux potins,

Les enfants dans les rues.

 

Écoute les prières

Des hommes de la terre

Qui t'implorent à genoux

De laisser ton courroux.

 

Écoute la chanson

De vulcain à la forge,

Des blés murs en moisson,

Et du vin qui dégorge.

 

Écoute encor toujours,

Ces longs refrains d'amour,

Ce chant des amoureux

Que tu rends si heureux

 

Écoute aussi le soir,

Quand alors tu t'endors

La nuit en voile noir

Te border, tendre alors.

-----

Pour terminer cet hommage à celui qui chaque matin nous réveille de sa lumière ... qui nous réchauffe en écartant les nuages ... qui vient après l'orage et la pluie ... voici quelques belles évocations d'auteurs célèbres :


Le soleil ni la mort ne se peuvent regarder fixement  (La Rochefoucauld)

Un soleil n'éclipse pas un soleil.  Un soleil n'est jamais éclipsé que par des lunes. (Victor Hugo)

Certains peintres transforment le soleil en un point jaune ; d'autres transforment un point jaune en soleil (Pablo Picasso)

Quand je suis triste, je pense à vous, comme l'hiver on pense au soleil, et quand je suis gai, je pense à vous, comme en plein soleil on pense à l'ombre (Victor Hugo)

La gloire est le soleil des morts (Honoré de Balzac)

Que le soleil ne se couche pas sur votre colère (Saint Paul)

Il y a de la place au soleil pour tout le monde, surtout quand tout le monde veut rester à l'ombre (Jules Renard)

La vérité est le soleil des intelligences (Vauvenargues)

Le bonheur est une petite chose que l'on grignote, assis par terre, au soleil (Jean Giraudoux)

De deux choses lune, l'autre c'est le soleil (Jacques Prévert)

Le soleil couchant est souvent beau.  Seulement le crépuscule est trop près de  lui ! (Li Chang-Yi)

Le soleil est l'ombre de Dieu (Michel-Ange)

Jamais le soleil ne voit l'ombre (Léonard de Vinci)

L'espérance, c'est sortir par un beau soleil et rentrer sous la pluie (Jules Renard)

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

 

-----

 

 

 

 

 

 

04/02/2011

Ch. 29.9f - Les trésors de l'existence : l'air et le vent

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9f  -  Les trésors de l'existence :  L'air et le vent.

 

L'atmosphère terrestre est constituée d'une enveloppe gazeuse(l'air) que respirent les êtres vivants : L'air sec se compose de 78,8 % d'azote, 20,95 % d'oxygène, 0,933 % d'argon (du grec argos = paresseux -  il a la propriété d'être un gaz inerte et est utilisé dans les lampes à incandescence classique, la soudure à l'arc, les réservoirs d'extinction d'incendie ...) en dehors de ces composants, on y trouve en quantité minime du dioxyde de carbone, du néon, de l'hélium, du méthane, du krypton, du dihydrogène et de la vapeur d'eau (sauf à l'état sec)  ...

 

L'ATMOSPHÈRE COMPREND PLUSIEURS ZONES SUIVANT L'ALTITUDE

La troposphère s'étend depuis la surface du sol jusqu'à 8 à 15 km d'altitude ... (13 à 16 km à l'équateur et  7 à 8 km aux pôles) ... C'est dans cette couche que se produisent par condensation les nuages et la pluie ... et les vents par mouvements atmosphériques horizontaux et verticaux...

La stratosphère : s'étend de 8 à 15 km d'altitude jusquà 50 km ... c'est là que trouve la couche d'ozone (ozonosphère) suite à l'action du rayonnement solaire sur le dioxygène entre 20 et 50 km d'altitude - Son action a pour effet  d'absorber le rayon ultraviolet qui est dangereux pour les organismes vivants  - L'ozone est aussi un excellent filtre éliminant  les microorganismes dangereux qui l'atteignent  -  Il est très dilué, concentré il ne couvrirait la surface de la terre que d'une couche de 3 millimètres -  Sa formule chimique est O3 c'est-à-dire que sous l'action des rayons cosmiques l'oxygène  O2 se divise pour former 03 ...

La mésosphère : (du grec mésos : milieu) et mésopause A ces altitudes, entre 50 et 80 km, la température décroit jusqu'à 80° à 100° en dessous de zéro ... Les météorites y brulent ... ce phénomène apparait sous la forme d'étoiles filantes ...

La thermosphère : Commence à 80-85 km jusqu'à 640 km  ... (thermopause entre 500 et 1000 km) la température y augmente avec  l'altitude jusqu'à 1500 degrés, mais ne se ressentirait pas à cause de la faible pression ... C'est dans cette couche qu'orbite la station spatiale internationale (ISS) ...

L'ionosphère : est la partie de l'atmosphère ionisée par les radiations solaires, elle s'étend de 50 à 1000 km ... elle joue une rôle important dans l'électricité atmosphérique et forme le bord intérieur de la magnétosphère ... favorise la propagation des ondes radio sur la terre qui sont retournées avec un certain angle qui leur permet de faire presque le tour de la terre ... est responsable aussi des aurores  boréales et australes ...

L'exosphère : au-dessus de la thermosphère ( de 350 à 800 km d'altitude à  50.000 km) ... C'est la zone idéale pour l'orbite des satellites à cause de la rareté des collisions entre particules comparables au milieu interplanétaire ... D'où exceptionnelle durée de vie des satellites qui ne subissent plus le freinage permanent dû aux éléments contenus dans les zones plus basses ...


LA PRESSION ATMOSPHÉRIQUE .

La pression atmosphérique est le résultat direct du poids total de l'air se trouvant au-dessus du point où la pression est mesurée ...

Elle est mesurée avec le baromètre à mercure ... Les premiers qui ont constaté les effets de la pression atmosphérique furent , à l'époque de Galilée, vers 1635, les ingénieurs et fontainiers de Florence chargés de construire de gigantesques pompes aspirantes pour amener l'eau dans les jardins du palais ...

Ils constatèrent avec stupéfaction que leur pompes aspirantes ne pouvaient élever l'eau que d'une dizaine de mètres ... On retrouva dans les notes de Galilée qu'il avait songé que l'air devait avoir un poids, mais n'en n'avait tiré aucune conclusion ...

A l'époque, on prétendait que l'eau s'élevait dans les tubes par aspiration parce que la nature a horreur du vide alors qu'elle est refoulée par l'effet d'une pression extérieure ... Tout le monde sait maintenant que cette c'est ce phénomène qui fait que les pompes les plus puissantes n'aspireront jamais l'eau à plus de dix mètres de profondeur ...

Torricelli succède à Galilée comme physicien à la cour du Duc de Toscane ... Il reprend les notes de son prédécesseur et fait  des expériences prouvant que la pression atmosphérique est responsable de la montée de l'eau dans un espace vide. .


LE BAROMÈTRE (du grec  baros : poids, pesanteur)

Torricelli invente le baromètre en 1643 (il ne fut appelé baromètre qu'en 1665/66 par Robert Boyle) en remplaçant l'eau par du mercure qui est 13,6 fois plus dense, ce qui permet de le contenir dans un tube plus mince ...  Torricelli remarquera aussi que la hauteur du mercure dans le tube varie avec les changements climatique et qu'une baisse précède généralement une période de mauvais temps (pluie) ... Ce baromètre appelé à cuvette était constitué d'un tube ouvert plongé dans une cuvette de mercure, la pression atmosphérique faisant monter le mercure à environ 76 cm  ...

Blaise Pascal pense comme Descartes que l'air a un poids et que le mercure doit monter plus haut si on fait l'expérience à plus haute altitude ... Il refait l'expérience à diverses altitudes chez son frère qui habite au pied du puy de Dome et constate bien que la hauteur du mercure diminue bien au fur et à mesure que l'on s'élève ...

Différends baromètres furent perfectionnés par la suite (à cadran, à siphon, à gaz, anéroïde, à ressort, etc. ...) ainsi que les barographes ou baromètres enregistreurs utilisés dans les stations météorologiques ...

Le baromètre peut servir également à la prévision du temps, l'approche d'une dépression  (creux barométrique) se traduit par une tendance à la baisse sur une période de l'ordre de 3 à 12 heures ... la valeur et la rapidité de la baisse de pression sont des indicateurs valables de l'intensité de la perturbation atmosphérique qui s'approche ...

 

LA VENT ET LES VENTS.

L'atmosphère crée un mouvement, appelé vent, dans la masse de gaz située à la surface notre planète ... Neptune et Saturne connaissent des vents violents ... Les vents sont provoqués par un réchauffement inégalement réparti à la surface de la planète par l'énergie solaire et la rotation de la planète ...

On mesure sa vitesse avec un anémomètre (invention de Robert Hooke) ... Blaise Pascal fut le premier à décrire le vent comme un mouvement de l'air ...  Il oxygène les océans par agitation de sa surface ... il disperse de nombreux agents organiques et inorganiques ... façonne la forme de plantes et le relief du sol ... influence le déplacement des insectes volants et des oiseaux migrateurs ... il est aussi une source d'énergie pour le travail mécanique (moulin à vent, éolienne)

La direction du vent est indiquée par une girouette, invention de la Grèce antique ... Même en son absence, on peut le créer et le ressentir par un déplacement rapide dans l'air (vélo, moto) .

El Nino est un courant d'eau chaude de surface qui envahit la partie orientale du Pacifique Sud suite à un affaiblissement des alizés vents équatoriaux  ... tandis que la Nina est l'inverse du phénomène ...

La mousson est le nom d'un système de vents périodiques des régions tropicales, actif particulièrement dans l'océan indien et l'Asie du Sud  ... Certains systèmes météorologiques  sont si stables et si anciens que les vents ont reçu un nom comme Mistral, Tramontane, sirocco, Chinook, Khamsin, Simoun  ... et aussi : Aquilon, Zéphyr, Fœhn,  Alizés,  ... et bien d'autres encore ...

Les causes principales des grands flux de circulation atmosphérique sont la différence de température entre l'équateur et les pôles qui cause des différences de pression et la rotation de la Terre qui dévie le flot d'air qui s'établit entre ces régions ...

Le vent est l'élément majeur des systèmes météorologiques puisqu'il est leur médium de transport ...  Cependant la terre est très irrégulière dans la forme de ses continents et l'ensoleillement dépend non seulement des saisons mais également de la couverture nuageuse qui est soumise au vent qui tire son énergie des différences de température qui sont une des résultantes de l'ensoleillement ...

Le vent obéit ainsi aux lois de l'effet domino, la difficulté résidera dans le nombre de facteurs à prendre en compte quant à la prévisibilité du résultat puisque le vent se nourrit de multiples sources : d'autres vents, les différences de température entre deux zones géographiques ou entre deux couches d'atmosphère, la rotation de la Terre, l'attraction terrestre, les effets sur le relief, etc. ...

Le record du vent le plus violent (en dehors des tornades) jamais observé scientifiquement sur Terre a été homologué, début 2010 et a eu lieu le 10 avril 1996 lors du passage du cyclone Olivia à l'île de Barrow (Australie Occidentale)  ... Il avait atteint pendant une minute 230 km/h.

Le vent inspire les religions qui en font des divinités : Eole (Rome)  -  Borée, Euros,Notos,Zéphir (Grecs)  Fujin (Japon)   Chi Po (Chine)  Amon (Égypte) Kirk (Celtes) Kukulcan(Mayas) djinns(Arabes)

Expressions de langage :  Vent de liberté, de panique de folie ...Contre vents et marées ... Du vent ...Quel bon vent vous amène ... Qui sème le vent récolte la tempête ... Être ouvert aux quatre vents ... Être ou ne pas être dans le vent ... Le vent tourne ... Avoir eu vent de ...

L'air est le composant dans lequel nous « baignons » bien qu'il nous soit invisible et ne soit perceptible que lorsqu'il est en mouvement - il est alors : vent ... souffle, brise, tempête, ouragan, typhon, cyclone, bourrasque, rafale, tourmente, bise, bouffée ...

-----

Il s'élève dans les vallées ;  il fraîchit le jour brûlant ;  il murmure dans les sources ;  il siffle et mugit depuis les sommets ;  il souffle, fait rage et s'engouffre dans les vallées ;  il hurle dans les torrents ; il bruit, chuchote, murmure, frissonne et frémit dans les branches ;  il fouette, caresse le visage ; il gonfle les voiles ;  il fait tourner les girouettes ; ...  il est frais, froid, doux, chaud, tiède, léger, fort, violent, impétueux, furieux ...

-----

 

Le chant de l'air et du vent.

 

Ô toi, subtil ami

Qui en nos corps a mit

La vie de notre sang

Palpitant en nos flancs.

 

Ô toi, souffle du soir,

Baiser des matins clairs

Qui affleure la mer

Luisante en son miroir.

 

Ô toi, chanson d'Éole

Courbant les moissons folles,

Tu t'égares dans les monts

Les crêtes et les vallons.

 

Ô toi, souffle des voiles,

Au jour et aux étoiles,

Tu pousses les vaisseaux

Suivis de grands oiseaux.

 

Ô toi, fils des gros vents,

Tempête en océan,

Tu calmes en vain tes pères,

Rugissant, en colère.

 

Ô toi, parfum des cimes,

Dans le lac de nos ciels,

Tu es notre arc-en-ciel.

Aux dieux que nous servîmes.

 

-----

 

Poètes et écrivains ne manqueront pas de s'en donner à cœur-joie pour « jongler verbalement » avec ces merveilles de notre existence : l'air et le vent ...

Je plains ceux qui ont l'air intelligent ; c'est une promesse qu'on ne peut tenir (Alain)

 

L'air est plus pur à  la campagne parce que les paysans dorment les fenêtres fermées (Eugène Ionesco)

 

L'indifférence donne un faux air de supériorité (Joseph Joubert)

 

Il est si vieux qu'il ne sort de sa bouche que des mots qui ont l'air historique (Jules Renard)

 

L'air de Paris est si mauvais que je le fais toujours bouillir avant de respirer (Erik Satie)

 

Son âme : une bulle d'air dans une boule de chair (Jules Renard)

 

Qui sème le vent récolte la tempête (Osée - prophète hébreux du septième siècle avant J-C)

 

Le vent souffle où il veut ; tu entends sa voix, mais tu ne sais ni où il vient ni où il va. (St Jean)

 

Autant en emporte le vent (François Villon)

 

Notre intelligence c'est une bougie en plein vent (Jules Renard)

 

L'hirondelle, le jouet préféré du vent (Jules Renard)

 

Le vent qui éteint une lumière, allume un brasier (Pierre-Augustin Caron Beaumarchais)

 

Petite pluie abat grand vent (proverbe français)

 

La vie est une bougie dans le vent (proverbe japonais)

 

La gentillesse c'est de l'amour donné par petites bouffées (anonyme)

 

La rêverie vagabonde est nécessaire à une bonne hygiène de vie, à l'équilibre de l'homme dans la bourrasque quotidienne (Bernard Pivot)

 

 

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

 

-----

 

 

28/01/2011

Ch. 29.9e - Les trésors de l'existence : l'eau.

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite) créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l’ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9e  -  Les trésors de l'existence : l'eau.


Après avoir évoqué les deux moyens de perception du monde extérieur que sont le toucher et la vue ... grâce auxquels  les êtres vivants prennent connaissance de la forme et de la reproduction de ce qui nous entoure par  l'image visuelle et le toucher, nous estimons qu'il est nécessaire d'en souligner l'importance ... et se laisser aller à l'enthousiasme émerveillé d'en disposer ... pour enrichir notre existence.

Ces deux facultés nous permettent de profiter de l'essentiel des satisfactions de notre courte vie ... La vue et le toucher nous situent par rapport à l'objet ... et la vue reconstitue dans le cerveau le monde extérieur en relief et en couleur ...

C'est ce qui nous permet de nous extasier sur la « beauté du monde » ... qui suscite en nous le sentiment du  sublime que nos sens livrent à notre perception cérébrale pour nous émerveiller ... et nous procurer la sensation du bonheur ...

Définition du sublime : Ce qu'il y a de plus élevé, dans l'ordre moral, esthétique, intellectuel (Grand Robert) - Très beau, très grand, très haut placé dans l'échelle des valeurs esthétiques ou morales (Hachette) - Qui est le plus élevé, en parlant de choses morales ou intellectuelles (Larousse) - Qui s'élève à une grande hauteur intellectuelle ou morale, en parlant des personnes (Littrè)

Cette précieuse faculté, le poète qui domine toujours en moi et en nous, même si nous nous en défendons, va profiter de ce chapitre pour donner libre cours à des débordements  dithyrambiques qu'il espère de bon aloi pour la magnifier, en affinant sa pensée jusqu'aux plus hauts sommets du lyrisme ...

A nos premiers géniteurs d'abord, l'eau, l'air et notre planète terre, eux qui ont engendré la vie ... avec la particularité qu'ils sont rares ou absents dans l'univers ...

A notre première mère physique d'abord, l'eau sous forme liquide : elle est sans doute très rare dans l'univers, ses conditions de liquéfaction exigeant une distance d'ensoleillement précise ... mais, c'est le milieu qui convient idéalement à la vie ...

La vie est née dans l'eau (peut-être dans des lagons tièdes) par apport des premières particules sans doute d'origine cosmique ...

La vie s'est développée dans l'eau et a créé hors de cet élément un milieu favorable à son extension sur tout le globe terrestre, c'est-à-dire, l'air, qui est maintenu dans la stratosphère par une couche d'ozone protectrice et régulatrice des retombée cosmiques ...  La terre est devenue ainsi une véritable cornue produisant la vie marine et terrestre...

-----

L'EAU est donc notre milieu originel, Formule chimique H2O (donc chaque molécule d'eau se compose d'un atome d'oxygène en entre deux atomes d'hydrogène) ...  C'est aussi  le principal composant de tous les organismes vivants  ... la vie s'en abreuve ... Nos ancêtres marins en proviennent ... l'eau c'est la mer, les ruisseaux, la fontaine ...

Le mot eau vient du latin aqua par passage en langue d'oc éwe, comme en Wallon, ... quant au préfixe hydro, il dérive du grec ancien  hudor ...

Le corps humain est composé à 65 % d'eau pour un adulte, à 75 % chez les nourrissons et à 94 % chez les embryons de 3 jours. Les animaux sont composés en moyenne de 60% d'eau et les végétaux à 75%. On retrouve néanmoins des extrêmes : la méduse (98%) et la graine (10%).

Le volume approximatif de toutes les réserves d'eau de la Terre est de 1 milliard 360 millions de Km³ ... dont 1 milliard 320 millions (97,2 %) dans les océans ... 25 millions dans les glaciers et calottes glaciaires ... 13 millions sont des eaux souterraines ... 250  mille se retrouvent sous forme d'eau douce dans les lacs, les mers intérieures et les fleuves ... et 13 mille sous forme de vapeur d'eau atmosphérique à un moment donné ...

Il est intéressant de signaler que le gramme a été introduit lors de la révolution française par la loi du 7 avril 1795 comme masse d'un centimètre cube d'eau à la température de 4 degré centigrade.

Un étalon en platine d'un kilogramme ainsi qu'un étalon du mètre furent déposés, le 22 juin 1799 ...  Ils devinrent ainsi les références de base du système métrique ...  On l'a appelé la triade unificatrice « décimètre-kilogramme-litre) à la base de toutes les mesures métriques  (un décimètre cube d'eau, soit le litre, étant le contenu d'un cube de dix centimètre de côté, le centimètre étant lui-même, la dixième partie du mètre qui est la quarante millième partie de la circonférence terrestre.)

La tension superficielle de l'eau ou énergie de surface est la tension qui existe à la surface de séparation de deux milieux ... c'est ce qui permet aux insectes de marcher sur l'eau  ... à la rosée de ne pas s'étaler sur les pétales des fleurs ... et explique la formation des bulles de savon ...

L'eau doit exister en abondance sous la forme de glace dans l'univers et dans d'autres galaxies parce que ses composants, l'hydrogène et l'oxygène, sont parmi les plus abondants dans l'univers ...

La distance nécessaire à maintenir une température de liquéfaction de l'eau, dépendant de son orbite autour de sa source de chaleur est tellement précise qu'il est sans doute rare de trouver les mêmes conditions dans l'Univers que celles, idéales, de notre planète terre ...

Quant à l'origine de l'eau dans l'Univers, on peut dire que l'hydrogène s'est produit très tôt dans l'Univers puisque c'est le premier atome formé  après le Big Bang ... L'oxygène, quant lui, s'est produit un peu plus tard à la suite d'une réaction de fusion thermonucléaire au sein de certaines étoiles ... Ces deux atomes se combinent au cours d'une réaction exothermique  ( qui dégage de la chaleur) pour former l'eau ...

Le point d'ébullition de l'eau, 100 degré C (appelé Celsius depuis 1948)  est élevé par rapport à un liquide de poids moléculaire égal ... Au sommet de l'Everest, l'eau bout à 68 degré C et à 100  degrés C au niveau de la mer et les eaux profondes (volcans sous-marins) peuvent atteindre des centaines de degré et rester liquide ...

C'est le frétillement des sources et la colère des torrents ... la rosée sur la fleur et la perle sur la feuille ...   la pluie au visage et le chant sur les vitres ... les nuages qui se traînent et ceux qui bourgeonnent  ... les brumes ouatées et les embruns fantômes... les papillons de neige et les flocons de soie ...  les glaciers en couteaux et les sommets azurés ... la mer bordée d'horizon et l'océan écumeux  ...

C'est elle aussi qui purifie, qui rafraîchit, qui coule, qui cascade, qui sauve, qui grossit, qui bénit, qui dort, qui stagne, qui goutte, qui inonde, qui tourbillonne, qui arrose, qui abreuve, qui lave, qui asperge, qui baptise, qui dilue, qui trempe, qui immerge, qui baigne, qui guérit, qui soigne, qui barbotte, qui jaillit, qui suinte, qui affleure, qui ondule ...

-----

Le chant de l'eau.

 

Pureté de l'eau

Glissant au bout des doigts

En larmes cristallines,

Perles d'argent des sources,

 

Eau de douceur,

Eau de fraîcheur

Caressant nos corps lourds,

Fatigués du jour,

 

Eau qui paresse,

Eau qui languit

Et marmonne

Dans les ruisseaux,

 

Eau de grandeur,

Eau de majesté,

Mangeuse de rivages,

Qui s'effondre en torrents

Et s'enroule en lourdes vagues

De mers et d'océans,

 

Tu es notre âme,

La source de nos vies,

La fraîcheur de nos sens,

Le satin de la nuit

Et le jour qui se mire.

 

-----

 

 

Et voici quelques citations « choisies » pour s'associer aux grands auteurs qui ont « joué » avec l'eau :

Il y a trois sortes d'homme politique : ceux qui troublent l'eau ; ceux qui pêchent en eau trouble ; et ceux, plus doués, qui troublent l'eau pour pêcher en eau trouble (Arthur Schnitzler, écrivain allemand ami de Sigmund Freud)

L'eau en poudre : il suffit de rajouter de l'eau pour obtenir de l'eau. (Jean Baudrillard - sociologue français)

Que vous jetiez l’océan ou un verre d'eau sur le trou d'une aiguille, il n'y passera toujours qu'une goutte d'eau. (Jules Renard)

Pour arriver, il faut mettre de l'eau dans son vin jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de vin. (Jules Renard)

Verre d'eau : quantité de liquide dans lequel les autres se noient.  (Pierre Daninos)

Consommée avec modération, l'eau ne peut pas faire de mal. (Mark Twain)

A l'échelle cosmique, l'eau liquide est plus rare que l'or.  (Hubert Reeves)

Il vaut mieux mendier du pain sur terre que de l'eau en enfer.  (Saint Luc)

La vie,  comme l'eau de mer, ne s'adoucit qu'en s'élevant vers le ciel. (Alfred de Musset)

Le vin,  c'est la lumière du soleil captive dans l'eau. (Galilée)

L'ami est plus nécessaire que le feu et l'eau.  (Cicéron)

Être jardinier, c'est être comme le Bon Dieu, c'est donner vie et beauté avec de la terre, de l'eau et des graines.  (Jean Chalon)

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l'écho de l'avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu'il y met en exergue ...

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

 

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

21/01/2011

Ch. 29.9d - Nos moyens sensoriels : La vue.

 

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite) créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Nos moyens sensoriels : La vue.

 

La vue est le plus important de nos sens … C’est la fenêtre de notre merveilleuse entité organisée pour être indépendante … Elle nous procure les plus grandes joies, tellement elle est capable de transmettre à notre cerveau des signes lui permettant de décoder une infinité de sentiments ressentis à la perception de formes et de nuances qu’en se décomposant la lumière nous transmet …

La perception des formes et des couleurs est très rudimentaires chez la plupart des êtres vivants … Elle ne s’est développée qu’en raison de la nécessité … les mammifères les plus évolués eux-mêmes n’en sont que pauvrement pourvu de cette faculté que l’humain, lui, a développée avec l’évolution de son cerveau…

En réalité, les couleurs, les formes, les reliefs et les contours parviennent à notre cerveau sous la forme de photons qui proviennent de leur source, le soleil ou l’électricité, que notre œil reçoit, et que les cellules cérébrales de la vision décodent en « images avec le relief et les couleurs »

Les photons (du génitif grec photos, lumière) est la particule qui compose les ondes électromagnétiques, des ondes radio aux ondes gamma en passant par la lumière visible. … Le soleil est un émetteur de photons-lumière et de chaleur … Il rend possible la vie sur terre …

L’ombre est un phénomène résultant du placement de l’émetteur (le soleil) par rapport au récepteur (nous) … la source lumineuse est coupée par un corps quelconque qui lui fait obstacle …, et projette son « ombre » suivant son placement par rapport à cet émetteur … la forme et la taille de l’ombre dépendent géométriquement du placement des trois (l’objet, l’œil et la source lumineuse)

Les artistes-peintres en font leur principal argument de suggestion du relief … sans l’ombre et la perspective, ils ne pourraient nous « suggérer » la réalité de ce que perçoit notre œil … Les « primitifs» ont mis beaucoup de temps avant de maîtriser cette technique …

On peut finalement dire que tout est illusion … Si nous consultons nos dictionnaires, ils la définiront ainsi : … Interprétation erronée d'une donnée sensorielle. (Larousse) … Erreur qui semble se jouer de nos sens, les tromper. (Littré) … Erreur de perception causée par une fausse apparence (Robert) …Perception erronée due à une apparence trompeuse (Hachette).

Ce sont nos sens qui nous permettent de percevoir toutes les données de notre environnement.

Nous sommes un performant décodeur de signaux ondulatoires émis par rayonnement électromagnétique dont le vecteur est le photon, particule dépourvue de masse.

Le crayon que je tiens dans ma main et que j’ai posé sur sa pointe existe parce que mes doigts par le toucher en perçoivent la forme et le volume et que mes yeux transmettent à mon cerveau son image et en décodant la longueur d’onde, exprimée en nanomètres (milliardième partie du mètres), véhiculant l’énergie particulière d’une couleur, me permet de distinguer la nuance voulue par son fabricant.

C’est depuis 1920 qu’on sait que la lumière est une particule qu’on a appelée photon et que la différence entre les couleurs provient de la quantité d’énergie que ce photon véhicule.

Cette énergie s’exprime par une onde dont la longueur se mesure en nanomètres (la milliardième partie du mètre).  Ainsi le plus haut, le rouge mesure entre 625 et 740 nanomètres et le violet au bas de l’échelle entre 380 et 446.

Nos yeux, par l’apprentissage qui augmente les fonctions cérébrales surtout pendant les vingt à vingt-cinq premières années de la vie, sont capables de distinguer  des millions de nuances… (sic !) résultant des combinaisons infinies que révèlent les colorimètres …

Cette faculté est un des avantages de l’homme civilisé qui a développé au maximum les nuances grâce à ses progrès dans la chimie des couleurs et dans le domaine des spectrographes - appareil servant à étudier la décomposition (spectre) d’un rayonnement. Il est certain que les populations aux civilisations moins évoluées n’ont pas les mêmes capacités de perception et que les artistes et les professionnels des teintes en sont spécialement doués …

Dés que l’homme s’est mis à penser, il a tenté de reproduire ce que ses yeux transmettaient à son cerveau … d’abord par le dessin gravé qui reproduisait, dans un but incantatoire, les contours des êtres qu’il craignait le plus ou qui le nourrissaient …

Ces « signes » devinrent très rapidement des moyens de communication qui rappelaient par leur tracé simplifié les objets ou mouvements que l’on voulait définir …

Les cris et les grognements se transformèrent en paroles et en langage avec le développement du larynx et du pharynx pour atteindre la qualité de modulation des sons atteinte par les plus grands chanteurs et les plus douées des cantatrices.

L’écriture « alphabétique » pour reproduire ce langage, s’imposa d’elle-même par tradition, (sauf en Chine, au Japon et en Corée), avec les progrès du langage et du vocabulaire usuel, d’abord concret ensuite abstrait pour exprimer la pensée littéraire, philosophique et technique.

En Corée, sous le règne du roi Taï-Djong (au 14 ème siècle) non seulement fut utilisée l'imprimerie à caractères mobiles mais également l'alphabet coréen qui simplifiait l'enseignement de la langue et son impression en remplaçant les difficiles écritures idéographiques chinoises ou japonaises qui restèrent utilisées par les intellectuels.

On nous enseigne que c'est Gutenberg qui inventa les caractères typographiques mobiles et l'imprimerie (entre 1397 et 1400) alors qu'il est certain que les Coréens avaient fabriqué des planches gravées près de deux cents ans avant lui - ( Nous en avons détenu au début de notre commerce d'antiquités coréennes de très belles, sans doute moins anciennes) - de même que les caractères interchangeables en métal.

Les chinois et les japonais ont fait de la calligraphie un art, avec ses maîtres, ses traditions, ses rites et ses instruments de base (les quatre trésors du lettré) : l’encre et la pierre à encre, le pinceau et les supports (bambou, soie, papier artisanal …)

Les progrès de tout ce qui entoure cette faculté de l’écriture permet à mon entité indépendante de créer des «textes» qui seront éventuellement transmis et qui peut-être persisteront dans le temps.

L’essai que j’écris, quant à lui, fait appel à des concepts immatériels de pensée qui sont purement cérébraux puisqu’ils proviennent de supputations personnelles, elle-même inspirées de notes ou connaissances antérieures et qui pourront être divulguées.

Cependant leur pérennité est subordonnée à la durée d’une part de son support matériel (le papier) ou peut-être d’une volonté de divulgation plus large par reproduction (journal, revues, livres, supports magnétiques, la toile d’Internet etc.)

Ces références éparses, mais de plus en plus accessibles permettent d’alimenter les « nouveaux découvreurs », surtout maintenant que l’accès, le stockage et le triage en sont facilités par des outils performant à la portée des spécialistes et même d’à peu prés tout le monde.

A propos de l’illusion, voir, ci-après, l’énoncé du cyberneticien Heinz von Foerster (1911-2002) que Jean Guitton, Igor et Grichka Bogdanov ont reproduit dans leur livre : « Dieu et la Science – pages 179/180 » qui précise bien ce que nous venons d’énoncer :

« Notre faculté de voir dépend de la rétine qui absorbe la lumière du monde extérieur, puis transmet des signaux au cerveau.  Ce même schéma s’applique d’ailleurs à toutes nos perceptions sensorielles. La rétine ne perçoit pas la couleur, elle est  aveugle à la qualité de la stimulation et n’est sensible qu’à sa quantité. Cela ne devrait  pas constituer une surprise, ajoute Von Foerster, car en fait il n’y a ni lumière ni couleur en soi : il y a seulement des ondes électromagnétiques.  De  même, il n’y a ni sons ni musique : seulement des variations momentanées de la pression de l’air sur nos tympans.  Il n’y a pas de chaud, pas de froid : seulement des molécules en mouvement avec plus ou moins d’énergie cinétique, et ainsi de suite. »

En réalité ce que l’on croit être là, n’est véritablement pas là

-----

MELODIE DE L’ILLUSION.

 

Le réel est en conflit

Dans son duel de l’espace

Avec celui de son lit

Qui lui cédera sa place.

 

Le réel épris de temps

S’est bercé d’émotion

A la faveur du printemps

Qui portait son action.

 

Le réel n’est pas fidèle,

C’est l’amant aux fleurs fanées

Recueilli devant la stèle

Des passions délaissées.

 

Le réel se joue de nous,

Car il nous promet le ciel

Quand nous sommes à genoux,

Attendant son arc-en-ciel.

 

Le réel c’est l’illusion

Qui nous trompe depuis toujours

Quand on fait miroiter l’amour,

En fruit de nos évasions.

 

Le réel c’est l’illusion

Des âmes tronquées d’espoir

Qui épient dans un miroir

Leur ferveur en éclosion.

-----

Dans mon prochain billet, je me ferai un plaisir de livrer à ceux qui me lisent « un bouquet fantaisiste » de considérations évocatrices des joies et bonheurs que nous procurent ce sens merveilleux de la vue qui transmet à notre cerveau ce que la lumière et le soleil nous livrent à chaque instant pour le bonheur de notre âme.


L'œuvre d'art n'est pas le reflet, l'image du monde; mais elle est à l'image du monde. (Eugène Ionesco)

Nous nous promenons entre des ombres, ombre nous-mêmes pour les autres et pour nous. (Diderot)

Chacun est l'ombre de tous. (Paul Éluard)

Le jour, c'est la vie des êtres, mais la nuit, c'est la vie des choses. (Alphonse Daudet)

C'est la nuit qu'il est beau de croire à la lumière. (Edmond Rostand)

Il y a trois sortes de témoins. Celui qui a bien vu mais doute de ce qu'il a vu. Celui qui a mal vu et croit avoir bien vu.Celui qui n'a rien vu et jure avoir tout vu. (André Prévôt)

La ville permet de voir sans être vu et d'être vu sans voir. (Serge Daney)

Pour juger le monde, il faut le voir de loin et l'avoir beaucoup vu de près. (François de la Rochefoucauld)

L'infini fait autant de peur à notre vue qu'il plaît à notre âme (Madame de Staël)

La sagesse, c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit. (Oscar Wilde)

J'ai vu un ange dans le marbre et j'ai seulement ciselé jusqu'à l'en libérer (Michel-Ange)

J'ai pleuré parce que je n'avais pas de souliers, jusqu'au jour où j'ai vu quelqu'un qui n'avait pas de pieds. (Helen Keller)

 

-----

 

Je ne voudrais pas terminer sans me faire, une fois de plus, l’écho de l’avertissement que lance le professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans son livre : « Génétique du péché originel - le poids du passé sur l’avenir de la vie » en reproduisant les « bandeaux »qu’il y met en exergue …

 

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L’histoire de l’humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l’humanité va au –devant d’épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l’intérieur des groupes et l’hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n’a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l’avenir. »

« Le péché originel n’est autre que la faille inscrite dans les gènes humains par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l’égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d’agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l’essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l’avenir de l’humanité, d’adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d’une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète … au détriment d’un confort à rééduquer …

Solennellement et étant donné l’audience essentielle qu’elles ont sur l’humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu’elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d’éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles …

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

14/01/2011

Ch. 29.9c - Nos moyens sensoriels : le toucher.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9c - Nos moyens sensoriels : le toucher.

 

Dans mon « billet » précédent, j’ai complété mon étude en « scrutant » les brumes épaisses du passé, pour y «deviner » les mécanismes qui se sont mis en place afin d’arriver au stade actuel de l’évolution de l’homme dans son milieu terrestre …

A partir de la première cellule, ou de sa première combinaison chimique, la nature a évolué jusqu’aux premiers mammifères (les porteurs de mamelles) avec gestation d’un « petit » qu’ils nourrissent et élèvent jusqu’à l’autonomie.

Notre « mère nature », comme l’appelle certains, a inventé le quadrupède, conçu pour se déplacer rapidement sur son support naturel, le sol … De certains de ceux-ci, l’homme en a fait, par domestication, un auxiliaire indispensable a son confort et au progrès de ses conditions de vie.

Tous les organes sensoriels de ce « frère animal », puisque nous sommes aussi un mammifère, s’adapteront par sélection à des fonctions d’assistance dans nos besoins d’alimentation et de défense.

Ses « cinq sens » (Le toucher, la vue, l’odorat, le goût, l’ouïe) s’adapteront à cette nécessité d’évoluer en se transformant, selon la loi fondamentale d’échange et de conservation de la matière, régissant tous les êtres vivants, énoncée par Antoine Lavoisier, en 1630… qu’il avait reprise lui-même d’Anaxagore de Clazomène (cinquième siècle avant J.-C.) vulgarisée et condensée depuis en : « Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme »

Une fois de plus, plongeons-nous dans les « obscurités » du passé pour y retrouver ces premiers « frères » ou « cousins » de l’homme actuel … et analyser les « portes » d’accès au monde de son environnement …

Nous remonterons très loin, à l’époque de l’East Side Story, il y a sept millions d’années (Théorie d’Yves Coppens), quand les ancêtres primates se sont retrouvés en terrains découverts et la proie des fauves … Ils se sont redressés pour surveiller leurs prédateurs ou repérer le vol des charognards au-dessus des restes abandonnés par les carnivores.

Selon Le professeur de Duve, malgré Toumaï, découvert en 2001, dans une région du Tchad, donc loin de la grande vallée du Rift, cette événement n’enlève rien à la théorie d’Yves Coppens. A part cette exception, tous les vestiges préhumains ont été trouvés dans cette vallée « cette partie du monde apparaît jusqu’à preuve du contraire comme le lieu de naissance de notre espèce, déclare le professeur page 124 de son livre »

Comme nous l’avons démontré par ailleurs, cet isolement accidentel fut la première circonstance qui favorisa l’intelligence … La suivante fut l’association en petits groupes pour s’approprier les carcasses et ensuite chasser eux-mêmes les jeunes et les bêtes blessées … Cette nourriture fraîche et abondante leur donna une meilleure santé et des loisirs qu’ils mettront à profit pour « rêver » et former les premières pensées cohérentes , … émettre des grognements de satisfaction, … et des sons, primitivement modulés en complaintes … joyeuses ou … langoureuses …

Lors du rut, ces grognements devinrent de longs rugissements amoureux avec battements des poings sur la poitrine pour séduire les femelles … et éloigner les concurrents …

Le toucher de leurs doigts se sont affinés leur permettant, à tâtons, de s’orienter la nuit ou dans les grottes … leurs doigts se sont développés et assouplis jusqu’à la dextérité actuelle des prestidigitateurs ou des musiciens …

Le toucher est le principal vecteur des facultés de reconnaissance du monde extérieur par les êtres vivants.

La somesthésie (sensibilité du corps) est l’appellation scientifique des systèmes sensoriels fondamentaux des organismes vivants … Les premiers organismes vivants les plus simples étaient déjà pourvu de capteurs se traduisant en réflexes d’absorption de matières nutritives ou de retrait au contact d’un obstacle …

La somesthésie est le premier système à être fonctionnel au cours de la vie fœtale. Le développement des différents récepteurs commence dès la 7e semaine de gestation dans la région péri-buccale, il est achevé pour l'ensemble de la surface cutanée et muqueuse à la 20e semaine, selon une progression céphalo-caudale. Les ganglions rachidiens et les faisceaux, gracile et cunéiforme, se développent à partir de la 8e semaine, le noyau cunéiforme à partir de la 9e semaine. Le système  somatosensoriel devient alors progressivement fonctionnel à partir du 3e mois de gestation.

Quels en sont les récepteurs ? ... ce sont des neurones sensitifs périphériques dont le corps cellulaire est chez l'homme situé dans les ganglions spinaux ou rachidien (noyau ovoïde situé sur la racine sensitive dorsale du nerf rachidien) ... les corps cellulaires des neurones présents dans le ganglion spinal sont ceux des neurones de sensibilité (tact, douleur, viscères, muscle et tendons) ... Le ganglion spinal relie la racine dorsale à la moelle épinière ...

Ces récepteurs spécialisés sont les suivants :

Douleur (nocirépteurs)  -  Chaleur et froid (thermocécepteurs)  -  Pression légère à la base de l'épiderme (disque de Merkel)  -  Mouvement des poils (autour des follicules pileux)  -  Pression légère, toucher discriminant, vibration de basse fréquence, localisés dans la peau glabre , surtout les lèvres, les mamelons, les  organes génitaux externes, le bout des doigts et des paupières (corpuscules de Meissner)  -  Localisé dans le tissu conjonctif  des muqueuses et de la peau glabre près des orifices comme les lèvres (corpuscule de Krause)  - Pression intense, vibrations de haute fréquence, localisés dans les tissus sous-cutanés, périostes, mésentère, tendons, ligaments, capsules articulaires (corpuscule de Pacini)  -  Pression intense et étirement, localisé dans la profondeur du derme, hypoderme et la capsule articulaire (corpuscule de Ruffini)  - Étirement des muscles  localisés dans les muscles (fuseau neuromusculaire)   -  Étirement des tendons localisés dans les tendons (fuseau neurotendineux). Les stimuli détectés par les récepteurs somesthésiques sont ensuite transmis par les nerfs dans la moelle épinière, le tronc cérébral  jusqu'au  cerveau ... qui traduit les messages en sentiments de douleur, plaisir, peur ... ou détente ...

Réception des messages somesthésiques  -  (Fonctions essentielles pour la survie des mammifères. Les signaux somesthésiques sont traités à tous les niveaux du système nerveux :  Moelle épinière (connexion avec les nerfs moteurs)  -  Substance réticulée mésencéphalique (attention lors de la détection de stimuli corporels)  -  Thalamus (premiers traitements cognitifs et distribution des informations dans le cerveau)  -  Hypothalamus (intégration des stimulis somatosensoriels dans le contrôle neuroendocrinien et hormonal)  -  Système limbique (intégration des stimulis somatosensoriels dans les émotions)  -  Cervelet (intégration des stimuli somatosensoriel dans le contrôle de l'équilibre et de la motricité)  -  Cortex cérébral (traitement conscient des informations tactiles dans l'homoncule sensitif)

Ces nombreux et différents traitements sont à l'origine des différentes sensations corporelles et de plusieurs fonctions spécialisées détectées par : Baroception,(pression artérielle)  -   Viscéroception (état des viscères)  -  Proprioception  (position des articulations et de corps)  -  Kinesthésie ( mouvement des articulations)  -  Thermoception (chaleur et froid)  -  Nociception (altération d'un tissu de l'organisme)  -  Tact  (stimulation de la peau).

 

-----

Je me suis plu à « débobiner » toutes ces techniques « rébarbatives » et ce langage spécialisé utilisé par les professionnels pour bien disséquer cet étonnant complexe neuronal constituant notre mécanisme psychique, et de mieux en faire ressortir l’immense complexité … qui se traduit en fin de compte par : La douleur, les réflexes de protection, le sentiment d’inconfort, les cris ou sursauts de peur ou de saisissement, les gémissements de souffrance … le désespoir, l’ennui, la crainte, la haine, l’envie et la jalousie …

Ces différentes informations que j’ai sélectionnées dans l’abondante documentation dont on dispose actuellement, démontrent à suffisance l’étonnante complexité du mécanisme neuronal de l’homme, mammifères intelligent très évolué, ayant atteint un niveau de développement de ses neurones tel qu’il devrait être capable de s’adapter harmonieusement à ses conditions d’époque et de milieu … caractérisées par des contraintes de vie sociale solidaire … de travail … d’éducation de sa progéniture… de l’organisation harmonieuse de ses loisirs … et de son plaisir … dans la perspective d’un futur à construire obligatoirement en tenant compte des limites démographiques de sa planète.

Nous sommes loin de ce schéma idyllique, tant s’en faut, aussi est-il important qu’une fois de plus on rappelle l’avertissement du Professeur de Duve, dans son livre : « Génétique du péché originel – le poids du passé sur l’avenir de la vie »

Ci-dessous bandeaux que le professeur a mis en exergue dans deux importants chapitres de son ouvrage, sorte de testament philosophique de celui qui est un des plus grands penseurs de notre époque, prix Nobel de médecine …

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L’histoire de l’humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l’humanité va au –devant d’épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l’intérieur des groupes et l’hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n’a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l’avenir. »

« Le péché originel n’est autre que la faille inscrite dans les gènes humains par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l’égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d’agir contre la sélection naturelle. »

-----

Pour terminer, je vais avec plaisir, livrer quelques citations de personnages célèbres, concernant le « toucher » cette faculté merveilleuse qui rend la vie de nos « frères aveugles » plus supportable.

« Les mains sur la peau touchent l'âme à vif. » Christian Bobin

« La caresse recrée l'être qu'elle caresse. » Jean-Paul Sartre

« Faites les gestes, et les sentiments entreront dans le cœur. » Confucius

« … les vieillard ont besoin de toucher quelquefois, de leurs lèvres, le front d’une femme ou la joue d’un enfant, pour croire encore à la fraîcheur de la vie et éloigner un moment les menaces de la mort. »  Maurice Maeterlinck

« … qu’est-ce donc qu’être une couleur ? C’est le toucher de la pupille, la musique du sourd-muet, la parole des ténèbres. » Orhan Pamuk

« Souvent, toucher, effleurer même vaut mieux que parler » Erik Orsenna

« La beauté touche les sens et le beau touche l’âme » Joseph Joubert

« Le sublime touche, le beau charme » Emmanuel Kant

« On dit souvent, et d’une manière bien vague, que toutes les sensations peuvent se réduire à celles du toucher, sens général répandu dans toutes les parties où viennent aboutir les extrémités nerveuses qui sont censées rayonner du cerveau comme de leur centre unique » Maine de Biran

« Mais rien ne remplace le toucher, la palpation, la main qui passe dans les plis et replis d’un quartier comme ceux d’un velours » Jules Romains

« Le toucher des vertébrés, source de références spatiales (…) apparaît comme extrêmement subtil. A l’inverse de la vision dont la perception est d’abord synthétique, le toucher analyse, recrée les volumes à partir du déplacement de la main et des doigts, dans un couple tact-mouvement qui intègre le toucher au domaine accessible à la perception figurative. » A. Leroi-Gourhan

 

-----

 

 

 

07/01/2011

29.9b - Habileté manuelle et outil

 


Ch. 29.9b  - Habileté manuelle et outil.

 

Essayons de nous imaginer nos ancêtres, les premiers hominiens, ceux qui ont commencé à se situer ... qui ont adopté la position debout pour dominer les savanes ... mais surtout pour se servir de leurs bras pour emporter ce qu'ils chapardaient aux fauves ...

Vraisemblablement, ce fut la première étape vers l'habileté manuelle ... Les doigts des primates, assurés par le pouce, ne servaient qu'à s'agripper aux branches ... Lors de leurs déplacements au sol, ils utilisaient les quatre membres en s'appuyant à l'avant sur les poings refermés ...

La température élevée de leur biotope africain était très supportable à cause de l'épais écran de feuillage qui les protégeait des ardeurs du soleil. Aussi dès qu'ils perdirent cette protection d'arboricole, à la suite de bouleversements climatiques, les isolant dans les savanes, furent-ils contraints de modifier leur mode de locomotion pour s'adapter à une situation nouvelle qui les exposait davantage à leurs prédateurs carnivores habituels.

La position debout, courbée d'abord, droite ensuite pour dominer les hautes herbes, afin de repérer cet ennemi,  fut un facteur essentiel de leur évolution vers la bipédie ... et ... l'intelligence ...

Leurs bras et leurs poings fermés qui faisaient leurs pattes avant, devinrent, dans la position debout, des auxiliaires indispensables à leur évolution vers l'habileté manuelle. En développant leurs doigts, leurs descendants atteindront la virtuosité dont font preuve les pianistes actuels.

Les frugivores-insectivores qu'ils étaient, ne survécurent qu'en adaptant leurs estomacs à une nourriture avariée qu'ils chapardaient aux charognards, mieux armés qu'eux pour se défendre et éloigner les concurrents ...

Il est important de bien souligner cette période primordiale de l'évolution de nos ancêtres vers l'intelligence ... Ils ne furent vraisemblablement qu'un tout petit nombre à survivre dans ces conditions défavorables ...

On verra, dans la suite de mon exposé, que si nous sommes là, c'est à la faveur d'une quantité de facteurs de chance tellement minimes qu'ils frisent l'invraisemblable ...

Si nous sommes là, jusqu'à menacer les autres règnes, c'est bien parce que cette poignée d'anthropoïdes a surmonté « miraculeusement » tous les handicaps qui devaient normalement les éliminer ...

Cette période difficile d'adaptation a duré tellement longtemps qu'elle se perd dans les brumes lointaines du passé ... les trois à quatre mille ans qui ont permis à l'espèce humaine d'atteindre son apogée actuelle ne sont rien par rapport à cette longue gestation de notre race...

Rappelons le tableau du professeur de Duve, nous n'étions que deux à trois mille, il y a 500.000 ans, quand les Cro-Magnon se sont séparés des Néandertaliens qui ont disparus ... L'intelligence de nos ancêtres était pourtant déjà très développée ainsi que leur habilité manuelle ...

On imagine alors ce que Toumaï (Sahelanthropus tchadensis), il y a 7 millions d'année (à l'époque de l'East Side Story de Yves Coppens) dont on a découvert le crâne fossile au Tchad en 2001 et ses descendants ont dû subir comme existence, eux qui ne furent qu'une poignée, traquée par les fauves dont ils étaient une proie facile en terrain découvert ...

Leurs seuls moyens de défense était le nombre (ils se groupaient en bande d'une trentaine), la fuite dans des contrées inhospitalières, hors des territoires de chasse des fauves, le feu quand ils le captaient ou le produisaient et les grottes inoccupées ...

Ce sont donc ces conditions difficiles qui ont fait que nous sommes là, jusqu'à devenir une menace pour tous les autres règnes et la planète elle-même ...

Ce sont ces conditions difficiles et surtout la fragilité de notre constitution d'arboricole hors de son milieu forestier, qui ont poussé nos ancêtres à développer l'habileté manuelle et l'intelligence  ... et, c'est l'habileté manuelle qui a provoqué chez l'homme le développement de son cerveau jusqu'au phénomène de mutation qui a produit l'Homo Sapiens Sapiens.

L'utilisation d'auxiliaires pour s'emparer de la nourriture est constatée chez beaucoup d'animaux qui utilisent des pierres ou des bâtons pour briser,  creuser ou même tuer, signale le professeur de Duve page 125 de son livre, « Genèse du péché originel).

Plus loin, il complète son argumentation en rapportant un exemple étonnant de début de raisonnement, décrit par Jane Goudal, pionnière de l'étude des primates : Un chimpanzé dénude une branche et l'enfonce dans une termitière pour, après quelques moments d'attente, la retirer et manger les insectes qui s'y sont agglutinés ... On se trouve devant un étonnant processus de raisonnement cérébral immédiat ne résultant vraisemblablement pas d'expériences antérieures lentement construites et transmises génétiquement...

Le professeur conclut ce passage en signalant que la création d'outils par les hominidés de l'âge de la pierre n'est rien d'autre que la continuation de cette faculté de primate, mais poussée à un degré considérablement plus grand de prévoyance et de dextérité ... cet art primitif de fabriquer des outils couvre deux millions d'années ! ... bien avant l'homo sapiens

Cette faculté d'utiliser un auxiliaire se rencontre dans tout le règne animal ... et se transmet alors par atavisme ... Il est surtout remarquable chez certains insectes ... surtout les sociaux ...

L'homme ne serait rien sans l'outil qui est un prolongement de la main et du corps, un intermédiaire d'action ... Pour le philosophe Michel Serres, l'homme est un animal déspécialisé et l'outil qui prolonge sa main le spécialise particulièrement ...

On réalise ici toute l'importance de la bipédie, pour libérer les bras qui emportent les restes chapardés aux charognards, mais aussi pour se redresser au-dessus des hautes herbes pour localiser les fauves ... (Théorie de l'East Side Story)

L'usage et le développement des mains fut la première et essentielle étape vers l'intelligence ... la fragilité de l'arboricole des forêts équatoriales fut un autre handicap qui fut compensé par l'associativité en petits groupes d'une trentaine d'individus ... ce  stade suivant autorisa la chasse des animaux jeunes ou blessés ... et une nourriture plus saine et plus digeste ...

L'outil  devint l'auxiliaire indispensable à la maîtrise de la matière ... D'abord simple bout de bois, il contribua à augmenter l'efficacité des premiers hommes en prolongeant le bras et en servant d'arme pour le protéger ... il y monta un silex éclaté qui coupait aussi la viande et taillait les peaux en bandelettes ... Il en fit ainsi une arme redoutable ... qui tranchait fort surtout quand il était taillé en biface ...

Le silex est une roche sédimentaire siliceuse très dure constituée de calcédoine presque pure ... Il devint l'auxiliaire qui créait artificiellement le feu, en le frappant sur une roche riche en fer pour produire des étincelles qui enflamme l'amadou (champignon parasite des arbres) ... Il a été utilisé dans les fusils pour provoquer l'explosion de la poudre, jusqu'au milieu du 19ème siècle et remplacé actuellement par de l'oxyde de manganèse ...

Avec la découverte du feu, d'abord en le captant lors des incendies de forêts ou des orages ... ensuite en le créant à l'aide d'un silex ... l'homme se protégea des fauves et rendit sa nourriture carnée plus digeste et plus apte à la conservation ... par cuisson ou boucanage (séchage à la fumée) ...

Voir ci-après l'essentiel de ce que j'ai retiré de Wikipédia concernant l'outil :

Beaucoup d'anthropologues considèrent que l'usage d'outils, facilité par la bipédie, a joué un rôle déterminant dans le développement de la lignée humaine.

Toutefois l'observation montre que différentes espèces d'animaux (principalement de l'ordre des primates dont font partie les humains mais aussi des oiseaux, les loutres de mer et ainsi que quelques insectes comme la fourmi couturière - (Ecophylla- ) en utilisent.

Ainsi on a pu observer des singes utiliser des bâtons pour attraper des fruits, des insectes ... ou mesurer la profondeur d'une mare pour savoir s'ils peuvent la franchir ... ou se servir de cailloux pour casser des noix ou des coquillages

Seul l'humain fabrique des outils sophistiqués, les conserve entre deux usages et les fait évoluer dans le temps. On parle parfois d'homo faber pour souligner cette caractéristique essentielle de l'homme.

Les outils pouvant être utilisés comme armes sont certainement parmi les premiers que l'Homme ait fabriqués. Outre leur importance intrinsèque pour la survie et la protection de l'espèces, ces outils ont la particularité de pouvoir être utilisés en marchant ou en courant, face à un ennemi ou à la poursuite d'une proie, donc debout, alors que les autres outils primitifs ne pouvaient être utilisés qu'en position assise ou du moins statique.

Ainsi, la station debout, la spécialisation des membres, et le développement de la main de l'Homme, sont peut-être liés à l'aptitude à la violence de ses ancêtres (ceci est une hypothèse discutée, voir par exemple la théorie de l'origine côtière de l'homme, qui constitue une autre hypothèse).

Depuis qu'ils vivent, en groupe, puis en société, les humains se sont partagés les tâches et donc spécialisés en fonction souvent de leurs aptitudes, naturelles ou acquises, ou des besoins du moment. Cette organisation a permis à l'humanité de conserver, de transmettre, et donc de faire évoluer les techniques de fabrication des outils.

Le développement de l'outil est une marque de la sédentérisation des peuples : le nomadisme impose en effet une restriction en volume, en poids et en quantité d'objets à transporter. Il est donc vraisemblable d'imaginer que le passage de chasseur-cueilleur à celui de l'agriculteur ou éleveur se soit produit dans la même période. On peut effectivement penser que l'agriculture a nécessité des outils facilement volumineux, en même temps que la sédentarité, rendant leur conservation et réutilisation possible, 'rentabilisait' leur fabrication et leur développement.

Alors que les premiers outils créés nécessitent une manipulation humaine, intervient ensuite l'énergie animale, puis des outils fonctionnant avec une énergie non animale : sans doute le moulin, à eau ou à vent.

Pour Jacques Grinenvald, la révolution carnotienne qui entraîne le basculement dans une société thermo-industrielle avec l'utilisation massive de l'énergie fossile (charbon puis pétrole) constitue un tournant décisif.

Désormais la « puissance du feu » permet l'avènement d'une machine nouvelle, construite autour d'un moteur et qui constitue une bifurcation dans l'histoire de l'outil, en permettant de s'affranchir de la force motrice de l'homme, de l'animal, des éléments naturels, et de leurs limites et caractère aléatoire.

 

 

-----

 

 

 

31/12/2010

Le Nouvel An et la Saint Sylvestre.

 

Le Nouvel An et la Saint Sylvestre.

 

La douce, chaleureuse et trop courte  « trêve » de Noël vient de s'achever, mais elle continue dans les yeux des enfants qui en rêvent toujours ... Les « grandes personnes », elles, vont maintenant s'étourdir dans l'ivresse des festivités du nouvel an, de la joie, du bruit,  des paillettes, des bulles du champagne, des mirlitons, cotillons et autres flon-flon ...

Au risque d'être mal reçu, je vais me permettre de « jeter un pavé dans la marre », en éclaboussant même de « beaux mocassins » plus habitués aux pédales d'accélérateur qu'aux pavés des chemins,  en me faisant l'écho de l'appel du prix Nobel de médecine, le Professeur Christian de Duve, nonagénaire érudit, toujours actif, qui, dans son dernier livre « Génétique du péché originel - le poids du passé sur l'avenir de la vie », lance un appel à la conscience collective de l'humanité pour promouvoir une morale plus solidaire.

Voici, ci-après, les « bandeaux »  que le professeur a mis en exergue dans deux importants chapitres de son ouvrage, sorte de testament philosophique de celui qui est un des plus grands penseurs de notre époque ...

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

 

-----

 

La Saint Sylvestre et le « réveillon »

 

La «Saint Sylvestre » qui marque la fin de l'année et son passage à la suivante, est une pratique qui date du 33ème pape (canonisé sous le nom de Saint Sylvestre) qui occupa le saint siège pendant près de  22 ans (314-335) sous le règne de Constantin (306-337) qui reconnut le christianisme comme religion d'état, de préférence au mithraïsme, religion de l'armée.

Avant l'avènement du christianisme, il hébergea Saint Timothée qui fut décapité pour sa foi sur ordre du préfet de la ville, Tarquinius.  Il aidera le pape Miltiade à l'ensevelir près du tombeau de Saint Paul.  Arrêté et sommé d'apostasier, il fut emprisonné jusqu'à la mort du préfet et la reconnaissance du christianisme par Constantin.

Élu pape lui-même, il imposa aux prêtres le port du Colobus ou colobe, tunique simple d'intérieur, que les romains portaient sous une autre plus riche.  Les ordres monastiques préférèrent cet uniforme d'esclave en signe d'humilité, alors que le « séculier » adopta pour ses ministres le costume de ville des sénateurs ...  Si on y ajoute quelques accessoires, tels la mappa (mouchoir de cérémonie), l'orarium (écharpe de lin sur les épaules) on retrouve les principales pièces du costume liturgique latin.

En ce qui concerne l'orarium, il est intéressant de prendre connaissance de ce qu'en dit R. Lesage dans son dictionnaire de liturgie romaine :

Les savants sont partagés au sujet de l'origine de cet insigne.  Les uns ont voulu y voir un substitut du manteau de prière des juifs, les autres la bordure de l'antique « stola » féminine ... Par contre, sur de nombreux monuments païens, on voit une étroite bande de toile passée autour du cou ... On l'appelait « orarium » ... qui suggère un linge pour la face ... Le mot orarium ne fut remplacé qu'à l'époque carolingienne par le terme « stola , estole » ... Rapidement l'étole devint un insigne honorifique ... tissé d'or et frangé, orné de ... broderies ...

Le pape Sylvestre organisa un service des pauvres et fit des dimanches (résurrection) et des jeudis (ascension et eucharistie) des jours de fête et des mercredis (trahison de Judas), vendredis (Crucifixion) et samedis (séjour du Christ au tombeau) des jours de jeûne et de recueillement.

-----

Le « réveillon », est  une coutume occidentale d'origine hébraïque, qui consiste à veiller toute la nuit ou une partie de celle-ci, pour se souhaiter une « heureuse nouvelle année », lors des douze coups de minuit ... Les festivités sont « profanes » et les libations abondantes, voire à la limite des convenances ...

La date du 1er janvier comme premier jour de l'année a été décidée par Jules César, lorsqu'il imposa, en 46 avant Jésus-Christ, le calendrier julien avec application à partir du 1er janvier de l'année précédente. Ce calendrier fut utilisé en Europe et en Afrique du Nord jusqu'en 1582, lorsque le pape Grégoire XIII promulgua le calendrier grégorien qui rétablissait l'alignement du calendrier avec le soleil, apportait plus de précision en matière de jours intercalaires et alignait la date de Pâques sur les prescriptions du Concile de Nicée.

Les pays qui ont perdu les pratiques religieuses occidentales (la Russie et les pays de l'Est, anciennement sous régime communiste) ainsi que ceux dont l'origine ne provient pas du « livre » célèbrent surtout la fin d'année et le passage à l'an nouveau ... en se centrant sur la célébration des douze coups de minuit et le passage à l'an nouveau ...

Certains pays, comme la Chine, ont de longues festivité qui durent une semaine et qui se célèbrent à des dates dépendant du calendrier chinois (Ainsi, le nouvel an chinois de 2011 se situe le 3 février, année du lièvre tandis que 2010, débutant le 14 février, était l'année du tigre)

Cette période traditionnelle de fin d'année débute par le « petit Nouvel An » et une cérémonie d'adieu au « Dieu du foyer », symbolisé par une image du dieu qui est collée au dessus du fourneau et sera brûlée le soir du réveillon.

On procède d'abord, le 1er jour, à un grand nettoyage de la maison, ensuite, le 2ème jour, on se rend visite,  le 3ème est déconseillé parce que propice aux disputes,  le 5ème les commerces rouvrent,  le 8ème (ou  9ème dans certaines régions)  est l'anniversaire du dieu du ciel, avec cérémonie chez soi ou au temple tard le soir ...  le dernier jour on affiche partout des souhaits écrits sur papier rouge, symbole de chance. Des deux côtés de la porte d'entrée, on colle une bande de papier rouge sur laquelle on écrit des vers qui se répondent l'un à l'autre.

Pendant cette période tous les commerces sont fermés et on « grignote » les provisions prévues à cet effet. Quant au repas du Nouvel An, il a lieu au domicile des aînés de  la famille et ne peut commencer que lorsque toute la famille est présente avec place vide pour les absents.  Les aînés distribuent aux enfants et aux jeunes des enveloppes rouges contenant de l'argent. Pétards et feux de bengale complètent l'atmosphère.  Une pratique existe aussi d'écrire et de lancer ses souhaits dans un « arbre à vœux » qui doit tenir toute la soirée pour être réalisés.

En ce qui concerne les autres pays d'Asie,  ... les Coréens mangent de la soupe  « tteokgook » le jour de l'an, appelé  « Seol-nal » ... En Thaïlande et Laos,  le « Songkran » (nouvel an) est fêté pendant trois jours, vers le 15  avril, suivant le calendrier lunaire bouddhique ... Au Cambodge, on suit les mêmes règles et  il est dénommé « Chaul Chhnam » ... Au Thibet,   les fêtes de nouvelle année (Losar) ont une origine pré-bouddhiste qui remontent au premier roi tibétain « Nyatri Tsempo » (règne débutant en 127 avant Jésus-Christ) ...

Au Japon,  l'« Omikosa » (réveillon) se passe en famille avec un copieux repas arrosé de saké,  on y boit aussi une soupe spéciale (miso) ... avant minuit, la famille part au temple pour partager le saké et assister à la frappe des 108 coups de gong,  annonçant le passage à la nouvelle année et chassant les péchés accumulés par les âmes impures pendant l'année écoulée ... Le lendemains, les japonais se rendent dans les temples shinto ...

Aux États-Unis,  c'est la parade des mimes (Mummers Parade) à Philadelphie,   datant de 1901,  avec une assistance de 40.000 personnes ...

En Équateur et au Pérou, on fabrique des mannequins de chiffons ou de papier mâché représentant l'année qui vient de s'écouler qu'on expose devant chez soi  jusqu'au 31 à minuit et qu'on brûle ensuite dans les rues ...

En Belgique, comme dans tout le monde occidental, c'est la tradition de boire du champagne, de gober des huitres, de manger du foie gras,  des homards, langoustes et autres crustacés fins et de se permettre toutes sortes de fantaisies culinaires joyeuses ...  Dans la province de Liège, c'est la tradition de manger de la choucroute en famille avec une pièce sous l'assiette, dans la main ou dans la poche pour avoir de l'argent toute l'année. Avant la télévision et le chauffage central, dans beaucoup de famille comme chez nous,   on grillait des marrons en écoutant à la radio les programmes de réveillons et en cuisant  des « galettes », bien au chaud  près d'un poêle rougeoyant ... ce souvenir reste au plus profond du cœur de ceux qui ont connu ces moments privilégiés de bonheur ... (surtout pendant la guerre)

En Espagne, on mange un grain de raisin sec à chacun des douze coups de minuit et les cloches sonnent à toute volée dans tout le pays ...

En France, comme en Belgique, on donne des « étrennes » aux enfants et dans le passé au personnel de maison  sous forme d'enveloppe contenant quelques billets ...  L'appellation « étrennes » proviendrait du nom de la déesse romaine de la santé « Strena », célébrée le 1er janvier.  A  l'origine, simple don de plantes porte-bonheur, celles-ci furent vite remplacées par des biens plus précieux, puis de l'argent dans une enveloppe destiné aux plus jeunes.  En Wallonie on l'appelle «m' bonnan » ...

En Italie, On jette par la fenêtre de vieux objets, symbole de l'année terminée qui prennent le chemin de la rue au grand dam des éboueurs ... Les italiens  mangent alors des plats spéciaux, réputés apporter richesse et abondance, à base de graines (brioches, plats de lentilles et gâteaux de miel) ...

Aux Pays-Bas, le « oudejaarsdag »  (jour de l'ancienne année) avec feux d'artifices et pétards, seuls jours autorisés au nombre de trois) ... le suivant étant  appelé « Oud en Nieuw » (Ancien et Nouveau) ...

Au Portugal, outre la tradition des douze grains de raisins secs qu'on mange les deux pieds sur une chaise et qu'on descend du pied droit pour porter chance, on jette par la fenêtre de la vieille vaisselle (bleue en général) avec des dessins traditionnels.

En Russie, on boit du champagne au  Nouvel An russe (Novii God) sous les douze coups de minuit et on ouvre la porte ou la fenêtre pour que le Nouvel An entre dans la maison.

----

D'autre part, à l'occasion de la Noël et des festivités de fin d'années, je tiens à renouveler l'appel que je publie toutes les semaines en faveur des ONG en suggérant à ceux qui me lisent de verser une toute petite contribution en leur faveur, qui sera à peine perceptible, mais tellement utile à ces organisations courageuses qui sur place interviennent efficacement et immédiatement dans tous les fléaux qui accablent notre planète

Pour soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre je profite de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier). « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

 

 

 

24/12/2010

Noël et les croyances nées du solstice d'hiver (23 au 25 décembre)

 

 

Noël et les croyances nées du solstice d'hiver (23 au 25 décembre)

 

L'être humain a besoin de religion comme de nourriture pour donner une raison au mystère de son existence et l'espoir d'une vie meilleure après sa mort.

Dès que son intelligence lui a permis de raisonner, il a trouvé dans son environnement des « divinités » qui s'imposaient à lui comme puissantes, inexplicables, capables de lui apporter bonheur et malheur, deux notions qu'il a créées, traduites dans ses cris et installées dans sa pensée naissante.

C'est ainsi qu'il « adora » le soleil qui lui donnait sa chaleur et sa joie mais disparaissait avec la nuit, la pluie et l'orage qui incendiait. Il en fit celui qui le protégeait de tout ça, quand il revenait l'envelopper de sa lumière et de ses chauds rayons, un peu comme dans le giron maternel.

Ce fut la divinité fondamentale, celle qui lui apportait le bonheur par sa présence et le malheur dans son absence.

Avec le développement de son intelligence, il se regroupa en population avec des chefs, des conducteurs, des prêtres qui organisèrent son environnement en inventant les jours et les nuits, basés sur les levers et les couchers de ce dieu bienfaisant, ainsi que plus tard, l'année qui correspondait à la période de temps qu'il fallait à ce dieu pour se retrouver à la même place dans le ciel, en face de la même étoile (c'est l'année sidérale soit exactement 365 jours 6 heures 9 minutes et 9 secondes et demi). ° source : encyclopédia universalis - calendrier °

Il avait aussi constaté que sa clepsydre (sablier) marquait la même durée de temps entre le jour et la nuit deux fois dans l'année aux équinoxes (Latin aequus et nox = nuit égale) de printemps (21 mars) et d'automne (23 septembre) et que le jour le plus long et le jours le plus court se situaient aux solstices (latin : sol et stare= soleil arrêter) du 21 ou 22 juin et du 21ou 22 décembre.

L'aventure des nombres et du calcul permit par la suite de mesurer et codifier le temps de la manière dont nous le faisons maintenant.

Le soleil fut donc depuis toujours celui qui était le mystère, le bienfaisant, celui qui voyageait dans le ciel, qui faisait le jour et la nuit, qui venait après la pluie, qui apportait la chaleur et le bien-être...aussi l'adoraient-ils...le craignaient-ils en se réfugiant dans son ombre quand il brûlait trop fort. (Voir à ce sujet et pour les paragraphes suivants les intéressantes études de Acharia S. sur Internet).

Le soleil est la lumière du monde, il vient sur des nuages, il apparaît lentement le matin pour le bonheur du jour, il marche sur les eaux...il arrête son mouvement pendant trois jours aux environs du 22 décembre (faut-il y trouver une relation avec la mise au tombeau et la résurrection de Jésus-Christ, lui aussi après trois jours ?) pour renaître à une date qu'on peut situer au 25 décembre de notre ère, qui est celle de la naissance de Jésus et de la plupart des divinités anciennes (Bouddha, Dionysos, Bacchus, Horus, Osiris, Krishna, Mithra, Attis de Phrygie etc.). °sources - S. Acharia - déjà citées°

Les anciens croyaient que le soleil tournait autour de la terre et leur crainte était grande de le voir continuer sa course vers le sud pour disparaître à jamais, aussi c'est avec joie qu'ils célébraient son retour vers le nord à l'équinoxe d'hiver (le 25 décembre). °ibidem° (rappelons que pour eux la terre était plate, donc que le soleil disparaissait dans le néant pour «  ressusciter » après trois jours).

Le 25 décembre, célébrant l'anniversaire de la naissance de Jésus, fut fixé par le pape Libère (352-366) en 354 qui choisit ainsi le solstice d'hiver de préférence aux autres dates envisagées (6 janvier, 28 mars, 19 avril et 29 mai).  Il fut le premier à désigner Rome comme le siège apostolique.

Avant cette date « imposée » on ignorait la date réelle de la naissance de Jésus et les premiers pères de l’Église ne s’en préoccupaient guère …  Jésus a été crucifié, est mort et a ressuscité pendant la fête de la Pâque juive (sans s pour les juifs) ou Pessah  qui honorait le souvenir de la sortie d’Égypte  (Exode) et le début des « semailles » …  Les chrétiens, eux,  en ont fait une célébration de la résurrection de Jésus-Christ …

On ignore la date réelle de sa naissance et si l’âge de 33 ans est signalé comme étant celui du début de sa vie publique, ce fut pour s’aligner sur une tradition juive qui prescrivait cette date comme celle de la maturité intellectuelle de l’homme …  Jésus pouvait donc être plus jeune ou plus vieux pendant sa « vie publique ».

Le 25 décembre marquait, à Rome, depuis Aurélien (270-275) l'anniversaire du soleil invaincu (sol invictus) et la renaissance de Mithra, déesse iranienne, dont le culte était adopté par beaucoup de Romains, surtout dans les armées.  On peut supposer que le pape Libère dans le but de faciliter la christianisation des anciennes fêtes païennes, a préféré cette date, afin de promouvoir son extension à tout l'Occident latin.

La première manifestation écrite de l'appellation « Noël » date de 1112 et viendrait d'une modification phonétique du latin « natalis = naissance », le « o » remplaçant le « a » de l'ancien français « nael » et vient de la « dissimulation » des « a » de « natalis » tandis que le tréma  (1718) note la diérèse.

Il est à noter que la fixation de la date du 25 décembre du Solstice d'hiver est due à une erreur commise par l'astronome Sosigène, lors de la réforme du calendrier (appelée réforme julienne soit année de 365 jours divisée en 12 mois et un jour intercalaire ajouté tous les 4 ans, lors des années bissextiles) à l'initiative de Jules César en 46 avant Jésus-Christ, qui fixa les débuts des saisons avec un retard de un ou deux jours par rapport à la réalité.

Ce 25 décembre nous allons célébrer la fête la plus importante non seulement  de l'année mais aussi de tous les temps, depuis que les hommes sont sortis des « brumes » de leur intelligence naissante et qu'ils ont « cherché à comprendre »  la vie,  la mort et le ciel.

La position debout, devenue habituelle, les mettait en position idéale pour contempler  ce ciel immensément bleu le jour avec un soleil qui les éblouissait, les réchauffait  et les réconfortait  et qui se cachait la nuit pour faire place au x étoiles et à la lune...

Aussi, quel n'était pas leur désarroi, au solstice d'hiver, quand celui qui était un dieu pour eux s'éloignait pendant trois jours, comme s'il les abandonnait ... Ils s'agenouillaient alors, les bras tendus pour implorer son retour ... dans une primitive prière ...

Ce phénomène annuel du à la mécanique céleste, par atavisme remontant aux premiers âges, s'inscrivit dans la mémoire génétique des hommes pour honorer cette période comme une nouvelle naissance de l'humanité  ... symbolisée par la pureté idéale d'une vierge mère et de son enfant qui vient de naître, fils d'un père céleste ...

Cette période privilégiée de l'année est l'occasion d'un retour aux sources pour chacun qu'il soit croyant ou non ... porteur d'un message d'appel à l'amour entre les hommes et à  la solidarité ...

Même pendant la guerre des « tranchées » de 1914, cruelle et  impitoyable,  une trêve des armes s'étaient imposée d'elle-même,  les adversaires élevant vers le ciel des prières et des chants de paix tandis que les canons se taisaient ...

Ces sources religieuses, quelles résultent des traditions familiales ou de milieu, sont les plus respectables qui soient et ne sont pas discutables ... comme ne sont pas discutables les options philosophiques de chacun ...  Le contexte du milieu forge le subconscient jusqu'à lui imposer sa loi : il est souvent prédominant et irréversible ...

La bonne foi de la plupart des leaders religieux et des croyants est évidente et mérite le respect et la considération ... Même à l'heure actuelle les plus brillants cerveaux,  les plus grands penseurs n'échappent pas à ce constat ... et utilisent leurs facultés intellectuelles à de géniales combinaisons théologiques pour appuyer leurs convictions.

J'ai moi-même défendu, bec et ongles pendant plus de cinquante ans,  une option philosophique que je croyais défendable,  jusqu'à ce que je fusse forcé par honnêteté intellectuelle de modifier ma position.

Aussi est-il important de laisser à chacun une totale liberté de conviction, sans critiquer ou  ridiculiser celle-ci. J'écoute toujours avec respect le plus d'émissions religieuses possibles et me documente sur toutes les croyances avec  sympathie et le souci de me pénétrer de leur enseignement même si je le conteste ou ne le partage pas.

-----

En cette période de Noël, « de paix aux hommes de bonne volonté »  ... « d'amour du prochain » ... de justice et de solidarité ... je me permets surtout de relayer l'appel, que vient de lancer dans son dernier livre, le professeur Christian de Duve, pour l'organisation d'un monde de solidarité responsable devant les dangers de surpopulation qui menacent notre planète.

Aussi pour appuyer cette action, je vais me permettre de reproduire ci-après les « bandeaux » mis en exergue par le professeur dans deux des chapitres les plus importants de son ouvrage, « Génétique du péché originel », sorte de « testament philosophique d'un penseur »  couronné par le prix Nobel de médecine, discipline qui est la plus fondamentale à l'évolution harmonieuse de l'entité humaine.

Á l'heure où il écrivait ces lignes, « ce maître à penser » avait accumulé près d'un siècle de vie et de réflexion lui permettant d'avancer l'avis le plus autorisé qui soit . (Il est né en 1917,  un an avant la fin de la guerre de 14-18)

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Il n'est pas trop tard, mais il est temps disait déjà Paul-Henri Spaak,  le premier secrétaire général des Nations-Unies, un peu après l'horrible deuxième guerre ...

Il n'est pas trop tard, mais il est temps répète un des plus grands cerveaux de notre temps en recommandant à l'humanité la sagesse d'une gestion équilibrée de sa population sur notre planète.

-----

Note : Alors que j'achève ces lignes, ce 21 décembre, le journal La libre Belgique publie dans son édition, un article de Gabriel Racle, chroniqueur à l'express (Canada) intitulé : Noël sous le signe de Mithra.  Il y propose une intéressante analyse historique soulignant l'importance mithraïste dans  l'évolution des croyances au début de l'ère chrétienne.

-----

 

A l'occasion de la Noël et des festivités de fin d'années je tiens à renouveler l'appel que je publie toute les semaines en faveur des ONG en suggérant à ceux qui me lisent de verser une toute petite contribution en leur faveur, qui sera à peine perceptible, mais tellement utile à ces organisations courageuses qui sur place interviennent efficacement et immédiatement dans tous les fléaux qui accablent notre planète

 

Pour soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre je profite de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

17/12/2010

Ch. 29.9a - L'exponentialité de l'intelligence.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

----

Ch. 29.9a  -  L'exponentialité de l'intelligence créatrice.

 

Arrivé à ce stade de mon cheminement dans la pensée humaine, je vais m'arrêter quelque peu à la plus performante de nos facultés mais aussi la plus dangereuse pour l'équilibre de notre planète : l'intelligence créatrice.

Elle a permis aux humains de mettre en place surtout depuis peu de temps (un petit siècle tout au plus) des avancées technologiques dont les résultats  bouleversent par leur gigantisme exponentiel, un équilibre naturel si péniblement construit sur notre terre pendant des millions d'années.

Pour rendre didactique la démonstration de l'expansion de notre espèce, depuis qu'elle a quitté son biotope naturel des forêts équatoriales, j'ai repris les données que me fournissait la page 157 du livre du Professeur de Duve « Génétique du péché originel » dans une présentation synoptique :

Époque (années)

Nombre d'individus

 

-500.000

3.000

Au cœur de l'Afrique, lorsque les Néandertaliens se sont séparés des Cro-Magnon pour aller leur propre chemin.

-200.000

10.000

L'Éve mitochondriale, Adam Y et leurs congénères entreprennent leur dernier trajet vers Homo sapiens sapiens

-10.000

De  5 à 10 millions

Éparpillés sur une bonne part du monde, lorsque les premières agglomérations humaines furent créées.

1.600

500 millions

Henri IV :  1589/1610  (France)

1.800

1 milliard

Consulat  Bonaparte-Cambacérès-Lebrun 1799/1802 (France)

1.930

2 milliards

3ème république :  Gaston Doumergue 1924/1931 ( France)

1.970

4 milliards

Pompidou  1969 /1974 (France)

2.010

6,5 milliards

Sarkozy  depuis 2007  (France)

2.050

9,1 milliards

-

 

Avant d'aborder ce sujet de la progression dangereuse de notre espèce qui va inévitablement saturer son habitat,  j'aimerais rappeler les étapes d'une évolution due autant au hasard qu'aux accidents, nous amenant à subir ce futur périlleux, cependant confortable pour nos descendants, à la condition de bien maîtriser la menace de surpopulation. (Notre planète ne peut que difficilement aller au-delà de 10 milliards d'habitants, d'après les économistes les plus optimistes)

Les paléoanthropologues se perdent en conjectures  tellement l'évolution de l'homo est   mosaïque, plurielle et buissonnante comme le prétend Pascal Picq sur la couverture de son livre « Au commencement était l'homme ».

Aussi, il m'a semblé utile de compléter mon étude par quelques données sur l'histoire de nos lointains ancêtres, qui démontrent bien ce caractère « buissonnant » de nos origines.   °liste résumée d'un tableau des hominidés tirée de Wikipédia°

LISTE DES HOMINIDÉS se subdivisant en :

a) Représentants du genre Pongo (pongo pygmaeus)

b) Représentants du genre Gorilla (Gorille)

c) Premiers hominins dont Toumaï (-7 millions d'années à -4,4 millions d'années )

d) Panina (Pan troglodytes et paniscus)

e) Hominina (4,4 millions à nos jours)

Groupe se subdivisant lui même en :

1. Kenyantropus platyops (-3,5 à -3,8 millions d'années)

2. Australopiphèques graciles dont « Lucy » et « Abel » (-4,2 à -2,6 million

d'années)

3. Australopithèques robustes  (-2,7 à 1,5 millions d'années)

4. La mosaïque de tous les représentants du genre Homo :  (en millions  d'années)

Rudolfensis (-2,4 à -1,8)

Habilis (-2,4 à -1,6)

Géorgicus, premier hors Afrique  (-1,8 à -1,2)

Ergaster (1,9 à 1)

Antecessor (-1,2 à -à  0,700)

Erectus,  premier debout  (-1 à 0,300)

Heidelbergensis (-0,600 à -0,200)

Néanderthalensis (-0,250 à -0,028)

Sapiens idaltu (-0,195 à -154)

Rhodesiensis (-0,300 à - 0,125)

Floresiensis (-0,095 à - -0,012)

Soloensis  (-  0,095 à -0,012)

Homo sapiens (-0,200 à nos jours)

 

Cette mosaïque est un buisson de branches multiples dont un mutant l'Homo sapiens est accidentellement sorti il y a 200.000 ans, a évolué et saturé son habitat jusqu'à le menacer...  Elle permet aussi de bien situer Toumaï, Lucy et Abel ...

-----

A propos des origines communes à l'homme et au singe, Pascal Picq a dit lors d'un entretien à la Radio Française en 2002.

L'homme ne descend pas du singe. On sait que l'évolution n'a pas procédé par grades successifs. Les singes ont évolué en même temps que nous. Ils ne sont pas plus, pas moins évolués que nous. Les chimpanzés et les bonobos sont plus proches de nous que les gorilles. En terme de famille, cela veut dire que ce sont nos frères et que les gorilles sont nos cousins. Nous, les chimpanzés, les bonobos et les hommes, avons un dernier ancêtre commun à partir duquel nous nous sommes séparés en Afrique vers 6 ou 7 millions d'années. Si on fait le bilan de ce que l'on a observé depuis 30 ans chez les chimpanzés, on s'aperçoit que tout ce que l'on avait cru voir se manifester en termes d'adaptation uniquement chez les hommes c'est à dire la bipédie, l'outil, la chasse, le partage de la nourriture, la sexualité, les systèmes sociaux, le rire, la conscience, l'empathie, la sympathie, les chimpanzés le font aussi. Donc, soit ils ont tout acquis indépendamment, soit cela vient du dernier ancêtre commun, ce qui est plus plausible. Cela veut dire que déjà dans le monde des forêts, il y a 6 à 7 millions d'années, toutes ces caractéristiques que l'on a cru propres à l'homme existaient et font partie d'un bagage ancestral commun.

Note du « modeste tout le monde » que je suis : Ce long et lent chemin de nos ancêtres à  travers toutes les branches de nos origines ne peut que confirmer le caractère hasardeux et exceptionnel de l'évolution de quelques primates, échappés par miracle, vers l'homo sapiens dont les descendants ont développé l'intelligence leur permettant de maîtriser le minéral et la vie, et de la transformer jusqu'à intervenir dans sa structure physique.  Dans le creuset de leurs « lieux » de science, par leurs découvertes, les hommes ont amélioré leur milieu, transformé leur planète et la vie, en ont découvert les secrets jusqu'à intervenir dans leur propre entité physique (médecine et chirurgie) et dans leur biotope.

-----

 

 

10/12/2010

Ch. 29.8b - L'associativité, facteur essentiel de l'intelligence

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

 

Publication tous les vendredis à 9 heures

 

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

 

Cliquez sur le poste pour l’obtenir immédiatement.

 

-----

 

Ch. 29.8b - L'associativité, facteur essentiel de l'intelligence.


Vivre en groupe : l'associativité est un des facteurs essentiels à l'éclosion de l'intelligence ...  La vie en groupe a ses exigences : soumission aux plus forts ou aux plus intelligents, mais aussi ses avantages : le nombre, la force des plus forts, les réalisations des plus doués.

Depuis « L'East Side Story » et les émigrations, les femelles des anthropoïdes, moins musclées et handicapées par la maternité et les soins aux jeunes, ont dû s'adapter à  un nouveau biotope découvert et dangereux en acceptant la protection de leurs congénères plus costauds ou plus intelligents.

La vie en groupe développe la communication (premières manifestations de l'intelligence) :   création de gestes significatifs,  utilisation de l'organe vocal (appel, renfort du geste, transmission de la peur, de la satisfaction, du plaisir, de la proximité du danger ...)

Les mâles dominants imposeront leur hiérarchie aux femelles et aux mâles plus jeunes ou plus faibles ... Les premières bandes ce sont créées, les premiers groupes se sont formés et  les premières tribus, les premiers clans, ... fondements essentiels et toujours actuels de nos sociétés.

Pour être cohérente, une pensée doit être le résultat d'un processus résultant de la connaissance.  Cette connaissance comporte un apprentissage antérieur aboutissant au langage, transmis ensuite par l'écriture.

De rudimentaire, celui-ci devient très élaboré afin d'exprimer des nuances qui permettront de pousser au plus loin une faculté qui s'est particulièrement développée chez l'être intellectuel : le raisonnement.

Le raisonnement doit être bien structuré pour être cohérent.  Il s'agit d'un mécanisme mis en place par l'éducation, l'instruction et l'expérience.  L'être humain a généralement besoin d'une petite vingtaine d'années pour maîtriser valablement cette faculté.

La déduction est une fonction de l'intelligence.  Le raisonnement est un processus complexe de l'intelligence qui cherche à construire par la pensée la solution à un problème posé.

La déduction déclenche le raisonnement et le raisonnement déclenche la déduction. Il s'agit d'un processus qui aboutit à une solution, elle-même perfectible : c'est ce qu'on appelle le progrès

Comment la déduction et le raisonnement se sont-ils développés dans le cerveau humain ?  On peut affirmer que les plantes ne raisonnent pas et  les animaux non plus. Ils posent cependant des actes et se comportent comme des êtres intelligents.

On pourrait dire qu'ils déduisent mécaniquement comme un ordinateur programmé : ils n'inventent pas individuellement comme l'homme. S'ils le font, c'est par accident fortuit qui peut s'inscrire dans leur mémoire génétique et celle de leurs descendants et avec la patience du temps être à la base d'une modification de comportement ou préparer une mutation.

Certains animaux placés dans des contextes particuliers ont des comportements intelligents.  Les animaux domestiques, surtout ceux qui vivent en symbiose avec l'être humain, comme le cheval, le chien et le chat ont des comportements dit intelligents : ils arrivent à déduire, à prendre des options « intelligentes » ou « embryonnairement  intelligentes ».  Tout observateur attentif du comportement des animaux domestiques a pu vérifier par lui-même ce phénomène.

Que penser de tout cela ?  Nous nous permettrons de développer une théorie en portant notre réflexion sur le long processus de développement du cerveau humain vers l'intelligence qui nous amènera à conclure que l'intelligence est un aboutissement logique du phénomène évolutif de l' « homo sapiens » placé dans son contexte environnemental.

Est-elle en puissance dans la matière comme la cellule, l'atome, les quarks et l'énergie, comme serait présente également la vie. ?  Quel mobile va la pousser à se manifester, car ce n'est pas parce qu'elle est en puissance qu'immanquablement elle va produire des effets car l'éclosion de l'intelligence est soumise à  des conditions aussi ténues et aléatoires que celles qui ont présidé à l'éclosion de la vie ? (Théorie de Theilhard de Chardin)

-----

Dans cette recherche des racines de l'intelligence raisonnée, et surtout de son éventuelle origine « surnaturelle », il est indispensable de remonter au plus loin dans l'histoire de « l'homo ».  En premier lieu, je me permettrai de reproduire « in extenso » l'introduction au chapitre 11, intitulé «  le façonnement de nos gènes », du livre du professeur Christian de Duve « Génétique du péché originel ».

Nous sommes, tout comme le reste du monde vivant, en grande partie les produits de la sélection naturelle.  Nos gènes sont là parce que, à un certain stade de l'évolution, ils se sont montrés utiles à la survie et à la reproduction de leurs propriétaires ou, du moins, n'étaient pas suffisamment  nocifs pour que leurs propriétaires soient éliminés. Quelque 98,5 % de ces gènes existaient dans le dernier ancêtre que nous avons en commun avec les chimpanzés et furent acquis au cours du long  chemin qui conduisit des premières formes de vie présentes sur la Terre il y a plus de 3,5 milliards d'années à la dernière bifurcation qui a séparé la branche primates des hominidés de celle des chimpanzés, il y a quelque 7 millions d'années.  Ces gènes rendent compte de toutes les propriétés que nous partageons avec les chimpanzés.  Nous devons à ce qui reste, soit, 1,5 %, ce qui nous fait spécifiquement humains.  Cela paraît peu, mais c'est encore beaucoup : un texte générique d'environ 45 millions de « lettres », un volume d'épaisseur respectable. (page 150)

J'en retiens que ce « texte générique » d'environ 45 millions de lettres, contient l'entièreté des connaissances enregistrées dans le cerveau de l'auteur des lignes qui précèdent, le Professeur Christian de Duve, mon maître à penser, qui les a accumulées en 93 ans (c'est son âge, il est né un an avant la fin de la guerre 14-18)  lui permettant de tirer les conclusions qu'il énonce dans son dernier livre (mis à jour en février 2010).

Pour en revenir au caractère hasardeux des circonstances qui fait que nous sommes là, il est important de souligner les éléments suivants mis en exergue par le professeur (repris entre guillemets) : « ... le nombre d'individus impliqués à un stade quelconque de l'hominisation a dû être très petit, ne dépassant probablement jamais quelques milliers, voire beaucoup moins. »...la probabilité d'une grande variété de mutations dans un lot aussi restreint de population en est réduite d'autant ... et sera insignifiante,  si on tient compte d'une durée de 50 millénaires  ... (page 151)

Autre fait important, signale le professeur, « la population était probablement divisée en petites bandes de quelque 30 à 50 membres, étroitement consanguins et liés par parenté.  Dans une telle situation, toute mutation favorable qui se présentait avait une bonne chance d'être exploitée efficacement, car elle se répandait rapidement au sein du groupe en fournissant à ses membres une supériorité sur ceux des autres groupes qui ne bénéficiaient pas du même avantage. » (page 151)

A ce stade de mon exposé, il est important de rappeler que le facteur essentiel de l'hominisation est le passage de la quadrupédie à  la bipédie qui libérait les bras et les mains et  développait  l'habileté manuelle ... et la création  d'auxiliaires matériels pour assister la quête de nourriture par l'utilisation d'outils de pierre de plus en plus élaborés et perfectionnés ...

La position debout, devint habituelle pour surveiller les prédateurs au-dessus des hautes herbes favorisant  le redressement du squelette jusqu'au bipède performant que nous sommes devenus. (Théorie de l'East Side Story)

« Les jambes sont devenues plus longues, les bras plus court ;  les pieds se sont adaptés à la marche, les mains à la préhension ;  la colonne vertébrale, le bassin et les épaules ont tous subi les modifications qui facilitaient la station debout et la marche correspondante ;  la position de la tête par rapport au reste du corps fut modifiée ;  les muscles, les nerfs, les vaisseaux sanguins et les viscères suivirent le squelette dans son évolution de manière à permettre de nouveaux mouvements et l'adaptation à des distributions pondérales différentes. (Professeur de Duve, « Génétique du péché originel » page 153)

«...  On rencontre ici ce qui a peut-être été un stade crucial de notre histoire, dans lequel la sélection naturelle a pu renforcer dans nos gènes deux traits qui s'y trouvaient déjà mais qui devinrent progressivement plus importants au fur et à mesure que s'améliorait le pouvoir des individus d'agir dans un but déterminé : la solidarité à l'intérieur du groupe et l'hostilité entre groupes, manifestée surtout par les mâles. » (Professeur de Duve, « Génétique du péché originel » page 154)

Le professeur signale le troisième stade de l'hominisation : la migration ... La recherche de nourriture, à la suite, peut-être, de troupeaux migrants fut probablement un facteur ... Ces groupes migrateurs rencontrèrent des climats et des milieux différents ... ce qui peut avoir provoqué une perte de pigmentation dans les régions septentrionales où les faibles rayons ultraviolets émis par un pâle soleil devenaient un atout plutôt qu'un handicap ...  (pages 154 et 155 de l'ouvrage précité).

Christian de Duve conclue cet important chapitre en posant la question métaphysique essentielle : « l'hominisation est-elle un hasard ou une nécessité ? Le sommet de l' évolution ou une étape ?

Nous n'avons pas de réponses à  ces questions, dit le professeur ... « La naissance de l'humanité fut-elle le fruit d'un concours extraordinaire de circonstances, d'une conjonction unique entre un accident génétique improbable et des conditions environnementales qui se sont trouvées par hasard convenir à la mise à profit de cet accident » (page 155) ... ou bien ne fallait-il qu'une « chiquenaude » pour déclencher un processus qui était inscrit dans les gènes ...  mais quelle a pu être cette « chiquenaude » ? ... « Si elle n'avait pas eu lieu, un autre événement aurait-il pu mettre les choses en route ? » ... « ... on est tenté de supposer que, si les événements avaient été différents, la chiquenaude nécessaire aurait néanmoins fini par être donnée, tant est impressionnant le caractère apparemment obligatoire du processus, une fois déclenché. » (page 156).

 

-----

 

 

 

 

07/12/2010

Ch. 29.8a - De l'instinct à l'Intelligence

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

----

 

Ch. 29.8  -  De l'instinct à l'intelligence.

 

Ch. 29.8a - Cohérence et Déduction


 

Nous avons vu que « l'être humain », péniblement de génération en génération, a amélioré son intelligence jusqu'à atteindre les performances de ses cerveaux les plus brillants.

L'intelligence a franchi des étapes longues et ardues avant de se développer et de parvenir à des niveaux insoupçonnés surtout depuis que les découvreurs n'agissent plus seuls et sont en permanence en contact les uns avec les autres par tous les moyens de transmission dont Internet et la toile.

Il est probable qu'un phénomène de mutation (vraisemblablement accidentel par la voie du hasard)  a eu lieu, il y a peut-être plusieurs centaines de milliers d'années, apportant à l'homme en puissance la possibilité de développer son cerveau.

Cet accident aussi aléatoire que ne le fut la vie a donné à l'être humain existant actuellement sur notre planète, le potentiel cérébral nécessaire pour atteindre, en tous cas dans sa descendance, les plus hautes performances cérébrales.

Le Boshiman est un chasseur-cueilleur qui est quasiment resté au stade primitif des premiers humanoïdes.  Transféré dans un milieu jouissant de la culture d'une civilisation avancée, il développera tôt ou tard par nécessité le potentiel d'intelligence, non utilisé dans son environnement antérieur, cependant en puissance dans son entité humaine.

Dans le chant qui suit, j'ai tenu à marquer un  temps d'arrêt pour mieux souligner cette importante faculté de cohérence et de déduction que tout homme cultivé utilise instinctivement d'une manière performante dès qu'il se trouve face à un problème quelconque, sans réaliser les prouesses cérébrales qu'il accomplit.

 

HARMONIE DE LA COHERENCE ET DE LA DEDUCTION.

Des brumes lourdes noyant ta pensée

Surgissent les timides lucioles

De tes premiers chants et de tes paroles

Que tu lançais le soir, à la veillée.

 

A la gloire des dieux que tu implores,

Tu créeras des tracés bénéfiques

Pour te garder du prédit maléfique

Qui annonçait ton destin et ta mort.

 

Tes refrains se sont alanguis au cœur

Des poètes pour bien chanter l'amour.

Ta raison, chaleureuse douce sœur

Des âmes tristes, s'est bercée de jour.

 

Du grand livre des mondes infinis

Une page de temps s'est échappée

En gémissant sa lente mélopée

D'invocations pour cœurs démunis.

 

Lancinant murmure de la logique,

Lente incantation mathématique,

Ballet des formes et projections,

Refrain de signes et des relations

 

°°°°°°°°°

La cohérence est par définition le rapport logique entre des idées.  Il ne suffit donc pas que l'intelligence émette des idées, crée des concepts,  il faut encore que ceux-ci provoquent un développement logique. D'où l'importance de la cohérence dans une construction qui se veut progressive.

Le cerveau animal a mis 600 millions d'années pour atteindre, chez le chimpanzé, un volume de 350 cm³ ... ce qui devrait être à peu près le volume du cerveau du dernier ancêtre que les humains ont en commun avec les chimpanzés, qui ont un cerveau de même taille ... Dans la lignée humaine, le volume du cerveau a mis 2 à 3 millions d'années pour passer de 350 à 1.350 cm³ ... (Prof. de Duve - Génétique du péché originel, page 140)

Selon le professeur, cette augmentation du volume cérébral de 25 milliards de neurones à 100 milliards s'est produite avec une augmentation de connexions inter-neuronales de 250 milliards à un million de milliards ... (page 141) ... Cette progression s'est faite par paliers, avec parfois des temps très longs (1 millions d'années) ... Les sauts se localisant à des endroits différents ... Ainsi, il y a 2,5 millions d'années, quatre espèces différentes coexistaient  - Parenthropus boiséi, Homo habilis, Homo ergaster, et Homo erectus - avec des volumes cérébraux variant entre 500 et 1000 cm³ ... (page 143)

L'homme est le seul animal qui a développé une culture poussée de la déduction ...  cet avantage lui est venu par la nécessité de répondre aux défis rencontrés lors de son adaptation précaire aux dangers d'un biotope qui ne le protégeait plus ...

Cette nécessité d'adaptation contraignit ses descendants à développer, par accidents fortuits, les outils qui, en fin de compte, les amenèrent à supplanter les autres espèces.

Les zoologistes qui observent le comportement des animaux, constatent des adaptations pseudo-intelligentes chez certains qui démontrent le début d'un raisonnement ...  Ce qui est particulier, c'est que cette manifestation pseudo-intelligente ne se produit que dans certains groupes, les autres, pourtant voisins, en étant dépourvus.

Ainsi, en Angleterre, certaines mésanges ont appris à ouvrir avec leur bec le couvercle des bouteilles de lait, tandis que d'autres ayant accès aux mêmes bouteilles les négligent  (Hinde et Fischer, 1952) ... Les loutres de Californie utilisent des outils pour ouvrir des moules alors  que d'autres, elles aussi grandes consommatrices de moules, s'en passent  (Hall et Schaller, 1964) ... Les macaques du Japon de l'île de koshima ont découvert fortuitement  que le fait de laver les pommes de terre dans l'eau de mer éliminait les sable qui y était collé (Kawai,  1965) ... Ces informations de même celles qui vont suivre ont été reprises de Christophe Boesch, l'homme,  le singe et l'outil : question de culture (Chapitre 4 de Origine de l'humanité, sous la direction de Pascal Picq et Yves Coppens - Fayard).

Principaux comportements culturels observés chez les chimpanzés (Présent dans certaines communautés et absent dans d'autres) Christophe Boesch, directeur du département de Primatologie de l'Institut Max Planck, Leipzig, Allemagne)

Casser des noix (Pour ouvrir des noix de Coula, les chimpanzés utilisent des pierres comme marteaux et comme enclumes) ... Creuser à l'aide d'un pilon (Les chimpanzés creusent et approfondissent des trous dans les arbres avec des tiges de palmiers qui jouent le rôle de pilons) ... La pêche aux termites (Les chimpanzés introduisent des morceaux d'écorce minces et flexibles dans une termitière et en extraient les termites qu'ils mangent) ... Récupérer des fournis sur une brindille (Une fois que les fourmis ont escaladé la brindille introduite dans leur nid, les chimpanzés la font coulisser dans leur poing fermé, poussant les fourmis dans leur bouche) ...  Récupérer de la moelle ( A l'aide de brindilles, les chimpanzés extraient la moelle des os longs des singes qu'ils ont tués et dévorés) ... Le coussin de feuilles (Quelques grandes feuilles semblent servir de protection aux chimpanzés qui s'assoient sur le sol humide) ...  L'éventail à mouches (Pour se débarrasser des mouches, les chimpanzés utilisent des rameaux feuillus en guise d'éventails.) ...  Se chatouiller (Les chimpanzés utilisent de grosses pierres ou des bâtons pour se chatouiller) ... Le jeu de lancer (Les chimpanzés lancent des objets - pierres ou bâtons - vers une cible précise, mais l'atteignent rarement) ... L'inspection des plaies (Lorsqu'ils sont blessés, les chimpanzés passent des feuilles, qu'ils ont parfois préalablement mâchonnées, sur leurs plaies, puis les examinent.) ...  Déchirer des feuilles (Pour attirer l'attention des compagnons de jeux ou des femelles, les chimpanzés mâles déchirent des feuilles mortes avec les dents pour faire du bruit.) ...  Éliminer des parasites (Les chimpanzés placent sur une feuille les parasites qu'ils ont enlevés à leurs congénères lors de l'épouillage, puis les écrasent) ...  Observation des parasites Les chimpanzés placent   les parasites enlevés à leur congénère sur une feuille dans la paume de leur main pour les examiner, puis les mangent ou les rejettent.)  Écraser les parasites avec le doigt (Les chimpanzés placent sur leur avant-bras les parasites enlevés à leur congénère puis les écrasent à plusieurs reprises avant de les manger) ...  La poignée de main au-dessus de la tête (Les chimpanzés joignent leurs mains au-dessus de la tête pendant qu'ils se toilettent  mutuellement  avec l'autre main.) ...  Frapper, les doigts repliés (Les chimpanzés frappent les arbres ou d'autre surfaces dures avec leurs doigts repliés pour attirer l'attention pendant la parade nuptiale.) ...  Danser sous la pluie (Lorsqu'une forte averse commence, les mâles simulent une charge : ils traînent des branchages, martèlent le sol, frappent  sur les racines saillantes et poussent des cris)

Ces différents comportements ont été observés chez des individus sauvages qui n'avaient pas eu l'occasion de copier les humains ... Il s'agit donc bien des premières manifestations de l'intelligence qui se transmettent de parents à enfants par imitation et qui se fixent par atavisme.

 

-----

 

 

 

03/12/2010

Ch. 29.7 - De l'intelligence à la pensée

 

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.7  -  De l'intelligence à la pensée.

 

Avant de remonter aux sources de ce long processus qui a fait de nous un être intelligent, il est utile que nous analysions le centre du mécanisme cérébral qui à la suite des mutations et adaptations est devenu cet outil performant de l'intelligence humaine.

Le cerveaux est construit avec des neurones : Le système nerveux est constitué par l'assemblage d'un nombre considérable de cellules d'un type particulier appelées neurones. On estime, chez l'homme, que leur nombre est de l'ordre de 15 milliards; rien que dans le cerveau on en compterait 9 milliards. Leur corps protoplasmique est de forme irrégulièrement étoilée, mais ce qui les caractérise, surtout, c'est la présence de très nombreux prolongements. Ces prolongements, très fins, sont tous terminés par une petite arborisation. Ils sont fonctionnellement différents, et l'on doit distinguer les dendrites et l'axone. (R. Fabre et G. Rougier, Physiologie médicale, p. 377)

Tiré de « Génétique du péché originel » Christian de Duve - pages 136-138 ( Génétique du péché originel - Odile Jacob - édition améliorée février 2010)

Le cerveau est construit avec des neurones  ... Le cortex cérébral est le siège mystérieux de la conscience ... l'événement crucial de l'histoire de la conscience fut le développement du cortex cérébral, une fine structure en forme de feuillet, d'environ 2 mm d'épaisseur, qui enveloppe la totalité du cerveau chez les animaux supérieurs et les humains.  Typiquement formé de six couches superposées de neurones, le cortex est le siège de la conscience.

En deçà de cette frontière, l'assemblage complexe de centres nerveux et de fibres qui constitue le corps du cerveau et le restant du système nerveux central reçoit et traite d'innombrables signaux entrants et envoie d'innombrables ordres sortants.   La presque totalité de cette activité a lieu sans que nous en soyons conscients, réglant les battements du cœur, la tension sanguine, la digestion, les mouvements des yeux, l'équilibre et quantité d'autres phénomènes physiologiques.

Certains signaux cérébraux traversent la frontière et passent par le cortex cérébral. Ceux-là suscitent la conscience, les sentiments, les émotions, les impressions, les pensées, les rêves, les imaginations, les raisonnements, , les décisions, soit toute la gamme des phénomènes mentaux qui remplissent nos têtes.

Après cette mise au point du Professeur, analysons le processus qui a amené l'être humain à devenir intelligent ... et remontons aux sources  ...

Cela a dû commencer quand le premier primate (ou son ancêtre) s'est servi de ses pattes avant pour cueillir un fruit au lieu de le ramasser ou de l'attraper avec la gueule.

Ses descendants ont perfectionné le système en développant leurs doigts pour en faire des outils préhensiles, et puis de mutation en mutation sont devenus d'agiles escaladeurs  de grands arbres.  Ils ont développé de grands et longs bras, des mains et des doigts puissants et habiles : ils se préparaient  à devenir les ancêtres des humains.

Rappelons nos propos précédents : les grands changements climatiques dus à la fracture du Rift Valley, la désertification des forêts sahariennes et autres misères dont furent gratifiés nos ancêtres arboricoles ont complètement modifié leur biotope :  les arbres sont devenus rares et la savane s'est développée, les laissant à la merci des grands fauves. (Voir plus loin théorie contestée, mais valable en ce qui concerne le principe de l'adaptation au biotope modifié accidentellement ou progressivement)

Modification aussi des habitudes alimentaires : de frugivores ils deviennent  carnivores, disons plutôt charognards car ils furent d'abord incapables de chasser et de tuer.  Les malheureux  se contentaient des restes abandonnés par les fauves, du moins dans un premier temps ;   par la suite, les plus évolués se sont groupés en bandes d'un certain nombre d'individus, pas plus de vingt à trente pour être efficace.  Ces groupes ont commencé à chasser, les animaux blessés ou les jeunes d'abord et puis ceux qu'ils attrapaient par ruse et par traque.

Il est donc certain que ce phénomène d'associativité en petits groupes a  été essentiel à son émergence, les solitaires ont disparu ...

C'est donc ce groupe de misérables qui s'est trouvé séparé de son milieu  normal qui deviendra  l'ancêtre probable du  maître absolu de sa planète parce que les circonstances l'ont poussé à l'adaptation pour survivre.

L'ancêtre de l'homme a probablement adopté la position debout parce qu'il avait besoin de ses membres avant pour transporter les morceaux qu'il dérobait aux charognards, mieux outillés  (crocs ou becs et serres) que lui pour arracher les morceaux aux nombreux concurrents qui lui disputaient les restes. Certains auteurs pensent aussi que la position debout met davantage le corps à l'abri des rayons du soleil.

La position debout et l'utilisation des bras fut pour l'être humain le début de son évolution vers l'intelligence.  L'étape suivante fut l'association des individus pour traquer les animaux blessés.

Les bras, les mains et les doigts devinrent des auxiliaires précieux que les hommes perfectionnèrent de génération en génération.  Le développement de l'intelligence allait de pair avec l'habileté manuelle.

L'être humain était tellement fragile que ce fut vraiment par miracle qu'il put résister à un environnement aussi hostile. Il n'en fallut sans doute que quelques-uns qui se cachèrent et vécurent misérablement, adaptant leur digestion et leur organisme aux nourritures les plus diverses et les plus difficiles.  Ce long calvaire fut la meilleure école de l'homme qui n'avait que sa ruse naissante comme seule arme.

Les solitaires, même les plus forts, disparurent vraisemblablement. Seules les bandes qui s'organisèrent furent mieux armées pour affronter les aléas d'un milieu particulièrement inadapté à leur condition. Difficilement, ces bandes affrontèrent les innombrables dangers qui les environnaient et les guettaient.  Plus que jamais, l'homme utilisait ses deux bras qui devenaient les outils indispensables à sa survie.

La première manifestation intelligente de l'homme fut sans doute l'utilisation d'un auxiliaire matériel : d'abord un bout de bois pour prolonger le bras.  Comme dans toutes les évolutions de la vie, tout se passa avec lenteur, patiemment, difficilement.  Le geste fut d'abord accidentel, puis se répandit de groupe en groupe, de génération en génération.

Ces premiers balbutiements de l'intelligence furent sans doute suivis d'autres qui apportèrent à l'homme les moyens de compenser sa vulnérabilité.  Cet animal au corps fragile, sans aucune défense, sans armes ni protections naturelles, vécut un pénible et long parcours, se cachant le jour, dérobant quelques piètres nourritures la nuit.

Si je me suis étendu si longuement au risque de lasser,  c'est dans le but intentionnel de marquer et d'insister sur la longue, l'impitoyable et patiente persévérance du temps qui applique sa loi : perdre et disparaître ou gagner et subsister voire muter.

D'autre part, il est important de signaler que la théorie que je viens de développer a été remise en question par la découverte en 2002 de Toumaï (antérieur à Rift Valley) 2500 km. à l'ouest du Rift, dans le désert du Djourab au Tchad. Cependant, le modèle que je me suis plu à développer en m'inspirant de la théorie défendue par Yves Coppens reste valable quant aux effets de l'isolement de petits groupes et l'apparition de la bipédie.

Je reste donc persuadé que la théorie de Coppens est la seule valable dans les grandes lignes, les autres « hominiens » antérieurs se sont trouvés sans doute dans des conditions analogues pour adopter la bipédie et l'utilisation des mains.

Ce qu'il est surtout important de souligner c'est l'événement essentiel que fut, pour nous, cette mutation du quadrupède frugivore arboricole au bipède omnivore intelligent que nous sommes devenus.

Les survivants de ce long calvaire ne durent leur salut qu'au développement d'une adresse manuelle et une utilisation cérébrale que leur intelligence naissante rendait toujours plus efficace.

C'est  ici qu'il faut introduire l'événement le plus important qui s'est produit sur notre planète après la vie, il y a probablement plusieurs centaines de milliers d'années : l'émergence de l'intelligence raisonnée,  mais surtout de la pensée.

Cette faculté fut d'abord cérébrale, pensée en image.  Elle fut ensuite traduite en parole grâce à la précision d'un vocabulaire qui se créa dans les groupes pour transmettre des informations, mais aussi des concepts, primaires d'abord, de plus en plus évolués ensuite.   Ces « trouvailles » transmises entre individus favoriseront le dialogue et la contestation, facteurs du progrès.

Il est important aussi de souligner que l'homme est avant tout solidaire.  Si la déduction fut d'abord le fait d'un penseur qui agira seul d'une manière  raisonnée, il transmettra ensuite son savoir à des disciples, des écoles, voire maintenant à l'humanité entière par la voie des publications, les chaires des universités et même vulgarisée par transmission hertzienne ou câblée (radio-télévision-internet).

-----

 

 

 

30/11/2010

Ch. 29.6 - Inventaire des moyens de l'intelligence humaine.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.6   - Inventaire des moyens de l'Intelligence humaine.

 

 

Nous nous sommes situés dans l'espace, dans l'infini, ... et dans le temps ...

Nous en avons conclu à « l'unification » du « Tout » dans une force ou énergie fondamentale qui sous-tend les univers et qui est la seule possible dans une « logique qui tue », les autres étant impossibles dans l'absolu de la raison.

Dans l'absolu de la raison, il est difficilement concevable qu'il existât un «Tout statique » qui occupa tout l'espace et qui n'aurait pas d'origine ...

Cependant, les croyants pourraient y trouver  une place pour l' « Être Supérieur », mais alors pourquoi en sort-il de cet état pour créer des «univers non statiques », dans l'intention de donner un espace d'épreuves à l'âme de  l'homme au centre d'un petit déchet de petite planète dans un de ces univers ou de cet univers ... ?

Aussi, après toutes ces considérations, nous devons « retomber sur terre » pour analyser en profondeur notre histoire et notre milieu depuis que les « l'homo sapiens », ont évolué vers le savoir et se sont  dotés des moyens nécessaires à l'expression d'un raisonnement.

Cette analyse pour être complète doit remonter très loin dans le passé de nos ancêtres, les descendants  d'arboricoles qui ont  évolué et muté.

Cependant, refaire l'arbre généalogique complet de l'homme est impossible, en raison d'une période obscure dans son histoire qui se situe avant l'homme de Neandertal et celui de Cro-Magnon.

Ce passé, suivant Pascal Picq, est un écheveau énorme aux embranchements multiples, caractérisé  par le fait qu'il n'est pas singulier, mais mosaïque, pluriel et buissonnant.

L'avènement de l'homo sapiens est l'aboutissement d'un long parcours semé d'embûches que les « survivants » ont entrepris depuis qu'ils ont quitté leur forêt équatoriale, en dépit des nombreux accidents qui n'ont cessé d'interrompre son parcours.

Cette période mosaïque, plurielle et buissonnante, est tellement lointaine que ses traces  se perdent dans la « nuit des temps » et que ses vestiges n'ont que peu résisté aux accidents naturels, climatiques ou autres.

Il est certain que de nombreuses branches ont « buissonné » pour s'étioler et mourir et qu'une seule a subsisté.

Aussi, concernant cette période cruciale de l'histoire de nos origines, est-il important de laisser la parole au professeur de Duve qui aux pages 128 et 129 de son livre « Génétique du péché originel » mis à jour en février 2010,  dit en substance ceci :

Chez les organismes qui se reproduisent sexuellement, les spermatozoïdes perdent leur mitochondrie au cours de leur maturation, de sorte que ces organismes sont transmis de générations en générations exclusivement par les ovocytes de la lignée femelle.  Le séquençage comparé d'échantillons d'ADN mitochondrial humain récolté dans diverses parties du monde a permis de reconstituer cette généalogie jusqu'à une femelle ancestrale unique -  l'«Ève mitochondriale », comme on l'appelle  -  qui vécut quelque part en Afrique, il y a environ 200.000 ans.  Des études similaires sur le chromosome Y, prérogative mâle, ont conduit de la même manière à un « Adam Y » qui vivait en Afrique à peu près à la même époque.

Le professeur signale pour ceux qui serait tenté d'y voir une référence biblique, qu'elles ne se rapporte pas à un couple défini, mais bien à deux individus non spécifiés, dont on estime, sur la base de calculs théoriques, qu'ils faisaient partie d'une population initiale d'environ 5.000 membres de chaque sexe partageant le même patrimoine génétique.  Au cours du temps, toutes les lignées de même sexe, sauf une, ont été interrompues par l'absence de filles dans les lignées femelles ou de fils dans les lignées mâles, ne laissant finalement que deux lignées ininterrompues, l'une femelle et l'autre mâle, remontant à deux individus qui n'avaient probablement rien à voir l'un avec l'autre.  Adam Y ne s'est probablement jamais accouplé avec Ève mitochondriale. Selon ces découvertes, tous les êtres humains existants sont des descendants de cette  seule branche africaine. ... Les bandes de l'homo ergaster et de l'homo erectus qui se sont égaillées sur une bonne partie de l'Eurasie, il y a  1,5 million d'années,  se sont toutes éteintes depuis longtemps sans laisser de descendants actuels. ... Il est remarquable qu'après toutes ces pérégrinations l'étape finale vers l'humanité soit partie d'Afrique, son premier berceau.

Cette  « rétrogradation de l'espèce » dans notre passé, avec extinction de presque tous ceux qui auraient pu devenir nos ancêtres fut suivie d'une nouvelle expansion de quelques individus qui deviendront les ancêtres de tous les hommes vivant sur notre planète, qu'ils soient Boschimans (peuple primitif d'Afrique) ou savants de nos universités.

Cependant, cette nouvelle expansion aura sa « branche morte », les Néandertaliens et voici ce qu'en précise le professeur de Duve page 133 à 135 de l'ouvrage précité :

Nos ancêtres, les Cro-Magnons, ont été précédés des Néandertaliens et ont probablement migré hors d'Afrique avant leurs jeunes cousins, pour s'établir dans de nombreuses parties de l'Europe et du Moyen-Orient.   Ils y furent rejoints plus tard par les Cro-Magnons, avec lesquels ils ont coexisté pendant un certain temps. ... On s'accorde généralement à considérer les deux groupes comme suffisamment proches pour mériter le même nom de Homo Sapiens, tout en qualifiant les Cro-Magnon de « sapiens sapiens » ... Il n'existe pratiquement aucune indication que les Néandertaliens aient eu un art, des bijoux ou des rites, en tout cas comparable à ceux des Cro-Magnons.  Il leur est arrivé d'ensevelir leurs morts, mais avec peu d'ornements.  Leur cerveau, néanmoins, semble avoir été un peu plus  gros que celui des Cro-Magnons, mais ce n'est pas nécessairement un signe de supériorité intellectuelle ... C'est le développement de certaines régions spécifiques du néocortex qui est décisif. ... Quant à la parole, des moulages de la partie inférieure de leur crâne suggèrent que leur larynx  pourrait avoir été situé trop haut pour permettre un véritable langage, mais la question reste controversée à la suite de la découverte d'un autre os qui surmonte le larynx trouvé en Israël ... Autre question sans réponse concerne les relations qui existaient entre Néandertaliens et Cro-Magnons  ...  se sont-ils connu, ont-ils fraternisé jusqu'au croisement, sans progéniture comme c'est le cas des hybrides, tels que le mulet ... ou au contraire se sont-ils battus et même exterminés ?

 

-----

 

Si nous cherchons le sens de l'existence, nous ne pourrons le faire qu'en utilisant l'outil de base qu'est la pensée, elle-même étant l'expression des phénomènes suscités par ce que nous appelons l'intelligence.

A ce stade de mon exposé, Je crois utile d'analyser en profondeur cette faculté qui nous singularise des autres êtres vivants : le développement de l'intelligence suscitant la pensée, laquelle s'est prolongée et perfectionnée dans la cohérence et la déduction pour s'épanouir dans les  créations cérébrales de l'invention et de l'imagination.

Afin d'en arriver à une conclusion bien argumentée, je crois nécessaire de procéder à une étude systématique du matériel dont nous disposons et de son fonctionnement, tout en laissant au lecteur le soin de disserter sur  la logique de son développement.

Je vais m'efforcer d'évoquer ce matériel en mélodies qui se succéderont dans une structure progressive en abordant les thèmes suivants :

1. La pensée est l'aboutissement du travail cérébral de l'animal intelligent qu'est devenu l'être humain.

2. La cohérence (rapport logique entre des idées) est la charpente d'une réflexion intelligemment élaborée par cet être humain et la déduction en découle et lui est concomitante.

3. La création cérébrale en est le produit.

Elle-même exaltée par 4. le sublime qui résulte de l'élévation de la pensée construite en dehors du matériel.

L'ensemble de ces démarches provoquant 5. l'évolution « exponentielle », résultant des actions posées dans l'infini futur de l'évolution du savoir et de son développement.

En guise de 6. conclusion, je me permettrai de disserter sur le sens de la pensée humaine : est-elle un mécanisme dû à des fonctions cérébrales en progression performante ou est-elle le support d'un message à décrypter ?

 

 

------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

26/11/2010

Ch. 29.5 - Darwin, le précurseur.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

------

 

Ch . 29.5  -  Darwin, le précurseur.


Dans la partie précédente, nous avons abordé ce « long  calvaire des êtres vivants » pour en arriver à ces quelques ultimes descendants de « l'homo sapiens »  bénéficiant des avantages des «privilégiés» de civilisations avancées que nous sommes.

Nous avons disserté sur « la pensée ».  Comment s'est-elle laborieusement développée chez l'homme pour aboutir aux prouesses intellectuelles des grands penseurs, découvreurs et autres génies du genre humain ?

Une fois de plus, nous nous sommes interrogés sur l'origine de ce processus de construction intellectuelle : est-elle d'origine divine , « l'Être Supérieur » que révèle toutes les religions ou tout simplement une faculté dominante développée par l'être humain ?

Nous avons célébré, le 12 février 2009, la date anniversaire de la naissance, il y a deux cents ans, du génial Darwin.  A cette occasion, le monde intellectuel s'est interrogé sur la portée de ses découvertes qui ont apporté une réponse scientifique indiscutable quant aux origines de l'homme.

Darwin vécut dans un environnement scientifique privilégié : père médecin intelligent et grand père naturaliste.  D'abord croyant, bien que d'un milieu en majorité non conformiste (père, grand-père et frère libre-penseur) il ne doutait pas de la vérité littérale de la Bible et commencera la théologie anglicane à Cambridge.

Cependant, ce furent les observations retirées de son célèbre voyage de cinq ans sur le « Beagle », parti pour cartographier la côte d'Amérique du sud, qui révolutionnèrent ses conceptions philosophiques.

Ce voyage lui permit d'étudier les fossiles et la faune de ces régions, notamment ceux des grands tatous (diminution de la taille de l'espèce, première hypothèse évolutionniste).  Ensuite en 1835, aux îles Galapagos, il constatera que plusieurs espèces présentaient des différences importantes suivant leur lieu d'habitat comme la forme du bec des pinsons adaptée à la nourriture suivant le type de graine trouvé, plus tendre ou plus dure.

Revenu au pays en 1836, Darwin devint une célébrité scientifique grâce surtout à son père qui rassembla les fonds lui permettant de devenir un homme de science indépendant.  Pendant cette période précédant la publication de son célèbre ouvrage « Origine des espèces », il rassembla une abondante documentation et des arguments scientifiquement probants étayant sa thèse, bouleversant celles des créationnistes majoritaires à l'époque.

Les milieux religieux s'élevant avec vigueur contre ses théories, il subira avec courage leurs sarcasmes et les caricatures de la presse qui le présentaient sous la forme d'un singe. Il était cependant soutenu par les milieux scientifiques.  Tolérant, il laissera à sa propre épouse, anglicane très croyante, la liberté de ses choix philosophiques.

Darwin exposera, dans l'introduction de son fameux livre « Origine des espèces », publié le 22 novembre 1859, une longue argumentation défendant courageusement sa théorie de l'évolution,  étant donné le « tollé » que celle-ci suscitait dans les milieux croyants. Aussi évita-t-il d'utiliser le mot « évolution » dans son texte de présentation qu'il rédigea habilement comme suit :

« Comme il naît beaucoup plus d'individus de chaque espèce qu'il n'en peut survivre, et que, par conséquent, il se produit souvent une lutte pour la vie, il s'ensuit que tout être, s'il varie, même légèrement, d'une manière qui lui est profitable, dans les conditions complexes et quelquefois variables de la vie, aura une meilleure chance pour survivre et ainsi se retrouvera choisi d'une façon naturelle. En raison du principe dominant de l'hérédité, toute variété ainsi choisie aura tendance à se multiplier sous sa forme nouvelle et modifiée. »

A titre documentaire, voici quelques exemples d'indices morphologiques de parenté entre les espèces (extrait de Wikipédia - évolution) :

- Les baleines, animaux adaptés à la vie aquatique gardent une trace de leurs ancêtres quadrupèdes par la présence d'os vestigiaux correspondant au bassin (ceinture pelvienne) ;

- Il y a des vestiges de pattes chez certains serpents (boas);

- En observant l'aile d'un oiseau ou d'une chauve-souris, on retrouve aisément la structure osseuse du membre antérieur de tout tétrapode ;

- les défenses à croissance continue des éléphants sont en fait homologues des incisives des autres mammifères, dont l'homme ;

- les appendices masticateurs des arthropodes sont à l'origine des appendices locomoteurs réduits (il en va de même apparemment pour une sorte de limace les Onychophores) ;

-  les membres des tétrapodes proviennent des nageoires de poissons ;

dans le monde végétal, la présence d'une double membrane autour des plastes et la présence d'un ADN circulaire à l'intérieur de ceux ci trahissent une origine endosymbiotique procaryote.

Il est intéressant aussi de reproduire un exemple d'évolution à l'échelle du temps humain que des scientifiques ont permis de réaliser : le lézard Podarcis sicula. (extrait de Wikipédia - évolution)

Introduit en 1971 par l'équipe du professeur Eviatar Nevo sur l'île dalmate de Prod Mrcaru en mer Adriatique, le lézard Podarcis sicula connu en France sous le nom de « lézard des ruines », y a été abandonné à lui-même durant près de quatre décennies, l'accès à l'île ayant été interdit par les autorités yougoslaves, puis par les conflits liés à l'éclatement de ce pays. En 2004, une équipe scientifique dirigée par Duncan Irschick et Anthony Herrel put revenir sur l'île et découvrit que Podarcis sicula avait évolué en 36 ans, soit environ trente générations,de façon très significative. Le lézard a grandi, sa mâchoire est devenue plus puissante, et surtout il a changé de régime alimentaire : d'insectivore il est devenu herbivore, et des valves sécales sont apparues au niveau des intestins, ce qui lui permet de digérer les herbes... Cette découverte confirme, s'il en était encore besoin, que l'évolution n'est pas une théorie parmi d'autres, mais un phénomène biologique concrètement observable, et pas seulement chez les virus, les bactéries ou les espèces domestiquées.

Voir aussi sur la toile : TPE : la théorie de l'évolution, synthèse intelligemment construite par des élèves, dans le cadre des TPE (travaux personnels encadrés) d'un établissement de Bordeaux, donnant une vue radiographique, spectaculaire et convaincante, de la ressemblance d'un membre antérieur de mammifères aussi différents que ne le sont l'humain, le chat, la baleine (membre inutilisé) ou la chauve-souris.

D'autre part, ces mêmes auteurs signalent que Darwin a choisi d'invoquer la sélection artificielle pour illustrer la puissance de la sélection en tant que force évolutive, c'est-à-dire l'élevage par les Humains. Au fil des générations, les Humains ont modifié certaines espèces en sélectionnant des géniteurs ayant  les caractères souhaités. Les plantes et les animaux dont nous nous servons pour nous nourrir n'ont que très peu de ressemblances avec leurs ancêtres sauvages. Les animaux de compagnie montrent particulièrement bien les effets de la sélection naturelle, en effet ceux-ci ayant été élevés pour des raisons plus proches de la fantaisie que de l'utilité. (Darwin lui-même consacra la première partie d'un grand livre - deux volumes publiés - non terminé, cette première partie étant consacrée à « La variation des animaux et des plantes sous l'action de la domestication »)

S'avançant plus loin dans ses conclusions, Darwin développa des idées selon lesquelles chez l'homme l'esprit et les cultures ont été élaborés par la sélection naturelle et sexuelle

Aujourd'hui, le darwinisme est admis par toute la communauté scientifique, même si certains détails de la sélection naturelle font encore l'objet de débats. Depuis Darwin, les découvertes en biologie moléculaire ou embryologie ont totalement corroboré les intuitions géniales de Darwin. °Guy Duplat - Libre Belgique du 27/28 décembre 2008°

Il y a trente ans, Jacques Monod, en écrivant  « Le hasard et la nécessité » expliquait par les dernières découvertes de la biologie moléculaire l'évolution des espèces et le rôle du hasard dans leurs transformations. °ibidem°

Suivant le mot de Laplace, la science n'avait pas besoin de l'hypothèse de Dieu pour expliquer la variété du vivant, y compris l'homme. °ibidem°

Presque chaque jour, on peut voir une des preuves du darwinisme dans la manière avec laquelle les virus et les microbes mutant au hasard, s'adaptent pour mieux résister aux antibiotiques. °ibidem° (surtout dans les hôpitaux).

Teilhard de Chardin dont on ne peut douter de la foi chrétienne profonde disait à propos de la théorie de l'évolution qu'elle n'est pas un système  ou une hypothèse mais elle est  « bien plus que cela, une condition générale à laquelle doivent se plier et satisfaire désormais, pour être pensables et vrais, toutes les théories, toutes les hypothèses, tous les systèmes » (rapporté par Guy Duplat de La Libre Belgique tiré d'un entretien avec Jacques Reisse professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles et membre de l'Académie Royale de Belgique).

On ne peut s'empêcher de noter l'embarras des scientifiques chrétiens et notamment de Bernard Feltz, biologiste, docteur en philosophie et doyen de la faculté de philosophie à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve qui lors d'un entretien avec Guy Duplat de la Libre Belgique plaidait que

« L'athéisme méthodologique de la démarche scientifique est parfaitement compatible avec une position théiste éventuelle sur le plan des significations. On peut être scientifique et croyant  pour peu qu'on respecte la frontière entre le registre du savoir et celui des significations. »

Pour le « Modeste Toulemonde » que je suis, qui ne s'embarrasse pas de ces subtilités « jésuitiques », les évidences multiples dont je n'ai fait qu'évoquer certains aspects, me suffisent pour adopter une position d'athéisme de réflexion.

 

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/11/2010

Ch. 29.4e - Le matériel cérébral de l'intelligence humaine.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4e - Le matériel cérébral de l'Intelligence.

 

Au lecteur qui me suit encore, je vais me hasarder maintenant à lui livrer mes cogitations (mot un tantinet péjoratif qui me rappelle cependant le « cogito ergo sum » de Descartes)

Le mot réel désigne ce qui existe vraiment par rapport à l'irréel qui lui serait illusoire parce qu'il appartient à l'inexplicable, provenant de l'illusion qui découle de l'amalgame de deux mondes incompatibles (la terre en trois dimensions ou quatre si l'on y ajoute le temps et l'univers en une seule sous-jacente : les forces ou e = énergie ).

Notre réel est constitué des événements qui nous font prendre conscience de notre existence.  Poser un crayon sur sa pointe est un acte humain qui a deux sens : celui qui résulte de l'acte physique et l'autre, intentionnel, qui déclenche une réflexion, en me situant dans l'espace, dans le but de coucher des signes sur un support « papier » pour capter une réflexion que je tiens à garder, relire, transmettre ... ou détruire ...

Cette démarche est le résultat d'une action qui a fait démarrer un processus de pensée raisonnée provoqué par une recherche intellectuelle sur le sens de l'existence de l'être intelligent que nous sommes devenus.

C'est une des péripéties de l'histoire des êtres vivants comme le fut celle des dinosaures ? La pérennité de notre espèce est certes aussi fragile et aléatoire.

A ce propos, il est intéressant de parler ici de ce que j'appelle le grand « SI » :

Si un astéroïde énorme n'était pas tombé sur la terre, il y a environ soixante millions d'années, provoquant le nuage opaque qui plongea celle-ci dans  la quasi-obscurité et le froid, les dinosaures et la végétation primaire qui les nourrissait auraient continué à évoluer dans leur démesure, poursuivant une évolution antérieure de cent cinquante millions d'années et nous ne serions pas là.

 

Voilà ce que disent deux grands scientifiques, Gordon Kane et Christian de Duve :

 

« Les dinosaures nous donnent une bonne raison de ne pas prendre au sérieux les arguments anthropiques non minimaux qui impliquent que tout dans la nature fut conçu pour la vie humaine. La Terre était un endroit idéal pour eux ; leur espèce fut dominante pendant près de cent cinquante millions d'années, soit presque trois fois plus longtemps que les mammifères et cent fois plus que l'espèce humaine.  Sans le hasard d'un astéroïde tombé voilà soixante millions d'années, peut-être leur espèce régnerait-elle encore sur la surface de la Terre.  Tout argument censé débrouiller les mystères de l'univers devrait s'appliquer aussi bien à l'univers d'il y a cent millions d'années qu'à celui d'aujourd'hui.  Si l'univers a été conçu exclusivement pour l'Homme, c'est que quelqu'un a dû se tromper. En effet, pourquoi ne pas imaginer que l'espèce humaine soit anéantie du jour au lendemain par une collision avec un astéroïde ou même par l'expulsion de la Terre hors du système solaire, du fait de l'attraction gravitationnelle d'une étoile ou d'une planète de passage. ». (Gordon Kane dans « Super-symétrie »  page 232)

 

« On sait depuis longtemps par les restes fossiles qu'une catastrophe planétaire a dû se produire il y a environ 65 millions d'années, provoquant l'extinction des dinosaures et de nombreuses autres espèces vivantes.  En 1978, deux physiciens américains, Luis Alvarez et son fils Walter, trouvèrent des indices dont ils déduisirent que la chute d'un gros astéroïde était le phénomène responsable de ce cataclysme. Cette hypothèse a depuis été amplement confirmée et le point d'impact a même été localisé, en un endroit dénommé aujourd'hui Chicxulub dans la péninsule de Yucatan, au Mexique. Ce cas est fréquemment cité comme exemplaire de la portée considérable des effets que des circonstances environnementales fortuites peuvent exercer sur l'évolution biologique.  N'était un énorme boulet tombé du ciel, les dinosaures en seraient peut-être toujours à parcourir la terre, les mammifères mèneraient une existence précaire à l'ombre des grands reptiles et nous ne serions pas là pour le constater. »

D'autre part, nul n'ignore que  la fin de notre monde  est inéluctable dans un million ou deux d'années, quand notre soleil s'effondrera sur lui-même pour devenir ce qu'on nomme, faute de mieux, un trou noir, entraînant avec lui toutes ses planètes et nous par conséquent (Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans « A l'écoute du vivant » page 215).

-----

Tiré du dictionnaire du ciel et des étoiles de Trinh Xuan Thuan, pages 234 à 237 (édition août 2009)

De temps à autres, il arrive que des influences gravitationnelles, fassent dévier les astéroïdes de leurs orbites … et entrent en collision avec la terre … Il y a 65 millions d’années les dinosaures régnaient en maître sur la terre … un astéroïde énorme d’une taille de 15 kilomètres (une montagne), d’une masse de 10.000 milliards de tonnes, se fracassa sur la terre, avec la force explosive de 1 milliard de mégatonnes de TNT, soir environ mille fois la puissance réunie de tous les arsenaux nucléaires de la planète … Il s’ensuivit un raz de marée haut de plusieurs centaines de mètres qui déferla sur la Caraïbe, ravageant Cuba, la Floride, et la côte du Mexique. Le fantastique impact projeta en l’air plus de 100.000 milliards de tonnes de pierre vaporisée dont 1% restèrent suspendues dans l’air des mois durant, sous forme d’une très fine poussière. … Les vents répartirent cette poussière tout autour du globe, bloquant la lumière et la chaleur du soleil pendant plusieurs années en une longue nuit hivernale … Les trois quart des espèces vivantes disparurent, dinosaures inclus … Seuls survécurent les petites espèces dont les petits mammifères qui, sans prédateurs, proliférèrent jusqu’à l’homme dans une nature qui se modifia … Ce scénario meurtrier est le meilleur à notre disposition pour expliquer la brutale disparition des dinosaures … La croûte terrestre ne contient normalement pas d'iridium, alors qu'il est présent non seulement près du lieu de l’impact, mais répandu sur toute la terre, preuve de l'origine extra-terrestre du phénomène.

----


Qu'est-ce que notre réel ?   Il n'a de sens que  situé dans l'espace et dans le temps.

Hors de ce contexte-là, il n'existe pas.  Nous devons en tenir compte dans une réflexion plus poussée dans laquelle nous ignorerions le réel : il n'existerait pas hors de l'espace-temps. On pourrait en déduire logiquement que le réel (le nôtre) est alors illusoire dans ce contexte général.

Partant de ce postulat, nous pourrions avancer que notre évolution dans le contexte espace-temps a deux dimensions : 1. une dimension fixe et immuable qui serait  fondamentale et réelle (exister) dans notre individualité et 2. une dimension évolutive qui serait du domaine de « l'illusoire » dans l'absolu parce que nous appartiendrions à un mécanisme aléatoire d'espace et de temps dépendant  de « forces » qui sont sous-jacentes et régissent tout l'univers (ou un univers-bourgeon dans l'hypothèse d'un univers-total).

L'absolu milite en faveur de l'unification.  A partir du moment où on s'en tient à la formule d'Einstein, il n'y a pas d'autre alternative : une force (ou une énergie fondamentale) est non seulement le moteur du « Tout » mais sa seule raison dans une conception unifiée ... et logique ...

Cette théorie donne à l'espace-temps une dimension différente de celle que notre intelligence conçoit et perçoit parce que cette dimension est située dans un contexte général  de "forces" qui les produisent.

Le temps, l'espace et la matière sont donc les produits de cette force ou énergie qui ne cessent de se manifester dans un "Tout" que génère ces forces dans un mouvement perpétuel : dans un tel contexte, le néant statique est inconcevable ... !

Il est donc souhaitable qu'on fasse l'effort intellectuel de s'en débarrasser, et de tenter la restructuration des données que l'on va traiter non plus dans leur contexte habituel mais dans un contexte ex-anthropique et hors espace-temps.

L'hypothèse la plus valable reste que l'infini n'existe pas dans l'absolu.  Si nous supposons qu'il existe, c'est parce que nous nous trouvons dans ce contexte de limite et d'origine, ce qui nous amène à penser qu'en dehors de lui, on ne peut trouver que l'infini soumis lui aussi à l'espace et au temps, alors que c'est impossible. Einstein l'avait bien compris lui qui inventa le concept d'espace-temps qui unifie les deux données en une « force » (e = mc²)

Probablement qu'il s'agit là d'anthropomorphisme, d'une erreur de l'homme confiné dans son univers étroit.  Nous devons donc nous écarter de ces notions d'infini pour nous en tenir aux éléments d'un environnement que nous allons tenter d'approfondir.

Cependant, avant d'entreprendre cette démarche, je tiens à évoquer dans le prochain billet l'importance de Darwin, dont on a célébré l'anniversaire des deux cents ans de naissance, il y a deux ans, qui bouleversa toutes les théories sur les origines des espèces et de l'homme ainsi que sur leur évolution.

 

------

 

 

 

 

19/11/2010

Ch. 29.4d - L'intelligence n'est que référentielle.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4e - L'intelligence n'est que référentielle


Toutes réflexions profondes imposent des rétroactes et synthèses afin de maintenir un canevas logique qui évite les erreurs et les mécomptes. C'est dans cet esprit, que je me livre à un survol d'idées essentielles.

L'univers est comme un cœur qui bat avec ses flux et reflux. Acceptons l'insignifiance de notre petite centaine d'années de vie en regard des milliards d'années que dure l'univers que nous connaissons et qui est lui-même insignifiant, par rapport à l'infini du temps si on l'associe à l'espace.

C'est en méditant cette évidence que nous nous mettons à douter de sa vraisemblance par  réflexe anthropocentrique.

Notre intelligence n'est que référentielle, c'est important de le souligner! C'est-à-dire que c'est par rapport à des éléments de connaissance  (des références) que nous ont transmis nos « maîtres » et notre culture que nous bâtissons notre personnalité.

Notre intelligence est un mécanisme qui enregistre un savoir dont nous héritons et qui est lui-même la conséquence de l'évolution de civilisations antérieures qui l'ont élaboré.

Notre type d'existence est basé sur un processus de sélection par élimination des moins adaptés et des plus faibles. L'espace (terrestre) étant limité, toute prolifération doit être soit  contenue par un prédateur local, soit exporté dans les limites terrestres ou éventuellement, pourquoi pas, extra terrestres pour les  humains performants.

Comment et quand survient ce prédateur, par quelle mutation ?

Ainsi que nous l'avons évoqué plus avant, par prolifération, une espèce sature à un moment donné un espace limité, d'où élimination des plus faibles, les plus forts résistent, s'adaptent et continuent à se multiplier jusqu'à nouvelle saturation.

Une mutation lente et progressive se produit : ainsi, l'herbivore digère d'abord la charogne en temps de sécheresse pour devenir ensuite carnassier.  Par mutation et  avec la patience du temps, il deviendra un carnivore performant.

La fonction crée l'organe, disait Lamarck et le milieu modifie le patrimoine génétique. Ces mutations peuvent prendre des centaines de milliers d'années, voire des millions d'années. Il faut dire, également, que les mutations importantes sont le résultat « d'accidents » rares mais aux conséquences fondamentales (la plante mutant vers l'herbivore et celui-ci vers le carnivore par passage obligé ou non dans le milieu marin).

Ces mutations longues, impitoyables et cruelles aboutissent à des nouveaux êtres vivants adaptés aux problèmes spécifiques de surpopulation. Il est à remarquer que ces phénomènes d'adaptation sont d'abord locaux, en vase clos, puis se répandent, à la faveur d'événements climatiques, sismiques, océanographiques ou autres.

C'est ainsi qu'aux transformateurs de sels minéraux, de photons et d'énergie qu'étaient les premiers unicellulaires, ont succédé les transformateurs de ceux-ci jusqu'à une algue ou un végétal marin qui a dissocié l'oxygène de l'eau et ensuite ceux qui lui ont succédé jusqu'aux transformateurs de planctons et de végétaux que sont les poissons non piscivores et les insectes marins suivis de leurs propres prédateurs et enfin les herbivores et insectes terrestres, eux-mêmes consommés et assimilés en bout de chaîne par les carnivores et insectivores.

C'est ici qu'il faut reprendre son souffle, pour conclure que nous nous trouvons devant un immense mouvement « exponentiel », parti de la naissance de « notre » univers, sorti lui-même d'un mécanisme fondamental unifié et bien exprimé par la formule d'Einstein.

Rien n'est statique et tout est en « progression » (le facteur c²)

Ce grand principe, qui a été expérimenté et prouvé par les explosions nucléaires et dans les centrales qui développent des énergies exponentielles (la radioactivité), est la preuve irréfutable de l'unification des forces (énergies), mais surtout de leur « activité exponentielle » dans le temps et l'espace.

C'est la raison pour laquelle l'élimination des déchets radioactifs est un problème sans autres solutions que de les enfuir dans les profondeurs de la croûte terrestre.

La formule d'Einstein exprime bien par l'élévation au carré du facteur  c (mis pour céléritas ou vitesse) ce mouvement exponentiel, moteur de l'Univers-Total.

Ces « vérités » de la science nous interpellent profondément, car elles ne correspondent pas à ce que nous expérimentons ou constatons dans notre vie de tous les jours dans le cadre de notre existence planétaire.

Cependant dès que nous quittons cet environnement, notre logique de « terriens » est déboussolée ... et les lois fondamentales que nous commençons à découvrir semblent appartenir à un autre monde ...

A tel point que nous devons nous rendre à l'évidence, notre « réel » ou ce que nous croyons comme tel, est illusoire ... dans le sens que nous évoluons dans un monde d'apparence et que ce nous croyons là n'est vraiment pas là comme dit Jean Guitton, un des grands penseurs catholique du vingtième siècle (décédé en 1999, à l'âge de 98 ans).

----

Cantate de l'illusoire


Illusion,... illusion

Tout n'est-il qu'illusion ?

Temps et espace

Quelle est votre place ?

 

Les dieux du hasard

Ont jetés les dés,

Les dés des avatars

D'un monde organisé.

 

Cogito ergo sum

Je pense, donc je suis.

Mais aussi :

Je pense parce que je suis.

Et puis

Être ou ne pas être,

Là est la question.

 

Obsédantes mélopées

Aux frontières du réel ;

Primauté de l'être

Dans l'infini de l'existant.

 

Angoisse de l'esprit

Qui se sait seul,

Qui cherche des dieux,

Qu'il ne voit plus

Qui cherche des raisons,

De se trouver là,

 

Qui cherche son âme

Et qui ne trouve que fiel

Alors qu'il cherche le ciel.

 

°°°°°°°

 

 

16/11/2010

Ch. 29.4c - De l'illusion à l'abstraction de la pensée.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4c - De l'illusion à l'abstraction de la pensée.


 

A propos de l'illusion, rappelons l'énoncé du  cybernéticien Heinz von Foerster (1911-2002) cité dans la partie 4 de mon exposé :

« Notre faculté de voir dépend de la rétine qui absorbe la lumière du monde extérieur, puis transmet des signaux au cerveau.  Ce même schéma s'applique d'ailleurs à toutes nos perceptions sensorielles. La rétine ne perçoit pas la couleur, elle est  aveugle à la qualité de la stimulation et n'est sensible qu'à sa quantité. Cela ne devrait  pas constituer une surprise, ajoute Von Foerster, car en fait il n'y a ni lumière ni couleur en soi : il y a seulement des ondes électromagnétiques.  De  même, il n'y a ni sons ni musique : seulement des variations momentanées de la pression de l'air sur nos tympans.  Il n'y a pas de chaud, pas de froid : seulement des molécules en mouvement avec plus ou moins d'énergie cinétique, et ainsi de suite. »

En réalité ce que l'on croit être là, n'est véritablement pas là

°Tiré de J.Guitton, I&G.Bogdanov - Dieu et la science - p.179/180°

 

MELODIE DE L'ILLUSION.

Le réel est en conflit

Dans son duel de l'espace

Avec celui de son lit

Qui lui cédera sa place.

 

Le réel épris de temps

S'est bercé d'émotion

A la faveur du printemps

Qui portait son action.

 

Le réel n'est pas fidèle,

C'est l'amant aux fleurs fanées

Recueilli devant la stèle

Des passions délaissées.

 

Le réel se joue de nous,

Car il nous promet le ciel

Quand nous sommes à genoux,

Attendant son arc-en-ciel.


Le réel c'est l'illusion

Qui nous trompe depuis toujours

Quand on fait miroiter l'amour,

En fruit de nos évasions.

 

Le réel c'est l'illusion

Des âmes tronquées d'espoir

Qui épient dans un miroir

Leur ferveur en éclosion.


°°°°°°°°

Qu'est-ce qu'une illusion ?

L'interprétation erronée d'une donnée sensorielle. (Larousse) ; erreur qui semble se jouer de nos sens, les tromper. (Littré) ; erreur de perception causée par une fausse apparence (Robert) ; perception erronée due à une apparence trompeuse (Hachette).

Nos sens nous permettent de percevoir toutes les données de notre environnement.

Le crayon que je tiens dans ma main et que j'ai posé sur sa pointe existe parce que mes doigts par le toucher en perçoive la forme et le volume et que mes yeux envoient à mon cerveau son image et en décodant la lumière que le soleil (ou une source électrique lumineuse) transmet à mon œil en enregistrant sa longueur d'onde exprimée en nanomètres (milliardième partie du mètres) tout en véhiculant l'énergie particulière de sa couleur, ce qui me permet de distinguer la nuance voulue par son fabricant.

En effet, c'est depuis 1920 qu'on sait que la lumière est une particule qu'on a appelée photon et que la différence entre les couleurs provient de la quantité d'énergie que celui-ci véhicule.

Cette énergie s'exprime par une onde dont la longueur peut se mesurer en nanomètres (la milliardième partie du mètre).  Ainsi le rouge, au haut de cette échelle, mesure 700 nanomètres et le bleu, au bas,  480.

Nos yeux, par l'apprentissage qui augmente les fonctions cérébrales surtout pendant les vingt à vingt-cinq premières années de la vie, sont capables de distinguer  une dizaine de millions de nuances...( sic !)

Cette faculté est un des avantages de l'homme civilisé qui a développé au maximum les nuances grâce à ses progrès dans la chimie des couleurs et dans le domaine des spectrographes - appareil servant à étudier la décomposition (spectre) d'un rayonnement.

-----

Revenons-en à mon crayon, sa fonction consiste à servir d'intermédiaire par le tracé de l'écriture entre ma pensée et un support papier qui va la recevoir.

L'écriture est conventionnellement formée de signes imaginés par l'être humain pour traduire son langage et garder ou capter sa pensée.

Notre ancêtre des cavernes, bien repu et à l'abri des fauves, s'est mis à émettre des cris, puis des sons pour exprimer sa joie, les sons se sont modulés en chant, son cerveau, à l'aube de la pensée, s'est éclairé de la parole et  la voix sortie d'un larynx évolué s'est adaptée à la complexité du langage et du vocabulaire.

C'est la parole qui a nécessité des signes que l'homme a gravés sur des supports permanents, comme la pierre, l'écorce, les peaux de bêtes, le parchemin et le papier pour transmettre des messages  ou les conserver.

L'entité indépendante, qu'est l'être humain, va créer des «textes» qui seront éventuellement transmis et qui peut-être persisteront dans le temps.

Des bibliothèques se sont établies pour vulgariser le savoir, le garder, l'améliorer, le transmettre et depuis peu se sont complétées des moyens prodigieux  de vulgarisation par voie hertzienne et spatiale.

L'essai que j'écris, quant à lui, fait appel à des concepts immatériels de pensée qui sont purement cérébraux puisqu'ils proviennent de supputations personnelles, elle-même inspirées de notes ou connaissances antérieures.

Cependant sa pérennité est subordonnée à la durée d'une part de son support matériel (le papier) ou peut-être d'une volonté de divulgation plus large par reproduction (journal, revues, livres, supports magnétiques, la toile d'Internet etc.)

J'ai ainsi tracé l'historique d'une évolution qui a amené « l'homo sapiens » à créer un savoir écrit et transmis ou conservés dans les archives, les bibliothèques et maintenant sur « la toile ».

Ces références éparses, mais de plus en plus accessibles permettent  d'alimenter les « nouveaux découvreurs », surtout maintenant que l'accès, le stockage et le triage en sont facilités par des outils performant à la portée des spécialistes et même d'à peu prés tout le monde.

Ce long préambule pour en arriver à bien décrire le processus qui a contribué à développer une faculté cérébrale présente chez tous les êtres vivants évolués.

Cette faculté, chez  un primate a été favorisée par un accident climatique qui l'a isolé progressivement de son habitat d'arboricole et l'a forcé de s'adapter à un nouveau biotope.

Ce primate, dans des conditions de survie difficile, fut contraint :

1. à adopter la position debout pour surveiller les carnassiers dans les savanes qui s'étaient substituées aux forêts.    2. privés de son alimentation de frugivore-insectivore, à se nourrir des restes qu'il chapardait aux charognards 3. à privilégier l'association en petites bandes pour traquer le gibier jeune, malade ou affaibli.

La position debout, la nourriture carnée et l'associativité ont favorisé le développement des zones du cerveau qui traitent le raisonnement et la mémoire, elle libérait les bras et les mains pour emporter les restes disputés, favorisait  la marche, la course et la bipédie, mais surtout permettait le développement du larynx, de la voix, de la parole ... et plus tard de la pensée.

La parole s'est associée à la pensée pour produire l'intelligence qui est une faculté développée par l'homo pour s'adapter à son biotope.  Cette faculté lui a permis de dominer la matière et la vie jusqu'à se menacer lui-même par saturation du milieu.

L'intelligence est donc une faculté « animale » développée par nos ancêtres pour s'adapter et survivre.  Il est certain que dans l'histoire de "l'homo" une mutation a dû se produire chez un descendant privilégié « l'homo sapiens » dont proviennent au haut de l'échelle nos savants et au bas les bochimans (peuple chasseur-cueilleur d'Afrique).  Quant à l'homo non muté, il s'est éteint.

Entre les deux, il y a tout la gamme des autres qui font notre monde civilisé ou non avec l'explosion  exponentielle des découvertes et de la science.

L'association en « petites bandes » fut le départ des clans, peuple et nations avec des meneurs, des dictateurs et des chefs qui ont organisé la vie en société.

----

Maintenant, avec réalisme, considérons ce que nous sommes et nos moyens d'exprimer l'intelligence.

Nous sommes un produit du cycle du carbone et rien d'autre. Nous sommes le résultat d'un processus commencé il  y a quelques millions d'années.

Une roche de 70 kilos a exactement le même nombre de particules qu'un homme du même poids, leur différence provient uniquement de la manière dont celles-ci sont agencées.

La roche est le résultat d'une évolution primaire, alors que nous sommes l'aboutissement d'un long processus biologique aux branches multiples.

Nos 70 kilos de particules bien agencées font de nous un être bénéficiant d'une certaine indépendance, capable seul ou collectivement de créer, d'inventer, de découvrir mais surtout de maîtriser son environnement planétaire actuellement, mais peut-être de plus en plus spatial dans le futur.

Ces  70 kilos de particules réalisent ces performances grâce à une intelligence contenue dans environ 1500 grammes de matière cérébrale avec l'assistance essentielle de moyens visuels, auditifs, sensitifs, tactiles, moteurs, énergétiques et autres dont est dotée l'entité humaine.

On pourrait supposer que cette intelligence résultant de l'aventure humaine se trouve en puissance dans chaque particule de l'univers, rejoignant en cela Teilhard de Chardin. Mais c'est une autre théorie ... !

Il est possible que des manifestations intelligentes puissent  se produire partout dans l'univers, étant donné son immensité et la multiplicité de systèmes solaires et de planètes possibles.

Cependant, ces « mondes » ne sont sans doute pas structurés comme nous, d'où l'impossibilité de communiquer.  La complexité des combinaisons qui font ce que nous sommes et les différents « avatars » qui ont menacé la vie (disparitions des dinosaures entre autres), laissent peu de place à l'hypothèse d'une répétition de cet « accident planétaire ».

D'autre part, peut-on concevoir une présence intelligente en dehors de l'espace-temps ?  Cette présence intelligente, forcément statique, a-t-elle sa raison d'être ?  Nos connaissances et les questions que nous nous posons, résultent de processus de réflexions inconcevables en dehors du temps et même de l'espace.

Si on admet l'existence d'un Dieu suprême, on le situe à l'origine de tout, voire la raison de tout : l'intelligence supérieure.  Il a la connaissance suprême.

La connaissance suprême de quoi ?  La connaissance de ce que nous ignorons en dehors de l'espace-temps, à condition de découvrir tout ce qui s'y trouve.

Cette connaissance suprême à laquelle nous accéderions devrait nous introduire dans la félicité du savoir « infini », ce qui devrait nous apporter la félicité « infinie » qui nous placerait dans des conditions de bonheur « infini »

Les philosophes religieux prétendront qu'il s'agit d'un état subtil qui apporte à l'être « pensant » la plénitude de la connaissance et que cet état « privilégié» lui reviendrait après son existence temporelle,  le replaçant dans l'espace-temps puisque ce bonheur éternel devrait être personnel, individuel, débutant depuis sa naissance et se perpétuant après son existence terrestre.

C'est le rêve anthropomorphique  de l'immortalité ? Est-il concevable que cet état soit une copie conforme de notre existence terrestre, sans la souffrance et le malheur ... ?

D'autre part quelle raison supérieure motiverait l'Être Suprême qui n'a pas besoin de nous pour être complet.

Dans le prochain « billet », je présenterai ma vision de ce que je crois fondamental pour analyser et cerner cette faculté de l'intelligence que « l'homo sapiens » a développée jusqu'à saturer et modifier son propre biotope et le mettre en danger d'anéantissement.

 

-----