Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/04/2011

Ch. 29.10b - Les plaisirs de l'existence : La bière.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence.

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances.

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afind'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

-----

Voir aussi l'article du journal La Libre Belgique, de  Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l'explosion »  donnant l'essentiel d'un rapport de l'ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité ... lien ci-après  : http://www.lalibre.be/actu/international/article/64......

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation

de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

Ch. 29.10b – Les plaisirs de l’existence : La bière.

En pillant les gâteaux dans le nid des abeilles, nos ancêtres ont découvert le premier sucrant condensé en miel … Cette substance apportait à leur entité physique un élément énergisant dont ils avaient besoin et que leur organisme exigeait pour les soutenir dans la débauche d'énergie de leur vie sauvage …

Ils ont vite compris que les sucres se transformaient en alcool au contact de l’air et de l’eau et que le breuvage obtenu apportait la joie et le rêve … C’est ainsi qu’ils ont fabriqué l’hydromel, la première boisson enivrante et la découverte de  l’ivresse qui les envahissait quand ils en abusaient ... Depuis les avancées de la science dans le domaine de l'hygiène alimentaire, les nutritionnistes n'ont pas manqué de signaler les effets néfastes de l'abus d'alcool dans nos organismes, tout en reconnaissant les avantages d'un usage limité ...

Comme l’hydromel et peut-être, en même temps que lui, la bière fut vraisemblablement trouvée par accident … une récolte d’orge, trempée de pluie, et abandonnée aurait germé, … les levures présentes dans l’air auraient fermenté et produit les prémices de cette boisson alcoolisée …

La bière a probablement été fabriquée dès les premières cultures de l’orge et de l’épeautre (blé), récolté en Mésopotamie en 8.000 avant J-C. … Quant aux preuves historiques de son existence en tant que céréale cultivée, elles ont été trouvées dans la province de Sumer (Mésopotamie au sud de l’Irak) et remontraient au IV ème millénaire avant J-C … la base de l’alimentation de l’époque, dans ces régions, étant la galette d’épeautre ou d’orge …

Le « sikaru » (traduction : pain liquide) était une boisson fabriquée à partir d’épeautre et d’orge, trempés dans de l’eau qui fermentait après quelques temps … on la corsait aussi de cannelle, de miel ou d’épices … Les Sumériens vénéraient Ninkasi, (La dame qui remplit la bouche), déesse de la bière … on a trouvé deux chansons, la célébrant, gravées sur des tablettes d’argile, en caractère cunéiforme, qui décrit le processus de brassage et les récipients dans lesquels la boisson était servie … Les Chinois fabriquaient la « t’ien tsiou » une bière verte, faible en alcool et une plus forte appelée « tsiou » depuis des temps immémoriaux …

Dans les tombes de hauts fonctionnaires égyptiens, on a retrouvé des fresques révélant que ces peuples fabriquaient aussi des boissons alcoolisées à partir de céréales … Le pharaon Ramses II fut nommé le pharaon brasseur parce qu’il avait édicté des lois réglementant la fabrication de cette boisson légèrement alcoolisée, qui était plus potable que certaines eaux … Les Gallo-Romains la fabriquait pour remplacer le vin dans les régions peu propices à la culture de la vigne … Tout en la consommant, les Grecs et les Romains lui préféraient le vin, à leurs yeux plus noble, parce que rappelant le sang et la vie … Il semblerait cependant qu'ils auraient introduit la bière dans la péninsule ibérique … et de là qu’elle se serait répandue dans toute la Gaule …

La cervoise dont le nom vient de Ceresis vitis ou vigne de Cérès (Cérès étant la déesse des moissons)  était le nom donné à cette boisson avant celui de bière ... que le roi Charles VIII reprit dans son édit de 1489, à l’occasion de l'établissement d'un nouvel impôt … (l’appellation venait du néerlandais « bier »)… Cette boisson, fabriquée avec de l’orge et du méteil (mélange de blé et de seigle), était consommée depuis l’antiquité … parfumée aussi avec des herbes aromatiques comme la menthe … Ce fut la boisson du menu peuple du nord et du nord-est de la France … Ce serait les Gaulois qui ont inventé le tonneau pour la stocker ... et la faisaient fermenter dans un foudre (grand tonneau fixe)  …

L’introduction du houblon dans la bière daterait du XIIe siècle lorsqu’une religieuse bénédictine allemande Hildegarde de Bingen (1099-1179) découvrit les vertus aseptiques et conservatrices du houblon (ainsi que son amertume) permettant à la bière de mieux se conserver … et de remplacer ses autres ajouts gouteux … Avant cette découverte, les Romains croyaient que le houblon suçait la sève des arbres sur lesquels il grimpait, aussi l’appelait-il : lupulus ou petit loup … Quant à son nom scientifique, Humulus lupulus : humulus viendrait du slave « schmeli » désignant l’utilisation du houblon pour la préparation des bières dans le Caucase … En France, le houblon s’appelle aussi Vigne du Nord …et certains auteurs prétendent qu’il s’appellerait « salsepareille » dans certaines régions, (Peyo en aurait fait la boisson préférée des Schtroumpfs) …

Histoire de la bière : En dehors de ses origines perdues dans la nuit des temps, on signalera que, venant de Babylone, les égyptiens de l’antiquité faisaient de la bière une boisson nationale consacrée à Osiris, dieu du Soleil et Isis, déesse de l’orge … D’Égypte, elle se propagera à l’Espagne puis à Rome et à la Grèce … Elle sera la Korma des Gaulois et la cervoise des Celtes (Cérès déesse des moissons) … Charlemagne s’y intéressait beaucoup et encourageait sa production … Les monastères du Moyen-âge en amélioreront les techniques de conservation et d’affinement du goût avec du houblon … En 1435, Jean sans Peur, Duc de Bourgogne imposera l’usage de la bière pour combattre les épidémies, la qualité de l'eau étant douteuse… Les Anglais, les Allemands, les Scandinaves et les pays du nord de l’Europe en feront leur boisson favorite … Depuis la pasteurisation et une hygiène rigoureuse, les levures seront exemptes de bactéries nocives ce qui améliore le goût de la bière et sa pureté … La pils, à fermentation basse (5 à 12 degré), fut élaborée par les Tchèques de le ville de Pilsen vers le xve siècle … Pour garder cette température, on faisait venir de la glace des montagnes qu’on stockaient dans des caves profondes …

Les bières trappistes sont des bières qui sont obligatoirement brassées dans une abbaye par et sous le contrôle de moines trappistes … Elles sont de fermentation haute et doivent respecter les critères définis par L’association Trappiste Internationale et arborer le logo « Autentic trappist product » qui atteste du respect des critères suivants : 1. Fabriqué au sein d’une abbaye trappiste ; 2. Par des moines ou sous leur contrôle  ; 3. L’essentiel des bénéfices doit être consacré à des œuvres à caractère social … (Donc en buvant une trappiste, on se fait plaisir et on fait « une bonne action ») … Seules sept bières au monde, peuvent bénéficier de ce statut : Belgique : en région flamande, la « Westmalle » brassée à Malle (double 7% ; triple 9,5%) ; la « Westvleteren » à Vleteren, limitée à 4800 hectolitres, ce qui fait qu'on se la dispute (blonde 5,8% ; ambrée 8 % ; brune 10,2 %) ;  « l’Achel » à Achel (en pression : blonde 5% ; brune 5% et en bouteille : une triple 8% : une brune 8% et occasionnellement une brune à 9%) ; la « Chimay » à l’abbaye de Notre-Dame de Scourmont (l’ambrée, capsule rouge, 7% ; la triple capsule blanche, 8% ; la brune, capsule bleue, 9% ; la dorée, capsule dorée, 4,8%, réservée comme bière de table à la communauté monastique) ; l’Orval à Orval (teneur en alcool 6,2% ; bière à double fermentation et d’une levure dont les secrets de fabrication sont gardés et préparés par les moines eux-mêmes qui en font une version plus légères réservée à leur usage) la Rochefort brassé à Rochefort (le chiffre mentionné sur la bouteille exprime une ancienne mesure d’alcool de la gravité du moût avant fermentation : « 6 » 7,5 % capsule rouge brassée occasionnellement ; « 8 » 9,2% capsule verte ; « 10 » 11,3% capsule bleue) ; enfin , il existe une bière trappiste aux Pays-Bas qui porte le nom de « la Trappe » brassée à l’abbaye Onze-Lieve-Vrouw van Koningshoeven près de Tilburg (Cinq versions : la « Blond » 6,5 % ; la « Dubbel » 7% ; la »Tripel » 8% ;la « Quadrupel » 10% brune et la « Witte Trappist » 5,5% blanche) …

Fabrication de la bière : La bière n’était dans le passé, avant les techniques industrielles actuelles, qu’une boisson alcoolisée peu claire et plus proche d’une soupe que du breuvage lumineux coiffé de mousse blanche que nous dégustons maintenant… Nous la buvons dans des verres spécialement étudiés pour tirer de ses couleurs blondes ou ambrées les plus agréables effets … En la présentant dans des verres aux formes harmonieuses, artistiquement décorés d’appellations évocatrices du terroir, les brasseurs nous mettent « l’eau à la bouche » … Ils s’ingénient à affiner leurs techniques de fabrication et s’imposent des règles d’hygiène rigoureuses, surtout quant à la qualité de l’eau qui intervient pour 80 à 90 % de sa composition …

En ce qui concerne les bières de terroir, il faut mentionner, quant à son originalité, celles de la vallée bruxelloise de la Senne, le Lambic, bière de fermentation spontanée … qui est « plate », acide, ne mousse pas et ne pétille pas et titre 5% d’alcool … elle sert de base au « Faro » par ajout de sucre roux qui provoque une seconde fermentation ; à la « Kriek » bière fermentée avec des cerises acides (cerises de Schaerbeek) variété de griottes cultivées dans les environs de Bruxelles … pour atténuer l’acidité du breuvage que seuls apprécient les connaisseurs, les brasseurs bruxellois ajoutent du sucre ou diminuent le temps de fermentation en utilisant du jus de cerise à la place des fruits ... Il faut surtout mentionner la Gueuze ou Gueuze-Lambic, dont la célèbre "Mort Subite", qui est un assemblage de lambics jeunes et vieux, mélangés, subissant une seconde fermentation (Il y a souvent confusion entre gueuze et lambic qui sont pris l'un pour l'autre) ; Les brasseurs ont aussi créé la Framboise, à base de lambic dans lequel on fait fermenter le fruit entier de la framboise, la peau contribuant à la fermentation pendant 6 à 12 mois, une seconde fermentation a lieu après mélange avec différents lambics …

Bières spéciales : le « Stout » est une bière brassée à partir d’un moût caractérisé par sa teneur en grains hautement torréfiés, de là sa couleur foncée … qui est devenue une spécialité irlandaise … La « Guiness » est le stout le plus répandu dans le monde … Depuis quelques années, sont apparues sur le marché des Bières Blanches dont l’origine est Hoegaarden, en Flandre, qui en produisaient déjà au XIVe siècle … Ce sont des bières de fermentation haute contenant du froment non malté, non filtrées ce qui leur donne cet aspect laiteux qui est à l’origine de leur nom …

Consommation de bière en litre par an, pays et habitant : Allemagne : 161,5 ; Tchéquie : 157 ; Irlande 141,2 ; Autriche 110,6 ; Luxembourg 101,6 ; Royaume-Uni 101,5 ; Danemark 96,2 ; Belgique 96,2 ; Australie 91,5 ; Slovaquie 88,4 ; Venezuela 82,1 ; États-Unis 81,6 ; Finlande 80,2 ; Pologne 79 ; Pays-Bas 78,7 ; Estonie 75 ; Nouvelle-Zélande 72,8 ; Hongrie 72,2 ; Canada 67,5 ; Suisse 58,2 ; Norvège 50,5 ; Brésil 49,7 ; France : 35,4 ;

-----

Pour terminer, voici l’avis quelques auteurs qui n’on pas manqué de célébrer cette boisson alcoolisée agréable qui est probablement la plus consommée au monde, qui réjouit l’esprit et le cœur jusqu’à l’ivresse, dangereuse pour la santé morale et intellectuelle des individus si elle est consommée sans modération

Le rire est à l’homme ce que la bière est à la pression. (Alphonse Allais)

La bière est la preuve que Dieu nous aime et veut que nous soyons heureux. (Benjamin Franklin)

Bien sûr que je suis de gauche ! Je mange de la choucroute et je bois de la bière. (Jacques Chirac)

Ce qui me turlupine, c’est d’être mis en bière sans alcool … surtout en cas de mort subite ! (Bruno Masure)

Donne un poisson à un homme et il mangera une journée. Apprend à un homme à pêcher et il passera ses journées dans une barque à boire de la bière. (Marie-Lyse Aston)

Je suis un buveur occasionnel, le genre de type qui sort boire une bière et qui se réveille à Singapour avec une barbe. (Raymond Chandler)

La bière anglaise est ce qui a été fabriqué de mieux pour imiter la pisse. (Michel Heyns)

La cuisine anglaise : si c’est froid, c’est de la soupe. Si c’est chaud, c’est de la bière ! (proverbe français)

On peut juger un peuple d’après son café, ses cigarettes, sa bière … (Michel Beaulieu)

La philosophie et la bière c’est la même chose, consommées, elles modifient toutes les perceptions que nous avons du monde. (Dominique-Joël Beaupré)

L’avoine fait le cheval, la bière le héros, et l’or le gentilhomme. (Proverbe tchèque)

C’est pas les frites qui font grossir, c’est la bière qu’on boit avec ; c’est pas l’amour qui fait souffrir c’est la femme qu’on prend avec. (Raymond Chandler)

------

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ».

L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes.

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00......

-----

 

 

Les commentaires sont fermés.