Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/03/2011

Ch. 29.9j - Les trésors de l'existence : Le feu

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Avant d'aborder l'essentiel de mon propos de ce jour, je tiens à relayer l' appel angoissé du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine, lancé dans les colonnes du journal la Libre Belgique, ce 20 février 2011 en appui de celui du 21 mars 2010 et de son dernier livre, pour une prise de conscience par les autorités de notre planète du danger que représente la prolifération de l'espèce humaine ... en péril d'autodestruction ...

Je suggère à ceux qui me font l'honneur de me lire, de profiter de l'ampleur d'audience que constitue les blogs de la « Libre » pour provoquer un effet « boule de neige » en transmettant le message par un simple « copier-coller » de l'appel du professeur, reproduit ci-dessous :

« Bandeaux » que le professeur de Duve a mis en exergue dans son livre «Génétique du péché originel  -  le poids du passé sur l'avenir de la vie »

« Tirant parti des pouvoirs de leur cerveau, les humains ont proliféré au-delà de toute mesure et exploité à leur profit une part importante des ressources de la planète. »

« L'histoire de l'humanité est une succession perpétuelle de guerres et de conflit »

« Si elle continue dans la même direction, l'humanité va au -devant d'épreuves épouvantables, sinon de sa propre perte. »

« La sélection naturelle a privilégié indistinctement toutes les qualités personnelles susceptibles de contribuer au succès immédiat des individus. »

« La sélection naturelle a privilégié les traits favorisant la cohésion à l'intérieur des groupes et l'hostilité entre groupes différents. »

« La sélection naturelle n'a pas privilégié la prévoyance et la sagesse nécessaires pour sacrifier des avantages immédiats aux exigences de l'avenir. »

« Le péché originel n'est autre que la faille inscrite dans les gènes humains  par la sélection naturelle. »

« La seule possibilité de rédemption à l'égard du péché originel génétique vient du pouvoir humain unique d'agir contre la sélection naturelle. »

-----

Autrement dit pour simplifier et dans les principales lignes, afin de livrer l'essentiel des recommandations du professeur (quatrième partie de son livre), il est urgent pour sauvegarder l'avenir de l'humanité, d'adopter une politique contraignante de limitation des naissances et d'une juste répartition du potentiel des « ressources » de notre planète ... au détriment d'un confort à rééduquer ...

Solennellement et étant donné l'audience essentielle qu'elles ont sur l'humanité, il fait appel aux religions et plus particulièrement à celles du « livre » pour qu'elles revoient « leur fonds de commerce » dans un sens plus conforme aux réalités futures afin d'éviter « une sélection naturelle » par le massacre des plus faibles ...

PRÉOCCUPONS-NOUS DE L'AVENIR DE NOTRE DESCENDANCE... ELLE EST EN GRAND DANGER ... !!!

Il n'est pas trop tard, mais il est temps ... disait déjà Paul-Henri Spaak à la tribune des Nations-Unies, le 28 septembre 1948, en terminant son fameux « discours de la peur » devant les risques d'une guerre mondiale entre l'Est et l'Ouest qui aurait entraîné une extermination d'une partie de l'humanité.

Article du journal La Libre Belgique, de Agathe Mahuet mis en ligne le 1 mars, intitulé « Population mondiale : la régulation ou l’explosion » donnant l’essentiel d’un rapport de l’ONU, insistant sur la nécessité de réduire les niveaux de fécondité … Voir le lien ci-après : http://www.lalibre.be/actu/international/article/645934/p...

-----

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Publication tous les vendredis à 9 heures 15

Les matières publiées sont reprises dans la liste des DOSSIERS (à droite)

créés dans le site (e-monsite) permettant la consultation de sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs

Cliquez sur le poste pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.9j  -  Les trésors de l'existence : Le Feu.



LE FEU est un dégagement d'énergie calorifique et de lumière accompagnant la combustion vive. (Grand Robert).

Les anciens, admirant le feu, ont cru que c'était un trésor céleste que l'homme avait dérobé aux dieux  ...  (Fénelon - Traité de l'existence de Dieu)

L'homme a dominé le monde quand il a maîtrisé le feu qui éloignait les fauves, éclairait les grottes, trouait la nuit, rendait les aliments digeste, protégeait du froid ... c'était une puissance céleste qui exprimait sa colère par des orages enflammant arbres et forêts ...

Les anciens considéraient le feu comme une manifestation de la divinité - Une colonne de feu conduisait Moïse et lui apparut dans un buisson (le buisson ardent) ... L'Esprit Saint apparut aux apôtres sous la forme de langue de feu ...  L'ange exterminateur brandissait une épée de feu ...

Il était classifié comme la quatrième force (la chaleur), les trois autres étant celles de :

1. Distance ( gravitation, magnétiques, électromagnétiques, électrostatique)

2. Contact (frottement)

3. Cohésion ou liaison (atomes, molécules, ions).

Depuis Lavoisier, on considère le feu comme un pur phénomène physique.

Le feu provoque la combustion qui est une réaction d'oxydoréduction produisant de la chaleur  - Il exige un comburant qui fait brûler et un combustible qui brûle - certains corps donnent une flamme d'explosion lors d'un choc, d'un changement de pression ou d'une surchauffe locale (déflagration, explosion, détonation) (Hachette).

La réaction de combustion ne se produit que si on réunit trois éléments :

1. Un combustible : un solide (bois, papier, carton, tissu ...) ou  un liquide (essence, huile, gazole ...) ou un gaz (butane, propane ...) ou un métal (sodium, magnésium, aluminium, fer ...)

2. Un comburant : en général l'air ambiant et plus particulièrement un de ses composants le dioxygène ou plus simplement l'oxygène

3. Une énergie d'activation : généralement de la chaleur (par frottement du souffre d'une allumette sur une partie rugueuse ... ou par l'action de la pierre à briquet ... ou en enflammant de l'amadou avec des étincelles, résultant du choc d'un caillou ferrugineux sur un silex ... ou au contact d'une autre flamme ...

-----

Le feu occupe une place importante dans l'histoire des hommes qui le divinise dans la plupart  des cultures.

Domestication du feu par les humains : On a trouvé des restes de foyer à sur le site archéologique de « Gesher Benot Ya'agov » en Israël, au bord du Jourdain, datant d'environ 790.000 ans, l'endroit semble avoir été occupé par des êtres intelligents capables de faire du feu ...

L'homme, malgré l'évolution de son intelligence a toujours craint le feu comme tous les êtres vivants ... Il lui attribuait un pouvoir surnaturel ... qui dépassait son entendement et semblait provenir du ciel comme envoyé du soleil ... comme lui, il réchauffait, il brûlait, il éclairait ... L'homme s'en fit un ami qui rendait sa nourriture plus digeste, éloignait les fauves et le protégeait du froid ...

Aussi dès que son intelligence lui fit lever les yeux au ciel, pour y comprendre les raisons de tous les phénomènes qui encombraient son entendement, fut-il envahit de crainte en constatant son insignifiance face à ce qu'il percevait comme son univers : le ciel, le soleil, la nuit, la pluie, l'orage, le vent et tous les êtres vivants, plantes et animaux ... Quant au feu il le considéra comme un envoyé du soleil qui régnait dans le ciel en disparaissant la nuit pour faire place à la lune et aux étoiles ... L'homme n'aura de cesse à le capturer pour le garder, l'entretenir et finalement le produire ...

L'histoire rapporte que les hommes et les Égyptiens en particulier, ont toujours mis le soleil au sommet de leur panthéon ... et considérait le feu comme son expression ou une manifestation de son pouvoir ...

Les anciens Perses (l'Iran actuel) dont le mazdéisme fut la première religion monothéiste avec le judaïsme,  avait pour dieu Ahura Mazda, qui régla le désordre initial en créant le ciel et la Terre ... Plus tard le prophète Zarathoustra (Zoroastre pour les grecs) établira une réforme qui attribuait au feu le symbole de la divinité ... La Perse antique vénérait autant Ahura Mazda que Mithra, divinité solaire, que les grecs orthographiaient Mitra, ... Ahura Mazda étant devenu le dieu du feu ...

Dans la mythologie grecque, le feu a été volé aux dieux et c'est Prométhée qui l'a donné aux Hommes ... Athènes et Delphes avaient un feu qui brûlait sans cesse ... Chez les Romains, des prêtresses de Vesta avaient mission d'entretenir un feu ...

La Bible condamne à la peine de mort sur le bûcher les hommes coupables de sodomie (Lévitique 20,13)

L'ordalie ou jugement de Dieu par le feu se  pratiquait surtout au Moyen-âge ... L'accusé qui devait prouver son innocence était soumis à « l'épreuve du feu » ... soit par le fer rouge qu'il fallait porter dans les mains (expression : mettre sa main au feu) ... ou marcher sur un soc de charrue chauffé à blanc ...  ... ou encore traverser un bucher  ... : la guérison des brûlures prouvait  l'innocence ...

Dans le même ordre d'idée, l'ordalie du fromage et du pain consistait a gaver le coupable ... s'il étouffait, il était coupable (d'où l'expression : rester en travers de la gorge) ... et l'ordalie de la croix, au temps de Charlemagne, qui  consistait à ligoter les coupables sur une croix, les bras à l'horizontale : était exécuté le premier qui baissait les bras ... ce serait l'origine de l'expression "baisser les bras" ....

Le feu a toujours été considéré comme le supplice suprême utilisé par les forces du mal dans les pratiques judéo-chrétiennes ... Les damnés étaient éternellement brulés dans les feux de l'enfer avec des démons pour les tourmenter ... (On n'ose imaginer le supplice ...)   pourtant de nos jours, certains y croient encore ...  Les sorciers ou sorcières dont Jeanne d'Arc et des hérétiques comme Savonarole  (moine réformateur controversé par les chrétiens et défendu par les protestants) furent brûlés en place publique, l'une en  1431 à Rouen et l'autre en 1498 à Florence ...

Parmi les condamnés célèbres à la peine par le feu citons :

En 1314, Jacques de Molay ( Grand  Maître des Templiers) ; En 1415, Jean Hus (réformateur tchèque) ; en 1440, Gilles de Rais (compagnon de Jeanne d'Arc) ;  en 1589, l'assassin de Henri III, Jacques Clément (tué par les gardes et dont le corps fut écartelé et brûlé pour qu'il ne connaisse pas le « repos éternel » ) ; en 1600, Giordano Bruno à Rome (moine dominicain) ; ; en 1610,   Ravaillac (assassin de Henti IV, supplicié pendant un jour avant le bûcher) ;   en 1680, La Voisin ( messes noires et affaires des poisons)

-----

Dix-neuvième et vingtième siècle :  La vapeur et l'électricité supplantent  progressivement le feu qui prend une valeur symbolique de confort, de quiétude, d'union ... mais aussi de fête et de pratique religieuse ...

De tous temps, le feu produit par la flamme d'une bougie ou d'un cierge a procuré aux hommes un sentiment de réconfort et de réjouissance ... Depuis la mèche enduite de suif des chandelles du passé,  jusqu'aux bougies sophistiquées de nos jours, les fabricants s'ingénient à nous offrir leurs plus belles trouvailles pour illuminer nos réjouissances ...

Cependant,  les cierges qu'on allume devant les symboles ou représentations religieuses font partie d'une pratique d'invocation à laquelle se conforment toujours de nombreux croyants de nos jours ...

Lors de la fête de Hanoucca, commémorant le miracle de  la fiole d'huile qui se remplit miraculeusement, les Juifs allument le chandelier à neuf branches (l'Hanoukkia) ... Ils allument également des luminaires ou des bougies pour honorer l'entrée du Shabbat, Sabbat en français ( jour de l'abstention, c'est-à-dire du repos) pour respecter le prescrit de l'Exode 20:8-11 ... par extension on appelle maintenant année sabbatique une période d'arrêt de travail d'un an ...

Le feu des braises dans l'encensoir balancé par des acolytes pour les maintenir rougeoyantes, la fumée de l'encens que le prêtre y ajoute pour que celle-ci s'élève comme une prière vers le ciel et l'utilisation des cendres qui en résultent pour marquer le front, lors des cérémonies de la semaine sainte, rappelant ainsi aux fidèles qu'ils sont poussière et retourneront à la poussière ... sont autant de manifestations symboliques largement pratiquées lors des rites religieux actuels ...

 

-----

 

Le chant du feu.

 

Tel l'envoyé ardent,

Il s'en vint sur la terre

Ravager les arpents,

Des forêts, faire guerre.

 

L'homme s'en fit un dieu

S'inclina devant lui,

L'adora en ses lieux,

Surtout quand vint la nuit.

 

L'homme s'en fit un frère

Qui éloignait les fauves,

Consolait ses misères

Par sa chaleur qui sauve.

 

L'homme s'en fit l'ami,

A son ventre soumis,

Transformant ses repas

Digérés sans trépas.

 

L'homme s'est allié

A ce fils de l'enfer

Pour fabriquer l'acier

Plus dur que n'est le fer.

 

Grand sorcier d'un autre âge,

Cher ami de nos soirs

Près de l'âtre volage

Nos rêves sont espoir.

-----

 

Pour terminer l'évocation de ce phénomène qui nous ravit et nous terrorise tout à la fois, je vais citer quelques grands auteurs qui n'ont pas manqué de le célébrer  ou  d'en faire un symbole...

Si le feu brûlait ma maison, qu'emporterai-je ?  J'aimerais emporter le feu ... (Jean Cocteau)

La fibre la plus coriace doit s'amollir dans le feu de l'amour.  Si elle ne fond pas, c'est que le feu n'est pas assez fort   (Gandhi)

L'absence diminue les médiocres passions, et augmente les grandes, comme le vent éteint les bougies, et allume le feu.   (François de La Rochefoucauld)

Le feu qui semble éteint souvent dort  sous la cendre  (Pierre Corneille)

Le feu qui me brûle est celui qui m'éclaire  (Étienne de La Boétie)

Se noyer est une mort affreuse, car on meurt à petit feu  (La foire aux cancres, paroles d'élèves par Jean-Charles)

Nous rencontrons l'amour qui met nos cœurs en feu, puis nous trouvons la mort qui met nos corps en cendre (Tristan L'Hermite)

Le peuple, le feu et l'eau sont des forces indomptables  (Phoclyde de Milet, poète grec)

Dès qu'on dit feu Untel, c'est qu'Untel s'est éteint  (Léo Campion)

La gloire c'est la fumée sans feu dont on parle tant  (Jules Renard)

Fumée, rêverie du feu  (Jules Renard)

Gardez-vous un amour pour vos jours de vieillesse.  Allumez de bonne heure un feu pour votre hiver  (Victor Hugo)

Quelle chose merveilleuse serait la société des hommes, si chacun mettait de son bois au feu, au lieu de pleurnicher sur des cendres  (Alain)

Hiver froid :  ventre à table et dos au feu  (dicton)

-----

 

Je tiens aussi, comme je le fais chaque semaine, à soutenir une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour lancer un appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contactez votre organisme financier) « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un autre effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

 

-----

 

 

Les commentaires sont fermés.