Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/11/2010

Ch. 29.6 - Inventaire des moyens de l'intelligence humaine.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.6   - Inventaire des moyens de l'Intelligence humaine.

 

 

Nous nous sommes situés dans l'espace, dans l'infini, ... et dans le temps ...

Nous en avons conclu à « l'unification » du « Tout » dans une force ou énergie fondamentale qui sous-tend les univers et qui est la seule possible dans une « logique qui tue », les autres étant impossibles dans l'absolu de la raison.

Dans l'absolu de la raison, il est difficilement concevable qu'il existât un «Tout statique » qui occupa tout l'espace et qui n'aurait pas d'origine ...

Cependant, les croyants pourraient y trouver  une place pour l' « Être Supérieur », mais alors pourquoi en sort-il de cet état pour créer des «univers non statiques », dans l'intention de donner un espace d'épreuves à l'âme de  l'homme au centre d'un petit déchet de petite planète dans un de ces univers ou de cet univers ... ?

Aussi, après toutes ces considérations, nous devons « retomber sur terre » pour analyser en profondeur notre histoire et notre milieu depuis que les « l'homo sapiens », ont évolué vers le savoir et se sont  dotés des moyens nécessaires à l'expression d'un raisonnement.

Cette analyse pour être complète doit remonter très loin dans le passé de nos ancêtres, les descendants  d'arboricoles qui ont  évolué et muté.

Cependant, refaire l'arbre généalogique complet de l'homme est impossible, en raison d'une période obscure dans son histoire qui se situe avant l'homme de Neandertal et celui de Cro-Magnon.

Ce passé, suivant Pascal Picq, est un écheveau énorme aux embranchements multiples, caractérisé  par le fait qu'il n'est pas singulier, mais mosaïque, pluriel et buissonnant.

L'avènement de l'homo sapiens est l'aboutissement d'un long parcours semé d'embûches que les « survivants » ont entrepris depuis qu'ils ont quitté leur forêt équatoriale, en dépit des nombreux accidents qui n'ont cessé d'interrompre son parcours.

Cette période mosaïque, plurielle et buissonnante, est tellement lointaine que ses traces  se perdent dans la « nuit des temps » et que ses vestiges n'ont que peu résisté aux accidents naturels, climatiques ou autres.

Il est certain que de nombreuses branches ont « buissonné » pour s'étioler et mourir et qu'une seule a subsisté.

Aussi, concernant cette période cruciale de l'histoire de nos origines, est-il important de laisser la parole au professeur de Duve qui aux pages 128 et 129 de son livre « Génétique du péché originel » mis à jour en février 2010,  dit en substance ceci :

Chez les organismes qui se reproduisent sexuellement, les spermatozoïdes perdent leur mitochondrie au cours de leur maturation, de sorte que ces organismes sont transmis de générations en générations exclusivement par les ovocytes de la lignée femelle.  Le séquençage comparé d'échantillons d'ADN mitochondrial humain récolté dans diverses parties du monde a permis de reconstituer cette généalogie jusqu'à une femelle ancestrale unique -  l'«Ève mitochondriale », comme on l'appelle  -  qui vécut quelque part en Afrique, il y a environ 200.000 ans.  Des études similaires sur le chromosome Y, prérogative mâle, ont conduit de la même manière à un « Adam Y » qui vivait en Afrique à peu près à la même époque.

Le professeur signale pour ceux qui serait tenté d'y voir une référence biblique, qu'elles ne se rapporte pas à un couple défini, mais bien à deux individus non spécifiés, dont on estime, sur la base de calculs théoriques, qu'ils faisaient partie d'une population initiale d'environ 5.000 membres de chaque sexe partageant le même patrimoine génétique.  Au cours du temps, toutes les lignées de même sexe, sauf une, ont été interrompues par l'absence de filles dans les lignées femelles ou de fils dans les lignées mâles, ne laissant finalement que deux lignées ininterrompues, l'une femelle et l'autre mâle, remontant à deux individus qui n'avaient probablement rien à voir l'un avec l'autre.  Adam Y ne s'est probablement jamais accouplé avec Ève mitochondriale. Selon ces découvertes, tous les êtres humains existants sont des descendants de cette  seule branche africaine. ... Les bandes de l'homo ergaster et de l'homo erectus qui se sont égaillées sur une bonne partie de l'Eurasie, il y a  1,5 million d'années,  se sont toutes éteintes depuis longtemps sans laisser de descendants actuels. ... Il est remarquable qu'après toutes ces pérégrinations l'étape finale vers l'humanité soit partie d'Afrique, son premier berceau.

Cette  « rétrogradation de l'espèce » dans notre passé, avec extinction de presque tous ceux qui auraient pu devenir nos ancêtres fut suivie d'une nouvelle expansion de quelques individus qui deviendront les ancêtres de tous les hommes vivant sur notre planète, qu'ils soient Boschimans (peuple primitif d'Afrique) ou savants de nos universités.

Cependant, cette nouvelle expansion aura sa « branche morte », les Néandertaliens et voici ce qu'en précise le professeur de Duve page 133 à 135 de l'ouvrage précité :

Nos ancêtres, les Cro-Magnons, ont été précédés des Néandertaliens et ont probablement migré hors d'Afrique avant leurs jeunes cousins, pour s'établir dans de nombreuses parties de l'Europe et du Moyen-Orient.   Ils y furent rejoints plus tard par les Cro-Magnons, avec lesquels ils ont coexisté pendant un certain temps. ... On s'accorde généralement à considérer les deux groupes comme suffisamment proches pour mériter le même nom de Homo Sapiens, tout en qualifiant les Cro-Magnon de « sapiens sapiens » ... Il n'existe pratiquement aucune indication que les Néandertaliens aient eu un art, des bijoux ou des rites, en tout cas comparable à ceux des Cro-Magnons.  Il leur est arrivé d'ensevelir leurs morts, mais avec peu d'ornements.  Leur cerveau, néanmoins, semble avoir été un peu plus  gros que celui des Cro-Magnons, mais ce n'est pas nécessairement un signe de supériorité intellectuelle ... C'est le développement de certaines régions spécifiques du néocortex qui est décisif. ... Quant à la parole, des moulages de la partie inférieure de leur crâne suggèrent que leur larynx  pourrait avoir été situé trop haut pour permettre un véritable langage, mais la question reste controversée à la suite de la découverte d'un autre os qui surmonte le larynx trouvé en Israël ... Autre question sans réponse concerne les relations qui existaient entre Néandertaliens et Cro-Magnons  ...  se sont-ils connu, ont-ils fraternisé jusqu'au croisement, sans progéniture comme c'est le cas des hybrides, tels que le mulet ... ou au contraire se sont-ils battus et même exterminés ?

 

-----

 

Si nous cherchons le sens de l'existence, nous ne pourrons le faire qu'en utilisant l'outil de base qu'est la pensée, elle-même étant l'expression des phénomènes suscités par ce que nous appelons l'intelligence.

A ce stade de mon exposé, Je crois utile d'analyser en profondeur cette faculté qui nous singularise des autres êtres vivants : le développement de l'intelligence suscitant la pensée, laquelle s'est prolongée et perfectionnée dans la cohérence et la déduction pour s'épanouir dans les  créations cérébrales de l'invention et de l'imagination.

Afin d'en arriver à une conclusion bien argumentée, je crois nécessaire de procéder à une étude systématique du matériel dont nous disposons et de son fonctionnement, tout en laissant au lecteur le soin de disserter sur  la logique de son développement.

Je vais m'efforcer d'évoquer ce matériel en mélodies qui se succéderont dans une structure progressive en abordant les thèmes suivants :

1. La pensée est l'aboutissement du travail cérébral de l'animal intelligent qu'est devenu l'être humain.

2. La cohérence (rapport logique entre des idées) est la charpente d'une réflexion intelligemment élaborée par cet être humain et la déduction en découle et lui est concomitante.

3. La création cérébrale en est le produit.

Elle-même exaltée par 4. le sublime qui résulte de l'élévation de la pensée construite en dehors du matériel.

L'ensemble de ces démarches provoquant 5. l'évolution « exponentielle », résultant des actions posées dans l'infini futur de l'évolution du savoir et de son développement.

En guise de 6. conclusion, je me permettrai de disserter sur le sens de la pensée humaine : est-elle un mécanisme dû à des fonctions cérébrales en progression performante ou est-elle le support d'un message à décrypter ?

 

 

------------------

 

 

 

 

 

 

 

 

26/11/2010

Ch. 29.5 - Darwin, le précurseur.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

------

 

Ch . 29.5  -  Darwin, le précurseur.


Dans la partie précédente, nous avons abordé ce « long  calvaire des êtres vivants » pour en arriver à ces quelques ultimes descendants de « l'homo sapiens »  bénéficiant des avantages des «privilégiés» de civilisations avancées que nous sommes.

Nous avons disserté sur « la pensée ».  Comment s'est-elle laborieusement développée chez l'homme pour aboutir aux prouesses intellectuelles des grands penseurs, découvreurs et autres génies du genre humain ?

Une fois de plus, nous nous sommes interrogés sur l'origine de ce processus de construction intellectuelle : est-elle d'origine divine , « l'Être Supérieur » que révèle toutes les religions ou tout simplement une faculté dominante développée par l'être humain ?

Nous avons célébré, le 12 février 2009, la date anniversaire de la naissance, il y a deux cents ans, du génial Darwin.  A cette occasion, le monde intellectuel s'est interrogé sur la portée de ses découvertes qui ont apporté une réponse scientifique indiscutable quant aux origines de l'homme.

Darwin vécut dans un environnement scientifique privilégié : père médecin intelligent et grand père naturaliste.  D'abord croyant, bien que d'un milieu en majorité non conformiste (père, grand-père et frère libre-penseur) il ne doutait pas de la vérité littérale de la Bible et commencera la théologie anglicane à Cambridge.

Cependant, ce furent les observations retirées de son célèbre voyage de cinq ans sur le « Beagle », parti pour cartographier la côte d'Amérique du sud, qui révolutionnèrent ses conceptions philosophiques.

Ce voyage lui permit d'étudier les fossiles et la faune de ces régions, notamment ceux des grands tatous (diminution de la taille de l'espèce, première hypothèse évolutionniste).  Ensuite en 1835, aux îles Galapagos, il constatera que plusieurs espèces présentaient des différences importantes suivant leur lieu d'habitat comme la forme du bec des pinsons adaptée à la nourriture suivant le type de graine trouvé, plus tendre ou plus dure.

Revenu au pays en 1836, Darwin devint une célébrité scientifique grâce surtout à son père qui rassembla les fonds lui permettant de devenir un homme de science indépendant.  Pendant cette période précédant la publication de son célèbre ouvrage « Origine des espèces », il rassembla une abondante documentation et des arguments scientifiquement probants étayant sa thèse, bouleversant celles des créationnistes majoritaires à l'époque.

Les milieux religieux s'élevant avec vigueur contre ses théories, il subira avec courage leurs sarcasmes et les caricatures de la presse qui le présentaient sous la forme d'un singe. Il était cependant soutenu par les milieux scientifiques.  Tolérant, il laissera à sa propre épouse, anglicane très croyante, la liberté de ses choix philosophiques.

Darwin exposera, dans l'introduction de son fameux livre « Origine des espèces », publié le 22 novembre 1859, une longue argumentation défendant courageusement sa théorie de l'évolution,  étant donné le « tollé » que celle-ci suscitait dans les milieux croyants. Aussi évita-t-il d'utiliser le mot « évolution » dans son texte de présentation qu'il rédigea habilement comme suit :

« Comme il naît beaucoup plus d'individus de chaque espèce qu'il n'en peut survivre, et que, par conséquent, il se produit souvent une lutte pour la vie, il s'ensuit que tout être, s'il varie, même légèrement, d'une manière qui lui est profitable, dans les conditions complexes et quelquefois variables de la vie, aura une meilleure chance pour survivre et ainsi se retrouvera choisi d'une façon naturelle. En raison du principe dominant de l'hérédité, toute variété ainsi choisie aura tendance à se multiplier sous sa forme nouvelle et modifiée. »

A titre documentaire, voici quelques exemples d'indices morphologiques de parenté entre les espèces (extrait de Wikipédia - évolution) :

- Les baleines, animaux adaptés à la vie aquatique gardent une trace de leurs ancêtres quadrupèdes par la présence d'os vestigiaux correspondant au bassin (ceinture pelvienne) ;

- Il y a des vestiges de pattes chez certains serpents (boas);

- En observant l'aile d'un oiseau ou d'une chauve-souris, on retrouve aisément la structure osseuse du membre antérieur de tout tétrapode ;

- les défenses à croissance continue des éléphants sont en fait homologues des incisives des autres mammifères, dont l'homme ;

- les appendices masticateurs des arthropodes sont à l'origine des appendices locomoteurs réduits (il en va de même apparemment pour une sorte de limace les Onychophores) ;

-  les membres des tétrapodes proviennent des nageoires de poissons ;

dans le monde végétal, la présence d'une double membrane autour des plastes et la présence d'un ADN circulaire à l'intérieur de ceux ci trahissent une origine endosymbiotique procaryote.

Il est intéressant aussi de reproduire un exemple d'évolution à l'échelle du temps humain que des scientifiques ont permis de réaliser : le lézard Podarcis sicula. (extrait de Wikipédia - évolution)

Introduit en 1971 par l'équipe du professeur Eviatar Nevo sur l'île dalmate de Prod Mrcaru en mer Adriatique, le lézard Podarcis sicula connu en France sous le nom de « lézard des ruines », y a été abandonné à lui-même durant près de quatre décennies, l'accès à l'île ayant été interdit par les autorités yougoslaves, puis par les conflits liés à l'éclatement de ce pays. En 2004, une équipe scientifique dirigée par Duncan Irschick et Anthony Herrel put revenir sur l'île et découvrit que Podarcis sicula avait évolué en 36 ans, soit environ trente générations,de façon très significative. Le lézard a grandi, sa mâchoire est devenue plus puissante, et surtout il a changé de régime alimentaire : d'insectivore il est devenu herbivore, et des valves sécales sont apparues au niveau des intestins, ce qui lui permet de digérer les herbes... Cette découverte confirme, s'il en était encore besoin, que l'évolution n'est pas une théorie parmi d'autres, mais un phénomène biologique concrètement observable, et pas seulement chez les virus, les bactéries ou les espèces domestiquées.

Voir aussi sur la toile : TPE : la théorie de l'évolution, synthèse intelligemment construite par des élèves, dans le cadre des TPE (travaux personnels encadrés) d'un établissement de Bordeaux, donnant une vue radiographique, spectaculaire et convaincante, de la ressemblance d'un membre antérieur de mammifères aussi différents que ne le sont l'humain, le chat, la baleine (membre inutilisé) ou la chauve-souris.

D'autre part, ces mêmes auteurs signalent que Darwin a choisi d'invoquer la sélection artificielle pour illustrer la puissance de la sélection en tant que force évolutive, c'est-à-dire l'élevage par les Humains. Au fil des générations, les Humains ont modifié certaines espèces en sélectionnant des géniteurs ayant  les caractères souhaités. Les plantes et les animaux dont nous nous servons pour nous nourrir n'ont que très peu de ressemblances avec leurs ancêtres sauvages. Les animaux de compagnie montrent particulièrement bien les effets de la sélection naturelle, en effet ceux-ci ayant été élevés pour des raisons plus proches de la fantaisie que de l'utilité. (Darwin lui-même consacra la première partie d'un grand livre - deux volumes publiés - non terminé, cette première partie étant consacrée à « La variation des animaux et des plantes sous l'action de la domestication »)

S'avançant plus loin dans ses conclusions, Darwin développa des idées selon lesquelles chez l'homme l'esprit et les cultures ont été élaborés par la sélection naturelle et sexuelle

Aujourd'hui, le darwinisme est admis par toute la communauté scientifique, même si certains détails de la sélection naturelle font encore l'objet de débats. Depuis Darwin, les découvertes en biologie moléculaire ou embryologie ont totalement corroboré les intuitions géniales de Darwin. °Guy Duplat - Libre Belgique du 27/28 décembre 2008°

Il y a trente ans, Jacques Monod, en écrivant  « Le hasard et la nécessité » expliquait par les dernières découvertes de la biologie moléculaire l'évolution des espèces et le rôle du hasard dans leurs transformations. °ibidem°

Suivant le mot de Laplace, la science n'avait pas besoin de l'hypothèse de Dieu pour expliquer la variété du vivant, y compris l'homme. °ibidem°

Presque chaque jour, on peut voir une des preuves du darwinisme dans la manière avec laquelle les virus et les microbes mutant au hasard, s'adaptent pour mieux résister aux antibiotiques. °ibidem° (surtout dans les hôpitaux).

Teilhard de Chardin dont on ne peut douter de la foi chrétienne profonde disait à propos de la théorie de l'évolution qu'elle n'est pas un système  ou une hypothèse mais elle est  « bien plus que cela, une condition générale à laquelle doivent se plier et satisfaire désormais, pour être pensables et vrais, toutes les théories, toutes les hypothèses, tous les systèmes » (rapporté par Guy Duplat de La Libre Belgique tiré d'un entretien avec Jacques Reisse professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles et membre de l'Académie Royale de Belgique).

On ne peut s'empêcher de noter l'embarras des scientifiques chrétiens et notamment de Bernard Feltz, biologiste, docteur en philosophie et doyen de la faculté de philosophie à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve qui lors d'un entretien avec Guy Duplat de la Libre Belgique plaidait que

« L'athéisme méthodologique de la démarche scientifique est parfaitement compatible avec une position théiste éventuelle sur le plan des significations. On peut être scientifique et croyant  pour peu qu'on respecte la frontière entre le registre du savoir et celui des significations. »

Pour le « Modeste Toulemonde » que je suis, qui ne s'embarrasse pas de ces subtilités « jésuitiques », les évidences multiples dont je n'ai fait qu'évoquer certains aspects, me suffisent pour adopter une position d'athéisme de réflexion.

 

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

23/11/2010

Ch. 29.4e - Le matériel cérébral de l'intelligence humaine.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4e - Le matériel cérébral de l'Intelligence.

 

Au lecteur qui me suit encore, je vais me hasarder maintenant à lui livrer mes cogitations (mot un tantinet péjoratif qui me rappelle cependant le « cogito ergo sum » de Descartes)

Le mot réel désigne ce qui existe vraiment par rapport à l'irréel qui lui serait illusoire parce qu'il appartient à l'inexplicable, provenant de l'illusion qui découle de l'amalgame de deux mondes incompatibles (la terre en trois dimensions ou quatre si l'on y ajoute le temps et l'univers en une seule sous-jacente : les forces ou e = énergie ).

Notre réel est constitué des événements qui nous font prendre conscience de notre existence.  Poser un crayon sur sa pointe est un acte humain qui a deux sens : celui qui résulte de l'acte physique et l'autre, intentionnel, qui déclenche une réflexion, en me situant dans l'espace, dans le but de coucher des signes sur un support « papier » pour capter une réflexion que je tiens à garder, relire, transmettre ... ou détruire ...

Cette démarche est le résultat d'une action qui a fait démarrer un processus de pensée raisonnée provoqué par une recherche intellectuelle sur le sens de l'existence de l'être intelligent que nous sommes devenus.

C'est une des péripéties de l'histoire des êtres vivants comme le fut celle des dinosaures ? La pérennité de notre espèce est certes aussi fragile et aléatoire.

A ce propos, il est intéressant de parler ici de ce que j'appelle le grand « SI » :

Si un astéroïde énorme n'était pas tombé sur la terre, il y a environ soixante millions d'années, provoquant le nuage opaque qui plongea celle-ci dans  la quasi-obscurité et le froid, les dinosaures et la végétation primaire qui les nourrissait auraient continué à évoluer dans leur démesure, poursuivant une évolution antérieure de cent cinquante millions d'années et nous ne serions pas là.

 

Voilà ce que disent deux grands scientifiques, Gordon Kane et Christian de Duve :

 

« Les dinosaures nous donnent une bonne raison de ne pas prendre au sérieux les arguments anthropiques non minimaux qui impliquent que tout dans la nature fut conçu pour la vie humaine. La Terre était un endroit idéal pour eux ; leur espèce fut dominante pendant près de cent cinquante millions d'années, soit presque trois fois plus longtemps que les mammifères et cent fois plus que l'espèce humaine.  Sans le hasard d'un astéroïde tombé voilà soixante millions d'années, peut-être leur espèce régnerait-elle encore sur la surface de la Terre.  Tout argument censé débrouiller les mystères de l'univers devrait s'appliquer aussi bien à l'univers d'il y a cent millions d'années qu'à celui d'aujourd'hui.  Si l'univers a été conçu exclusivement pour l'Homme, c'est que quelqu'un a dû se tromper. En effet, pourquoi ne pas imaginer que l'espèce humaine soit anéantie du jour au lendemain par une collision avec un astéroïde ou même par l'expulsion de la Terre hors du système solaire, du fait de l'attraction gravitationnelle d'une étoile ou d'une planète de passage. ». (Gordon Kane dans « Super-symétrie »  page 232)

 

« On sait depuis longtemps par les restes fossiles qu'une catastrophe planétaire a dû se produire il y a environ 65 millions d'années, provoquant l'extinction des dinosaures et de nombreuses autres espèces vivantes.  En 1978, deux physiciens américains, Luis Alvarez et son fils Walter, trouvèrent des indices dont ils déduisirent que la chute d'un gros astéroïde était le phénomène responsable de ce cataclysme. Cette hypothèse a depuis été amplement confirmée et le point d'impact a même été localisé, en un endroit dénommé aujourd'hui Chicxulub dans la péninsule de Yucatan, au Mexique. Ce cas est fréquemment cité comme exemplaire de la portée considérable des effets que des circonstances environnementales fortuites peuvent exercer sur l'évolution biologique.  N'était un énorme boulet tombé du ciel, les dinosaures en seraient peut-être toujours à parcourir la terre, les mammifères mèneraient une existence précaire à l'ombre des grands reptiles et nous ne serions pas là pour le constater. »

D'autre part, nul n'ignore que  la fin de notre monde  est inéluctable dans un million ou deux d'années, quand notre soleil s'effondrera sur lui-même pour devenir ce qu'on nomme, faute de mieux, un trou noir, entraînant avec lui toutes ses planètes et nous par conséquent (Christian de Duve, prix Nobel de médecine, dans « A l'écoute du vivant » page 215).

-----

Tiré du dictionnaire du ciel et des étoiles de Trinh Xuan Thuan, pages 234 à 237 (édition août 2009)

De temps à autres, il arrive que des influences gravitationnelles, fassent dévier les astéroïdes de leurs orbites … et entrent en collision avec la terre … Il y a 65 millions d’années les dinosaures régnaient en maître sur la terre … un astéroïde énorme d’une taille de 15 kilomètres (une montagne), d’une masse de 10.000 milliards de tonnes, se fracassa sur la terre, avec la force explosive de 1 milliard de mégatonnes de TNT, soir environ mille fois la puissance réunie de tous les arsenaux nucléaires de la planète … Il s’ensuivit un raz de marée haut de plusieurs centaines de mètres qui déferla sur la Caraïbe, ravageant Cuba, la Floride, et la côte du Mexique. Le fantastique impact projeta en l’air plus de 100.000 milliards de tonnes de pierre vaporisée dont 1% restèrent suspendues dans l’air des mois durant, sous forme d’une très fine poussière. … Les vents répartirent cette poussière tout autour du globe, bloquant la lumière et la chaleur du soleil pendant plusieurs années en une longue nuit hivernale … Les trois quart des espèces vivantes disparurent, dinosaures inclus … Seuls survécurent les petites espèces dont les petits mammifères qui, sans prédateurs, proliférèrent jusqu’à l’homme dans une nature qui se modifia … Ce scénario meurtrier est le meilleur à notre disposition pour expliquer la brutale disparition des dinosaures … La croûte terrestre ne contient normalement pas d'iridium, alors qu'il est présent non seulement près du lieu de l’impact, mais répandu sur toute la terre, preuve de l'origine extra-terrestre du phénomène.

----


Qu'est-ce que notre réel ?   Il n'a de sens que  situé dans l'espace et dans le temps.

Hors de ce contexte-là, il n'existe pas.  Nous devons en tenir compte dans une réflexion plus poussée dans laquelle nous ignorerions le réel : il n'existerait pas hors de l'espace-temps. On pourrait en déduire logiquement que le réel (le nôtre) est alors illusoire dans ce contexte général.

Partant de ce postulat, nous pourrions avancer que notre évolution dans le contexte espace-temps a deux dimensions : 1. une dimension fixe et immuable qui serait  fondamentale et réelle (exister) dans notre individualité et 2. une dimension évolutive qui serait du domaine de « l'illusoire » dans l'absolu parce que nous appartiendrions à un mécanisme aléatoire d'espace et de temps dépendant  de « forces » qui sont sous-jacentes et régissent tout l'univers (ou un univers-bourgeon dans l'hypothèse d'un univers-total).

L'absolu milite en faveur de l'unification.  A partir du moment où on s'en tient à la formule d'Einstein, il n'y a pas d'autre alternative : une force (ou une énergie fondamentale) est non seulement le moteur du « Tout » mais sa seule raison dans une conception unifiée ... et logique ...

Cette théorie donne à l'espace-temps une dimension différente de celle que notre intelligence conçoit et perçoit parce que cette dimension est située dans un contexte général  de "forces" qui les produisent.

Le temps, l'espace et la matière sont donc les produits de cette force ou énergie qui ne cessent de se manifester dans un "Tout" que génère ces forces dans un mouvement perpétuel : dans un tel contexte, le néant statique est inconcevable ... !

Il est donc souhaitable qu'on fasse l'effort intellectuel de s'en débarrasser, et de tenter la restructuration des données que l'on va traiter non plus dans leur contexte habituel mais dans un contexte ex-anthropique et hors espace-temps.

L'hypothèse la plus valable reste que l'infini n'existe pas dans l'absolu.  Si nous supposons qu'il existe, c'est parce que nous nous trouvons dans ce contexte de limite et d'origine, ce qui nous amène à penser qu'en dehors de lui, on ne peut trouver que l'infini soumis lui aussi à l'espace et au temps, alors que c'est impossible. Einstein l'avait bien compris lui qui inventa le concept d'espace-temps qui unifie les deux données en une « force » (e = mc²)

Probablement qu'il s'agit là d'anthropomorphisme, d'une erreur de l'homme confiné dans son univers étroit.  Nous devons donc nous écarter de ces notions d'infini pour nous en tenir aux éléments d'un environnement que nous allons tenter d'approfondir.

Cependant, avant d'entreprendre cette démarche, je tiens à évoquer dans le prochain billet l'importance de Darwin, dont on a célébré l'anniversaire des deux cents ans de naissance, il y a deux ans, qui bouleversa toutes les théories sur les origines des espèces et de l'homme ainsi que sur leur évolution.

 

------

 

 

 

 

19/11/2010

Ch. 29.4d - L'intelligence n'est que référentielle.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4e - L'intelligence n'est que référentielle


Toutes réflexions profondes imposent des rétroactes et synthèses afin de maintenir un canevas logique qui évite les erreurs et les mécomptes. C'est dans cet esprit, que je me livre à un survol d'idées essentielles.

L'univers est comme un cœur qui bat avec ses flux et reflux. Acceptons l'insignifiance de notre petite centaine d'années de vie en regard des milliards d'années que dure l'univers que nous connaissons et qui est lui-même insignifiant, par rapport à l'infini du temps si on l'associe à l'espace.

C'est en méditant cette évidence que nous nous mettons à douter de sa vraisemblance par  réflexe anthropocentrique.

Notre intelligence n'est que référentielle, c'est important de le souligner! C'est-à-dire que c'est par rapport à des éléments de connaissance  (des références) que nous ont transmis nos « maîtres » et notre culture que nous bâtissons notre personnalité.

Notre intelligence est un mécanisme qui enregistre un savoir dont nous héritons et qui est lui-même la conséquence de l'évolution de civilisations antérieures qui l'ont élaboré.

Notre type d'existence est basé sur un processus de sélection par élimination des moins adaptés et des plus faibles. L'espace (terrestre) étant limité, toute prolifération doit être soit  contenue par un prédateur local, soit exporté dans les limites terrestres ou éventuellement, pourquoi pas, extra terrestres pour les  humains performants.

Comment et quand survient ce prédateur, par quelle mutation ?

Ainsi que nous l'avons évoqué plus avant, par prolifération, une espèce sature à un moment donné un espace limité, d'où élimination des plus faibles, les plus forts résistent, s'adaptent et continuent à se multiplier jusqu'à nouvelle saturation.

Une mutation lente et progressive se produit : ainsi, l'herbivore digère d'abord la charogne en temps de sécheresse pour devenir ensuite carnassier.  Par mutation et  avec la patience du temps, il deviendra un carnivore performant.

La fonction crée l'organe, disait Lamarck et le milieu modifie le patrimoine génétique. Ces mutations peuvent prendre des centaines de milliers d'années, voire des millions d'années. Il faut dire, également, que les mutations importantes sont le résultat « d'accidents » rares mais aux conséquences fondamentales (la plante mutant vers l'herbivore et celui-ci vers le carnivore par passage obligé ou non dans le milieu marin).

Ces mutations longues, impitoyables et cruelles aboutissent à des nouveaux êtres vivants adaptés aux problèmes spécifiques de surpopulation. Il est à remarquer que ces phénomènes d'adaptation sont d'abord locaux, en vase clos, puis se répandent, à la faveur d'événements climatiques, sismiques, océanographiques ou autres.

C'est ainsi qu'aux transformateurs de sels minéraux, de photons et d'énergie qu'étaient les premiers unicellulaires, ont succédé les transformateurs de ceux-ci jusqu'à une algue ou un végétal marin qui a dissocié l'oxygène de l'eau et ensuite ceux qui lui ont succédé jusqu'aux transformateurs de planctons et de végétaux que sont les poissons non piscivores et les insectes marins suivis de leurs propres prédateurs et enfin les herbivores et insectes terrestres, eux-mêmes consommés et assimilés en bout de chaîne par les carnivores et insectivores.

C'est ici qu'il faut reprendre son souffle, pour conclure que nous nous trouvons devant un immense mouvement « exponentiel », parti de la naissance de « notre » univers, sorti lui-même d'un mécanisme fondamental unifié et bien exprimé par la formule d'Einstein.

Rien n'est statique et tout est en « progression » (le facteur c²)

Ce grand principe, qui a été expérimenté et prouvé par les explosions nucléaires et dans les centrales qui développent des énergies exponentielles (la radioactivité), est la preuve irréfutable de l'unification des forces (énergies), mais surtout de leur « activité exponentielle » dans le temps et l'espace.

C'est la raison pour laquelle l'élimination des déchets radioactifs est un problème sans autres solutions que de les enfuir dans les profondeurs de la croûte terrestre.

La formule d'Einstein exprime bien par l'élévation au carré du facteur  c (mis pour céléritas ou vitesse) ce mouvement exponentiel, moteur de l'Univers-Total.

Ces « vérités » de la science nous interpellent profondément, car elles ne correspondent pas à ce que nous expérimentons ou constatons dans notre vie de tous les jours dans le cadre de notre existence planétaire.

Cependant dès que nous quittons cet environnement, notre logique de « terriens » est déboussolée ... et les lois fondamentales que nous commençons à découvrir semblent appartenir à un autre monde ...

A tel point que nous devons nous rendre à l'évidence, notre « réel » ou ce que nous croyons comme tel, est illusoire ... dans le sens que nous évoluons dans un monde d'apparence et que ce nous croyons là n'est vraiment pas là comme dit Jean Guitton, un des grands penseurs catholique du vingtième siècle (décédé en 1999, à l'âge de 98 ans).

----

Cantate de l'illusoire


Illusion,... illusion

Tout n'est-il qu'illusion ?

Temps et espace

Quelle est votre place ?

 

Les dieux du hasard

Ont jetés les dés,

Les dés des avatars

D'un monde organisé.

 

Cogito ergo sum

Je pense, donc je suis.

Mais aussi :

Je pense parce que je suis.

Et puis

Être ou ne pas être,

Là est la question.

 

Obsédantes mélopées

Aux frontières du réel ;

Primauté de l'être

Dans l'infini de l'existant.

 

Angoisse de l'esprit

Qui se sait seul,

Qui cherche des dieux,

Qu'il ne voit plus

Qui cherche des raisons,

De se trouver là,

 

Qui cherche son âme

Et qui ne trouve que fiel

Alors qu'il cherche le ciel.

 

°°°°°°°

 

 

16/11/2010

Ch. 29.4c - De l'illusion à l'abstraction de la pensée.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4c - De l'illusion à l'abstraction de la pensée.


 

A propos de l'illusion, rappelons l'énoncé du  cybernéticien Heinz von Foerster (1911-2002) cité dans la partie 4 de mon exposé :

« Notre faculté de voir dépend de la rétine qui absorbe la lumière du monde extérieur, puis transmet des signaux au cerveau.  Ce même schéma s'applique d'ailleurs à toutes nos perceptions sensorielles. La rétine ne perçoit pas la couleur, elle est  aveugle à la qualité de la stimulation et n'est sensible qu'à sa quantité. Cela ne devrait  pas constituer une surprise, ajoute Von Foerster, car en fait il n'y a ni lumière ni couleur en soi : il y a seulement des ondes électromagnétiques.  De  même, il n'y a ni sons ni musique : seulement des variations momentanées de la pression de l'air sur nos tympans.  Il n'y a pas de chaud, pas de froid : seulement des molécules en mouvement avec plus ou moins d'énergie cinétique, et ainsi de suite. »

En réalité ce que l'on croit être là, n'est véritablement pas là

°Tiré de J.Guitton, I&G.Bogdanov - Dieu et la science - p.179/180°

 

MELODIE DE L'ILLUSION.

Le réel est en conflit

Dans son duel de l'espace

Avec celui de son lit

Qui lui cédera sa place.

 

Le réel épris de temps

S'est bercé d'émotion

A la faveur du printemps

Qui portait son action.

 

Le réel n'est pas fidèle,

C'est l'amant aux fleurs fanées

Recueilli devant la stèle

Des passions délaissées.

 

Le réel se joue de nous,

Car il nous promet le ciel

Quand nous sommes à genoux,

Attendant son arc-en-ciel.


Le réel c'est l'illusion

Qui nous trompe depuis toujours

Quand on fait miroiter l'amour,

En fruit de nos évasions.

 

Le réel c'est l'illusion

Des âmes tronquées d'espoir

Qui épient dans un miroir

Leur ferveur en éclosion.


°°°°°°°°

Qu'est-ce qu'une illusion ?

L'interprétation erronée d'une donnée sensorielle. (Larousse) ; erreur qui semble se jouer de nos sens, les tromper. (Littré) ; erreur de perception causée par une fausse apparence (Robert) ; perception erronée due à une apparence trompeuse (Hachette).

Nos sens nous permettent de percevoir toutes les données de notre environnement.

Le crayon que je tiens dans ma main et que j'ai posé sur sa pointe existe parce que mes doigts par le toucher en perçoive la forme et le volume et que mes yeux envoient à mon cerveau son image et en décodant la lumière que le soleil (ou une source électrique lumineuse) transmet à mon œil en enregistrant sa longueur d'onde exprimée en nanomètres (milliardième partie du mètres) tout en véhiculant l'énergie particulière de sa couleur, ce qui me permet de distinguer la nuance voulue par son fabricant.

En effet, c'est depuis 1920 qu'on sait que la lumière est une particule qu'on a appelée photon et que la différence entre les couleurs provient de la quantité d'énergie que celui-ci véhicule.

Cette énergie s'exprime par une onde dont la longueur peut se mesurer en nanomètres (la milliardième partie du mètre).  Ainsi le rouge, au haut de cette échelle, mesure 700 nanomètres et le bleu, au bas,  480.

Nos yeux, par l'apprentissage qui augmente les fonctions cérébrales surtout pendant les vingt à vingt-cinq premières années de la vie, sont capables de distinguer  une dizaine de millions de nuances...( sic !)

Cette faculté est un des avantages de l'homme civilisé qui a développé au maximum les nuances grâce à ses progrès dans la chimie des couleurs et dans le domaine des spectrographes - appareil servant à étudier la décomposition (spectre) d'un rayonnement.

-----

Revenons-en à mon crayon, sa fonction consiste à servir d'intermédiaire par le tracé de l'écriture entre ma pensée et un support papier qui va la recevoir.

L'écriture est conventionnellement formée de signes imaginés par l'être humain pour traduire son langage et garder ou capter sa pensée.

Notre ancêtre des cavernes, bien repu et à l'abri des fauves, s'est mis à émettre des cris, puis des sons pour exprimer sa joie, les sons se sont modulés en chant, son cerveau, à l'aube de la pensée, s'est éclairé de la parole et  la voix sortie d'un larynx évolué s'est adaptée à la complexité du langage et du vocabulaire.

C'est la parole qui a nécessité des signes que l'homme a gravés sur des supports permanents, comme la pierre, l'écorce, les peaux de bêtes, le parchemin et le papier pour transmettre des messages  ou les conserver.

L'entité indépendante, qu'est l'être humain, va créer des «textes» qui seront éventuellement transmis et qui peut-être persisteront dans le temps.

Des bibliothèques se sont établies pour vulgariser le savoir, le garder, l'améliorer, le transmettre et depuis peu se sont complétées des moyens prodigieux  de vulgarisation par voie hertzienne et spatiale.

L'essai que j'écris, quant à lui, fait appel à des concepts immatériels de pensée qui sont purement cérébraux puisqu'ils proviennent de supputations personnelles, elle-même inspirées de notes ou connaissances antérieures.

Cependant sa pérennité est subordonnée à la durée d'une part de son support matériel (le papier) ou peut-être d'une volonté de divulgation plus large par reproduction (journal, revues, livres, supports magnétiques, la toile d'Internet etc.)

J'ai ainsi tracé l'historique d'une évolution qui a amené « l'homo sapiens » à créer un savoir écrit et transmis ou conservés dans les archives, les bibliothèques et maintenant sur « la toile ».

Ces références éparses, mais de plus en plus accessibles permettent  d'alimenter les « nouveaux découvreurs », surtout maintenant que l'accès, le stockage et le triage en sont facilités par des outils performant à la portée des spécialistes et même d'à peu prés tout le monde.

Ce long préambule pour en arriver à bien décrire le processus qui a contribué à développer une faculté cérébrale présente chez tous les êtres vivants évolués.

Cette faculté, chez  un primate a été favorisée par un accident climatique qui l'a isolé progressivement de son habitat d'arboricole et l'a forcé de s'adapter à un nouveau biotope.

Ce primate, dans des conditions de survie difficile, fut contraint :

1. à adopter la position debout pour surveiller les carnassiers dans les savanes qui s'étaient substituées aux forêts.    2. privés de son alimentation de frugivore-insectivore, à se nourrir des restes qu'il chapardait aux charognards 3. à privilégier l'association en petites bandes pour traquer le gibier jeune, malade ou affaibli.

La position debout, la nourriture carnée et l'associativité ont favorisé le développement des zones du cerveau qui traitent le raisonnement et la mémoire, elle libérait les bras et les mains pour emporter les restes disputés, favorisait  la marche, la course et la bipédie, mais surtout permettait le développement du larynx, de la voix, de la parole ... et plus tard de la pensée.

La parole s'est associée à la pensée pour produire l'intelligence qui est une faculté développée par l'homo pour s'adapter à son biotope.  Cette faculté lui a permis de dominer la matière et la vie jusqu'à se menacer lui-même par saturation du milieu.

L'intelligence est donc une faculté « animale » développée par nos ancêtres pour s'adapter et survivre.  Il est certain que dans l'histoire de "l'homo" une mutation a dû se produire chez un descendant privilégié « l'homo sapiens » dont proviennent au haut de l'échelle nos savants et au bas les bochimans (peuple chasseur-cueilleur d'Afrique).  Quant à l'homo non muté, il s'est éteint.

Entre les deux, il y a tout la gamme des autres qui font notre monde civilisé ou non avec l'explosion  exponentielle des découvertes et de la science.

L'association en « petites bandes » fut le départ des clans, peuple et nations avec des meneurs, des dictateurs et des chefs qui ont organisé la vie en société.

----

Maintenant, avec réalisme, considérons ce que nous sommes et nos moyens d'exprimer l'intelligence.

Nous sommes un produit du cycle du carbone et rien d'autre. Nous sommes le résultat d'un processus commencé il  y a quelques millions d'années.

Une roche de 70 kilos a exactement le même nombre de particules qu'un homme du même poids, leur différence provient uniquement de la manière dont celles-ci sont agencées.

La roche est le résultat d'une évolution primaire, alors que nous sommes l'aboutissement d'un long processus biologique aux branches multiples.

Nos 70 kilos de particules bien agencées font de nous un être bénéficiant d'une certaine indépendance, capable seul ou collectivement de créer, d'inventer, de découvrir mais surtout de maîtriser son environnement planétaire actuellement, mais peut-être de plus en plus spatial dans le futur.

Ces  70 kilos de particules réalisent ces performances grâce à une intelligence contenue dans environ 1500 grammes de matière cérébrale avec l'assistance essentielle de moyens visuels, auditifs, sensitifs, tactiles, moteurs, énergétiques et autres dont est dotée l'entité humaine.

On pourrait supposer que cette intelligence résultant de l'aventure humaine se trouve en puissance dans chaque particule de l'univers, rejoignant en cela Teilhard de Chardin. Mais c'est une autre théorie ... !

Il est possible que des manifestations intelligentes puissent  se produire partout dans l'univers, étant donné son immensité et la multiplicité de systèmes solaires et de planètes possibles.

Cependant, ces « mondes » ne sont sans doute pas structurés comme nous, d'où l'impossibilité de communiquer.  La complexité des combinaisons qui font ce que nous sommes et les différents « avatars » qui ont menacé la vie (disparitions des dinosaures entre autres), laissent peu de place à l'hypothèse d'une répétition de cet « accident planétaire ».

D'autre part, peut-on concevoir une présence intelligente en dehors de l'espace-temps ?  Cette présence intelligente, forcément statique, a-t-elle sa raison d'être ?  Nos connaissances et les questions que nous nous posons, résultent de processus de réflexions inconcevables en dehors du temps et même de l'espace.

Si on admet l'existence d'un Dieu suprême, on le situe à l'origine de tout, voire la raison de tout : l'intelligence supérieure.  Il a la connaissance suprême.

La connaissance suprême de quoi ?  La connaissance de ce que nous ignorons en dehors de l'espace-temps, à condition de découvrir tout ce qui s'y trouve.

Cette connaissance suprême à laquelle nous accéderions devrait nous introduire dans la félicité du savoir « infini », ce qui devrait nous apporter la félicité « infinie » qui nous placerait dans des conditions de bonheur « infini »

Les philosophes religieux prétendront qu'il s'agit d'un état subtil qui apporte à l'être « pensant » la plénitude de la connaissance et que cet état « privilégié» lui reviendrait après son existence temporelle,  le replaçant dans l'espace-temps puisque ce bonheur éternel devrait être personnel, individuel, débutant depuis sa naissance et se perpétuant après son existence terrestre.

C'est le rêve anthropomorphique  de l'immortalité ? Est-il concevable que cet état soit une copie conforme de notre existence terrestre, sans la souffrance et le malheur ... ?

D'autre part quelle raison supérieure motiverait l'Être Suprême qui n'a pas besoin de nous pour être complet.

Dans le prochain « billet », je présenterai ma vision de ce que je crois fondamental pour analyser et cerner cette faculté de l'intelligence que « l'homo sapiens » a développée jusqu'à saturer et modifier son propre biotope et le mettre en danger d'anéantissement.

 

-----

 

 

 

12/11/2010

Ch. 29.4b - Illusion,cordes,branes,théorie M

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29. 4b - Illusion,cordes,branes,théorie M

 

 

Ma prospection m'a mené loin dans l'aventure, mais me pousse au cœur du problème à la lumière des connaissances actuelles, tellement nombreuses et éparses qu'il est difficile de les rassembler dans un tri qui se veut rationnel et que je me suis efforcé de réunir pour tenter de cerner le « fondamental »

 

MELODIE DU FONDAMENTAL.

Équation des matières

Dans la donne du temps.

Équilibre des forces

Dans l'harmonie des souffles.

 

Confidence de l'espace

Dans des chants d'infini.

Les dieux sont au secret

Dans l'alcôve du néant.

 

L'inéquation du réel absolu

Serait la vérité de notre monde

L'inéquation des forces

Serait la vérité du temps.

 

Aberration de l'univers,

Inconfort de l'impuissance :

Tout semble illusoire

Que sommes-nous vraiment ?

°°°°°°°°

 

En complément de la fin du vers, il est  intéressant de donner ici l'énoncé du cybernéticien  Heinz von Foerster (1911-2002) quant au mécanisme de notre perception : En réalité ce que l'on croit être là, n'est véritablement pas là °Tiré de J.Guitton, I&G.Bogdanov - Dieu et la science - p.179/180° :

 

« Notre faculté de voir dépend de la rétine qui absorbe la lumière du monde extérieur, puis transmet des signaux au cerveau.  Ce même schéma s'applique d'ailleurs à toutes nos perceptions sensorielles. La rétine ne perçoit pas la couleur, elle est  aveugle à la qualité de la stimulation et n'est sensible qu'à sa quantité. Cela ne devrait  pas constituer une surprise, ajoute Von Foerster, car en fait il n'y a ni lumière ni couleur en soi : il y a seulement des ondes électromagnétiques.  De  même, il n'y a ni sons ni musique : seulement des variations momentanées de la pression de l'air sur nos tympans.  Il n'y a pas de chaud, pas de froid : seulement des molécules en mouvement avec plus ou moins d'énergie cinétique, et ainsi de suite. »

 

On peut vraiment dire : « illusion, tout n'est qu'illusion, dans le sens que son apparence n'est pas sa réalité physique.

 

Une hypothèse qui a prévalu longtemps c'est que  l'univers total serait en perpétuel mouvement.  Il serait donc logique qu'après le Big bang, il y ait le Big crunch (c'est-à-dire l'effondrement total et l'annihilation,  l'univers disparaissant pour renaître dans un mouvement de perpétuel recommencement.  Dans l'infini, ce qui se produit se renouvellerait indéfiniment... Le temps ne serait-il qu'un rouage d'un mécanisme universel ?


Cette théorie du « Big Crunch » est maintenant mise à mal  par la plupart des scientifiques qui lui préfèrent celle des «super- cordes » qui présenterait le grand avantage de rendre compatible la théorie de la relativité d'Einstein valable aux grandes dimensions et celle des lois de la mécanique quantique pour les petites dimensions. °inspiré ou retiré des articles de Guy Duplat - La Libre 2/12/2005 qui conseille aussi de se référer au livre de Brian Greene (La magie du cosmos - Edition. Robert Laffont)°

 

L'espace serait constitué d'innombrables « branes » qui peupleraient l'univers.   Le nôtre d'univers, aussi immense soit-il, serait collé sur un de ces « branes ».  Le big-bang viendrait d'une collision entre deux « branes » provoquant une explosion d'une ampleur inouïe créant notre univers en un temps infiniment court. (A titre d'exemple si l'univers avait eu la taille de notre ADN au départ, il aurait atteint celle de la voie lactée en un milliardième de milliardième de seconde)  °ibidem G.Duplat°

 

En théorie des cordes, une brane, ou p-brane (brane vient de membrane) est un objet étendu, dynamique, possédant une énergie sous forme de tension sur son volume d'univers ... Notre univers serait situé sur une « brane ».  Toutes les Galaxies que nous voyons, toute la lumière qui nous parvient fait partie de cette brane et ne peut en sortir ... Notre brane ou plus précisément, l'univers constituant notre brane, flotterait paisiblement dans un super-univers constitué d'immenses supplémentaires ;  Cela voudrait donc dire que notre univers fait partie d'un ensemble plus vaste. °Tiré de Wikipédia°.

 

La théorie des cordes : Les cordes (10-33 cm.) se sont étirées d'un bout à l'autre de l'espace de notre univers pour l'occuper tout entier.  °ibidem G.Duplat°

 

La théorie des cordes est une des voies envisagées pour régler une des questions majeures de la physique théorique : fournir une description de la gravité quantique, c'est-à-dire l'unification de la mécanique quantique (inévitable pour décrire la physique aux  petites échelles) et de la théorie de la relativité générale (nécessaire pour décrire la gravitation de manière relativiste) ... La principale particularité de la théorie des cordes est que son ambition ne s'arrête pas à cette réconciliation, mais qu'elle prétend réussir à unifier les quatre interactions élémentaires connues.  On parle de théorie du tout. °wikipédia°

 

Les particules élémentaires seraient nées des vibrations de cordes microscopiques. On parle aussi de sept dimensions (recroquevillées, invisibles) qui s'ajouteraient aux quatre connues (longueur, largeur, hauteur, temps). °ibidem G.Duplat°

 

Avec les satellites, libérés de la stratosphère qui les rendent moins performants, on possède maintenant des données précises sur les premiers instants de l'univers (le nôtre) en analysant la lumière que l'espace envoie aux instruments (des outils utilisant des radio-éléments venant en complément des appareils optiques). Il semblerait que 95 % de la masse de notre univers nous soit caché dans de mystérieuses matières et énergies noires dont le vide quantique. °ibidem°

 

Si 95 % de la masse de notre univers, c'est de la matière noire, comment  pourrons-nous  étudier le mécanisme fondamental de cet univers-bourgeon, puisque cette matière noire sans photons, ne nous sera difficilement accessible, à moins que nous arrivions à inventer d'autres moyens d'investiguer l'Univers «à notre portée » °MT (Modeste Toulemonde)°

 

Il ne faut surtout pas envisager le Big Bang comme étant un début, cela n'a pas de sens.  C'est tout juste un bord de l'espace-temps. Au bord de cet espace-temps, cela devient flou à nos yeux et il faut construire un autre œil pour voir ce qui s'y passe. °Propos de Thibaut Damour (scientifique français) dans l'article de G.Duplat°

 

Le Big-Bang n'est plus le début de tout, mais se serait produit en « bourgeon » d'un univers-total ;  ce n'est plus qu'un phénomène accidentel qui s'est produit dans le mécanisme général.  (ce qui ne fait qu'augmenter notre insignifiance). Il nous faudrait utiliser un autre œil que le nôtre (ou un autre organe) par le truchement d'un instrument à inventer, pour voir ce qui s'y passe °MT°

 

Quant à la Théorie M, élaborée par le professeur E.Witten pour unifier les différentes théories des supercordes ... à ce jour, seule la limite classique de cette théorie est connue.  C'est la théorie de supergravité maximale à 11 dimensions. E.Witten a réussi à unifier en une seule les théories des cordes déjà existantes  °Wikipédia°

 

Les travaux de Witten ont révélé que les équations approchées de la théorie des cordes, utilisées dans les années 1970 et 1980 pour conclure que l'univers devait comporter neuf dimensions d'espace, loupaient le bon résultat d'une unité. La réponse exacte proposée par Witten est que l'Univers, selon la théorie M, a dix dimensions d'espace, c'est-à-dire onze dimensions d'espace-temps {si on y ajoute celle du temps}. Comme Kaluza,{mathématicien allemand} qui avait trouvé {en 1919} qu'un univers à cinq dimensions d'espace-temps permettait d'unifier l'électromagnétisme et la gravitation, comme les théoriciens des cordes, qui avaient montré que l'on pouvait unifier la relativité générale et la mécanique quantique dans un univers à dix dimensions d'espace-temps, Witten a montré qu'il était possible d'unifier toutes les théories des cordes, pourvu que l'univers ait onze dimensions d'espace-temps.   °Brian Greene - La Magie du Cosmos - p. 456-457)

 

Dans les premiers instants du Big Bang, il y aurait eu une « explosion » appelée « inflation », qui a grossi l'univers à une vitesse inimaginable.  Si l'univers avait eu la taille de notre A.D.N, il aurait acquis la taille de la Voie Lactée en un milliardième de seconde, bien plus vite que la vitesse de la lumière, mais on ne peut parler de vitesse car c'est l'espace lui-même qui « explosait ». °ibidem G.Duplat°

 

Quant à la vie, comme elle n'est possible que dans un univers à trois dimensions d'espace permettant d'engendrer une physique et une chimie stables, un autre univers que le nôtre ne pourrait la porter. °ibidem°

 

La conclusion que je retire de tout ce qui précède, mais qui n'est qu'un  avis « non autorisé » destiné à mon carnet de note, ... cependant, qui semble répondre le plus  à une « logique qui tue » :

 

Nous sommes insignifiants face à un univers-total, dans lequel notre « grandiose » univers ne serait qu'un tout petit bourgeon (peut-être un épiphénomène) dans un mécanisme total dont nous ne soupçonnons sans doute pas l'immense complexité et que, malheureusement, nos moyens physiques et matériels de perception ne permettront jamais d'investiguer.

 

Ce survol d'une matière de « spécialiste » est évidement très incomplète, ceux qui voudraient en savoir davantage se procureront l'excellent ouvrage de vulgarisation de Brian Greene, la magie du cosmos,  paru chez Robert Laffont. En fin de mon carnet de note, je consacrerai un chapitre intitulé Cordes, Branes, Théorie M - voir aussi ma publication du 28 février 2009.

 

 

-----

 

 

09/11/2010

Ch. 29.4a - Les Grands Initiés.

 

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

-----

 

Ch. 29.4 - Les Grands Initiés.

 

Monsieur Toulemonde « penseur en formation » poursuit son étude en abordant  le sujet bien délicat et tant controversé d'un élément « fondamental » à la motivation d'exister : Avons-nous une raison supérieure d'exister ?  Faut-il trouver un sens à notre existence ?

Sommes-nous autre chose qu'une cellule évoluée ?

Il est indispensable dans le contexte du milieu occidental chrétien dans lequel nous évoluons d'écouter en premier lieu :

 

LA VOIX DES GRANDS INITIES


Ils étaient grands, ils étaient forts,

Les femelles offraient leur corps.

Ils étaient les maîtres du feu,

Ils éloignaient le fauve hargneux.


 

Ils étaient chefs, ils étaient beaux,

Les femelles autour en flambeaux

Les autres à leurs pieds les craignaient,

Et couchés, ces autres attendaient.


 

Ils étaient guides, ils étaient science

Les autres en foule les suivaient

Ils apportaient la connaissance

Les autres en masse les vénéraient.


 

Ils leur ont donné Dieu

Pour supporter leurs souffrances

Ils leur ont donné Dieu

Pour combler leurs espérances

-----

Les plus grands savants, les plus grands penseurs croient en un être supérieur et reculent devant toute autre théorie dans laquelle l'intelligence ne serait pas fondamentale à l'action d'un « Créateur ».

 

Notre univers est-il référentiel ?  C'est-à-dire que c'est par rapport à des données connues et révélées, « des références », que nous construisons notre réel et que nous espérons un  futur après la mort ...  Par tradition religieuse,  je m'interroge,... et je cherche un semblant de réponse...

 

Pour la plupart, ce serait par rapport à des références qui nous sont, ou nous ont été édictées et transmises par les croyances que nous concevons et structurons l'espace dans lequel nous évoluons

 

Pour les théologiens, toutes nos connaissances seraient relatives à ces références révélées qui seraient une manière d'appréhender l'ensemble des connaissances universelles à peine effleurées par nous, les humains, tellement elles sont vastes et insondables.

 

Les croyants des principales religions prétendent que ces connaissances seraient transmises par des « initiés » qui seraient doués de capacités de perception particulières : ce sont ceux qu'on nommer Grands Initiés, c'est-à-dire : Bouddha, Jésus, Mahomet, Confucius, Lao-Tseu, Moïse, etc. ...

 

Cette théorie pourrait faire la part belle aux créations artistiques, littéraires et musicales, ainsi qu'aux écrits révélés qu'ils soient bibliques, coraniques, bouddhiques ou autres qui feraient partie du savoir suprême que des « Initiés » pourraient percevoir et transmettre.

 

Dans cette hypothèse, nous devrions admettre avec beaucoup d'humilité que notre monde intelligent n'est qu'une infime partie de ce tout de la connaissance, essentiellement structurée statique, éternelle et infinie en partie révélée par les « Grands Initiés »

 

L'être supérieur existerait en tant que celui qu'on a appelé Dieu, au-dessus de tout, maître de tout.  Il existerait en tant qu'infini dans lequel nous trouvons une place évolutive, dépendant  de l'espace-temps,... Ce Dieu nous attendrait dans un autre espace qui nous serait réservé après notre mort physique, dans lequel nous serait accordé le bonheur suprême que nous recherchons...

 

Cet autre espace n'aurait ni passé, ni présent, ni futur.  Il serait hors du temps.... Nous occuperions totalement cet espace ... Nous rejoindrions  Dieu dans la « béatitude de son éternité « statique ».


Toute autre hypothèse dans laquelle l'être supérieur aurait une existence propre est difficile à concevoir, car elle impliquerait une condition d'existence pareille à la nôtre qui lui permettrait d'intervenir dans notre destinée, comme  « Notre Père », « Notre Frère » ... (pour les chrétiens) ou juge suprême et permanent de nos actes pendant notre vie terrestre ... conditionnant notre vie future dans l'au-delà ... (pour tous les croyants du Livre)

 

Toutes les religions professent que c'est l'être supérieur qui est à l'origine de l'espace-temps.  Dans la genèse des croyants « du Livre », l'Être suprême ( Dieu, Jéhovah ou Allah) n'a pas de début ni de fin, il est « éternel » : il existe dans son temps éternel et occupe tout l'espace. (Dieu est partout disait-on dans mon enfance.)

 

Dieu n'a pas besoin des hommes, puisqu'IL EST TOUT ... Pourquoi l'aurait-t-Il créé dans sa complexité d'animal évolué intelligent, mais si peu responsable de son milieu, de sa destinée, de son temps... de ses capacités intellectuelles ... ?

 

D'autre part,  si Dieu est la plénitude totale, que vient faire l'homme dans cet état ? Comment justifier que « Dieu a besoin des hommes » ? Théoriquement la situation de Dieu ne nécessite rien, pas plus l'homme et son intelligence, puisque Dieu est total et surtout qu' « Il » n'a pas à être accompli : c'est un raisonnement de « créature » qui suppose que le « créateur » a besoin de Lui.

 

C'est la pensée, le raisonnement, étayés par la connaissance qui donnent un sens à notre monde, mais jusqu'à preuve du contraire à notre monde terrestre seul. Nos religions nous poussent à croire que nous sommes le centre de l'univers et qu'il n'existe que pour nous : c'est ce qu'on appelle de l'anthropocentrisme.

 

D'autre part, dans ma tentative de recherche de ma raison d'exister, je me pose aussi la question de savoir le pourquoi de ce qui est.  « Être ou ne pas être, là est la question » disait Hamlet, un crâne dans les mains.  Nous pourrions compléter et préciser : être un être intelligent inspiré ou non, là est la question !

 

C'est ce qui me pousse, à ce stade de mon cheminement dans l'inexplicable, à vouloir dépasser cet entendement.  Je voudrais transcender la matière qui m'a organisé et qui m'a fait, en me munissant d'un cerveau qui raisonne, qui pense, qui déduit, qui cherche, qui veut comprendre....  J'aimerais croire à cette « pensée », et la trouver hors de cette matière faite d'énergie qui a fabriqué mon intelligence.

 

J'aimerais m'échapper de cette prison de "l'espace-temps" pour trouver « l'Esprit » s'Il existe et entrer en relation avec lui.  Mais je sais que c'est impossible même si les grands croyants prétendent le faire : ils restent prisonniers de leur condition humaine et d'un cerveau qui fonctionne avec les seules références qui proviennent des croyances de leur milieu.

 

Si je me mets à raisonner, à penser, il m'est difficile de le faire d'une manière autre que dans un contexte de durée... Si je construis un raisonnement, il devra débuter et ensuite se poursuivre dans un contexte de temps. De même les hypothèses ne pourront être bâties que dans un contexte de situation dans l'espace.  Si nous définissons  le temps, nous ne pouvons le construire que dans l'espace.

 

Et on ne peut que les associer en «espace-temps » avec un début.  Aussi petit soit-il, l'espace a débuté et avec lui le temps. Si l'espace a débuté, il a créé un mouvement de durée, c'est-à-dire de temps.  L'espace et le temps sont progressifs : ils débutent et en principe finissent.

 

Mais alors, éternelle question : qu'y avait-il avant ?  La seule réponse  valable : rien !  Notre entendement humain devra se rendre à l'évidence.   Rien ou le néant absolu n'existe pas, si ce n'est dans notre vocabulaire....


Nous devrons dès lors admettre que quelque chose d'inexprimable existe qui occupe tout l'espace et tout le temps, que nous devons accepter sans comprendre parce qu'il ne répond à aucune de nos lois.  C'est vraisemblablement par anthropomorphisme que nous en avons fait un Dieu ou des dieux, soumis à certaines de nos lois spatio-temporelles.

 

Bien qu'une hypothèse soit permise que j'ai déjà évoquée plus haut : celle d'un univers total de connaissance totale, absolument statique. Ce serait, en quelque sorte, le Dieu de la genèse. Mais alors le temps n'existerait pas et ne pourrait exister sauf si Dieu le créait. Pourquoi le créerait-il s'Il est l'univers total de la connaissance totale et infinie ?

 

Pourquoi  « inventer » l'homme dans le temps et sa misérable intelligence ?   Pourquoi lui imposer un parcours qui dépend de sa « chance » et si peu de son mérite et de ses responsabilités ?  Pour de toute façon se retrouver dans cet espace total, cet absolu de tout que seul notre cerveau de mammifère intelligent a imaginé avec son mécanisme de pensée.

 

Dans ce cul-de-sac de mes pensées, je me suis retranché derrière la seule théorie que ma logique voulait bien admettre : L'univers (ou l'univers-total) obéit à une seule loi qui est d'ailleurs celle de tous ses composants bien définie par Einstein  (E=mc²).  L'univers c'est avant tout de l'énergie en perpétuel mouvement sans origine et sans fin.


Dans le papier suivant, je me permettrai d'aller plus loin au cœur du problème en « évoquant » le « fondamental » tout en abordant certaines théories que le penseur qui s'interroge, s'est autorisé à investiguer pour y voir plus clair ... J'effleurerai des théories qui évoquent de nouvelles dimensions : les super-cordes, les branes, le théorie M...

 

-----

 

 

05/11/2010

Ch. 29.3c -Univers : Fausse apparence !

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

 

Ch. 29.3c - Univers : Fausse apparence !

 

 

Maintenant, que je me suis aventuré à sortir des sentiers battus, avec une audace qui me sera peut-être reprochée, mais qui n'a que la bonne-foi comme argument de défense et un travers de « comptable » qui cherche une explication équilibrée à tout, je compte développer,  plus loin dans mon travail, une logique qui s'est imposée au raisonnement du profane qui défend la théorie que « Tout n'est qu'illusion »,  en donnant à ce terme le sens définit par Robert : « erreur de perception causée par une fausse apparence » ...

 

Pour garder une logique « qui tue » comme disait un ami, j'ai dû trouver un lien qui permettrait de faire comprendre comment une « force », élément immatériel, peut se transformer en matières préhensibles par nos sens ... c'est la raison pour laquelle j'ai donné au résultat de cette action, l'appellation d'illusion ... ou comme le définit Le Grand Robert : erreur de perception causée par une fausse apparence ... Cette théorie  pour étayer ma logique personnelle a besoin d'être développée et défendue ...ce que je compte faire plus loin ...

 

Quant à nous, les hommes, dès que l'intelligence s'est affinée, nous avons recherché une explication qui évoluera avec nos découvertes.  Quand nous étions des primitifs, nous l'avons recherchée dans les mystères de la nature et du cosmos  (feu, tonnerre, eau, ciel, soleil....)

 

Avec les bandes des savanes, nous avons trouvés des meneurs qui devinrent des chefs quand se constituèrent les tribus,  regroupées ensuite en peuples et nations, dirigés par des « Grands » tout puissants.

 

Les religions ont alimenté les penseurs qui ont inspiré des prêtres pour enseigner les autres en leur donnant l'espoir d'une vie meilleure en leur fournissant leur version de l'inexplicable.

 

Je crois qu'il faut accepter que nous ne sommes qu'un montage accidentel (la vie) qui  a développé un cerveau « intelligent » qui a conçu  l'abstrait et une logique qui le pousse à chercher la raison de son existence et les mécanismes qui l'ont amené, ainsi que ses « savants »,  à essayer d'appréhender « le Tout »

-----

 

MELODIE DE L'UNIVERS.

 

Tu fus infiniment petit,

Si petit qu'on cherche ton origine !

Si petit mais si dense

Que tu es temps et espace.

 

L'écho de ton bang

Est l'inverse de ton feu.

L'infini de ton temps

Est l'extrême de ton jour.

 

Tu es le cœur d'un monde

Qui palpite dans l'immensité.

L'immensité d'un vide

Qui sera toujours éternité.

 

Tu es le chant des êtres,

L'adversaire du néant.

Tu les as regardés naître

Sortant de ton ventre géant.

°°°°°°°°°°

 

Quand nous consultons nos encyclopédies,  nous apprenons  que l'origine de l'univers se situe à 13,7 milliards d'années de son origine suivant la mesure établie par le satellite WMAP.

 

Cette évaluation ne vaut que pour l'Univers que nous appréhendons, celui qui est à notre portée ... Il en va autrement si on accepte la théorie des univers multiples ... qui semble plus logique dans une construction où la force-énergie sous-tend un Univers-total.

 

On nous dit  que l'univers est en expansion comme un ballon qui gonfle et dont les différents points s'écartent les uns des autres d'une distance progressivement  égale, avec la particularité que seul l'espace gonfle et pas les points (voir partie 1).  Ces points, les étoiles, ont une existence propre, ce sont des "objets célestes" en rotation, qui sont composés d'hydrogène et d’hélium ... A partir de leur centre se produit une fusion nucléaire qui produit une énergie qui est rayonnée en lumière visible et en chaleur jusqu'à une certaine distance ... Leur origine est un "nuage de gaz" qui s'échauffe et s’allume pour devenir une étoile, produisant une énergie qui s'évacue sous forme de rayonnement, vents stellaires et neutrinos (particules élémentaires) ...  Suivant sa masse, l'étoile implose, en fin de vie, soit en "naine blanche", étoile à neutron ou trou noir ...

 

C'est cette « dilatation » à l'heure actuelle qui a duré 13,7 milliards d'années par rapport à nous et nous accompagne toujours.

 

Depuis Einstein, nous savons que si nous nous déplaçons dans l'espace, nous nous déplaçons également dans le temps et que le temps et l'espace n'ont de sens que par rapport à un observateur situé dans cet espace-temps (voir démonstration dans le sous-chapitre précédent.

 

Nous ne pouvons déduire qu'à partir des données vérifiées que nous connaissons ou expérimentons, le reste n'est que vérités révélées, non prouvées. Or ces vérités « révélées » ne le sont que parce que la tradition s'est installée, alimentée par des « meneurs » pour soutenir un pouvoir ... Cette tradition, forcément orale au départ, a été favorisée, justifiée ou imposée par des prêtres (les premiers intellectuels) idéalistes sincères ou agents du pouvoir.

 

Or, la science, depuis les derniers siècles, évolue et prospecte, des concepts s'établissent et se vérifient.  Les vérités d'hier sont souvent des erreurs aujourd'hui.  La connaissance humaine progresse lentement, par à-coups.  Les moyens techniques actuels sont fantastiques et le seront toujours davantage.

 

L'ignorance recule devant la connaissance.  L'intelligence de l'humanité devrait lui permettre, sauf accident, de réaliser des bonds prodigieux dans le savoir.  Cependant, l'intelligence humaine ne sera jamais capable de tout expliquer ...

 

Une  grande question restera fondamentale,  et partagera toujours les hommes,  de savoir si cette intelligence est de nature fondamentale, l'apanage d'un Dieu doué de la connaissance suprême qui en disposerait selon ses desseins, qui serait hors et indépendante de notre phénomène évolutif, hors cycle du carbone.

 

Ou tout simplement l'intelligence est-elle une faculté dominante sélectivement développée par les humains ?

 

Dans le « modèle », que j'ai défendu dans le sous-chapitre précédent, il n'y a pas de place pour une intelligence supérieure ... parce que je suis convaincu que la faculté de « l'intelligence » est l'aboutissement d'un mécanisme de sélection favorisant les plus adaptés à leur environnement, grâce aux performances résultant de la maîtrise de la matière produite par le développement particulier de leur cerveau. (Je ne cesserai d'argumenter ce point de vue dans mon étude...)


L'intelligence est un processus physiologique ... qui agit à partir de cellules nerveuses appelées neurones (leur nombre pourrait être de l'ordre de cent milliards)  ... celles-ci forment un réseau très dense de ramifications qui relient entre elles les neurones qui ont pour mission de capter des informations pour les traiter et les renvoyer vers les différents acteurs du corps humain ...

 

L'intelligence, poussée jusqu'à l'abstraction et la création,  permet la domination de la matière et sa transformation ... Elle a favorisé l'émergence d'un groupe de mammifères évolués (nous) qui occupent la planète, la modifient et la saturent, jusqu'à mettre leur propre biotope en danger.


Le célèbre professeur de Duve, pris Nobel de médecine, vient de lancer un grand cri d'alarme en recommandant aux autorités de la planète de mettre en place des mesures de limitation de la prolifération de notre espèce ... (cliquer sur dossier 00.05 - relais d'un appel du professeur de Duve ou cliquer sur le lien http://phmailleux.e-monsite.com/rubrique,appel-du-prof-ch... )

 

Dans l'intention d'être complet dans mon étude, je tiens à l'approfondir dans le prochain billet, en portant ma réflexion sur "les Grands Initiés et le fondamental" parce que j'ai beaucoup de considération et de respect pour leurs promoteurs, dont beaucoup de scientifiques qui s'efforcent de justifier leur position.

 

-----

 

02/11/2010

Ch. 29.3b - Nous situer dans l'Espace-Temps

 

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s’avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

-----

 

Ch. 29.3b - Nous situer dans l'Espace-Temps ...

 

Notre  regard de « petit homme » se porte au loin, bien au loin, là où il n'y a plus rien, en cherchant à prolonger ce qu'on appelle, faute de mieux, l'infini.  Nos tempes font mal de l'effort de nos yeux qui s'ouvrent démesurément.  Nous cherchons vainement le bout, la fin du vide qui s'est creusé devant nous... mais nous savons que nous hurlerons toujours « et après... ! » sans fin, sans trêve,...infiniment... et ce sera pareil, si nos yeux se portent au loin ... autour de nous ... dans l'infini qui nous entoure ...

 

Ce concept de l'infini nous trouble, nous inquiète et nous laisse rêveur. La langue  française a exprimé ainsi ce qui est sans limite, sans origine, sans fin, ce que notre entendement ne peut accepter.

 

Notre  intelligence de « petit homme » admet difficilement et ne comprend pas que l'espace et le temps soient sans limite.  Notre logique, tributaire du contexte de l'espace et du temps, est déboussolée. En fait, nous sommes confrontés à deux logiques qui s'opposent : l'une découlant de l'espace et du temps dont nous dépendons, l'autre dictée par l'absolu d'une logique imposée par notre raison.

 

Cette raison ne peut qu'accepter des évidences : l'infini est illimité dans tous les sens et l'espace et le temps ne sont possibles que dans une logique évolutive avec une origine, mais qu'y avait-il avant ? ... La seule réponse possible c'est qu'il n'y avait sans doute pas d'origine et donc pas « d'avant » ...

 

La plupart des hommes et Descartes en particulier, voyaient dans ces concepts créés par l'intelligence humaine, une preuve de l'existence de Dieu ou d'un « Autre » supérieur et omnipotent qui lui serait l'origine de la création, n'aurait pas d'avant et occuperait tout l'espace.

 

L'infini est un mot mystérieux qui interpelle le poète-rêveur que je serai toujours.  La combinaison des signes, les hasards de l'étymologie, du graphisme et de sa construction sonore lui sont apparus comme magiques, profonds, lents et majestueux.

 

Il le prononce les yeux au lointain, avec respect.  Il le dit sans bruit parce qu'il est prédestiné, dirait-on, construit très court, compact, simple, fondamental...

 

Harmonieux, il est composé de six lettres en nombre décroissant :

Trois « I »                                             )   3   (

Deux « N »                            )   2   (      6 lettres     IN  FI  NI

Un « F »                 )   1   (

 

Il commence et se termine par un "I" qui est lui-même précédé ou suivi de la même consonne "N" pour bien indiquer le sens du mouvement d'éloignement vers l'infini de son centre FI, la très belle consonne grecque dont le tracé permet de figurer symboliquement  la contradiction qui existe entre le fini et l'infini.  En effet,  quand on écrit « FI » en grec, on trace d'abord une boucle « finie » que l'on abandonne dès qu'on a atteint l'intersection du tracé,  pour la traverser ensuite, en la faisant repartir en droite qui pourrait être infinie.

 

Je tiens à me servir du hasard de la construction graphique  du mot « infini » pour introduire une démonstration qui permet de mieux comprendre (ou réaliser) une situation dans l'espace quand on fait abstraction de notre condition d'être vivant doté d'un cerveau intelligent cependant conditionné par ce que son environnement de terrien lui révèle et lui impose.

 

 

Si  nous nous efforçons de faire abstraction de notre condition de « terrien pensant », qui est subordonné à son état d'ensemble de cellules évoluées jusqu'au cerveau intelligent, ... et que nous abandonnons cette condition, ... nous nous situons dans l'espace comme une entité quelconque ... d'où peuvent partir linéairement, de part et d'autre, un ensemble d'autres entités juxtaposées pour former dans cet espace une suite infinie, avec une propriété  de vitesse  infinie ...  Nous aurions ainsi imaginé (ou créé) un infini « linéaire », doué d'une vitesse infinie, projeté dans l'espace, à partir d'une entité que j'ai voulue.

 

C'est la démonstration de ce qui est fondamental : le temps dépend de l'espace et l'espace dépend du temps et les deux sont infinis (notre cerveau de terrien ne peut pas admettre cela). Pourtant,  dans l'absolu du raisonnement, il n'est pas possible de le concevoir autrement : il n'y a pas d'autres alternatives ... C'est le principe de  la grande unification, au départ duquel  tout s'édifie ...

 

Cette construction est en totale contradiction avec notre logique cérébrale de terrien qui, elle, est confrontée aux impératifs de son environnement soumis à une règle de début et de fin d'existence et d'espace ... Cette contradiction entre deux évidences ont amené Einstein, les scientifiques et les penseurs à définir une  nouvelle donnée de base : l'espace-temps.


Afin d'affiner mon raisonnement,  je reprends ma réflexion, la poussant plus loin, en imaginant une juxtaposition sur le même plan de droites infinies accolées les unes aux autres sans espace entre elles pour obtenir une surface circulaire infinie, partie de l'origine que j'avais située en pensée dans l'espace, qui s'éloignerait de cette origine à une vitesse infinie.

 

Et, supposons  maintenant que je déplace mon plan circulaire infini d'une manière volumétrique dans l'espace, ... c'est-à-dire que  j'imaginerais un ensemble d'autres plans infinis étroitement juxtaposés au premier de manière telle que l'ensemble produise, de part et d'autre de l'origine, une explosion volumétrique imaginaire infinie dans l'espace-temps.

 

L'origine que j'aurais imaginée et située sera devenue le centre d'un univers-personnel que je viens de créer dans l'espace et que mon cerveau vient de concevoir. ... C'est donc une démarche qui s'inscrit dans le temps et dans l'espace et l'un ne peut être dissocié de l'autre.

 

J'espère que mon fidèle lecteur aura compris comme moi l'importance de cette démonstration qui (me semble-t-il) fait bien comprendre que l'infini du temps est nécessairement lié à l'infini de l'espace quand on le considère dans l'absolu de la raison. qui veut partir d'une origine unique en mouvement perpétuel : une force permanente

 

Cette explosion volumétrique imaginaire existe parce que j'ai créé artificiellement moi-même, pour mieux faire comprendre le mécanisme, une origine à un moment précis dans le temps.

 

C'est ici qu'on rencontre toute la complexité d'un système que notre entendement comprend difficilement pour la simple raison qu'elle contrarie  une logique de « terrien » qui le vérifie à chaque instant de son quotidien : il y a un début et une fin à tout.

 

Mais dans l'absolu, il faut accepter une évidence : l'univers-total (Si on accepte la théorie de l'univers-bourgeon) ou l'univers tout court sont soumis à la loi fondamentale dite de l'espace-temps qui unifie l'espace et le temps. Il n'y a pas d'autre alternative que cette unification et nos physiciens l'ont suffisamment  prouvé.

 

En résumé, comme l'affirme Einstein qui a créé ce concept unifié d'espace-temps, celui-ci n'existe que relativement à l'observateur qui s'y trouve situé (en l’occurrence l'origine artificielle que j'ai imaginée dans l'espace).  La matière ne serait, et nous par conséquent, que le résultat d'un mécanisme général que nous essayons de comprendre.  (voir  partie 1 :  E = mc²)

 

-----

 

Laissons aux théoriciens le soin de débattre des contradictions et même des aberrations ou « paradoxes » que leurs calculs théoriques provoquent ( illustré entre autres par l'exemple célèbre des jumeaux de Langevin,  l'un voyageant dans l'espace à une vitesse proche de celle de la lumière retrouvant son frère, resté sur terre, plus vieux que lui ou celui du train  dans un tunnel de même longueur avec des observateurs dans le train ou en dehors de celui-ci et qui ont des visions différentes de la fin du train  ... etc.) pour accepter des évidences :

1. Tout ce qui est, évolue et obéit à la loi des échanges d'énergie (E = mc²) ou de la grande unification

2.  le néant n'existe pas puisqu'il est sans devenir.

3. Seul existe l'univers-total en perpétuel mouvement depuis toujours.

 

Je vais me permettre maintenant d'introduire la suite logique de cette unification qui ne fait qu'un de l'espace et du temps, pour évoquer une autre dimension qui serait fondamentale et serait la « force essentielle » (l'espace-temps n'étant qu'accessoire). .

 

Ceci pour me permettre, plus loin, de développer ce  que j'appellerai  «la théorie de l'Univers-Illusion » dans lequel nous orbitons, microcosme-terrien infime d'une planète solaire dans un Univers-bourgeon, produit par un Univers-total.

 

La simple évocation de cette « construction » ne peut que nous donner le « tournis » et nous révéler l'insignifiance de notre individualité ...

 

Je reconnais que cette théorie n'est nullement évidente et ne sera jamais prouvée parce qu'en dehors de notre champ exploratoire ...  Nous qui avons déjà tant de mal à comprendre et explorer l' « Univers-bourgeon immense » qui nous contient nous-mêmes si minuscules, sur la « croûte »  d'un  « déchet de petit soleil » ...

 

Les arguments de défense de cette théorie seraient sa simplicité et son évidence qui militeraient pour sa vraisemblance parce que répondant à une suite logique d’arguments :

1 Une force fondamentale existerait ... qui serait unique et permanente ... qui sous-tendraient des mouvements en sens divers ... Il n'est pas concevable qu'il existe quoi que ce soit de statique (puisque négation du mouvement) ... seul le mouvement existe ...  Cette force fondamentale ne peut être personnifiée dans le Dieu des croyants ... parce que cette force ne serait ni pensée ni esprit, uniquement « énergie »...  La pensée et l'intelligence viendraient « accidentellement » et « fortuitement » au cours d'un stade ultérieur qui produirait la matière et la vie ... (aussi humiliant que ce soit pour nous, l'intelligence serait un produit accidentel de l'évolution du cerveau humain ... je ne cesserai d'argumenter cette théorie dans « mon carnet »)

2 Dans l'absolu de la pensée, hors du contexte terrien, le « néant » est impossible, comme l'est aussi  l'absence de « mouvement » ... La force (énergie), génératrice d'actions, est la seule logique ...

3 La force (énergie) étant la raison et le moteur de l'univers, ... il est logique qu'elle crée du mouvement ... et que ce mouvement crée des mondes divers, multiples et variés, cependant toujours en expansion, ... de là des univers aussi multiples que différents ...

4. Ces mondes divers obéissent à un mécanisme de début, d'expansion et de fin ... C'est ainsi qu'une force sur terre génèrera la  «cellule-vie » originelle qui se multipliera, s'associera,  grandira et se développera ...  vieillira et mourra ....elle en aura généré d'autres qui évolueront, disparaîtront, muteront, ou régneront ...

5. Cette théorie qui laisserait la place à des mécanismes non contrôlés par notre univers-bourgeon, apporterait une réponse au fameux dilemme d'Einstein qui, pendant plus de trente ans,  s'évertua à combiner électromagnétisme et relativité générale en une seule théorie (ce qui se vérifiait aux échelles de l'infiniment petit ne l'était plus aux échelles de l'espace) afin de décrire les quatre forces fondamentales (champ électromagnétique, champs des forces nucléaires faibles et fortes et champ gravitationnel) grâce à une même théorie quantique. °tiré de « La magie du cosmos » de Brian Greene - p.393 à 397°

 

-----