Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/11/2010

Ch. 29.5 - Darwin, le précurseur.

 

Symphonie de l'Harmonieux - Mélodie de l'existence

-

Carnet de notes de cinquante années de réflexions sur

la motivation d'exister et la valeur de nos croyances

-

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l'appel de s'(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère en début de  « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l'appel que j'ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l'obscurité que maudire l'obscurité » disait Confucius, aussi appelons l'action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d'une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d'Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

Propos d'un octogénaire provenant

d'un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s'écouler à

s'interroger sur les motivations d'exister

et la valeur des croyances.

Il s'avoue agnostique par loyauté de pensée

avec l'athéisme comme hypothèse de réflexion.

-------

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 10 à 20 pages, deux fois par semaine.

 

Des repères entre petites accolades {} ont été créés et placés au début de certains paragraphes. Ils permettent de retrouver des passages ou de se référer à un « aperçu-résumé » avec table complète des matières et repères. (Voir le premier poste de la liste des DOSSIERS, à droite, que j'ai créée dans le site (e-monsite) permettant de consulter des sujets traités dans l'ouvrage ou ailleurs.)

Cliquer sur le dossier recherché, dans la liste des dossiers, pour l'obtenir immédiatement

 

------

 

Ch . 29.5  -  Darwin, le précurseur.


Dans la partie précédente, nous avons abordé ce « long  calvaire des êtres vivants » pour en arriver à ces quelques ultimes descendants de « l'homo sapiens »  bénéficiant des avantages des «privilégiés» de civilisations avancées que nous sommes.

Nous avons disserté sur « la pensée ».  Comment s'est-elle laborieusement développée chez l'homme pour aboutir aux prouesses intellectuelles des grands penseurs, découvreurs et autres génies du genre humain ?

Une fois de plus, nous nous sommes interrogés sur l'origine de ce processus de construction intellectuelle : est-elle d'origine divine , « l'Être Supérieur » que révèle toutes les religions ou tout simplement une faculté dominante développée par l'être humain ?

Nous avons célébré, le 12 février 2009, la date anniversaire de la naissance, il y a deux cents ans, du génial Darwin.  A cette occasion, le monde intellectuel s'est interrogé sur la portée de ses découvertes qui ont apporté une réponse scientifique indiscutable quant aux origines de l'homme.

Darwin vécut dans un environnement scientifique privilégié : père médecin intelligent et grand père naturaliste.  D'abord croyant, bien que d'un milieu en majorité non conformiste (père, grand-père et frère libre-penseur) il ne doutait pas de la vérité littérale de la Bible et commencera la théologie anglicane à Cambridge.

Cependant, ce furent les observations retirées de son célèbre voyage de cinq ans sur le « Beagle », parti pour cartographier la côte d'Amérique du sud, qui révolutionnèrent ses conceptions philosophiques.

Ce voyage lui permit d'étudier les fossiles et la faune de ces régions, notamment ceux des grands tatous (diminution de la taille de l'espèce, première hypothèse évolutionniste).  Ensuite en 1835, aux îles Galapagos, il constatera que plusieurs espèces présentaient des différences importantes suivant leur lieu d'habitat comme la forme du bec des pinsons adaptée à la nourriture suivant le type de graine trouvé, plus tendre ou plus dure.

Revenu au pays en 1836, Darwin devint une célébrité scientifique grâce surtout à son père qui rassembla les fonds lui permettant de devenir un homme de science indépendant.  Pendant cette période précédant la publication de son célèbre ouvrage « Origine des espèces », il rassembla une abondante documentation et des arguments scientifiquement probants étayant sa thèse, bouleversant celles des créationnistes majoritaires à l'époque.

Les milieux religieux s'élevant avec vigueur contre ses théories, il subira avec courage leurs sarcasmes et les caricatures de la presse qui le présentaient sous la forme d'un singe. Il était cependant soutenu par les milieux scientifiques.  Tolérant, il laissera à sa propre épouse, anglicane très croyante, la liberté de ses choix philosophiques.

Darwin exposera, dans l'introduction de son fameux livre « Origine des espèces », publié le 22 novembre 1859, une longue argumentation défendant courageusement sa théorie de l'évolution,  étant donné le « tollé » que celle-ci suscitait dans les milieux croyants. Aussi évita-t-il d'utiliser le mot « évolution » dans son texte de présentation qu'il rédigea habilement comme suit :

« Comme il naît beaucoup plus d'individus de chaque espèce qu'il n'en peut survivre, et que, par conséquent, il se produit souvent une lutte pour la vie, il s'ensuit que tout être, s'il varie, même légèrement, d'une manière qui lui est profitable, dans les conditions complexes et quelquefois variables de la vie, aura une meilleure chance pour survivre et ainsi se retrouvera choisi d'une façon naturelle. En raison du principe dominant de l'hérédité, toute variété ainsi choisie aura tendance à se multiplier sous sa forme nouvelle et modifiée. »

A titre documentaire, voici quelques exemples d'indices morphologiques de parenté entre les espèces (extrait de Wikipédia - évolution) :

- Les baleines, animaux adaptés à la vie aquatique gardent une trace de leurs ancêtres quadrupèdes par la présence d'os vestigiaux correspondant au bassin (ceinture pelvienne) ;

- Il y a des vestiges de pattes chez certains serpents (boas);

- En observant l'aile d'un oiseau ou d'une chauve-souris, on retrouve aisément la structure osseuse du membre antérieur de tout tétrapode ;

- les défenses à croissance continue des éléphants sont en fait homologues des incisives des autres mammifères, dont l'homme ;

- les appendices masticateurs des arthropodes sont à l'origine des appendices locomoteurs réduits (il en va de même apparemment pour une sorte de limace les Onychophores) ;

-  les membres des tétrapodes proviennent des nageoires de poissons ;

dans le monde végétal, la présence d'une double membrane autour des plastes et la présence d'un ADN circulaire à l'intérieur de ceux ci trahissent une origine endosymbiotique procaryote.

Il est intéressant aussi de reproduire un exemple d'évolution à l'échelle du temps humain que des scientifiques ont permis de réaliser : le lézard Podarcis sicula. (extrait de Wikipédia - évolution)

Introduit en 1971 par l'équipe du professeur Eviatar Nevo sur l'île dalmate de Prod Mrcaru en mer Adriatique, le lézard Podarcis sicula connu en France sous le nom de « lézard des ruines », y a été abandonné à lui-même durant près de quatre décennies, l'accès à l'île ayant été interdit par les autorités yougoslaves, puis par les conflits liés à l'éclatement de ce pays. En 2004, une équipe scientifique dirigée par Duncan Irschick et Anthony Herrel put revenir sur l'île et découvrit que Podarcis sicula avait évolué en 36 ans, soit environ trente générations,de façon très significative. Le lézard a grandi, sa mâchoire est devenue plus puissante, et surtout il a changé de régime alimentaire : d'insectivore il est devenu herbivore, et des valves sécales sont apparues au niveau des intestins, ce qui lui permet de digérer les herbes... Cette découverte confirme, s'il en était encore besoin, que l'évolution n'est pas une théorie parmi d'autres, mais un phénomène biologique concrètement observable, et pas seulement chez les virus, les bactéries ou les espèces domestiquées.

Voir aussi sur la toile : TPE : la théorie de l'évolution, synthèse intelligemment construite par des élèves, dans le cadre des TPE (travaux personnels encadrés) d'un établissement de Bordeaux, donnant une vue radiographique, spectaculaire et convaincante, de la ressemblance d'un membre antérieur de mammifères aussi différents que ne le sont l'humain, le chat, la baleine (membre inutilisé) ou la chauve-souris.

D'autre part, ces mêmes auteurs signalent que Darwin a choisi d'invoquer la sélection artificielle pour illustrer la puissance de la sélection en tant que force évolutive, c'est-à-dire l'élevage par les Humains. Au fil des générations, les Humains ont modifié certaines espèces en sélectionnant des géniteurs ayant  les caractères souhaités. Les plantes et les animaux dont nous nous servons pour nous nourrir n'ont que très peu de ressemblances avec leurs ancêtres sauvages. Les animaux de compagnie montrent particulièrement bien les effets de la sélection naturelle, en effet ceux-ci ayant été élevés pour des raisons plus proches de la fantaisie que de l'utilité. (Darwin lui-même consacra la première partie d'un grand livre - deux volumes publiés - non terminé, cette première partie étant consacrée à « La variation des animaux et des plantes sous l'action de la domestication »)

S'avançant plus loin dans ses conclusions, Darwin développa des idées selon lesquelles chez l'homme l'esprit et les cultures ont été élaborés par la sélection naturelle et sexuelle

Aujourd'hui, le darwinisme est admis par toute la communauté scientifique, même si certains détails de la sélection naturelle font encore l'objet de débats. Depuis Darwin, les découvertes en biologie moléculaire ou embryologie ont totalement corroboré les intuitions géniales de Darwin. °Guy Duplat - Libre Belgique du 27/28 décembre 2008°

Il y a trente ans, Jacques Monod, en écrivant  « Le hasard et la nécessité » expliquait par les dernières découvertes de la biologie moléculaire l'évolution des espèces et le rôle du hasard dans leurs transformations. °ibidem°

Suivant le mot de Laplace, la science n'avait pas besoin de l'hypothèse de Dieu pour expliquer la variété du vivant, y compris l'homme. °ibidem°

Presque chaque jour, on peut voir une des preuves du darwinisme dans la manière avec laquelle les virus et les microbes mutant au hasard, s'adaptent pour mieux résister aux antibiotiques. °ibidem° (surtout dans les hôpitaux).

Teilhard de Chardin dont on ne peut douter de la foi chrétienne profonde disait à propos de la théorie de l'évolution qu'elle n'est pas un système  ou une hypothèse mais elle est  « bien plus que cela, une condition générale à laquelle doivent se plier et satisfaire désormais, pour être pensables et vrais, toutes les théories, toutes les hypothèses, tous les systèmes » (rapporté par Guy Duplat de La Libre Belgique tiré d'un entretien avec Jacques Reisse professeur émérite de l'Université libre de Bruxelles et membre de l'Académie Royale de Belgique).

On ne peut s'empêcher de noter l'embarras des scientifiques chrétiens et notamment de Bernard Feltz, biologiste, docteur en philosophie et doyen de la faculté de philosophie à l'Université catholique de Louvain-la-Neuve qui lors d'un entretien avec Guy Duplat de la Libre Belgique plaidait que

« L'athéisme méthodologique de la démarche scientifique est parfaitement compatible avec une position théiste éventuelle sur le plan des significations. On peut être scientifique et croyant  pour peu qu'on respecte la frontière entre le registre du savoir et celui des significations. »

Pour le « Modeste Toulemonde » que je suis, qui ne s'embarrasse pas de ces subtilités « jésuitiques », les évidences multiples dont je n'ai fait qu'évoquer certains aspects, me suffisent pour adopter une position d'athéisme de réflexion.

 

-----

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.