Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/07/2010

Ch. 27 b - Le carillon de son rire.

 

  

Ch. 25 c - Le carillon de son rire.

 

{4} Au creux de nos mains, il y a un tout petit oiseau qui nous regarde avec des yeux tendres…. un petit oiseau aux grands yeux d’inquiétude… qui a si peur de perdre le bonheur…

Ce petit oiseau-là, c’est le ciel qui nous l’a donné un si beau jour de fin d’été 1972 ... pour elle, le temps s’était fait tendre et doux …

Nous lui avons donné le nom qui lui convenait : Christine, comme cristal ...  comme le cristal du carillon de son rire quand il étincelle le bonheur….

Les feuilles de l’avenue et des parcs se coloraient déjà de couleurs chaudes…. Du vieil or des marronniers à la pourpre sombre des érables : ils avaient revêtu leur grand apparat d’accueil….

Heureux de bonheur, nous l’avons emportée dans nos bras en lui murmurant de tendres choses qu’elle écoutait timidement ...

Elle est devenue maintenant une jeune femme douce et discrète qui nous ouvre souvent son cœur en nous révélant la grandeur de ses sentiments….

Son rire est une source claire qu’on écoute ruisseler avec sa fraîcheur et sa pureté cristalline. En écrivant ces lignes, je l’entends monter depuis le jardin jusqu’à ma table, accompagnant le parfum des roses ...

 

Le bonheur c’est le rossignol

Qui chante en son cœur

Quand le ciel est heureux

Et que la pluie n’est plus.

 

Que sa pensée est triste

Quand souffrent les petits ânes,

Les  plus minables de ses amis,

Mais que ses mains sont douces

Quand elles soulagent leurs plaies !

 

Son cœur est un petit oiseau

Qui voudrait s’envoler

Mais qui a si peur

De la cruauté du monde.

 

Elle est maintenant le passereau des mers, avide d’horizons, mais qui n’a pas assez de la terre entière pour s’assouvir de la beauté du monde.

Avec son « globe-trotter » de compagnon, joyeux routier qui fait le tour du monde (à vélo), elle se plonge au cœur des continents pour y découvrir la vie des autres et la beauté des sites.

Dans mes « rêves éveillés » je la retrouve souvent entraînant son vieux père dans la magie du Chili, du Pérou et de la Cordillère des Andes, les couleurs de Costa Rica, la folie grandiloquente des « Boys américains », l’angoisse des Grands Canyons, le mystère des pyramides, le bleu des lacs et des glaces scandinaves, l’équivoque irlandaise, les brumes écossaises…..

J’aime sa conversation profonde qui m’entraîne dans les sentiers de ses réflexions et conclusions sur les contradictions du monde et de la pensée….

Que d’instants inoubliables je partage avec elle en communion d’esprit, rehaussé de la profondeur de l’affection du père pour sa fille !

Elle s’étourdit de la musique des langues, écoute chanter les mots ... dans sa bouche, ils prennent des sonorités qui enchantent … c’est la mystique des harpes avec le trouble des violons….

Ce que j’envie ce don merveilleux qu’elle a de s’identifier aux gens au point d’en sentir l’âme et de la comprendre avec une sensibilité à vif en s’efforçant de leur parler avec toute la richesse des nuances.

Les langues, c’est sa passion, le plus clair de ses loisirs se passe à étudier ou perfectionner ses connaissances linguistiques (anglais, espagnol, néerlandais, suédois, allemand, italien, japonais, arabe….et le français, sa langue maternelle)….

 

Elle a ouvert le monde

Pour y tourner des pages

Des pages aux tranches d’or

Qui racontent le bleu des mers.

 

Elle aima les fjords,

Chanta au son des banjos,

S’enivra du parfum des vagues,

Se lova dans la laine des lamas.

 

Ses doigts ont caressé la vague

Ses yeux ont bu l’horizon

Ses mains ont effleuré les stèles

Ses pieds ont foulé les sables.

 

Son cœur cherche le vent

Qui pousserait sa voile

Vers d’autres océans,

Vers d’infinies étoiles.

 

°°°°°°°°°°

 

LA PLUS JOLIE DES PERLES 

C'était une belle histoire !!!

Mais la suite est encore plus belle !!!

 

Elle a maintenant 46 ans. --- Elle s’était résignée à la solitude affective de celle qui ne serait jamais maman. --- Elle dont le cœur rêvait de l’enfant à aimer. --- 

Mais, miracle de l’amour maternel, une perle précieuse s’est mise à grandir dans un cocon d’amour. --- Le temps l’avait longtemps façonnée pour qu’elle soit la plus belle. ---

Sa maman attendait depuis toujours la perle précieuse qui réjouirait ses jours. --- Mais le temps avait compris qu’il était le seul à créer cette merveille. --- Aussi s’y mit il dès que le petit nid douillet de la maternité s’était révélé. --- La petite perle s’étiolait mais ne désespérait pas et très longtemps, très longtemps après, un papa lui a donné la vie. ---

Avide d’amour et de vie, la petite perle n’attendit pas son heure. --- Elle avait tellement hâte des bras de sa maman qu’elle quitta un lit chaud et confortable pour venir fragile à la vie en subissant les souffrances et les contraintes des prématurés. ---

Sa maman ne quitta pas sa petite perle en l’entourant nuit et jour du plus profond et du plus grand des amours maternels. --- Elle était si frêle et si menue dans couveuse plein de tuyau et d’appareils compliqués bruyants. --- Sa maman veillait jour et nuit pour garder une petite flamme si fragile que le moindre souffle pouvait l’éteindre. ---

La destinée n’épargna pas cette maman courageuse en lui faisant payer son bonheur. --- Elle enflamma sa glande tyroïde qu’il fallut enlever et la contraindre à la médication permanente pour la compenser. ---

 

 

 

Ses grands-parents, si vieux, rajeunissent et ont exprimé leur bonheur en quelques vers qu’ils ont envoyés au papa et la maman pour célébrer l’événement. ---

 

Une étoile nouvelle

 

Timide, une étoile

Est née dans le ciel,

Elle était la plus belle.

 Les amis sur la toile

Ravis, chantent leur joie,

Et les yeux en émoi

Pensent à la maman,

Qui chante le soleil.

Le papa lui s’émerveille

D’un tel événement.

 

o-o-o-

 

Un grand-papa et une grand-maman,

Si vieux qu’ils n’ont plus d’âge.

Ils ont été marqués par une vie difficile.

 

Mais ils ont le cœur au printemps,

Ils veulent vivre longtemps

Pour voir grandir la petite étoile

Qui vient de paraître au firmament.

 

Elle va grandir dans un cœur,

Alors qu’il y en a tant,

Qui sont ceux du ventre,

Ratés des contraceptifs.

 

Ils l’aimeront plus encore,

Partageant avec lui les épreuves,

Tout en soutenant ses ambitions.

 

-o-o-o-o-

 

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.