Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/04/2010

Ch. 22 r3 - Diaspora et Israël

 

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Cliquer sur le repère à la fin de « Dossiers » (colonne de droite) pour obtenir l’appel que j’ai lancé antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.


Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Cette « impudeur » des sentiments lui ont été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental et historique qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.


-----

 

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 25 pages, deux fois par semaine.

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte

pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur

qui fera défiler les repères entre petites accolades  { }

situés au début de certains paragraphes

et ainsi trouver rapidement un passage

suivant les repères { } situés en début de chapitre.

(Ceux qui désirent consulter la table complète des matières et des repères

cliqueront sur "Table matières et repères", dans DOSSIERS - à droite, en bas.

 

-----

 

Ch. 22 r3 - Diaspora et Israël

 

La « Diaspora juive », débuta après que les Romains eurent maté les juifs de Palestine qui s'étaient révoltés en détruisant leur temple de Jérusalem et en les dispersant, en 70 après J-C, après avoir détruit leur temple.  Au paravent, une Diaspora avait eu lieu également au VI ème siècle avant J-C, lors de "l'Exil".

 

Les chrétiens ensuite persécutèrent ceux qui ne s'étaient pas convertis pour atteindre, à la dernière guerre, le paroxysme de l'extermination avec l'assassinat de plus de cinq millions de juifs par les nazis d'Hitler.


En réparation, les nations victorieuses aideront « ces maudits de l'histoire » à reprendre possession de la terre de leurs ancêtres, tout en créant, avec les problèmes de déplacements de populations palestiniennes, un chancre de l'histoire contemporaine difficilement guérissable.

 

Pendant des siècles, eut lieu ce que les juifs appelaient « l'aliyah religieuse ». Aliyah est un mot hébreux qui signifie ascension ou élévation spirituelleIl s'agit donc d'un acte d'immigration sainte en terre d'Israël, considérée comme Terre de Dieu (Jahvé).


Cette Aliyah ne fut d'abord qu'individuel ou par petits groupes :  en 1881, il y avait environ 25.000 juifs religieux dans les villes de Jérusalem, Safed, Tibériade et Hébron.

 

A partir de 1881, apparaît une nouvelle immigration de juifs laïcs (sionistes) dont le but sera de créer un état pour le peuple juif en Palestine.  Cette mouvance constituées d'émigrants fut difficilement tolérées par les gouvernements ottomans (jusqu'en 1918), ensuite par les britanniques (jusqu'en 1948), provoquant l'hostilité des populations locales.

 

Pendant la période ottomane, il y a eu deux Aliyah  la première (1881-1890) verra l'entrée d'une vague d'émigrés russes (10.000) et la création de l'Hébreu moderne (langue) par Eliezer Ben-Yehuda et pendant la seconde (1903-1914) 30 à 40.000 émigrants russes dont David Ben Gourion, fonderont  Tel-Aviv (1909) et les premiers Kibboutz (vie rurale et collective) au lac de Tibériade.

 

Pendant la période britannique eut lieu la troisième Aliyah (1919-1923) 35.000 émigrants est-européens ; la quatrième Aliyah (1924-1928) amène 80.000 émigrants polonais chassés par les mesures anti-juives du gouvernement de Varsovie, cependant une crise économique avec chômage important de 1926 à 1929 provoquera le départ de certains émigrants ; la cinquième Aliyah (1929-1939) verra l'afflux migratoire de 180.000 juifs d'Europe centrale orientale à régime antisémites (40.000 d'Allemagne et d'Autriche).

 

Entre 1939 et 1948, se produisit l'Aliyah de la seconde guerre mondiale avec environ 80.000 émigrants, surtout clandestins, principalement entre 1945 et 1948.  Création du  « Mossad Aliyah Beth » branche clandestine parce que interdite par les britanniques.

 

De 1948 à 1952, la population de l'état d'Israël double (700.000 juifs débarquent, survivants du génocide et en provenance des pays arabes, parfois dans le cadre d'opérations de transferts massifs du Yémen ou de l'Irak).

 

De 1956 à 1966, seconde vague de 500.000 personnes avec une majorité de juifs orientaux suite aux conséquences de la guerre israélo-arabe de 1956. 250.000 juifs nord-africains (la moitié de ceux de ces régions) fuient une vague anti-juive dans le Maghreb français après l'indépendance de la Tunisie, du Maroc et de l'Algérie.

 

De 1967 à 1969, petite vague de 50.000 personnes suite à la guerre des six jours en 1967 et de la défaite des armées arabes.


De 1970 à 1979, 400.000 soviétiques et aussi occidentaux, surtout des ultra-orthodoxes (karedim) ainsi que des sionistes religieux.

 

De 1982 à 1985, exode de juifs d'Ethiopie, d'Amérique et de France, dont beaucoup de religieux.

 

De 1990 à 2005, un million de juifs ex-soviétiques et le reste des Éthiopiens ainsi que des occidentaux souvent religieux.

 

En 2005, ces flux migratoires vont amener la population juive en Israël à presque 5.300.000 personnes.

 

Les juifs recensés sur la terre étaient en 1939 au nombre de 17 millions.  En 1945, il n'en restait plus que 11 millions.  Actuellement, ils sont au nombre de 13 à 14 millions dans le monde dont 5 à 6 millions en Israël et autant dans les seuls Etats-Unis.

 

Je ne peux m'empêcher de terminer cette longue démarche  de « justice rendue », sans relever une liste, cependant  succincte, incomplète, avec peut-être quelques cas douteux, des gens célèbres que cette race profonde et intelligente a donné à l'humanité :

 

Musiciens et chanteurs :  Michel Berger, Léonard Bernstein, Patrick Bruel, Charles-Élie Couture,  Bob Dylan ,  Serge Gainsbourg, George Gershwin, Jean-Jacques Goldman,  Benny  Goodman, Félix Gray, Elton  John, Enrico Macias, Gustav Mahler, Félix Mendelssohn-Bartholdy, Yehudi Menuhin, Milton Mezzrow, Elvis Presley (mère juive), Anton Rubinstein, Johann Strauss, Barbara Streisand....

Acteurs : Pierre Arditi, Lauren Bacall, Sarah Bernard, Richard Berry, Michel Boujnah, Patrick Bruel, Charlie Chaplin, Tony Curtis, Kirk Dougles, Peter Falk (Colombo), Gary Grant, Francis Huster, Yves Montand,  Paul Newman...

CinéastesWoody Allen, Milos Forman, Stanley Kubrick, Fritz Lang, Claude Lelouche, Roman Polanski, Steven Spielberg, Oliver Stone,

Écrivains, penseurs, philosophes : Henri Bergson, Gisèle Alimi, Martin Heidegger, Paul Huster, Franz Kafka, Joseph Kessel, Henri Kissinger, Bernard-Henri lévy, Karl Marx, Arthur et Henry Miller, Marcel Proust, Baruch Spinoza, Élie Wiesel, Stephan Zweig...

Scientifiques : Niels Bohr, Albert Einstein, Sigmund Freud, William Herschel, David Lee, Claude Lévi-Strauss, Isaac Newton, Robert Oppenheimer

Beaux-Art :  Marc Chagall, Max Jacob, Modigliani, Camille Pissarro, La mère de Léonard de Vinci aurait été juive....

Politique : Madelein Albright, Léon Blum, Cohn-Bendit, Laurent Fabius, Bernard Kouchner, Pierre Mendes-France, Dominique Strauss-Kahn, Léon Trotsky (Lev Davidovitch Bronstein) Simone Veil, Paul Wolkowitz (conseiller de G.W.Bush)

Divers : André Citroën, Michael Dell (ordinateurs Dell), James Goldsmith (pneus Goodyear), Houdini (magicien), Gary Gasparov (échecs) Baron de Rothschild (financier), Marcel Marceau (mime),

 

J'ai établi cette liste imparfaite, sujette sans doute à être retouchée, en puisant sur le site : « FORUM Alliance : Judaïsme : Juifs célèbres »

 

°°°°°°

 

C'est par ce retour aux sources de nos cultures, Israël et le Judaïsme, que se termina cette merveilleuse aventure intellectuelle, affective et enthousiasmante des rencontres inter-cultures qui nous permit de découvrir en profondeur la sensibilité des gens d'ailleurs que nous n'aurions sans doute jamais perçue autrement.

Mieux que leurs compatriotes restés au pays, ces messagers des autres mondes auront, au delà de leurs yeux brillants de ferveur, ce regard de nostalgie porté au lointain et cet enrouement de la voix qui s'étrangle aux souvenirs parfois estompés de ceux des leurs qu'ils évoquaient et qui paraissaient si loin.

Quel partage intense de l'émotion ressentie dans ces dialogues entre notre couple et le ou les présentateurs : nous, les écoutant avec attendrissement et grand respect, eux,  passionnés, intensément heureux, intarissables dans leur désir de nous convaincre que leur pays était le plus beau... le plus grand... le plus courageux... mais aussi le plus malheureux... !

S'ensuivirent d'autres contacts informels avec nos enfants, nos familles, nos amis et relations, suscitant un climat d'ouverture, d'accueil et de découverte particulièrement bénéfique à la culture de chacun.

Malheureusement, nous ne pourrons pas poursuivre cette passionnante initiative de réunions inter-cultures, à la suite des accidents de santé qui perturberont ma vie et celle des miens en cette période de mon existence.

Nous n'arriverons pas à trouver la relève qui reprendrait le flambeau malgré les efforts conjugués des gens de la paroisse et ceux de notre entourage, en difficulté de dénicher une équipe disponible qui présenta autant de cohésion familiale, de diversité de culture et d'ouverture d'esprit que la nôtre.

°°°°°

 

 

 

 

 

 

 


 

Les commentaires sont fermés.