Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/03/2010

Ch. 22 l - Belgique et Congo (LES AMIS D'AILLEURS)

&qu

 

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d’une vérité sur la motivation d’exister

et la valeur de nos croyances

 

__

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (un ordre permanent de quelques euros en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Voir à ce sujet dans « notes récentes » les appels que j’ai lancés antérieurement. « Il vaut mieux allumer une chandelle dans l’obscurité que maudire l’obscurité » disait Confucius, aussi appelons l’action « chandelle ». L'idéal serait de provoquer un effet "boule de neige" en francophonie en faisant circuler le message parmi les internautes

Afin de bien documenter cet appel, voici un lien important qui permet de mieux sensibiliser tout un chacun sur la nécessité d’une action utile de solidarité envers les malchanceux du monde et plus particulièrement ceux d’Haïti.

http://asautsetagambades.hautetfort.com/media/02/00/17752...

-------

 

Propos d’un octogénaire provenant

d’un milieu foncièrement chrétien,

élevé dans cette foi et en ayant bénéficié

de tous les avantages, mais subi les contraintes,

et qui a consacré les dix années

qui viennent de s’écouler à

s’interroger sur les motivations d’exister

et la valeur des croyances.

 

__

Les 850 pages de l'ouvrage seront publiés par blog

d'environ 25 pages, deux fois par semaine.

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte

pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur

qui fera défiler les repères entre petites accolades  { }

situés au début de certains paragraphes

et ainsi trouver rapidement un passage

suivant les repères { } situés en début de chapitre.

__

 

(Ceux qui désirent consulter la table complète des "repères" cliqueront sur "Table matières, dans notes récentes, sous le calendrier)

 

 

AVERTISSEMENT : Que le lecteur, soucieux de discrétion, ne s’étonne pas d’un déballage de sentiments et faits personnels aussi intimes et détaillés. Ils ont été dictés par le souci d’apporter de l’espoir à ceux qui sont « un genou à terre » parce qu’écrasé par le malheur et même « les épaules au tapis » de la défaite et du désespoir, en leur communiquant l’enthousiasme de vivre et la valeur réconfortante de l’espoir. Il a permis à l’auteur de ces lignes de retrouver le bonheur chaque fois qu’il l’a perdu, malgré les avatars d’une vie particulièrement douloureuse et difficile. Les faits sont scrupuleusement exacts et les nombreux témoins ou acteurs cités qui en ont pris connaissance, peuvent en témoigner s’ils sont encore en vie. D’autre part, cette « impudeur » des sentiments lui ont cependant été imposés par la nécessité de bien développer le contexte environnemental qui lui a permis de tirer les conclusions finales personnelles qu’il ne demande à personne de partager : il s’avoue agnostique par loyauté de pensée avec l’athéisme comme hypothèse de réflexion.

 

------

 

Compte-rendu détaillé des réunions inter-cultures avec l’essentiel de l’histoire des pays mis à jour :

 

22l – La Belgique{13}

 

Terre de mes ancêtres,

Limon de mes aïeux,

Ô, toi qui m’a vu naître

Au jour voulu des cieux

 

J’ai clamé ma foi,

Penché sur tes marbres.

J’ai touché du doigt

Le cœur de tes arbres.

 

J’ai sonné l’olifant

Pour appeler ma mie.

J’ai chanté à l’enfant,

J’ai souri à l’amie.

 

J’ai tant aimé ton sol

Et tes fleurs et tes champs,

Tes grands oiseaux en vol

Et ton soleil couchant.

 

J’ai écouté le vent

Qui chantait dans tes branches,

Sifflait dans tes auvents,

Semait la neige blanche.

 

Terre de mes enfants,

Dans un jour triomphant,

Tu m’auras apporté

Joies et paternité.

 

 

{13} Le 22 février 1985, à la demande de nombreux habitués de nos rencontres, nous nous risquâmes de présenter notre pays, la Belgique, à nos amis étrangers avec le concours des Belges de la salle.


Au programme : « Belle comme Bel(le)gique » avec le concours de la Force Aérienne, commentaires composés et lus par Maurice Carême. (La Belgique vue d’en haut à basse altitude comme on ne l’a jamais vue.) et « Côté jardins » les villes les plus importantes de Belgique avec leurs cours, jardins et parcs.

 

Ce fut l’occasion pour nous de montrer fièrement notre pays en soulignant son caractère fleuri et verdoyant dans un climat habituellement maussade et d’étaler les coloris délicats et la fraîcheur intime de nos petites villes et bourgades qui s’échelonnent tout au long des cours d’eau de Flandre depuis Bruges en passant par Bruxelles, ses parcs et espaces verts, pour finalement franchir les collines de Wallonie jusqu’aux envoûtantes et mystérieuses forêts ardennaises.


Durant les deux millénaires qui nous précèdent, la région aujourd'hui couverte par la Belgique a été le théâtre de nombreux bouleversements démographiques, politiques et culturels.


Les premières traces de civilisation bien développées remontent à l'invasion de la région par l'Empire Romain au Ier siècle av. J.-C. Selon Jules César[ ] (57 avant J-C) «Horum omnium fortissimi sunt Belgæ- De tous les peuples de la Gaule, les belges sont les plus braves ».


La traduction de « fortis » est parfois contestée. Si je consulte mon dictionnaire latin Hatier[ , le premier sens est robuste, vigoureux puis violent, impétueux et, seulement en troisième lieu brave, courageux…accepté par la plupart des traducteurs, probablement en raison des difficultés énormes que César rencontra pour soumettre les tribus belges. Il n’y arriva que péniblement grâce surtout à l’appui de troupes fraîches qu’il réclama de Rome.


En effet, en relisant attentivement les derniers chapitres de la traduction du célèbre ouvrage sur lequel ont séché tant de potaches, j’y ai relevé ce qui suit : derline;">Ambiorix et les Éburons, Boduognat et les Nerviens furent héroïques forçant l’admiration de Jules César.

 


Au VIIIe siècle, ]les Francs établirent le Royaume mérovingien, qui devint l'Empire carolingien.


Au Moyen Âge, les Pays-Bas étaient divisés en une multitude d'États féodaux qui occupaient la région. La plupart furent unifiés aux XIVe et XVe siècles par les bourguignons. Ces États gagnèrent une certaine indépendance au XVe siècle et se nommaient les dix-sept Provinces.


L'histoire de la Belgique se distingue de celle des Pays-Bas à partir du XVIe siècle. Une guerre civile divisa les dix-sept provinces en deux ; dans le Nord, les Provinces Unies et, dans le Sud, les Pays-Bas du Sud. La partie sud fut administrée successivement par les Habsbourg espagnols puis autrichiens. Jusqu'à l'indépendance, les Pays-Bas du Sud furent convoités par de nombreux conquérants français et furent le théâtre de plusieurs batailles franco-espagnoles ou franco-autrichiennes. Après la Révolution française, la région intégra la France, ce qui mit fin aux ambitions des Espagnols et des Autrichiens. La réunification des Pays-Bas eut lieu à la fin du Premier Empire français en 1815.


Composée de l'ancienne partie méridionale des Pays-Bas espagnols, puis autrichiens, et de l'ancienne Principauté de Liège, la Belgique devint indépendante en 1830 lorsque ses habitants, en majorité catholiques, firent sécession des Pays-Bas à majorité protestante.


Elle fut occupée par l'Allemagne pendant les Première et Seconde Guerres mondiales. Depuis, le pays a prospéré et est devenu l'un des pays les plus modernes d'Europe. La Belgique qui a adhéré à l'OTAN, fut l'un des fondateurs de l'Union européenne et à ce titre est compris dans la zone Euro. Son histoire contemporaine est dominée par l’évolutions de plus en plus autonomes de ses deux communautés principales, la Communauté française de Belgique et la Communauté flamande.


Voir ci-après des dates intéressantes ou « amusantes » de l’histoire de la Belgique, tirées (et complétées par nous) de l’excellent travail de « l’Internaute ».

°www.linternaute.com/histoire/histoire-de-la-Belgique.shtml°


1er siècle avt J-C. Conquête de la Gaule par les romains et création de la Franque germanique (flamands) et des francs (wallons) villes : Tournai et Tongres.

 

843 : Traité de Verdun : partage entre Franquie (Flandre – Charles le Chauve) et Lotharingie (Wallonie – Lothaire 1er, plus tard : Saint Empire romain germanique).

 

1240 : Les pères de l’abbaye de Leffe rachètent une brasserie et fabriquent une bière de haute fermentation. (Au Moyen-Age, il y avait des guildes de brasseurs dans les Pays-Bas, notamment à Liège, Bruxelles et Louvain. La bière était une boisson répandue dans les monastères et les villes médiévales avaient leurs corporations. Cette boisson alcoolisée était aussi un moyen de se prémunir des épidémies dues à la pollution des eaux dans les villes.)

 

1302 : Mâtines Brugeoises : révolte contre les Français et massacre de la garnison avec le célèbre mot de passe « Schield en vriend », « bouclier et ami » qu’il fallait prononcer avec l’accent.

 

1384 : La Flandre devient bourguignonne sous le duc Philippe le Hardi qui annexera aussi le comté de Namur, le duché de Brabant-Limbourg, les comtés de Hainaut, la Zeelande, la Hollande, la Frise et plus tard les duchés de Luxembourg et la principauté de Liège.

 

1477 : Marie de Bourgogne, fille de Charles le Téméraire, épouse Maximilien de Habsbourg, qui héritera des Pays-Bas. Par la suite (en 1581) Charles Quint y ajoutera des territoires pour former les Dix-Sept Provinces unies (Franche-Comté, Flandre, Artois, Malines, Anvers, Hainaut, Namur, Brabant, Limbourg, Luxembourg, Hollande, Zélande, Gueldre (avec Zutphen), Utrecht, Over-Yssel, Frise, Groningue (avec Drenthe) et plus tard Cambrai s’y ajouta)

 

1579 : Division des Pays-Bas sous Philippe II d’Espagne, successeur de Charles Quint qui s’oppose à la réforme en regroupant (union d’Arras)) les provinces catholiques du sud sous autorité espagnole qui délimiteront grossièrement la future Belgique, de même qu’un peu plus tard, l’union d’Utrecht regroupera les provinces du nord, futurs Pays-Bas.

 

1702 : Malbrough s’en va t’en guerre, mironton, mirontaine…Chanson populaire française qui rendit célèbre le général anglais John Marlborough qui s’empare de Liège appartenant aux Espagnols (guerre de succession d’Espagne).

 

1713 : Les Pays-Bas espagnols passent à l’Autriche ; (dynastie des Habsbourgs) : traité d’Utrecht. La Belgique comprend les duchés de Brabant, de Limbourg, de Luxembourg, de Gueldre (Pays-Bas) ainsi que les comtés de Hainaut, de Flandre, le marquisat de Namur et, enfin les villes de Tournai et de Malines.

 

1792 Bataille de Jemmapes : 40.000 volontaires révolutionnaires français remportent une éclatante victoire contre l’Autriche à Jemmapes et le général français Dumouriez prend possession du pays au nom de la France.

 

1793 : Bataille de Neerwinden : le 18 mars, le général français Dumouriez se fait battre à Neerwinden et l’Autriche reprend possession du territoire, cependant à la bataille de Fleurus, en 1794, la France récupérera son bien.

 

1815 : Waterloo, morne plaine, comme une onde qui bout dans une urne trop pleine, pleurait Victor Hugo pour évoquer la défaite française. C’est le 18 juin que les troupes britanniques de Wellington et les prussiennes de Blücher écrasent l’armée de Napoléon qui avait réussi à s’échapper de l’île d’Elbe et à reconstituer ses forces armées.

 

1830 : Révolution du 25 août - Au départ du théâtre de la Monnaie à Bruxelles, les Belges se révoltent contre les Pays-Bas et réussissent à faire reconnaître leur indépendance par les grandes nations réunies à Londres

 

1831 : Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha est proclamé roi des Belges, sous le nom de Léopold 1er et prêtera serment le 21 juillet qui deviendra la fête nationale du pays.

 

1867 : Le journaliste américain Henry Norton Stanley retrouve dans le bassin inférieur du fleuve Congo, le Docteur Livingstone, célèbre explorateur, qui avait disparu depuis plusieurs années et qui pensait avoir retrouvé le bassin du Haut Nil.

 

Après avoir continué un périple qui l’amena au Stanley Pool (actuellement le Pool Malebo -lac du fleuve Congo de 35 x 23 km sur lequel sont situées les actuelles villes de Kinshasa et Brazzaville), Stanley effectua un long détour pour atteindre le port de Boma afin d’éviter les régions impénétrables des cascades. Quand il revint en Europe, bien que diminué physiquement, il s’employa à intéresser les puissances coloniales à la colonisation de cette immense contrée.

 

C’est ainsi qu’il s’entendit avec Léopold II qui cherchait depuis longtemps à accroître l’importance de la Belgique en la dotant de colonies. Aux réticences du gouvernement belge qui fut effrayé du gigantisme de l’entreprise pour un petit pays, Léopold II, audacieux, en 1885, l’entreprit à son nom en utilisant le droit de propriété dont il jouissait en tant que citoyen belge.

 

Il en tirera d’importants profits en bénéficiant de l’exploitation du caoutchouc pour les pneus des automobiles en pleine expansion. La récolte sur des arbres sauvages dans les forêts se faisait par des indigènes sous la contrainte d’aventuriers armés qui les exploitaient et les brutalisaient.

 

Le Congo est un territoire couvrant principalement la plus grande partie du bassin du fleuve Congo, le second du monde par son débit après le fleuve Brésilien de l’Amazone.

 

Il semblerait que les Bantous venant d’Afrique occidentale auraient été les premiers à s’installer sur les côtes et les plateaux. L’empire Kongo existerait depuis le quatrième siècle en s’étendant sur les deux Congo actuels et une partie de l’Angola. On reconnaît à ces primitifs un savoir-faire évolué : transmission de messages par tam-tam, vaccin à partir de plantes, tracé de voies de communication par sentiers, matière textile à partir de feuilles de bambou….

 

Au seizième au siècle, une autre ethnie, les Balubas, venant du Katanga ont créé un grand État entre la rivière Kasai et le lac Tanganika. Ils étaient dirigés par des rois qui régnaient sur des chefferies de villages.

 

L’empire Lunda quant à lui s’étendait sur l’extrême sud du Katanga, ses habitants adoraient un dieu unique et l’eau était le symbole de la vie. Toute cette population fut malheureusement réduite par la traite des noirs vendus comme esclaves tant aux colons portugais du Brésil qu’aux arabes du Yemen, d’Oman et d’Arabie Saoudite.

 

En dehors de ces groupes ethniques, il faut également citer les « Kuba » du Rwanda, petit groupe dont il reste actuellement une centaine de milliers d’individus et les « Garangeza » créés par un certain M`Siri.

 

Il faut signaler également que les négociants arabo-swahili dévastaient l’est du Congo (les actuels Kivu et province orientale) et que le commerçant esclavagiste Tippu Tip, s’était taillé un fief dans l’est en 1885..

 

La cuvette centrale du Congo, couverte par la forêt équatoriale et peu peuplée, restera longtemps le domaine des peuples chasseurs, et notamment des Pygmées Twa.

 

1875 : Verlaine qui s’était réfugié en Belgique avec son amant Arthur Rimbaud, sort de prison où il a purgé une peine de deux ans pour avoir tiré sur son partenaire de débauche et va le retrouver à Stuttgart où ce dernier travaille comme précepteur.

 

1878 : Dans la mine de Bernissart, des mineurs découvrent 29 squelettes d’iguanodons d’environ une dizaine de mètres de long en parfait état, à 322 mètres de profondeur.

 

1880 : Depuis 1880, l’exploitation du territoire congolais est réalisée en se servant du réseau hydrographique du fleuve Congo. Entre Matadi et Kinshasa, le fleuve n’était pas navigable à cause des nombreuses chutes qui se succèdent sur 300 kilomètres et qu’il fallait contourner par un portage meurtrier et peu efficient, en utilisant la main-d’œuvre locale. Aussi, Stanley insista-t-il fortement pour que fut construite une voie ferrée qui éviterait les chutes et les gorges du fleuve. La ligne fut construite de 1890 à 1898 et des aménagements furent entrepris de 1923 à 1931 (Cette ligne coûtera la vie à près de 9000 êtres humains.

 

1880 Louis Pasteur découvre l’existence de cellules de levure spécifiques à la bonne transformation des sucres en alcool, ainsi qu’en chauffant le « brassin » à 70° (pasteurisation) pour tuer tous les micro-organismes nocifs, ce qui donnera un essor nouveau à l’industrie de la bière.

 

1908 : Le roi des Belges, Léopold II qui possédait le Congo en propriété personnelle depuis 1885 en tant qu’État indépendant, en fait don à la Belgique. L’enrichissement de Léopold II (par son exploitation du Congo) lui permettra de construire à ses frais les serres royales, le musée de Tervueren, ainsi que d’autres ouvrages…

 

28/6/1914 : Assassinat de L’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie et de sa femme en visite à Sarajévo, en Bosnie-Herzégovine, par le nationaliste serbe de 19 ans, Gavrilo Princip. Cette action mettra le feu à l’Europe, alors divisée entre la Triple-Alliance (Autriche-Hongie, Allemagne et Italie) et la Triple Entente (Russie, France et Grande-Bretagne) et fut une des causes de la première guerre mondiale.

 

28/7/1914 : L’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie et le conflit se généralise entre les deux alliances, déclenchant la première guerre mondiale qui dura quatre ans et fit huit millions de morts.

 

Août 1914 : Le 1er août, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie, le 3 août à la France et le 4 août, malgré la neutralité de la Belgique, franchit les frontières belges dans le cadre du plan Schlieffen élaboré suite à l’alliance entre la France et la Russie.

 

L’armée des envahisseurs espère ainsi contourner les zones françaises et éviter un combat frontal. L’armée belge, dirigée par le roi Albert qui prit d’importantes initiatives stratégiques (évacuer le port d’Anvers pour éviter l’encerclement et inonder la côte belge) résista héroïquement mais n’empêcha pas une occupation d’une grande partie du territoire.

 

En effet, suite à la suggestion d’un éclusier, les écluses de lYser furent fermées ce qui provoqua l’inondation de toute la région et stoppa l’avance allemande. Les deux camps se cantonnèrent alors dans des tranchées (guerre des tranchées) avec combats sporadiques infructueux dont ceux célèbres du « boyau de la mort » (seule tranchée qui rejoignait celle de l’ennemi mettant les adversaires face à face).

 

La Belgique, sous le règne de ce « Roi Soldat » connut d’importantes réalisations, malgré la crise économique de 1929 : instauration du suffrage universel en 1918, reconstruction rapide du pays après la guerre, creusement du canal Albert, reliant Liège au port d’Anvers qui est agrandi (1930), vote de la loi des huit heures et de la semaine des quarante heures en 1921, création, en 1928, du fonds national de la recherche scientifique (FNRS), flamandisation de l’université de Gand en 1930 et unilinguisme des deux parties du pays en 1932.

 

1915 : L’infirmière anglaise Edith Cavel est exécutée en Belgique par les Allemands ; elle travaillait dans une grande clinique bruxelloise.

 

22/4/1915 : première utilisation des gaz asphyxiants à Ypres (Belgique) qui tuèrent entre 1915 et 1916 près de 100.000 soldats, malgré les masques respiratoires qu’ils portaient. Cette pratique est contraire à la déclaration de la Haye de 1899. Depuis, le protocole de Genève de 1925 et la résolution des Nations Unies de 1969 en proscriront l’emploi.

 

1917 : Le pilote français Guynemer ( « l’as des as » : 53 victoires, fut descendu sept fois) est abattu près d’Ypres, en Belgique. Son corps ne sera jamais retrouvé.

 

6/4/1917 :Les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne et débarq uent à Boulogne le 15 juin.

 

28/6/1919 : Traité de Versailles impose à l’Allemagne de restituer l’Alsace et la Lorraine à la France, à la Belgique Eupen, Malmédy et Moresnet, à la Pologne la Posnamie et une partie de la Prusse-Occidentale et lui donner un accès à la mer, de perdre ses colonies au profit des alliés, de se démilitariser, de payer des dommages de guerre et d’internationaliser la plupart de ses voies d’eau …

 

1920 : Anvers est désigné pour accueillir les jeux olympiques en hommage aux souffrances endurées par sa population pendant la guerre. Création du drapeau aux cinq anneaux et premier serment olympique, engageant l’esprit sportif de la part des participants.

 

1926 : Mariage du prince Léopold avec Astrid (troisième fille de la princesse Ingebord et du prince Carl, frère cadet du roi Gustave V de Suède.) De cette union naîtront : le 11/10/1927, Joséphine-Charlotte, le 7 septembre 1030, Baudouin et le 6 juin 1934, Albert.

 

1929/1930 : En 1929, première aventure de Tintin créée et dessinée par Georges Rémy (Hergé) dans le supplément du « Vingtième siècle » appelé le « Petit Vingtième » qui fut suivie par « Tintin au pays des soviets » et en 1930, de « Quick et Flupke ».

 

17/2/1934 : Mort accidentelle du roi Albert en faisant de l’alpinisme à Marche-les-Dames, son fils, Léopold III, lui succède.

 

29/8/1935 : La reine Astrid meurt dans un accident de voiture à Küssnacht en Suisse, elle allait avoir trente ans. Ce fut une grande perte pour le pays. Elle venait de déclencher, au début de 1935, dans son « Appel de la Reine » un immense élan de solidarité en faveur des plus démunis frappés par la crise économique qui frappait le monde entier, tout en s’investissant elle-même.

 

24/11/1936 : Pacte anti-kominterm (contre la Troisième internationale communiste) entre le Japon qui se heurte aux conquêtes de l’armée soviétique et l’Allemagne nazie anticommuniste. Ils seront rejoints un an plus tard par l’Italie fasciste de Mussolini pour constituer les forces de « l’axe ».

 

1938 : Naissance du journal de Spirou (écureuil en wallon), histoire d’un groom d’hôtel, facétieux et débrouillard, publiée en première page du journal (éditeur Jean Dupuis).

 

1/9/1939 : La Wehrmarcht (armée allemande) envahit la Pologne pour se créer de « l’espace vital », après avoir signé un pacte de non-agression de dix ans (qui fut rompu par Hitler le 22/6/1941) avec l’URSS qui en profitera pour attaquer la Finlande, annexer les pays baltes et envahir la Roumanie. Deux jours après l’invasion de la Pologne, l’Angleterre et la France déclarent la guerre à l’Allemagne. C’est la seconde guerre mondiale qui fit plus de 50 millions de morts et ne s’achèvera qu’en 1945.

 

10/5/1940 : Hitler envahit la Belgique, la France et la Hollande. En quelques jours, 8 à 10 millions de Belges et de Français se retrouvent sur les routes, mitraillés par les avions « stukas » des Allemands. Le gouvernement belge capitule le 15 et les Néerlandais le 27. Les Allemands entrent dans Paris le 14 juin et le maréchal Pétain signe l’armistice le 22 juin.

 

28/5/1940 : Le roi des Belges, Léopold III capitule sans armistice et est retenu prisonnier au château de Laeken, tandis que le gouvernement Pierlot s’exile à Londres. En 1944, le souverain sera emmené en Autriche pour ne revenir en Belgique avec sa famille qu’en 1950, à la suite d’un conflit qui s’est créé dans la population entre ses partisans et ses adversaires.

 

La majorité catholique du pays (surtout flamande) se prononcera pour son retour à 57,68 % des voix, lors d’un plébiscite organisé le 12 mars 1950. Cependant une fracture apparaît entre les Flamands favorables à son retour (72,2 %) et les Wallons qui y seront opposés (58 %) ainsi que Bruxelles (52 %) ; Les provinces du Luxembourg et de Namur sont favorables à respectivement 65 % et 58 %, tandis que le Hainaut s’y oppose à 64 % et Liège à 58 %. Le prince Charles, frère du roi, avait assuré la régence du pays pendant l’absence de celui-ci.

 

Juin 1950 : Aux élections de juin 1950, le Parti Social-Chrétien qui seul a soutenu le roi, obtient la majorité absolue (plus de 50 %) surtout à cause des femmes qui votent pour la première fois, à cette époque traditionnellement chrétiennes (surtout celles qui sont au foyer).

 

Le roi rentre le 22 juillet ; mais la reprise de son règne sera de courte durée en raison de l’agitation populaire fomentée par la gauche socialiste et communiste, principalement agissante dans la partie wallonne de la Belgique. Des émeutes s’ensuivront jusqu’aux incidents de Grâce-Berleur (cité industrielle du bassin liégeois) du 30 juillet, causant la mort de quatre ouvriers émeutiers abattus par la gendarmerie. Socialistes et communistes veulent marcher sur Bruxelles.

 

A la suite de ces graves incidents, le roi Léopold transmettra ses pouvoirs à son fils Baudouin qui sera Lieutenant général du Royaume le 11 août 1950 en attendant sa majorité. Il deviendra le cinquième roi des belges le 17 juillet 1951.

 

17/4 au 19/10/1958 : Expo 1958 - Thème : pour un monde plus humain. Première exposition depuis la fin de la dernière guerre mondiale. (Voir pages (18)15 à (18)23.

 

1951/1958 : Conflit scolaire : Le Parti Social Chrétien avait profité de sa victoire, lui donnant la majorité absolue à l’affaire royale, pour subsidier largement l’enseignement libre (catholique). Aussi quand aux élections suivantes le gouvernement socialiste-libéral d’Achille Van Acker (1954-1958) vint au pouvoir, celui-ci s’empressa de supprimer ces avantages, mais l’opinion publique ne l’entendit pas de cette oreille, déclenchant la « guerre scolaire » ce qui permit au Parti Social Chrétien de gagner les élections de 1958. De guerre lasse, les présidents des trois grands partis signeront le « Pacte scolaire » le 29 mai 1959..

 

30/6/1960 : Indépendance du Congo qui fut accordée très rapidement sous la pression étrangère et l’agitation qui avait gagné ce pays. Le roi des Belges, Baudouin 1er, le président congolais Joseph Kasavubu et son premier ministre Patrice Lumumba, célèbrent l’indépendance du Congo à Léopoldville (Kinshasa). La nouvelle nation prendra le nom de République démocratique du Congo.

 

1960-1965 : La crise congolaise : ce fut une période de trouble qui débuta avec l’opposition à la tutelle belge et l’indépendance du Congo et qui se termina avec la prise du pouvoir par Joseph Mobutu. Cette période trouble fut marquée par des événements douloureux, souvent dangereux pour la paix internationale : mutinerie de la force publique contre ses officiers blancs, le 5 juillet 1960, pillages et viols s’ensuivirent provoquant la panique chez les 10.000 Européens qui seront rapatriés en catastrophe.

 

Moïse Tshombe, le dirigeant de la riche province du Katanga (mines d’or, d’uranium et de cuivre) fait sécession, le 11 juillet 1960, soutenu par les compagnies industrielles qui craignent que Patrice Lumumba passé au communisme ne nationalise les mines, c’est aussi la raison pour laquelle le président Joseph Kasavubu, mettra son premier ministre en résidence surveillée.

 

Lumumba s’échappera mais sera rattrapé par les soldats du colonel Joseph Mobutu qui a pris le commandement de l’armée ; celui-ci le livrera à Tshombé qui, suivant certaines sources historiques actuelles l’aurait fait assassiner avec la complicité d’officiers belges couverts par les autorités internationales anticommunistes, quant à la version officielle, elle accréditera son assassinat par des villageois lors d’une évasion. Afin de contrer l’action de sécession de Tshombé, on offrit à celui-ci la présidence du pays jusqu’à la prise du pouvoir par Mobutu en octobre 1965.

 

1965-1997 : Fin 1965, Mobutu devient chef de l’État avec l’accord des occidentaux qui voyait en lui un rempart contre le communisme et l’influence russe en Afrique. Pendant 30 ans, Mobutu fut à la tête de l’un des régimes africains les plus durs, les plus corrompus et les plus dictatoriaux. Malgré les richesses en ressources naturelles, la population du pays, en dehors des privilégiés du régime, continua à vivre dans la pauvreté.

 

Mobutu quant à lui amassa une fortune personnelle qui pourrait être estimée à 5 milliards de dollars et réussit à éliminer tous ses opposants, dont Tshombé, réfugié à l’étranger.

 

Ce fut finalement un adversaire de la première heure, Laurent-Désiré Kabila, qui l’avait déjà combattu en 1965, qui le fera tomber en reconquérant progressivement (1996-1997) tout le pays aidé d’abord de la milice Tutsi, réfugiée de l’autre côté de la frontière rwandaise et par toutes les milices rivales qui sévissaient un peu partout .

 

Kabila, en 1965, avait été rejoint dans son action par le fameux révolutionnaire cubain Guevara (dit Le Ché), compagnon de Fidel Castro et son ministre de l’Industrie de 1961 à 1965. Il quitta Kabila, en 1967, pour s’engager dans le maquis boliviens où il se fit abattre par l’armée régulière.

 

10 juin 1979 : Première élection du parlement européen - Les citoyens de neuf États membres de la Communauté européenne (Le Benelux, la France, l’Italie, La République Fédérale Allemande, le Danemark, le Royaume-Uni et l’Irlande) élisent pour la première fois les députés du Parlement Européen au suffrage universel direct. La plus forte participation est celle de la Belgique avec 88% et la plus faible, celle de la Grande Bretagne avec 31%. En France, elle s’élève à 60%. Viendront s’y ajouter en 1981, la Grèce, en 1986, l’Espagne et le Portugal , en 1995, la Finlande, la Suède et l’Autriche en 2004, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la république Tchèque, la Slovaquie, la Hongrie, la Slovénie, Chypre et Malte et en 2007, la Roumanie et la Bulgarie (Total 27). Demandeurs : Turquie, Croatie et Macédoine.

 

Le Parlement, dont le siège est à Strasbourg a un rôle consultatif. Mais il est compétent pour légiférer aux côtés du Conseil des ministres et exerce un contrôle sur la Commission de Bruxelles.

 

29/5/1985 : Lors de la finale de la coupe d’Europe des clubs champions, retransmise en direct dans toute l’Europe, les tribunes du stade du Heysel (Bruxelles) se transforment en champs de bataille mortels. Les affrontements entre les supporters de Liverpool et ceux de la Juventus de Turin feront 39 morts.

 

29/3/1990 : La chambre des députés approuve la loi sur la dépénalisation de l’avortement à 126 voix contre 69 et 12 abstentions. Le roi des Belges, Baudouin, déclare que sa conscience ne lui permet pas de signer. Il abdique pendant 36 heures en accord avec l’article 82 de la Constitution qui invoque « l’impossibilité de régner ».

 

1998-2002 : Période noire du Congo qui se traduisit par le génocide congolais, estimé à 4.500.000 de morts par famine et maladies ainsi que des millions de déplacés de leurs terres. A l’heure actuelle, des conflits continuent dans l’est du pays (Sud-Kivu et Nord –Katanga)

 

20/10/1996 : Marche blanche en Belgique pour protester contre les dysfonctionnements judiciaires et policiers liés à l’affaire Dutroux qui rassemblera 300.000 personnes. Marc Dutroux , accusé de viols et meurtres sur des enfants et adolescentes sera condamné en 2004 à perpétuité et le pays connaîtra d’importantes réformes judiciaires suite à la mise en place d’une commission parlementaire d’enquête.

 

juin 1999 : De la dioxine est découverte dans les graisses animales destinées à l’alimentation de bêtes d’élevage. Ces produits seront retirés du marché dans toute l’Europe affectant fortement l’économie de la Belgique et provoquant la démission des ministres de la santé et de l’agriculture.

 

23/9/2002 : Sous le gouvernement Guy Verhofstadt qui allia en 1999 six partis (libéraux, socialistes et écologistes des deux régions du pays) une loi est adoptée autorisant l’euthanasie suivant des conditions très strictes de sujétion à des souffrances psychiques et physiques insupportables et de la constatation médicale de situation sans issue.

 

30/1/2003 : Le gouvernement belge adopte la loi autorisant les couples de même sexe à s’unir par les liens du mariage, sans possibilité d’adopter et interdiction de filiation . (un projet modifiant ces interdictions voit le jour en 2005).


----------

 

Cette soirée reçut un franc succès, les Belges furent enchantés de parler et de souligner la beauté de leur pays. Les étrangers venus en nombre posèrent de nombreuses questions ce qui créa dans la salle une grande animation. Les interrogations fusaient de toute part et les Belges y répondaient avec entrain, chacun y allant de ses connaissances culturelles, traditionnelles, familiales ou régionales. On parla de Bruxelles, des avatars de la grand Place incendiée et reconstruite, de Manekenpis et de ses origines, de T’Serclaes et de la tradition de caresser son genou, de Waterloo et des bottresses de Liège qui collaborèrent à élever la butte du Lion, des marionnettes Tchantchès à Liége et de Toone à Bruxelles, du folklore… des Gilles de Binche, du Doudou de Mons, de la procession du Saint-Sang, de l’Ommegang et de tant d’autres manifestations qui font la célébrité de nos régions dans le monde.

 

Nous terminerons la soirée autour d’un thé à la belge, en dégustant des spécialités que plusieurs de nos amis s’étaient ingéniés à préparer. Nous continuerons très tard à prolonger un état de grâce, de convivialité et d’intérêt culturel qui s’installera entre nous et nos amis « d’ailleurs » .

 

°°°°°

Les commentaires sont fermés.