Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/02/2010

TABLE DÉTAILLÉE DES MATIÈRES AVEC REPÈRES

 

Récit détaillé d’un long cheminement de recherche

d'une vérité sur la motivation d'exister

et la valeur de nos croyances

 

 

Je tiens aussi à prolonger une « action de solidarité » envers les malchanceux de la terre en profitant de toutes les occasions qui se présentent pour entretenir l’appel de s’(impôt)ser une contribution régulière mensuelle (légère en période de crise) en faveur des ONG (Offices Non Gouvernementaux) qui sont indispensables et ne peuvent rien faire sans nous (Contacter votre organisme financier). Voir à ce sujet dans « notes récentes » les appels que j’ai lancés antérieurement.


------

Ceux qui voudraient « naviguer » dans les pages du texte pour en avoir un « aperçu » peuvent utiliser le curseur qui fera défiler les repères entre petites accolades  { } situés au début de certains paragraphes et ainsi trouver rapidement un passage repris dans la table détaillée des matières ci-après :

 

Chapitre 1 : Introduction (16 pages) - Voir commentaires après l’introduction : {1.1} Hémianopsie {1.2} Écrits poétiques, versification, règles {1.3} Clergé catholique idéaliste {1.4} PetroFina et Total (en notes Hector Carlier et Léon Wolters) {1.5} La bande dessinées (historique) {1.6} Rift Valley (berceau de l’humanité) {1.7} George (sans s) et Christian

 

Chapitre 2 : Le jardin des tombes (12 pages) - {2.1} Enfance en face d’un cimetière plein de soleil et d’insectes - {2.2} La maman des fleurs - {2.3} Les insectes et ma première souffrance - {2.4} L’imaginaire et les rêves d’un enfant qui cherche l’amitié des insectes, des guêpes et des araignées.

 

Chapitre 3 : La rue non dénommée (16 pages) - {3.1 et 3.3} De cinq à dix ans, l’école primaire à l’époque de l’ostracisme philosophique et social qui opposait l’enseignement « confessionnel » et l’officiel - {3.2} Les Six Cents Franchimontois - {3.4} Découverte de la cruauté indifférente des adultes - {3.5} Mon cousin Jim, compagnon des fredaines - {3.6} Les aventures épiques dans un tas de sable - {3.7} Je deviens l’enfant souffrant du foie mis à un régime sévère.

 

Chapitre 4 : Les neveux du curé (27 pages) - {4.1} La guerre « 40 » dites des « dix jours » qu’elle dura pour la Belgique et la Hollande et un peu plus pour la France - Occupation, peur, bombardements, résistance, rationnement, la faim et le froid pendant quatre ans - {4.2} L’oncle Olivier, l’austère curé du village de Vonêche entre en scène pour recueillir ses neveux, pendant les vacances et les « doper » d’une nourriture plus riche qu’il s’efforçait de trouver chez les fermiers - Espiègleries « démoniaques » de ses neveux peu reconnaissants. - {4.3} Histoire de ce curé qui fut brancardier en 1914 et perdit son frère tué les derniers jours de la guerre - {4.4} Curé de Vonêche, il connut deux des voyants des apparitions de la Vierge à Beauraing - Il m’a laissé une relation écrite des faits que j’analyse dans ce chapitre et dans le chapitre 25 « Richesse et pouvoir du milieu »

 

Chapitre 5 : Gentinnes, les grenouilles et l’étang (25 pages) - {5.1} Une aventure ridicule avec une voisine me pousse, par timidité, à prétendre que je me destine au sacerdoce - Rapportée par mon frère, cette annonce me place à l’avant-scène de mon milieu très chrétien (il y a un frère prêtre de chaque côté) et me voila embarqué au petit séminaire de l’autre oncle, religieux de la congrégation des Spiritains, qui en était le supérieur - {5.2} Les premiers jours en internat furent difficile pour un petit garçon, très pudibond , ne connaissant rien de la vie et du sexe qui pour lui n’était que la source des fautes graves du sixième et neuvième commandement. - {5.3} Horaire difficile dans un établissement qui préparait à leur avenir de futurs missionnaires d’Afrique - {5.4} Évocation du drame de Kongolo où furent assassinés, le 1 janvier 1962, la plupart de mes anciens condisciples qui s’y sont retrouvés - {5.5} Histoire d’un enfant, d’une grenouille et de l’eau - {5.6} Le petit juif qui se cache parmi nous - {5.7} Les « résistants » et les « clandestins ».

 

Chapitre 6 : La libération (12 pages) - {6.1} Fin 1944, suite au débarquement des alliés, nous sommes renvoyés chez nous, jusqu’à la libération, en juin - Bruxelles est laissé aux débordements des lâches (les autres sont encore au combat) qui cherchent à se dédouaner en traquant les soi-disant « collaborateurs » (qui eux se sont enfuis) avec des armes « de grenier » - Mes voisines feront partie de leurs victimes - {6.2} Rapprochement de situation avec mes condisciples de Kongolo laissé aussi aux débordements des lâches - {6.3} Le scoutisme intégral {6.4} Épopée valeureuse du seul survivant de Kongolo, mon ancien chef scout, à travers la brousse et qui retournera, seul missionnaire chez les bourreaux de ses camarades. {6.5} La vie au collège (anecdotes)

 

Chapitre 7 : Montagne, neige et soleil (20 pages) - {7.1} Les privations de la guerre et la vie ascétique des jeunes du « petit séminaire » ont raison de la santé d’une quinzaine qui sont atteint de tuberculose, transmis par l’infirmier qui en était lui-même atteint - {7.2} Après une pneumonie où je frise la mort, j’en suis également frappé - {7.3} La tuberculose - Sanatorium en Belgique, ensuite dans celui de Montana en Suisse - {7.5} Pneumothorax et section de brides avec les moyens primitifs de l’époque - {7.6} Tremblement de terre - {7.4} Pendant ce temps, mon frère Pierre est atteint de rhumatisme articulaire aigu qui le fera mourir à trente-cinq ans - {7.7} Au sanatorium belge, j’ai comme voisin de chambre un fils de « café » qui s’empresse d’initier « le candide » que j’étais aux réalités sexuelles que j’ignorais en ne m’épargnant aucuns vices - Un « jociste » mouvement de la jeunesse ouvrière chrétienne, « Dolph » se chargea d’idéaliser « la chose » - {7.8} Il viendra me retrouver en Suisse, pour y mourir, à côté de moi, dans des conditions atroces - Les plus atteints du petit séminaire viennent nous rejoindre dont le frère-infirmier, victime de ce mal, ils en mourront tous - {7.10} Après le désespoir dans l’immensité monotone et glacée des hautes montagnes en hiver, je découvre la renaissance du printemps, des fleurs et des insectes - {7.11} Le roi Léopold de Belgique, toujours « prisonnier » en Suisse, vient nous voir de même que Monseigneur Cardijn, fondateur de la Joc {7.9}.

 

Chapitre 8 : Le chant des cimes (13 pages) - {8.1} Je découvre la poésie qui m’apporte réconfort et raison de vivre - {8.2} Je me pénètre de la beauté scripturale des mots, tout en les écoutant -

 

Chapitre 9 : Georges (sans s) et le petit frère (16 pages) - {9.1et 9.3} Mes deux vrais amis - Plus malade que moi, ils me communiquent leur idéal et leur joie de vivre - Je leur resterai attaché jusqu’à leur dernier jour (ils atteindront tous les deux quatre-vingt cinq ans) - {9.2} Nos rêves de maison pour jeunes handicapés et nos réalisations de troupes scoutes dans une maison d’infirmes voisines dès que nous fûmes suffisamment valides - {3} Le « petit frère » un autre ami fidèle, convers spiritain, secrétaire de leur maison de Fribourg en Suisse, qui faisait partie de notre groupe avec lequel j’ai correspondu régulièrement pendant soixante ans - {9.4} George crée avec nous une troupe itinérante qui produit scénettes et jeux théâtraux que je prolonge dans l’imaginaire.

 

Chapitre 10 : Rome et Florence (29 pages) - {10.1} George m’entraîne dans .l’aventure « impossible » de deux convalescents, même pas guéris, qui entreprennent un voyage d’un mois avec un billet de mille francs belges de l’époque, alors que l’Italie sort exsangue de l’aventure mussolinienne catastrophique - {10.2} La cathédrale de Milan sous l’envahissement colombin - {10.3} Florence et ses merveilles - {10.4 et 10.8} Michel-Ange, {10.5} Savonarole, {10.6 et 10.9} Botticelli -– {10.10} Léonard de Vinci et saut dans le temps à Clos Lucé, lors d’un voyage en France - {7} Rome et le Vatican - {10.11} George nous a obtenu des places « privilégiées » comme représentant du scoutisme à la Canonisation de Nicolas de Flue, premier saint suisse - {10.12} Les catacombes (« exploration de couloirs inexplorés avec la complicité d’un « historien »)

 

Chapitre 11 : Tel un paria (8 pages) - {11.1} Trop dure retour à la réalité de la situation du convalescent en sursis de rechute, dans un monde de bien-portants qui craignent la contagion - le refuge de la « chaise-longue » devenue bureau-chaise - {11.2} Le devoir de reconnaissance me lie à l’Église - {11.3} L’émancipation des lectures en provenance de la bibliothèque communale - {11.4} Je rêve d’un « paradis sur terre » où tout est planifié sans les aléas de l’existence -

 

Chapitre 12 : La mansarde (18 pages) {12.1} Mon coin de « paradis » dans une mansarde que nous avons louée à des voisins - Le monde des toits de ville que je contemple en sortant le cou de la « tabatière » - {12.2} Monseigneur Boone, le doyen de Bruxelles me dédouane de mon devoir de reconnaissance envers l’Église - {12.3} Le père de Jim me conseille de suivre des cours de comptabilité et de secrétariat ce qui m’amène à fréquenter l’institut Meysmans qui forme des sténodactylos, profession surtout féminine - Je tombe amoureux d’une blonde voisine et lui écrivis une lettre et un poème enflammés - {12.4} Un oncle, officier psychotechnicien me prend pour « cobaye » de ses tests, ce qui me sera bien utile plus tard - Autres comparses familiaux : {12.5} mon petit frère qui entrera dans la même société que moi, {12.6} une cousine germaine qui partageait mon goût pour le théâtre et{12.7} un oncle sculpteur chez lequel je passais des vacances.

 

Chapitre 13 : Surréalisme et merveilleux (14 pages) - {13.1} Avec le cousin Jim, nous compulsons et découpons les articles des journaux qu’un locataire journaliste abandonnait dans la cave - C’est ainsi que j’ai découvert {13.2} Dali, puis {13.3} Magritte, Delvaux et les surréalistes - {13.4} Rencontre avec Magritte dans son « local-exposition » au-dessus d’une librairie au Mont-des-Arts - {13.5} Définition du « merveilleux » par André Breton - {13.6} Les impressionnistes, le pointillisme, {13.7} le dadaïsme, {8} le fauvisme, {13.9} le cubisme et {13.10} les autres manifestations du renouveau dans l’art - {13.11} Mon surréalisme dans la poésie -

 

Chapitre 14 : Tout est à recommencer (11 pages) - {14.1} J’ai trouvé, malgré moi, une place d’aide-comptable dans une petite affaire française de conditionnement en tubes et bobines de la soie fabriquée par la maison-mère de Lyon ainsi que d’articles de pèche - {14.2} Pas de chance pour eux, mon deuxième poumon est atteint par le mal insidieux qui sommeille toujours en moi - Mon médecin spécialiste me propose de servir de cobaye pour un nouvel antibiotique, la Streptomycine, tout en me plaçant un nouveau « pneumo » de sécurité - Je dois donc subir cette intervention deux fois par semaine, ce qui me coupe le souffle comme un petit vieux, j’ai pourtant vingt ans - {14.3} Je me réfugie, une fois de plus, dans le rêve et la poésie avec la belle mais triste histoire de « Chlorophylle ».

 

Chapitre 15 : Petrofina (20 pages) - {15.1} J’ai vingt-trois ans et je serre précieusement le diplôme que je viens d’obtenir de la Chambre Belge des Comptables, mais je suis toujours refoulé, tout en ayant été sélectionné, à cause de mon état de santé révélé par le pneumothorax qui apparait aussi bien à la radio qu’à l’auscultation - Cependant, une chance incroyable chez un vieux médecin me font réussir cette épreuve insurmontable pour moi, ce qui me permet d’entrer à Petrofina, à l’époque de sa renaissance - {15.2} J’ai la charge importante des écritures diverses, celles qui demandent le plus de connaissances et je parvins à m’en sortir - Pourtant à l’époque, nous étions mal outillés, l’informatique n’existait pas et les machines à calcul étaient rudimentaires - C’est avec ces outils archaïques que nous avons dû réaliser des opérations aussi importantes que l’acquisition des filiales américaines et canadiennes par émission d’actions dans une souscription ouverte au public du monde entier – {15.3} Les primaires outils de calcul de l’époque -{15.4} Transposition dans l’imaginaire des leçons de Diaphane-prof qui me fait entrer dans l’univers de l’ordre « mathématique » et constater la fragilité de notre « connaissance ».

 

Chapitre 16 : Labofina (14 pages) - {16.1} Après quatre ans, je suis transféré avec mon chef à Labofina, centre de recherches du groupe - Description de ce supérieur pittoresque, qui dû rendre d’énormes services au groupe quand il était l’employé de Maurice Clément, le chef du personnel et directeur administratif - {16.2} Après quelques années, il sera victime d’une thrombose cérébrale et contraint d’arrêter, ce qui me permit de lui succéder - {16.3}Hommage à un collaborateur fidèle, humble et discret qui me soutint pendant toute ma vie professionnelle - {16.4} Explication de la technique comptable des « écritures en partie double » et étonnante intervention du subconscient dans la découverte d’une falsification habile opérée par un collaborateur –

 

Chapitre 17 : Mélodies édéniques (23 pages) : {17.1} Découverte de la « compagne de ma vie » et du véritable amour, avec en préalable, l’histoire du « papillon » qui saute de cœur en cœur - {17.2} La plus belle histoire d’amour « la nôtre » et ses chants {17.3} Climat économique difficile qui précède les « Golden Sixties » - {17.4} Le « sacre » de notre union devant l’Église et la famille le 26 décembre 1956.

 

Chapitre 18 : A la lisière de la forêt (30 pages) - {18.1} Notre « paradis sur terre » au bord de la forêt de Soignes - Les chants du bonheur d’un couple, mais aussi les nuages noirs d’une vie professionnelle assombrie par les sautes d’humeur et la propension à la persécution d’un supérieur qui sera forcé d’arrêter pour accident cérébral – {18.2} Élevage de canari avec mon beau-père et nos tentatives de mutation pour fixer dans son plumage la couleur rouge qu’il n’a pas – {18.3} La première voiture, événement à l’époque {18.4} Mon frère Pierre se marie et la naissance de Bruno, mon filleul - {18.5} Réflexions sur l’histoire de la pensée depuis ses sources jusqu’à nous - {18.6} Vacances et voyage en Alsace (Bruno et Myriam) - {18.7} L’Expo 1958 (relation approfondie) - Problèmes congolais - Témoignage de Joseph Mabolia sur la condition des « noirs » {18.8} Mon jeune beau-frère Daniel, mon copain de toujours, assistant dévoué de nos « entreprises » - Les truites de la Lesse et l’oncle Olivier {18.9} Paris, le Louvre et le luxe de Versailles qui nous indispose - {18.10} Ma belle-famille

 

Chapitre 19 : Alors qu’on n’y croit plus (15 pages) - {19.1} La naissance de notre premier enfant : l’enfant-merveille, dans des conditions hivernales difficiles et retard de l’accoucheur - Mon frère Pierre est renversé par une voiture et gravement blessé - {19.2} Difficultés particulières du bilan de ma société qui doit être clôturé sans bénéfices ni pertes - {19.3} Mes supérieurs, Thierry de Menten de Hornes et Georges Souillard - La fonction de « chef du Personnel » - Structure du département administratif et du Personnel dont je suis devenu le chef qui couvrait plusieurs sociétés et occupait 40 personnes - {19.4} Mes rapports avec Léon Wolters, frère du président, homme de grande culture, patron d’une des sociétés qui avaient ses bureaux chez nous - {19.5} Diaphane-cœur et la complémentarité physique.

 

Chapitre 20 : Il ne tient pas en place (28 pages) - {20.1} Le « feu-follet », un cœur comme une cathédrale, l’ami fidèle, le fou du ciel, le rival des aigles, le soldat du feu et le réconfort des blessés, c’est ce qu’il est devenu notre second enfant qui naîtra en pleine grève des médecins dans des conditions difficiles - {20.2} Notre fermette de Meux : un îlot du bonheur, perdu dans les campagnes namuroises - {20.3} René Stage, notre voisin - Souvenir des réunions de famille autour d’une table chaleureusement garnie - {20.4} Bruno, mon filleul, le fils aîné de mon frère-défunt qui vivra avec nous, nous aidera à transformer notre fermette, de même que mon jeune beau-frère Daniel qui nous rejoignait pendant ses congés : chambres dans la grange, piscine avec grande salle de détente, verger, prairie avec moutons - {20.5} La mort de mon frère Pierre, à trente-cinq ans, laissant un veuve et trois orphelins, bouleverse notre vie, chagrin immense qui marque au fer rouge : je ne pleurerai plus jamais, même à la mort de mes parents, mes yeux sont devenus secs - {20.6} La vie continue et dans la douce et tiède ambiance du « havre » de Meux – {20.7} un conteur d’histoire raconte les aventures des petits nains et de la sorcière Goulinouf à ses enfants et neveux.

 

Chapitre 21 : Les plus beaux yeux venus du ciel (19 pages) - {21.1} Complémentarité : instinct fondamental comblé par la venue de deux petites filles aux yeux noirs et aux teint de soleil couchant - {21.2} Mes voisines de table à Labofina deviennent marraines de nos filles : histoire d’une profonde et durable amitié - {21.3} Drame vécu par un autre « commensal » père d’un enfant aveugle-né, licencié dramatiquement - {21.4} Nous abandonnons la « bonbonnière » pour une maison de six chambres, située près des étangs de Woluwe, pour faire face à l’arrivée de nos filles et de Bruno - {21.5} Dramatique réveillon de Nouvel An : mon père décède brutalement au sortir d’un office religieux - {21.6} Meux est devenu un « havre de bonheur » pour tous, depuis nos activités d’ouverture aux autres cultures (voir chapitre suivant) jusqu’à recueillir (sans le savoir) deux jeunes gens qui fuyaient la justice -– {21.7} Participations aux activités de la paroisse : épouse catéchiste, réunion d’études religieuses et théologiques, mais surtout organisation de rencontres « inter-cultures », sans orientation religieuse dans la salle paroissiale, destinées à bien intégrer les « réfugiés » des pays opprimés - {21.8} Découverte de celle qui deviendra notre petite sœur coréenne, ainsi que son mari et ses deux enfants à la messe de minuit de Noël 1980

 

Chapitre 22 : Les amis d’ailleurs (116 pages) - {22.1} La « découverte » de nos nouveaux amis nous entraîne, pour bien les intégrer, à organiser dans la salle paroissiale une réunion « inter-culture » centrée sur l’accueil des étrangers qui s’y établissent en leur donnant la parole avec projection de films, diapo ou démonstrations folkloriques, nous terminerons en servant une boisson accompagnée de préparations du pays - Cette initiative ayant remporté beaucoup de succès, nous la poursuivrons de 1983 à 1986 à raison d’une séance par mois, en dehors des périodes de congé - Des problèmes de santé nous pousserons à abandonner cette initiative.

Compte-rendu détaillé de ces réunions avec l’essentiel de l’histoire de ces pays mis à jour ; seront présentés  : {22.2} La Corée du Sud (nos amis Agnès et Michel Lee) - {22.3} L’Inde (un équipier de « Frères des hommes » et son épouse indienne) - {22.4} Le Bengladesh (L’époux de la secrétaire paroissiale, chercheur qui revenait d’un voyage d’étude là-bas) - {22.5} Le Liban (un ami voisin, étudiant libanais en médecine) - {22.6} Le Maroc (Abdel, un ami de nos fils, étudiant marocain) - {22.7} La Chine (Edmond Tang, chercheur à Lumen Vitae) - {22.8} L’Indonésie (Condradus Danisworo, étudiant de la VUB, maître-danseur) - {22.9} La Bolivie (André Parent, soutien occidental de son frère et de sa sœur, partis dans l’Altiplano soulager la misère des exploités de Potosi) - {22.10} Le Vietnam (Ohan Trinh, vietnamienne soutien de ses compatriotes) - {22.11} Le Cambodge (Yin Sovanna, cambodgienne également soutien de ses compatriotes) - {22.12} La Pologne (Madame du Bois d’Aische, polonaise assidue de nos réunions présenta son pays) - {22.13} La Belgique (A la demande générale des amis « étrangers » présentation de l’histoire et du folklore du pays qui les accueille ainsi que du Congo) - {22.14} A l’occasion du départ de nos amis coréens qui retournent dans leur pays, réunion « d’au revoir » et remerciements - {22.15} Le Bouddhisme (Edmond Tang, chercheur à « Pro Mundi Vita » et spécialiste en christologie dans le contexte des religions chinoises qui avait présenté la Chine) - {22.16} le Rwanda (Aimable Mounniourangabo (étudiant rwandais en théologie) - {22.17}Haïti (Antoine Dubois et son épouse, étudiants Haïtiens) - {22.18} L’hindouisme (Jacques Scheuer, professeur d’histoire des religions) - {22.19} Israël (exposé-étude sur l’histoire des juifs persécutés et la restauration de l’état d’Israël, suivi de considérations personnelles sur la tradition et les croyances actuelles, en relevant les contradictions historiques qui s’y trouvent, ainsi que des informations intéressantes sur les traditions chrétiennes qui conditionnent nos fêtes et la vie de tous les jours ainsi qu’une nomenclature des juifs célèbres.)

 

Chapitre 23 : Bonheur, souffrance et fin de vie (42 pages) – {23.1} Important chapitre sur la souffrance et la mort décrivant les fins de vie brutales ou lentes et suppliciées auxquelles j’ai assisté, témoin impuissant - {23.2} Mes expériences dans le domaine : {23.3}un infarctus à quarante-huit ans, {23.4} ictus cérébral et hémianopsie à cinquante-quatre ans, {23.5} pontages coronariens avec complications péricardiques et pleuraux à cinquante-huit --ans – {23.6} La vie après la mort - {23.7} La souffrance - {23.8} Hommage aux infirmières « les anges de la terre » - {23.9} Réflexions sur la souffrance : physique ou morale.

 

Chapitre 24 : La conscience de ‘Homo Sapiens » (28 pages) - {24.1} Recherche d’une définition de la conscience dans le sens occidental religieux hérité de l’humanisme chrétien - L’apparition de la notion du « moi » chez l’être humain - {24.2} Relation d’une expérience personnelle de la perte de cette notion par accident cérébral - Une oxygénation imparfaite du cerveau pendant une nuit sur un lit de glace, pour combattre une température excessive a provoqué des altérations de cellules rendues plus fragiles par l’âge, provoquant une perte de la vision droite (hémianopsie) ainsi que de graves problèmes de localisation dans l’espace et de conscience de la personnalité ou du concept du « moi » - {24.3} Réapprentissage de la lecture : les mots avaient perdu leur sens - Reconstruction de mon univers intellectuel et professionnel - {24.4} Reprise difficile, pendant environ trois ans, de mes activités professionnelles de cadre supérieur (Chef du personnel sur deux sites, Bruxelles et Feluy) et conduite dangereuse d’un véhicule (pas de vision droite) - Je parviens à m’adapter à mes handicaps et à me maintenir dans la fonction, grâce au soutien de certains - {24.5} Relation d’un autre drame : une secrétaire devient complètement aveugle - {24.6} Difficile reconquête de ma fonction professionnelle - Séquelles des atteintes aux fonctions cérébrales - {24.7} Réunions « épiques » de conseils d’entreprise à une époque de conflits sociaux qui opposaient la direction de Feluy aux représentants du personnel, nécessitant l’arbitrage de l’Inspecteur Social - {24.8} Grand dilemme de conscience qui opposera le devoir professionnel à celui de la prise en compte du malheur social d’un père qui a la charge d’un aveugle-né, qui s’est risqué à transgresser une règle de concurrence, le sanctionnant d’un renvoi sans préavis - {24.9} Ces contraintes difficiles pour un handicapé visuel et cardiaque me poussent à « jeter l’éponge ».

 

Chapitre 25 : Richesse et pouvoir du milieu (47 pages) - {25.1} Analyse de la « conscience » et du « sens moral » - La morale chrétienne - {25.2} La déclaration universelle des Droits de l’Homme - Rerum Novarum - {25.3} La position protestante multiple - {25.4} L’édit de Nantes et la persécution des protestants - {25.5} Histoire de l’Islamisme et ses sources bibliques - {25.6} Les autres philosophies ou pratiques religieuses - {25.7} Analyse de l’époque qui suscita Mahomet - Histoire de Mahomet selon la tradition musulmane et sa valeur historique.  Les prophètes de l’Islam sont au nombre de vingt-trois en provenance de l’ancien testament pour trois du nouveau (Zacharie, Jean-Baptiste, Jésus) et du seul Mahomet pour le Coran - {25.8} Place de Marie et du nouveau testament dans le Coran - {25.9} Hypothèse de l’apparition « historique » du christianisme sous Constantin, due à son panégyriste Eusèbe de Césarée (années 265 à 340) qui aurait même inventé les premiers papes - Flavius Josèphe, historien juif du pouvoir romain - {25.10} Qumram, les esséniens, les écrits de la mer morte - {25.11} Synthèse personnelle des circonstances qui ont amené l’émergence de la religiosité chez l’être humain - {25.12} Le soleil, première divinité - {25.13} Le mithraïsme - Renan et le mithraïsme - {25.14} Les études de S. Acharya : concordance des faits rapportés dans les histoires de Mithra - Bouddha - Krishna. – {25.15} Hypothèse de la présence d’une vaste bibliothèque brulée en 389 pour faire disparaître les contradictions avec les nouvelles croyances - {25.16} Le mythe d’Appolonius de Thyane, - {25.17} Les concordances de faits et des noms Demas et Apollos dans la TOB (traduction œcuménique de la Bible) - {25.18} Philostrate l’auteur de la biographie d’Apollonius - {25.19} Conclusion sur la valeur historique des faits rapportés par les écrits de nos croyances.

Complément sur les apparitions de la Vierge à Beauraing rapportés par un oncle qui a connu et interrogé les voyants : (Voir les faits au chapitre 4) - {25.20} Les apparitions depuis Lourdes en 1858 jusqu’à Banneux en 1933 - {25.21} Position de l’Église qui ne les reconnait pas comme manifestations réelles (Leur dévotion est placée sous la responsabilité des Évêques du lieu) - {25.22} Relation détaillée des faits - Culte marial, très en vogue, à l’époque - Similitude de textes dans les trois phénomènes (Lourdes, Fatima, Beauraing) - {25.23} Étude du phénomène par l’historien Joachim Bouflet - Position de l’Église - Épidémie d’apparitions en Belgique dès 1933 - Le « voyant » Côme Tilmant - {25.24} Attitude prudente de l’Église.

 

Réflexion d’un chrétien de cœur, poète par élévation des sentiments, agnostique par loyauté de pensée et athée par hypothèse de travail, comme Paul Damblon : {25.25} Le parcours de Paul Damblon - {25.26} Christian de Duve, et le chapitre de son livre : « et Dieu dans tout cela » - {25.27} Jean Guitton et les frère Bogdanov - {25.28} Réflexions de Christian de Duve sur les conclusions de Jean Guitton .

Ma mère : personne profondément croyante et très pieuse, qui passera les dernières années de sa vie, chez nous. – {25.29} Les derniers moments de ma mère m’interpellent - {25.30} Son intégration dans notre foyer en 1976 – {25.31} Sa vie en France, réfugiée de la première guerre et la passion qu’elle suscitera là-bas, exprimés dans des vers poignants de grande beauté - Sa vie avec nous, depuis le décès de mon père en 1972, pendant 19 ans, en grand-mère douce et attentive - {25.32} J’ai eu le réconfort d’apaiser les derniers moments de sa vie, en lui transmettant mes convictions qui l’ont délivrée de sa crainte de l’au-delà - {25.33} En contraste avec cette fin paisible, celle de son frère, l’oncle de Vonêche, qui mourut avec les litanies macabres des mourants qu’une sœur bien intentionnée lui hurlait dans les oreilles. – {25.34} Maman et grand-maman (poème)

 

Chapitre 26 : Les gros sous (13 pages) - {26.1} Le pouvoir de l’argent, la richesse, la sécurité, la considération - {26.2} Les métiers de la « Finance » souvent déconsidérés dans nos civilisations chrétiennes depuis Judas ­- {26.3} Rappel historique de l’organisation sociale de l’époque féodale centrée sur le seigneur et les serfs « taillables et corvéables à merci » - {26.4} Les « îlots sociaux » flamands et italiens - {26.5} Les révolutions et l’émancipation des serfs - {26.6} L’évolution industrielle et sociale depuis les révolutions et l’avènement de la démocratisation - {26.7} La « tenue des comptes » et l’apparition de la puissance financière - {26.8} La nouvelle fonction « le chef du personnel » qui était dévolue au comptable-employé-payeur - {26.9} Ma carrière, depuis l’âge de vingt ans, et mon expérience professionnelle à partir de la comptabilité à décalque jusqu’aux procédés les plus sophistiques développés de nos jours (j’exerce toujours le métier) - {26.10} L’avenir des micro-puces et des codes barres simplifiant la tenue des stocks et économisant une importante main d’œuvre - {26.11} Histoire d’une petite affaire et de ses filiales qui deviendront importants, dont nous nous occuperons avec mon épouse de 1974 à 1999 - {2.12} Hommage à mes « précieux collaborateurs » de Labofina - {26.13} Quid de la « fraude fiscale » sport bien belge ? -

26a - Vade-mecum de vulgarisation : Fascicule de huit pages, permettant à tout profane de comprendre la comptabilité et d’en saisir le mécanisme à partir de la technique très simple des écritures en parties doubles, imaginée il y a cinq cents ans par le franciscain Luca Pacioli.

 

Chapitre 27 : Le bonheur, ce distillat subtil de la condition humaine (51 pages) - {27.1} Recherche d’une définition du bonheur - {27.2} Ce souvenir du bonheur, c’est aussi du bonheur disait Salvatore Adamo - {27.3} Évocation de celle qui est à mes côtés, qui vit de fleurs, qui a la voix fraîche comme ses roses, qui est gaie comme les fleurs de son jardin - {27.4} Les enfants, apothéose de la vie, source du bonheur intense - Relation de cet état d’âme en chants dithyrambiques -

Le mariage au Japon de notre fils aîné avec une ravissante japonaise - Analyse et réflexions sur la société et les mœurs japonais - {27.5} Notre séjour d’un mois dans un dépaysement total - {27.6} Cérémonie religieuse shintoïste - {27.7 Culture japonaise, sa richesse, son intériorité, sa convivialité mais aussi sa rigueur, sa supériorité … que nous pénétrons mieux depuis ce voyage - les rapports avec notre belle-fille et le magasin-musée que son mari et elle, tiennent à Bruxelles … Mais surtout nos remplacements pendant leurs périodes d’absences, deux fois par an, pour dénicher des pièces rares - Les coutumes animistes, les traditions, les costumes, la cérémonie - La « maison de mariage » - Co-religiosité de l’animisme et du bouddhisme - {27.8} Nagasaki, la ville martyr - {27.9} Kyoto, la paix et la tranquillité - {27.10} Le château Nijō - {27.11} Le temple Ryōan-ji et son jardin de gravier blanc - {27.12} Kinkaku-ji, le pavillon d’or - {27.13} Nara et le Daibutsu - {27.14} Kasuga shrine et ses lanternes de fer - {27.15} L’importance des Kamis, depuis 1868, qui supplantent le bouddhisme et imposent la croyance en la divinité de l’empereur - {27.16} Le vieux Kyoto et la maiko (apprentie geisha) - {27.17} Le gigantisme de Kobe - {27.18} Karaoké, patchinko, - {27.19} La cérémonie du thé ou chanoyu - ikebana - calligraphie - poterie et céramique - origami (pliage en papier) - confection des kimonos - netsuke - la cuisine et les sushis, sashimis, shikibocho - {27.20} Théâtre kabuki et nô, bunraku (théâtre de marionnettes) - l’écriture (kana et kanji) - le papier, matière noble et le rôle sacré des bandelettes - l’art raffiné de l’emballage - Le Koto, instrument traditionnel que joue notre belle fille - {27.21} Le rôle de la « mama » qui se consacre entièrement à l’éducation de son enfant et les « kagi-ko » (les enfants qui ont la clé) parce que leur mère travaille - La société japonaise d’après guerre est l’œuvre de la femme, l’individu étant materné et sécurisé - {27.22} Rites du passé : hara-kiri ou seppuku - Le miracle japonais de l’adaptation, et sa permanence dans l’histoire.

Notre séjour en Corée auprès de notre « petite sœur » Agnès et de sa famille - Séoul et l’île de Jéju : {27.23} Rappel de ces journées de rêve dans la chaleur de l’amitié profonde - {27.24} Au soir, nous avons diné dans le meilleur restaurant {27.25} Visite du grand musée de Séoul d’une richesse historique incomparable - {27.26} Repas végétarien dans un silence monacal légèrement interrompu par la musique sereine sortant de très anciens instruments - {27.27} Visite étonnante de l’île de Jéju, noire de lave éteinte, et sa centaine de volcans, dans une température paradisiaque - Privilège incomparable, notre ami Michel, géologue, spécialiste mondialement reconnu de l’étude de la stratification très particulière de l’île, nous fait admirer les failles dues à des glissements tectoniques, remontant à plusieurs millions d’années. – {27.28} Nous eûmes l’occasion aussi de voir à l’œuvre les dernières plongeuses récoltant, dans la mer, les Kimpas (algues destinées à certaines préparations culinaires)

 

Chapitre 28 : Sérénité du crépuscule (30 pages) : {28.1} Les petits-enfants, la richesse des grands-parents - Complicité de deux générations qui se rencontrent dans le rêve et la fantaisie -

Quand on frôle les frontières de la non-existence : {28.2} Je suis en infarctus latent, dont les symptômes se manifestent pendant un jogging que l’intervention rapide et clairvoyante de mon médecin-traitant et des ambulanciers de réanimation, empêchent de se déclarer et peut-être de me tuer - {28.3} Analyse de l’état psychique dit de la crainte de la mort qui semble s’estomper dans les « derniers moments » - {28.4} Évocation d’une peinture rupestre d’un humanoïde mourant, sexe érigé dans un ultime défi, face à un aurochs éventré qui va le charger dans un denier sursaut d’agonie.

Autre expérience de confrontation avec un « au-delà » hypothétique : {28.5} Opération bénigne de la prostate, où je risquai l’infarctus, n’étant plus protégé par une médication anticoagulante - {28.6} Intervention médicale dans une nuit d’angoisse où je risquai la même fin que mon beau-père décédé dans les mêmes conditions (opération de la prostate réussie ave infarctus le lendemain) - {28.7} La pudeur - {28.8} Une bonne forme physique et l’avantage d’un environnement agréable me pousse à réfléchir et « philosopher » d’autant plus que je me sens en danger de mort - {28.9} Quasi certitude d’un univers « sans raison » - {28.10} « les grands SI » - Gordon Kane et les arguments non minimaux - L’avis de Christian de Duve - La fin de « notre monde » - {28.11} Quid de l’émigration vers d’autres systèmes ? - {28.12} Le décès de Jean-Paul II Réflexions sur l’ambiguïté du personnage - {28.13} L’avis de l’abbé Gabriel Ringlet, professeur émérite et ancien pro-recteur de l’Université de Louvain-la-Neuve - {28.14} Féminisation de l’Église - {28.15} Le fléau du sida et la morale de l’Église - {28.16} Le chanoine de Locht.

Conclusions personnelles dictées par le « Bon Sens » et l’expérience d’une existence ouverte à la connaissance et à l’amour : {28.17} Conclusions de « bon sens » - {28.18} Les deux amis qui m’ont formé - {28.19} La richesse de la dualité profonde de l’amour partagé dans la complémentarité, son prolongement dans une grande famille et dans l’ouverture au savoir et à la beauté. - {28.20} Référence à mes « maîtres à penser » : Christian de Duve, Paul Damblon et Jean d’Ormesson - {28.21} « Rien n’est plus responsable que prier » disait le frère Roger de Taizé - La pensée priée dans le sens de l’élévation universelle et soidaire du meilleur de nous-mêmes vers le plus haut, qu’il existe ou n’existe pas.

 

 

---------------

 

CHAPITRE 29 – SYMPHONIE DE L’HARMONIEUX, MÉLODIE DE L’EXISTENCE - Réflexions métaphysiques sous la forme de confidences à un carnet de notes.

 

 

TABLE DES MATIÈRES ET DES REPÈRES DU CHAPITRE 29

 

RAPPEL : Ceux qui voudraient « naviguer » dans les 130 pages du texte peuvent utiliser le curseur qui fera défiler les repères entre petites accolades  {x} situés au début de certains paragraphes et ainsi trouver rapidement un passage recherché.

Si on désire prendre connaissance d’une bonne synthèse du travail, il sera intéressant de consulter {29.112} Conclusions générales et de bons sens.

 

 

PARTIE 1 : E=mc² {Repères 29.2 à 29.8}

{29.2}Analyse de la formule - Au-delà de 300.000 km. seconde, la matière redevient énergie - {29.3}Hubble et Lemaître – âge de l’Univers = 13,7 milliards d’années depuis la mesure établies par WMAP - Taille de l’Univers en terme de mesure métrique - 29..4} Hiroshima et Nagasaki - Michael Faraday - {29.5} Antoine Lavoisier - Rien ne se crée, rien ne se perd, tout se transforme - Loi de la conservation de la masse - Émilie de Breteuil (Madame du Chatelet) - {29.6} James Clerck Maxwell - {29.7} Structure interne de notre planète - {29.8}Univers-bourgeon - LHC - Boson de Higgs -

 

PARTIE 2 : D’où vient la vie ?{Repères 29.9 à 29.14}

{29.10}La vie est-elle un accident unique dans l’Univers ? – {29.11} L’algue bleue a dissocié l’oxygène de l’eau et la vie uni- et multicellulaire a démarré - Confinement et mutation – Les lagons tièdes furent-ils les girons de la vie ? – {29.12} L’importance de l’oxygène – L’ozone - La photosynthèse – Le processus chlorophyllien - {29.13} Les glucides - Les protides - Les lipides - Les sels minéraux - {29.14} Le cycle du carbone est prépondérant dans le système - Le cycle du carbone n’est peut-être pas le seul support d’un processus évolutif aboutissant à l’intelligence ? -

 

PARTIE 3 : Infini et Éternité . {Repères 29.15 à 29.20}

{29.15}Quand le «moi» est face à son anthropocentrisme de l’infini (l’homme est-il le centre et le dieu de l’univers ?) – {29.17} Existence de Dieu - Jeux de l’esprit pour mieux cerner les concepts de situation dans l’espace - Les calculs des scientifiques n’ont de valeur que par rapport à nous - {29.18} Einstein et le concept d’Espace-temps - {29.19} L’espace et le temps n’ont de valeur que par rapport à un observateur situé dans cet “espace-temps” - Seul existe l’univers-total en perpétuel mouvement depuis toujours.

 

PARTIE 4 : L’Univers. {Repères 29.20 à 29.22}

{29.21}Origine de l’Univers 13,7 milliards d’années (WMAP) - Le temps et l’espace n’ont de sens que par rapport à un observateur situé dans cet espace-temps – {29.22} L’intelligence est-elle de nature fondamentale ou une faculté dominante des humains ?

 

PARTIE 5 : Les Grands Initiés {Repères 29.22 à 29.26}

{29.23}L’Univers est-il référentiel ? – Les grands « Initiés » - l’Être Supérieur est-Il l’infini dans lequel nous devrions trouver une place « évolutive ou non » après notre existence terrestre ? – {29.24} Travers de l’anthropocentrisme – {29.25} Élucubrations cérébrales « gymniques » sur des mécanismes théoriques figurés par la boucle comme en informatique.

 

PARTIE 6 : Le Fondamental ({Repères 29.26 à 29.31}

{29.26} Énoncé du cybernéticien Heinz Von Foerster quant au mécanisme de notre perception - {29.27}Tout n’est qu’illusion - Espace-Temps - {29.28} Rien ou le néant absolu n’existe pas, si ce n’est dans notre vocabulaire - Comment justifier que Dieu a besoin des hommes - Notre monde serait-il né d’une aberration physique ? - {29.29} Super-cordes - Branes - Cordes - Les sept dimensions recroquevillées qui s’ajoutent aux quatre connues - {29.30} Notre univers serait-il un bourgeon de l’Univers-Total ? - La vie n’est possible que dans un univers à trois dimensions -

 

PARTIE 7 : illusion et Intelligence {Repères 29.31 à 29.40}

Illusion : - {29.31}Rappel de l’énoncé de Heinz von Foerster - Qu’est-ce qu’une illusion ? - {29.32} Nanomètres - Les couleurs et la dizaine de millions de nuances - {29.33}Les découvreurs - La roche et nous - Tout n’est-il qu’illusion ? - Ne sommes-nous que pensée « agissante » dans un mécanisme cellulaire perçu par nos sens dans le but de servir un « Dieu » qui a « besoin » de nous ? - Réflexion sur les démarches philosophico-spirituelles des croyances et religions – Intelligence : {29.33} Qu’est-ce que l’homme et ses septante kilos de matières bien agencées pour agir et penser à l’aide d’un cerveau de mille cinq cents grammes de matières ? – La « pensée » est-elle en puissance ou contenue dans chaque particule de l’univers ? – {29.34} Référence à Teilhard de Chardin et Christian de Duve – {29.35} Il est important de souligner que notre intelligence est uniquement référentielle – Notre évolution est basée sur un mécanisme de sélection par élimination des inadaptés et auto-sélection des autres – {29.36} Le besoin crée l’organe et le milieu modifie le patrimoine génétique (Lamarck) - {29.37}Je pense, donc je suis disait Descartes – Réflexions sur le « Grand Si » et référence à Gordon Kane et au professeur de Duve concernant le cataclysme qui a fait disparaître les grands sauriens – {29.39} Deux dimensions (l’immuable et l’évolutive) - L’infini n’existe pas dans l’absolu {29.40}Proposition d’un plan d’étude du matériel en notre possession pour analyser la faculté de l’intelligence qui nous permet de dominer et gérer notre planète -

 

PARTIE 8 : La pensée {Repères 29.42 à 29.45}

{29.42}Recherche d’une définition - L’origine de la pensée - l’intelligence - Prédominance de la tribu d’une trentaine d’individus - Prédominance des races intellectuelles -{29.43} Rift Valley - Théorie « buissonnante » de Y. Coppens et P. Picq - Calvaire des nouveaux primates - {29.44} Position debout - La traque des proies faibles - {29.45} Pensée concrète et pensée abstraite - Pensée religieuse -

 

PARTIE 9 : Nous ou la matière intelligente {Repères 29.46 à 29.50}

{29.46}La mémoire génétique des « animaux » - {29.47} L’australopithèque d’Afars - P. Picq et Y. Coppens (évolution buissonnante) - J. Monod et Y. Prigogine (Hasard et nécessité) - Notre force est venue de notre faiblesse - Notre capacité de changer notre biotope - {29.48} Mégalopoles artificielles - L’écologie est un luxe d’occidental - {29.49} Notre adaptation progressive à un monde artificiel - L’émigration vers d’autres habitats non terrestres est-il réalisable ?

 

PARTIE 10 : Darwin {Repères 29.50 à 29.54}

{29.50}Référence à Darwin et à sa théorie - {29.51} Exemples d’indices morphologiques de parenté entre les espèces - {29.52} Exemple d’évolution à l’échelle du temps humain du lézard Podarcis - L’élevage par les humains et le comportement des animaux de compagnie - {29.53} Jacques Monod - Teilhard de Chardin - Embarras des scientifiques chrétiens - Les découvreurs n’agissent plus seuls - {29.54} Le Boshiman est un chasseur-ceuilleur resté au stade des premiers humanoïdes -

 

PARTIE 11 Cohérence et Déduction {Repères 29.55 à 29.59}

{29.55}La cohérence est le rapport logique entre des idées – Apparition du langage et de l’écriture pour traduire la pensée – {29.56}Le raisonnement cohérent et la déduction – Quid du phénomène chez les « animaux » - Les sauvages et les domestiques – {29.57} Étude du phénomène depuis ses origines jusqu’à l’homme évolué -{29.58} L’associativité – Importance des mains et du cerveau : « la fonction crée l’organe et le milieu transforme le patrimoine héréditaire » (Lamarck) – {29.59} Toumaï - Émergence de l’intelligence raisonnée -

 

PARTIE 12 : Évolution exponentielle. {Repères 29.60 à 29.70)

{29.60} Tableau des Hominidés - {29.61} Référence à Pascal Picq : « Les singes ont évolué en même temps que nous » et « l’évolution du genre humain et l’homme moderne » - {29.62} Principales caractéristiques des Hominidés - Quelques dates importantes de la préhistoire - {29.63} Classification classique de l’Homo habilis - Extraits du livre de Pascal Picq « Au commencement était l’homme » : des origines perdues entre des fossiles, des outils, des gènes et des langues - {29.64} Émergence des rites funéraires - Les Néandertaliens n’étaient pas des hommes très archaïques - Quid de la disparition de l’homme de Néandertal ? - Le site de Caours - {29.66} Modification de notre biotope - {29.67} Variations climatiques pendant notre ère - Problèmes du refroidissement du climat et d’environnement - Espoir dans les performances des scientifiques et des techniciens - Primauté des valeurs morales d’altruisme - {29.68} Sens familial élargi - Le clan - Mondialisation des esprits - {29.69}L’écologie ne se conçoit que dans une entente universelle de restriction et de promotion des valeurs altruistes pour une solidarité universelle. – Conclusions de l’octogénaire sur la primauté des valeurs altruistes.

 

PARTIE 13: Le Sublime et le bonheur {Repères 29.70 à 29.88}

{29.71} A la recherche d’une définition du sublime - L’intelligence a permis à l’être humain de s’imposer dans son biotope terrien - L’homme a dépassé la fonction mécanique du cerveau - {29.72}Les découvreurs - Origine de l’abstraction - Hasard et nécessité ? - Primauté des occidentaux - {29.73} 1ère réflexion sur la qualité cérébrale du raisonnement - 2ème réflexion : les conditions de survie provoquent un « accident » de mutation - L’être humain est capable de gérer et contrôler lui-même les mutations – {29.74}Le bonheur et ses sources – {29.75} Les vedettes et les meneurs - Les motivations de l’individu - Les idéalistes – {29.76} La place prépondérante des mères - Vers une élite asexuée intellectuellement et physiquement - {29.77} Conclusions.

Digressions littéraires et poétiques sur le sublime. (Repères 29.77 à 29.88)

{29.77} Débordements dithyrambiques pour magnifier le « sublime » qui fait atteindre à l’homme les sommets du lyrisme. – {29.77} L’eau est le principal composant de notre corps - {29.78} L’air est un fluide gazeux constituant l’atmosphère que respirent les êtres vivants - {29.80} Le feu est un dégagement d’énergie calorifique et de lumière accompagnant la combustion vive (Grand Robert) - {29.82} Le soleil est l’astre qui donne la lumière et la chaleur à la terre et rythme la vie à sa surface (ibidem) - {29.83} La terre est la surface sur laquelle les êtres vivants se tiennent et c’est aussi la matière qui forme la couche superficielle de la croûte terrestre - {29.85} La vie est le fait de vivre, propriété essentielle des êtres organisés qui évoluent de la naissance à la mort en remplissant des fonctions qui leur sont communes. (Grand Robert) - {29.87} L’insatisfaction, le sentiment d’inachevé, le lointain impossible, le rêve inaccessible, l’éden perdu, c’est la condition des humains …

 

PARTIE 14 : Les trous noirs (Repères 29.88 à 29.92)

{29.88} Le Trou noir ou mort d’une étoile - Qu’est-ce qu’une étoile ? - Le preuve de l’existence d’un trou noir - - Les trous noirs constituent la masse/densité absolue – {29.89}Il n’existe actuellement aucune preuve physique de leur existence – Effondrement d’une étoile en effet d’entonnoir pour retrouver peut-être le monde des forces - {29.89} Quel est le sort de notre soleil ? – Le trou noir est « trahi » par le comportement de son environnement - {29.90}Trous noirs gloutons - Disque d’accrétion - – {29.91} Le trou noir « supermassif » ou « galactique » qui existerait au centre de notre galaxie (Sagittarius) – La singularité – {29.92} La matière noire (conclusions de B.Greene) – L’expérience DAMA.

 

PARTIE 15 : Cordes, Branes, Théorie M. {Repères 29.93 à 29.106)

{29.93}Notes reprises d’un remarquable ouvrage « La magie du cosmos » de Brian Greene (auteur déjà cité) – {29.94}La vitesse de la lumière est constante, il est impossible de la rattraper – {29.95} Expériences de J.Kafele et R.Kating en 1971 (écart de temps entre les horloges au sol et celles à bord de vols commerciaux) – Expérience du faisceau laser qui traverse deux fentes pratiquées sur un morceau de pellicule surexposée prouve que la lumière est une onde – Le temps ne s’écoule pas – {29.96}Le dilemme qui contraria toujours Einstein est celui de la difficulté qu’il rencontrait à combiner électromagnétisme et relativité générale en une seule théorie (ce qui se vérifiait aux échelles de l’infiniment petit ne l’était plus aux échelles de l’espace) - Conflit entre la mécanique quantique et la relativité générale – {29.97} La théorie des cordes – La théorie M – {29.98} les p-branes – Les trois-branes et autres – {29.99} B.Greene (avec d’autres scientifiques) a sondé la matière jusqu’à un milliardième de milliardième de mètre (10-18 ) sans trouver le moindre indice de dimensions supplémentaires – {29.100} Le cosmos répond-il à un phénomène fondamental de renouvellement cyclique ? (collisions cycliques entre les « branes » à l’image d’un « big crunch » à l’échelle de notre monde cosmique – Le temps tel que nous le connaissons ne parcourrait que l’un des nombreux cycles de l’Univers, chaque big-bang serait suivi par un autre, puis par un autre – {29.101} Énumération par B.Greene des découvertes en gestation qui font bien augurer de l’avenir – Autres notes et références utiles -

 

PARTIE 16 : La Relativité. {Repères 29.106 à 29.112)

{29.106}La relativité et le dilemme d’Einstein - Relativité restreinte et généralisée (Einstein) – {29.107}La vitesse de la lumière – Le temps et l’espace ont la même origine – Origine historique de l’Univers – Le satellite explorateur WMAP a permis d’affirmer que l’univers est « fini » - {29.108}Le « mur de Planck » - La découverte de Hubble en 1929 – {29.109}La théorie des Super-cordes (minuscules filaments d’énergie) – Expérience du seau d’eau suspendu à une corde tordue qui tourne et comportement étonnant de la surface de l’eau qu’il contient – {29.110}Référence à Ernst Mach – {29.111}Quid de la téléportation (reproduire un être à l’identique en le télécopiant ailleurs dans l’espace) ? – Quid aussi des voyages dans le temps ?

 

PARTIE 17 : Conclusions générales et de bon sens {Repères 29.112 à 29.124}

{29.113}L’Univers ne peut être qu’organisé, ce qui exclut anarchie et désordre - Le hasard n’existe pas dans l’absolu – L’Univers est ce qu’il est ou il n’est pas et le néant est impossible – Suivant notre logique cartésienne, si il y a un big bang, il y a un big crunch avant un autre big bang – {29.114} Des découvertes récentes démontrent le contraire – {29.115} Une explication serait que notre univers perceptible n’est qu’un épiphénomène-bourgeon – {29.116} Quid de l’antimatière ? – Quid de la théorie de l’accident à la loi de l’annihilation de la matière par l’antimatière qui aurait provoqué l’Univers ? - Plus on descend dans l’infiniment petit, plus on perd trace de sa matière qui prend l’apparence de « forces » - {29.116}Le LHC du Cern à Genève et le FERMILAB de Chicago - {29.117}Matières : épiphénomène de notre Univers ? - {29.118} Référence à Theilhard de Chardin - {29.119} Conclusions personnelles et synthèse de bon sens.

 

 

°°°°°°°°°°°

 

 

 


Les commentaires sont fermés.